La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Quelques repères. De la chute de Troie A la naissance de Rome.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Quelques repères. De la chute de Troie A la naissance de Rome."— Transcription de la présentation:

1 Quelques repères

2 De la chute de Troie A la naissance de Rome

3 La légende de lEnéïde Enée fuyant Troie Vase grec – 520 av. J.-C. Musée de Boulogne-sur-Mer Nicolas Poussin Venus montrant ses armes à Enée (Les Andelys, Rome, 1665) Peinture, Huile sur toile x 146 Musée des Beaux-Arts de Rouen © musées de la Ville de Rouen

4 Les données de larchéologie Loccupation du Latium du Xème au VIIIème siècle avant J.-C. La première phase se place au X e siècle av. J.- C. à la fin de lâge du bronze et au début de lâge du fer.X e siècle av. J.- C.âge du bronzeâge du fer La seconde phase va du début du IX e siècle av. J.-C. au début VIII e siècle av. J.-C.IX e siècle av. J.-C.VIII e siècle av. J.-C. La troisième phase occupe le milieu du VIII e siècle av. J.-C. VIII e siècle av. J.-C.

5

6 Légende de la fondation et reconstruction de la réalité

7 La légende de Romulus et Rémus Proca deinde regnat. Is Numitorem atque Amulium procreat, Numitori, qui stirpis maximus erat, regnum uetustum Siluiae gentis legat. Plus tamen uis potuit quam uoluntas patris aut uerecundia aetatis: pulso fratre Amulius regnat. Addit sceleri scelus: stirpem fratris uirilem interemit, fratris filiae Reae Siluiae per speciem honoris cum Vestalem eam legisset perpetua uirginitate spem partus adimit. Le roi suivant [d'Albe-la-Longue] fut Proca, père de Numitor et d'Amulius ; il transmit à Numitor, qui était l'aîné l'antique pouvoir des Silvius. Mais la violence l'emporta sur la volonté d'un père ou le droit de naissance : Amulius détrôna son frère et exerça le pouvoir. À ce crime il en ajouta un autre : il tua toute la descendance mâle de son frère. Il désigna comme vestale la fille de son frère, Rhéa Silvia, sous prétexte de l'honorer : en la vouant à la virginité, il lui ôtait l'espoir d'avoir des enfants. Tite-Live, Hist. Rom., I, 3-4.

8 La louve - Musée du Capitole Photographie personnelle libre de droit

9 Pierre Paul RUBENS Romulus et Rémus

10 Romulus et Rémus rétablissent Numitor sur le trône Après la mort d'Amulius et le rétablissement de l'ordre, les deux frères ne voulurent ni habiter Albe sans y régner ni régner du vivant de leur grand-père. Aussi, après avoir rétabli Numitor dans sa dignité royale et rendu à leur mère les honneurs qui lui étaient dus, ils résolurent de s'établir à part et de fonder une ville dans les lieux mêmes où ils avaient été nourris à leur naissance. Plutarque, Vie de Romulus, 9.

11 Le site de Rome Quelques repères A. Mons Capitolinus. B. Mons Palatinus C. Mons Aventinus. D. Mons Caelius. F. Collis Viminalis. G. Collis Quirinalis. H. Forum K. Mons Janiculus

12 Occupation du site de Rome Urne funéraire à incinération, en forme de cabane archaïque

13 La prise des auspices Remus et Romulus veulent fonder une nouvelle cité I.6. Ainsi, après avoir remis à Numitor le royaume albain, le désir prit Romulus et Rémus de fonder une cité dans les lieux mêmes où ils avaient été abandonnés et élevés. De plus, la population dAlbe et du Latium était importante ; sétaient ajoutés à cela également les bergers : de sorte que, tous réunis, ils rendaient plausible lidée quAlbe, que Lavinium serait petite en regard de la cité qui devait être fondée. Se mêla ensuite à ces intentions le mal ancestral, la soif de régner, et par suite une lutte criminelle née dun projet relativement pacifique. Puisque, comme ils étaient jumeaux, même le respect du droit daînesse ne pouvait faire la décision, de sorte que les dieux de la tutelle desquels dépendaient ces lieux (tutélaires de ces lieux) désignassent (ou puissent désigner) par des augures qui donnerait son nom à la nouvelle cité, qui la gouvernerait une fois fondée, Romulus choisit le Palatin, Remus lAventin comme emplacement pour prendre les auspices. I.7. Cest à Remus, rapporte-t-on, que laugure se présenta en premier (sous la forme de ) six vautours ; laugure avait à peine été annoncé que le double sétait montré à Romulus, et chaque groupe avait proclamé le sien roi. Les premiers revendiquaient le pouvoir au nom de la primauté, les seconds, au contraire, en regard du nombre doiseaux. Par suite, à la faveur dune dispute, ils se mesurent, rivalisent de colère et en viennent au meurtre ; là, dans la foule, Remus tomba frappé à mort. La tradition la plus répandue rapporte que, par moquerie à lencontre de son frère, Rémus aurait sauté par-dessus les nouvelles murailles ; et quensuite, il aurait été tué par Romulus, en colère, après que ce dernier ait ajouté en le proclamant haut et fort : « Il en sera ainsi désormais, pour toute autre personne qui franchira mes murailles ». Ainsi, Romulus fut seul maître du pouvoir ; la cité nouvellement fondée fut appelée du nom de son fondateur TITE-LIVE Histoire romaine I 6-7

14

15 Romulus : 1 er Roi de Rome

16 Le rite de fondation Romulus se mit à bâtir la ville. Il avait fait venir d'Etrurie des hommes pour le guider et lui enseigner en détail les rites et les formules à observer, comme dans une cérémonie religieuse. On creusa vers l'endroit qu'on appelle aujourd'hui le Comice une fosse circulaire où l'on déposa les prémices de tout ce dont l'usage est légitimé par la loi ou rendu nécessaire par la nature. A la fin, chacun y jeta une poignée de terre apportée du pays d'où il était venu et on mêla le tout ensemble. Ils donnent à cette fosse le nom de mundus, le même qu'à l'Olympe. Puis on traça autour de ce centre l'enceinte de la ville, en lui donnant la forme d'un cercle. Le fondateur, ayant mis à sa charrue un soc d'airain, y attelle un boeuf et une vache, puis les conduit en creusant sur la ligne circulaire qu'on a tracée un sillon profond. Des hommes le suivent, qui sont chargés de rejeter en dedans les mottes que la charrue soulève et de n'en laisser aucune en dehors. C'est cette ligne qui marque le contour des murailles ; elle porte le nom de pomerium, mot syncopé qui signifie " derrière ou après la muraille ". Là ou l'on veut intercaler une porte, on retire le soc, on soulève la charrue et on laisse un intervalle. Aussi considère-t-on comme sacré le mur tout entier, à l'exception des portes. Si l'on tenait les portes pour sacrées, on ne pourrait, sans craindre la colère divine, y faire passer ni les choses nécessaires qui entrent dans la ville ni les choses impures qu'on en rejette. (Plutarque, Vie de Romulus, 11)

17 Plan de la cité Plan de Rome – Cardo Decumanus Forum Mundus

18 POUSSIN Lenlèvement des Sabines Musée du Louvre

19 Tarpeia battue à mort par les soldats de Tatius attribué à Giovanni Antonio Bazzi ( ) Sanguine - Paris, Bibliothèque nationale de France =docbig&id_document=345

20 Les dépouilles opimes De retour avec son armée victorieuse, le roi, salué comme un héros en raison de ses exploits et expert dans l'art de les mettre en valeur, monta au Capitole, portant sur un brancard spécialement fabriqué pour cet usage les dépouilles prises sur le cadavre du chef ennemi et les déposa au pied d'un chêne vénéré par les bergers ; tout en déposant son offrande, il dessina les limites d'un sanctuaire en l'honneur de Jupiter et désigna le dieu d'un nom nouveau : " Jupiter Férétrien, voici des dépouilles royales que moi, le roi Romulus, je t'apporte en offrande ; je te consacre un temple sur l'emplacement que je viens de délimiter, il est destiné à recevoir les dépouilles opimes qu'apporteront ceux qui après moi auront tué un roi ou un chef ennemi. " Telle est l'origine de ce temple, le plus ancien des temples romains. Tite-Live, Hist.rom., I, 10

21 fr.wikipedia.org/wiki/Portail:Rome_antique/Image INGRES Romulus, vainqueur d'Acron, porte les dépouilles opimes au temple de Jupiter

22 Lintervention des Sabines Alors les Sabines, dont l'enlèvement avait causé cette guerre, après avoir dénoué leurs cheveux et déchiré leurs vêtements osèrent, tant la douleur l'emportait sur la peur naturelle aux femmes, s'avancer au milieu des traits qui volaient. Elles se précipitèrent au milieu du champ de bataille, séparant les armées en ligne, séparant les ressentiments ; elles suppliaient tour à tour leur père et leur mari de ne pas se couvrir par un crime affreux du sang d'un gendre ou d'un beau-père, de ne pas souiller par le meurtre de leurs parents les enfants qu'elles avaient mis au monde, leurs petits-fils ou leurs fils. " Si vous n'acceptez pas cette alliance et cette union, tournez contre nous votre colère : c'est pour nous que vous faites la guerre, pour nous que nos pères et nos maris sont blessés et succombent à leurs blessures. Mieux vaudrait pour nous être mortes que vous survivre, ou veuves ou orphelines ! " La scène émut à la fois les soldats et les chefs. Le silence s'établit soudain et on cessa de se battre. Les chefs s'avancèrent donc pour conclure un accord. Ils firent la paix et décidèrent en outre de réunir les deux états ; le pouvoir royal fut partagé et le gouvernement concentré à Rome. La Ville avait ainsi doublé et les citoyens, pour accorder malgré tout une compensation aux Sabins, prirent le nom de Quirites, qui vient de Cures [ville sabine dont T. Tatius était roi]. Tite-Live, Hist.rom., I, 13

23 Les licteurs louvre.edu Denier 54 av. J.-C.

24 Les chaises curules Denier de lépoque de Titus 1 er siècle ap. J.-C. Trajan Pater, en toge assis sur une chaise curule.

25 Les fondements de la société [I, 8] (1) Les cérémonies religieuses régulièrement établies, il réunit en assemblée générale cette multitude dont la force des lois pouvait seule faire un corps de nation, et lui dicta les siennes : (2) et persuadé que le plus sûr moyen de leur imprimer un caractère sacré aux yeux de ces hommes grossiers, c'était de se grandir lui-même par les marques extérieures du commandement, entre autres signes distinctifs qui relevaient sa dignité, il affecta de s'entourer de douze licteurs. (3) On pense qu'il régla ce nombre sur celui des douze vautours qui lui avaient présagé l'empire; mais je partage volontiers le sentiment de ceux qui, retrouvant chez les Étrusques, nos voisins, l'idée première des appariteurs et de cette espèce d'officiers publics, comme celle des chaises curules et de la robe prétexte, pensent que c'est dans leurs coutumes qu'il faut rechercher aussi l'origine de ce nombre. Ils l'avaient adopté parce que les douze peuples qui concouraient à l'élection de leur souverain fournissaient chacun un licteur à son cortège. (4) Cependant la ville s'agrandissait, et son enceinte s'élargissait chaque jour, mesurée plutôt sur ses espérances de population future que sur les besoins de sa population actuelle. (5) Mais pour donner quelque réalité à cette grandeur, Romulus, fidèle à cette vieille politique des fondateurs de villes qui publiaient que la terre leur avait enfanté des habitants, ouvre un asile dans ce lieu fermé aujourd'hui par une palissade qui se trouve à la descente du Capitole, entre les deux bois. (6) Esclaves ou hommes libres, tous ceux qu'excitent l'amour du changement viennent en foule s'y réfugier. Ce fut le premier appui de notre grandeur naissante. (7) Satisfait des forces qu'il avait conquises, Romulus les soumet à une direction régulière : il institue cent sénateurs, soit que ce nombre lui parût suffisant, soit qu'il n'en trouvât pas plus qui fussent dignes de cet honneur. Ce qui est certain, c'est qu'on les nomma Pères, et ce nom devint leur titre d'honneur; leurs descendants reçurent celui de Patriciens. TITE-LIVE I, 8

26 Lapothéose de Romulus Après ces travaux dignes de l'immortalité, un jour où il avait rassemblé son armée dans la plaine près du marais de la Chèvre pour la passer en revue, un très violent orage, accompagné de coups de tonnerre, éclata soudain. Le roi fut enveloppé d'un nuage si épais que l'assemblée le perdit de vue : depuis ce jour Romulus ne reparut plus sur terre. Les hommes se remirent enfin de leur frayeur lorsque, après un cataclysme si violent, le temps redevint clair et beau. Voyant que le trône du roi demeurait vide, ils crurent les patriciens qui se trouvaient à côté de lui, quand ils affirmèrent que Romulus avait été emporté par l'orage, mais n'en gardaient pas moins un douloureux silence, accablés par cette perte qu'ils ressentaient comme celle d'un père. Ensuite, à l'initiative de quelques-uns, ils rendirent un hommage unanime à Romulus, dieu et fils d'un dieu, roi et père de Rome. Ils imploraient dans leurs prières sa bienveillance : puisse-t-il toujours protéger la race qui descendait de lui en étendant sur elle sa grâce et sa faveur. Tite-Live, Hist.rom., I, 16

27 Romulus emporté dans les cieux par le dieux Mars Gravure daprès une représentation de 180 av.JC

28 Lexique Auctoritas - pouvoir essentiellement religieux dont les Patres sont investis. Augur – prêtre investi de la force naturelle insufflée par les dieux. Auspicium - observation du vol des oiseaux et autres signes pour savoir si Jupiter considère que le roi présomptif est apte à régner. Comitium Dépouilles opimes - in Littré - « Terme d'antiquité. Dépouilles opimes, celles que remportait un général romain qui avait tué de sa main le général de l'armée ennemie ».http://littre.reverso.net/dictionnaire-francais/definition/opimes/52282 Imperator – le chef investi de limperium ; incarné, dans sa figure originelle et mythique, par Romulus. Interprète de la volonté des dieux, combattant invincible, arbitre souverain de la justice auprès du peuple. Imperium - puissance absolue, sans partage ; pouvoir souverain, discrétionnaire dans les sphères civile et militaire, conférés par linauguratio. Les attributs : les 12 licteurs, armés de la hache ; la chaise curule (sella curulis ) ; la toge de pourpre (toga picta) ; le sceptre orné dun aigle ; la couronne dor (cf. fiche de mediterrannee.net sur la couronne Inauguratio - opération augurale qui consistait par lapposition de la main droite de laugure sur la tête du roi pour lui communiquer la force naturelle que laugure incarne. Interregnum – période de transition entre la mort dun roi et linvestiture de son successeur. Patres – appartiennent aux familles les plus influentes. Ils avaient le rôle fondamental, dans linterregnum, dassumer la transition ; ils étaient dépositaires des auspicia. Ils reçurent le titre honorifique de Patres et leurs descendants reçurent celui de Patriciens. Quirinus - Très ancienne divinité italique, dieu du ciel ou dieu de la guerre, peut-être d'origine sabine. Il était représenté sous la forme d'une pique ou d'une lance. Il donna son nom à l'une des sept collines de Rome où il avait un temple: le Quirinal. De Quirinus viendrait également la dénomination ancienne quirites, nom des citoyens romains. Renuntiatio - proclamation solennelle par laquelle les magistrats sont investis dans leur fonction comme figure charismatique.

29 Numa Pompilius – dorigine sabine ème Roi de Rome

30 Numa Pompilius

31 Temple de Janus Forum romain photo personnelle Dieu Janus 1 er s. ap. JC

32 Laire du Capitole 1) Temple de Fides 2) Temple d'Ops (Abondance) 3) Temple de Jupiter gardien. 5) Temple de Jupiter Feretrius. 6) Curie et cabane de Romulus (entre la curie et le temple de Jupiter Capitolin ). 18) Roche Tarpéienne.

33 Pièce de monnaie - Recto et verso Rome - Epoque républicaine 97 av.JC Pergamon Muesem, Berlin

34 Conclusion de Tite-Live Ita duo deinceps reges, alius alia uia, ille bello, hic pace, ciuitatem auxerunt. Romulus septem et triginta regnauit annos, Numa tres et quadraginta. Cum ualida tum temperata et belli et pacis artibus erat ciuitas. Ainsi, les deux premiers rois augmentèrent la puissance de Rome par des moyens différents, l'un par la guerre, l'autre par la paix. Le règne de Romulus avait duré trente-sept ans, celui de Numa quarante-trois : par leur politique extérieure et intérieure, ils laissaient un État fort et stable. Tite-Live, Hist. rom., I, 21

35 Tullus Hostilius – dorigine sabine ème Roi de Rome

36 Ancus Martius – petit fils de Numa ème Roi de Rome

37 La Curie romaine - siège du sénat La première Curie fut construite sous le roi Tullus Hostilius sur le Comitium (centre politique). Photographie personnelle libre de droit La Curie Julienne Visible de nos jours sur le Forum

38 Ancus Martius Ancus Martius était le petit-fils de Numa par sa mère. Dès le début de son règne, le glorieux souvenir de son grand-père et la conviction que les malheurs du précédent règne, remarquable par ailleurs, venaient uniquement de la négligence des pratiques religieuses ou des irrégularités commises dans leur application, l'invitèrent à rétablir avant toute chose les cérémonies publiques instituées par Numa. Tite-Live, Hist. rom., I, 32

39 Caractère de Tullus Hostilius Très différent de son prédécesseur, ce roi était même encore plus violent que Romulus : son âge et sa fougue, sans compter la gloire dont son grand-père s'était couvert, l'encourageaient dans ce sens. Trouvant en effet que la cité s'engourdissait dans l'inaction, il cherchait constamment l'occasion de rallumer la guerre. Tite-Live, Hist. rom., I, 22

40 Giuseppe Cesari dit Le Cavalier dArpino Arpino Rome 1640 La Victoire de Tullus Hostilius sur les forces de Veies et de Fidena 1596

41 Cesari Giuseppe, Le Cavalier D'Arpin (dit) La Victoire de Tullus Hostilius sur les forces de Veies et Fidéna 1er quart 17e siècle Musée des beaux-arts de Caen

42 Cavalier d'Arpino (Giuseppe Cesari ) Combat des Horaces et Curiaces Musée capitolin, appartement des conservateurs Pièce des Horace et des Curiace Fresque

43 DAVID Le Serment des Horaces Musée du Louvre


Télécharger ppt "Quelques repères. De la chute de Troie A la naissance de Rome."

Présentations similaires


Annonces Google