La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

REPUBLIQUE DU SENEGAL Un peuple – un but – une foi MINISTERE DE LEDUCATION NATIONALE Direction de la Planification et de la Réforme de lEducation MODELE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "REPUBLIQUE DU SENEGAL Un peuple – un but – une foi MINISTERE DE LEDUCATION NATIONALE Direction de la Planification et de la Réforme de lEducation MODELE."— Transcription de la présentation:

1 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un peuple – un but – une foi MINISTERE DE LEDUCATION NATIONALE Direction de la Planification et de la Réforme de lEducation MODELE DE SIMULATION REGIONALE DU SECTEUR DE LEDUCATION ET DE LA FORMATION

2 PLAN 1.Les options stratégiques 2.Pourquoi un modèle « SIMUL » pour le secteur ? 3.La Méthodologie 4. La simulation régionale

3 1.LES OPTIONS STRATÉGIQUES Le secteur, vient de définir un nouveau programme dénommé Programme dAmélioration de la Qualité de lEquité et de la Transparence (P.A.QU.E.T. Education et Formation). Ce programme qui couvre la période , laisse apparaitre un certain nombre doptions stratégiques qui méritent dêtre rappelées; il sagit de: Mise en place dun cycle fondamental déducation de base de dix ans conformément au droit universel à léducation et à la loi N° du 3 décembre Augmentation des capacités daccueil, Diversification de loffre déducation par la création de passerelles permettant aux sortants des modèles alternatifs dintégrer le système formel. Adaptation, en partenariat avec le secteur privé, de loffre de formation professionnelle aux besoins du développement économique Amélioration de la qualité des enseignements/apprentissages Rationalisation de lutilisation des ressources de toutes natures

4 2. POURQUOI UN MODELE « SIMUL »? Face aux exigences de développement du système éducatif, les problématiques sont nombreuses : il sagit entre autres de questions démographiques, darticulation inter cycle, de flux délèves, de détermination des besoins, de financement, darbitrage et dallocations des ressources. Ainsi, lapproche modélisation, intégrant ces différentes dimensions, demeure incontournable. Le modèle, représentation schématique des relations entre ces différentes dimensions, permet d: Améliorer la capacité du secteur à piloter le système éducatif (par des indicateurs de suivi des performances du système au niveau national et régional dans tous les sous secteurs) Alimenter lélaboration de plans pluriannuels de développement Evaluer la viabilité des politiques éducatives et proposer des scenarii dutilisation efficiente de ressources, articulées aux options de politique éducative

5 3. LA METHODOLOGIE Le développement devra se faire principalement en deux phases : élaboration du modèle national et élaboration des modèles régionaux. (régionalisation des objectifs nationaux par une adaptation du modèle au contexte local) Méthodologie de développement Lapproche de construction repose sur cinq éléments essentiels de la planification comme outils daide à la prise de décision : Létablissement dune situation diagnostique sur lefficience du système éducatif (profils de scolarisation : coefficient defficacité, durée moyenne des études, taux de survie par rapport aux années détudes, etc.). La détermination de profils de scolarisation compatibles avec les objectifs de la « Nouvelle Lettre de Politique Sectorielle » ; par exemple, « Les grands objectifs de lenseignement élémentaire : permettre à 100% des élèves inscrits en première année de lélémentaire de parvenir en fin décole primaire ».

6 3. LA METHODOLOGIE La construction des tendances prévisionnelles simulables (par rapport à la démographie, à laccès scolaire, à la rétention dans le cycle, etc.) entre la situation diagnostique et les objectifs de la nouvelle LPS ). En fait, il sagit de la construction de propositions de politique éducative entre la situation de départ et la situation souhaitée. Laffichage des résultats en termes deffectifs élèves à scolariser (amélioration des promus, baisse des redoublants et abandons) et en termes de facteurs de production (personnel, infrastructures, matériels didactiques, etc.). La détermination des coûts des scénarios par rapport aux hypothèses de développement quantificatif, qualitatif et équitable du système. Les coûts sont déterminés sur la base : du cadrage complet du personnel (enseignant, administratif, …) émargeant au titre du MEN, des besoins en infrastructures et équipements (salles de classe, laboratoires, réhabilitation, extensions,…), des dépenses en biens et services, etc., des prix moyens des facteurs de production scolaire et leur évolution possible dans le temps (taux dinflation, progression du salaire annuel moyen,…).

7 3. LA METHODOLOGIE La construction des tendances prévisionnelles simulables (par rapport à la démographie, à laccès scolaire, à la rétention dans le cycle, etc.) entre la situation diagnostique et les objectifs de la nouvelle LPS ). En fait, il sagit de la construction de propositions de politique éducative entre la situation de départ et la situation souhaitée. Laffichage des résultats en termes deffectifs élèves à scolariser (amélioration des promus, baisse des redoublants et abandons) et en termes de facteurs de production (personnel, infrastructures, matériels didactiques, etc.). La détermination des coûts des scénarios par rapport aux hypothèses de développement quantificatif, qualitatif et équitable du système. Les coûts sont déterminés sur la base : du cadrage complet du personnel (enseignant, administratif, …) émargeant au titre du MEN, des besoins en infrastructures et équipements (salles de classe, laboratoires, réhabilitation, extensions,…), des dépenses en biens et services, etc., des prix moyens des facteurs de production scolaire et leur évolution possible dans le temps (taux dinflation, progression du salaire annuel moyen,…).

8 Admissions Efficacité interne Effectifs année de base Effectifs T+1 Ressources Objectifs PDEF TP, TR, TA Taux daccès Démographie, Population scolarisable Démographie, Population scolarisable 3. LA METHODOLOGIE 3.2. Architecture de loutil

9 Types (salles, labos), Indicateurs Optimisation Personnel (categories) Infrastructures Equipments Ressources Coûts et financement Equipements/ état et/ou fonctionnement

10 Indicateurs coûts Cadrage macro- économiques -ressources allouées internes - ressources externes Cadrage macro- économiques -ressources allouées internes - ressources externes Coûts des facteurs: -salaires, - hors salaires, -Investissement en capital Coûts des facteurs: -salaires, - hors salaires, -Investissement en capital Détermination des gaps (Ressources- Emplois) Coûts et financement Indicateurs financement DEMO

11 Tableau de bord -Accès - Qualité, - Gestion Tableau de bord -Accès - Qualité, - Gestion Rapport économique et financier - Contexte de développement du secteur, - Aspects quantitatifs, - Aspects qualitatifs, - Coûts financement, Rapport économique et financier - Contexte de développement du secteur, - Aspects quantitatifs, - Aspects qualitatifs, - Coûts financement, Production: a) Tableau de bord, b) Rapport économique et financier Production: a) Tableau de bord, b) Rapport économique et financier

12 4. LA SIMULATION REGIONALE Elle se fera à laide de la carte scolaire qui est un ensemble de techniques et de procédures permettant destimer les besoins futurs déducation au niveau local et de prévoir les mesures à prendre pour les satisfaire. La carte scolaire est un exercice de micro planification, avec comme spécificité la recherche dune meilleure adéquation entre loffre et la demande éducative. Elle donne une vision dynamique et prospective de ce que le service éducatif devrait être à lavenir, avec ses locaux, ses enseignants et ses équipements, pour permettre la mise en place des politiques éducatives. Objectifs : Chercher à atteindre les objectifs définis au niveau national en assurant plus dégalité dans la répartition des services éducatifs, une meilleure adaptation de ces services aux besoins des communautés locales et une utilisation plus efficace des ressources disponibles.

13 4. LA SIMULATION REGIONALE Principes : La participation des communautés locales aux efforts de planification ; cette implication étant un gage de réussite des réformes envisagées au niveau local. Une organisation et une gestion des ressources de manière à permettre la réalisation réussie dobjectifs définis. Place du modèle de simulation dans la planification : Le MS est une structure numérique représentant le système éducatif dun pays, dune région … dans la situation présente et en anticipant ses différentes possibilités dévolution pour le futur. Il met en regard les contraintes et les choix faits dans le financement du système avec ceux faits pour produire les services éducatifs en termes de couverture, de modes de fonctionnement et dorganisation.

14 2 rappels: 1. lestimation dun modèle de simulation de léducation ne doit être envisagée quaprès quun diagnostic suffisamment précis et complet de la situation du secteur éducatif du pays ait été fait. Identifier la structure pertinente à retenir; Disposer des données cohérentes concernant les différentes variables retenues dans la structure du modèle pour lannée de base. 2. Avoir à lesprit que toutes les évolutions possibles envisagées pour les différents paramètres, (par exemple que la fréquence des redoublements va diminuer de 25 à 10 %, ou que la rétention des élèves en cours de cycle primaire va augmenter de 60 à 90 %), ne seront effectivement réalisées que si une provision des ressources est faite et des actions concrètes déroulées pour y arriver. En effet, le modèle de simulation ne dit pas ce qui va se passer, mais seulement ce que serait le système si les choses se passaient effectivement comme on la envisagé.

15 Articulation entre le modèle de simulation et le plan daction qui lui est attaché. Ces plans daction définissent la manière dont les projections anticipées vont effectivement se réaliser, servent également de base pour le suivi et lévaluation des politiques choisies. Approches de régionalisation des objectifs: Plusieurs approches sont possibles pour adapter un objectif national aux différentes régions : Approche1 : Appliquer le taux daccroissement national au niveau régional Approche2 : Appliquer au niveau régional la proportion que représente lobjectif national à atteindre par rapport à lobjectif maximum Approche3 : Appliquer lobjectif national à toutes les régions dans le cadre dune démarche volontariste Aucune méthode nest privilégiée, mais selon le cas, une méthode sera appliquée.

16 Construction du bloc DIPE Détermination des effectifs scolaires: 1. Projection de la demande pour ce cycle denseignement: Copie à partir de la base de lANSD la population scolarisable de 2011 à 2015 ; calcul du TAMA =/=taux de croissance globale sur la période Si lon considère la population scolarisable (6ème colonne du tableau 1) le taux de croissance: entre 2010 et 2013= (V année 2013-V année 2010)/V année 2010 = (V année 2013 / V année 2010) -1 taux de croissance annuel moyen: ((V année 2013/V année 2010)^(1/3))-1 2. Projection de la population de 3-6 ans, à partir du TAMA 3. Projection des indicateurs clés: TBPS à partir de la situation de référence 2012, vers les objectifs politiques nationaux à lhorizon 2025 ; A partir de la progression des taux obtenus et des populations scolarisables déterminer les effectifs totaux et désagrégés Part du privé ; de la communauté et du public : Les parts sont ainsi fixés : 4. part des statuts (privé; communautaire et public): A partir des valeurs issus du diagnostic (année de référence) et des cibles nationales, projeter ces parts. NB: Ces cibles pourraient au besoin être légèrement retouchée en fonction des réalités de la région

17 A partir de ces hypothèses déterminer successivement :les effectifs totaux inscrits dans les trois types de structures Détermination des taux de progression des effectifs totaux filles dans les trois types de structures, sur la base des hypothèses déquité de genre c.à.d. 50% fille 50% garçons Détermination des effectifs filles-garçons totaux dans les trois types de structures Détermination des besoins: Détermination des besoins en éducateurs : 1.Besoins en enseignants: Partir des effectifs élèves du public. Sappuyer sur la situation de lannée de base qui devrait donner le personnel dans leur détail, éducateurs et personnels administratifs. A laide du ratio élèves/éducateur objectif (national 32 à lhorizon 2025), projeter la progression du ratio à partir de la situation de référence a celle désirée par la région Le nombre déducateurs sobtient par la formule : = (Nb total élèves/ ratio élèves-éducateur)

18 Un taux dattrition 2,5% (considéré comme une moyenne dans les pays dAfrique Subsaharien) permet destimer les sortis du systèmes pour divers raisons(démission, décès, départ pour dautres fonctions …) quil faut remplacer. Le besoin net en éducateurs est déterminé par la différence entre deux années successives, ajoutée des éducateurs à remplacer Les personnels administratifs On part du fait que les directeurs décoles constituent le personnel administratif des écoles du DIPE. Et pour éviter le double compte, on fait lhypothèse quils sont tous déchargés Détermination de la situation de référence ( à partir du personnel) et projection vers les 100% pour avoir la progression des taux Détermination des effectifs des personnels administratifs à partir des taux de progression Détermination des besoins en salles de classe Projection du ratio élève/SDC à partir de la situation de référence de la région et de lobjectif régional (le national est de 32 élèves par éducateur) Sur la base des taux obtenus, on détermine le nombre de SDC nécessaires à partir de la formule : effectif délèves /ratio élèves par SDC ) Le besoin net en SDC est déterminé par la différence entre deux années successives.

19 Un taux dattrition 2,5% (considéré comme une moyenne dans les pays dAfrique Subsaharien) permet destimer les sortis du systèmes pour divers raisons(démission, décès, départ pour dautres fonctions …) quil faut remplacer. Le besoin net en éducateurs est déterminée par la différence entre deux années successives, ajoutée des éducateurs à remplacer Détermination des besoins en équipement des structures Sur lhypothèse que la structure est formée par trois SDC, on détermine le nombre de structures additionnelles par la formule : Besoin en SDC/3 Détermination de lévolution des structures :à partir du stock initial, on ajoute les structures additionnelles Détermination des structures à équipées : Partir du pourcentage de structures équipées et projeter sur la base de lhypothèse que dici la fin de la période que les structures seront équipées (c.à.d. 100%). Sur la base de la progression du taux de structures à équiper et du nombre de structures existantes déterminer le nombre de structures équipées

20


Télécharger ppt "REPUBLIQUE DU SENEGAL Un peuple – un but – une foi MINISTERE DE LEDUCATION NATIONALE Direction de la Planification et de la Réforme de lEducation MODELE."

Présentations similaires


Annonces Google