La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Jean- Louis FLORES Laboratoire dErgonomie Université Claude Bernard 43, Boulevard du 11 Novembre 69622 VILLEURBANNE Cedex.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Jean- Louis FLORES Laboratoire dErgonomie Université Claude Bernard 43, Boulevard du 11 Novembre 69622 VILLEURBANNE Cedex."— Transcription de la présentation:

1 Jean- Louis FLORES Laboratoire dErgonomie Université Claude Bernard 43, Boulevard du 11 Novembre VILLEURBANNE Cedex

2 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 2 PLAN n I – De nouvelles questions, attentes en analyse du travail n II – Les nouveaux modèles de santé au travail n III – La prise en compte de nouvelles modalités du fonctionnement des entreprises n IV – Lapproche qui en résulte

3 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 3 « Et maintenant que faire pour traiter des questions de santé au travail? » n Des maladies professionnelles spécifiques –Pathologies dorganisation –Pathologies liées aux manque de marges de manœuvre des salariés –………. n Lévolution des populations n La question de la pénibilité n …………….

4 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 4 Les faits n Les pathologies dhyper sollicitation –TMS = 73% des MP n Les risques psychosociaux –Le stress n Les questions posées par les restrictions daptitudes –Les difficultés de mettre en place les opérations de reclassement n …………………………. Des approches spécifiques ?

5 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 5 Source INRS (Avril 2007) Affections provoquées par les poussières d'amiante Affections périarticulaires

6 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 6 TMS – Statistiques 2006 MP Source INRS (Novembre 2007) n Les affections péri articulaires –Tableau 57 : cas reconnus –Premières cause des maladies professionnelles : 69,4 % n Les lombalgies : – tableaux n° 97 (411 cas) et 98 (2 251 cas), – 3e cause de maladies professionnelles. Les TMS représentent les trois quarts des maladies professionnelles reconnues.

7 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 7 Une nouvelle façon danalyser les causes des accidents du travail n La fonction de maintenance augmente de façon significative la probabilité davoir un accident –(Installation, entretien, réglage, réparation) Le poids des situations non stabilisées

8 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 8 Taux daccident selon les indicateurs dorganisation du travail ( Sources DARES) Travailler sous contraintes machiniques14% Interrompre son travail pour effectuer une tâche plus urgente 11% Travailler avec des délais courts13% Travailler sous la pression dune demande extérieure8 % Manquer dinformation pour faire son travail correctement11% Proportion de salariés ayant déclarés un AT

9 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 9 PLAN n I – De nouvelles questions, attentes en analyse du travail n II – Les nouveaux modèles de santé au travail n III – La prise en compte de nouvelles modalités du fonctionnement des entreprises n IV – Lapproche qui en résulte

10 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 10 Définition des maladies professionnelles Maladies pour lesquelles l'environnement de travail et la réalisation du travail contribuent de manière significative. (Définition des maladies liées au travail adoptée par l'OMS -1985)

11 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 11 Modèle 1 - La santé cest labsence de maladies n «Pas de pathologies, pas de déficiences » n Définition négative insatisfaisante n Position très déterministe oblitérant la part active des sujets, leur projet, leurs spécificités, leur parcours professionnel, etc.

12 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 12 La santé Modèle 1 n La santé est menacée par la sollicitation insuffisante, excessive ou inappropriée des fonctions physiologiques et cognitives. –La recherche des seuils –L approche normative –L approche déterministe Une métrique de la santé basée sur des « standards »

13 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 13 Les évolutions en matière de définition de la santé De l'absence de maladie, voire de la simple survie, la santé est devenue « un état de bien- être complet, physique, mental, et social » (Définition OMS) La « santé » ce n est pas uniquement la non maladie

14 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 14 La santé Modèle 2 Développement, environnement, construction sociale n «la capacité de sadapter à un environnement sans cesse en évolution n sans prélèvement sur ses capacités vitales n en y puisant des possibilités nouvelles pour son propre développement». « Groupe pluridisciplinaire sur la santé » La santé fait lobjet dune « construction » dynamique

15 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 15 n «La santé, cest pour chaque homme, chaque femme, chaque enfant, davoir les moyens de se construire un cheminement personnel et original vers un état de bien-être physique, psychique et social». Dejours, Travail Humain, 1995 La santé Modèle 2 Développement, environnement, construction sociale La construction de la santé suppose une marge de manœuvre

16 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 16 La santé Modèle 2 Développement, environnement, construction sociale n «la mesure dans laquelle un groupe ou un individu peut –réaliser ses ambitions –satisfaire ses besoins –évoluer avec le milieu et sadapter avec celui-ci.» 1 ère Conférence internationale pour la promotion de la santé à Ottawa (1986 ) La santé fait lobjet dune « construction » individuelle et collective

17 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 17 Dimensions psychique et dynamique de la santé n Etre en forme, avoir le sentiment de vivre une vie qui se tient. n Se sentir libre, ce qui implique autant le sentiment davoir barre sur les choses que la connaissance et lacceptation de ses propres limites. n Enfin, percevoir la suite des événements vécus comme une unité susceptible de faire sens et de se constituer une histoire.» P. Davezies La santé Modèle 2 Développement, environnement, construction sociale

18 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 18 La santé Modèle 2 n La santé est l objet d une construction (de constructions) individuelle et collective dans un cadre social n Elle est favorisée lorsque le « milieu » permet à lindividu d apporter une contribution reconnue. n Elle est mise en danger lorsque les contraintes ne permettent plus d élaborer des stratégies originales pour sauvegarder son intégrité et son identité Une approche de la santé basée sur les conditions de mobilisation des « capacités potentielles »

19 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 19 La santé au travail n La santé est l objet d une construction –L approche probabiliste –Phénomène complexe –Rupture d un équilibre –Elle sinscrit dans une histoire (des histoires) Modèle 1 Modèle 2

20 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 20 La santé fait lobjet d une construction sociale en lien avec lenvironnement n La définition de la santé s'est orientée vers la capacité de la personne à fonctionner de façon optimale dans son environnement ou à s'adapter à son environnement n Le développement d'une affection influe sur « la capacité et la performance de l'individu en tant que membre participant d'un groupe hautement interdépendant » La santé se définie en interaction avec l environnement de l individu

21 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 21 PLAN n I – De nouvelles questions, attentes en analyse du travail n II – Les nouveaux modèles de santé au travail n III – La prise en compte de nouvelles modalités du fonctionnement des entreprises n IV – Lapproche qui en résulte

22 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 22 La revanche des savoir-faire n Lévolution des organisations entraîne une obsolescence rapide des prescrits, décrits et formalisés. n Lévolution de la complexité des interactions dans la situation de travail –due à la complexité des organisations –à la recherche de décloisonnement par louverture de lensemble des secteurs de lentreprise : démarche qualité, développement durable,….. n La rationalité du prescrit nest pas toujours cohérente avec « la non rationalité » du réel –urgence –incertitude

23 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 23 n Certains savoir- faire routiniers ont été transférés aux machines n Lopérateur a pour principal fonction de gérer les incidents –Diagnostic, –Compromis opératoires –……………………. Des « savoir-faire » routiniers au « savoir- intervenir » Augmentation du nombre de variables et du nombre de solutions ce qui rend essentiel le « raisonnement conditionnel

24 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 24 Des modalités particulières de lengagement dans le travail n La diminution des prescriptions organisationnelles –Accroissement de lengagement de individus dans son travail »Dans le processus de production »Dans les processus de gestion de « lunité de travail » –Nécessité dune compréhension globale du système –Réaction autonome aux incidents et aléas n La notion « dobligations implicites » (De Tersac 1993) Un sur prescrit de performance et un sous prescrit de comment atteindre la performance

25 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 25 Le rôle des collectifs n La construction des compétences collectives (compétence d un collectif) –Partage de situations-problèmes –Partage de références et d éléments permettant de faire un diagnostic –Mise en débats et partage des solutions CEST DANS L INFORMEL QUE SE CONSTRUIT LA COMPETENCE DUN COLLECTIF

26 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 26 Evolutions technologiques Nouvelles formes dorganisations Nouvelles exigences Évolution des marges de manoeuvre 26 L augmentation de la complexité, la diminution des marges de manoeuvre CHANGEMENT DU TRAVAIL

27 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 27 Conclusion n Le travail a changé n Le positionnement sur le travail a changé n Les contraintes de travail ont changé n Lidée que lon se fait de la santé a changé n ……………………….. Conditions de travail Santé et travail

28 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 28 Le travail et ses contraintes évoluent Évolutions du contexte et du système de production De nouvelles questions en analyse du travail De nouvelles questions du point de vue des conditions de travail Évolution des méthodes en analyse du travail Lévolution du système de production et des questions posées en matière de conditions de travail

29 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 29 PLAN n I – De nouvelles questions, attentes en analyse du travail n II – Les nouveaux modèles de santé au travail n III – La prise en compte de nouvelles modalités du fonctionnement des entreprises n IV – Lapproche qui en résulte –Lapproche globale en Ergonomie –Lanalyse dune situation de travail

30 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 30 Les représentations habituelles de lergonomie n Normes et standards ergonomiques n La « mesure des couts » du travail n La recherches des seuils n Un approche techno centrée n Lexpert, le spécialiste en ….

31 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 31 Un changement des modèles daction sur le travail n Aller au-delà de la compréhension et de la description n Se préoccuper de la connaissance du réel n Transformer les conditions de travail

32 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 32 Lexpertise,les connaissances sur le travail « Nous sommes tous tayloriens, dans la mesure où nous prétendons détenir un savoir spécifique sur le travail et les salariés, savoir que les travailleurs ne possèdent pas » LA NECESSAIRE PRISE EN COMPTE DE CELUI (CELLE) QUI TRAVAILLE

33 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 33 n Opérateurs ou salariés ? n Les « opérateurs » existent –Les objectifs de la tâche (travail prescrit) ne peuvent être atteints sans contributions personnelles des salariés –Le travail réel est une interaction dialectique entre les tâches normatives et les activités intelligentes n Ils sont en situation –Peut-on utiliser des modèles universels ? –Peut-on transférer des connaissances issues du laboratoire LANALYSE DU TRAVAIL EST EMPIRIQUE VS UNE ANALYSE NORMATIVE Lanalyse du travail pour …..

34 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 34 Lanalyse du travail pour ….. n Il sagit bien dune rencontre entre celui (celle) qui travaille et celui qui analyse le travail n Distinguer les caractéristique du travail utile à laction n La question des modèles

35 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 35 n Si on considère lhomme comme un des éléments du système « objet dont on peut connaître les caractéristiques et les limites Approche normative qui fait coïncider les caractéristiques de lindividu avec le système de production n Si on considère les hommes comme des acteurs dans le système Compréhension de son fonctionnement, des régulations et de la gestion des compromis. Comment les variabilités sont traitées. Etude des échanges régulatifs entre lenvironnement professionnel et l opérateur » Le modèle des hommes au travail?

36 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 36 « Il s'agit plus de "savoir lire le fonctionnement de l'entreprise" et d'en tirer des conclusions en termes de conditions de travail que d'appliquer des "recettes" dont on a déjà testé les limites » « Lanalyse du travail doit non seulement débrouiller lécheveau et trouver les solutions mais encore découvrir des régularités, des lois dans lapparent désordre quil a analysé » Alain WISNER Le point nodal de l approche est centré sur l analyse des activités : méthode de lecture du fonctionnement de l entreprise

37 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 37 De quoi fait-on l analyse ? n Les problèmes importants ne concernent plus uniquement l ergonomie du poste et des informations que l homme reçoit de sa machine, mais concernent les systèmes, organismes complexes où interviennent des mécanismes de régulation et d auto- organisation Faverge DE L OUTIL AU SYSTEME

38 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 38 Un individu Un collectif Un contrat Une organisation Un système technique Une performance à atteindre et les effets sur … Un contexte de production Un contexte économique et social Lanalyse du travail : une approche « système » Ce que lon cherche à comprendre cest la structure du système et comment elle se construit 1

39 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 39 Caractéristiques sexe, âge, capacités fonctionnelles, caractéristiques physiques,.. Expérience, acquis de formation Etat instantané fatigue, biorythme, vie hors travail Objectifs Outils nature, usure, réglages, moyen de communication, documentation Temps horaires, cadences Organisation du travail consignes, répartition des tâches, critères, apprentissage,.. Environnement espaces, toxiques, ambiances physiques, LOPERATEURLENTREPRISE CONTRAT ACTIVITE DE TRAVAIL Contexte économique, social, technique PRODUCTION QUALITE SANTE ACCIDENTS COMPETENCES TACHES PRESCRITES TACHES REELLES L APPROCHE GLOBALE PERMET L OPERATIVITE DES MODELES ELABORES EN ANALYSE DU TRAVAIL

40 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 40 Les enjeux de lintervention Interventions qui portent sur la transformation dun système de production (dun « travail »). Situations où une diversité dacteurs sociaux contribuent à construire des représentations sur le travail Lintervention se fait dans un contexte particulier ou se confrontent des points de vue singuliers sur le Travail

41 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 41 Le nécessaire changement des représentations sur le travail n LErgonome (Ergonomie) contribue à la transformation des situations de travail en transformant les représentations du travail présents chez les acteurs sociaux (F. Daniellou – 1999) n « Les résultats de lanalyse du travail nont pas deffet par leur seule valeur de vérité » n « Cest la mise en discussion, auprès des acteurs sociaux pertinents, qui enclenche le processus de transformation » 2

42 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 42 « Intervenir en ergonomie» « Pour transformer les situations de travail, lergonome contribue à transformer des points de vue, en mettant en circulation, dans linteraction sociale, dautres descriptions du travail que celles qui prévalaient jusqualors ? » * « Une re-présentation des comportements (au sens dactivités) dopérateurs dans une situation de travail donnée, et permettant dagir sur cette situation » ** « Construire un diagnostic en termes décarts aux descriptions antérieures »*. *Daniellou ** De Montmolin 3

43 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 43 La règle des trois appuis n La mise en pratique de lapproche système n La question du modèle (des modèles) –Modèle de lHomme au travail –Modèle de lintervention n Le travail sur les représentations –Représentations sur le travail –Représentations sur la modalité des transformations –Représentations sur le travail de lergonome

44 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 44 PLAN n I – De nouvelles questions, attentes en analyse du travail n II – Les nouveaux modèles de santé au travail n III – La prise en compte de nouvelles modalités du fonctionnement des entreprises n IV – Lapproche qui en résulte –Lapproche globale en Ergonomie –Lanalyse dune situation de travail

45 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 45 La règle des trois appuis (Bis) n Construire et mener l intervention COMPRENDRE LE TRAVAIL POUR LE TRANSFORMER Les déterminants L activité Les conséquences

46 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 46 Caractéristiques sexe, âge, capacités fonctionnelles, caractéristiques physiques,.. Expérience, acquis de formation Etat instantané fatigue, biorythme, vie hors travail Objectifs Outils nature, usure, réglages, moyen de communication, documentation Temps horaires, cadences Organisation du travail consignes, répartition des tâches, critères, apprentissage,.. Environnement espaces, toxiques, ambiances physiques, LOPERATEURLENTREPRISE CONTRAT ACTIVITE DE TRAVAIL Contexte économique, social, technique PRODUCTION QUALITE SANTE ACCIDENTS COMPETENCES TACHES PRESCRITES TACHES REELLES L APPROCHE GLOBALE PERMET L OPERATIVITE DES MODELES ELABORES EN ANALYSE DU TRAVAIL

47 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 47 Caractéristiques sexe, âge, caractéristiques physique,.. Expérience, acquis de formation Etat instantané fatigue, biorythme, vie hors travail Objectifs Outils nature, usure, réglages, moyen de communication, documentation Temps horaires, cadences Organisation du travail consignes, répartition des tâches, critères, apprentissage,.. Environnement espaces, toxiques, ambiances physiques, CONTRAT TACHES PRESCRITES TACHES REELLES ACTIVITE DE TRAVAIL PRODUCTION QUALITE SANTE ACCIDENTS COMPETENCES LOPERATEURLENTREPRISE Déterminants Travail réel et activités Conséquences

48 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 48 Description d une situation de travail 1 er niveau d analyse : les déterminants Qui ? Age, sexe, ancienneté, statut Qualification, formation Expériences et compétences Pour quoi faire ? Production Délais Quantité et qualité Avec qui ? Equipe et collectif de travail Hiérarchie Comment ? Technologie, Organisation Procédures Avec quoi ? Matériel outils, poste Où ? Cadre bâti Espace, circulation Ambiance physique Quand ? Horaires et durée Rythme de travail SITUATION DE TRAVAIL

49 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 49 Travail prescrit n Ensemble des objectifs assignés et des prescriptions définies par lentreprise n Fonctions –Poste = ensemble de fonctions (préparation, assemblage,..) –Pour chaque fonction : moyens techniques, humains, organisation du travail,.. n Normes de production –objectifs à atteindre –critères quantitatifs et qualitatifs n Procédures –gamme, enchaînements,.. n Consignes –écrites, verbales, implicites –règles à respecter

50 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 50 Tâche prescrite –Tâche réelle - Activité ? n La tâche indique ce qui est à faire, lactivité ce qui se fait n La notion de tâche véhicule lidée de prescription. n La notion dactivité renvoie à ce qui est mis en jeu pour exécuter les prescriptions. LEONTIEV Tâche = but donné dans des conditions déterminées

51 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 51 Tâche prescrite/Tâche réelle BUT OU ETAT FINAL A OBTENIR LES ETAPES ET LES MOYENS MIS A DISPOSITION POUR LE FAIRE TACHE PRESCRITE TACHE REELLE (EFFECTIVE) Prescrite : tâche conçue par celui qui commande ( organise, décide ….) lexécution Effective : tâche réalisée par celui qui accomplit

52 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 52 Travail prescrit - Travail Réel n D'une part celle des exigences de la tâche n Dautre part celle des activités par lesquelles les individus répondent réellement à ces exigences Le statut des écarts entre le travail prescrit et le travail réel 3

53 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 53 Le statut des écart prescrit/réel ? n Le travail prescrit, celui des procédures ne rend compte que partiellement du travail effectif, réel, réalisé par les opérateurs. n Une entreprise ne peut vivre que dans le mouvement. Cette dynamique ne peut quentraîner des variabilités de fonctionnement qui peuvent être à lorigine de situations- problème. n Les problèmes, ou les dysfonctionnements, font partie de la vie normale dune entreprise. Ce qui importe cest la pertinence, lefficacité des systèmes de régulation mis en place n Il sagit alors daccorder une place particulière à ces régulations dans lanalyse du travail : les identifier et en analyser les coûts individuels et collectifs.

54 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 54 Écarts prescrit - réel ? n Les limites dune analyse du travail en terme décart entre tâche et activité n Le sens des écarts prescrit – réel n La question de « lacceptabilité » des écarts n Qui est acteur dans la compréhension des écarts ? La pédagogie des écarts et des dysfonctionnements Peut –on envisager un monde virtuel sans dysfonction ?

55 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 55 Le dysfonctionnement ? n Le dysfonctionnement renvoie sur la normalité n Fonctionnement nominal / dégradé n Le partage de la « normalité » Quand le fonctionnement dégradé devient la norme où est le « dysfonctionnement » ?

56 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 56 Caractéristiques sexe, âge, caractéristiques physique,.. Expérience, acquis de formation Etat instantané fatigue, biorythme, vie hors travail Objectifs Outils nature, usure, réglages, moyen de communication, documentation Temps horaires, cadences Organisation du travail consignes, répartition des tâches, critères, apprentissage,.. Environnement espaces, toxiques, ambiances physiques, CONTRAT TACHES PRESCRITES TACHES REELLES ACTIVITE DE TRAVAIL PRODUCTION QUALITE SANTE ACCIDENTS COMPETENCES LOPERATEURLENTREPRISE L analyse de lactivité le point nodal de lapproche

57 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 57 Les préalables à l analyse de l activité de travail n Activité = –Expression de la relation entre l Homme et son environnement de travail –Distinguer performance et activité –Distinguer tâche et activité –La notion d observable Donner du sens à l analyse de l activité

58 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 58 Description d une situation de travail 2 éime niveau : l activité SITUATION DE TRAVAIL Activités "Occuper des postures et réaliser des gestes, traiter de l'information Maîtriser l'espace et gérer le temps, traiter les variabilités, s'insérer efficacement dans le collectif de travail Mettre en place des savoir-faire (capacités opérationnelles), des schémas stratégiques de planification des activités. Une autre lecture

59 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 59 TRAVAILLER C'EST : n "Occuper des postures et réaliser des gestes, traiter de l'information, » n " Maîtriser l'espace et gérer le temps, traiter les variabilités, s'insérer efficacement dans le collectif de travail n Mettre en place des savoir-faire (capacités opérationnelles), des schémas stratégiques de planification des activités.

60 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 60 Lactivité de travail est située n L expression des compromis, des stratégies que construit et développe l individu (le collectif) pour « travailler »l. n Lactivité de travail est révélatrice des compensations (régulations) individuelles et collectives. « Travailler cest tricher » « Lintelligence rusée »

61 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 61 Lactivité située : révèle les compromis et les conflits * Compromis opératoire - ACTIVITE COMPORTEMENT PERFORMANCE TÂCHE HOMME Ce quon fait Ce quon voit Ce que ça fait Conflit de logique Ce quon demandeCe que ça demande Logique technico - organisationnelle Logique du vivant *F Hubault Indicateurs dactivité Indicateurs de résultat

62 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 62 « Lactivité réelle ne se touche pas du doigt » (Y. Clot) n « Il faut regarder lactivité non pas comme une conduite observable et réalisée mais comme un champ de possibles et dimpossibles » n « Le comportement,…, est une infime part de ce qui est possible »* * L. Vygostski, « La conscience comme problème de la psychologie du comportement (1925) Traduction de F. Sève, Société française, n°50, 1994 Lactivité ce nest pas uniquement ce qui est réellement fait pour réaliser la tâche

63 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 63 n « L activité de travail nest pas uniquement la réalisation concrète de la tâche –L activité est le reflet de la construction d une histoire, elle construit la compétence, la santé, l identité –L activité qui cherche un passage peut devenir soit une occasion de se dépasser soit une souffrance de plus –Une activité sans conflit est une activité sans possibilité, elle provoque des moments d ouverture vers des zones de développements potentiels Yves CLOT, « Le travail sans lhomme ». Paris, La Découverte Ed.,1995 La dimension « existentielle » de lactivité *

64 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 64 «L activité, …, une occasion de se dépasser ou une souffrance de plus » n Lactivité empêchée n Lactivité retenue n Le coût psychique de la re-conception de la tâche par lactivité n Le seuil de tolérance, acceptée négociée par lindividu 4

65 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 65 La place de la « parole » n « Déficit langagier » et connaissances –non verbalisées sur les activité « habiles » (Bourdieu, Mauss) n « Ce quon ne sait pas quon sait » n « Quon sait sans jamais avoir pu le parler » (Teiger, Laville) Prise de conscience des connaissances sur « son » travail

66 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 66 La verbalisation sur « son »travail : De l'expérience vécue à l'expression orale de cette expérience n De la capacité de travailler à la capacité de verbaliser ? ( l'expression des savoir faire) n Le passage de l'action à la verbalisation sur l'action n Le poids des représentations n "On ne dit pas toujours ce que l'on fait et on ne fait pas toujours ce que l'on dit" UNE MAÏEUTIQUE A METTRE EN OEUVRE La verbalisation sur « son »travail : De l'expérience vécue à l'expression orale de cette expérience

67 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 67 Caractéristiques sexe, âge, caractéristiques physique,.. Expérience, acquis de formation Etat instantané fatigue, biorythme, vie hors travail Objectifs Outils nature, usure, réglages, moyen de communication, documentation Temps horaires, cadences Organisation du travail consignes, répartition des tâches, critères, apprentissage,.. Environnement espaces, toxiques, ambiances physiques, CONTRAT TACHES PRESCRITES TACHES REELLES ACTIVITE DE TRAVAIL PRODUCTION QUALITE SANTE ACCIDENTS COMPETENCES LOPERATEURLENTREPRISE L analyse des conséquences de lactivité : prendre en compte le « ponos » et « lergon »

68 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 68 Description d une situation de travail 3 ième niveau : les effets Qui ? Age, sexe, ancienneté, statut Qualification, formation Expériences et compétences SITUATION DE TRAVAIL Pour quoi faire ? Production Délais Quantité et qualité Indicateurs de production Vécu Savoir - Faire Références (Normes) Code du travail Accidents Etat de santé des personnels

69 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 69 CONCLUSION

70 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 70 L analyse de l activité comme ligne de vie n Construire et mener l intervention COMPRENDRE LE TRAVAIL POUR LE TRANSFORMER Les déterminants L activité Les conséquences

71 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 71 Conclusion n La question du sens n La question du lien n La question de l efficacité

72 Jean-Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL 72 Laboratoire dErgonomie Université Claude Bernard 43, Boulevard du 11 Novembre Bât Raphaël Dubois (404) VILLEURBANNE Cedex


Télécharger ppt "Jean- Louis FLORES Laboratoire dErgonomie Université Claude Bernard 43, Boulevard du 11 Novembre 69622 VILLEURBANNE Cedex."

Présentations similaires


Annonces Google