La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Les 3 états de la personne La psychanalyse postule que notre psychisme est formé de trois instances psychiques: –Le ça: ensemble des pulsions, désirs,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Les 3 états de la personne La psychanalyse postule que notre psychisme est formé de trois instances psychiques: –Le ça: ensemble des pulsions, désirs,"— Transcription de la présentation:

1 1 Les 3 états de la personne La psychanalyse postule que notre psychisme est formé de trois instances psychiques: –Le ça: ensemble des pulsions, désirs, besoins dont une grande partie échappe a la conscience. –Le Sur-Moi: partie de la structure psychique agissant sur le Moi contre les pulsions du ça. Ce Sur-Moi échappe lui aussi a la conscience. –Le Moi: partie consciente de la structure psychique qui permet a lindividu de sadapter a la réalité et qui notamment, contrôle – aidé par le Sur-Moi – les pulsions du ça. Dans la société, un individu sur 3 a une conscience claire de son Moi. Doù lintérêt de lAT, qui traite la partie la plus accessible à la conscience.

2 2 Les trois états du Moi Létat Parent (P) : «Conscience morale». Létat Adulte (A) : Etat objectif qui applique des règles sans simpliquer sentimentalement. Létat Enfant (E) : Partie créative et ludique de notre tempérament. Une personnalité « complète » verrait cohabiter harmonieusement ces trois éléments.

3 3 Principe de base et utilisation Principe de base de lAT: Il existe en chacun de nous 3 états différents du « moi » qui peuvent simultanément nous faire agir.

4 4 Définition des états du moi 3 états du moi : P : parent A : adulte E : enfant Les états du moi P et E comportent des subdivisions.

5 5 Définition des états du moi L'état du moi parent comporte deux subdivisions: - le parent nourricier PN - le parent critique PC

6 6 Définition des états du moi Attentif au bien-être des autres, le PN est compréhensif, il prend soin des autres et tout particulièrement de ceux qui rencontrent une difficulté, il materne. En communication para-verbale, sa voix a tendance à être douce, enrobante. En communication non-verbale, il a tendance à pénétrer dans l'espace social, il est proche des gens. A l'extrême, il devient paternaliste et peut nuire à l'autonomie de la personne. Il en retire alors un certain pouvoir.

7 7 Définition des états du moi Il "sait" ce qui est important pour vous (vos valeurs). Il est dans le jugement et dans l'application des règles. On l'appelle aussi parent normatif. Le règlement intérieur et son application, c'est lui. Il est volontiers autoritaire, en communication para-verbale, il parle fort, sa voix est sans appel. En communication non-verbale, il croise les bras, toise les gens, met les mains sur les hanches. Le parent, qu'il soit nourricier ou critique est en position haute par rapport à ses interlocuteurs.

8 8 Définition des états du moi L'état du moi adulte ne comporte pas de subdivision. Intéressé par les faits, les infos, il analyse objectivement, il s'exprime posément: "il dit les choses". En communication para-verbale, sa voix est posée, calme, régulière, son regard est franc. En communication non verbale, il se tient droit, à distance convenable (dite sociale), il est détendu.

9 9 Définition des états du moi Cet état du moi est créatif, il est dans l'émotion. L'enfant comporte 4 subdivisions: - l'enfant adapté soumis. EAS - l'enfant adapté rebelle. EAR. - le petit professeur. PP - l'enfant libre. EL

10 10 Définition des états du moi L'EAS se conforme sans condition aux règles, aux règlements intérieurs. Il est référence externe. Attention si votre EAS rencontre un parent critique (PC)! L'EAS est fiable, ponctuel, consciencieux. En communication non-verbale, il baisse les yeux, rougit, se tord les mains...

11 11 Définition des états du moi A l'inverse, l'EAR est en opposition, il recherche des adversaires pour s'affirmer, d'ailleurs, de par son attitude il en trouve. Il lance des défis et prendra volontiers le contre-pied des manifestations d'autorité. Si l'expression de l'autorité est trop forte, il se met en colère. L'EAR rebelle refusant l'ordre établi se retrouvera dans les syndicats. Pour le "contrer", utilisez les suggestions négatives paradoxales. il est volontiers réactif. En communication non-verbale, il hausse les épaules, lève les yeux en prenant un air excédé. Son regard est parfois provocateur.

12 12 Définition des états du moi C'est le petit malin dans le bon sens du terme. Il est vif, il cherche un raccourci là ou l'enfant soumis suit le chemin et l'enfant adapté rebelle fait demi tour. C'est le monsieur géotrouvetout pour ceux qui ont des références BD. Il marche au plaisir. le PP est positif, orienté solution. Il est pro-actif. En communication non-verbale, le PP a un regard pétillant qui ne se pose jamais, hyper-actif, il a tendance à avoir la "bougeotte". Il manie l'humour.

13 13 Définition des états du moi L'enfant libre s'exprime... en fonction de ce qu'il est, et non pas en fonction des autres comme l'EAS (je fais ce que l'on me dit) ou comme l'EAR (je fais le contraire de ce que l'on me dit). L'EL est dans l'émotion qu'il transforme en énergie. Le PN n'aura pas plus d'influence sur lui que le PC d'ailleurs. Il est direct et dit les choses clairement. Comme l'enfant libre exprime ce qu'il ressent, il baille lorsqu'il est fatigué, rit quand il est gai même si l'environnement ne s'y prête pas.

14 14 Synthèse

15 15 Lorsqu'un état du moi prend le pouvoir

16 16 Lorsqu'un état du moi prend le pouvoir

17 17 Lorsqu'un état du moi prend le pouvoir

18 18 Définition de la transaction –La transaction, unité de base des relations humaines, est une relation entre deux PAE, branchés ou pas sur la même longueur dondes. –Une relation est une chaîne de transactions. –Le mot « transaction » suppose un échange au sens « aller-retour » –Les états du moi sattirent ou se repoussent comme les pôles dun aimant..

19 19 La transaction parallèle –Une transaction est parallèle ou complémentaire lorsque c est l état du moi sollicité qui répond à celui qui la sollicité. Ce type déchange est équilibré au niveau du processus, il n entraîne ni heurt ni conflit.

20 20 –La transaction peut être égalitaire. P A A EE a r Q:où avez vous mis le dossier y? R:il est dans le second tiroir P

21 21 –La transaction peut être inégalitaire. A : j ai peur! PP A E E A A B: ne crains rien, je suis là !

22 22 P E AA P E Q : Saviez vous quel est le cours du de lEuro aujourdhui ? La question posée est apparemment Adulte, si un mot (seulement) ny était pas : car il implique un doute, un mépris, un sentiment de supériorité, Le risque pour linterlocuteur est daccepter une transaction complémentaire. -Sil sait répondre à la question, il tiendra le rôle de lenfant Adapté soumis; -Sil ne sait répondre, il pourra être tenté par le rôle de rebelle. -A lui sil le souhaite, de quitter la transaction parallèle pour croiser la transaction. R : ? seulement

23 23 La transaction croisée Q:Q: Connaissez- vous seulement le cours de lEuro? PP AA EE R : Monsieur, vous nêtes pas ici pour me donner des cours déconomie ; si vous êtes compétent, on sen serait aperçu La transaction est croisée, lorsque cest un autre état de moi que celui qui est sollicité qui répond à celui qui la sollicité

24 24 Le risque de ce type de transaction est de provoquer un conflit dans la relation ? ce qui peut constituer un élément d échec ou un renouvellement salvateur. P P E A E A Cadre Vous avez lair en colère! Secrétaire jen ai marre de cette machine, je vais la jeter par la fenêtre! –La secrétaire exprime une émotion. En la reformulant en Adulte, le cadre permet à la conversation dévoluer vers du rationnel –Une autre façon de croiser la transaction aurait été de brancher lenfant en disant par exemple. « Attendez je vais ouvrir la fenêtre. » –Toute lénergie canalisée par linterlocutrice dans une relation Enfant-Parent attendue aurait alors éclaté sous forme déclat de colère, déclat en sanglot ou déclat de rire.

25 25 Les transactions cachées 1) Elles sont doubles, elles se déroulent apparemment à un niveau social et recèlent un niveau psychologique caché. P A EE A P Létudiant Létudiante J ai vu que tu nétais pas au cours, je tai pris le cours en double, je te le ramène laprem. C est gentil dy avoir pensé, je passerai laprem Apparemment la transaction est rationnelle, on peut déduire suivant les circonstances et le ton que des enjeux dordre émotionnel ne sont pas totalement absents de la proposition de rencontrer et de la réponse

26 26 Les transactions angulaires Elles visent La manipulation Linfluence. Le subordonné qui sollicite un rendez-vous auprès de son chef débordé, risque fort un refus sil utilise une transaction inégalitaire qui programme une réponse parent.

27 27 P AA P E E Subordonné(timidement) On verra ça plus tard M.le directeur, est-ce que vous pourriez, sil vous plaît, me recevoir? En utilisant la transaction angulaire, il augmente ses chances dêtre reçu. Directeur M. le directeur, est-ce que vous préférer me recevoir cet après- midi ou demain matin? Je suis très occupé, venez demain matin ! SubordonnéDirecteur P A E P A E La question est apparemment neutre et adulte, mais elle exclut le refus et enferme lautre dans une alternative

28 28 Les transactions tangentes P EE AA P Le journaliste Le candidat Monsieur x- vous pensez avoir les qualités pour être président? C est une bonne question et je vous remercie de l avoir posée et je me demande en effet si l actuel président a les qualités pour le rester en effet...

29 29 La Symbiose Demandez à un jeune enfant son nom et la réponse viendra souvent de sa mère. Posez une question concernant les finances dun couple à la femme, et vous verrez presque aussi souvent, le mari répondre à sa place. Ces deux situations similaires peuvent être le signe dune relation particulière appelée symbiose. Relation dautonomie et relation symbiotique Une relation entre deux personnes peut-être une relation dautonomie ou une relation symbiotique. Dans le premier cas, les deux personnes sont indépendantes et mettent en commun leurs ressources alors que dans le second, les deux individus sont fondamentalement dépendants lun de lautre. Il y a SYMBIOSE lorsque deux ou plusieurs personnes se comportent comme si elles nétaient à elles toutes quune seule personne

30 30 La symbiose et la résolution des problèmes LAdulte joue comme nous lavons vu, peu de rôle dans la symbiose. Cette dernière se manifeste donc par la non-résolution des problèmes, ceci par lintermédiaire de deux attitudes : la passivité et la dévalorisation. Les passivités : 4 formes de passivité ( façons de NE PAS sattaquer au problème) –NE RIEN FAIRE : fuir le problème « Ça sarrangera... » « Je men occupe.. ». «Nommons une commission... » –LA SUR ADAPTATION: La personne est consciente du problème, mais au lieu de chercher à le résoudre, elle se sur adapte et vit avec lui. Je ne suis pas satisfait du travail dun de mes subordonnés, mais je ne lui en parle pas. –LAGITATION: La personne est dérangée par un problème, mais plutôt que de lui consacrer son attention, elle détourne son attention vers des activités parasitaires. Fumer, ronger ses ongles, se trémousser... Courir dun bureau à lautre, Parler sans arrêt... –LINCAPACITE ou LA VIOLENCE La personne se met en état de ne pouvoir résoudre le problème –Absentéisme –Dépression nerveuse ou bien la personne décharge lénergie quelle a accumulée sur autrui au lieu de la consacrer à résoudre le problème. –Le père qui tape son enfant, car sa femme la énervé. –Léquipe perdante qui devient violente vers la fin du match.

31 31 Les dévalorisations: Lorsquon fait face à un problème et quon essaie de le résoudre, il est fréquent de le DEVALORISER à un des quatre niveaux suivants, ce qui empêche de résoudre pleinement le problème. DEVALORISATION du PROBLEME (de son existence ou de son importance) Ce nest pas un problème, ce nest rien. DEVALORISATION de la SOLVABILITE du PROBLEME Cette histoire me tracasse moi aussi, mais on ne peut rien y faire de toute façon DEVALORISATION de la SOLUTION du PROBLEME Vous avez là une très bonne idée, mais chez nous ça ne marchera jamais! DEVALORISATION dUNE PERSONNE, dun groupe de personnes ou dun Etat du MOI à lintérieur de la personne La femme: Chéri, jai le sentiment que tu ne maimes plus. Lhomme: Ne dis pas de bêtises.» (Dévalorisation de lEnfant de la femme par le mari) Dans tous les exemples ci-dessus, cest le PARENT qui dévalorise et ne permet pas à lADULTE dévaluer de façon efficace le problème, sa nature, ses solutions éventuelles ou les personnes impliquées.

32 32 Les positions de vie Selon lanalyse transactionnelle, un individu développe très tôt dans la vie une position émotionnelle de base (position existencielle ou position de vie), qui est le résultat combiné des différentes simulations quil a reçues et de ce quil a dû faire pour les recevoir. Cette position, résultant des expériences de lenfance, définit la façon dont la personne administrera sa vie. son économie de stimulation, la façon dont elle les recherche, les types de stimulation quelle donne et la façon dont elle les donne Cette position de vie influencera donc profondément la façon dont un individu entre en relation avec les autres. Il est possible de distinguer quatre positions de vie principales, cest à dire quatre façons de voir les relations entre soi- même et autrui.

33 33 A partir du quadrangle précédent, il est possible de décrire quatre styles de relation de supérieur à subordonné.

34 34 * OK+ OK+ : Une personne qui est dans cette position a une vue saine et optimiste de la vie. –Elle entre librement en relation avec autrui et assume une attitude de réussite dans ses rapports avec les autres et avec son environnement. –Cette position permet à lAdulte de prendre le contrôle de la personnalité. –Elle donne le type de manager résolutif, qui ne se laisse pas dominer par ses sentiments et qui écoute les sentiments des autres. * Ok+ OK- : Une personne qui est dans cete position se montre extrêmement méfiante, négative et même haineuse à légard des autres; elle se sent au-dessus des critiques, mais ne se prive pas de remettre les autres en place. –Cette position facilite la prise de contrôle de la personnalité par le Parent Critique. –Elle donne le type de manager autoritaire, perfectionniste, contrôleur et prompt à la réprimande. * OK- OK- : Une personne qui est dans cette position est méfiante à légard des autres sans être confiante en elle-même. Elle a une vue pessimiste de ta vie et fuit les problèmes et tes contacts sociaux. –Elle ne donne pas des managers, mais des subordonnés avec lesquels le manager aura besoin de beaucoup de sensibilité, de compréhension et de patience pour pouvoir établir un climat de confiance. OK- OK+ : une personne qui est dans cette position se sent souvent inférieure, laide et incompétente. Elle ne peut être heureuse même si elle connait un certain succès. Elle dévalorise les compliments et pourtant recherche les autres et leur affection. Cete position amène la personne à se comporter en Enfant Adapté et à rechercher un Parent à qui elle puisse faire confiance. Elle donne le type de manager timide, passif, peu imaginatif, routinier et dépendant.

35 35 La notion de position de vie, comme les autres concepts de lAnalyse transactionnelle, constitue un outil, un instrument de pensée, et ne prétend pas décrire une vérité. Elle se justifie par son utilité comme modèle dinterprétation et daction sur la réalité. En fait, la plupart des gens ne sont pas fixés dans une seule position mais ont une position dominante quils quittent en fonction des situations et des personnes concernées. De même, cette position évolue en fonction du temps. Par exemple, un employé de bureau pourra, au travail, se situer dans,une position OK- OK+, sestimant peu compétent alors quil admire son patron auquel il se soumet. En revanche, en rentrant chez lui, il pourra avoir un comportement tyrannique avec sa femme et ses enfants en leur dictant ce quils doivent faire (OK+ 0K-). Lorsquil est avec ses amis, il peut également se situer dans des rapports damitié et dégalité (OK+ OK+). Enfin, sil se situe sur un plan de réflexion générale il peut se considérer comme un raté dans une société pourrie (OK- OK -). Chaque individu décrit donc à un instant donné une surface sur les axes toi/moi du quadrant des positions de vie.

36 36 La structuration du temps Introduction Les transactions pourraient se succéder de façon aléatoire, mais il nen est rien. Elles se suivent en des séries de séquences progressives ou, au moins, structurées. Nous expliquons ces séquences observables en terme de structuration du temps. Nous disposons ainsi principalement de six façons de structurer notre temps. Au niveau social (avec autrui) : -Le retrait - Le rituel - Le passe-temps - Lactivité - Le jeu - Lintimité

37 37 Ces six façons de structurer notre temps nous permettent de maîtriser la forme et lintensité de nos échanges avec notre environnement. Sans elles, nous ne pourrions pas avoir ces échanges, donc nous manquerions de stimulation. Chacune des façons de structurer le temps a son sens et sa fonction, dans la vie des personnes comme dans celle des organisations. Elles ont leurs aspects positifs et négatifs. Il conviendra de les choisir en fonction des paramètres suivants: la ou les personnes concernées les problèmes à régler ou tâches à remplir le degré durgence de la situation

38 38 - Le RETRAIT: Rêverie, méditation, silence: Lavantage du RETRAIT est de permettre déviter dêtre submergé par des simulations extérieures. Son inconvénient est de constituer souvent une solution de fuite. Dans ce cas, il peut être apparenté aux différentes formes de passivité. - Le RITUEL: Salutations, cérémonie religieuse, se raser, se coiffer, ranger son bureau… Est sécurisant par son caractère répétitif. Inversement, les stimulations quil fournit sont peu intenses. Dans le RITUEL, il y a peu dengagement donc peu daccomplissement. -Le PASSE-TEMPS : on discute de sujets généraux, voire banaux: voiture, mode, dernières vacances… Le PASSE-TEMPS permet sans risque dapprocher ses interlocuteurs et de sélectionner ceux avec lesquels on sengagera dans une relation plus intime. Bien quutile dans certaines situations sociales, les relations qui ne progressent pas au-delà meurent ou conduisent à lennui croissant. - LACTIVITE : Travail, sport, musique… Est toujours orientée vers la réalité externe (un but) et implique des transactions de type A A. Les ACTIVITES, parce quelles sont productrices ou créatrices, peuvent être hautement satisfaisantes et peuvent conduire à des satisfactions dans le futur, sous forme de stimulation pour un travail bien fait. - Les JEUX (manipulateurs) : Manipulations émotionnelles de soi- même ou dautrui aboutissant systématiquement à des sentiments désagréables, quoique rassurants par leur répétition. - LINTIMITE : Cest le contact direct, authentique et spontané entre deux ou plusieurs personnes. En INTIMITE, il ny a pas dobjectifs extérieurs à la relation comme dans une ACTIVITE, ni dobjectifs psychologiques inavoués comme dans un JEU. LINTIMITE consiste à accepter lautre tel quil est, et à rester soi-même. Elle sous-tend une position de vie OK+, OK+. Beaucoup de personnes évitent lintimité, surtout dans un cadre professionnel, à cause de son « risque ».


Télécharger ppt "1 Les 3 états de la personne La psychanalyse postule que notre psychisme est formé de trois instances psychiques: –Le ça: ensemble des pulsions, désirs,"

Présentations similaires


Annonces Google