La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Musique: Reel du soldat Lebrun Folklore québécois.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Musique: Reel du soldat Lebrun Folklore québécois."— Transcription de la présentation:

1

2 Musique: Reel du soldat Lebrun Folklore québécois

3 Le Jour de l'An était une occasion privilégiée pour les parents, les amis et les voisins de se rendre visite, de se serrer la pince et de laisser jaillir les effusions de sentiments dans de chaudes embrassades.

4 Dans les foyers, la nouvelle année débutait par lacte solennel de la bénédiction du Jour de lAn. Ces dignes instants endiguaient les festivités qui éclataient une fois les grâces déposées dans les cœurs. Chez nous, la bénédiction se déroulait en famille. À chaque année, victimes de nos timidités ou de nos fausses pudeurs, nous remettions en question la coutume qui voulait que laîné demande la bénédiction. Aînée de la famille ?... Aîné des garçons ?... Et pourquoi pas les autres ?...

5 Chez mes grands-parents, la question ne se posait pas, puisque le geste sacré était individuel. Je me rappelle de ces moments mystérieux où oncles et tantes, tour à tour, rejoignaient grand-papa dans la chambre des maîtres pour accueillir les bienfaits suspendus à ses mains étendues et fondus dans ses mots qui demeurèrent toujours un secret pour nous qui observions à distance ces scènes qui ne manquaient pas de nous intriguer. Arriver le dernier pour la bénédiction valait au retardataire les taquineries des siens. Était-ce pour cette raison quà la frontière des deux ans, la caravane de nuit se mettait en branle pour partir à la conquête de lan nouveau en faisant la tournée des parents et amis, arrosant assurément chaque visite dun ptit coup ?

6 Éméchés, les fêtards rentraient chez eux aux ptites heures du matin pour prendre un peu de sommeil avant dembrasser le nouvel an de jour et tous ceux et celles quils navaient pas encore honorés de leurs bons souhaits.

7 Chaque année, la tradition familiale nous amenait à la campagne pour le souper et la veillée du Jour de lAn chez les grands-parents maternels. Cétait fête en nos cœurs, parce quau-delà de toutes nos attentes enfantines, nous savions profondément que lamour et la chaleur humaine nous y attendaient.

8 À la «vieille maison», cest ainsi que lon surnommait la demeure des ancêtres, étaient conviés tous les enfants et leur progéniture, sans égards pour les générations. La maison avait le cœur assez grand pour recevoir tout ce beau monde. Laccueil y était aussi chaleureux que lambiance couvée sous ce toit.

9 À larrivée de chaque invité, léchange des voeux reprenait de plus belle… Impossible de se défiler. Il fallait embrasser toute la maisonnée. Des accolades chaleureuses aux baisers timides, en passant par les poignées de main fermes aux joues piquantes, nous avions droit à létreinte annuelle. Dans un bourdonnement sourd percé déclats de voix et de rires, les souhaits voyageaient entre les membres de la famille.

10 «Le paradis à la fin de tes jours». «Du succès dans tes entreprises» «Bonne et Heureuse Année» «Bonne Santé» Aux plus jeunes, «Du réussi dans tes études» et à tous,

11 À la table, cétait labondance. Les mets traditionnels, habilement cuisinés par grand-maman, fumaient. Ça fleurait bon la tourtière, le ragoût de patte et la dinde. Plusieurs tablées étaient nécessaires pour satisfaire les appétits. Pendant que lhonneur de la première table ou du service revenait aux parents, les plus grands prenaient les petits en charge. Nos estomacs patientaient souvent jusquà la dernière tablée.

12 Puis la veillée débutait avant même que ne soient rangées les dernières assiettes.. Les chansons à répondre fusaient de tous côtés, chacun (e) y allant de son légendaire refrain. Un feu roulant de tapements de pieds et de mains maintenait la cadence. Mes yeux de petite fille nétaient pas assez grands pour contenir toute leur fascination devant la gigue de grand-papa.

13 À un bout de la cuisine, les conversations des femmes senchevêtraient avec les couplets. À lautre extrémité de la pièce, les hommes solidaires formaient un clan taquin quaucun naurait déserté pour rien au monde. Au salon, les jeunes couples veillaient sur leurs amours. Mais, où se trouvaient donc les enfants que nous étions ? Que faisions-nous pendant que la maisonnée chantait ?

14 Affairés à sauter sur les lits bondés de manteaux, à nous rouler dans les fourrures des tantes plus fortunées, à courir de haut en bas, de bas en haut, à assaillir les plateaux de bonbons, à nous enivrer de liqueurs douces, avions-nous vraiment le temps de chanter ? Sans oublier que, de cette façon, nous évitions, presque à coup sûr, les demandes spéciales !!!

15 Puis, les paupières salourdissaient. Les bâillements se multipliaient. Le rythme ralentissait. Les petits, harassés de fatigue, requéraient les bras maternels en pleurnichant. Grand-papa entonnait alors, avec une émotion dans la voix, une chanson qui sinscrivit dans la tradition et qui fut en quelque sorte son hymne au Nouvel An. Plus nous avancions en âge, plus le message devenait percutant. Les dernières années, cest avec une larme au coin de lœil que nous écoutions religieusement ce refrain. Puis venait lheure du départ. Chacun cherchait à qui mieux mieux un gant, une claque, une botte. Lorsque la porte souvrait, lhiver déguisé en grand nuage blanc en profitait pour entrer, rendant encore plus difficile le moment des «au revoir» réchauffé tant bien que mal par les invitations et les promesses. Sur les banquettes glacées, repus damour et de joie, nous nous enroulions dans la chaleur de ces souvenirs si intenses quils survécurent au temps.

16 Aujourdhui, je contemple et savoure avec au cœur, un ptit velours mes Jours de lAn dun autre temps. De cette grande maison damour, jai fait le tour. Les escaliers ont porté mes petits pas enjoués. Mes amours sont passées par le salon, vous vous en doutez. Dans le coin des femmes regroupées, aux conversations, jai participé. Comme tous les habitués, le cercle des hommes jai contourné. Mes enfants ont eu le temps de prendre lescalier en courant. Les murs de ce gîte douillet se sont tus, mais ce que nous y avons reçu demeure à jamais gravé dans nos cœurs et nos pensées.

17 Photos extraites du livre Edmond-J. Massicotte, scènes dautrefois Créations Gis Copyright © Tous droits réservés Texte Gis


Télécharger ppt "Musique: Reel du soldat Lebrun Folklore québécois."

Présentations similaires


Annonces Google