La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Geneviève CONFORT – SABATHE Membre associée CRREF (EA4538)

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Geneviève CONFORT – SABATHE Membre associée CRREF (EA4538)"— Transcription de la présentation:

1

2 Geneviève CONFORT – SABATHE Membre associée CRREF (EA4538)

3 Influences historico- Economiques XVIe – XVIIe siècles France, ( Angleterre, Espagne, Hollande ) XVIIIe siècle Les Iles à sucre Ve siècle av J-C Amérindiens (groupe linguistique les Tupi-Guarani) IIIe siècle Les indiens Arawak,Palikur VIIe siècle Les indiens Karibes, Kalina, Wayana Les premiers esclaves 1498 Christophe Colomb Le traité de Tordesillas Espagne - Portugal 1550 La controverse de Valladolid: les indiens ont une âme… pas les noirs! Lesclavage industriel… 1973 Aérospatiale Kourou XIXe siècle Chine

4 Migration Aujourd'hui Et composition culturelle Europe, Amérique du Nord, Asie Guyana Surinam Brésil Amérique du Sud Haïtiens

5 Créoles = 38% Européens = 12% Amérindiens* = 11% Bushinengés * <2% Hmongs (Laos) < 1% Autres * 40% + Clandestins = 12 à 24% Amérindiens * 6 ethnies: Langue arawakienne -Arawaks -Palikur Langue caribe -Kallna -Wayana Langue tupi -Wayampi -Emerillons Bushinengés* (descendants des Noirs Marrons) 6 ethies: -Saramacas -Paramacas -Bonis -Alukus -Djukas -Bosches Autres * -Surinamiens -Haïtiens -Chinois -Libanais -Brésiliens -Guyaniens -Hindustanis -Javanais du Surinam -Assyro-Libanais -etc. Migration Aujourdhui Et composition culturelle Composition ethnique: (25 groupes ethniques) -Noirs et créoles =66% -Européens = 12% -Amérindiens, asiatiques = 12% -Autres =10%

6 Guyane Comparaison de la structure démographique entre la Métropole et la Guyane (2010) métropole 0 – 20 ans 44% 20 – 64 ans 52% 65 ans et plus 4% 0 – 20 ans 23,0% ans 58% 65 ans et plus 19%

7

8 Par-delà les inégalités sociales (1), la variabilité dadhésion à la réussite scolaire (2), les « effets détablissement » (3), nous postulons que léchec scolaire de masse en Guyane serait dû, du côté des enseignants: -à leur méconnaissance des différents types de comportements dapprentissage, -à lapplication dun modèle dominant denseignement. Par-delà les inégalités sociales (1), la variabilité dadhésion à la réussite scolaire (2), les « effets détablissement » (3), nous postulons que léchec scolaire de masse en Guyane serait dû, du côté des enseignants: -à leur méconnaissance des différents types de comportements dapprentissage, -à lapplication dun modèle dominant denseignement. (1)La cécité aux inégalités sociales condamne et autorise à expliquer toutes les inégalités, particulièrement en matière de réussite scolaire, comme inégalités naturelles, inégalités de dons. (Pierre Bourdieu, Les Héritiers, 1964) (2)… les choix dorientation … sont variables selon le niveau économique et culturel : on croit dautant plus à lutilité des diplômes et on en désire dautant plus pour son enfant quon est soi-même instruit ou de milieu social élevé.(Marie Duru-Bellat, Les inégalités sociales à lécole: genèse et mythes, 2002) (3)Lexistence d"effets établissements" en matière dorientation, cest-à-dire de différences dorientation pour des élèves strictement comparables scolairement et socialement, est démontrée depuis les années 80. (Ibidem)

9 272 Personnes interrogées 48 lycéens (2 classes de 2 nde Lycée de Rémire-Montjoly ) 71 collégiens (2 classes de 3 ème Collège de Cayenne ) 104 étudiants (1 ère année de licence économique Université de Cayenne ) 26 étudiants ( IUT 2 ème TC de Cayenne ) 23 adultes en formation ( IUFC ) 39 garçons 32 filles 26 garçons 22 filles 42 garçons 62 filles 8 garçons 18 filles 2 garçons 23 filles

10 Un questionnaire binaire de 50 questions (réponses: oui = 1; non = -1) 5 questions pour chaque comportement (le VAK plus les 14 comportements associés ) Question 8: Un changement dans votre environnement vous gêne-t-il? (comportement « dépendance à légard du champ » => si réponse oui = dépendant) Question 12: Etes-vous sensible à la luminosité dun endroit? (comportement « Visuel » => si réponse « oui » = Visuel) Exemples de question: Question 28: Faites-vous plusieurs choses à la fois? (comportement « balayage versus centration » => si réponse « oui » = balayage

11 5 questions pour chaque comportement (le VAK plus les 14 comportements associés ) Un questionnaire binaire de 50 questions (réponses: oui = 1; non = -1) Analyse par croisement des données à partir du logiciel Sphinx et de tableaux croisés dynamiques Les réponses étant comprises entre « 0 et +5 », nous avons considéré quun comportement était significatif à partir du score « +3 »

12 Visuels PositifNégatif Bonne relation à l'espace Vision globale des choses Tendance à planifier Mauvaise relation au temps. Oublie les détails, a du mal à développer, à exprimer ses idées. Difficulté à discriminer des sons. Bonne relation au temps. Capacité analytique. Rapidité de la compréhension et facilité d'abstraction. Mauvaise relation à l'espace. Difficulté à travailler avec des images. Problème d'organisation. Se rattache souvent au par-cœur. Bricoleur, constructeur. Bonnes relations sociales. A l'aise dans la reproduction de dessins, de schémas, etc. Lent dans les apprentissages. Ne peut rester en place. Difficulté à écouter les instructions, voire les conseils. Auditifs Kinesthésiques

13 Comportements Echantillon Global = 272 Garçons = 117 Filles = ,8% 29,7%32,4% 29,7%33,2% 31,1% 37,1% 39,7% 39,1% Analyse: -Chaque groupe et genre à une base de 100 -Pas de différence significative de distribution du VAK par genre. -Le groupe Kinesthésique plus important (garçons et filles).

14 Visuels GuyaneOccident 29,7% 65% 32,4%30% 39,7% 5% Auditifs Kinesthésiques Analyse: -Visuels occidentaux = +35,3% / guyanais. -Kinesthésiques guyanais = +34,7% / occidentaux

15 Comportements Echantillon Collégiens = 71 (3 ème ) 23,1%32,25%44,65% Lycéens = 48 (2 nde ) 26,8%37,1%36,1% Etudiants (IESG) = 104 (1 ère année de licence) 28,4%34,2%37,4% Etudiants (IUT TC) = 26 (2 ème année de DUT) 38,5%34,6%26,9% Enseignants (IUFC) = 23 (Adultes en formation) 59,3%18,5%22,2% Analyse: -Tendances comportements Visuels et Kinesthésiques inversées. -Différence importante entre enseignants (très forte domination Visuelle) et lycéens, étudiants (IESG) et surtout collégiens (forte domination Kinesthésique ou Auditive). -Résultats des étudiants et des lycéens: profils proches.

16 Comportements Echantillon (garçons) Collégiens = 39 (3 ème ) 27,1%35,5%37,4% Lycéens = 26 (2 nde ) 26,7%35,5%37,8% Etudiants (IESG) = 42 (1 ère année de licence) 29%30,65%40,35% Etudiants (IUT TC) = 8 (2 ème année de DUT) 46,15%30,75%23,1% Enseignants (IUFC) = 2 (Adultes en formation) 66,7%33,3%0% Analyse: -Tendance à laugmentation Visuels par rapport au niveau détude. -Décalage très net entre enseignants, dun côté, et collégiens, lycéens, étudiants IESG. -Profil des étudiants de lIUT proche de celui des enseignants. ( NB: Les résultats apparemment étranges des 2 hommes enseignants sont dus au fait que les personnes peuvent être à la fois Visuels, Auditifs ou Kinesthésiques.)

17 Comportements Echantillon (filles) Collégiennes = 32 (3 ème ) 20%30,6%49,4% Lycéennes = 22 (2 nde ) 26,9%38,5%34,6% Etudiantes (IESG) = 62 (1 ère année de licence) 28%36,55%35,45% Etudiantes (IUT TC) = 18 (2 ème année de DUT) 35,9% 28,2% Enseignantes (IUFC) = 21 (Adultes en formation) 58,3%16,7%25% Analyse: -Diminution des Kinesthésiques en fonction du niveau détude. -Augmentation des Visuelles, en fonction du niveau détude. -Décalage très important entre enseignantes et collégiennes.

18 Comportements Echantillon Global = 7123,1%32,25%44,65% Garçons = 3927,1%35,5%37,4% Filles = 3220%30,6%49,4% Analyse: -Prédominance Kinesthésiques surtout chez les collégiennes (filles: +12% / garçons). - Garçons un peu plus Visuels et Auditifs que les filles.

19 Comportements Echantillon Global = 4826,8%37,1%36,1% Garçons = 2626,7%35,5%37,8% Filles = 2226,9%38,5%34,6% Analyse: -Rééquilibrage léger entre les comportements -Prédominance Auditif et Kinesthésique. -Kinesthésique reste plus élevé. -Différences en genre peu significatives (+3% Auditives; +3,2% garçons Kinesthésiques).

20 Comportements Echantillon Global = 10428,4%34,2%37,4% Garçons = 4229%30,65%40,35% Filles = 6228%36,6%35,5% Analyse: -Kinesthésique le plus significatif (surtout garçons: +4,8% / filles). -Auditives (+6% / garçons). -Visuels moins importants pour les deux genres.

21 Comportements Echantillon Global = 2638,5%34,6%26,9% Garçons = 1846,15%30,75%23,1% Filles = 835,9% 28,2% Analyse: -Visuel plus présent (garçons: +10,2% / filles). -Autant Visuelles quAuditives (+5,2% / garçons). -Kinesthésique nettement plus faible par rapport aux niveaux détude inférieurs (filles: +5,1% / garçons).

22 Comportements Echantillon Global = 2359,3%28,5%22,2% Garçons = 266,7%33,3%0% Filles = 2158,3%16,7%25,% Analyse: -Enseignants très nettement Visuels (garçons : +8,4% / filles). -Aucun Kinesthésique chez les garçons. -Auditifs quasiment deux fois plus nombreux que les filles. (NB: les rapports de genre sont à relativiser par rapport au faible nombre de garçons concernés.)

23 DC = Dépendant du champ Plutôt bon enquêteur. Pragmatique. Apprécie les nouveautés, les informations venant de l'extérieur. En s'attachant trop au contexte, a du mal à mettre en œuvre les opérations nécessaires. Difficultés à s'appuyer sur son propre vécu. IC = Indépendant du champ Le bruit, le mouvement extérieurs ne le gênent pas. Se crée une bulle pour apprendre. Souvent d'humeur égale, capable de relativiser. Trop centré sur soi, reste froid face aux événements extérieurs. Perd le sens par effet de décontextualisation P = Production Capacité à beaucoup travailler. Accepte un grand nombre de supports. Prolixe. Difficulté à être concis, à lire le mode d'emploi. Ne cherche pas à connaître les règles du jeu avant de jouer. Co = Consommation Capacité à l'apprentissage vicariant. Se construit aisément des images mentales. Se trouve démuni sans supports ou sans exemples. Possibilité d'erreurs par manque d'appropriation. Tendance à l'identification. I = Impulsif S'engage avec enthousiasme. Dynamique, énergique. Accepte de prendre des risques. N'a pas peur de l'erreur. Démarre sans réfléchir. Risque de mal interpréter les consignes, de faux-sens et de contre-sens. R = Réflexif Avance avec prudence. Accorde le temps nécessaire à la résolution de chaque sujet. Patient, persévérant. Craint l'erreur, pusillanime. Danger d'inefficacité par perfectionnisme excessif. Difficulté à prendre une décision rapide. Gf = Guidage faible Capacité à gérer ses savoirs, son temps et avancer sans soutien. Personnalité affirmée et indépendante. Risque de s'indurer dans ses erreurs. Aura du mal à accepter les conseils. Croit à sa toute puissance. GF = Guidage fort Capacité à accepter des informations extérieures et l'aide. Esprit d'équipe. Personnalité qui accepte d'être dans le rôle d'apprenant. Individu peu sûr de ses convictions. Perdu lorsqu'il est seul face à un travail. Sollicite des tuteurs. TI = Tolérance à l'incertitude Accepte de prendre des risques. Convoque son imaginaire. Capacité à interpréter le cadre. Ne hiérarchise pas les informations. Peut faire trop confiance à l'autre. Manquera de convictions arrêtées. II = Intolérance à l'incertitude Accepte les règles du jeu. Génère de l'exigence et du sens. Fait preuve de rigueur et d'application. Risque de rigidité. Manque d'audace, voire d'imagination. Demande d'assentiment. B = Balayage Vision expansive des problèmes. Peut travailler sur plusieurs projets à la fois. Capacité à transférer ses connaissances. Difficulté à terminer un travail. Problème de concentration. Risque de perturber le groupe. Ce = Centration Va jusqu'à l'aboutissement d'un projet. Capacité à utiliser au mieux les savoirs acquis dans un domaine précis. Risque de rester le "nez dans le guidon". Plus technicien que chercheur. Aura du mal à transférer. A = Accentuation Capacité à attirer l'attention, à rendre intelligibles des choses complexes. Va chercher le message essentiel. Risque de manichéisme, de caricature. Aura tendance à minorer les détails. E = Egalisation Approche encyclopédique et bibliographique. Confiance au déjà-là. Capacité à faire les liens entre les choses. Tendance à uniformiser, à douter des innovations. Plutôt conservateur.

24 Analyse: - Tous les groupes « dépendants du champ », « réflexifs » et « guidage fort ». -Visuels plus « tolérants à lincertitude ». -Auditifs plutôt « intolérants ». -Kinesthésiques plus « consommateurs ».

25 Analyse: -Enseignants très nettement « dépendants du champ». -Etudiants IUT très « balayeurs » et plutôt « producteurs ». -Collégiens « centrés ». -Lycéens « consommateurs »

26 Analyse: -Lycéens « indépendants du champ » et « consommateurs ». -Enseignants IUFC très « tolérants à lincertitude ». -Etudiants IUT très « accentuateurs »

27 Analyse: -Etudiants de lIUT peu de « guidage » et « intolérants à lincertitude ». -Enseignants et étudiants IUT fortement « balayeurs » et « accentuateurs ». -Etudiants IESG et lycéens plutôt « consommateurs ».

28 Différence dexpression comportementale entre les genres: -Visuels les étudiants IUT 46,1%, étudiantes 35,9% (=-10,2%) - Auditifs les étudiantes IESG 36,6%, étudiants 30,6% (=-6%) -Kinesthésiques les étudiants IESG 40,3%, étudiantes 35,5% (=-4,8%) les collégiennes 49,4%, collégiens 37,4% (=-12%) Des différences de comportements sont significatives: par rapport au VAK ( Intolérance à lincertitude: Auditifs = 41%, Visuels = 21,8% Consommation: les lycéens Kinesthésiques = 68%) par rapport au genre (Dépendance à légard du champ: garçons = 45,2%, filles = 33,2%) Pourcentage des comportements Kinesthésiques : collèges + lycée = 40,4% Pourcentage des comportements Visuels: enseignants = 59,3% Le numérus clausus des étudiants IUT TC guyanais sélectionne des étudiants à profil Visuel alors que commerce = -communication orale (Auditifs) -empathie non verbale (Kinesthésiques).

29 Poursuite de cette étude basée sur un questionnaire: -par létude du non-verbal -par la mise en place dentretiens pédagogiques individualisés Poursuite de cette étude sur une population plus importante: -en outremer -ailleurs (notamment dans les banlieues « dites » difficiles) Poursuite de cette étude sur le profil comportemental de lensemble des enseignants (dont la proportion féminine en Guyane est denviron 50%). (Rappel: Enseignants IUFC de Guyane forte majorité féminine et très fortement Visuels.) Poursuite de cette étude par lanalyse du rapport entre les types comportementaux et le taux de réussite aux examens (baccalauréat et licence universitaire) (Rappel: Kinesthésique ultramarin inversement proportionnel au niveau détude.)

30 Validation par dautres études complémentaires: du VAK, des 14 comportements associés Interrogation légitime sur la validité des données idéologiques anglo-saxonnes (et de la PNL). (Rappel: Kinesthésique de notre corpus guyanais bien plus important que résultats communément admis) Prolongement de létude sur lexpression du VAK à travers les comportements associés par lexploration des différences du genre des groupes de population (collégiens, collégiennes, etc.). (NB: celle-ci fera lobjet dune prochaine publication) La « distalisation » ou léviction idéologique? - Kinesthésique vers Visuel = transformation psychobiologique du corps humain? - Hégémonie du Visuel dans les sociétés modernes?

31 Létude des comportements participe de la lutte contre léchec scolaire en donnant des renseignements pour: -une individualisation (meilleure connaissance de lélève en difficulté) -une personnalisation de lenseignement (travail en groupe) Dans le cadre de la refondation de lenseignement: -Analyse des prérequis comportementaux ( élèves, étudiants). -Formation des enseignants sur les typologies des comportements (apprenants, enseignants)

32 3 – Le manque de formation des jeunes enseignants, notamment quant à la diversité des comportements, VAK et autres, empêche ces derniers de pratiquer une pédagogie (relation enseignants – apprenants) et une didactique (variabilité des supports) adaptée à la population ultramarine. Rappel: 51% des enseignants guyanais contre 15,5% en France métropolitaine ont moins de 30 ans Les enseignants métropolitains représentent une forte proportion des enseignants guyanais 3 – Le manque de formation des jeunes enseignants, notamment quant à la diversité des comportements, VAK et autres, empêche ces derniers de pratiquer une pédagogie (relation enseignants – apprenants) et une didactique (variabilité des supports) adaptée à la population ultramarine. Rappel: 51% des enseignants guyanais contre 15,5% en France métropolitaine ont moins de 30 ans Les enseignants métropolitains représentent une forte proportion des enseignants guyanais 1 - Le système denseignement secondaire et universitaire, planifié et sectorisé, valorise les « Visuels » au détriment des « Auditifs » qui ont besoin de liens et des «Kinesthésiques» qui ont besoin de construire et reconstruire leur savoir. 2 – Lécole est encouragée à reproduire et valoriser un comportement étalon et à éliminer les comportements hétérodoxes ou hétéromorphes. Le système scolaire agit « comme un algorithme de classification objectivé » il tend à distribuer les individus en « classes aussi homogènes que possible » et en groupes de «trajectoires probables » aussi convergentes que possibles. (Pierre Bourdieu, Noblesse détat, 1989) Le système scolaire agit « comme un algorithme de classification objectivé » il tend à distribuer les individus en « classes aussi homogènes que possible » et en groupes de «trajectoires probables » aussi convergentes que possibles. (Pierre Bourdieu, Noblesse détat, 1989) Léducation est un processus de concentration, dunification, dintégration qui saccompagne dun processus de dépossession puisque tous les savoirs, les compétences associés à des diversités locales sont disqualifiées. (Pierre Bourdieu, Sur létat. Cours au Collège de France, Seuil, 2012) Léducation est un processus de concentration, dunification, dintégration qui saccompagne dun processus de dépossession puisque tous les savoirs, les compétences associés à des diversités locales sont disqualifiées. (Pierre Bourdieu, Sur létat. Cours au Collège de France, Seuil, 2012) L'absence de formation des jeunes enseignants est « absolument injustifiable ». Les élèves sont tellement différents, souvent éloignés de la culture scolaire, et on peut même dire que dans les établissements scolaires, parfois, on ne parle pas le même langage, au sens propre et au sens figuré. Par conséquent, les professeurs ont besoin aujourd'hui d'une formation qui les prépare à communiquer avec leurs élèves, à les intéresser, à gérer l'hétérogénéité des classes. (Bernard Toulemonde, Inspecteur général honoraire de lEducation Nationale, le Monde.fr, 15/09/2010) L'absence de formation des jeunes enseignants est « absolument injustifiable ». Les élèves sont tellement différents, souvent éloignés de la culture scolaire, et on peut même dire que dans les établissements scolaires, parfois, on ne parle pas le même langage, au sens propre et au sens figuré. Par conséquent, les professeurs ont besoin aujourd'hui d'une formation qui les prépare à communiquer avec leurs élèves, à les intéresser, à gérer l'hétérogénéité des classes. (Bernard Toulemonde, Inspecteur général honoraire de lEducation Nationale, le Monde.fr, 15/09/2010) Notre étude a montré que léchec scolaire de masse en Guyane pourrait être la résultante dune incompatibilité, dans lacte pédagogique, entre les procédures mises en place par les enseignants et les processus dapprentissage et de mémorisation des apprenants. Le 18/05/2012


Télécharger ppt "Geneviève CONFORT – SABATHE Membre associée CRREF (EA4538)"

Présentations similaires


Annonces Google