La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Psychoses/schiz ophrenies Emmanuel Stip. Psychoses Troubles délirants Trouble schizoaffectif Trouble schizophréniforme Premiers épisodes: DUP Prodromes.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Psychoses/schiz ophrenies Emmanuel Stip. Psychoses Troubles délirants Trouble schizoaffectif Trouble schizophréniforme Premiers épisodes: DUP Prodromes."— Transcription de la présentation:

1 Psychoses/schiz ophrenies Emmanuel Stip

2 Psychoses Troubles délirants Trouble schizoaffectif Trouble schizophréniforme Premiers épisodes: DUP Prodromes Personnalité schizoide, schizotypique Psychoses toxiques Sur maladie affective

3 objectifs Présentation clinique et enjeux Approche bio-psycho-sociale films Évaluations globales PANSS: film SSTICS Efficience thérapeutique Les approches: psychothérapies Observance Le lien avec médication

4 approches Psycho-éducative Remédiation cognitive, hédonique TCC Entrainement aux habilités sociales IPT Psychodynamique Aspects culturels stigmatisation

5 5 Définition de la schizophrénie La schizophrénie est une maladie chronique qui perturbe le langage, la pensée, la perception, laffect et la conscience de soi Les critères diagnostiques sont définis comme suit : Présence dau moins deux symptômes de la phase active pendant 1 mois Persistance des symptômes pendant > 6 mois Les symptômes comprennent : idées délirantes, hallucinations, discours désorganisé, comportement grossièrement désorganisé ou catatonique, symptômes négatifs APA. Practice Guideline for the Treatment of Patients With Schizophrenia. 2 e éd. Arlington, VA: APA; US DHHS. Mental Health: A Report of the Surgeon General. Bethesda, MD: DHHS; 1999.

6 6 Épidémiologie de la schizophrénie ~1 % de la population adulte est touchée La maladie apparaît généralement au début de lâge adulte La majorité des patients ont 1 rechute Taux de rechute dans lannée suivant la fin dun épisode : ~16 % Le taux de rechute augmente au fil des années subséquentes La schizophrénie figure parmi les maladies qui causent le plus dincapacité dans le monde et qui contribuent le plus au nombre dannées de vie vécues avec une incapacité La schizophrénie entraîne environ : 25 % des hospitalisations psychiatriques 50 % des admissions dans les hôpitaux psychiatriques Au Canada, le coût total de la schizophrénie était estimé à 6,85 milliards de dollars en 2004

7 7 Morbimortalité associée à la schizophrénie Prévalence accrue : de litinérance de la malnutrition de troubles liés à lutilisation dune substance alcool, drogues intraveineuses, marijuana, tabac du diabète de type 2 Risque suicidaire 9 fois plus élevé que dans la population générale * Près de 30 % des personnes atteintes font une tentative de suicide, et entre 4 et 10 % meurent par suicide Risque de mortalité toutes causes confondues* 1,6 fois plus élevé que dans la population générale Le risque de mortalité non naturelle est 4,3 fois plus élevé que dans la population générale * Daprès le rapport standardisé de mortalité Goldman LS. J Clin Psychiatry 1999;60(suppl 21): Harris EC, Barrclough B. Br J Psychiatry 1998;173: APA. Practice Guideline for the Treatment of Patients With Schizophrenia. 2 e éd. Arlington, VA: APA; 2004.

8 8 Schizophrénie Impact des symptômes sur le fonctionnement global Symptômes cognitifs : attention mémoire fonctions exécutives Symptômes positifs : idées délirantes hallucinations comportement catatonique pensée/discours/comportement désorganisés Emploi Relations inter- personnelles Soins personnels Vie sociale Sphèreprofessionnelle Symptômes négatifs : émoussement affectif alogie perte de volonté Symptômes thymiques : dépression anxiété irritabilité colère anhédonie Patient dysfonctionnel

9 Observance Risque de suicide diminué Surmonte les événements stressants de la vie Traite la toxicomanie Améliore ladaptation du pt ds la communauté Donne un soutien Réduit le stress Favorise le processus de rétablissement Réduit de façon continue les Sx Améliore le niveau de fonctionnement Améliore la qualité de vie Assure la rémission des Sx Temps Atteinte du potentielindividuel Schizophrénie : évolution des défis thérapeutiques et objectifs de Tx Évite les efftes indésirables des Mxs Améliore lobservance Réduit au minimum le risque de rechute Prévient les blessures Maîtrise les comportements Réduit la gravité des Sx Sattaque aux facteurs déclenchants de perturbation du comportement Retour rapide au fonct. optimal Alliance thérapeutique Phase aiguë Phase de stabilisation Phase dentretien Fonctionnement Prend en charge les troubles concomitants Réduit au minimum le risque de rechute Prévoit le potentiel daugmentation des Sx Évite les effets indésirables des Mxs Lehman AF, et al. Am J Psychiatry 2004;161(suppl 2):1-56.

10 10 Symptômes cibles Psychose active/symptômes positifs principal motif dhospitalisation symptômes qui répondent le mieux aux médicaments Symptômes négatifs évolution la plus rapide lors des phases aiguës des schizophrénies débutantes piètre réponse aux médicaments – les ASG et les ATG montrent toutefois une certaine efficacité délai plus long de réponse au traitement et de survenue dune amélioration Symptômes cognitifs possibilité datténuation ou daggravation par le traitement médicamenteux des données indiquent que les nouveaux antipsychotiques seraient à cet égard plus efficaces que les APG Incapacité fonctionnelle fortement corrélée avec les symptômes cognitifs modérément corrélée avec les symptômes négatifs observée surtout durant les épisodes aigus, que lon peut prévenir par le traitement médicamenteux Daprès Bezchlibynk-Butler K, Phillips L. Schizophrenia Resource Guide.

11 11 La rechute exacerbe la progression de la maladie Après chaque rechute : le rétablissement est plus lent et moins complet il est plus difficile de recouvrer la capacité fonctionnelle antérieure la maladie devient plus résistante au traitement les hospitalisations sont plus fréquentes et durent plus longtemps Il en résulte : une baisse de lestime de soi du patient une perturbation importante de son fonctionnement sur les plans social, scolaire et professionnel La rechute alourdit en outre le fardeau émotionnel, psychologique et financier pour la famille, les aidants et le système de santé Misdrahi D et al. Encephale 2002;26: Lieberman J et al. Neuropsychopharmacol 1996;14: Watt DC et al. Psychol Med 1983;12:

12 12 Objectifs thérapeutiques généraux Atténuer ou supprimer les symptômes Maximiser la qualité de vie et la capacité dadaptation du patient Favoriser et maintenir un rétablissement optimal du patient à légard des effets débilitants de la maladie Favoriser ladhésion du patient au traitement et prévenir ainsi le développement dune résistance biologique de la maladie au traitement APA. Practice Guideline for the Treatment of Patients With Schizophrenia. 2 e éd. Arlington, VA: APA; 2004.

13 13 Objectifs thérapeutiques en phase aiguë* Prévenir les gestes dauto ou dhétéro-agression Maîtriser les troubles comportementaux Atténuer la sévérité de la psychose Rechercher les facteurs déclenchants Favoriser un retour rapide au meilleur niveau de fonctionnement possible Instaurer une alliance avec le patient et sa famille;étendre la psychoéducation à la famille afin de favoriser ladhésion au traitement Élaborer un plan de traitement à court et à long terme Faciliter le suivi et favoriser la continuité des soins APA. Practice Guideline for the Treatment of Patients With Schizophrenia. 2 e éd. Arlington, VA: APA; * Définie comme un épisode psychotique aigu

14 14 Objectifs du traitement dentretien Phase de stabilisation Diminuer le stress imposé au patient Réduire le risque de rechute au minimum Améliorer ladaptation à la vie en société Faciliter la diminution continue des symptômes et la consolidation de la rémission Favoriser le rétablissement Phase stable Maintenir la rémission ou la maîtrise des symptômes Veiller à ce que le patient conserve ou améliore sa capacité fonctionnelle et sa qualité de vie Instaurer un traitement en cas dexacerbation des symptômes ou de rechute Surveiller les effets indésirables du traitement APA. Practice Guideline for the Treatment of Patients With Schizophrenia. 2 e éd. Arlington, VA: APA; 2004.

15 15 Quel membre de léquipe soignante est responsable de la coordination des soins que reçoit ce patient? Gestionnaire de cas Agent de soutien communautaire Ergothérapeute ou récréothérapeute Infirmière Psychologue Médecin de famille Psychiatre Services de crises Pharmacien Léquipe soignante multidisciplinaire Patient Famille

16 16 Bienveillance Compétence Acceptation Connaissance des besoins du patient Souplesse Optimisme et réalisme Talent pour la négociation Aptitude à inspirer la confiance et à susciter lespoir Chaleur Qualités de léquipe soignante À votre avis, quelles qualités contribuent le plus à lefficacité dune équipe? Empathie Expérience et savoir-faire Aptitude à rallier le patient Aptitude à communiquer

17 Bleuler Doctorat de médecine en 1881 Assistant à la Waldau 1884: Angleterre, France (Charcot), Munich 1885: Burghölzli (Auguste Forel), : Rheinau Hypnotisé par von Speyr et Forel: Psychologie de lhypnose : directeur Burghölzli, professeur de psychiatrie Zurich Ses assistants: Jung ( ), Abraham (04-07), Rorschach. Freud ( ), SPI 1910

18 Bleuler : il récuse le terme de démence précoce dEmil Kraepelin - La démence précoce et le groupe des schizophrénies - Fragmentation de lesprit - Discordance - Délire paranoide - autisme

19 Démence précoce Gross: la dementia sejunctiva, Zweig: la dementia dissecans

20 Rapoport et al 1999 COS, gray matter volume reductions, ventricular volume Gogtay et al In Press increases, associated variably associated with outcome Etude longitudinale: PE & morphologie Mathalon et al 2001 Chr. Scz gray matter volume reductions, ventricular Davis et al 1998 volume increases, associated with poor outcome Pantellis et al 2002 Prodromal pts who convert to psychosis have gray matter volume reductions which are progressive DeLisi et al 1997 Gur et al 1998 Hirayasu et al 1999 First episode pts, gray matter volume Lieberman et al 2001 reductions, ventricular volume increases, associated Wood et al 2001 with poor outcome and/or increased Rx exposure Cahn et al 2002 Ho et al 2004

21 Le groupe des schizophrénies Spaltung Dislocation Rupture Dysconnection #discordance Chaslin

22 Distortion de la réalité Délire Hallucinations Altération des mécanismes de contrôle et dévaluation des activités volontaires Hyperactivité: cortex médian temporal, cortex frontal, striatum ventral. Hypoactivité: cingulum postérieur Désorganisation Trouble du cours de la pensée Affect inapproprié Altération du mécanisme de sélection et inhibition des réactions Hyperactivité : cortex médian frontal, cingulum antérieur, thalamus. Hypoactivité : cortex frontal ventral. insula, cortex pariétal Pauvreté psychomotrice Pauvreté du discours Affect abrasé, avolition Altération du mécanisme de planification des activités volontaires, processus mental au ralenti Hyperactivité : noyaux gris centraux Hypoactivité : cortex frontal; cortex pariétal

23 Symptômes présents dans population non clinique, analyse taxométrique sur 660 patients: positifs, negatifs et désorganisation ---- » pas de taxons 2 syndromes: un syndrome affectif général et un syndrome psychotique 4 dimensions: positifs, négatifs, dépressifs,maniaques Plus tard: désordre de la salience

24

25 Lhypothèse dun contrôle génétique de lenvironnement postule que les gènes confèrent une vulnérabilité à leffet pathogène de lenvironnement (effet indirect, par lequel les sujets deviennent plus sensibles à un risque environnemental, par opposition à un effet direct de la génétique). Dans la schizophrénie, plusieurs facteurs environnementaux ayant un impact important sur le déclenchement de la maladie ont dores et déjà été identifiés : migrations, vie dans les grands centres urbains, consommation de cannabis et traumatismes précoces (abus sexuels ou non).

26 Est-il possible actuellement de comprendre linteraction entre déterminisme génétique et déterminisme environnemental, et son rôle dans la genèse des psychoses ?

27 Dopamine = Médiateur de signification (Saillance) - Kapur 2003 Facteurs génétiques, environnementaux Prédisposition Décharge anormale de DA sans égard au contexte Assignation de signification aberrante à des objets externes ou des représentations internes Induction dun état de perplexité, de confusion entraînant une importance exagérée de certaines importance exagérée de certaines perceptions ou idées Lors dun arrêt de la médication antipsychotique, dune prise de drogue, dun stress La diminution de la signification préoccupante (saillance) permet une diminution des symptômes par extinction ou reformulation cognitive Les antipsychotiques bloquent la transmission DA et diminuent la signification préoccupante des symptômes psychotiques, mais aussi la motivation Les délires sont des schémas cognitifs basés sur leur culture et leurs expériences, que les patients développent pour comprendre leur nouvelle expérience de signification altérée Quand la psychose altère le comportement, le patient arrive en psychiatrie Les hallucinations sont des erreurs dattribution des perceptions

28 psychoses Psychoses aiguës trouble schizo-affectif Relations avec la personnalité Boschen & Warner: troubles de personnalité : Borderline: 1656; antisociale: 314; schizotypique 186; paranoia 20 et schizoide 41. Traits et troubles paranoiaques schizotypie

29 Contexte du questionnement DSM 2…3…..4……..5 Garder schizophrénie ? Psychose générale ? Maladie de la salience Phénotype Dimensions Prodromes: « état mental à risque »

30 Symptômes prodromiques Yung et McGorry Isolement social Détérioration des fonctions liées au rôle Baisse de lhygiène Perte dentrain/dintérêt Hafner Baisse de la concentration et de lattention Anxiété Perte dentrain/de motivation Retrait social Baisse dénergie Méfiance Humeur dépressive Détérioration des fonctions liées au rôle Troubles du sommeil Irritabilité © 2008 Association des psychiatres du Canada. Tous droits réservés. Yung AR et al. Schizophr Res May; 84(1): Hafner, H. et al. Schizophr Res. 1992; 6:

31 Starification clinique: McGorry 2010 CJP Stade1 manie Depression psychose Stade 1b Manie Depression psychose Stade 2 Manie bipolaire Depression Psychose schizophrenie

32 Van Os, am J Psy 2010 génétique Anomalie cérébrale Male, célibataire,faible éducation, négatif désorganisé Cannabis,trauma Expérience Psychotique Risque de psychose

33 Is it normal to be psychotic ? Emmanuel Stip

34 « Nest pas psychotique, qui veut » Jacques Lacan

35 Sigmund Freud During the days when I was living alone in a foreign city..I quite often heard my name suddenly called by an unmistakable and beloved voice.

36 Its wrong to turn this into a shameful problem that people either feel they have to deny or to take medication to suppress. Marius Romme

37 objectifs Psychose en continuum avec la normalité vs rupture Catégorie vs dimension Normal/pathologique Place de cette question dans la pensée psychiatrique

38 In Review CPA Patient clozapine Muffin empoisonné COMT: val/val vs met/met Robin Murray Homosexualité & DSM Hallucinés célèbres: case report vs EBM Ouverture desprit et censure

39 Moyens Fréquence des symptômes psychotiques dans la population normale Est-ce que entendre des voix symptôme dune maladie ou variété de lexpérience humaine ? Emergence des groupes non-cliniques dentendeurs de voix

40 Dimension vs catégorie Contexte DSM Nosographie Classification Psychose générale Pharmacologie A quoi sert un diagnostic si 80 % des patients ressortent avec la même prescription Quetiapine: antipsychotique, antidépresseur, anti PTSD, anxiolytique, craving, normothymique, somnifère, OH, Psychanalyse Structuraliste Verwerfung

41 Continuum normal pathologique Si on demande étudiants: « navez vous jamais entendu votre nom appellé de nulle part »? 60-70% oui je marchais dans la rue je me suis retourné… 10-40% population générale Visuelle ou auditive

42 Epidémiologie Auto-questionnaire Chapmans positive scale Peters delusion inventory (PDI) Auteurs: Van Os; Verdoux

43 Epidémiologie 7000 population générale ans 4.2% hallucinations ou délire attesté par psychiatre 17.5% élément psychotique 2% diagnostique 50 fois phénotype large que schizophrénie (0.4%) Van Os

44 Epidémiologie Questionnaire salle dattente généraliste Omni: 1.2% diagnostique Parmi les autres 25% persécuté 21% particulièrement proche de Dieu 18% sont regardés de façon étrange 5% entendu des voix parlant deux Verdoux

45 Epidémiologie Endeuillés (Gallois, Rees) N=293 14%: hallucinations visuelles 13.3% auditives 46.7% resente la présence Maison de retraite 61% hexpérience hallucinatoire 86% bienfait 54% jamais parlé de cela

46 Surveys of several thousand people in Britain, the United States and elsewhere have found that rates of paranoia are slowly rising, although researchers' estimates of how many of us have paranoid thoughts vary widely, from 5 percent to 50 percent.

47 A British survey of more than 8,500 adults found that 21 percent of people thought there had been times when others were acting against them. Another survey of about 1,000 adults in New York found that nearly 11 percent thought other people were following or spying on them.

48 Dennis Combs, an assistant professor of psychology at the University of Texas at Tyler, paranoïa Étudiants college 5% paranoid thoughts. 10 ans après: 15%

49 Personnages

50

51 -"I've always had a little voice in my head, particularly when I was younger and less assured", … "While onstage, during classical theatre the voice would suddenly say, "Oh, you think you can do Shakespeare, do you? … "Recently, I was being interviewed on television and the voice inside my head said to me, "Who the hell do you think you are. You're just an actor, what the hell do you know about anything…. "I've always had a little voice in my head pulling me down, particularly when I was younger and less grounded...My school days were not always happy and I wanted to get away from Wales and be someone else. I was stupid at school, I just didn't know what was going on. I thought I was on Mars, I didn't know what they were talking about." (1993, interview in the News of the World, Anthony Hopkins)

52


Télécharger ppt "Psychoses/schiz ophrenies Emmanuel Stip. Psychoses Troubles délirants Trouble schizoaffectif Trouble schizophréniforme Premiers épisodes: DUP Prodromes."

Présentations similaires


Annonces Google