La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La sexualité en institution Promo AS 2011.2012. Publics concernés Adultes handicapés Adolescents en internat ou en milieu ouvert Personnes âgées en institution.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La sexualité en institution Promo AS 2011.2012. Publics concernés Adultes handicapés Adolescents en internat ou en milieu ouvert Personnes âgées en institution."— Transcription de la présentation:

1 La sexualité en institution Promo AS

2 Publics concernés Adultes handicapés Adolescents en internat ou en milieu ouvert Personnes âgées en institution Personnes hospitalisées Film : NATIONALE 7

3 Le questionnement Comment répondre à la demande des résidents en matière de sexualité et de relation amoureuse? Principes et pratiques daccompagnement possibles Analyse du travail déquipe autour de la demande de René : analyse des postures et des positionnements professionnels chez les éducateurs, le directeur, lagent de service, le psychologue Les relations amoureuses entre résidents, entre professionnels et entre résidents et professionnels

4 Repère historique Un repère historique La circulaire du 10 décembre 1996 de la direction de laction sociale affirme : « la reconnaissance du Droit à la sexualité pour la personne handicapée mentale ainsi que laffirmation de son Droit à léducation »

5 Raison du silence et de lhostilité de la société -1) Attitude face à la monstruosité (débilité, déformations physiques, incapacités diverses) et prévention de leur reproduction avec parfois stérilisation à une échelle collective pour ne pas voir augmenter la population handicapée -Sexualité des personnes handicapée étrange : personne débridée, non contrôlée et difficilement maîtrisable par les valides

6 Raison du silence et de lhostilité -2) Action sociale très largement portée par le milieu religieux (affiliation historique et culturelle), dans une philosophie associant la sexualité et la reproduction -3) Des raisons institutionnelles : la vie en institution représente un frein aux relations sexuelles, lhétérosexualité est dangereuse car reproductrice, lhomosexualité, peut être considérée comme pratique déviante, inacceptable moralement et socialement.

7 Ne pas confondre handicap…..avec… -Confusion entre handicap, incapacité sexuelle et infantilisation : la personne handicapée est souvent considérée par les valides, les parents, les professionnels comme un enfant. Lespérance de vie pour certaines pathologies était par le passé assez courte (pour un trisomique, 10 ans en 1910, 60 de nos jours) -On a souvent confondu la limitation intellectuelle et la capacité sexuelle mais la pulsion et le sentiment amoureux nont pas de QI.

8 Les résonances personnelles Parler de la sexualité de lautre cest un peu parler de sa propre sexualité Avec renvoi avec ses propres fantasmes, résistances, frustrations et jouissances Aventure donc risquée pour les valides et les professionnels

9 Définition du champ de la sexualité Freud « la sexualité est détachée de sa relation bien trop étroite avec les organes génitaux et posée comme une fonction corporelle embrassant lensemble de lêtre et aspirant au plaisir, fonction qui ne rentre que secondairement au service de la reproduction Sont comptés parmi les émois sexuels tous les émois tendres et amicaux pour lesquels notre langage courant emploie le mot aimé dans ses multiples acceptations »

10 En conséquence La sexualité est omniprésente et traverse nos rapports quotidiens au quotidien Nos rapports amicaux, professionnels ne sont pas dénués de dimension sexuelle Les relations entre accompagnante et résident, entre accompagnant et résidente, mais aussi dans les relations homme/homme, femme/femme néchappent pas à cette énergie libidinale travaillé par le langage, la culture, la foi

11 Laccompagnement Tout comme nous, les personnes handicapées sont confrontées à des interrogations et à la négociation entre le désir et la réalité Laccompagnement doit se faire dans une démarche spécifique, accessible et profitable à la personne handicapée dans le cadre du projet individualisé de la personne, ce qui est défini dans la circulaire précitée.

12 Questionnement des professionnels Le professionnel veille aux dangers notamment dans la protection des personnes démunies qui pourraient subir des violences Mais faut il tout contrôler ? Comment entendre les propos de la personne handicapée sur sa sexualité? Jusquoù permettre, comment éviter une grossesse, une MST ou le sida? Que dire face au désir denfant et comment protéger des désillusions de la vie affective et sexuelle?

13 Le temps …. La sexualité des handicapés existait bien avant que nous nous posions des questions? Quen avons-nous fait jusquà la circulaire de 1996, élaborée surtout dans le cadre de la prévention du sida? Quen ferons nous demain?

14 Lhandicapé et la structure Les adultes handicapés sadaptent dans le domaine de la sexualité aussi, aux choix des professionnels, aux directives, aux règlements des institutions. Ils subissent les conséquences des décisions prises, des interdits et les pulsions sexuelles continuent dexister On croit savoir ce qui leur convient et ce qui ne leur convient pas Les adultes handicapés sont ils reconnus comme interlocuteurs valables?

15 La vie quotidienne la vie quotidienne des handicapés est marquée par leur sexualité au sens large du terme : - lamour du beau, la tendresse, les marques daffection, le plaisir dêtre ensemble, côte à côte, les manifestations gestuelles, les baisers, les caresses, les enlacements, laccouplement, le désir denfant

16 Faut-il en parler? En parler, pourquoi? -Parce que cest quotidien dans les comportements avec le personnel qui assure lencadrement et laccompagnement -Parce que cest une préoccupation des parents (risque de grossesse, contamination VIH)qui sont souvent désorientés -Parce que cest un engagement du projet individualisé de la personne

17 Pour toutes ces raisons… Il est bien den parler, déchanger sur ce thème à la frontière du public et du privé, de lintime et du professionnel, et qui est bien de la responsabilité de ceux à qui lon confie, le bien être physique et psychique des personnes handicapées. Mais on peut aussi sen étonner, sinterroger, sinterpeller…. La sexualité ne serait-elle entendue que par les peurs quelle suscite?

18 Analyse des besoins Méconnaître la sexualité de lhandicapé est comme une mutilation de la personne La sexualité fait partie de la vie de la personne Le collectif prend souvent le dessus sur lindividuel Comment affirmer que lhandicapé na quune sexualité amortie voire interdite en fonction de réflexion de léquipe institutionnelle La sexualité, cest le langage, la culture (chez lanimal, cest linstinct)

19 Il nest pas nécessaire dêtre handicapé….. Pour être confronté au mal vivre de la sexualité, aux risques auxquels chacun sexpose dans la négociation du plaisir, du désir et de la réalité. Parler de la sexualité des autres cest prendre conscience que dune certaine façon cest de la nôtre dont nous risquons parler

20 La responsabilité du professionnel Avant dautoriser ou dinterdire, de surveiller ou dorganiser ce qui touche la vie sexuelle des adultes handicapés, il sagit de : -Se permettre de penser la question individuellement, en équipe, avec parents, administrateurs, usagers, CVS -Il faut développer une réflexion, un échange, une recherche autour de cette question

21 Quelques situations Thomas parle de mariage, de trouver un travail, de faire des enfants Jean se masturbe en public dans la salle à manger dès la fin du repas Marcelle affirme sa féminité par un maquillage outrancier ou dans des tenues extravagantes Julien essaie sans cesse de toucher les fesses de ses monitrices Jean et Georges ont une relation homosexuelle Caroline risque de tomber enceinte ou de contracter le virus HIV par son comportement Jérôme veut acheter et visionner des cassettes pornographiques Certains parents se posent la question du recours aux services dune prostituée

22 Pulsions, sexualité et handicap mental Question du refoulement et de la maîtrise des pulsions Responsabilité des actes Intégration des précautions à prendre Ne pas oublier découter, daccompagner, de modifier nos pratiques ou du moins dy réfléchir Les passages à lacte sont les symptômes dune souffrance psychique intense La difficulté du langage empêche de parler de ses pulsions

23 La masturbation Au moment de la puberté, pulsions incoercibles avec découverte du besoin sexuel Masturbation = décharge dune tension Se donne parfois en public Passager chez ladolescent, souvent durable chez ladulte en souffrance mentale Proposition dun lieu à labri des regards sans moralisation ni culpabilisation Respect de la personne handicapée, et non sa dénonciation

24 Les réponses institutionnelles Qualité nécessaire de laccompagnement : accompagner, cest reconnaître à lautre que sa vie le concerne Contraception envisagée et information sexuelle Vigilance du professionnel dans la prise de la pilule Utilisation des contraceptifs injectables tous les trois mois Relations sexuelles tolérées, voire encouragées Formation de couples, avec parfois parentalité envisageable

25 Donner un cadre à laccompagnement Éviter les interlocuteurs multiples Savoir prendre du temps dans un lieu calme Éthique de lentretien avec une certaine réserve sur ce que le professionnel entend pour ne pas perdre la confiance de lautre Aide à laménagement du cadre de vie, lieux adaptés, soins dembellissement du corps Institution à taille humaine, identification facile des professionnels par les usagers Chambre particulière sauf si demande inverse du résident, la chambre est un lieu privé Réalisation de chambre pour couples, avec lit médicalisé à deux places par exemple

26 Accompagnement par la loi La sexualité nest pas synonyme de désordre Loi de linterdit de linceste Interdiction des agressions sexuelles, des violences sexuelles, de lexhibitionnisme, de conduites perverses avec atteinte dautrui Règlements des établissements qui fixent le domaine du permis, du possible, de linterdit, spécifique à chaque structure Interdiction pour les professionnels dutiliser sa position daccompagnant pour abuser sexuellement dune personne handicapée dans les paroles (ironie, dévalorisation, moquerie) ou les actes Plus les limites sont nettes, plus les professionnels, les parents, les handicapés peuvent situer leur responsabilité La règle institutionnelle est un parfois un paradoxe avec le droit de la liberté de la personne

27 Accompagnement avec les parents Les parents sont les interlocuteurs réguliers de laccompagnement avec parfois résistance des parents à penser la sexualité de leur enfant Partage du projet dépanouissement de ladulte handicapé Question de la sexualité, de la vie de couple, de la contraception, à débattre avec eux La prise en compte de la dimension sexuelle est le prolongement de ce que lon sait écouter, dire et faire au quotidien

28 Et les personnes âgées en EHPAD?? Les manifestations de la sexualité vont du simple regard à lacte sexuel abouti Posent souvent problème à lentourage et au personnel soignant La sexualité et la tendresse peuvent contribuer jusquà un âge avancé, à satisfaire les besoins de contact physique, de complicité, dintimité. Elle peut être une source précieuse de bien être physique et psychique

29 Les besoins sexuels des personnes âgées Ils ne disparaissent pas au fil des ans, ils diminuent en intensité et en fréquence mais peuvent sexprimer à tout âge La sexualité est une pulsion vitale, le contact avec la peau est très important : toucher la main, caresser une personne âgée provoque chez elle une réaction de bien être Phénomènes nouveaux : relation sexuelle entre femmes (plus nombreuses que les hommes) ou lien en dehors du couple (un des deux ayant une défaillance, due à la maladie dAlzheimer par exemple)

30 La sexualité…difficile à comprendre …. Question culturelle : association de la sexualité à la reproduction Imaginer la sexualité de ses parents Penser que les personnes âgées nont pas de désir, sont dans lincapacité de faire lamour, nont sont plus attirantes lits doubles peu courants Priver la personne âgée de sexualité peut être considéré comme de la maltraitance

31 En sanitaire, lors dune hospitalisation La charte du patient, la loi 4 mars 2002, posent un cadre quant Au Respect de la vie privée De lintimité De la dignité De la confidentialité


Télécharger ppt "La sexualité en institution Promo AS 2011.2012. Publics concernés Adultes handicapés Adolescents en internat ou en milieu ouvert Personnes âgées en institution."

Présentations similaires


Annonces Google