La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Genu recurvatum. Définition : le genu recurvatum est le Syndrome dhyperextension se consommant dans la région du genou.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Genu recurvatum. Définition : le genu recurvatum est le Syndrome dhyperextension se consommant dans la région du genou."— Transcription de la présentation:

1 Genu recurvatum

2 Définition : le genu recurvatum est le Syndrome dhyperextension se consommant dans la région du genou

3 Le genu recurvatum est un terme qui désigne lhyperextension excessive du genou Lextension complète « normale » du genou ou « hyperextension » est une position physiologique au cours de laquelle le genou se « verrouille » grâce à la conjonction de la rotation interne du fémur sur le tibia et de lextension (rotation automatique) Cest une position que lon adopte pour se stabiliser debout à larrêt et que lon passe dun membre sur lautre. Cest une position de stabilité ou de repos mais on reste très rarement en hyperextension des 2 genoux en même temps On utilise rarement lhyperextension lors de la marche et lors de la course Un genou qui est dans limpossibilité de se mettre en hyperextension, voire obligé de rester en légère flexion (genu flexum), est un genou qui verrouille mal et qui fatigue car il met en jeu le système extenseur et la fémoro-patellaire de façon excessive Avant denvisager le genu recurvatum, sa définition, ses causes et son traitement il est nécessaire de préciser le verrouillage normal du genou en extension

4 hyperextension Flexum Le genou présente normalement quelques degrés dhyperextension et cest cette position qui permet le «verrouillage» physiologique La position en flexum est anormale, elle provoque une surcharge de larticulation fémoro-patellaire et favorise un flexum de la hanche (et réciproquement) Une hyperextension de quelques degrés du genou est normale

5 Comment mesurer le recurvatum? Hyperextension « normale » : 5 à 15° Recurvatum «anormal» > 20° Cest langle entre les axes mécaniques de la cuisse et de la jambe (3 repères cliniques : trochanter, épicondyle, malléole) Il nexiste aucune étude précise ayant fixé les limites de la « normalité »

6 Hyperextension du genou normal 0 - 5° chez 11 % des sujets 5 -10° chez 21 % des sujets ° chez 8 % des sujets extension proche de zéro chez 60 % Mesures cliniques personnelles sur 100 sujets « normaux »

7 Le verrouillage du genou sobtient par une coaptation des surfaces fémoro-tibiales où interviennent de façon complémentaire la rotation automatique du fémur par rapport au tibia et le système ligamentaire complexe du genou, en particulier les ligaments postérieurs et les deux « points dangles » postéro-externe et postéro-interne. Physiologie

8 En position fléchie vers 90°, la rotation du tibia est libre et le genou dispose dune amplitude globale dune quarantaine de degrés (allant de 10° de rotation interne à 30 ° de rotation externe, selon les cas). Lamplitude et le secteur sont variables en fonction de facteurs morphologiques : La torsion naturelle du squelette jambier (torsion externe de 20 à 50°) La laxité physiologique Noter que le tibia s incline en varus avec la RE et en valgus avec la RI Rotation libre en flexion

9 En approchant de lextension complète le fémur tourne sur le tibia jusquau moment ou cette rotation se bloque Cette position est automatiquement dictée par la forme des surfaces des condyles et des glènes tibiales, par les ménisque et par le système ligamentaire complexe du genou et elle est contrôlée par le système extenseur Rotation automatique en extension Les mesures au scanner ont montré quen extension « dite zéro » il existe bien une rotation de lépiphyse fémorale en dedans par rapport au tibia Plus lextension dépasse cette extension zéro, plus la rotation augmente On peut retenir, daprès les mesures faites sur quelques cas particuliers, que chaque degré dextension supplémentaire s accompagne dun degré de rotation interne fémorale (ou externe tibiale) Coupes scanner en extension zéro

10 Conséquences de lhyperextension Rotule plus haute Tubérosité tibiale plus latérale par rapport à la trochlée Excentration rotulienne Accentuation du varus Augmentation de la rotation externe tibiale (Tubérosité plus latérale) Rotules plus hautes en extension La rotation explique quon ne voit jamais le fémur et le tibia parfaitement de profil

11 Genoux normaux : 3° ± 3 Rotules instables : 7,6° ± 4 rotation FT en extension normale Plus la rotation interne du fémur est importante, plus la rotule se latéralise Les genoux à rotule instable se caractérisent par cette hyper rotation (un des facteurs de linstabilité) Une rotation de 22 ° a été mesurée une fois

12 En recurvatum, la rotule est située plus haut dans la trochlée et lors de la flexion, elle s engage en retard sur la facette externe ce qui peut favoriser une subluxation

13 Lécart entre les condyles augmente de la position zéro à lhyperextension Ceci est lié au fait que le genou est tourné en dedans à cause de lantétorsion normale du fémur et ainsi, plus il étend, plus il sécarte de la ligne médiane Extension zéro

14 Valgus en extension Varus en hyperextension Interdépendance des plans frontal sagittal et horizontal Lécart entre les condyles augmente de la position zéro à lhyperextension

15 Lévolution naturelle dun recurvatum se fait vers la distension des ligaments postérieurs, fragilisant dautant le contrôle de la stabilité rotatoire dès les premiers degrés de flexion

16 1/ Hyperlaxité ligamentaire constitutionnelle 2/ Les recurvatum osseux Anciennes fractures du fémur Anciennes fractures du tibia Lésions du cartilage de croissance tibial (les plus fréquentes) - Traumatiques Décollement épiphysaire Lésion de la tubérosité par impaction - Iatrogènes Agrafage défectueux Curetage pour tumeur ou pour prise de greffons Radiothérapie Traction trans-tibiale par broche Transposition de la tubérosité Ostéomyélite 3/ Les recurvatum mixtes 4/ Séquelles de ruptures ligamentaires Etiologies

17 Linterrogatoire permettra dévaluer : La gêne fonctionnelle : Douleurs soit douleurs en rapport avec la distention postérieure soit douleurs liées à une surcharge antérieure (ménisque, cartilage) Instabilité surtout dans les recurcatum liés à des ruptures ligamentaires Lancienneté de la déformation Lévolution de la déformation puisquune déformation purement osseuse, par épiphysiodèse par exemple, peut se compliquer dune distension progressive de lappareil capsulo-ligamentaire Quel type de gêne peut conduire à une indication chirurgicale?

18 Raccourcissement du membre 1/ raccourcissement, dû à lhyperextension, le membre retrouve toute sa longueur en extension normale 2/ Il y a aussi parfois un raccourcissement réel à rapporter à un trouble de croissance en longueur (dans les épiphysiodèses en particulier) ou à une fracture Conséquences du recurvatum Dans certains cas, le genou part en recurvatum lors de la marche, ou parfois à chaque pas, justifiant le port dune orthèse

19 La radiographie la plus utile pour les mesures (et pour planifier une opération) est un profil en hyperextension de la totalité du membre inférieur sur un grand film On peut calculer précisément langle des deux axes mécaniques qui correspond au recurvatum global et les angles respectifs du tibia et du fémur Sur des films de petit format on risque dintroduire des erreurs de mesure dues aux courbures sagittales du fémur et du tibia

20 Il y a une distension postérieure anormale avec bâillement de larticulation (distension des coques condyliennes, des 2 points dangle et du LCP) La pente tibiale est normale : 95° +/- 5 le Fémur est normal 1/ Recurvatum capsulo ligamentaire

21 La pente tibiale est inversée : 70° 2/ Recurvatum dorigine osseuse tibiale Genou normal 95° 70°

22 Aspect typique dune épiphysiodèse : la lésion siège au niveau de la partie verticale du cartilage de croissance épiphysaire du tibia, lapophyse rostrale qui donnera naissance à la tubérosité tibiale antérieure Recurvatum tibial par épiphysiodèse

23

24 Aspect typique dune épiphysiodèse avec disparition du relief de la tubérosité tibiale antérieure Lépiphysiodèse localisée à ce niveau entraînera des troubles de croissance de lépiphyse avec antéflexion épiphysaire et une atrophie de la tubérosité tibiale antérieure et souvent un raccourcissement. Le genou prend ici un aspect clinique caractéristique car la saillie en avant des condyles et de la rotule, accentuée par latrophie de la tubérosité, crée un véritable coup de hache au niveau de lextrémité supérieure de la jambe avec une impression de subluxation postérieure du tibia. Recurvatum tibial par épiphysiodèse

25 Aspect typique dune épiphysiodèse avec disparition du relief de la tubérosité tibiale antérieure Lépiphysiodèse localisée à ce niveau entraînera des troubles de croissance de lépiphyse avec antéflexion épiphysaire et antéversion des plateaux tibiaux, une atrophie de la tubérosité tibiale antérieure et souvent un raccourcissement. Recurvatum tibial par épiphysiodèse

26 Il y a une perte damplitude de flexion apparente, qui correspond au recurvatum osseux Recurvatum tibial par épiphysiodèse

27 Le genou prend ici un aspect clinique caractéristique car la saillie en avant des condyles et de la rotule, accentuée par latrophie de la tubérosité, crée un véritable coup de hache au niveau de lextrémité supérieure de la jambe avec une impression de subluxation postérieure du tibia.

28 Jamais de transposition de la tubérosité tibiale (TTA) avant la fin de la croissance Recurvatum après TTA faite à lâge de 11 ans !! Recurvatum tibial par épiphysiodèse iatrogène

29 Recurvatum iatrogène survenu après un agrafage médial mais néanmoins trop antérieur, réalisé pour obtenir la correction dun genu valgum chez un adolescent. Pour éviter cela eut fallu placer 3 agrafes bien réparties de lavant à larrière Recurvatum tibial par épiphysiodèse iatrogène 22 ans

30 Recurvatum tibial après fracture

31 La pente tibiale est normale Lépiphyse fémorale est remaniée. Repérer la ligne de Blumensaat (toit de léchancrure) par rapport à laxe du fémur (radios comparatives) 3/ Recurvatum dorigine osseuse fémorale Genou sain Cal vicieux

32 Recurvatum dorigine osseuse fémorale

33 4/ Recurvatum dorigine ligamentaire Laxité postéro-postéro- latérale avec varus et recurvatum décompensés lors de lappui

34 Un même traumatisme initial crée à la fois une fracture de lextrémité supérieure du tibia, qui consolide en recurvatum et une lésion ligamentaire postéro-latérale (trauma en hyperextension appuyée). Ces deux lésions au stade chronique saggravent mutuellement 4/ Recurvatum mixte

35 On peut voir se développer un genu recurvatum chez un enfant longtemps alité ou plâtré pour le traitement dune affection de la hanche (traitement dune luxation congénitale de hanche, dune coxalgie, dune fracture du col du fémur où il y aurait une épiphysiodèse localisée (10% des étiologies) Dans certains cas la déformation sera même aggravée lors de la reprise de la marche quand il existe une ankylose vicieuse de hanche Recurvatum dadaptation

36 Recurvatum à la suite dune longue immobillisation en plâtre dans lenfance pour une coxalgie Contraintes anormales du genou liées à une adduction vicieuse de la hanche et à un inégalité Recurvatum dadaptation

37 Traitement chirurgical 3 Techniques : Ostéotomie tibiale Ostéotomie fémorale Ligamentoplasties

38 BRETT A L Operative correction of genu recurvatum J. Bone Joint Surg LEXER E. Die gesante wiederherstellungs chirurgie Barth J.A Ed. Leipzig 1931 Technique dérivée de celles de Lexer et de Brett Technique de lostéotomie tibiale de flexion pour le recurvatum dorigine tibiale LECUIRE F, LERAT JL et al. Le genu recurvatum et son traitement par ostéotomie tibiale Revue de Chirurgie Orthopédique, 198O

39 Relèvement de la tubérosité tibiale antérieure avec une longue baguette de 7 cm. -Voie dabord verticale le long du bord interne du tendon rotulien -Préparation de la zone dostéotomie de part et dautre de la tubérosité -Longue baguette osseuse taillée à cheval sur la zone choisie pour lostéotomie et relevée avec le tendon rotulien -Larticulation nest pas ouverte systématiquement

40 Ruginer les attaches musculaires et ligamentaires distales des 2 côtés Lostéotomie débute à 5 cm au-dessous de linterligne articulaire ainsi le fragment épiphysaire est volumineux Lostéotomie est très oblique en haut et en arrière pour aboutir à 6 ou 7 mm en-dessous de linterligne articulaire, dans la zone dinsertion des fibres capsulaires et du ligament croisé postérieur que lon respecte. Préparation de lépiphyse tibiale

41 Contrôle radioscopique pour vérifier la bonne orientation de lame de la scie afin de corriger lorientation de linstrument dès le début de la coupe Lostéotomie passe au-dessus du niveau de larticulation pérono-tibiale supérieure, ce qui rend inutile lostéotomie du péroné

42 A gauche, la charnière de lostéotomie sera située trop haut et risque dêtre dans la surface articulaire. A droite la charnière sera bien située et stabiliée par les fibres capsulaires

43 Louverture antérieure est maintenue par 3 greffons cortico-spongieux iliaques triangulaires ou par des allogreffes ou un substitut osseux La stabilité de cette ouverture dépend de la charnière postérieure

44 On peut faire un contrôle radioscopique en cours dintervention pour juger de la correction ainsi que de la place de la tubérosité tibiale

45 Fixation de la baguette à cheval sur la zone douverture avec 2 vis Linsertion du tendon rotulien doit être respectée en hauteur. La baguette doit le plus souvent être remontée dune hauteur correspondant à la hauteur des greffons Il faut contrôler aussi sa place de face pour restaurer une distance TA-GT correcte

46 Dans ce cas, la charnière était située trop en avant, en pleine surface articulaire. Lostéotomie a abouti à un relèvement électif de lépiphyse tibiale antérieure

47 Théoriquement, cette technique ne permet pas la correction associée dun valgus ou dun varus, en raison de lexistence de la charnière postérieure. En réalité, on peut distendre cette charnière dun côté, au prix dune certaine diminution de la solidité du montage. On peut donc corriger de petites déformations de 3 à 6 degrés. Dans ces cas, on ajoute une agrafe métallique de chaque côté de la baguette Plan frontal

48 Dans ces 2 cas, le montage a été renforcé par 2 agrafes La rééducation est toujours commencée dès le premier jour postopératoire Protection par une gouttière postérieure ou une attelle pendant 4 semaines Reprise de lappui 45 J Consolidation complète en 3 mois

49 Contusion antérieure Radio perop : allogreffe en coin Recurvatum tibial : épiphysiodèse

50 Recurvatum iatrogène après une TTA faite chez un garçon dâge chronogique de 16 ans, disposant encore dun fort potentiel de croissance Ostéotomie à lâge de 24 ans Le genou gauche opéré à lâge de 18 ans na pas eu de problème Recurvatum tibial : épiphysiodèse

51 Epiphysiodèse post-traumatique à 9 ans. Recurvatum corrigé par ostéotomie à 30 ans

52 Cas où la correction a été légèrement insuffisante

53 Recurvatum post traumatique associé à une tumeur bénigne postérieure du tibia (fin de croissance) Genou normal

54 Ostéotomie douverture antérieure et de valgisation avec curetage et comblement osseux du fibrome osseux

55 Consolidation osseuse obtenue en 4 mois + 2 ans

56 Recurvatum à la suite dune longue immobilisation en plâtre dans lenfance, pour une coxalgie Ce recurvatum mixte, osseux et ligamentaire, devra être hypercorrigé

57 Hypercorrection dans los pour corriger un recurvatum mixte, tibial et ligamentaire La hanche bloquée en adduction a été opérée par une prothèse

58 Le genu recurvatum et son traitement par ostéotomie tibiale F. Lecuire, J. L. Lerat, G. Bousquet, H. Dejour et A. Trillat Revue de Chirurgie Orthopédique, 198O, 66, 95 Bons résultats obtenus dans 30 cas avec cette technique Lhyperextension moyenne était de 25° Résultats des ostéotomies tibiales

59 Technique de lostéotomie fémorale de flexion pour le recurvatum dorigine fémorale Voie dabord latérale, allant du tubercule de Gerdy à 20 cm au-dessus de linterligne Louverture articulaire est indispensable pour bien contrôler les surfaces articulaires. Lostéotomie douverture antérieure doit se situer 10 à 15 mm au-dessus de la trochlée et elle est réalisée avec ostéoclasie de los postérieur 3 greffons cortico-spongieux Iliaques cunéiformes sont introduits dans lostéotomie Une charnière stable est très difficile à obtenir, une fixation par une lame-plaque est nécessaire Il est possible de corriger de faibles déviations dans le plan frontal en jouant sur lépaisseur des greffons utilisés. Il est plus difficile de corriger des déformations rotatoires associées La mobilisation sera entreprise précocement Lappui sera interdit pendant 6 à 8 semaines

60 Technique de lostéotomie fémorale de flexion pour le recurvatum dorigine fémorale Ostéotomie supracondylienne douverture antérieure avec greffe et plaque

61 Recurvatum par cal vicieux corrigé par une ostéotomie douverture antérieure

62 Dans les cals vicieux, le recurvatum est parfois associé à une désaxation frontale (4 fois sur 9) Genou sain Cal vicieux

63 La consolidation osseuse est obtenue en 3 à 4 mois

64 Cal vicieux distal –Varus : 5° –Recurvatum 20° –Inégalité : 2 cm

65 Le recurvatum est corrigé Ostéotomie et utilisation dune plaque spéciale conçue pour intégrer la correction en utilisant les mêmes trous que lancienne

66

67 Exemple de recurvatum constitutionnel avec problèmes rotuliens corrigé par une ostéotomie fémorale distale par ouverture antérieure et greffe et plaque Preop Postop sans appui + 3 ans en extension et appui

68 Ama…. …37 ans Recurvatum 20° Utilisé à chaque pas Fatigabilité hanche D Dl externe genou Genu varum Hypertorsion fémorale 25° Souvent, le recurvatum constitutionnel nest quun élément dune déformation associant un genu varum et une antétorsion fémorale excesive

69 Ostéotomie fémorale distale douverture antérieure et de correction du varus et de la rotation Photo perop montrant lostéotomie qui bâille en avant, maintenue par un fixateur provisoire qui sera enlevé après la mise en place dune plaque vissée greffe

70 Rotation : 10° Varisation : 10° Flexion 10°

71

72 Technique des ligamentoplasties pour le recurvatum dorigine ligamentaire

73 Désinsertion et réinsertion sous tension par des fils à travers le fémur Plastie de chevauchement des 2 berges après avoir sectionné la coque condylienne à 1 cm de linsertion Capsulo-plasties postérieures Retension de la capsule postérieure ou coques condyliennes. En cas de retension des 2 coques, une double voie dabord postérieure interne et externe est nécessaire (2 procédés : Lerat : Encyclopédie médico-chirurgicale 1990) 1 attelle articulée permet la flexIon maIs évite lhyperextensIon.pendant 2 mois

74 Capsulo-plasties postérieures Retension de la capsule postérieure (ou coque condylienne postérieure) selon le procédé de Judet par retournement du bloc osseux avec linsertion des deux coques condyliennes et fixation par agrafe Procédé de Judet

75 Plasties postéro-latérale plastie latérale au tendon quadricipital La capsulorraphie postérieure est parfois complétée par une plastie postéro-latérale et latérale quand il existe une laxité en varus et hyperextension. Plastie avec une bandelette prélevée sur le système extenseur dans sa partie sus-rotulienne ou au niveau de sa partie sous-rotulienne avec des fragments osseux. La partie osseuse est fixée sur le condyle externe avec une agrafe vissée et la bandelette peut être utilisée pour reconstituer le trajet du poplité et traverse le plateau tibial externe ou la tête du péroné. La bandelette peut être dédoublée et la deuxième partie est implantée sur le tubercule de Gerdy sil existe une laxité antérieure

76 Parfois on voit des laxités postéro-postéro-latérales pour lesquelles il faut ajouter une plastie externe à la reconstruction du LCP On peut réaliser lensemble de ces plasties complexes avec le tendon rotulien et le tendon quadricipital et y ajouter une ostéotomie tibiale pour corriger un peu le recurvatum et surtout le varus qui menace souvent ces reconstructions

77 Lostéotomie fémorale est réservée aux cas de recurvatum dorigine fémorale qui sont le plus souvent des cals vicieux Lostéotomie tibiale douverture est proposée aux genu recurvatum dorigine tibiale Une capsulorraphie postérieure est réservée aux genu recurvatum capsulo- ligamentaires. Les séquelles des ruptures ligamentaires postérieures et postéro-latérales sont complexes et peuvent justifier des plasties complémentaires une capsulorraphie postérieure peut être associée à une ostéotomie tibiale si le genu recurvatum est dorigine osseuse et aggravé par une distension importante. Si lostéotomie est faite seule, il faut une hyper- correction osseuse avec une ouverture plus importante pour compenser la distension et cela peut créer un interligne articulaire trop relevé vers lavant Lors des ostéotomies tibiales ou fémorales on doit sattacher à corriger tout varus préexistant qui risquerait de distendre le compartiment postéro-latéral (surtout en cas de plastie). Indicatons

78 Chez ladulte, le genu recurvatum évolue le plus souvent vers une décompensation capsulo-ligamentaire et une correction simpose en raison de lapparition de douleurs et de linstabilité Chez lenfant, les épiphysiodèses sont opérées dès la fin de la croissance pour éviter une distension ligamentaire postérieure En attendant la fermeture de la physe, il faut protéger par une orthèse lorsque langulation est importante De rares cas de séquelles dostéomyélite de la première enfance peuvent justifier des ostéotomies précoces et qui seront itératives. Dans ces cas lostéotomie doit être faite en-dessous de la zone fertile. Dans certains cas exceptionnels il y a une place pour des opérations de désépiphysiodèse (Langenskjold. Acta Orthop. Scand., 1967) Indicatons

79 Le traitement doit être préventif - Il faut éviter les cals vicieux en traitant convenablement toutes les fractures des plateaux tibiaux et les fractures métaphysaires supérieures du tibia -Il faut traiter demblée et correctement les lésions ligamentaires associées aux fractures des plateaux tibiaux -Il faut traiter les lésions ligamentaires fraîches surtout les lésions postéro-latérales et dautant plus quil y aura un morphotype associant varum et recurvatum - Il faudra enfin et surtout éviter les lésions iatrogènes de la tubérosité au cours de la croissance qui restent létiologie la plus fréquente

80 Dans certains cas, le genu recurvatum peut-être bénéfique Lorsquil y a un mauvais système extenseur le genu recurvatum est bénéfique pour la stabilité comme dans la poliomyélite (mais il ne doit pas dépasser 10° sinon il risque de se décompenser) Il est parfois indiqué de faire des ostéotomies pour créer quelques degrés de recurvatum Il est parfois indiqué de corriger un genu flexum

81 Parfois il faut créer un recurvatum dans certaines situations 1/ En cas de déficit du quadriceps et dinstabilité (dans les séquelles de paralysie, polio etc.) Ostéotomies dextension du fémur Ostéotomies dextension du tibia 2/ En cas de flexum

82 F - 46 ans Paralysie du quadriceps avec EMG = 0 dégénérescence graisseuse Séquelle de fracture de rotule Nombreuses opérations Flexion 130° Flexum 20° et flexum actif 45° Instabilité + tr statiques du bassin + sciatique 1/ Exemple de déficit du quadriceps et dinstabilité

83 La solution est de créer un recurvatum pour permettre le verrouillage du genou même avec un quadriceps nul Ostéotomie fémorale distale dextension

84 Ostéotomie fémorale : Recurvatum 15° Douleurs = 0 Stable Bonne stabilité du genou gauche grâce au recurvatum de 15° obtenu Vidéo

85 Flexum majeur chez une femme présentant un polydystrophie avec atteinte des 2 hanches et arthrose du genou Le genu varum justifie une ostéotomie de valgisation On en profitera pour corriger aussi le flexum par une fermeture antérieure ou une ouverture postérieure 2/ Exemple de flexum

86 Lostéotomie de valgisation a été faite par ouverture interne Le flexum a été corrigé par un coin plus épais en arrière

87 I. Bejui J. Séquelles des traumatismes du cartilage de conjugaison. Thèse médecine, Lyon, BJERKREIM I., BENUM P. Genu recurvatum : a late complication of tibial wire traction in fractures of the femur in chiidren. Acta Orthop. Scand., 1975, 6, BOHN C. L. S. The treatment of traumatic genu recurvatum by corrective, sub articular osteotomy on the tibia and by bone transplantation. Acta Orthop. Scand., 1956, 2f, BETTING T. D. J., SCRASE W. H. Premature epiphyseal fusion at the knee, complicating prolonged immobilisation for congenital dislocation of the hip. J. Bone Joint Surg. (Bi. Vol.), 1965, 47, BRETT A. L. Operative correction of genu recurvatum. J. Bone Joint Surg., 1935, 17, CHAPCHAL G. Osteotomy of the head of the tibia in treatment of genu recurvatum and insufficiency of lateral knee ligament. Nederlands Tij Chrifr Voor Geneesh., 1972, 116, FIELDING J. W., LIEBLER W. A., TAMBAKIS A. The effect of a tibial tubercle transplant in children on the growth of the upper tibial epiphysis. J. Bone Joint Surg., 1960, 42, IRWIN C. E. Genu recurvatum following poliomyelitis. Controlled method of operative correction. J. Am. Med. Assoc., 1942, JEFFREYS T. E. Genu recurvatum after Osgood-Schlatters disease. J. Bone Joint surg., 1965, 47, Bibliographie

88 10. JUDET J., JUDET H. Genu recurvatum par lésion du cartilage de conjugaison supérieur du tibia. SO.F.C.O.T., 49e réunion annuelle. Rev. Chu. Orthop., 1975, 6z, Suppl. II, I I. LANGENSKJOLD A. The possibilities of eliminating premature partial closure of an epiphyseal plate caused by trauma or disease. Acta Orthop. Scand., 1967, 38, LEFORT R. Le genu recurvatum acquis. Rev. Orthop., 1907, 8, , , , , LEXER E. Wiederherstellungs chirurgie. 2 Auff. J. A. Barth. Verlag., Leipzig, 1931, p LUISCHITZ K. A case of tibia recurvata. Acta Radiol., 1946, 27, MELERE G. Les fractures récentes des plateaux tibiaux. Thèse médecine, Lyon, 26 novembre i6. MORTON K. S., STARR D. E. Closure of the anterior portion of the upper tibial epiphysis as a complication of tibial shaft fracture. J. Bone Joint Surg., 1964, 6, RAINAUT J. J. Le recurvatum grave du genou poliomyélitique. Rev. Chir. Orthop., 1962, 8, i8. RECHNAGEL K. Genu recurvatum associated with slipped capital femoral epiphysis. Acta Orthop. Scand., 1973, 44, 505- o SALMON M. Affaissement traumatique du pilier antérieur tibial, genu recurvatum subluxation postérieure du tibia. Réduction Greffe. Rev. Chu. Orthop., 1961, 47, SEYBOLD H. A., KNAPPMANN J. Genu recurvatum après traumatisme de la tubérosité tibiale. Z. Orthop., 1973, III, SMILLIE I. S. Injuries of the knee joint. Linvingston L.T.D., Publ., Edinburgh and London, STOREN G. Le genu recurvatum, son traitement par ostéotomie angulaire et compression. Acta Chu. Scand., 1957, 114, TRILLAT A. G. Les traumatismes du cartilage de conjugaison de lextrémité supérieure du tibia. Table ronde sur les traumatismes du cartilage de conjugaison (Dir. P. L. Chigot), 48e réunion annuelle de la SO.F.C.O.T., Paris, nov Rev. Chu. Orthop., 1974, 6o, Suppl. II, Une bibliographie complète (i99 références), peut être trouvée dans la thèse de F. Lecuire : Le genu recurvatum et son traitement par ostéotomie tibiale. Lyon, 26 novembre 1976.


Télécharger ppt "Genu recurvatum. Définition : le genu recurvatum est le Syndrome dhyperextension se consommant dans la région du genou."

Présentations similaires


Annonces Google