La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

L EXAMEN OBJECTIF INTRA-ORAL Lalgorithme de examen intra-oral est : Lexamen du rouge des lèvres et de lorifice buccal Lexamen des muqueuses labio-jugale.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "L EXAMEN OBJECTIF INTRA-ORAL Lalgorithme de examen intra-oral est : Lexamen du rouge des lèvres et de lorifice buccal Lexamen des muqueuses labio-jugale."— Transcription de la présentation:

1 L EXAMEN OBJECTIF INTRA-ORAL Lalgorithme de examen intra-oral est : Lexamen du rouge des lèvres et de lorifice buccal Lexamen des muqueuses labio-jugale Lexamen du vestibule buccal maxillaire Examen de larcade dentaire-alvéolaires maxillaire Examen des dents et du parodonte Examen du voûte palatine, de londe palatin L'examen du vestibule buccal-mandibulaire Examen de larcade dentaire-alvéolaire mandibulaire Examen du plancher de la bouche Examen de la langue et les glandes salivaires Lexamen des rapports occlusaux

2 Lexamination du rouge des lèvres et l'ouverture de la bouche l'inspection la palpation. devant / profil Coloration, symétrie, contour (l'arc de Cupidon), l'humidité, aspect des comisures, l'intégrité, la position, la texture. Lorifice buccal : - statique - la symétrie de la fente et l'occlusion labiale - dynamique - ouvrir la bouche, l'amplitude, la symétrie Lexaminaition de la muqueuse labo-jugale la face interne des lèvres, la zone retro-commissurale, la face interne des joues. attention à la zone retro-commissurale - lésions potentiellement malignes ! Coloration, l'intégrité, présence du « linea alba », lorifice du Canal Sténon qui se retrouve à pres de molaire no 2 supérieur; laspect de la salive

3 Lexamination du vestibule buccal- inspection et la palpation (au doigt ou à/au fouloir On examine 1. profondeur du vestibule, s'il est normal ou modifié par résorption de la crête alvéolaire ou par la présence de formations pathologiques 2. formations mobiles représentées par le frein labial supérieur / inférieur, buccale frein ( plici alveolo-jugale( Ro)), colliers cicatrisés frein labial insertion - unique / multiple épaisseur - moyenne, mince, épais base dimplantation - unique / multiple

4 Selon l'emplacement au niveau de la crête alvéolaire, l'insertion du frein labial peut être: - Pour le frein labial supérieur élevé -quand il est proche du fond su sac vestibulaire moyen- quand il se retrouve approximaitvement à la moitié de la crête alvéolaire, bas -lorsque le frein est inséré près de la marge de la gencive libre - Pour frein labial inférieur – bas lorsquil se retrouve près du fond du sac vestibulaire, moyen quand il se retrouve aproximativement à la moitié de la crête alvéolaire, élevé lorsque le frein est inséré près de la marge de la gencive libre Normalement, le vestibule buccal doit être libre, sans formations pathologiques

5 Examination de larcade dento- alvéolaire Lexamen denseble des arcades dento-alvéolaires maxillaire et mandibulaire se fait par l'inspection. On suit les aspects suivants: la forme de larcade – larcade maxillaire - semi-ellipse mandibulaire - parabole, aux enfants -darcs circulaires. formes pathologiques de larcade: M (quand il existe incongruité dans la zone frontale avec rotation DM des incisives centrales, ou quand il y a des canines ectopiques), U (quand il existe une étroiture dans la zone molaire), V (lorsque la distance inter-canine est diminue) Ω (quand il y existe une étroiture dans la zone prémolaire), trapèze (lorsque la courbure frontale est aplatie).

6

7 Symétrie de larcade- développement de larcade / dents présents Continuité de larcade - continue / interrompu par secouage ou diastème, lésions odontales qui abolissent le point de contact inter-dentaire, espaces prothétiques potentionellement non-prothétiques Type d'arcades - naturelles (uniquement des dents naturelles), artificielles (entièrement restauré par les prothèses / implants), mixte (contient des dents naturelles ainsi que des dents de prothèses, ou il existe sur larcade des dents permanents / définitifs ainsi que des dents de lait / temporaires). L'examen des dents et du parodonte L'ordre d'examen dans larcade maxillaire est de 1.8 à 2.8, l'arcade mandibulaire de 3.8 à 4.8 Les dents sont examinés par l'inspection, palpation, la percussion et lauscultation. Chaque dent est séchée à l'air par pulvérisation dair pour retirer la pellicule de salive qui déforme l'image et sexamine ensemble avec son parodonte.

8 la présence / l'absence du dent. intègre ou non, la pathologie quil présente, la position sur larcade. lésions coronaires - indiquer quel type de lésion (carie, abrasion, fracture, etc.) Obturation/ inlays - la qualité de récupération morphologique par cette obturation, la matière dont elle a été faite (physionomique, non- physionomique), s'il ya des espaces de percolation à la périphérie des marges de lobturation (espace entre le matériel dobturation et lémail) des prothèses, - le type de prothèse (physionomique, non-physionomique) la restauration de la morphologie, l'adaptation à l'ensemble des dents

9

10 Si un dent est absente on examinera l'espace crée par cette absence du dent, l'espace qui est appelé espace édenté (EE). Lespace édentée contient les éléments suivants: 1. Limites – la mesiale et la distale qui peuvent être représentées par des dents limitrophes, ou dans le cas dedentations terminales maxilaires de tubérosité maxillaire et dans le cas dedentations terminales mandibulaires du tubercule piriforme. 2. Lamplitude – donnée par le volume coronaire des dents absents 3. Largeur vestibulo-orale représentée par la distance entre deux lignes passant par les points de convexité maximale des faces vestibulaires et orales des dents limite. 4. Hauteur - distance entre le plan d'occlusion et la bordure de la crête édentée 5. Crête édentée - classes (indices) Atwood I = Arcade intègre II = blessure post-extractionelle III = haute crête aigu IV = haute crête arrondie V = crête résorbée VI = crête concave

11 LExamen parodontal On examine le parodonte de chaque dent séparément, à partir des papilles inter-dentaires, on mesure la profondeur du sillon gingival / poches parodontales à laide dune sonde parodontale, évaluation de la mobilité dentaire, le degré de saignement. Le sondage parodontal se fait avec une basse pression afin de ne pas endommager le parodonte. Le sillon gingival est typiquement de 1,8 à 2 mm de taille. Des valeurs plus élevées sont les poches parodontales. La mobilité dentaire sobserve en prenant le dent entre les bras des pinces dentaires et en bougeant de la pince dans un sens vestibulo-oral, mezio-distal, verticale.

12 Les degrés de mobilité sont 0 - mobilité physiologique, 1 - La mobilité VO / MD, 2 - la mobilité VO + MD, 3 - mobilité dans tous les sens. Le degré de saignement est évalué à la palpation mesiale et distale de la papille inter-dentaire avec la sonde parodontale et peut être quantifiée en utilisant lindice IBP (PBI): 1 = saignements ponctuée, 2 = saignements linéaires, 3 = saignements à gouttes stabiles 4 = saignements en gouttes qui coulent.

13 Examen de la voûte palatine Se fait par inspection et palpation (à doigt, avec fouloir). Inspection visuelle directe de la voûte palatine est plus facilement accompli avec l'utilisation dun miroir intra-oral. On examine: la profondeur de la voûte palatine: 6 - 8mm voûte palatine plat, 9-10 mm voûte palatine moyenne, mm voûte palatine profonde, 12 mm voûte palatine ogivale (très profonde). Forme sur section - U, V, arc gothique Symétrie

14 Le palais mou( le voile du palais) est facilement visible à l'examen direct en appuyant sur la langue postérieure avec un abaisse-langue et en instruire le patient à dire "Ahhh". A la palpation digitale avec lindex sur la ligne médiane, le médecin peut sentir l'existence ou labsence du tore palatin (une exostose sur la ligne médiane du palais dur au niveau des sutures entre les os du palais).

15 A la palpation avec le fouloir - la résilience des muqueuses = degré de colmatage de la muqueuse sur le plan osseux, et qui est quantifiée par les indices de résilience: 0- le raphé médian, 1- sur le bord de la crête et sur les versants vestibulaires et orales 2/3 à partir du bord, 2 - 1/3 basale de la crête, 3- zone des crêtes palatines transverses, 4- zones de glissage Schroder

16 L'examen de la langue La surface dorsale de la langue est plus facilement visualisée par le patient se tirant la langue et en essayant de toucher bout du menton. Sinon, le bout de la langue peut être comprise par les doigts et en éponge de gaze Les bords latéraux de la langue peuvent être examinés en saisissant le bout de la langue avec une compresse de gaze, en l'étendant, et en le tournant latéralement. La tonicité - manœuvres Netter: le patient pousse la langue vers les joues et le médecin s'oppose au mouvement avec le doit, le patient conduit la langue vers le nez faisant pression sur miroir dentaire, le bout de la langue comprise en éponge de gaze est de tirer par le médecin vers l'extérieur de la bouche et le patient doit sopposer au mouvement.

17 L'examen du plancher de la bouche Le plancher de la bouche, similaire à la muqueuse buccale, est de couleur rose saumon. L'hôte des glandes sous-mandibulaires (les conduits de Wharton) sont présentés comme deux papilles de chaque côté du frein de la langue.

18 Lexamen des rapports occlusaux les paramètres de la morphologie occlusale, locclusion statique et locclusion dynamique. Les paramètres de la morphologie occlusale les zones occlusales formées de surfaces occlusales des molaires et des prémolaires et des bords incisifs, les cuspides de soutien représentés par les cuspides palatins maxillaires et vestibulaires- les cuspides de guidage, cuspides vestibulaires-maxillaires et linguales-mandibulaires, pente retro-incisive, les courbes d'occlusion sagittale et transversale, la courbure frontale le plan d'occlusion

19 Locclusion statique - plan sagittal, transversal et vertical. PLAN SAGITTAL - la clé Angle: R. Molaire classe I Angle – laxe du cuspide mésio- vestibulaire du premier molaire supérieure se projette dans la fosse inter-cuspide entre le cuspide mésio- vestibulaire et centro-vestibulaire du premier molaire inférieure. rapports distalisés il s'agit de la IIème classe dAngle. rapports mesialisés il sagit de la IIIème classe dAngle R. Canine – laxe vertical de la canine supérieure se projette sur la face distale du canin inférieur. R. Incisive – représentée par «over-jet » =o N

20 PLAN TRANSVERSAL larcade maxillaire couvre et dépasse avec une cuspide larcade mandibulaire frontal les lignes inter-incisives coïncident une à lautre et avec le plan médio-sagittal. PLAN VERTICAL incisif - le degré de couvrement des incisifs inférieurs par ceux supérieurs représentée par over-bite - 1/3 normale

21 EXAMENS COMPLÉMENTAIRES -dinvestigation sur létat général -dinvestigation de létat local l'état général - tests en laboratoire (examen sanguin) - les tests d'allergie. l'état local -lexamen cytologique, -histopathologique, -bactériologique, -la thermographie, -lexamen de la salive, les tests de susceptibilité des caries, -lexamen photo-statique, -létude de modèle, les rayons X, CT, IRM,

22 Létude de modèle fournit des données supplémentaires par rapport à lexamen local en aidant à établir un diagnostic final. Lexamination du modèle détude est similaire à lexamen intra-oral, à commencer par l'examen du modèle maxillaire ensuite lexamination du modèle mandibulaire, enfin, examiner les deux modèles en occlusion.

23 Édentation partielle réduite - l'absence de 1-3 dents consécutives sur l'arcade dentaire et / ou du groupe frontal. Édentation partielle étendue - absence de plus de 3 dents consécutifs sur l'arcade dentaire Édentation subtotale- la présence de 1-3 dents sur l'arcade dentaire Édentation totale - absence de tous les dents su l'arcade dentaire

24 Lédentation partiale réduite et celle étendue se classifient en utilisant la classification de Kennedy Classe I – Kennedy – édentation bilatérale terminale Classe II – Kennedy – édentation unilatérale terminale Classe III – Kennedy – édentation intercalée dans la zone latérale Classe IV – Kennedy - édentation intercalée dans la zone frontale Lédentation subtotale est classée à laide de la classification Applegate Classe V - Applegate - dents restantes dans la zone latérale Classe VI - Applegate dents restantes dans la zone frontale Classe V–VI - Applegate - dents restantes autant dans la zone frontale que dans celle latérale

25 Règles détablir les classifications dédentation sur larcade dentaire 1. Tout espace édenté limité mésial et distal est appelé «changement» 2. Si sur une arcade dentaire il y a plusieurs espaces édentés, la classification dédentation sera donnée par l'espace avec le nombre le plus bas, les zones restantes seront considérées comme des changements 3. Si sur une arcade il existe plusieurs espaces édentés de la IIIème classe de Kennedy, un des espaces donnera la classe dédentation, les autres seront appelés « changements »

26 ÉTABLIR LE DIAGNOSTIC Le diagnostic initial - accomplis dans l'examen. Le diagnostic définitif, ce qui ajoute des changements apparues suivant le traitement Diagnostic clinique présomptif - tests supplémentaires impliquant la prescription des données supplémentaires. Le diagnostic de certitude, qui confirme ou infirme le diagnostic présomptif initial Le diagnostic différentiel, ce qui exclut par raisonnement les symptômes médicaux dautres maladie similaire.

27 Le diagnostic oral - Le diagnostic détat général - influencer le traitement stomatologique/ contre-indiquer une série de manœuvres thérapeutiques - Le diagnostic d'état local comprend le diagnostic dintégrité odontale, parodontale, l'arcade, locclusale, les relations mandibulo-crâniennes, l'homéostasie et la fonctionnelle, mucite, la langue et des glandes salivaires, chirurgicale. chacune de ces composantes comprennent les formes diagnostiques suivants: anatomo-cliniques, topographiques, la forme clinique, étiologique, fonctionnel, évolutif, prognose, traitement. - Diagnostic de l'état d'hygiène

28 - Le diagnostic détat général – état général influencée par hypertension artérielle diagnostiquée il y a deux ans, traitée avec……., permettent un traitement dentaire avec prudence. - Le diagnostic d'état local EPR mandibulaire Classe III Kennedy sans «changements», d étiologie « pluri- facteurielle », avec des complications locales et generaux, non traitée, avec de bonne prognose en cas du traitement. LOC, carie Classe I Black au nveau de 1.4,2.6,2.7, d étiologie « pluri- facteurielle », avec des complications locales, non traitée 2.6,2.7et traitée 1.4 par obturation physionomique, avec de bonne prognose en cas du traitement. - Diagnostic de l'état d'hygiène - état d'une bonne hygiène buccale.


Télécharger ppt "L EXAMEN OBJECTIF INTRA-ORAL Lalgorithme de examen intra-oral est : Lexamen du rouge des lèvres et de lorifice buccal Lexamen des muqueuses labio-jugale."

Présentations similaires


Annonces Google