La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

OLIVIER ARIFON UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES 2013-2014 Influence et lobbying 1.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "OLIVIER ARIFON UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES 2013-2014 Influence et lobbying 1."— Transcription de la présentation:

1 OLIVIER ARIFON UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES 2013-2014 Influence et lobbying 1

2 Instructions pour le cours Cfr les consignes du cours, disponibles sur lUV Les conférences peuvent être évaluées 2

3 Introduction

4 Mind mapping de linfluence et du lobbying 4

5 Contexte Mondialisation Enjeux globaux : sociaux, culturels, sociaux Société de linformation : Web 2.0 & réseaux sociaux Le lobbying est une des dimensions de lIE Presque toutes les organisations produisent des lois et des normes Rescaling states : nouveaux espaces et nouvelles formes dactions pour les acteurs Poids accru du Parlement Européen suite au Traité de Lisbonne 5

6 Chapitre 1 : Influence

7 Trois dimensions de linfluence Du local au global, de lindividu au collectif 1. Dimension psychologique Manipulation et psychologie Se vit en face à face 2. Dimension diplomatique Lobbying sur les procédures légales Se réalise via les diplomates, les lobbyistes et les fonctionnaires 3. Dimension médiatique et numérique Se réalise via lactivisme et la e-réputation des net-izens 7

8 1.Dimension psychologique Influence = pression sur quelquun dans le but de modifier son jugement, ses perceptions ou son opinion Caractéristiques : Persuasion, crédit, prestige Pouvoir intellectuel ou moral Séduction et conviction Affectif et raison 8

9 2. Influence diplomatique a) Diplomatie publique Définition : tous les moyens par lesquels un pays ou une organisation (comme les Nations Unies) communique avec les citoyens dautres sociétés, en excluant la diplomatie menée entre gouvernements nationaux (source: dictionnary.com). Exemples : organiser les programmes déchange étudiants, recevoir des séminaires et rencontrer des hommes daffaire ou des académiques (academic leaders) étrangers 9

10 10 b) Soft power : selon Joseph Nye le soft power ou la puissance par cooptation reposent sur des ressources intangibles : l'image ou la réputation positive d'un État, son prestige (souvent ses performances économiques ou militaires) = la conduite ses capacités de communication, le degré d'ouverture de sa société, l'exemplarité de son comportement (de ses politiques intérieures et de sa politique étrangère) = des outils sa culture, ses idées (religieuses, politiques, économiques, philosophiques...) son rayonnement scientifique et technologique sa place au sein des institutions internationales = des politiques publiques

11 Les critiques du concept Concept libéral et des Etats Unis La société civile active serait co-responsable Nature du modèle décentralisé des acteurs des USA Rôle des fondations, des universités, des groupes de médias Les failles de certains Etats (Chine, Russie), absence de société civile et dactions décentralisées Concept théorique difficile à mesurer ? 11

12 Influence 3 - médias et digital ??? 12

13 Chapitre 2 : Lobbying

14 2.1 – Comparaison entre marketing & lobbying 14

15 2.2 – Définitions et acteurs 15 Lactivité et les gens qui la pratique

16 Trois perspectives du lobbying Perspective de la communication Y compris lintelligence économique Lobbying Perspective du droit et des affaires Perspective des sciences politiques 16

17 Trois perceptions du lobbying EU / USA Entreprises, politiques, « haut niveau » de complexité Lobbying EU, national, toutes organisations Faire pencher la balance, les lois et normes, gagner lopinion publique National, local, grand public Empêcher le tram 71 ou influencer pour aller à cet endroit 17

18 Définition(s) = Influencer directement ou indirectement les procédures délaboration des lois, normes et standards (source www.reseaubase.fr)www.reseaubase.fr Activités qui visent à influer sur lélaboration des politiques et les processus décisionnels des institutions europénnes (Bardon Libaert, 2012) Plus toutes les actions sur les politiques publiques et les processus décisionnels Autres noms du lobbying : affaires publiques, relations publiques, relations institutionnelles, communication politique 18

19 Une loi au Quebec Objet et champ dapplication constituent des activités de lobbyisme au sens de la présente loi toutes les communications orales ou écrites avec un titulaire d'une charge publique en vue d'influencer ou pouvant raisonnablement être considérées, par la personne qui les initie, comme étant susceptibles d'influencer la prise de décisions relativement : 1° à l'élaboration, à la présentation, à la modification ou au rejet d'une proposition législative ou réglementaire, d'une résolution, d'une orientation, d'un programme ou d'un plan d'action; 19

20 2° à l'attribution d'un permis, d'une licence, d'un certificat ou d'une autre autorisation; 3° à l'attribution d'un contrat, autrement que dans le cadre d'un appel d'offres public, d'une subvention ou d'un autre avantage pécuniaire, ou à l'attribution d'une autre forme de prestation déterminée par règlement du gouvernement. Le fait, pour un lobbyiste, de convenir pour un tiers d'une entrevue avec le titulaire d'une charge publique est assimilé à une activité de lobbying 20

21 Advocacy vs. Lobbying Advocacy : = Un processus politique dirigé par un individu ou un groupe, qui vise à influencer les politiques publiques et les décisions concernant lallocation des ressources à lintérieur des systèmes et institutions politiques, économiques et sociales = Supporter ou recommander publiquement; plaider pour ou parler en faveur dune cause (Wikipédia) 21

22 Advocacy vs. Lobbying BA Advocacy is: political process by an individual or group, which aims to influence public-policy and resource allocation decisions within political, economic, and social systems and institutions. to support or recommend publicly; plead for or speak in favor of one cause. 22

23 De linternational au local Nouveaux rôles des régions et territoires : modification de la loi, ressources financières, aménagement A lUE, panorama des acteurs : RegisterRegister 23

24 Types dacteurs Associations professionnelles et institutions : FEBI (Fédérations Européennes de Branche Industrielle) Syndicats professionnels (généralement donne de linformation technique à ses adhérents) Associations économiques. (Ex. Free Trade Association) Société civile, ONG & parties prenantes multiples : ONG telles Amnesty (11 pax à Bruxelles) ONG soutenues par lUE : Bureau Européen de lUnion des Consommateurs (BEUC) Groupement et plateformes dONG Lobbyistes et fournisseurs de services (Ex. Agence de RP et de communication) 24

25 Autre classification dacteurs Au niveau européen : Le fonctionnaire en charge du sujet + le chef de la DG associée Se faire connaître deux MP (Membre du Parlement) + assistant du MP Rôle de lassistant : faire lagenda, filtrer, rédiger les rapports Parlement Européen = 22 comités: rapports, auditions, échanges de points de vues… Portes dentrée à Bruxeles Députés et assistants Commision parlementaires et comités consultatifs Groupes politiques Rapoorteurs coordinateurs Au niveau des Etats Membres : Le cabinet du ministre en charge du sujet Le fonctionnaire en charge du sujet dans le ministère concerné Répartition des acteurs à Bruxelles (2013) : Fédérations professionnelles européennes (32%) Consultants (20%) Entreprises (13%) ONG (11%) Associations nationales (10%) Représentations régionales (6%) Organisations internationales (5%) Think tanks (1%) 25

26 Déséquilibre entre acteurs Groupes dintérêt économiques Légitimes, organisés, de culture identique, anciens, capacité dexpertise Groupes dintérêt publics Intérets divergents, récents, cultures différentes, manque dexpertise, hétérogènes, thèmes diffus, sur des valeurs 26

27 Les répertoires dactions Négociation = Rôle officiel Consultation : nouvelles voies de dialogue, sur un sujet précis Recours à lexpertise : réponses considérées comme rationnelles ET argumentation de pouvoir Protestation : montrer au public et aux médias un sujet Recours à la justice : utile pour valider linfluence de certains groupes 27

28 Les types de dialogue Transmission de notes techniques RDV individuels Participation à un club Visite de sites Auditions publiques Participation à des colloques Déjeuners et diners 28

29 Lobbying interne et externe Lobbying interneLobbying externe Rencontrer des membres du gouvernement, des parlementaires et hauts fonctionnaires Présence dans les médias : sujets, expertises Fournir de lanalyse/de lexpertise aux ministères, aux commissions parlementaires Construire des coalitions larges et diverses Participer à des auditions/concertationsPétitions, lettres, appels, débats publics, événements Participer à des comités dexpertsRecours aux sondages Négocier avec les pouvoirs publics et dautres groupes Recours à des conseillers en com Déclarer son soutien aux candidats aux élections 29 Source : Grossman Saurugger, 2012

30 Construction dalliances Constat : multiplication des nouveaux de décision et de gouvernance Venue building = alliances Recherche du meilleur endroit où trouver des alliés et un écho à ses propos Ex. FIDH : Conseil de sécurité de lONU vs OIT et HR commission Framing = modeler le champ à son avantage Rapport de force faible dans une enceinte, plus forte dans une autre Ex. de la cour nationale à la Cour Européenne des Droits de lHomme. 30

31 Five divisions for indirect lobbying 31 the spokesperson: his know-how, his status and his organization; diverging ways: a message with a unique content but repeated by different actors; relays: for more credibility, a third part is involved; relays within the sphere: find a civil servant that will relay the claims within the institutional organization; multiple uplifting: hammer the same message but from organizations/persons that look independent from each other

32 3 – Processus de prise de décision 32

33 Caractéristiques Un forum Un jeu à parties prenantes multiples Une procédure Un confrontation de valeurs A la recherche dun compromis 33

34 Le travail des représentants des parlementaires? Le parlement est : Un outil légal Un outil financier Un outil démocratique Le parlement peut : Questionner son administration Poser des questions Réagir à des situations 34

35 Decision-making process trouver un autre titre Le pouvoir des différentes institutions : Facteur temporel : comprendre les étapes, interpréter lagenda, respecter les deadlines Collecter linformation correcte Contacter les personnes clé Mobiliser les ressources : Agenda setting Opinions et débats Relais 35

36 4 – Savoir-faire des lobbyistes 4.1 – Strategie 4.2 – Networking efficace 4.3 – Lobbying efficace 4.4 – Objectifs 4.5 – Analyse 4.6 – Cartographie 36

37 4.1 – Strategie Questions clés : Qui sont les acteurs? Qui sont les opposants et les alliés? Quelles sont leurs positions et quels sont leurs arguments? Quand la loi sera-t-elle préparée/discutée/votée? 37

38 Contribution aux textes techniques Contribution aux textes réglementaires Sengager à des progrès Sallier avec un décideur Innover localement (ex. une région) Plaider lexception Proposer son propre sujet 38

39 Recruter les anciens négociateurs Neutraliser les opposants Placer un permanent Suggérer une méthode, un dispositif Faire naître des droits nouveaux : ex Mariage pour tous (Fr) Choisir sa juridiction Appel à la désobéissance civique Jouer la victime : ex. Leclerc et la parapharmacie 39

40 4.2 – Networking efficace Une bonne connaissance des protagonistes Qualité des contacts Une bonne connaissance des procédures institutionnelles 40

41 Trois niveaux : le réseau, travail sur un dossier, construire des coalitions Qui a le même intérêt que moi dans ce domaine ? Exemples : Fédération de professionnels : managersmanagers Plate forme dONG : womenwomen Groupement de consommateurs : beucbeuc 41

42 4.3 – Lobbying efficace A un niveau général : Utiliser les outils et la méthode de lintelligence économique Elaborer son lobbying sur des données et des études dévaluation Anticiper les amendements qui pourraient sopposer à son lobbying Prendre en compte les activités des thinks tanks 42

43 4.3 – La méthode 1 le problème posé 2 létat des lieux et connaissance du sujet 3 définition de la stratégie 4 mise en oeuvre et évaluation !! Idem à dia 36 43

44 Au niveau européen Encourager la participation dexperts au ??? trad Support experts participations to Commission groups Searching for objective alliances towards MS Au Parlement Européen, considérer à la fois les coalitions politiques et les intérêts nationaux Accroître les alliances et solidarités fournisseurs/producteurs vis-à-vis des partenaires commerciaux européens ?? Increasing alliances and solidarities supplier/producer face to EU commercial partners 44

45 4.4 – Objectifs Objectif minimum : obtenir un ajustement sur ce qui est le plus gênant Objectif de substitution : obtenir des compensations Objectif dassouplissement : champ de la norme Objectif collectif : un objectif particulier qui devient collectif Adapté au contexte, pérenne, flexible, dynamique, fructueux 45

46 Rappel de la position envisagée : dimension géographique, population et entreprises concernées, chiffres daffaires, emplois Conséquences de la décision : avant/après : Effets macro (commerce, revenus fiscaux) Micro (chiffre daffaires, marges), effets sociaux, effets sociétaux (environnement, empreinte écologique, transports…) Données institutionnelles : politique choisie, précédents, base juridique, processus, acteurs. 46

47 4.5 – Analyse a) Analyse légale : Evaluer le dossier dans sa dimension juridique Contester la procédure Gains attendus : gain de temps, décisions plus favorables, déstabilisation des positions adverses, initiative des arguments 47

48 b) Analyse des enjeux : Impacts de la décision sur les intérêts de chacun Utile quand : les arguments sont techniques largumentation est centrée sur un seul axe les arguments restent confus Le débat va durer dans les médias 48

49 BA c) Analyse des parties prenantes : Décision à prendre sous forme dune alternative Recenser les acteurs et classement selon position et dynamique = cartographie Utile : avec de nombreux acteurs / alliance non formées ou pas claires / arguments plus politiques que techniques 49

50 4.6 – Cartographie ? 1. Identification et évaluation des enjeux politiques ainsi que des objectifs associés pour le groupe dintérêt. 2. Analyse des circuits décisionnels. 3. Evaluation des rapports de force. 4. Sélection de cibles à convaincre, en tenant compte des différentes sensibilités des décideurs politiques. 5. Analyse des forces et des faiblesses du groupe dintérêt. 6. Mise en évidence des contraintes et des opportunités (calendrier politique, budget, leadership). 7. Identification des ressources disponibles et détermination des modalités daction. 50

51 5 – Communication & activisme médiatique 5.1 – Types darguments 5.2 – Analyse TIC 5.3 – Types of doutils et acteurs 51

52 5.1 – Types darguments pour un projet a) Arguments classiques, considérés positifs Notre projet est : En accord avec la politique générale : liberté, traités, accords Conforme aux anciens engagements (former = pris précédemments) Participe à lintérêt commun : santé, sécurité, emploi, conditions de vie, qualité de la vie, droits humains Response to representative organisations, Neutre ou avec des aspects positifs sur les finances publiques 52

53 b) Arguments classiques, considérés comme opposés Notre projet est : Techniquement impossible (au niveau par ex. de ses coûts de réalisation) Légalement impossible (en conflit avec dautres lois ou traités) Politiquement impossible (pour lopinion, en contradiction entre EM) Politically impossible (by the opinion, contradiction between MS), Inutile (idées fausses, situations sous contrôle) Inefficace, dangers, effets négatifs 53

54 c) Registre darguments : Qui inspire la confiance, la crédibilité Avec des éléments factuels Répond au besoin den connaître plus sur le sujet Approche positive Approche innovative Entre argumens unique et profusion darguemnts Registre dexpression : neutre/émotionnel/rationnel Adapté à la situation 54

55 5.2 – Analyse TIC. Un cadre pour construire une stratégie a) Dimension structurelle dactions collective ?? But de la campagne : faible ou fort (cible, adversaire, problème) Nombre dorganisations impliquées : 1, 2, 10, 50, 100… Niveau dactivité : élevé ou bas Type dactivités et de campagne : urbaine, rurale, eau, animeaux, nature, éducation, énergie Types et niveaux daudience atteints : une communauté, une ville, un état, le monde one community, one town, residents, all citizens in a State, and world level 55

56 b) Conditions médiatiques et dispositifs TIC Type dusage des TIC Dissémination de linformation Recrutement Education Organiser la mobilisation à différents niveaux 56

57 c) Caractéristiques du Web 2.0 Engager une boucle de rétroaction (feedback loop) : créer des lieux de dialogue, de collecte et déchange dinformation Augmenter la vitesse de communication to do more for less : cheap or costless to implement and to manage 57

58 d) Usage des TIC par les citoyens (Cardon, Granjon, 2010) Attention et contre expertise Attentiveness and counter expertise, Subjectivité et diversion des médias, images et symboles Ex. Parodie sur YouTube BP Spills coffee. 12 548 813 vues le 15 janvier 2013BP Spills coffee Mobilisation populaire : les citoyens sengagent dans lidées de renforcer les procédures collectives 58

59 5.3 – Type doutils Media, activisme et censure (Annenberg ) The module critically investigates the relationship between media, activism and censorship. It offers a critical assessment of the role of media in political mobilization, social movements, dissent, wars, conflicts, elections and political and social crises. The module considers the impact of different forms of censorship and regulation on social, political and cultural expression in the media. 59

60 Press release Press kit Press conference Interview Infomercial Travel in situ Journalists rely on specialists to provide materials and new stories Ajouter dia B215 pour harmoniser A – Public Relations (PR) 60

61 A2 – PR and media advocacy activities Monitoring media for coverage of relevant topics, Identifying and disseminating interesting news stories. Responding to journalists' inquiries and information requests. Supplying access to experts who can assist journalists. Preparing press releases and background papers. 61

62 Arranging press conferences, Planning a media diary, including identification of special dates and opportunities, Responding to misleading or erroneous items in the media, Listing and training individuals to act as experts and spokespersons on particular issues, Searching for new angles on existing stories. 62

63 A3 – Material for the media Publication of a new governmental policy affecting an issue. New research, such as a study or a procedure. Changes in trends. Official action. Special considerations of women, children, and ethnic groups. Schools activities about certain problems. Civil-rights issues associated the topic. Special days or weeks designated as a focus for the topic. 63

64 B – Position paper Brief outline of a country's policy and interests concerning the topic to be debated. It should contain a clear statement of the countrys position on the topic and the reason/s behind it, and it should suggest a plan of action 1 to 2 pages (A4, normal Font Type & Size, single line spacing) 64

65 Structure The beginning of your Position Paper should state the following items: Committee, Country, Issue Try to answer the following questions when you write this part of your statement: Why is this issue relevant? What is the scope of the problem? Options could be: naming statistics, mentioning the major players or the current developments concerning the issue under discussion. It is also very typical to make reference to the UN actions that have already been taken in this respect. Which resolutions have been passed so far? Which conferences have been held? What is planned for the future? 65

66 In the second part, you should specify the official position of the country /organization you represent in respect to the issue that is going to be debated in the Committee. What is your countrys / organizations policy on the topic? Why? What issues in this area are particularly relevant to the country / organization you represent? What action has your country / organization already taken? What are the possible solutions to the problems in this area? What is the type of resolution your country / organization tries to accomplish? A final remark An important thing to remember when you write your policy statement is that you represent the position of your country / organization in the Committee. Therefore, you should not speak in first person (I). 66

67 C - White paper Collection of information intended for a public determined to bring him to make a decision on a particular subject Organisation version Whitepapersource.com, pour rédiger un livre blanc Whitepapersource.com leslivresblancs.fr/ EU version : A venir 67

68 D – Web uses Web site with video, pdf files, comments Twitter, Facebook and all the rating 68

69 E – Mobilize public opinion Media advocacy in English-speaking countries Blogs Online petitions Petitiononline.com mesopinions.com Aavaz.org Initiative citoyenne à lUE : 1M de signatures, 7 Etats membres. Inserer LIEN 69

70 F - Media and public opinion Advertisement, display, Press, Tv, radio Agencies: Fleischman-Hillard, G+, D. Guegen Events, Demonstration, in the streets and on You tube air india 70

71 G - Facts checked reports Survey & reports Dominant trend: producing content, argumentation for training and information Key point: an added value not provided by others actors Risk: manipulation Procedure: a research board, an independent NGO or experts. Results: a document. EX: DLR / European express : Study on the balanced approach to noise management and its influence on the economic impact i-on air transportation. Transferts meurtiers 71

72 H – Experts Seminar and conferences Q of independence Q of fame (a Nobel prize? An actor?) Participation to a committee Expert association : Forum nucléaireForum nucléaire Mai 2013 Ajout Fabrique p248 : colloque sur invitation ex efsa juin 2012 60% toxicologues et responsables agences de sécurité sanitaire, membres de lefsa, 40% dexperts, 50% scientifiques de sociétés privées, 50 chercheurs duniversités. Une minorité spécialistes du sujet. R = un communiqué en faveur de lindustrie. Production dignorance = 1 peser sur les instances dévaluation des risques sanitaires et environnementaux. Doute pour ne rien faire 2 = coloniser nos conversations : vers les médias de masse et en ligne, argumentaires de type scientifiques, étude complaisante, pseudo experts, destruction de connaissances. Il y a confusion entre débat public controverse et polémique 72

73 I – Think tanks An organization that conducts research and engages in advocacy in areas such as social policy, political strategy, economics, military, technology issues and in the creative and cultural field. In Europe: Centre for European Policy Studies, Friends of Europe FoE, Bruegel, FRIDE and many moreFoE In China: Development Research Center of the State Council In India? 73

74 Criterias: A permanent body Specialise in solutions on public policies With researchers devoted to research A production for policy makers and public opinion No action on governmental missions More or less autonomy form specific interests No diploma capacity Working for public goods and general interest 74

75 Types of think tanks: From universities: European Policy Studies Advocacy tanks: Transatlantic Policy Network Research institutes under contract: Rand corporation Political parties thinks tanks (Stiftungs in Germany, Fondation innovation politique or Terra Nova in France) 75

76 Actions of think tanks: What do they do? Proposing political solutions Experts tank for a government Place for testing or for debating news ideas Imperative to communicate and to impact political agenda At EU level, a multilevel decision making process. Intensive transgovermentalism Space for think tanks, close to decision makers Research of coherence on topics 76

77 Five markers: Thinks as academics Write as journalists Speak as politicians Sell as businessman = a hybrid position Action: to frame and give a meaning to the audience 77

78 J - Débats 78 Diner débat Panel discussion + Q & A Groupe transversal de travail Capacité à créer des coalitions / Intéret englobant

79 Evaluer linfluence et le lobbying BA Le niveau de rencontre et des contacts, to raise awarness La qualité de laudience et des invités (ex. MEP) Le nombre darticle de presse Le trafic du site et les followers La reprise des arguments à loral ou à lécrit La crédibilité 79

80 Case: Control Arms campaign In 2003, the Control Arms Campaign was launched and has since gathered support for the Arms Trade Treaty from over a million people worldwide. In December 2006, 153 governments finally voted at the United Nations to start work on developing a global Arms Trade Treaty. Momentum for the treaty has been building ever since. In 2009 the UN General Assembly launched a time frame for the negotiation of the Arms Trade Treaty. This included one preparatory meeting in 2010 and two in 2011, before the final negotiating conference scheduled for July 2012. The purpose of this campaign is to convince the UN members, first of the necessity to regulate arms trade, then to vote for an Arms Trade Treaty (ATT). 80

81 81

82 press conferences, demonstrations in the streets, Web sites, including online petitions, Twitter, Facebook pages, expert testimony or reports, support of stars parody video: Teleshopping at www.youtube.com/watch?v=c3OprnmlJmM). 82

83 Case A multidimensional case: A strong goal: UN level, with law implantation and vote procedures 155 affiliated NGOs in 132 countries in a network coordinated by Amnesty international A high activity, during the entire year, by collecting datas, by communication campaign, with a peak during each UN general assembly A sensitive subject: arms regulation would have positive impacts on children, civilians and women A multilevel audience such as medical Professionals, global Investors, survivors of armed violence, women, religious leaders and organizations, and parliamentarians, as well as general public. 83

84 Case The purpose is to mobilize media, to gain positive acceptance in opinion, and to convince the public sphere, in order to put pressure on politicians, civil servants and heads of governments engaged in the issue. Combination between public pressure and high level contacts BUT HR are always at the end of priorities of States To target advocacy : 1 or 2 messages to challenge NGO, sometimes on principles, sometimes lacking of concrete Biding strategy: a link between trade and HR Instruments Annual resolution Resolution Sub committee on HR Summit (Asem) 84

85 6 – Where are elaborated laws? 85

86 6.1 – At EU level Insitutional triangle: European commission European Council European Parliament 86

87 6.1 – At EU level In each European country? 87

88 EU laws (regulations, directives and decisions) take precedence over national law and are binding on national authorities. The EU also issues non-binding instruments, such as recommendations and opinions, as well as rules governing. Regulations are the most direct form of EU law - as soon as they are passed, they have binding legal force throughout every Member State, on a par with national laws. Directives are addressed to national authorities, who must then take action to make them part of national law, Decisions apply in specific cases only, involving particular authorities or individuals. 88

89 EU: a slow machine with no reverse gear Intensity of contacts Intensity of presence Each topic is law oriented A plural decision making ; alliance are compulsory 89

90 6.2 – At UN level 90

91 6.3 – At ISO level Industrie et technologies Travail sur la norme, invisible du public, voire des ONG spécialisées. 91

92 6.4 – At WTO level 92

93 7 – Ethical questions How to appreciate the question? Which position for public authorities? What about general interest? Which part in the democratic process? Links to money? 93

94 Types of critics Professional: www.aalep.eu European publics affairs consultancies association - www.epaca.org/www.epaca.org/ Society of European Affairs professionnals – www.seap.org Administrations: a legal solution? Tranparency register Citizens NGO: a binding regulation COE / Alter EU / Spin watch COE 94

95 NGOs initiatives Regards citoyens www.regardscitoyens.org/ Transparence international Belgium www.transparencybelgium.be 95

96 Trouver un stage et du travail ? Site de lUE EpsoEpso Sur Euractiv : http://jobs.euractiv.com/http://jobs.euractiv.com/ Sur eurobrussels www.eurobrussels.com/www.eurobrussels.com/ 96

97 Wilson/Lowi Matrix If the proposed policy is adopted, how does the policy change the distribution of costs and benefits? Benefits ConcentratedDispersed Concentrated Dispersed Interest group politics Entrepreneurial politics Majoritarian politics Client politics Costs telecommunications welfare (increases) loophole closing rivers and harbors 97


Télécharger ppt "OLIVIER ARIFON UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES 2013-2014 Influence et lobbying 1."

Présentations similaires


Annonces Google