La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1848 : Victor Hugo a députy. 1852: Second Empire Napoléon III emperor.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1848 : Victor Hugo a députy. 1852: Second Empire Napoléon III emperor."— Transcription de la présentation:

1 1848 : Victor Hugo a députy

2 1852: Second Empire Napoléon III emperor

3 1851 : Victor Hugo goes into exile in Jersey 1855 : Victor Hugo settels in Guernesey

4 1851

5

6

7 1862

8 : Secession war in the United States

9

10

11

12 1867

13 1870 Hugo comes back from exile Fall of the Second Empire 09/04/1870 : 3rd Républic

14 1871 : the Commune of Paris

15 1872

16

17 1876 : Victor Hugo, senator,

18

19 RODIN : the Thinker

20 1882 : Jules Ferrys laws on education

21 1885

22 05/22/1885 Death of Victor Hugo, State Funerals : coffin transferre to the Phantéon (Secular Mausoleum) : Hugo is considered a hero to France.

23 Victor HUGO, The man and his fights Fight against - poverty - death penalty - ignorance We can also study Victor Hugo's speech in favour of the United States of Europe

24 II : With the class, we go to the theatre to see a play: Victor Hugo Ordinary days fromThe last day of a condemned man and a speech against the death penalty. After the show, we can speak with comedians and the director. Cf : video : autour.com/actualites/actualites/86-victor- hugo.htmlhttp://www.cirque- autour.com/actualites/actualites/86-victor- hugo.html

25 III: We read in class three speeches of Victor Hugo at the National Assembly ( ) ; we analyze them to highlight the processes used to persuade.

26 Victor HUGO : Discours sur la misère 9 juillet La misère, Messieurs, j'aborde ici le vif de la question, voulez-vous savoir où elle en est, la misère ? Voulez-vous savoir jusqu'où elle peut aller, jusqu'où elle va, je ne dis pas en Irlande, je ne dis pas au moyen-âge, je dis en France, je dis à Paris, et au temps où nous vivons ? Voulez-vous des faits ? […] Il y a dans Paris, dans ces faubourgs de Paris que le vent de l'émeute soulevait naguère si aisément, il y a des rues, des maisons, des cloaques, où des familles, des familles entières, vivent pêle-mêle, hommes, femmes, jeunes filles, enfants, n'ayant pour lits, n'ayant pour couvertures, j'ai presque dit pour vêtements, que des monceaux infects de chiffons en fermentation, ramassés dans la fange du coin des bornes, espèce de fumier des villes, où des créatures humaines s'enfouissent toutes vivantes pour échapper au froid de l'hiver. Le mois passé, pendant la recrudescence du choléra, on a trouvé une mère et ses quatre enfants qui cherchaient leur nourriture dans les débris immondes et pestilentiels des charniers de Montfaucon !

27 […]Voilà pourquoi je suis pénétré, voilà pourquoi je voudrais pénétrer tous ceux qui m'écoutent de la haute importance de la proposition qui vous est soumise. Ce n'est qu'un premier pas, mais il est décisif. Je voudrais que cette assemblée, majorité et minorité, n'importe, je ne connais pas, moi de majorité et de minorité en de telles questions ; je voudrais que cette assemblée n'eût qu'une seule âme pour marcher à ce grand but, à ce but magnifique, à ce but sublime, l'abolition de la misère ! […] Vous n'avez rien fait, j'insiste sur ce point, tant que l'ordre matériel raffermi n'a point pour base l'ordre moral consolidé !.Vous n'avez rien fait tant que le peuple souffre ! Vous n'avez rien fait tant qu'il y a au-dessous de vous une partie du peuple qui désespère ! Vous n'avez rien fait, tant que ceux qui sont dans la force de l'âge et qui travaillent peuvent être sans pain ! tant que ceux qui sont vieux et ont travaillé peuvent être sans asile ! tant que l'usure dévore nos campagnes, tant qu'on meurt de faim dans nos villes tant qu'il n'y a pas des lois fraternelles, des lois évangéliques qui viennent de toutes parts en aide aux pauvres familles honnêtes, aux bons paysans, aux bons ouvriers, aux gens de cœur ! Vous n'avez rien fait, tant que l'esprit de révolution a pour auxiliaire la souffrance publique ! Vous n'avez rien fait, rien fait, tant que dans cette œuvre de destruction et de ténèbres, qui se continue souterrainement, l'homme méchant a pour collaborateur fatal l'homme malheureux !

28 Lesson : direct argumentation : the plea( speech for the defence), the indictment(speech for the prosecution) The plea is delivered by the lawyer. It defends and aims at exonerating. It uses the semantic field of innoncence, the apprecative register to portray the person in a positive way, the pathetic register to move the judges and the members of the jury. The indictment is pronounced by the prosecutor. It accuses and aims at condemning. It uses the lexcical field of culpability, a depreciative register which shows a negative picture of the person accused, it uses dramatization with the purpose of frightening the audience. Both the plea and the indicment use -Successively the register of doubt to question the certainties of the other side and the register of certainty to conduct their demonstration ; -The apostrophe of the audience to attract and keep the audience attention (pseudo oral exchanges, apostrophe at the begining of a sentence with a verb at the imperative mood or a pronoun « lets do something, you, exclamative sentences…) -Some stylistic devices (repetition, hyperbole (exagerating the expression of an idea or a reality to emphasize it), rhetoric question or false question which needs no answer, amplification ( figure base on a gradation between the words of an enumeration), metaphor.

29 Travail avec le professeur : a) Mark out with squ are brackets the structure of the speech: Introduction, development, conclusion. b)Complete the grid below

30 introduction– the introduction : it is the 1st paragraph.Made of a series of questions which announce the points of view that will be developped in the speech Problem raisedThe problem raised is misery Personal point of view, involvement of the speaker The problem raised is misery. The reference to the Middle Ages underlines the unacceptable nature of such a situation. For centuries, nothing has been done to fight misery. The involvement of the speaker is felt by the use of questions which address the audience and call it to witness. Well notice the anaphora « I say » which puntuates, hammers Victor Hugo sentences. DevelopmentThe development : from « Le mois passé » to « la souffrance publique ». The accusationHugo denouces misery and the government which has done nothing to reduce it. The accusation is present over and over like a leitmotiv of the speech in the anaphora: « you have done nothing » The arguments of the accusation The key words of the accusation We find a first argument by the exemple (reference to the cholera). Then we find : the moral order, suffering, despair, hunger, the call to the values which found the nation. « misery », amplification : « to this high goal,to this wonderful gaol,to this sublime goal », « you have done nothing » and a series of exclamatives which go with them.

31 conclusion– The conclusion : last sentence of the speech. The suppression of misery appears like a major political issue. The decision to be taken The decison to be taken. Like almost all the political speeches, this one has a delibarative vision : it deals with taking a common decision : any measure that will reduce misery.

32 c) Mark out with highlighters of different colors the processes used to persuade the audience: blue: rhetorical questions red: exclamative sentences green: repetitions purple: depreciatory lexicon yellow: appreciatory lexicon Brown : the pathetic register orange: amplification

33 Victor HUGO : Discours sur la misère 9 juillet La misère, Messieurs, j'aborde ici le vif de la question, voulez-vous savoir où elle en est, la misère ? Voulez-vous savoir jusqu'où elle peut aller, jusqu'où elle va, je ne dis pas en Irlande, je ne dis pas au moyen-âge, je dis en France, je dis à Paris, et au temps où nous vivons ? Voulez-vous des faits ? […] Il y a dans Paris, dans ces faubourgs de Paris que le vent de l'émeute soulevait naguère si aisément, il y a des rues, des maisons, des cloaques, où des familles, des familles entières, vivent pêle-mêle, hommes, femmes, jeunes filles, enfants, n'ayant pour lits, n'ayant pour couvertures, j'ai presque dit pour vêtements, que des monceaux infects de chiffons en fermentation, ramassés dans la fange du coin des bornes, espèce de fumier des villes, où des créatures humaines s'enfouissent toutes vivantes pour échapper au froid de l'hiver. Le mois passé, pendant la recrudescence du choléra, on a trouvé une mère et ses quatre enfants qui cherchaient leur nourriture dans les débris immondes et pestilentiels des charniers de Montfaucon ! […]Voilà pourquoi je suis pénétré, voilà pourquoi je voudrais pénétrer tous ceux qui m'écoutent de la haute importance de la proposition qui vous est soumise. Ce n'est qu'un premier pas, mais il est décisif. Je voudrais que cette assemblée, majorité et minorité, n'importe, je ne connais pas, moi de majorité et de minorité en de telles questions ; je voudrais que cette assemblée n'eût qu'une seule âme pour marcher à ce grand but, à ce but magnifique, à ce but sublime, l'abolition de la misère ! […]

34 Vous n'avez rien fait, j'insiste sur ce point, tant que l'ordre matériel raffermi n'a point pour base l'ordre moral consolidé !.Vous n'avez rien fait tant que le peuple souffre ! Vous n'avez rien fait tant qu'il y a au- dessous de vous une partie du peuple qui désespère ! Vous n'avez rien fait, tant que ceux qui sont dans la force de l'âge et qui travaillent peuvent être sans pain ! tant que ceux qui sont vieux et ont travaillé peuvent être sans asile ! tant que l'usure dévore nos campagnes, tant qu'on meurt de faim dans nos villes tant qu'il n'y a pas des lois fraternelles, des lois évangéliques qui viennent de toutes parts en aide aux pauvres familles honnêtes, aux bons paysans, aux bons ouvriers, aux gens de cœur ! Vous n'avez rien fait, tant que l'esprit de révolution a pour auxiliaire la souffrance publique ! Vous n'avez rien fait, rien fait, tant que dans cette œuvre de destruction et de ténèbres, qui se continue souterrainement, l'homme méchant a pour collaborateur fatal l'homme malheureux !

35 d) The pupils do the same with the speech of Victor Hugo on Death Penalty (group work) Victor Hugo « Discours sur la peine de mort » Messieurs, une constitution, et surtout une constitution faite par la France et pour la France, est nécessairement un pas dans la civilisation. Si elle n'est point un pas dans la civilisation, elle n'est rien. Eh bien, songez-y, qu'est-ce que la peine de mort ? La peine de mort est le signe spécial et éternel de la barbarie. Partout où la peine de mort est prodiguée, la barbarie domine ; partout où la peine de mort est rare la civilisation règne. Messieurs, ce sont là des faits incontestables. L'adoucissement de la pénalité est un grand et sérieux progrès. Le XVIIIème siècle, c'est là une partie de sa gloire, a aboli la torture ; le XIXème siècle abolira la peine de mort.

36 Vous ne l'abolirez pas peut-être aujourd'hui ; mais n'en doutez pas, demain vous l'abolirez, ou vos successeurs l'aboliront. Vous écrivez en tête du préambule de votre constitution : « En présence de Dieu », et vous commenceriez par lui dérober à ce Dieu, ce droit qui n'appartient qu'à lui, le droit de vie et de mort. Messieurs, il y a trois choses qui sont à Dieu et qui n'appartiennent pas à l'homme : l'irrévocable, l'irréparable, l'indissoluble. Malheur à l'homme s'il les introduit dans ses lois. Tôt ou tard elles font plier la société sous leurs poids, elles dérangent l'équilibre nécessaire des lois et des mœurs, elles ôtent à la justice humaine ses proportions ; et alors il arrive ceci, réfléchissez-y, messieurs, que la loi épouvante la conscience. Je suis monté à cette tribune pour vous dire un seul mot, un mot décisif, selon moi ; ce mot, le voici. Écoutez ! Écoutez ! Après Février, le peuple eut une grande pensée : le lendemain du jour où il avait brûlé le trône, il voulut brûler l'échafaud. Ceux qui agissaient sur son esprit alors ne furent pas, je le regrette profondément à la hauteur de son grand cœur. On l'empêcha d'exécuter cette idée sublime. Eh bien, dans le premier article de la constitution que vous votez, vous venez de consacrer la première pensée du peuple, vous avez renversé le trône. Maintenant consacrez l'autre, renversez l'échafaud. Je vote pour l'abolition pure, simple et définitive de la peine de mort. » Actes et Paroles I, « Avant l'exil », Discours devant l'Assemblée constituante, 15 septembre 1848

37 plan of speech analyse introduction Problem raised Personal point of view, involvement of the speaker Development The accusation The arguments of the accusation The key words of the accusation conclusion The decision to be taken

38 Victor Hugo « Discours sur la peine de mort » Messieurs, une constitution, et surtout une constitution faite par la France et pour la France, est nécessairement un pas dans la civilisation. Si elle n'est point un pas dans la civilisation, elle n'est rien. Eh bien, songez-y, qu'est-ce que la peine de mort ? La peine de mort est le signe spécial et éternel de la barbarie. Partout où la peine de mort est prodiguée, la barbarie domine ; partout où la peine de mort est rare la civilisation règne. Messieurs, ce sont là des faits incontestables. L'adoucissement de la pénalité est un grand et sérieux progrès. Le XVIIIème siècle, c'est là une partie de sa gloire, a aboli la torture ; le XIXème siècle abolira la peine de mort.

39 Vous ne l'abolirez pas peut-être aujourd'hui ; mais n'en doutez pas, demain vous l'abolirez, ou vos successeurs l'aboliront. Vous écrivez en tête du préambule de votre constitution : « En présence de Dieu », et vous commenceriez par lui dérober à ce Dieu, ce droit qui n'appartient qu'à lui, le droit de vie et de mort. Messieurs, il y a trois choses qui sont à Dieu et qui n'appartiennent pas à l'homme : l'irrévocable, l'irréparable, l'indissoluble. Malheur à l'homme s'il les introduit dans ses lois. Tôt ou tard elles font plier la société sous leurs poids, elles dérangent l'équilibre nécessaire des lois et des mœurs, elles ôtent à la justice humaine ses proportions ; et alors il arrive ceci, réfléchissez-y, messieurs, que la loi épouvante la conscience. Je suis monté à cette tribune pour vous dire un seul mot, un mot décisif, selon moi ; ce mot, le voici. Écoutez ! Écoutez ! Après Février, le peuple eut une grande pensée : le lendemain du jour où il avait brûlé le trône, il voulut brûler l'échafaud. Ceux qui agissaient sur son esprit alors ne furent pas, je le regrette profondément à la hauteur de son grand cœur. On l'empêcha d'exécuter cette idée sublime. Eh bien, dans le premier article de la constitution que vous votez, vous venez de consacrer la première pensée du peuple, vous avez renversé le trône. Maintenant consacrez l'autre, renversez l'échafaud. Je vote pour l'abolition pure, simple et définitive de la peine de mort. » Actes et Paroles I, « Avant l'exil », Discours devant l'Assemblée constituante, 15 septembre 1848

40 Conclusion : the fights of Victor HUGO Vidéo + débat litteraire/videos/article/les-combats-de-victor-hugo.html

41 IV: the pupils are aked a question : are the fights of Victor Hugo still topical issues ?

42 A) We can study a propaganda poster against racism and discrimination (from the LICRA)

43 Présentation of the LICRA poster (international league against racism and antisemitism). The pupils complete the grid Denotation ( what I can see)Connotation Denounciation + implicit arguments. (what I understand)

44 DenotationConotation Denounciation + implicit arguments. A maternity home, 3 babies in cradles. In the middle, distingue, a black baby, between 2 white babies. The white ones have diapers, a fluffy toy or a rattle hochet in the cradle. The baby in the middle is wearing a roadsweeper or refuse collector suit? The Licra is the author of the picture. The baby in the middle has its own meaning with the text by the Licra, it denounces. From the very start, the colour of the skin determines the future life (wealth, job, equality of opportunities). According to the Licra a black child has less chances to have access to high studies and consequently to a good job.This organism wants to question the opinion on this evident inequality Another campaign was made with baby girls and in the middle a little girl with Spanish or Portuguese origin in a suit of cleaning lady. results

45

46 Oral : Is a roundabout photograph the only means to denounce an injustice le? What other means do you think you can use? A demontration, a strike, a TV debate, télévisé, a song…

47 B) Pascal Obispo's French song on Rosa Parks + video -What is this womans fight? Why ? What other personality do you think of ?

48 Quand d'obéir dégoute On s'enfonce dans la vase Y a toujours une goutte Qui fait déborder un vase Et puis se voir dire non Enfin, enfin le dire Pour respirer à fond Se soulager du pire C'était çà ou crever Sans fierté à genoux Quand y a rien à rêver Qu 'est ce qu'on risque après tout T'avais rien d'mandé là...Rosa Mais c'est tombé sur toi...ce jour là Tu as fait le premier pas Et y a eu Mandela après toi T'avais rien d'mandé là...Rosa Mais c'est tombé sur toi...ce jour là T'as fait qu'ouvrir la voie T'as eu ce courage là...Rosa Pour ceux qui dans l'histoire N'ont pas retenu ton nom...non Tu es la première Noire A avoir osé dire non Parce qu'assise dans un bus Un blanc voulait ta place Avec la peur en plus De le regarder en face

49 Si tu voyais Rosa Les routes que tu as faites Parce qu'un jour tu osas Simplement tenir tête T'avais rien d'mandé là...Rosa Mais c'est tombé sur toi...ce jour là Tu as fait le premier pas et y a eu Mandela après toi T'avais rien d'mandé là...Rosa Mais c'est tombé sur toi...ce jour là Tu n'as fait qu'ouvrir la voie Mais tu as eu ce courage là Rosa T'avais rien d'mandé là...Rosa Rosa T'avais rien demandé là...Rosa Mais c'est tombé sur toi...ce jour là Tu as fait le premier pas et y a eu Mandela après toi T'avais rien d'mandé là...Rosa Mais c'est tombé sur toi...ce jour là Tu n'as fait qu'ouvrir la voie Mais tu as eu ce courage là Rosa Rosa Rosa, Pascal OBISPO

50 C) A speech of a young student against ill-treatment of the elderly ( video) Il fait si bon vieillir : D) Langage :how to link the arguments Lesson + interactive exercices with Ict on logical connectives tion=animer tion=animer

51 E) Pupils write a speech Then the pupils choose a cause which they want to defend and write a speech on the model of Victor Hugos, they present it to the class (eloquence contest). Final Task : write your plea. Using the same approach that Victor Hugos, you write an indictment of 20 to 30 lines, against the inequalities that the poorest have to face, or another injustice that you want to denounce, you make this speech at the UNO platform/ you stand up to speak.

52 Methodology: 1)Analyse the pictures below, they will be exemples to your arguments (theme et place, choice of picture, photo, framing, message…). 2)Write your arguments and exemples with the help the grid used to study Victor Hugos speech. 3)Write your develpment using rhetorical processes : enumération, amplification, hyperbole, repetitions and logical connectives( see lesson) having in mind that you are addressing an audience. Make your speech in front of the class de la classe. You have your text but you look at your audience. Use a convincing tone and a body movement that will support your speech.

53 Possible topics

54

55

56 CRITERES Maîtrisé Non Maîtrisé Points accordés -Le thème de laccusation est clairement annoncé -Le développement expose une thèse -Le développement comprend des arguments, des exemples -Largumentation comprend des procédé rhétoriques (métaphores, anaphores…) -Le réquisitoire se conclut par une demande de condamnation -Respect de lorthographe et de la syntaxe -Lorateur sest appuyé ou pas sur ses notes tout en regardant le public -Le timbre de la voix est approprié et assuré -Lorateur a mis en relief des mots et/ou expressions de son texte en variant le ton et en utilisant des gestes appropriés /1 PT /2 PTS /3 PTS /3 PTS /3 PTS /2 PTS / 2 PTS /2 PTS /2 PTS TOTAL / 20 PTS

57 CRITERION of Evaluation yesno credit -- the theme of accusation is clearly expressed -the develpement exposes a thesis -the developement contains arguments, exemples. -the argumentation contains rhetorical elements (métaphores, anaphores…) -the requisitory ends with a request of condemnation -Respect of syntax and vocabulary -the speaker uses his notes while looking at the audience. -the tone of the voice is appropriate and condident. -the speaker highlights words or phrases of his speech, varies his tone and uses appropriate body movement. /1 PT /2 PTS /3 PTS /3 PTS /3 PTS /2 PTS / 2 PTS /2 PTS /2 PTS TOTAL / 20 PTS

58 Pupils can be filmed; they can improve their oral expression. A contest of the most convincing plea can be organised.


Télécharger ppt "1848 : Victor Hugo a députy. 1852: Second Empire Napoléon III emperor."

Présentations similaires


Annonces Google