La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Par Jocelyne GIASSON Ch. 4 : les processus dintégration La compréhension en lecture De Boeck, 1996 et 2008.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Par Jocelyne GIASSON Ch. 4 : les processus dintégration La compréhension en lecture De Boeck, 1996 et 2008."— Transcription de la présentation:

1 Par Jocelyne GIASSON Ch. 4 : les processus dintégration La compréhension en lecture De Boeck, 1996 et 2008.

2 Permettent deffectuer des liens entre les propositions ou entre les phrases. Deux types dindices de cohésion Les référents Les connecteurs Linférence

3 Processus dintégration Fonction : effectuer des relations entre les propositions ou les phrases. exprimées par des indices utilisés par lauteur * pour établir des liens entre les phrases * pour assurer la cohésion du texte. Relations ou indices de cohésion : les référents - parfois présents dans le texte explicites : les référents et les connecteurs et les connecteurs - parfois implicites à inférer par le lecteur (à qui revient de combler grâce au texte et à ses propres connaissances des cases laissées vides par lauteur) = les inférences

4 Processus dintégration Comprendre les indices explicites de relation entre propositions et phrases, c-à-d : Inférer les relations impli- cites entre propositions ou phrases Les référentsLes connecteurs fondées sur le texte fondées sur les connaissances du lecteur En dautres mots :

5 Processus dintégration On parle de référent ou d anaphore quand un mot (ou une expression) est utilisé pour en remplacer un autre. DEFINITION 1. Les référents. Jean est mon ami. Il habite près de chez moi. Exemples : pronom, adverbe, nom ou groupe nominal, adjectif,...

6 Processus dintégration 3 éléments importants dans le processus de référence : A. le référent ou antécédent B. le terme qui remplace lantécédent C. la relation entre les deux A B C Référence Travail du lecteur = établir relation entre A et B (parfois évidente, mais pas toujours !!!)

7 Processus dintégration Différents types de référents et de classements ! Par type dantécédent et type de mot par lequel il est remplacé (tableau,p.55) par critère adjacent-éloigné : - relations adjacentes : antécédent et terme qui le remplace sont dans des phrases qui se suivent. - relations éloignées : antécédent et terme qui le remplace sont séparés au moins par une phrase. Exemple.Exemple. par critère avant – après : - relation « avant » : lantécédent apparaît avant le mot qui le remplace - relation « après » : lantécédent apparaît après le mot qui le remplace Exemple 4

8 Processus dintégration Niveau de difficulté des référents : - Relations éloignées plus difficiles à établir que relations adjacentes - Relations « après » plus difficiles à établir que relations « avant » - Relations où le pronom réfère à une proposition plus difficiles à établir que les relations où le pronom réfère à un nom Dans la compréhension des référents interviennent aussi les types de texte et les connaissances préalables.

9 Processus dintégration Enseignement des référents. Voir séquence proposée p exemple « Jean et Sylvie » Remarque : attention à tous les déictiques ! Voir aussi J. Giasson, La lecture, De la théorie à pratique, p Exemples

10 Permettent deffectuer des liens entre les propositions ou entre les phrases. Deux types dindices de cohésion Les référents Les connecteurs Linférence

11 Processus dintégration 2. Les connecteurs. Les connecteurs sont des mots qui relient deux événements entre eux. Ils peuvent être utilisés pour unir deux propositions ou deux phrases. DEFINITION Exemples : * Julie est rentrée et puis elle a mangé une pomme. * Jean est revenu de lécole après Marie. Certains facilement compris, dautres pas ! Exemples : et, ou, aussi, sauf, devant, bien que, parce que, avant, après,...

12 Processus dintégration Différents types de connecteurs et de classements ! Liste : p Conjonction : et, aussi, … Disjonction : ou, … Exclusion : sauf, excepté que, … Temps : avant, lorsque, … Lieu : devant, au-dessus de, … Cause : parce que, en raison de, … Comparaison : comme, ainsi que, … Contraste : contrairement à, … Opposition : malgré, bien que, … Concession : bien que, … Conséquence : de manière à, à tel point que, … But : pour, afin de, … Condition : si, à moins que, … Manière : comme, …

13 Processus dintégration Les connecteurs sont explicites ou implicites. - plus difficilement compris - doivent être inférés par le lecteur ! Tendance des enseignants à raccourcir la longueur des phrases des textes destinés aux lecteurs plus jeunes. Or, « il est plus difficile pour le lecteur de comprendre deux phrases courtes sans connecteur quune phrase plus longue avec un connecteur explicite ». (p.59)

14 Processus dintégration Autres remarques ! Les deux connecteurs les plus souvent implicites dans les textes sont ceux de temps et de cause. Les connecteurs sont parfois trop éloignés ou imprécis ; doù, difficulté de compréhension supplémentaire ! Porter une attention spéciale aux connecteurs et spécialement à ceux de cause. Enseignement des connecteurs, p.60

15 Permettent deffectuer des liens entre les propositions ou entre les phrases. Deux types dindices de cohésion Les référents Les connecteurs Linférence

16 Processus dintégration 3. Les inférences. DEFINITION Il y a inférence quand le lecteur dépasse la compréhension littérale, c-à-d quand il va plus loin que ce qui est présent en surface du texte. Une réponse est littérale si elle est sémantiquement équivalente ou synonyme dune partie du texte (cela se démontre par la grammaire, la syntaxe, les synonymes). Les Indiens se dirigeaient vers le soleil couchant. Les Indiens voyageaient vers le soleil couchant. Compréhension littérale Les Indiens se dirigeaient vers le soleil couchant. Les Indiens voyageaient vers louest. Exemples Compréhension inférentielle

17 Processus dintégration Classement : Texte Inférences basées sur les connaissances du lecteur. De gauche à droite, jusquoù le lecteur utilise-t-il ses propres connaissances ? A gauche : inférences communes à quasi tout le monde; plus on va vers la droite, plus elles sont propres à un tout petit nombre. Inférences basées sur le texte = inférences logiques = Inférences pragmatiques =Inférences créatives

18 Processus dintégration Lenseignement de linférence. En classe les enseignants posent cinq fois plus de questions littérales que de questions inférentielles. La capacité à faire des inférences commence très tôt. Classification des inférences reliées aux connaissances des lecteurs : lieu, agent, temps, action, instrument, catégorie, objet, cause-effet, problème-solution, sentiment-attitude (p ) Comment procéder ? Exemples p. 67 à 71. Exemples Images : clipart sur

19 Exemples de référence Jean et Marie aiment le sport. Il pratique le ski et elle, la natation. Je mets beaucoup dordre dans mes idées. Ça ne va pas tout seul. (Norge) Il est né en Russie et il a passé son enfance là-bas. Veux-tu un biscuit ? Oui, je prendrais bien celui-ci. « Ne travailles-tu pas habituellement le samedi ? Oui, mais demain, exceptionnellement, je ne travaille pas ». Sébastien aime lire; cest pour cette raison quil se rend à la bibliothèque tous les samedis. Il est arrivé dans le village, un soir dautomne. Cétait la première fois que Théodore, le vieux mendiant, se rendait aussi loin dans sa tournée. Empruntés en partie à Roberte Tomassone, Pour enseigner la grammaire, Delagrave pédagogie, 1996.

20 « Tu vois ce que je vois ? dit la cigogne, en montrant du bec un petit point dans le lointain. Il sest conduit comme un imbécile; ce nest pas en agissant ainsi quil pouvait obtenir gain de cause. Mon cousin a acheté une 405; sa vieille voiture a rendu lâme. Elle fut en pension chez des religieuses, les mêmes qui avaient autrefois élevé sa mère. Son intervention a été remarquable. Je ne mattendais pas à une telle intervention de sa part. Mme Aubain se résigna à léloignement de son fils, parce quil était indispensable. Virginie y songea de moins en moins. Félicité regrettait son tapage. (Flaubert, Un cœur simple) Anne, après dix années dabsence a retrouvé sa sœur; elle ne la pas reconnue.

21 Il (le loup) laissa le porc-épic sépuiser en plaintes, en gémissements et en culbutes. La bête se mit ensuite à trembler de tout son corps, et elle ne pouvait plus conserver ses piquants bien dressés. Elle saffaissa par terre et simmobilisa. Le loup savança et le retourna sur le dos. Lanimal ne remua pas. Il était mort. Autre exemple (substitution pronominale et nominale bien combinée !) Il (le loup) laissa le porc-épic sépuiser en plaintes, en gémissements et en culbutes. La bête se mit ensuite à trembler de tout son corps, et elle ne pouvait plus conserver ses piquants bien dressés. Elle saffaissa par terre et simmobilisa. Le loup savança et le retourna sur le dos. Lanimal ne remua pas. Il était mort. Lisez et repérez bien tous les mots qui désignent le porc-épic :

22 « Un jour, le fils du gérant les invita tous à jouer chez lui. A peine arrivés, on leur demanda de ne pas oublier de bien sessuyer les pieds pour ne pas salir le parquet et de ne pas sappuyer conte le mur à cause du papier peint qui venait dêtre posé. Si, malgré cet affront, ils demeurèrent encore copains avec lui, ce fut bien à cause de lexamen. Parce que le fils du gérant était fort en maths et, sans son aide, ils ne seraient jamais arrivés à résoudre certains problèmes. » (Korczak, 1980, p. 136) Exemple dune relation éloignée. (p. 54) « Un jour, le fils du gérant les invita tous à jouer chez lui. A peine arrivés, on leur demanda de ne pas oublier de bien sessuyer les pieds pour ne pas salir le parquet et de ne pas sappuyer conte le mur à cause du papier peint qui venait dêtre posé. Si, malgré cet affront, ils demeurèrent encore copains avec lui, ce fut bien à cause de lexamen. Parce que le fils du gérant était fort en maths et, sans son aide, ils ne seraient jamais arrivés à résoudre certains problèmes. » (Korczak, 1980, p. 136) Le premier « lui » est facile à comprendre, le deuxième est beaucoup plus difficile car très éloigné de son référent. Vue densemble : en gras et en noir les termes qui font référence au fils du gérant et en rouge ceux qui font référence aux copains.

23

24 Le louveteau se hérissa, menaçant. La belette se rapprochait. Elle se rua sur lui. Si vite quil ne put la voir sauter. Déjà elle lavait saisi à la gorge… Le louveteau … naurait pas survécu si sa mère ne sétait trouvée près de là. En entendant les plaintes de son fils, elle sélança à travers les broussailles. La belette lâchant sa proie sauta à la gorge de lintruse. Elle la manqua de peu… Dun vigoureux coup de tête la louve lenvoya brutalement en lair, et avant que léclair jaune ne retombât à terre, elle le happa au passage… Jack London, Crocs blancs, cité par R. Tomassone, … Exercice : surlignez en bleu tous les mots qui désignent le louveteau, en rouge ceux qui désignent la belette et en vert ceux qui désignent la louve.

25 Le louveteau se hérissa, menaçant. La belette se rapprochait. Elle se rua sur lui. Si vite quil ne put la voir sauter. Déjà elle lavait saisi à la gorge… Le louveteau … naurait pas survécu si sa mère ne sétait trouvée près de là. En entendant les plaintes de son fils, elle sélança à travers les broussailles. La belette lâchant sa proie sauta à la gorge de lintruse. Elle la manqua de peu… Dun vigoureux coup de tête la louve lenvoya brutalement en lair, et avant que léclair jaune ne retombât à terre, elle le happa au passage… Jack London, Crocs blancs, cité par R. Tomassone, …

26 Inférences « Cétait une radieuse matinée au début de lété : la rivière avait regagné son lit et repris sa course habituelle; un soleil ardent … » (Kenneth Grahame, Le vent dans les saules, début ch.6) La mère de Mireille écouta les nouvelles de la météo à la radio. Elle décida de sortir les bottes et le parapluie de Mireille. La mère de Mireille écouta les nouvelles de la météo à la radio. Elle entendit des nouvelles alarmantes à suite des intempéries qui avaient sévi sur toute la région et qui allaient se poursuivre. Elle décida de sortir les bottes et le parapluie de Mireille. + facile + difficile Quest-ce que la mère de Mireille a entendu à la radio et qui explique sa décision ? Si la rivière a regagné son lit, cela veut dire quelle en était sortie. Pourquoi ?


Télécharger ppt "Par Jocelyne GIASSON Ch. 4 : les processus dintégration La compréhension en lecture De Boeck, 1996 et 2008."

Présentations similaires


Annonces Google