La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

VI ème journée dinformation et déducation thérapeutique sur le Syndrome dEhlers-Danlos.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "VI ème journée dinformation et déducation thérapeutique sur le Syndrome dEhlers-Danlos."— Transcription de la présentation:

1 VI ème journée dinformation et déducation thérapeutique sur le Syndrome dEhlers-Danlos

2 Consultation Ehlers-Danlos, Service de Médecine Physique et de Réadaptation (Dr. JY Maigne) Hôtel- Dieu de Paris. Centre National de Référence, service de génétique médicale (Pr. D. Germain) Hôpital Raymond Poincaré Garches. Association apprivoiser le syndrome dEhlers-Danlos ASED) Avec le support de la Fondation de France.

3 Traitement du syndrome dEhlers-Danlos en 2012 Pr. Claude Hamonet, Service de Médecine physique et de Réadaptation (Dr. Jean-Yves Maigne) Hôtel-Dieu de Paris. Elodie Vlamynck, Aurore Dutreil, Vlaminck orthopédie, Versailles.Monique Vienne, IMAPe, Nice. Karl Leroux et léquipe dADEP-ASSISTANCE, Suresnes. Dr. Gilles Mazaltarine, Service de MPR, Henri Mondor (Pr. JM Graciès), Pr. Anne Gompel, Unité dendocrinologie-Gynécologie Cochin-Port-Royal-Hôtel-Dieu. Dr. Jean-David Zeitoun, Gastroentérologie, Paris. Dr. Arnaud Métlaine, Centre national de référence des maladies rares du sommeil (Pr. Damien. Léger) Hôtel-Dieu de Paris. Dr. Nicolas Dantchef, Service de Psychiatrie, Hôtel-Dieu de Paris. Dr. Daniel Deparcy, Service de MPR, Hôpital de Dr. Catherine Loche, service de MPR (Pr. JM Graciès). Dr. César Séjourné, Marolles en Brie, 91. Pr. Daniel Fredy, Service dimagerie fonctionnelle, Hôpital Sainte Anne Paris. Pr. Pierre Césaro, Service de neurologie du CHU Henri Mondor. Dr. Yolaine Raffray, Centre de la douleur, Hôpital Tenon, Dr. Moussa Badran, Service dOdontologie, Hôpital de Reims, Dr. Georges Challe, Service dophtalmologie, Pitié- Salpetrière.

4 Rappel sur le syndrome dEhlers-Danlos Cest une affection génétique (à transmission autosomique dominante un enfant sur deux) touchant diffusément le tissu conjonctif (75% au moins du corps). Ce nest plus une « maladie rare » mais un syndrome méconnu, ignoré, voire refusé dont le diagnostic est fait souvent tardivement (« errance médicale ». Il ny a pas de test génétique, le diagnostic repose sur les seuls signes cliniques. Il ny a pas de traitement génétique ou de reconstitution des tissus conjonctifs altérés (collagène surtout). Par contre, des traitements symptomatiques adaptés au SED ont pu être proposés et ont apporté une amélioration, dès maintenant, appréciable. Ils sinscrivent dans une conduite thérapeutique générale de prévention et de connaissance des pièges diagnostics Ils sinscrivent dans une conduite thérapeutique générale de prévention et de connaissance des pièges diagnostics

5 Les critères diagnostics du SED en 2012 Il sagit, ici, de la forme commune du Sed qui regroupe la forme hypermobile, nettement majoritaire, et la forme classique pas toujours faciles à démarquer. La forme vasculaire restant très marginale. Six critères cliniques majeurs (PAPAFHH) Douleurs PA Troubles proprioceptifs P Asthénie (fatigue) A Finesse et fragilité cutanée F Hémorragies H Hypermobilité H Un critère génétique : présence dautres cas dans la famille, même incomplets. Des critères cliniques complémentaires mais évocateurs : constipation, reflux gastro- oesophagien, blocages respiratoires, dyspnée, troubles du sommeil, hyperacousie, problèmes gingivo-dentaires, troubles urinaires, fatigue visuelle, hypotension, frilosité, pieds froids, sueurs, palpitations, vertiges positionnels, acouphènes, troubles mnésiques et dattention.

6 Quatre signes simples dorientation Vous cognez-vous dans les portes les embrasures de portes ou les meubles ? (signe de la porte = trouble proprioceptif). Vous cognez-vous dans les portes les embrasures de portes ou les meubles ? (signe de la porte = trouble proprioceptif). Recevez-vous une sensation de décharge électrique lorsque vous saisissez la portière dune voiture ou en touchant un objet métallique (caddy) ? (signe de la portière = peau fine et conduction électrique excessive). Recevez-vous une sensation de décharge électrique lorsque vous saisissez la portière dune voiture ou en touchant un objet métallique (caddy) ? (signe de la portière = peau fine et conduction électrique excessive). Mettez-vous des chaussettes le soir pour dormir ? (Signe de la chaussette = existence dun pseudo syndrome de Raynaud avec pieds froids, très fréquent dans le syndrome dEhlers-Danlos, exprimant le désordre neurovégétatif du syndrome). Un équivalent : la bouillotte. Mettez-vous des chaussettes le soir pour dormir ? (Signe de la chaussette = existence dun pseudo syndrome de Raynaud avec pieds froids, très fréquent dans le syndrome dEhlers-Danlos, exprimant le désordre neurovégétatif du syndrome). Un équivalent : la bouillotte. Etes-vous handicapé ou gêné pour comprendre une conversation lorsque plusieurs personnes parlent à la fois ? (signe du brouhaha = dysacousie fréquente dans le SED et hyperacousie encore plus fréquente). Etes-vous handicapé ou gêné pour comprendre une conversation lorsque plusieurs personnes parlent à la fois ? (signe du brouhaha = dysacousie fréquente dans le SED et hyperacousie encore plus fréquente). Une idée pousse-t-elle une autre ? (Signe du coq à lâne = trouble attentionnel). Une idée pousse-t-elle une autre ? (Signe du coq à lâne = trouble attentionnel).

7 Les objectifs du traitement 1- Soulager les douleurs. 2-Lutter contre la fatigue. 3- Retrouver un sommeil calme et réparateur. 4- Corriger les troubles proprioceptifs et redonner au corps ses sensations. 5-Supprimer les reflux gastro-oesophagiens. 6-Régulariser le transit intestinal. 7-Corriger la dysurie ou les urgenturies. 8-corriger le manifestations ORL. 9- Agir sur la fatigue visuelle. 10-Rééduquer la mémoire, lattention, la concentration. 11-corriger les désordres neurovégétatifs (palpitations, sueurs, extrémités froides, frilosité, malaises…)

8 Les bases méthodologiques des traitements à partir de lanalyse du mécanisme des symptômes 1- La fragilité et la distensibilité des tissus (peau et muqueuses) 2- La non ou la mauvaise transmission des signaux par les capteurs vers les centres de régulation et de décision qui concerne le système pyramidal, extrapyramidal et neurovégétatif. 3-La réactivité excessive et diffuse aux sensations douloureuses. 4-Des lésions intra cérébrales de fibres de liaison qui pourraient contribuer à expliquer : troubles du sommeil, troubles proprioceptifs, troubles de perception de lespace, de mémoire de travail et dattention. Cest à partir de ces données que lon a essayé de structurer un traitement.

9 Les grands types de traitement, Description, 1- Les orthèses : ORTHESES PLANTAIRES, orthèses palmaires, de genou, de poignet, de coude, dépaules ORTHESES PLANTAIRES, orthèses palmaires, de genou, de poignet, de coude, dépaules Ceinture lombaire ou thoracique, colliers Orthèses rigides (Coques, corsets, attelles cruro-pédieuses, orthèses de marche classiques ou Chignon, chaussures orthopédiques) VETEMENTS PROPRIOCEPTIFS / COMPRESSIFS. Coussins, matelas, dosserets, oreillers mémoire de forme. Vêtements de contention, bandes Biflex. 2- Proprioception respiratoire et Oxygénothérapie PERCUSSIONNAIRE OXYGENOTHERAPE A DOMICILE, AU TRAVAIL ET A LECOLE, kinésithérapie respiratoire. 3-Traitements antidouleurs TENS, VERSATIS, CHALEUR, flector, Masso-Kinésithérapie et kinébalnéothérapie, médications, hypnose…orthèses 4-Traitements anti-fatigue : O2, Lévocarnil. 5-Autres : gastro-intestinaux, vésico-sphinctériens, orthophonie (mémoire, orthoptie, cures thermales, cutanés, gynécologiques, ENDOCRINIENS.

10 Le pied et les orthèses plantaires : Le pied et les orthèses plantaires :

11

12

13

14

15

16

17

18

19 Orthèse de repos en Néokraft

20 Orthèse bague stabilisatrice en thermoformable

21

22 Orthèse de préhension en prêt à porter

23 Rééducation proprioceptive

24 Le système de santé une cotte mal taillée pour le SED 1-Séparation adultes et enfants (difficile de suivre une famille), 2-Disparition des services de médecine et de chirurgie générale, 3-Découpages inadéquats pour le SED en orthopédie, rhumatologie, neurologie, maladies musculaires, centres de traitements de la douleur, orientation par maladies : Crohn, maladie Caeliaque, rectocolite hémorragiques, endométriose, Sclérose en plaque, AVC, Asthme, polyarthrite. 4-Prédominance des examens complémentaires (IRM, immuno, allergo) sur la clinique, 5-Tendance catastrophique à psychiatriser : stress, dépression, hypomanie, syndrome somatomorphe. 6- Un absent de taille pour une maladie « inventée » par leur spécialité : les dermatologues qui, pour la majorité ne la connaissent plus. Reste la Médecine Physique et de réadaptation avec son approche globale mais, là aussi, on « fragmente, on découpe le corps humain » (rééducation ortho, neuro, cardiaque, respiratoire…) Difficile de se « glisser » pour le SED qui fait, de plus, peur...

25 Les embuches diagnostiques dans le syndrome dEhlers-Danlos La diversité des symptômes conduit à la situation suivante : 1-Le médecin connait le syndrome et va le discuter devant des manifestations, articulaires, digestives, respiratoires… 2- Le médecin ne le connait pas et on se retrouve dans la situation évoquée par Osler : « un médecin qui ne connait pas les livres est comme un marin qui sembarque sans carte. Quant au médecin qui ne connait pas le malade, il vaut mieux quil ne prenne pas la mer » Quant au médecin qui ne connait pas le malade, il vaut mieux quil ne prenne pas la mer »

26 Errances diagnostiques… 21 ans en moyenne ! Les diagnostics les plus souvent évoqués ou portés avant celui de Syndrome dEhlers-Danlos (Résultats dune enquête, effectuée avec 118 personnes avec un syndrome dEhlers- Danlos.) Troubles « psychiques » (« cest dans la tête » ou « hystérie »: 78 fois Troubles « psychiques » (« cest dans la tête » ou « hystérie »: 78 fois Maladie rhumatismale (sauf fibromyalgie): 47 fois Maladie rhumatismale (sauf fibromyalgie): 47 fois Fibromyalgie : 42 fois Fibromyalgie : 42 fois Maladie neurologique : 41 fois (dont 16 fois Sclérose en plaque) Maladie neurologique : 41 fois (dont 16 fois Sclérose en plaque) Maladie de Marfan : 22 fois Maladie de Marfan : 22 fois Syndrome des enfants battus : 19 fois Syndrome des enfants battus : 19 fois Maladie de Crohn ou caeliaque : 18 fois Maladie de Crohn ou caeliaque : 18 fois

27 Nodules, tumeurs, kystes, calculs et SED Des kystes et nodules peuvent se rencontrer dans le Syndrome dEhlers- Danlos : ovaires, thyroïde, foie, aisselles, creux poplité… Des calculs sont fréquents au niveau de la vésicule biliaire : il faut les enlever : risque dinfection et de perforation. Léchographie est systématique.

28 Le futur 1- Un objectif majeur : savoir identifier le SED du côté des médecins et du côté des organismes sociaux mais aussi du public (attention à la stigmatisation) ? 1- Un objectif majeur : savoir identifier le SED du côté des médecins et du côté des organismes sociaux mais aussi du public (attention à la stigmatisation) ? 2- Un deuxième objectif parallèle : mieux soulager et traiter. 2- Un deuxième objectif parallèle : mieux soulager et traiter.

29 Les précautions élémentaires Risque hémorragique : pas danticoagulant ou dantiagrégants, attention lors de la chirurgie et des endoscopies. Risque hémorragique : pas danticoagulant ou dantiagrégants, attention lors de la chirurgie et des endoscopies. Fragilité artérielle : pas de manipulation, pas de ponction artérielle. Fragilité artérielle : pas de manipulation, pas de ponction artérielle. Fragilité tissulaire en général : attention aux sutures, éviter les PL. Fragilité tissulaire en général : attention aux sutures, éviter les PL. Inefficacité des anesthésiques locaux (chirurgie dentaire, péridurales). Inefficacité des anesthésiques locaux (chirurgie dentaire, péridurales).


Télécharger ppt "VI ème journée dinformation et déducation thérapeutique sur le Syndrome dEhlers-Danlos."

Présentations similaires


Annonces Google