La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Monet et le Japon Après l'exposition Vincent van Gogh à la Fondation Pierre Gianadda en 2000, Léonard Gianadda estimait avoir atteint des sommets définitifs.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Monet et le Japon Après l'exposition Vincent van Gogh à la Fondation Pierre Gianadda en 2000, Léonard Gianadda estimait avoir atteint des sommets définitifs."— Transcription de la présentation:

1

2 Monet et le Japon Après l'exposition Vincent van Gogh à la Fondation Pierre Gianadda en 2000, Léonard Gianadda estimait avoir atteint des sommets définitifs. Cette exposition de tous les superlatifs, par le nombre de visiteurs et sa couverture médiatique dans le monde, semblait un rêve destiné à ne pas être renouvelé. Comment faire mieux que l'exposition Van Gogh, répétait le patron de la Fondation à qui voulait bien l'entendre? Depuis lors, la Fondation Pierre Gianadda a accueilli des grands ensembles de peinture (la collection française du musée Pouchkine, la collection Phillips de Washington, la peinture européenne du Metropolitan Muséum) et elle a mis Rodin, Chagall ou Picasso à l'affiche. La réunion à Martigny de 70 peintures de Claude Monet représente cependant une nouvelle surprise. L'intérêt de cette nouvelle exposition de Monet, qui survient après l'énorme succès Monet au Grand Palais de l'hiver (21 semaines, visiteurs), est de présenter les peintures de Marmottan et des collections suisses en parallèle à la collection d'estampes japonaises de Monet. Les liens entre les peintures et les estampes seront une découverte pour beaucoup de visiteurs. Ces œuvres, qui ont été si importantes pour les impressionnistes, rappellent des décennies d'échanges stimulants. La modernité s'est construite dans ce rapport au monde, bien avant que l'on imagine la globalisation. Le plus surprenant, n'est-ce pas de penser qu'en ce début de troisième millénaire, estampes japonaises et peintures de Monet se rencontrent en Valais? Là-dessus, Léonard Gianadda ne nous contredira pas. Véronique Ribordy

3 Monet au Musée Marmottan et dans les collections suisses.

4 II faut relier cet événement Monet a linstallation de Léonard Gianadda sous la coupole en Devenu membre de l'Académie des beaux-arts, le mécène voyait des lors souvrir de nouvelles portes, dont celles du Musée Marmottan. Cette institution appartient à l'Académie des beaux-arts depuis sa création en « Entré dans la maison », le patron de la fondation se voyait offrir de nouvelles perspectives. « Facile? En fait, obtenir autant de tableaux, cest incroyable, sexclame Léonard Gianadda, cela nous permet de couvrir la plupart des thèmes représentatifs de lœuvre de Monet ». « Facile? Incroyable plutôt! » Il rappelle que les expositions pr é c é dentes pr é sentaient une moyenne de 50 oeuvres. C é tait le cas pour les prêts venus des É tats-Unis, de la Phillips Collection ou du Metropolitan ou encore du mus é e Pouchkine de Moscou: « 50 tableaux c é tait notre chiffre » et cela permettait de remplir la Fondation. Pour Monet il faudra d é border sur les salles en sous-sol, o ù sont g é n é ralement install é es les oeuvres sur papier. L é onard Gianadda se souvient qu'il y a trente ans, lorsqu il construit une fondation de toutes pi è ces à Martigny, aucun mus é e n é tait dispos é à lui prêter des œ uvres. La confiance est venue petit à petit. Les institutions lui font d é sormais des propositions, que ce soit Pouchkine à Moscou, le Mus é e Pompidou Beaubourg qui pr é pare pour lui une exposition autour du portrait ou celui de Berne qui promet une nouvelle pr é sentation du peintre vaudois Bi é ler. A cet int é rêt des milieux de la culture s'ajoute la reconnaissance politique. Le jour du vernissage de Claude Monet, L é onard Gianadda a é t é d é cor é de l'insigne de commandeur, le troisi è me et le plus haut grade de la L é gion d'honneur, d é cern é par le pr é sident de' la R é publique V é ronique Ribordy La FONDATION GIANADDA PRESENTE 70 tableaux de claude monet: un record !

5 Sur la plage à Trouville Musée Marmottan

6

7

8 La promenade dArgenteuil 1872 Collection particulière

9

10 Promenade près dArgenteuil x81 cm Musée Marmottan

11 Bateaux à Rouen 1873 Collection particulière

12

13 Les bords de la Seine au petit Gennevilliers 1874 Collection particulière

14

15

16 La neige à Argenteuil 1875 Musée dArt et dhistoire de Genève.

17

18 Le boulevard de Pontoise à Argenteuil; neige Kunstmuseum de Bâle

19 Le Pont de lEurope, Gare Saint Lazare x81 cm Musée Marmottan

20 PAUL DURAND-RUEL « QUE L'ON TRAITAIT DE FOU ET QU' À CAUSE DE NOUS L'HUISSIER A FAILLI SAISIR » Le marchand des impressionnistes Vingt ans après sa construction, le quartier de la gare Saint-Lazare à Paris attire les peintres et leurs marchands. Manet ( ), Caillebotte ( ), Monet ( ) viennent y peindre des motifs modernes, rails, locomotives, jets de vapeur... Le marchand Paul Durand-Ruel ( ) y habite. Paul Durand-Ruel a dès 1870 le «coup de fêlure» pour les Impressionnistes, suivant l'expression d'Emile Zola, et il les soutient avec une foi inébranlable, malgré les scandales et deux faillites. Monet le reconnaît à la fin de sa vie: « …Il n 'y a qu 'une personne à qui je doive quelque chose, c'est à Durand-Ruel que l'on traitait de fou et qu'à cause de nous l'huissier a failli saisir... » Paul Durand-Ruel habitait rue de Rome un appartement entièrement rempli de toiles de peintres impressionnistes et «que quittent invariablement avec une ophtalmie les personnes qu'il convie à le visiter», d'après le compte rendu d'un journaliste invité dans les années Entre 1870 et sa mort en Paul Durand-Ruel a acheté 400 Degas, 400 Sisley, plus de 1000 Monet, environ 800 Pissarro, près de 200 Manet, environ 1500 Renoir, près de 400 Mary Cassait, etc. Les toiles étaient bien sûr destinées à être vendues, mais le marchand en avait choisi 370, dont une centaine de Monet, pour sa collection privée. La famille Durand-Ruel vivait donc dans un appartement aux murs littéralement recouverts de toiles, de l'antichambre (57 tableaux) au cabinet de toilette (23 tableaux). Les critiques d'art et les riches amateurs invités à dîner chez les Durand-Ruel mangeaient sous le «Déjeuner des Canotiers» de Renoir (aujourd'hui dans la Phillips Collection, Washington), entouré par «La Terrasse» (Art Institute, Chicago) et «La Loge» (Art Institute, Williamstown). Le reste des murs était colonisé par vingt-trois autres tableaux, parmi lesquels des Monet. Après la mort de Paul Durand-Ruel en 1922, la collection a été dispersée.

21 Le train dans la neige, locomotive Musée Marmottan

22

23 Bois doliviers au jardin Moreno à Bordighera 1884 Collection particulière

24

25 Les oliviers à Bordighera 1884 Collection particulière

26

27 Vallée de Sasso, effet de soleil Musée Marmottan

28

29 Deux vases de chrysanthèmes 1888 Collection particulière

30

31 Deux estampes de la collection de Giverny du peintre HIROSCHIGE vers

32 Pleine mer, gros temps 1880 Collection particulière

33

34 Tempête sur la côte de Belle Île 1886 Collection particulière

35

36 « On dirait le Japon » Pendant l'exposition Claude Monet, la Fondation Pierre Gianadda présente aussi la collection d'estampes japonaises du peintre, toujours conservée à Giverny. La propriété de Claude Monet à Giverny est devenue un musée ouvert au public depuis On y visite les jardins et la maison elle-même, dans laquelle Monet a vécu de 1883 à Le décor très coloré et le mobilier reportent le visiteur au moment où la maison était habitée par la nombreuse famille de Monet. Les visiteurs découvrent aussi la collection d'estampes japonaises du peintre, dans l'accrochage imaginé par le maître des lieux. Cinquante-six gravures dans la salle à manger, des gravures dans l'entrée, le salon, l'escalier, les chambres et les cabinets de toilette. La cuisine échappe à cette invasion, ainsi que la chambre à coucher de Monet qui contenait sa collection de toiles d'amis impressionnistes et son atelier, où il exposait son travail. Cette collection rappelle le profond intérêt des artistes européens contemporains de Monet pour les estampes japonaises. Si Monet a été le collectionneur le plus assidu, Manet, Degas, Whistler, Van Gogh, Gauguin, Bonnard, Rodin et bien d'autres collectionneurs (les Concourt, Camondo) s'y sont intéressés. Les «ukiyo-e», ou «images du monde flottant», deviennent une source d'inspiration pour les peintres impressionnistes. L'influence des estampes se retrouve dans les œuvres de Monet par le choix des motifs, la composition, les cadrages décalés qui repoussent le sujet sur le côté, l'utilisation des diagonales ou des lignes en S. On retrouve le goût de Monet pour le Japon dans l'aménagement de son jardin d'eau, avec son pont japonais, qui rappelle le «monde flottant» des grands maîtres de l ukiyo-e. Le maître de Giverny n'a pas fait le voyage du Japon, il a par contre cru le reconnaître lors de son voyage en Norvège en 1895: «J'ai là un motif délicieux, écrit-il à sa belle-fille Blanche Hoschedé, des petites îles au ras de l'eau, toutes couvertes de neige et au fond une montagne. On dirait le Japon...» Parmi les amis, acheteurs et collectionneurs de Monet figuraient évidemment des Japonais... qui lui ont parfois offert de nouvelles estampes pour agrandir sa collection. Véronique Ribordy LA COLLECTION D'ESTAMPES JAPONAISES DE MONET À GIVERNY

37 Portrait de Poly 1886 Musée Marmottan

38

39

40 Portrait de femme Craies rouges et noires sur papier Collection particulière

41 Reflets d'une vie CLAUDE MONET, CHEF DE FILE DES IMPRESSIONNISTES Claude Monet, bien que né à Paris en 1840, grandit au Havre où sa famille s'installe en C'est là qu'il fit la connaissance d'une personne déterminante dans sa vie et dans sa carrière, le peintre Eugène Boudin ( ). En lui apprenant à peindre en extérieur directement sur le motif, Boudin a fait de lui le chef de file des impressionnistes. «Sur la plage à Trouville» (Musée Marmottan, 1870) témoigne de cet apprentissage. Son attachement à la Normandie ne l'a pas empêché de voyager énormément: en 1884, Monet ramène d'un séjour à Bordighera et Menton une série de paysages, dont «Vallée de Sasso. Effet de soleil»; «Champs de tulipes en Hollande» rappelle un voyage de L'année suivante, il est accueilli à Londres par le peintre Whistler, en 1888, il s'installe à Antibes où il réalise une série de marines. En 1895, il séjourne en Norvège («Le Mont Kolsaas»). Entre 1899 et 1900, il retourne plusieurs fois à Londres («Londres. Le Parlement. Reflets sur la Tamise»). Partout, il s'attache à décrire les effets atmosphériques, lumière, neige, brouillard, reflets sur l'eau. En 1883, Monet s'installe à Giverny, aux portes de la Normandie (75 km de Paris). Il y achète un domaine en 1890 et commence à construire un jardin d'eau. Les marchands Georges Petit, Durand-Ruel, Bernheim-Jeune l'exposent régulièrement dès 1883.Après la mort de sa seconde femme, Alice, en 1911, puis de Jean, son fils aîné en 1914, il ne bouge presque plus de Giverny. Son jardin lui permet de satisfaire ses envies picturales et de créer lui-même son motif. Les «Nymphéas» l'occupent pendant les années de guerre. En 1918, il fait don de plusieurs grands panneaux à l'Etat. Après plusieurs années de tractations, les grandes décorations de Monet forment un ensemble de 22 panneaux. L'Etat prévoit de les installer à l'Orangerie. En 1923, la Galerie Durand-Ruel montre 18 tableaux de Monet à New York. Claude Monet meurt le 5 décembre 1926 et est enterré à Giverny. Ses «Grandes Décorations» sont inaugurées à l'Orangerie le 17 mai VR

42 Londres, le parlement, reflets sur la Tamise Musée Marmottan

43

44

45 Le jardin d'un peintre À GIVERNY, MONET LAISSE LIBRE COURS À SA PASSION POUR LES FLEURS ET LE JARDINAGE Qui aime les jardins doit lire les pages passionnantes que Dany Sautot consacre au «prodigieux jardinier» dans le catalogue Claude Monet de la Fondation Pierre Gianadda. Car les tableaux de Monet ne mentent pas. Claude Monet était un très grand connaisseur de l'art des jardins et un passionné de fleurs, ce que reflètent ses tableaux depuis des «Champs de coquelicots près de Vétheuil» de 1879 au «Champ de tulipes en Hollande» de 1886, bien avant les iris, agapanthes, glycines, nymphéas et les rosés innombrables que le peintre plante, et peint, à Giverny où il s'installe dès Claude Monet partage son amour du jardin dans sa correspondance avec ses amis, eux-mêmes souvent des jardiniers émérites, Octave Mirbeau ( ), Gustave Caillebotte ( ), ou Georges Clemenceau ( ). A Giverny, Monet sème, plante, transforme. Il crée les fameuses «boîtes de peintures» - trente-huit plates-bandes de fleurs de couleur unique, disposées par deux, de haut en bas du jardin, ordonnées en floraisons successives. Ces plates-bandes s'inspirent des champs de tulipes monochromes découverts dans les environs de La Haye en Afin de structurer son jardin de fleurs, Claude Monet imagine faire grimper clématites et rosiers à l'aplomb des murs et sur des structures métalliques. Son jardin ne ressemble à aucun autre. A l'automne 1890, Claude Monet possède enfin les moyens d'acquérir la maison de Giverny. Son obsession se porte désormais sur la création d'un jardin d'eau. Il imagine une «prise» d'eau dans l'Epte, creuse un bassin rectangulaire, agrémenté d'un pont japonais. Palissées sur un treillage, deux glycines surmontent le pont. Pour ce plan d'eau, Claude Monet se procure toutes sortes de plantes aquatiques. Le jardin d'eau est serti dans une végétation dense de trembles et de peupliers. L'extrême modernité de Claude Monet jardinier se lit dans son désir de faire vivre le jardin le plus longtemps au cours de l'année. Il y superpose le temps des saisons en floraisons et feuillaisons successives. Entre 1976 et 2011, Gilbert Vahé, chef jardinier à Giverny, a redonné sa splendeur au jardin imaginé par Claude Monet. Les jardins de Monet à Giverny, le jardin de fleurs, ou Clos Normand, et le jardin d'eau sont ouverts au public du 1er avril au 1er novembre. Nos remerciements à Dany Sautot, une contribution à lire dans le catalogue de l'exposition Claude Monet Voir aussi http//giverny.org/gardens/ jardins.htm

46 Nymphéas, effet du soir Musée Marmottan

47

48 Nymphéas 150x197 cm Musée Marmottan

49

50 Nymphéas Vers 1914 Collection particulière

51

52 Nymphéas et agapanthes Musée Marmottan

53

54 Saule pleureur Musée Marmottan

55

56 Un pont vers le XX e siècle CLAUDE MONET CR É E UN STYLE NOUVEAU QUI RELIE LA PEINTURE CLAIRE À L'ABSTRACTION. A l'orée de la Première Guerre mondiale, Claude Monet est toujours en recherche. Avec ses «Nymphéas», il a non seulement trouvé un «climat poétique» original, mais il ouvre peut-être la voie à... autre chose qui pourrait être l'abstraction. En Monet a 16 ans quand il rencontre Eugène Boudin ( ), un peintre de quinze ans son aîné. Boudin l'encourage à dessiner et à regarder la nature. Monet raconte: «Je suivis ses conseils et, de concert, nous fîmes de longues promenades durant lesquelles je ne cessais de peindre d'après nature. C'est ainsi que je compris celle-ci et que j'appris à l'aimer passionnement, et que je minterressais à la peinture claire qui était celle de Boudin. » Boudin avait suivi une formation classique, école de dessin, copie au Louvre. Il est un des premiers peintres français à s'intéresser à la peinture de plein air. Il avait en effet croisé le chemin du peintre hollandais Johan Jongkind ( ), qui avait pris l'habitude de réaliser croquis et aquarelles pour ses marines «sur le motif», c'est-à-dire en extérieur. Monet attribue l'origine de l'impressionnisme à Jongkind et à Corot, mais il estime que c'est à Boudin qu'il «doit tout». Durant sa vie de peintre, Claude Monet cherche à fixer sur la toile les conditions éphémères de la réalité, les variations de lumière et leur influence sur la couleur. Il travaille par séries, dans l'atelier: les cathédrales de Rouen et plus tard les nymphéas où la lumière devient l'unique objet de la toile. A la fin de sa vie, il crée un nouveau langage pictural que salueront les artistes abstraits, tel Vassily Kandinski ( ), puis Sam Francis ( ) ou Joan Mitchell ( ). Dans les années 1950, les critiques d'art et les peintres considèrent Monet comme le père de l'abstraction lyrique, ou de l'informel. Claude Monet, malgré une dissolution des formes dans la lumière, n'abandonne jamais la leçon de Boudin. Sa peinture garde toujours un lien avec le réel. Claude Monet met le motif au service d'une quête générale de sens: «Ce que je veux reproduire, c 'est ce qui existe entre le motif et moi-même.» VR

57 Le pont japonais Musée Marmottan

58

59 Le pont japonais Musée Marmottan

60

61 La maison dans les roses Collection particulière

62

63 Un musée pour Monet Le Musée Marmottan Monet se situe dans le 16 e arrondissement de Paris, dans un ancien pavillon de chasse du duc de Valmy. A la fin du XIX e siècle, Paul Marmottan transforme les lieux en hôtel particulier. A sa mort en 1932, il lègue la propriété et ses collections d'objets d'art et de tableaux à l'Académie des beaux-arts. Le Musée Marmottan est créé en Devenu «Marmottan Monet», ce musée rassemble la plus importante collection au monde d'œuvres du peintre Claude Monet, complétée d'un choix d'œuvres de Boudin, Manet, Renoir, Gauguin, Pissaro, Degas. Avec 136 œuvres dont 94 peintures, 29 dessins, huit carnets de dessins et de comptes ainsi que des lettres issues de sa correspondance, le chef de file des impressionnistes y tient une place centrale; l'ensemble de sa carrière et l'évolution de sa technique peuvent ainsi être retracées à travers ses peintures et dessins. Le Musée Marmottan Monet s'est progressivement enrichi d'œuvres de Monet grâce à une succession de dons et de legs exceptionnels. Marmottan a ainsi reçu la collection du médecin de Claude Monet, Georges de Bellio. Parmi ces toiles se trouve le fameux «Impression, Soleil levant» qui a donné son nom à l'impressionnisme. Ce legs est suivi de plusieurs autres dont celui de Michel Monet. A la mort du peintre Claude Monet en 1926, son fils Michel est son seul héritier. Afin d'éviter la dispersion de la collection des œuvres de son père, il lègue, en 1966, un ensemble remarquable de cent neuf œuvres (dont les séries de «Nymphéas», de «Pont japonais», d'«Allée des rosiers», de «Saule pleureur» et de «Maison vue du jardin aux rosés») et la propriété de Giverny au Musée Marmottan; il s'agit de l'un des legs les plus considérables réalisés en faveur d'un musée privé français. Depuis 2007, le musée est dirigé par le compositeur Jacques Taddei, membre de l'Académie des beaux-arts comme de juste. Marmottan présente, en plus de ses collections, deux ou trois expositions temporaires par an, en général en lien avec Claude Monet. L'institution annonce visiteurs par année. VR

64 Les textes sont repris intégralement de ce livret distribué à lentrée de lexposition.


Télécharger ppt "Monet et le Japon Après l'exposition Vincent van Gogh à la Fondation Pierre Gianadda en 2000, Léonard Gianadda estimait avoir atteint des sommets définitifs."

Présentations similaires


Annonces Google