La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Master professionnel Génial Année 2005-2006 Les Pêches de loisir en Zone Côtière Jacques PIGEOT Laboratoire de Biologie et dEnvironnement Marins Université

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Master professionnel Génial Année 2005-2006 Les Pêches de loisir en Zone Côtière Jacques PIGEOT Laboratoire de Biologie et dEnvironnement Marins Université"— Transcription de la présentation:

1 1 Master professionnel Génial Année Les Pêches de loisir en Zone Côtière Jacques PIGEOT Laboratoire de Biologie et dEnvironnement Marins Université de La Rochelle

2 2 Introduction 1. Les espèces pêchées et les modes de récolte: 1.1. Sur les estrans: pêche à pied 1.2. En mer côtière: pêche en bateau 2. Limpact des pêches de loisir sur le milieu: 2.1. Pb n°1: les perturbations physiques 2.2. Pb n°2: la surexploitation des espèces pêchées 2.3. Pb n°3: limpact sur la structure biologique des peuplements 3. La réglementation actuelle et ses limites 3.1. Réglementation relative aux pêches destran 3.2. Réglementation relative aux pêches en bateau 3.3. Les limites de la réglementation actuelle 3.4. La réserve naturelle de Moëze-Oléron 5. Avenir: lexploitation durable des pêches de loisir: 5.1. Faire respecter une réglementation actualisée 5.2. Informer les pêcheurs 5.3. Mettre en place un permis de pêche 5.4. Etablir des jachères ou des cantonnements 5.5. Créer de nouveaux espaces de pêche 4. Des études scientifiques indispensables 4.1. Etudes biologiques et écologiques 4.2. Etudes et suivis sanitaires

3 3 - Quest la pêche de loisir? - Historique - Sa place au sein des activités du littoral - Limportance des pêches de loisir. nombre de pêcheurs. quantité prélevée Introduction

4 4 La pêche de loisir comprend la pêche à pied et la pêche en bateau. La pêche à pied se définit comme toute activité de récolte dune ressource naturelle vivante sur les estrans, sans recours à une embarcation ou tout autre engin flottant. Elle est spécifique des côtes de Manche et dAtlantique. La pêche en bateau existe sur tous les littoraux français. La pêche à pied est une activité ancestrale; par exemple, les hommes de la civilisation dArtenac (4000 BP) pêchaient sur nos côtes charentaises coquillages, crustacés et poissons en abondance. La pêche à pied est une des nombreuses activités des littoraux à marée. Il faut distinguer: la pêche à pied de loisir et la pêche à pied professionnelle. La pêche à pied de loisir était pratiquée initialement par les populations littorales et les prélèvements étaient en parfaite adéquation avec la pérennité des ressources locales. Elle est depuis une trentaine dannées en plein développement à la fois en période estivale et tout au long de lannée. Les prélèvements ne semblent plus en adéquation avec la pérennité des ressources locales. Le nombre de pêcheurs de loisir et les quantités prélevées ne sont pas connus précisément à lheure actuelle.

5 5 1. Les espèces pêchées et les modes de récolte: 1.1. Sur les estrans: pêche à pied. Estran rocheux battu: - Etrille (Necora puber); Tourteau (Cancer pagurus)… - Oursin violet (Paracentrotus lividus) - Crevette rose (Palaemon serratus) - Huître creuse (Crassostrea gigas) - Moules (Mytilus edulis, M. galloprovincialis) - Patelles (Patella vulgata, P. ulyssiponensis) - Bigorneaux (Littorea littorina, Gibbula umbilicalis) - Palourdes (Tapes decussatus, T. philippinarum) - Congre (Conger conger) - …...Nb: les pêcheries ou écluses (Ré, Oléron) - Bar (Dicentarchus labrax) - Mulets (Liza ramada, …) - Daurade (Sparus aurata) - Orphie (Belone belone) - …

6 6 Pêcheur de crabes aux Fontenelles (Pointe de Chassiron)

7 7 Létrille ou batailler (Necora puber )

8 8 1. Les espèces pêchées et les modes de récolte: 1.1.Sur les estrans: pêche à pied:. Estran sableux battu: - Flions (Donax trunculus, D. vittatus) - Couteaux (Ensis siliqua, E. ensis, Solen marginatus…) - Lutraire (Lutraria lutraria) -….. Estrans sablo-vaseux abrités: - Palourdes (Tapes decussatus, T. philippinarum) - Coque (Cerastoderma edule) - Crevette grise (Crangon crangon) - Crevette rose (Palaemon serratus) crevette des flaques (Palaemeon elegans) - Vers (Arenicola marina, Diopatra neapolitana, Hediste diversicolor, Nereis sp….) - Praire (Venus verrucosa) - Clam (Merceneria merceneria) - Soles (Solea solea, S. senegalensis) - Mulets (Mugil sp., Liza ramada) - Bar (Dicentrarchus labrax) - Plie (Pleuronectes platesa) -….

9 9 Recherche de vers (appâts)

10 10 1.Les espèces pêchées et les modes de récolte: 1.1.Sur les estrans: pêche à pied:. Estran rocheux abrité: - Pétoncle (Chlamys varia) - Huître creuse(Crassostrea gigas) - Moules (Mytilus edulis, M. galloprovincialis) - Crabe vert (Carcinus maenas) - …. Estrans vaseux abrités - Lavagnon (Scrobicularia plana) - Soles (Solea solea, S. senegalensis) - Mulet (Liza ramada) - Anguille (Anguilla anguilla) - …

11 11. Crustacés - Etrille (Necora puber) - Araignée (Maia squinado) - Crevette rose (Palaemon serratus) - Crevette grise (Crangon crangon) - …. 1. Les différents métiers et les espèces pêchées: 1.2. En mer côtière. Poissons - Soles (Solea solea, S. senegalensis) - Plies (Pleuronectes platessa) - Bar (Dicentrarchus labrax) - Mulets (Mugil sp., Liza ramada) - Anguille (Anguilla anguilla) -…

12 12 2.Impacts de ces différentes pêches sur le milieu Problème n°1: les perturbations physiques - Déstabilisation du substrat:. Grattage systématique (Palourdes, coques, praires) - Destruction du substrat. Débanchage en milieu rocheux (Pholades,…) Problème n°2: la surexploitation des espèces pêchées - Etrilles - Palourdes - Coques - Pétoncles - Flions - … ….voire leur disparition: - Loreille de mer ou haliotis - Le homard bleu - Le crabe des rochers

13 13 La SUREXPLOITATION des ESPÈCES PÊCHÉES Des espèces disparues ou en voie de disparition dans les Pertuis Charentais: - Le poulpe Octopus vulgaris - Le homard bleu Homarus gammarus - le crabe des rochers Eriphia spinifrons - Lormeau Haliotis tuberculata

14 14 - Impact à la fois sur les populations et les peuplements:. Par le retournement systématique des blocs rocheux Modification de la structure du peuplement (diminution du couvert algal, espèces photophiles privées de lumière, espèces photophobes exposées à la lumière, décomposeurs perturbés, …) Diminution du nombre despèces (= réduction de la biodiversité) voire disparition de certaines espèces. Par la destruction du milieu Disparition de petits écosystèmes (biotopes, communautés vivantes) 2.Impacts de ces différentes pêches sur le milieu Problème n°3: limpact sur la structure biologique des écosystèmes - Impact sur les populations (Σ des individus dune même espèce) Diminution de la taille des individus Déficit de renouvellement des espèces par la reproduction - Impact sur les peuplements (Σ des populations) Modification de la structure du peuplement Réduction du nombre de groupes trophiques Par exemple: les filtreurs remplacent les carnivores

15 15

16 16 SIPUNCULIENS CNIDAIRES GASTEROPODES POLYPLACOPHORES BRYOZOAIRES BIVALVES OLIGOCHETES PYCNOGONIDES CEPHALOCHORDES UROCHORDES NEMERTES Répartition taxinomique des espèces animales benthiques des pertuis charentais (2004) PORIFERES PLATHELMINTHES ENTOPROCTES PHORONIDIENS CEPHALOPODES CRUSTACES ECHINODERMES ECHIURIENS POLYCHETES INSECTES crustacés gastéropodes bivalves crustacés cnidaires Décembre 2004

17 17 Limpact des prélèvements des espèces benthiques sur la biodiversité Nombre despèces benthiques faisant lobjet de prélèvements: - Par exemple en rocheux battu: une vingtaine despèces sont recherchées au plus. la richesse spécifique est de lordre de 300 à 400!!... soit environ 5 à 6% des espèces benthiques qui sont systématiquement recherchées par les pêcheurs à pied et on arrive, au bout de quelques dizaines dannées de pêches méthodiques à une stérilisation quasi-totale du milieu!!! Biodiversité fortement diminuée

18 18 3. La réglementation actuelle et ses limites: 3.1. Réglementation relative aux pêches destran COQUILLAGES Bulot (Buccinum undatum) 4,5cm Clam (Merceneria merceneria) 4,5cm Coque (Cerastoderma edule) 3cm Coquille St-Jacques (Pecten nmaximus ) 10cm Couteaux (Ensis siliqua, E. ensis, Solen marginatus) 10cm Huître creuse (Crassostrea gigas) 30g pièce Huître plate (Ostrea edulis) 5cm Moule (Mytilus edulis) 4cm Ormeau (Haliotis tuberculata) 8cm Palourdes (Tapes decussatus, T. philippinarum) 4cm Pétoncle noir (Chlamys varia) Vanneau (Chlamys opercularis) 4cm Praire (Venus verrucosa) Amande de mer (Glycemeris glycemeris) 4cm Flion=olive (Donax trunculus) 2,5cm …. CRUSTACÉS

19 19 3. La réglementation actuelle et ses limites: 3.1. Réglementation relative aux pêches destran CRUSTACÉS Araignée de mer (Maja squinado) 12cm Crevette grise (Crangon crangon) 3cm Crevette rose = bouquet (Palaemon serratus) 3cm Homard (Homarus gammarus) 8,5cm (longueur céphalothoracique) Etrille (Necora puber) 5cm (largeur céphalothoracique) Tourteau (Cancer pagurus) 14cm ….

20 20 3. La réglementation actuelle et ses limites: 3.1. Réglementation relative aux pêches destran POISSONS Anguille (Anguilla anguilla) Bar commun (Dicentrarchus labrax) 36cm Congre (Conger conger) 58cm Flet (Platichthys flesus) 25cm Maigre (Argyrosomus regius) 45cm Mulets (Mugil sp., Liza ramada) 20cm Plie (Pleuronectes platessa) 27cm Sole (Solea solea) 24cm Turbot (Psetta maxima) 30cm ….

21 21 3. La réglementation actuelle et ses limites: 3.2. Réglementation relative aux pêches en bateau (Engins de pêche autorisés à bord des navires de plaisance) -1 foëne -Lignes gréées pour lensemble dun maximum de 12 hameçons -2 palangres munies chacune de 30 hameçons au maximum -2 casiers à crustacés -1 épuisette ou « salabre » dun diamètre maximum de 0,60m et dun maillage minimum de 20mm, maille étirée -1 trémail dun maillage minimum de 48 mm, maille étirée, dune longueur maximale de 50m et dune hauteur de chute de 3m au plus. Il doit être utilisé flottant et dérivant ou calé au fond, mais ne peut être halé par quelques moyens que ce soit. Ce filet doit être correctement balisé pour éviter tout accident aux autres usagers de la mer.

22 22 3. La réglementation actuelle et ses limites: 3.3. Les limites de la réglementation actuelle La réglementation est peu voire pas appliquée par:. méconnaissance des tailles et des quantités quil est possible de prélever pour chaque espèce concernée. insuffisance de moyens en agents assermentés des Affaires Maritimes notamment La réglementation devrait tenir compte des périodes de reproduction des différentes espèces pour proposer des dates de pêche adaptées La réglementation devrait proposer des techniques de récolte des espèces « adaptées » à la préservation de lécosystème (non-retournement des blocs,…)

23 23 Réserve naturelle de Moëze-Oléron 3. La réglementation actuelle et ses limites: 3.4. Un exemple de réserve marine: Ile dOléron Moëze Brouage

24 24 3. La réglementation actuelle et ses limites: 3.4. Un exemple de réserve marine: la réserve naturelle de Moëze-Oléron -La pêche à pied est interdite dans le périmètre de la réserve. Cette interdiction concerne La pêche des coquillages Le ramassage des vers La récolte dalgues et de végétaux La pose de filet calé sur lestran et autres engins dormants non surveillés -Les objectifs sont: Préservation des herbiers de zostères (Zostera noltii) Protection des gisements naturels de coquillages Assurer la tranquillité de la faune fréquentant la réserve

25 25 4. Des études scientifiques indispensables: 4.1.Des études biologiques et écologiques indispensables:. Etablissement dun point zéro: inventaire systématique de toutes les espèces benthiques et connaissance de la structure des peuplements Importance de la stratégie déchantillonnage. Etude de populations despèces faisant lobjet de pêche à pied étude sur plusieurs années (3 ans au moins) Exemple: la population détrilles (Necora puber) Au niveau de lestran: étage médiolittoral inférieur et début de linfralittoral (pêche à pied) Au niveau de la zone subtidale (pêche professionnelle: caseyeurrs,…). Etude comparative dune zone destran en jachère et dune zone en pêche au plan systématique et au plan de la structure des peuplements

26 26 4. Des études scientifiques indispensables: 4.2. Des études et suivis sanitaires indispensables réalisés par la D.D.A.S.S. (Direction Départementale des Actions Sanitaires et Sociales) - Risques sanitaires liés à la consommation de coquillages ramassés dans les zones naturelles - Origine de la contamination des eaux littorales - Méthodologie du suivi sanitaire - Interprétation des résultats Classement des zones de pêche

27 27 RISQUES SANITAIRES LIÉS à la CONSOMMATION de COQUILLAGES RAMASSÉS dans les ZONES NATURELLES La problématique sanitaire tient à deux aspects: - Capacité de filtration et de de concentration des organismes filtreurs - Présence dans le milieu déléments contaminants indésirables pour les consommateurs Les coquillages provenant des zones contaminées peuvent être à lorigine de toxi-infections gastro-entérite virale, salmonellose, … accumulation de phycotoxines lors defflorescences de phytoplancton marin diarrhées, troubles amnésiques, lésions nerveuses bioaccumulation de métaux ou substances chimiques dérè- -glement des reins et du foie Les consommateurs ne sont pas tous exposés de la même manière selon le type de coquillage la quantité de coquillages ingérée lâge et létat immunitaire

28 28 Origine de la contamination des eaux littorales Rejets des stations dépuration Rejets individuels non raccordés sur le réseau dévacuation des eaux usées Mauvaise séparation des réseaux dévacuation des eaux usées et des eaux pluviales Rejets des industries agro-alimentaires Epandages de lisiers par écoulements diffus Les activités de loisir (camping, …): émissaires non raccor- -dés aux stations dépuration Les bateaux au mouillage ….

29 29 MÉTHODOLOGIE du SUIVI SANITAIRE Le réseau D.D.A.S.S. pour les coquillages pêche à pied de loisirs est léquivalent du réseau microbiologique développé par lIFREMER (RÉMI) sur les gisements exploités professionnellement classés en application du décret du 28 avril 1995 Prélèvements réalisés par la D.D.A.S.S. Analyses par le Laboratoire Départemental danalyses (fréquence mensuelle sauf en juillet et août: bimensuelle) Résultats transmis avec les conclusions de la D.D.A.S.S.

30 30 INTERPRÉTATION des RÉSULTATS du SUIVI Les critères de larrêté du 21 mai 1999 relatif au classement de salubrité et à la surveillance des zones de production et zones de parcage des coquillages vivants définissent 4 classes de qualité en fonction des pourcentages de dépassement des valeurs seuils. Le classement est établi à partir de la contamination bactériologique, notamment celle appréhendée par la mesure des Escherichia coli

31 31 CLASSEMENT des ZONES de PÊCHE à PIED Zone A Au moins 90% des résultats sont inférieurs à 230 E.coli pour 100g, sans aucun dépassement de E.coli La pêche à pied de loisirs sy pratique sans aucune restriction sanitaire. Zone B Au moins 90 % des résultats sont inférieurs à E.coli sans aucun dépassement de E.coli Une information sur la qualité des coquillages pêchés est donnée, accompagnée de recommandations sanitaires adaptées aux risques encourus par les consommateurs. Zone C Au moins 90 % des résultats sont inférieurs à E.coli Ces zones ne peuvent être autorisées à la pêche à pied de loisirs, car trop contaminées. Si ce classement se confirme dans les campagnes de surveillance à venir, ces sites devront faire lobjet dune procédure administrative de fermeture, après des prélèvements complémen- -taires, dans lattente dune amélioration de leur qualité. Zone D Plus de 10% des résultats supérieurs à E.coli. La pêche à pied de loisirs y est interdite.

32 32 5. Avenir: lexploitation durable des pêches de loisir: 5.1. Faire respecter la réglementation actuelle - Le respect de la réglementation est sous la Responsabilité des Affaires maritimes Par exemple en Charente-Maritime pour plus de 500km de côtes, les Aff. Mar. disposent de 8 agents assermentés - Rôle des gendarmes maritimes - Rôle de la gendarmerie nationale - Rôle des gardes assermentés (exemple des gardes de la réserve naturelle de Moëze) Création dun corps de gardes bleus assermentés à double fonction:. préventive (pédagogique) information. répressive respect de la réglementation

33 33 5. Avenir: lexploitation durable des pêches de loisir: 5.2. Informer les pêcheurs - Information auprès des Affaires maritimes du Quartier - Information auprès de la Mairie - Information auprès du Syndicat dinitiative - Information au niveau des différentes structures daccueil -Information sur le terrain Rôle préventif des gardes bleus assermentés

34 34 5. Avenir: lexploitation durable des pêches de loisir 5.3. Mise en place dun permis de pêche Connaissance générale du milieu marin - Au plan physique: mouvements de la mer (houle, courant, marées) météorologie - Au plan chimique: composition - Au plan biologique et écologique les principaux groupes systématiques de végétaux et danimaux lécosystème et son fonctionnement

35 35 5. Avenir: lexploitation durable des pêches de loisir 5.3. Mise en place dun permis de pêche Connaissance des caractéristiques écologiques de la zone intertidale Connaissance des différentes espèces pêchées (identification, biologie, écologie, biogéographie) Connaissance des différentes pollutions Connaissance des techniques de pêche Connaissance de la réglementation (taille, quantité, saison de pêche…) La pêche à pied Une certaine discipline

36 36 5. Avenir: lexploitation durable des pêches de loisir 5.4. Etablir des jachères ou des cantonnements - Définition dune jachère ou dun cantonnement - Pourquoi mettre en place des jachères? - Les jachères tournantes - Lincidence des jachères sur les pratiques de la pêche à pied. Incidences positives: sauvegarde despèces, de milieu, décosystèmes…. Incidences négatives: surpêche des zones adjacentes Nb: La mise en place des jachères est possible si en parallèle il y a la création du corps des gardes bleus

37 37 5. Avenir: lexploitation durable des pêches de loisir: 5.5. Vers une meilleure gestion des pêcheries par un réensemencement en juvéniles (homards, coquilles St Jacques, coques, …) = aquaculture extensive la création de nouveaux espaces de pêche en développant des interfaces par immersion de blocs de béton création de récifs artificiels ….

38 38 Bibliographie: COHAT Y Pêche à pied 1) Atlantique Ed. Gallimard CREPAN 1973? La pêche à pied en Basse-Normandie Ed. CREPAN Caen GERARD A., LE COUAIL M., PRIEUR D La pêche à pied Ed. Ouest- France LAGENETTE M Connaître la pêche à pied (poissons, coquillages et crustacés) Ed. Sud-Ouest LAMI R. 1940? Le bord de mer Ed. Duchartre SINSOILLIEZ R La pêche à pied (coquillages, crustacés, poissons de mer) Ed. La Maison Rustique & Flammarion

39 39

40 40

41 41

42 42

43 43

44 44


Télécharger ppt "1 Master professionnel Génial Année 2005-2006 Les Pêches de loisir en Zone Côtière Jacques PIGEOT Laboratoire de Biologie et dEnvironnement Marins Université"

Présentations similaires


Annonces Google