La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

26/03/2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de l'IGEN1 Lenseignement de sciences de lingénieur dans la série S Lycée Raspail - Paris.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "26/03/2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de l'IGEN1 Lenseignement de sciences de lingénieur dans la série S Lycée Raspail - Paris."— Transcription de la présentation:

1 26/03/2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de l'IGEN1 Lenseignement de sciences de lingénieur dans la série S Lycée Raspail - Paris

2 26/03/2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de l'IGEN2 Objectifs généraux du programme (BOEN spécial n°9 du 30 septembre 2010)

3 26/03/2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de l'IGEN3 Proposer des architectures de solutions, sous forme de schémas ou dalgorigramme.

4 26/03/2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de l'IGEN4 Série S PCSI-PSI PTSI-PT Intrication des champs matériaux, énergie et information. Mise en évidence et analyse des écarts entre les performances souhaitées, les performances mesurées et les performances simulées.

5 26/03/2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de l'IGEN5 Il est impératif que la dichotomie génie électrique - génie mécanique, qui a trop prévalu jusquà maintenant, disparaisse au profit dune approche mieux adaptée pour aborder les différents domaines de lingénierie, y compris ceux des bâtiments et des ouvrages.

6 Progression pédagogique 26/03/2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de l'IGEN6 Privilégier une vision systémique par rapport à une étude analytique. Prendre les différentes parties du programme comme objectifs pédagogiques nest pas judicieux. Chaque séquence doit sappuyer sur des compétences issues de plusieurs parties du programme.

7 Lorganisation annuelle de lemploi du temps des élèves, selon les modalités de cours, dactivités dirigées ou expérimentales, devrait être pensé en termes de pertinence au regard des objectifs visés et des difficultés conceptuelles traitées. 26/03/2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de l'IGEN7

8 26/03/2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de l'IGEN8 Projet interdisciplinaire

9 26/03/2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de l'IGEN9 Genèse de ce projet : gommer leffet rebutant dun horaire trop élevé en sciences de lingénieur, quil faudra bien un jour diminuer. Attirer les élèves en S-SI en leur donnant lenvie de choisir lenseignement des sciences de lingénieur grâce à des projets encadrés par des équipes de professeurs de disciplines différentes.

10 Tout projet qui ne présenterait pas un caractère pluridisciplinaire, tant sur le fond que dans son encadrement, ne doit pas être validé par les corps dinspection territoriaux. 26/03/2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de l'IGEN10

11 26/03/2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de l'IGEN11 Laboratoire de sciences de lingénieur

12 26/03/2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de l'IGEN12 Le laboratoire est UNIQUE avec une organisation par îlots, organisation qui est avant tout pédagogique. Les activités expérimentales sont des modalités pédagogiques, pour répondre aux objectifs pédagogiques du programme, et non des finalités.

13 26/03/2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de l'IGEN13 Le laboratoire doit permettre des activités expérimentales et de simulation multiphysique conformes aux exigences des épreuves de SI rénovées. Plus de rotations de TP de GE et de GM.

14 Supports denseignement Grand public* issus de lenvironnement des élèves, innovants, répondant à un besoin, et permettent de couvrir la totalité du programme. Coût unitaire compatible avec des achats multiples et des renouvellements fréquents. * thèmes : mobilité, sport, santé, habitat, équipements publics, énergie, communication, culture et loisirs, bionique, dématérialisation des biens et des services. 26/03/2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de l'IGEN14

15 26/03/2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de l'IGEN15 Évaluation au baccalauréat

16 Épreuve écrite nationale de 4 heures (3/4 de la note), qui sappuie sur un support authentique - bien de consommation, bien déquipement - représentatif des technologies actuelles et issu des différents domaines de lingénierie, y compris ceux des bâtiments et ouvrages. 26/03/2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de l'IGEN16

17 26/03/2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de l'IGEN17 Elle sera élaborée à partir de problèmes techniques réels clairement identifiés, et non inventés pour les besoins de la cause. Lapproche disciplinaire, basée sur la restitution de connaissances, est proscrite. En sappuyant sur lintrication des champs matériaux, énergie et information, lanalyse des écarts mis en évidence sur la diapositive 3 sera privilégiée

18 26/03/2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de l'IGEN18 Compte-tenu de ces considérations, lévaluation dune copie de baccalauréat ne doit pas être confiée à plusieurs correcteurs.

19 26/03/2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de l'IGEN19 Lévaluation du projet, au cours de son déroulement et lors dune soutenance, est plus classique. L'évaluation est menée par deux enseignants dont un au moins de sciences de l'ingénieur, ce qui veut dire quil ne peut y avoir deux enseignants de sciences de lingénieur dans la commission, compte-tenu de la définition du projet dans le BOEN spécial n° 9 du 30 septembre 2013.

20 26/03/2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de l'IGEN20 Ressources humaines

21 26/03/2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de l'IGEN21 Comment demander aux élèves, dans une même discipline, ce que leurs professeurs ne pourraient pas faire ? Par conséquent, le programme doit être dispensé par un seul enseignant. Ne pas appliquer ce principe va à lencontre de la promotion de cet enseignement au cycle terminal du lycée.

22 26/03/2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de l'IGEN22 Implantation des sciences de lingénieur dans les lycées

23 26/03/2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de l'IGEN23 40 % des bacheliers S-SVT poursuivent des études scientifiques supérieures (60 % à la fin des années 90). 90 à 95 %, selon les années, de bacheliers S-SI qui poursuivent des études scientifiques supérieures. Il semble primordial de développer lenseignement de sciences de lingénieur dans la série S en le proposant dans TOUS les lycées.

24 « Il est plus difficile de détruire un préjugé qu'un atome » a dit Albert Einstein. Pour lenseignement de sciences de lingénieur dans la série S, les préjugés sont souvent portés par des professeurs de sciences de lingénieur, des chefs de travaux et des chefs détablissement qui souhaitent sapproprier cet enseignement et non faciliter sa diffusion. 26/03/2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de l'IGEN24

25 26/03/2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de l'IGEN25 Et lISN ? Généralisation à la rentrée 2014 avec une expérimentation à la rentrée Les professeurs doivent investir cet enseignement.

26 26/03/2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de l'IGEN26 Conclusion

27 26/03/2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de l'IGEN27 Le programme de sciences de lingénieur de la série S, avec celui de la série STI2D, sont le « barycentre » du continuum de lenseignement de la technologie et des sciences de lingénieur de la 6 e à bac + 2.

28 26/03/2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de l'IGEN28 Ce programme est scientifique, conceptuel, certes mais il nest pas exclusivement théorique. Les compétences déclinées dans le programme sacquièrent aussi grâce à des activités expérimentales et la simulation.

29 Pour cela, aucun temps dadaptation ne se justifie. Les équipes pédagogiques doivent simprégner immédiatement des objectifs et des finalités dun enseignement de sciences de lingénieur de la série S. Là peu-près ne peut être toléré. 26/03/2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de l'IGEN29


Télécharger ppt "26/03/2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de l'IGEN1 Lenseignement de sciences de lingénieur dans la série S Lycée Raspail - Paris."

Présentations similaires


Annonces Google