La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Vendredi 22 janvier 2010 ½ Journée Pédagogique.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Vendredi 22 janvier 2010 ½ Journée Pédagogique."— Transcription de la présentation:

1 Vendredi 22 janvier 2010 ½ Journée Pédagogique

2

3 Première partie : Donner du sens à ce qui doit changer. (Comprendre les raisons des réformes) Deuxième partie : Les réformes qui ont déjà eu lieu. (Linfluence de la construction européenne dans le système éducatif français) Troisième partie: La réforme du lycée

4

5 I° La question fondamentale est celle de savoir comment gérer lhétérogénéité des élèves. Lune des caractéristiques marquantes du siècle dernier est lexplosion des effectifs scolaires, à tous les niveaux et dans tous les pays. En France, on est progressivement passé à une scolarisation de: - environ 100% des 3-16 ans, - 95% des ans (années lycée), - Bientôt 60% des ans (les années du premier cycle de lenseignement supérieur). Il y a donc nécessité de bâtir un système éducatif qui parvienne à gérer efficacement, structurellement et pédagogiquement, lhétérogénéité croissante des élèves.

6 II° Les quatre grands modèles de systèmes éducatifs. Tout système éducatif contemporain doit répondre à deux objectifs : - évaluer et orienter les élèves dans le but dassurer la satisfaction des besoins de la nation en personnels qualifiés aux divers niveaux attendus sur le marché de lemploi, - intégrer socialement et culturellement lensemble des élèves en leur transmettant un socle commun de connaissances, de compétences et de valeurs partagées. Lécole doit donc instruire et éduquer

7 Pour atteindre ces objectifs, il y a quatre modèles de systèmes éducatifs : 1) Le modèle de la séparation (en Europe centrale : Allemagne, Autriche, Belgique flamande, pays Bas, Suisse…) 2) Le modèle dintégration individualisée ( en Europe du Nord : Danemark, Finlande, Islande, Suède…) 3 )Le modèle dintégration à la carte (au Canada, Etats-Unis, Grande Bretagne, Australie, Nouvelle Zélande…) 4) Le modèle dintégration uniforme (en France, Espagne, Portugal, Argentine, Chili…)

8 1) Le modèle de la séparation (en Europe centrale : Allemagne, Autriche, Belgique flamande, pays Bas, Suisse…) Il préconise un système dorientation/sélection précoce, cest-à-dire à la fin de la scolarité primaire, voire avant. Les élèves sont évalués de façon sommative et classés selon leurs résultats. Les filières sont hiérarchisées, hermétiques les unes par rapport aux autres. Le taux de redoublement est fort. Ce système fonctionne comme une sorte dusine de décantation.

9 2) Le modèle dintégration individualisée ( en Europe du Nord : Danemark, Finlande, Islande, Suède…) La priorité est donnée à laccompagnement individualisé, en petit groupes, avec un faible recours au redoublement. Lévaluation est formative, au service de la mise en place dune pédagogie de laccompagnement de chacun, et donc de la réussite de tous les élèves, sous une forme ou sous une autre. Lécole est unique, jusquau moins au niveau « fin de collège », voire même jusquau baccalauréat ou équivalent. La prise en compte des différences, se fait essentiellement par une part denseignements optionnels.

10 3 )Le modèle dintégration à la carte (au Canada, Etats-Unis, Grande Bretagne, Australie, Nouvelle Zélande…) Ce modèle propose un enseignement unique jusque vers 15 ans (niveau fin de collège), la différentiation se faisant à lâge dentrée dans léquivalent lycée. Pour gérer lhétérogénéité, le système propose la répartition des élèves en groupes de niveaux dans les établissements primaires, puis de faire des regroupements délèves par discipline, en fonction du niveau atteint par chacun. Lusage du redoublement est fréquent, cest le moyen de réguler linsuffisance des résultats.

11 4) Le modèle dintégration uniforme (en France, Espagne, Portugal, Argentine, Chili…) Il propose une école unique jusque vers la fin des «années collège» et fait du passage au lycée un important moment dorientation ségrégative, avec une répartition des élèves dans des filières fortement hiérarchisées. Lusage de redoublement est fréquent comme moyen de traiter le cas des élèves en difficulté, donc comme moyen dajuster les flux délèves en séparant les uns des autres ceux qui ne sont pas au niveau (en France, le taux de redoublement 3 ème /2nde est deux fois plus élevé que dans les pays de l UE). Lévaluation légitimise les décisions dorientation et est un instrument efficace au service dune politique de décantation progressive.

12 III° Le modèle individualisé semble être le plus performant. Depuis 2000, lOCDE mène, tous les trois ans, une étude comparative des performances des élèves de 15 ans dans 57 pays. Les résultats de 2003, et ceux de 2006 font apparaître un pays nettement en tête : la Finlande, pays qui renvoie au modèle dintégration individualisée. Il nest donc pas étonnant que les réformes qui nous sont proposées s inspirent profondément du modèle dintégration individualisée Les études comparatives de lOCDE montrent cependant que le modèle « à la française » donne des résultats dans les trois domaines observés (culture mathématique, culture scientifique et compréhension de lécrit) éloignés de la tête de classement.

13

14 I° Lenseignement supérieur (processus de Bologne, 1998) mise en place du LMD (46 pays). A noter : En France, luniversité scolarise 80% des étudiants. ECTS : unités de compte qui servent à valoriser les diplômes européens. Description du diplôme : description du contenu du diplôme (learning outcomes = compétences = acquis de lapprentissage). On sintéresse donc à ce que la personne sait faire (savoir faire en action et non pas bagage culturel) professionnalisation des formations. AERES (= agence dévaluation et de régulation de lenseignement supérieur) : dispositif « dassurance qualité » combinant lautoévaluation et lévaluation externe. On a donc mis en place, au niveau de lenseignement supérieur la structure socle commun + description de compétences + évaluation.

15 II° Lenseignement professionnel (processus de Copenhague 2002) - Reconnaissance des apprentissages à létranger, - Dispositif dassurance qualité, - Promotion de la mobilité des jeunes en formation professionnelle. Réforme de structure : disparition du BEP - Disparition du BEP (Bac Pro en 3 ans)

16 III° Lenseignement secondaire : 3 objectifs. - lacquisition de compétences-clés (socle commun). - léquité : contrebalancer les facteurs générant un handicap éducatif (accompagnement éducatif). - linclusion scolaire plus large (accueil des handicapés prévu par la loi de 2005).

17 Trois leviers sont prévus pour ce changement - la qualité de la formation initiale et continue des enseignants (masterisation…). - la qualité des services de conseils : orientation, information. - la qualité de la communauté scolaire.

18 Aujourdhui, notre système éducatif doit sintégrer dans le système européen. On nous propose donc des réformes: Ces réformes sinscrivent dans un dialogue culturel entre les jeunes et les adultes européens. Elles prennent en compte les deux formes denseignement qui saffrontent en Europe : le système magistral et le système tutoral (cf. tableaux). Les réformes que nous allons devoir prendre en compte constituent un glissement vers le système tutoral. Cette évolution peut savérer insécurisante pour nous enseignants car, de part notre culture, la transmission reste facile mais laccompagnement difficile, plus consommateur dénergie. Conclusion - De structure (cf la réforme des universités, de lenseignement professionnel, …) - De contenu (cf le socle commun à lécole primaire, au collège, réforme du lycée).

19

20 I° Pourquoi réformer le lycée: Il fonctionne bien pour les bons élèves (en 80, 25% obtiennent le Bac, en 2010, 66%). MAIS : jeunes sortent du lycée sans le bac, - 1 sur 2 échoue la 1 ère année des études supérieures, - la France détient un taux record de chômage chez les jeunes. DONC : - on consolide ce qui va bien, - on améliore certains points défaillants lorientation, les filières, laccompagnement personnalisé pour les élèves, les langues, la culture, lautonomie de lélève.

21 II° Une réforme en 6 points. 1) Lorientation. 2) Le rééquilibrage des filières. 3) Laccompagnement personnalisé pour tous les élèves. 4) Un plan durgence pour les Langues vivantes. 5) Une place centrale pour la culture. 6) La conquête de lautonomie

22 1) Lorientation. Elle est actuellement brutale et définitive, elle sera progressive et réversible doù la mise en place dans le cadre de laccompagnement personnalisé (2h00 par semaine pendant toute la scolarité du lycée) dun temps spécifiquement consacré à lorientation, la possibilité de réorientation en première… Le redoublement doit devenir marginal. Pour que les élèves puissent passer en classe supérieure, les établissements organiseront des stages pendant les vacances, soit pour pouvoir changer de filière, soit pour un travail de remise à niveau. Tout élève peut bénéficier pendant toute sa scolarité dun tutorat. Ce tutorat est assuré par des enseignants dont les documentalistes, par des CPE volontaires. Chaque tuteur suit le même petit groupe délèves de la seconde à la terminale. Des plateformes numériques vont être mises en place afin que tous les élèves puissent accéder à linformation sur lorientation (site et numéro uniques).

23 2) Le rééquilibrage des filières. Les deux voies (générale et technologique) ainsi que les séries actuelles sont maintenues). Dans la voie générale, le tronc commun en première permet la constitution de classes réunissant les élèves de différentes séries ou la mise en place de groupes de compétences en Langues. - Le niveau en sciences de la terminale S est conforté. Dans la voie technologique, rénovation des filières technologiques STI et STL (les programmes datent de 1993) avec des places réservées pour les bacheliers technologiques en BTS, en IUT et dans des classes préparatoires spécifiques (forte demande de techniciens dans les domaines scientifiques et industriels). - Rénovation (sauvetage) de la série L, grâce à la création dun nouvel enseignement de langues et civilisations étrangères permettant une ouverture internationale, à lintroduction de disciplines nouvelles comme le droit, à la création dun enseignement culturel et artistique ouvrant sur les métiers des loisirs. - Dans les séries ES et L, un nouveau programme dhistoire-géographie, plus tourné vers la préparation aux études supérieures, est mis en place en terminale.

24 Cet accompagnement devra être inséré dans lemploi du temps et se fera à moyens constants. 3) Laccompagnement personnalisé pour tous les élèves. Notre système propose trop dheures de cours (1036h annuelles contre 921h dans les pays de lOCDE) et pas assez de plages de travail personnel. Les élèves de 2 nde disposeront donc de 2h daccompagnement pour du soutien, du perfectionnement ou de la préparation à lorientation. Cette mesure sera également mise en place en 1 ère en 2011 et en Tale en En seconde et en première, laccompagnement est organisé de manière transversale. En terminale, laccompagnement sappuie sur les enseignements spécifiques de la série.

25 4) Un plan durgence pour les Langues vivantes. Les épreuves du Bac seront réformées pour laisser plus de place à loral. On sappuiera sur des assistants de langue et la visioconférence. Les élèves seront regroupés par groupes de compétences. Certains enseignements disciplinaires en langue étrangère pourront se développer. Chaque lycée devra passer un partenariat avec un établissement à létranger et proposer des voyages à létranger pour tous les élèves.

26 5) Une place centrale pour la culture. Lhistoire des arts est introduite au lycée : un enseignement transversal dhistoire des arts sera introduit grâce à une réforme des programmes de Français, Histoire et Sciences ; il sera évalué au bac. Chaque lycée devra avoir : - un partenariat avec un établissement culturel local. Il devra nommer un enseignant « référant culture », - un ciné-club avec une salle équipée pour la projection (une plateforme développée par France Télévision mettra à disposition 200 films classiques utilisables en ce sens).

27 6) La conquête de lautonomie La mission essentielle du lycée est daider les jeunes à devenir des citoyens autonomes, capables dinitiatives et desprit critique, à comprendre leur environnement et à sy adapter. Lengagement associatif ou dans létablissement des élèves sera reconnu dans le livret de compétences et sera un « plus » pour laccès aux études supérieures (lâge légal de la prise de responsabilité associative sera abaissé de 18 à 16 ans). Les élèves pourront être associés à la gestion de certains aspects de la vie scolaire.

28 III° La mise en œuvre. 1) En seconde application de la réforme à la rentrée ) En première application de la réforme à la rentrée )En terminale application de la réforme à la rentrée 2012.

29 1) En seconde application de la réforme à la rentrée Objectif : redonner à cette classe sa vocation de classe de détermination. - 23h30 denseignements généraux qui approfondissent ceux du collège (Français, Mathématiques, Histoire-Géographie, Langues et EPS) - 5h00 pour que chaque élève construise son parcours 3h00 denseignements dexploration 2h00 daccompagnement personnalisé

30 EnseignementHoraires par élève aujourdhuiA la rentrée 2010 Français4 h 30 (dont 30 min de module)4h00 Histoire-géographie3 h 30 (dont 30 min de module)3h00 Langue vivante 13 h (dont 1 h de module) 5h30 Langue vivante 22 h 30 (dont 30 min en classe dédoublée) Mathématiques4 h (dont 1 h de module)4h00 Physique-chimie3 h 30 (dont 1 h 30 en classe dédoublée)3h00 Sciences de la vie et de la Terre2 h (dont 1 h 30 en classe dédoublée)1h30 Éducation physique et sportive2 h2h00 Éducation civique, juridique et sociale30 min en classe dédoublée30 min Total denseignements généraux 25h30 23h30 pour le tronc commun + 2h daccompagnement personnalisé Enseignements dexploration SES : 2 h 30 (dont 30 min en classe dédoublée) 1h30 SES et/ou 1h30 économie appliquée et gestion (EAG) Soit 28hSoit 28h30

31 Lenseignement dexploration - Un premier enseignement choisi par lélève parmi les enseignements déconomie (SES ou EAG). - un deuxième enseignement choisi par lélève parmi les autres enseignements ou lenseignement déconomie non pris en choix 1 Création et innovation technologiques ( voie technologique) Sciences de lingénieur ( voie technologique) Santé et social ( voie technologique) Biotechnologies ( voie technologique) Sciences et laboratoire ( voie technologique) Méthodes et pratiques scientifiques Littérature et société Création et activité artistiques. - Création et innovation technologiques ( voie technologique) - Sciences de lingénieur ( voie technologique) - Santé et social ( voie technologique) - Biotechnologies ( voie technologique) - Sciences et laboratoire ( voie technologique) - Méthodes et pratiques scientifiques - Littérature et société - Création et activité artistiques. Cas particuliers : Lélève peut choir de remplacer le second enseignement de détermination par LV3 ou Latin ou Grec ancien (108h). Lélève peut choisir deux enseignements dexploration parmi les cinq de la voie technologique en plus dun enseignement déconomie. Lélève peut choisir de remplacer les deux enseignements dexploration (108h) par EPS (180h), Arts de cirque (216h), Arts appliqués (216h). - Un deuxième enseignement choisi par lélève parmi les autres enseignements ou lenseignement déconomie non pris en choix 1

32 Les dédoublements : Horaire-élève = 28h30 + ECJS = 0h30 + Heures pour la constitution de groupes à effectif réduit = 10h Soit un total horaire/classe = 39h (identique à lhoraire actuel).

33 2) En première application de la réforme à la rentrée Objectif : la rendre plus générale pour que soit possible un changement de trajectoire. - 15h00 pour un tronc commun denseignements (Français, Histoire- Géographie, Langues, ECJS et EPS). - 8h30 à 10h00 denseignements de spécialisation selon la série - Des TPE - 2h00 daccompagnement personnalisé.

34 PremièreES 2009ES 2011S 2009S 2011L 2009L 2011 Français Hist-Géo LV LV EPS ECJS 0.5 Enseignement commun 15h Mathématiques Sc. Physiques 4.53 Sc. Exp. 1.5 SVT SES 55 Litt. française 02 Litt. étrangère 02 Enseignement obligatoire (LV3 ou1 ou 2 ou latin ou grec ou math…) Enseignements de spécialisation 9h3010h8h30 TPE Accompagnement personnalisé Total élève 28.5h27.5h28.5h28h26.5h Dédoublements 7 ( ECJS) 9 ( ECJS) 7 ( ECJS) Total horaire-professeur 34.5h37h33.5h

35 3)En terminale application de la réforme à la rentrée Objectif : le temps de la spécialisation en lien avec le projet détudes supérieures.

36 TerminaleES 2009ES 2011S 2009S 2011L 2009L 2010 Philosophie Hist-Géo 442.5(option 2h)44 LV LV Mathématiques Sc. Physiques 56 SVT 3.5 SES 65 Litt. française 42 Litt. étrangère 01.5 EPS ECJS 0.5 Spécialité Accompagnement personnalisé Total élève 26.5h27h28h 25.5h27h

37 ES Sciences sociales Economie approfondie Mathématiques S SVT Physique-chimie Informatique et sciences du numérique L Mathématiques (idem ES) Droit et grands enjeux du monde contemporain Langues vivantes et langues anciennes Arts Les enseignements de spécialité en terminale

38 Enseignements obligatoiresOptions ES 27h Enseignement au choix 1h30 Enseignements spécifiques 17h LV1 LV2 4h EPS 2h ECJS 0.5h Accompagne ment personnalisé 2h 1 ou 2 options au choix (3h ou 6h) S 28h Enseignement au choix 2h Enseignements spécifiques 17h30 L 27h Enseignement au choix 3h Enseignements spécifiques 15h30 Soit la nouvelle classe de terminale

39 4) Des remarques et des commentaires Les heures permettant les dédoublements par discipline sont maintenues sous réserve de la demi- heure dECJS qui reste individualisée, elles sont globalisées pour permettre la constitution de groupes à effectif réduit en fonction des besoins des élèves. Nécessité de constituer un conseil pédagogique qui définit un projet de cadre général des 2 heures daccompagnement personnalisé et des heures globalisées pour la constitution des groupes à effectifs réduits. Ce projet est validé par le Chef détablissement.

40

41 Première partie : Quest-ce que le socle Commun ? Deuxième partie : Lévaluation du socle Commun Troisième partie : Pistes de travail

42

43 - Un socle commun de connaissances, sur lequel le Haut Conseil de l'éducation donne ses préconisations. - Un contrat personnel de réussite - Des bourses au mérite heures de présence hors cours dont 60 heures minimum daide personnalisée pour les professeurs des écoles - Une suppression du deuxième enseignement de détermination en seconde - Un partenariat école-commissariat I° Le socle commun renvoie à un texte de Loi Loi dorientation et de programme pour lavenir de lécole (23 avril 2005, dite loi Fillon)

44 « La scolarité obligatoire doit au moins garantir à chaque élève les moyens nécessaires à l'acquisition d'un socle commun constitué d'un ensemble de connaissances et de compétences qu'il est indispensable de maîtriser pour accomplir avec succès sa scolarité, poursuivre sa formation, construire son avenir personnel et professionnel et réussir sa vie en société. »

45 Le socle commun sacquiert progressivement de lécole maternelle à la fin de la scolarité obligatoire. Il définit un contenu terminal mais on peut aller au delà. Il crée des ponts entre les disciplines pour donner du sens. Chaque compétence qui le constitue requiert la contribution de plusieurs disciplines et, réciproquement, une discipline contribue à lacquisition de plusieurs compétences. Dans ce cadre, les pratiques scolaires artistiques, culturelles et sportives y contribuent pleinement. À lécole et au collège, tous les enseignements et toutes les disciplines ont un rôle à jouer dans lacquisition du socle.

46 Connaissances fondamentales pour notre époque Chaque « compétence » est conçue comme une combinaison de : Attitudes indispensables tout au long de la vie : ouverture aux autres, goût pour la recherche de la vérité, respect de soi et dautrui, curiosité et créativité... Capacités à les mettre en œuvre dans des situations variées II° Le socle commun sarticule autour de compétences

47 1. la maîtrise de la langue française, 2. la pratique dune langue vivante étrangère, 3. les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique, 4. la maîtrise des techniques usuelles de linformation et de la communication (ce sont des outils), 5. la culture humaniste, 6. les compétences sociales et civiques : vivre en société; se préparer à sa vie de citoyen, 7. lautonomie et linitiative. Les sept compétences sont :

48 Le contenu du socle Connaissances Lélève doit maîtriser la langue française Le vocabulaire La grammaire Lorthographe Lire Écrire Sexprimer à loral Utiliser des outils Attitudes Développer une volonté de justesse dans lexpression écrite et orale Le goût des sonorités Lintérêt pour la lecture Louverture à la communication, au dialogue, au débat Capacités Lire Écrire Sexprimer à loral Utiliser des outils 1 - La maîtrise de la langue française

49 Connaissances Lélève doit sapproprier un code linguistique Posséder un vocabulaire Connaître des règles grammaticales Connaître des règles de prononciation Maîtriser lorthographe des mots Attitudes Lélève développe : Le désir de communiquer avec les étrangers dans leur langue, de lire un journal… Une ouverture desprit et la compréhension dautres façons de penser et dagir Capacités Utiliser la langue en maîtrisant les codes de relations sociales Comprendre un bref propos oral Se faire comprendre à loral et à lécrit Comprendre un texte écrit court et simple 2 - La pratique dune langue vivante étrangère

50 Connaissances Lélève doit connaître : La numération Les nombres Les 4 opérations Les techniques du calcul mental Les identités remarquables Gestion de données, fonctions La proportionnalité Les représentations usuelles Le repérage sur un axe Des notions de statistiques Des notions de probabilités La géométrie Des propriétés géométriques Les notions de parallèles… Les transformations Des théorèmes Grandeurs et mesures Les principales grandeurs Les mesures à laide dinstruments Capacités Lélève doit être capable de : Raisonner logiquement Communiquer Effectuer un calcul à la main, à la calculatrice, mentalement Manipuler les écritures fractionnaires Effectuer des tracés Utiliser et construire des tableaux… Utiliser des outils Traiter mathématiquement une situation de la vie courante Se repérer dans lespace Attitudes Lélève doit développer : La rigueur et la précision Le respect de la vérité rationnellement établie Le goût du raisonnement fondé sur des arguments dont la validité est à prouver 3a – Les principaux éléments de mathématiques

51 Connaissances Lélève doit avoir une représentation cohérente du monde reposant sur des connaissances. Amener lélève à connaître : Lunivers est structuré La terre est un objet du système solaire, présente des phénomènes dynamiques Les caractéristiques du vivant Les connaissances sur lhomme Capacités En développant les capacités inductives et déductives de lintelligence sous ses différentes formes. Amener lélève à être capable de : Pratiquer une démarche scientifique Manipuler et dexpérimenter en éprouvant la résistance du réel Exprimer et dexploiter les résultats dune mesure ou dune recherche Utiliser les techniques et les technologies pour surmonter des obstacles Attitudes Amener lélève à développer : Son sens de lobservation Sa curiosité de la découverte Son esprit critique Son intérêt pour les progrès scientifiques et techniques Sa conscience des implications éthiques de ces changements Lobservation des règles élémentaires de sécurité La responsabilité face à lenvironnement 3b – La culture scientifique et technologique

52 Connaissances Amener lélève à connaître : Les bases des techniques de la société de linformation Capacités Amener lélève à être capable de : Sapproprier un environnement informatique de travail Créer, produire, traiter, exploiter des données Communiquer, échanger Attitudes Amener lélève à développer : Une attitude critique et réfléchie vis-à-vis de linformation disponible Une attitude de responsabilité dans lutilisation des outils interactifs 4 – La maîtrise des techniques usuelles de linformation et de la communication

53 Connaissances Construction du sentiment dappartenance à la communauté des citoyens, aide à la formation dopinions raisonnées, aide à la construction de sa propre culture. Amener lélève à : Avoir des repères géographiques Avoir des repères historiques Être préparé à partager une culture européenne Comprendre lunité et la complexité du monde Capacités Amener lélève à être capable de : Lire et utiliser différents langages, en particulier les images Situer dans lespace un lieu ou un ensemble géographique, en utilisant des cartes à différentes échelles Faire la distinction entre produit de consommation culturel et œuvre dart Avoir une approche sensible de la réalité Mobiliser leurs connaissances pour donner du sens à lactualité Développer les valeurs humanistes et universelles du sport Attitudes Donner à lélève des références communes. Donner à chacun lenvie davoir une vie culturelle personnelle : Par la pratique dune activité culturelle, artistique ou physique Par la lecture, par la fréquentation des musées, par les spectacles (cinéma, théâtre, concerts et autres spectacles culturels) Cultiver une attitude de curiosité : Pour les productions artistiques, patrimoniales et contemporaines, françaises et étrangères Pour les autres pays du monde (histoire, civilisation, actualité) 5 – La culture humaniste

54 Mettre en place un véritable parcours civique de lélève : A partir de valeurs, de savoirs, de pratiques et de comportements Dans le but de favoriser une participation efficace et constructive à la vie sociale et professionnelle Pour exercer sa liberté en pleine conscience des droits dautrui En refusant la violence Amener les élèves à établir des différences entre : Les principes universels (les droits de lHomme) Les règles de lEtat de droit (la loi) Les usages sociaux (la civilité) Apprendre A vivre en société A se préparer à sa vie de citoyen 6 – Les compétences sociales et civiques

55 A – Autonomie De la personne humaine : échanger, agir en connaissance de cause. Lautonomie est une condition de la réussite scolaire, dune bonne orientation et de ladaptation aux évolutions de sa vie personnelle, professionnelle et sociale. B – Lesprit dinitiative Amener lélève à être capable de concevoir, de mettre en œuvre et de réaliser des projets individuels 7 – Lautonomie et linitiative

56

57 Maîtriser le socle commun, cest être capable de mobiliser ses acquis dans des tâches et des situations complexes à lécole puis dans la vie. L'évaluation permet d'apprécier les progrès de chaque élève dans l'acquisition du socle commun de connaissances et de compétences et de valider successivement chacun de ses paliers. Elle permet de prendre en compte les besoins des élèves. Un accompagnement adapté peut leur être proposé, dans le cadre des dispositifs existants. I° Le critère dacquistion du socle commun

58 En 3 ème / Palier 3, qui valide lensemble du socle commun par le Brevet des Collèges Cycle 2 (fin du CE1) / Palier 1 Cycle 3 (fin du CM2) / Palier 2 II° Lévaluation se fait en 3 paliers

59 Le Brevet des Collèges Le Contrôle continu En troisième a lieu la dernière validation des acquis des élèves pour les sept compétences du socle commun. En 2011, le diplôme national du brevet attestera de la maîtrise du socle.

60 Lévaluation lors du contrôle continue Lévaluation de la maîtrise progressive du socle implique un élargissement des critères dappréciation de la performance de lélève. Lévaluation ne repose pas sur le seul contrôle écrit : elle multiplie les angles dapproche et prend en compte différentes situations dapprentissage : il sagit de valoriser les prestations orales, le travail de groupe, les travaux personnels de recherche… Lélargissement des critères dappréciation de la performance de lélève

61 - Les notes obtenues lors des épreuves réalisées dans le cadre du DNB - Les notes obtenues lors du Contrôle Continu - Le Niveau Européen A2 - LHistoire des Arts - Le B2I Les critères de validation du Brevet des Collèges

62 Un contrôle en cours de scolarité, effectué tout au long de l'année en classe de troisième, permet la prise en compte de connaissances et compétences diverses des élèves dans toutes les disciplines. Sont également pris en compte les points supérieurs à la moyenne de 10 sur 20 obtenus dans l'enseignement optionnel facultatif : latin, grec, langue étrangère ou régionale, ou découverte professionnelle 3 heures. 1-Les notes obtenues lors du contrôle continu

63 - Les notes obtenues lors des épreuves réalisées dans le cadre du DNB Français (coefficient 2) Mathématiques (coefficient 2) Histoire-géographie-éducation civique (coefficient 2) 2-Les notes obtenues lors des épreuves réalisées dans le cadre du DNB

64 Dans toutes les disciplines et en diverses circonstances, les élèves recourent aux technologies de l'information et de la communication qui sont des outils au service des activités. L'obtention du B2i valide les compétences acquises au cours de ces activités. 3-Le B2I

65 Pour l'obtention du diplôme national du brevet, depuis la session 2008, la maîtrise du niveau A2 est exigée. Le mode d'évaluation choisi est celui du contrôle continu. Les langues vivantes étrangères constituent une des sept compétences du socle commun de connaissances et de compétences. 4- Le Niveau Européen A2

66 Cet enseignement sadresse à tous les élèves, il est porté par tous les enseignants qui choisissent un thème pour lannée et des approches différentes par trimestre (monstres et héros dans lantiquité) en lien avec leur programme. - Il offre à tous les élèves des situations de rencontre sensibles et réfléchies avec des œuvres relevant de différents domaines artistiques, de différentes époques et civilisations. - Il les amène à se construire une culture personnelle. -Il leur donne des éléments dinformation sur les métiers liés aux domaines des arts et de la culture. 5-Lhistoire des Arts

67

68 -En rajoutant des éléments -En revoyant les exigences à la baisse

69 Pour la prochaine réunion de concertation - Mettre en place une évaluation en contrôle continu conforme au socle commun -La transdisciplinarité, et particulièrement la mise en place de lHistoire des Arts


Télécharger ppt "Vendredi 22 janvier 2010 ½ Journée Pédagogique."

Présentations similaires


Annonces Google