La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La conscience littéraire Les enfants doivent pouvoir exprimer leur compréhension dun texte lu en trouvant un juste équilibre entre le respect quils doivent.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La conscience littéraire Les enfants doivent pouvoir exprimer leur compréhension dun texte lu en trouvant un juste équilibre entre le respect quils doivent."— Transcription de la présentation:

1 La conscience littéraire Les enfants doivent pouvoir exprimer leur compréhension dun texte lu en trouvant un juste équilibre entre le respect quils doivent au texte et à son auteur et la liberté dexpression et dinterprétation quils peuvent sautoriser.

2 Littérature et « envie de lire » Le plaisir lié à la lecture est essentiellement procuré par la littérature jeunesse (les « histoires ») et les activités qui y sont liées. Le plaisir : - Construit le fondement essentiel de lapprentissage de la lecture : lenvie de lire* ; * Lenfant entrera dautant plus volontiers dans la combinatoire quil saura pouvoir en retirer une satisfaction. - Est le meilleur ennemi de lillettrisme : les enfants qui aiment les livres, voudront et aimeront lire.

3 De lespace livres à lespace tables Une démarche applicable systématiquement Groupe classe dans le coin lecture Groupe restreint (ateliers de langage) Résolution en bi-/trinôme sur table Résolution individuelle (évaluation) Oral Ecrit Collectif Individuel A ce niveau, il est quasiment toujours inutile de préciser la consigne : les élèves connaissent parfaitement le principe de la tâche.

4 Un préalable : Les mises en réseaux Différentes entrées Thèmes (ex.: loups) plus ou moins précis (gentils / méchants). Auteurs et / ou illustrateurs Structures : répétitif, randonnée, mise en abîme… Types de livres : album, documentaire, chanson, poème… Types décrits : recette, article de journal, affiche, conte, lettre, poésie, chanson, documentaire… Types de textes : narratif, descriptif, argumentatif, informatif / explicatif, injonctif, dialogué, poétique, rhétorique… Attention : ne pas tomber dans le piège des séries (on ne lit que tel ou tel type pendant une semaine). Rappel : cest laltérité qui permet de construire le principe de similarité.

5 Programmation des lectures 1 er titre de la case = activité espace livresSouligné = poème / comptine ou chantItalique = documentaires / imagiersLangue étrangère Sept. - Oct. L On ne peut pas ! L'école (Bobos / Bonheurs) Les 100 premiers jours… Le pt chaperon rouge-1 Un loup ! La chenille qui fait… Pierre et le loup Maman ! Poème du chat Le loup et les 7 chevrx Loup, loup y-es tu ? Feuilles d'automne Les vacances de l'aplhabet 3 sorcières Zoo logique Melle Sauve-qui-peut Les maisons C. au long des rues Petit coeur La belle au bois dormant-1 Dans le noir What a raddish ! Mots récurrents du corpus M Moi j'adore, maman... Le loup et l'agneau Papa lapin Le garçon qui criait au loup Poucet le poussin Petit bleu et petit jaune Bonjour poussin La naissance Mon papa Le vent m'a pris La chèvre de M. Seguin Un chat est un chat Côté coeur Loup gris Victor et la sorcière Rouge rouge PCR Si tu aimes avoir peur Le bonh. de pain d'épice-2 Le nuage bleu Le lama Happy birthday école / maison livre papa / maman bébé J As-tu le permis ? Les 3 petits cochons Chhht ! Les poules de Caroline Lundi matin... Je suis comme ça ! Quel radis dis-donc ! Boucle d'Or et les 3 ours Le pt chaperon rouge-2 Le loup est revenu Des souris ds les oreilles Clown La chevrette qui savait... Dans le loup Pirouette cacahuète Moi, je n'ai peur de rien ! Les 3 loups Le pt chaperon rouge-3 Le masque H. Burdick #11 Le mouton loup / renard & autres animaux arbre / forêt V Moi j'adore, la maîtresse... Loup, y es-tu ? Rap de la rentrée Blanche Neige Poussin noir La vache Homme de couleur Loup Le roi, sa femme et... Une soupe au caillou Devinettes contes de fées Cracacha la sorcière Bonjour l'automne Hansel et Gretel-1 La lune Le bonh. de pain d'épice-1 Deux Le grand imagier Dans la forêt La soupe au caillou Caché dans ma boîte soleil / nuage lune / nuit petit(e) grand(e) Nov. - Déc. L Je suis revenu ! La toute petite dame Zig-Zag Les 3 petits loups et le gd méchant cochon Hansel et Gretel-2 Noël au zoo Peau d'âne-2 Le renard Le Noël du bois joli Petit gris C. des inséparables La princesse au pt pois-2 Le gentil pt loup Solipsisme Une histoire à 4 voix Chapeau rond rouge Un, deux et toi ! Un poisson est un poisson Docteur loup J'aime le vert The very hungry caterpillar moi / toi / roiNoël / zoo M Toi grand et moi petit Peau d'âne-1 Je suis comme ça ! La petite poule rousse Les maisons (doc) Zoo (Butor) Maman était pte avant... La princesse au pt pois-1 Qui suis-je ? La vérité sur l'affaire… Un tout pt coup de main J'aime le jaune Le petit lapin de Noël Un grand bol de lait Mon gd imagier d. animaux Drôle de Noël pr Mouska Les 3 ours (Rascal) Du coq à l'âne L'ogre, le loup la pte fille... Le loup sentimental Il est beau Compleaňos feliz Tout / toutou bonjour bon / non J Bon jour ! Bon soir ! Avant la télé Un loup génial L'alphabet zinzin Plouf ! Je suis perdu Une histoire sombre… Les chocottes 7 chansons pr le hérisson L'apprenti loup Au village des pères Noël Mimi va nager La petite souris Tremolo Si (Moreau) Les dix petits harengs H. Burdick #13 Un grand cerf La pêche à la queue 1 ers mots en image Si (Pierre Coran) ChiffresCouleurs primaires V Je suis là La belle au bois dormant-2 Loulou Le petit Poucet Le télévore La chasse à l'ours Les 3 ours (Barton) Mon 1 er livre d. transports Le tunnel Le loup rouge Je suis parti ! Le lapin Petit lapin rouge Ami-Ami Les machins qui roulent 3 tours de Renart L'Ogre (Douzou) Le hérisson Le déjeuner des loups Bonjour l'hiver L'oiseau bleu Codes structuresR : Répétitifs Jan. - Fév. L 10 chiens dans la vitrine Toujours rien ? Le poisson arc-en-ciel Bon appétit M. Renard J'ai froid Dans Paris Chien bleu Les crêpes Tt le monde a une maison Moi, ma gd-mère… Le coq qui voulait voyager Petite poule rousse & renard rusé Toutou dit tout Le diable des rochers Cendrillon-2 Flix Maisy goes swimming Petits mots Autres mots "fonctionnels" R+ : répétition cumulative M Plante John Chatterton d. Le courant d'air Comment c'était avant Neige Vingt voitures Toi grand et moi petit Lilas Le mot Mimi l'oreille Les animaux familiers Il y avait une fois (Ysac) Les deux maisons Où est le rectangle ? La cour couleurs La grenouille à grde b. La moufle Dans Paris, il y a... Chaf ! un / unedans R- : répétition soustractive J Dans la forêt profonde Je ne suis plus un bébé J'aime le rouge L'autruche auto- stoppeuse Cinquième Je vis la nuit Comment les girafes... Les deux goinfres Où sont les ronds ? Le roi et le roi Le chat botté La poule Les habits neufs de l'empereur Harris Burdick #10 Un pour l'escargot, dix pour le crabe Poupoule Little green mouse le / lasur / sous A : réécritures et allusions V Roule galette Les loups Dans les livres Les trois brigands La ferme J'aime le bleu Cendrillon-1 Le musée des couleurs Je vis dans la neige Patatras ! Deux grenouilles Où est le triangle ? Le grand sommeil Ma maman Ah bon ! La coccinelle mal lunée Libérez Lili Le chien les / desje suis / c'estP : point de vue Mars - Avr. L Moi je déteste, maman adore Sur les traces de maman Les 3 ours (Barton) Jean Toutou et Marie Pompon Le vilain petit canard Le zinz'imagier Je construis ma maison Le bonh. de pain... (Rowe) Gustave est un arbre Les animaux de l'eau Balthazar Bébé dauphin découvre... Alice au pays des merveilles Rendez-moi mes poux ! The bad-tempered ladybird de / duqui / que Z : zoom & mise en abîme M L'arbre à Kadabras Les trois cochons Mon papa Dents d'acier Papa loup A Paris sur un cheval gris Un beau livre Compère, vous mentez Mon poémier La voix de maman Harris Burdick #8 Le papillon Les deux arbres Les pierres de lune Ma vallée Le livre des peut-être Zum geburtstag viel glück au / enavant(0) : récit dans le récit J Le p'tit bonh. des bois Papa ! La fête Le petit chaperon noir L'arbre sans fin La ferme Le roi et la poule (et la…) La licorne Le soleil et la lune Je suis dans ma maison Non non non non Qui est au bout du fil ? La forêt des pas perdus Le hibou La petite poule rousse (Barton) Pas assez noir et / estcomme J : randonnée juxtapositive V Raoul Mon jardin, mon potager A papa La chaise bleue J'aime les pommes La naissance du dragon Au revoir, papa ! Le porc Dans la forêt vierge La maison de Matthias La fleur Le palefroi Tout change Elmer et les chasseurs Le boulanger ma / ta / sa mon / ton / son pour C : randonnée cumulative Mai - Juin L Qui tire la langue ? Mots de tête Tom Pouce Le démon de la forêt Tout en couleur Je vis dans un arbre mort Sables émouvants Les musiciens de Brême Les animaux sociaux La pêche Le livre disparu / créatures C. des sables Chloé l'araignée Lian Il y avait une fois La Salamandre Le loup et la mésange Dites donc, un poète Toi et moi petit ours Peut-on faire confiance à un crocodile affamé ? Billy se bile La légende du cerf- volant L'ogresse et les sept chevreaux Harris Burdick #3 The true story of the three little pigs M Pays sages Non, Titus, non ! Un sou est un sou La ligne d'horizon Camille la chenille Le tamanoir noir Le navet Dragon de feu Je te donne ce poème Disputes et chapeaux Jacques et le haricot... La Nature Le petit cheval vert Marcel la mauviette Etoile Les fonds de poche L'abeille La querelle Magasin zinzin Des poussins à la ferme Au petit bonheur la chance Marcel et Hugo L'Afrique de Zigomar Les lutins et le cordonnier Le colvert La pequeňa oruga glotona J Chasse au trésor Zoom Les insectes La nuit du gd mt loup Le réveil Non, je n'ai pas peur. Non, non C'est ma carotte ! Avec les orques Mon imagier chinois Le métro mais pas trop Le joueur de flûte de H. Le plus féroce des loups Ernesto Monsieur l'ogre et la rainette Du chat à la souris Le magasin de mon père Margot l'escargot Pourquoi le tigre ne grimpe pas aux arbres Le fermier La grenouille qui avait une grande bouche Linh Old Mc Donald V Cro-mignon Le plus féroce des loups Je vis dans le désert De la petite taupe… Harris Burdick #2 Le sanglier Non, je n'ai jamais mangé ça ! Les chasseurs Le cheval magique de Han Gan Le petit cochon têtu Les Animélos L'oiseau à miel La couturière Verdurette cherche un abri Les oiseaux Le tout petit os Petit aigle La tortue Mireille l'abeille Grodino Je voudrais être… Une ou deux bosses ? Petits haïkus des saisons Il faut programmer les lectures pour : - Satisfaire lexigence minimale de 2 lectures magistrales par jour ; - Équilibrer les types décrits proposés ; - Organiser dans le temps les mises en réseaux et activités associées.

6 Les mises en réseaux La méthodologie Soit les élèves perçoivent eux-mêmes les similitudes et effectuent eux-mêmes des rapprochements (« cest pareil que… » / « ça se répète comme… ») ; Soit lenseignant les provoque par simple exposition à un corpus. La seule observation suffit souvent à trouver un point commun ou un intrus…

7 Les mises en réseaux Le plus simple : les thèmes. Les loups, Les ogres, Les histoires de sorcières, LAfrique, les livres qui parlent du blé, etc. Les livres de lapin

8 Les mises en réseaux « Le personnage principal fait des rencontres » On peut initier un classement : « jai mis ces deux-là ensemble et ces trois-là ensemble, pourquoi ? » … mais lidéal est que les enfants fassent eux-mêmes ces constatations.

9 Les mises en réseaux Pour affiner les mises en réseaux… Le personnage principal fait des rencontres, mais dans ce livre là, ceux quil rencontre ne le suivent pas. Dans les trois autres, à chaque page, il y en a un de plus qui suit le personnage principal. Consigne : « il y en a un qui ne va pas avec les autres, pourquoi ? ». Feuilleter les livres si nécessaire.

10 Les mises en réseaux Pour affiner les mises en réseaux… Il y a toujours de plus en plus de personnages, mais dans ce livre-là, ils ne se déplacent pas. Ils ne suivent pas le personnage principal. Consigne : « il y en a un qui ne va pas avec les autres, pourquoi ? ». Feuilleter les livres si nécessaire.

11 Les mises en réseau Sur un type décrit (ex.: lalbum numérique) Lenfant découvre « les réseaux » tissés entre les livres. La Chevrette… est à la fois un album numérique et une randonnée cumulative.

12 Activité sur tables dérivée Groupe de langage, binôme, individuel Sur papier, en groupe ou individuellement, les élèves se voient proposer de classer des albums connus. Les livres à compterLes livres où les personnages se suivent Il y a de plus en plus de personnages DIFFERENCIATIONS Qualitative : -Plus ou moins de catégories ; -Plus ou moins de livres pouvant être classés dans plusieurs catégories ; -Les couvertures entières, seulement les titres, certains titres à écrire en se repérant sur les référents de classe ; -Plus ou moins de pièges (ex.: des photocopies de couverture dun album en plusieurs exemplaires alors quil nentre que dans une catégorie ou même aucune !) Quantitative : -Nombre dimages à placer / déjà placées.

13 Les mises en réseau Sur un type décrit Idem avec les imagiers, les documentaires… ATTENTION Il faut avoir espacer ces lectures dans sa programmation pour permettre aux élèves de constater des points communs et de faire des liens entre types décrits. Je sais ! Cest les livres avec les lettres de lalphabet à chaque page ! Ce sont des « abécédaires »

14 Les mises en réseau Sur un type décrit (ex.: le documentaire) Celui-là ne va pas avec les autres parce que ça ne raconte pas une histoire. Cest un livre qui explique des choses sur le renard (définition -à reformuler- du documentaire)

15 Les mises en réseaux Des réflexions de plus en plus fines Imaginez les remarques des élèves… Ce sont toutes des histoires de poule rousse. Il y a toujours les deux mots « poule » et « rousse » Toutes ces remarques sont recevables, doù la nécessité de bien définir ses objectifs et de sélectionner en conséquence le corpus proposé. Il y a quatre histoires qui ont exactement le même titre : La petite poule rousse Il y a des histoires qui racontent lhistoire du renard qui veut manger la poule et celles qui racontent la fabrication du pain.

16 Les mises en réseaux Elaborer des panneaux sur : - Des thèmes plus ou moins précis: les loups (gentils), les histoires dogre, - Les types d'écrits (conte, documentaire, imagier, abécédaire, livre à compter… plus ou moins) - Typologies de personnages, thèmes, auteurs - Structures : Répétitifs, cumulatifs, randonnée, réécritures, récits croisés… Toujours utiliser les mots des enfants dictés au maître, qui les reformulera si besoin. Ainsi, on naura jamais « Les albums de littérature jeunesse de randonnée cumulative » ni « les où yen a qui suivent le premier » mais, par exemple : « Les histoires où les personnages se suivent ». Pour pouvoir évoluer, ces mises en réseaux doivent être transmises dune classe à lautre, dune année sur lautre. Variante énonciative fonctionnant à loral et à lécrit

17 Mises en réseaux et montée en compétence Casser les implicites… Parfois certains critères de mise en réseau se superposent et se confondent (ex.: le thème du rêve et la structure du récit dans le récit). Il est donc nécessaire de casser ces fausses représentations en affinant les classements (ici, trouver un récit dans le récit qui ne soit pas un rêve). Ex.: les récits enchâssés de souvenirs…

18 Traces écrites et co-écriture De là, les traces produites peuvent être diverses sur la forme (affichages, intercalaires de classement, compte- rendu pour le cahier de vie, liste de lecture…). Sur le fond, on peut y associer les élèves. - PS : dictée à ladulte en atelier de langage - GS : écriture autonome durant laccueil (responsabilité). Les auteurs de laffiche peuvent la présenter aux autres (exposé).

19 Traces écrites et co-écriture Lévolution des affichages (ex.: la liste mensuelle des livres lus) PS MS GS septembre Septembre Titre Le petit chaperon rouge Un grand cerf La pomme Plouf ! Zoo Auteur Frères Grimm Martine Bourre GALLIMARD Philippe Corentin Anthony Browne Les livres de septembre Exemple de situation ritualisée dexploration des supports : « jai mis dans la boîte mystère limage dune histoire de loup, écrite par les frères Grimm, quon a lu au mois de septembre ». Démarche déductive (enfant récepteur) Démarche inductive (enfant producteur) Même principe mais en laissant les élèves poser des questions. Ex.: « est-ce quon la lu au mois de septembre ? » / « Y a-t-il le petit mot LE dans le titre ? » / etc.

20 La « présentation » dun livre Il ny a rien de pire quune lecture magistrale suivie dun questionnaire pour dégoûter les enfants des livres !!!! Les situations problèmes de lecture En réalité, il existe assez peu de situations problèmes où lon lit dabord intégralement le texte pour réfléchir après… La plupart du temps, en maternelle, on posera la problématique avant ou pendant la lecture. Ex.: présentation dune illustration.Ex.: lecture interrompue. La lecture magistrale qui suivra les réflexions des élèves viendra confirmer ou infirmer leurs hypothèses. Les élèves seront donc dautant plus attentifs quils auront un intérêt personnel à écouter : savoir si oui ou non, leur hypothèse (même silencieuse) est validée par le texte. Cest la première étape du « respect de lauteur » : « ai-je la même idée que lui ? ».

21 Lire ou ne pas lire… Lorsque la situation problème est proposée avant ou pendant la lecture, celle-ci nest donc pas effectuée de manière « habituelle » et « classique »… Le texte peut être mis en suspens, être lu partiellement, être juste initié, ne pas être lu, être découpé, être interrompu, être lu conjointement, être séquencé, être repris, être commencé par la fin, etc. TOUT EST POSSIBLE !!! Une lecture, une histoire peut être… Mise en suspens > deviner la fin pour lécrire (lecture le lendemain) ; Lue partiellement > proposer une fin validée par la lecture ; Initiée > la première page ou juste la première phrase pour enclencher le récit (ex.: il était une fois trois petits cochons qui…) ; Non lue > émettre des hypothèses suite à un simple feuilletage ; Lue conjointement > le PE lit une page sur deux : les élèves se chargent du reste (ex.: Lundi matin…) ; Commencée par la fin > par exemple en présentant le livre par sa 4ème de couverture, en le feuilletant à lenvers, en devinant le reste de lhistoire daprès l (les) illustration(s) de la chute / fin ; Séquencée > on découvre lhistoire (plus longue) par épisodes, une séquence nest pas dévoilée (voir la situation sur Petite poule rousse et renard rusé). Etc. etc. etc.

22 Emettre des hypothèses sur un récit Un album inconnu dun récit connu. Objectif : réactiver les différentes péripéties en utilisant les contraintes du récit sur la base des illustrations feuilletées. Cest le degré le plus simple démission dhypothèse. Puisque celles-ci sont immédiatement validées par les illustrations. Lobjectif est surtout de sapproprier le récit. Plusieurs variantes possibles selon le niveau des élèves : A. Seulement la couverture puis feuilletage. B. Lecture magistrale une page sur deux pour relancer les élèves. C. Couverture puis lecture de la première page puis feuilletage. D. Couverture puis lecture de la première phrase ou formule dintroduction (ex.: « Il était une fois… ») puis feuilletage.

23 Activité sur tables dérivée Groupe de langage, binôme, individuel Lindividualisation progressive de la tâche doit amener chaque élève à être capable de reformuler le récit. Pour cela, plusieurs approches sont possibles : - Compléter en dictée à ladulte un récit dont seules les illustrations sont placées (ex.: écrire le texte manquant sur un livret photocopié en atelier de langage). La mise en commun finale permet de comparer les versions des différents groupes pour en conserver les meilleures formules. - Remettre en ordre, en binôme ou seul, les illustrations dun récit connu aux péripéties bien ordonnées (ex.: les trois petits cochons) et justifier sa réponse par la restitution orale de ce récit. DIFFERENCIATIONS Qualitative : -Des péripéties déjà placées. -Certains événements sont narrés par le maître (en atelier de langage) pour initier et contextualiser lactivité dans le discours caractéristique du récit (ex.: « Il était une fois… » + passé simple / imparfait…). Quantitative : -Nombre dimages à placer / déjà placées

24 Emettre des hypothèses sur un récit connu à partir dune seule illustration dune version inconnue Bien choisir lillustration : il ne faut pas que cela soit évident ou cela naura aucun intérêt. La situation doit engendrer des doutes et des contradictions. Variante : dévoiler lillustration progressivement (ex.: dabord un détail).

25 Emettre des hypothèses sur un récit connu à partir dune illustration inconnue dun détournement Il est essentiel de casser les habitudes, les implicites du contrat didactique, et de surprendre les élèves… Hypothèse des enfants : « Cest Le petit chaperon rouge ». Un doute sinstalle après la présentation de limage en couleur… Après lecture magistrale (sans lire le titre) : « Ce nest pas le Petit Chaperon Rouge, mais une histoire qui y fait penser ». Comparaison des titres puis début de mises en réseaux sur les allusions et détournements de contes. Philippe Corentin, Mademoiselle Sauve-qui- peut, Lécole des loisirs

26 Emettre des hypothèses sur une partie du récit Sur la fin Dabord sans voir lillustration puis en la dévoilant.

27 Emettre des hypothèses sur une partie du récit Sur une page / un passage Passage censuré : deux pages non lues et dont les illustrations nont pas été montrées. Les élèves sont invités à émettre des hypothèses sur lévénement central / la péripétie majeure qui fait basculer lhistoire vers un « happy end »… Un indice peut leur être donné en cas de difficulté : « rappelez-moi ce que la poule avait dans son tablier au début de lhistoire ? »

28 Le temps de la lecture magistrale Elle valide ou invalide les hypothèses. Les enfants y sont donc particulièrement attentifs. Beaucoup plus que lorsquils nont rien à en tirer personnellement en termes de satisfaction, de compréhension, de défi relevé… Sur la forme, la lecture magistrale peut également être très variée (en montrant les illustrations, en les montrant après lecture page à page, en ne les montrant pas, ou seulement certaines…). Elle doit être préparée. Les techniques de lecture sont également indispensables pour faciliter pour tous laccès au sens du texte : - interprétation, intonation, théâtralisation ; - indications ou digressions lexicales ; - captation et observation de lauditoire.

29 Emettre des hypothèses sur une partie du récit Sur une suite… Cette réflexion peut être engagée en demandant aux élèves dimaginer une suite, ou en initiant la lecture de la première page de cette suite et, éventuellement, en feuilletant lalbum.

30 Le coup de téléphone, la lettre au personnage Distinguer narration et point de vue Cette activité prolonge le récit en demandant aux élèves dendosser le rôle dun des personnages. Ex.1: Tu es Boucle dOr et tu appelles les trois ours pour texcuser. Ex.2: Le petit chaperon rouge (de Grimm) reste en vacances chez sa grand-mère. Elle va écrire une lettre à sa maman pour lui raconter ses aventures. Lenfant est amené à réinvestir les éléments du récit en adoptant un point de vue différent de celui -classique- de narrateur (utilisation du « je ») Eventuellement, afin dexclure toute tentation de recours à un langage de connivence, on pourra installer un paravent empêchant le(s) récepteur(s) de voir lémetteur, ce dernier devant donc se faire comprendre avec des mots. Ex.: « jai cassé cette chaise-là » > « jai cassé la plus petite chaise ». Gestion des contraintes décriture de la lettre dans le cadre dune dictée à ladulte.

31 Le récit de point de vue (« je ») Percevoir les caractères énonciatifs du récit (qui raconte ?) Comme on peut le faire avec nimporte quel album, connu ou inconnu, on peut demander aux élèves de « raconter » une histoire écrite à la première personne. 1.Repérer - même démarche de mise en réseau : présenter ces livres et laisser les élèves trouver le point commun (relire la première page de chaque livre si besoin). 2.Poursuivre – interrompre une (re)lecture et laisser les élèves la terminer en respectant le « je ». 3.Créer un récit de point de vue à partir dune histoire écrite à la 3 ème personne (ex.: Les trois ours). 4.Transformer un récit de point de vue en histoire à la troisième personne en linitiant par « il était une fois… »

32 La bibliothèque de M. Linden Il l'avait prévenue pour le livre... Maintenant c'était trop tard. Les Mystères de Harris Burdick de Chris Van Allsburg Limagination sans validation… Le PE : Pourquoi la lumière est-elle allumée alors quelle dort ? Parce quelle a dû sendormir en lisant Cest quoi cette plante ? Est-ce quelle vous fait penser à quelque chose que vous connaissez ? On dirait La belle au bois dormant, quand la haie dépines pousse tout autour du château. Je vous lis le texte… NB : le questionnaire doit être préparé. Avant toute chose, il faut toujours inviter les élèves à décrire limage en attirant leur attention sur les détails importants. Il faut donner à tous les élèves le moyen démettre des hypothèses (ils ne sont pas tous à égalité en terme de prises dinformations : il faut donc éduquer leur regard). Le PE : « Que voyez-vous ? » Il y a une petite fille Que fait-elle ? Elle dort. Il y a une petite fille qui dort… où ? Elle dort dans son lit. Que voyez-vous dautre ? Il y a une lumière allumée et un livre ouvert à côté delle Cest tout ? Il y a des feuilles et des branches, on dirait quelles poussent sur le livre. Hypothèse de Mathilde (GS) : « elle a pris le livre, même si M. Linden lui avait dit de pas le prendre. Parce quelle est curieuse. Cest un livre magique de La Belle au bois dormant : quand on le lit, à la page de la haie dépines, si on se pique, on sendort pendant 100 ans ». Remarque qui témoigne dune très bonne culture littéraire !

33 Emettre des hypothèses sur le récit A partir dune illustration (ex.: P.S.) Illustration caractéristique dune version inconnue dun conte connu. Illustration très « lisible » Rappel : il faut prendre le temps de décrire ce que lon voit avant démettre des hypothèses.

34 Emettre des hypothèses sur le récit A partir dune illustration (ex.: G.S.) Illustration caractéristique dune version inconnue dun conte connu. « Sous les trois grands chênes, se trouve sa maison » Illustration plus résistante

35 Emettre des hypothèses sur le récit A partir dune illustration dun livre inconnu Il peut sagir de la couverture du livre, éventuellement avec son titre. Après la lecture dautres versions… Avantage du titre dévoilé : les élèves explorent lécrit pour valider leur hypothèse.

36 Emettre des hypothèses sur le récit A partir dune illustration prêtant à confusion Il sagit dexploiter la proximité entre plusieurs contes pour amener les élèves à appuyer leurs hypothèses de manière très argumentée, sur des détails de limage. Autres « histoires à ciseaux » : Ces situations amènent les élèves à produire des phrases complexes avec des constructions syntaxiques très articulées, par exemple : … alors que dans… Lobjectif est ici dargumenter sur un détail de lillustration qui tranche en faveur de lun ou lautre conte.

37 Emettre des hypothèses sur le récit A partir dune illustration prêtant à confusion De nombreuses proximités à travers les contes. Des carnivores repus : Le petit Chaperon rouge ou Le Loup et 7 chevreaux ? Une histoire de four : Jack et la femme de logre ou Gretel et la sorcière ? Des petits cailloux blancs : Poucet ou Hansel ? Un garçon sous une table : Poucet ou le chat botté ? Un puits : Plouf !, Le loup et les 7 chevreaux, Le renard et le bouc ou le Roman de Renart ? etc. etc. etc.

38 Emettre des hypothèses sur le livre A partir dun titre (long) ou dun extrait Après la (les) (re)lecture(s) récente(s) dUn chat est un chat, Le masque, Un poisson est un poisson, etc. on annonce le titre Le chien qui voulait être un chat (sans lire lhistoire) en demandant aux élèves dimaginer ce quil va sy passer. Puis on feuillète lalbum… Ex.: Cela donnera lieu à une nouvelle mise en réseau thématique : « les animaux qui voudraient être un autre animal mais qui ny arrivent pas ».


Télécharger ppt "La conscience littéraire Les enfants doivent pouvoir exprimer leur compréhension dun texte lu en trouvant un juste équilibre entre le respect quils doivent."

Présentations similaires


Annonces Google