La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

FONDATION ROI BAUDOUIN INFRASTRUCTURES POUR LES PERSONNES SOUFFRANT DUNE DEMENCE Synthèse comparative des 3 Régions M. YLIEFF, G. SQUELARD, C. VAN AUDENHOVE,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "FONDATION ROI BAUDOUIN INFRASTRUCTURES POUR LES PERSONNES SOUFFRANT DUNE DEMENCE Synthèse comparative des 3 Régions M. YLIEFF, G. SQUELARD, C. VAN AUDENHOVE,"— Transcription de la présentation:

1 FONDATION ROI BAUDOUIN INFRASTRUCTURES POUR LES PERSONNES SOUFFRANT DUNE DEMENCE Synthèse comparative des 3 Régions M. YLIEFF, G. SQUELARD, C. VAN AUDENHOVE, N. SPRUYTE, A. DECLERCQ, E. DETROYER QUALIDEM- QUALIDEM-ULg et LUCAS-KULeuven

2 INTRODUCTION Depuis 1982, restructuration et adaptation du secteur social et sanitaire pour assurer la continuité des soins à long terme et la prise en charge des personnes âgées dépendantes. Infrastructures extramurales (dispositif proximité): offre au niveau moyenne européenne; structures de coordination horizontale et verticale; centration sur dépendance physique, prise en charge spécifique pour personnes démentes en développement. Infrastructures trans- et intramurales (dispositif institutionnel): offre supérieure moyenne européenne; services hospitaliers spécialisés (gériatrie, psychogériatrie, hôpital de jour gériatrique); lits médicalisés en maisons de repos (MR et MRS); équipe pluridisciplinaire; unités daccueil spécifiques. Couverture financière: financement par lAssurance maladie des soins liés à la dépendance (forfaits Katz): = ASSURANCE DEPENDANCE IMPLICITE ! : moratoire sur nombre de lits hospitaliers et en maison de repos 3 Protocoles daccord interministériels: développement des infrastructures transmurales (de répit) et reconversion de lits MR en lits MRS Mesures législatives sur le secteur des soins formels et plus rarement sur celui des soins informels; pas encore de politique globale concernant les aidants familiaux.

3 I - INFRASTRUCTURES EXTRAMURALES Région flamande: DvG, Diensten centra, CAW, TvT, SITs/GDTs = + liberté de choix et - de coordination: Régions wallonne et bruxelloise: SAFPA, SSI, CCSSD, SISD = - liberté de choix et + de coordination; Région flamande: Expertisecentra dementie = information, sensibilisation, conseil, soutien, valorisation des compétences, concepts et méthodes de soins, …. Régions wallonne et bruxelloise: fonction de «référent démence» dans CCSSD avec missions similaires + cliniques de la mémoire, services hospitaliers (G, HJG, Sp6) + associations famille. Garde à domicile: depuis longtemps en Région flamande (47 services); mise en place progressive en Région wallonne dans le cadre des CCSSD (2004). Services de santé mentale : les « grands absents » du système daide et de soins aux PA (5% à 10% des usagers); en Région wallonne subvention dinitiatives spécifiques avec activités de première et de seconde ligne (depuis 2003). Associations de famille (Ligues Alzheimer, …. ): dans les 3 Régions

4 II - INFRASTRUCTURES TRANSMURALES 1. Centres daccueil de jour, centres de jour (CAJ/CJ/DC) en Région wallonne (financement de 5 euros/j/utilisateur) et bruxelloise, personnes démentes: 20% à 30%; 2. Centres de soins de jour (CSJ/DVC) financement INAMI (forfait F); offre nettement plus importante en Région flamande personnes démentes: 20% à 50%. 3. Centres de court-séjour et accueil de nuit (CCS/CVK) Lits agréés dans les Régions flamande et wallonne, pas dans la Région bruxelloise, financement INAMI (personnes démentes: 20% à 50%). Accueil de nuit essentiellement en Région flamande (16 institutions), 3 projets-pilote en Région wallonne ( ).

5 III - INFRASTRUCTURES INTRAMURALES PERMANENTES 1. Lits MR et MRS en maisons de repos Dans les 3 Régions: lits MR/MRS proches de la programmation moratoire; Proportion de lits MRS plus élevée en Région flamande et « files dattente » plus importante; entre 40% et 45% de personnes souffrant dune démence, taux plus élevé en MRS quen MR; 2. Unités daccueil spécifique Région wallonne: normes dagrément (1998), propositions de programmation (2005); Région flamande : développement du projet « kleinschalig genormaliseerd wonen » Nombreux lits « déments » sans agrément, prise en charge très variable. 3. Lits maison de soins psychiatriques (MSP) financement des soins par lINAMI; nombre de lits supérieur à programmation (surtout en Région flamande); taux faible de personnes souffrant dune démence (10 à 15%)

6 III - INFRASTRUCTURES INTRAMURALES PERMANENTES 3. Coût de lhébergement en maison de repos Moins élevé en Région wallonne (contrôle de laugmentation du coût); Coût du secteur privé associatif supérieur à celui des secteurs privé commercial et public; Addition de suppléments au coût global mensuel; Augmentation annuelle des coûts; Incidence de linflation pour 2008 ??

7 IV - INFRASTRUCTURES INTRAMURALES TEMPORAIRES 1. Cliniques de la mémoire (CM), hôpitaux de jour gériatriques (HJG) et psychogériatriques (HJP) CM: plus développées en Régions wallonne et bruxelloise mais pas de financement spécifique; Projets-pilote HJG dans les 3 Régions (2006): un seul HJP en Région wallonne.

8 IV - INFRASTRUCTURES INTRAMURALES TEMPORAIRES 2. Services de gériatrie (G), spécialisé neurologie (Sp3), chronique (Sp5), psychogériatrique (Sp6) et vieillards psychiatriques (Vp); Nombre de lits souvent inférieur à la programmation dans les 3 Régions; Lits G: ± 40% de personnes âgées avec des troubles cognitifs; Lits Sp6: en hôpital général et en hôpital psychiatrique; proportion plus importante en Région wallonne; ± 66% de personnes démentes; Lits Sp3 et Sp5: 25% à 30% de personnes démentes Lits Vp: en hôpital psychiatrique (essentiellement en Région flamande); patients psychotiques âgés avec troubles démentiels détiologie variable;

9 CONCLUSIONS 1. Infrastructures extramurales Régies par autorités régionales: offre de services similaire mais structuration et organisation différentes avec avantages et inconvénients; Accessibilité et diversification de loffre déterminées par des paramètres historiques, culturels, financiers mais aussi des conditions géographiques et démographiques; Problématiques: coordination, prise en charge des personnes souffrant dune démence et des aidants familiaux; 2. Infrastructures transmurales Stimulation de leur développement ; Services de répit = qualité de la prise en charge au domicile, diminution du fardeau objectif et subjectif, éviter ou retarder linstitutionnalisation ;

10 CONCLUSIONS 3. Infrastructures intramurales permanentes Reconversion en lits MRS = amélioration qualitative de loffre; Unités spécifiques = diversification de loffre; Augmentation constante des coûts = inquiétude croissante. 4. Infrastructures intramurales temporaires Mise en œuvre du programme de soins gériatriques; Création des hôpitaux de jour gériatriques (HJG); Démarche diagnostique multidisciplinaire, traitements curatifs et de revalidation; Plan de soins, coordination interne et externe pour éviter, postposer ou raccourcir lhospitalisation


Télécharger ppt "FONDATION ROI BAUDOUIN INFRASTRUCTURES POUR LES PERSONNES SOUFFRANT DUNE DEMENCE Synthèse comparative des 3 Régions M. YLIEFF, G. SQUELARD, C. VAN AUDENHOVE,"

Présentations similaires


Annonces Google