La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

De Marollen (Les Marolles). Vieux marché, place du Jeu de Balle. En bruxellois: « dAa mèt op t Vosseplaain » ! Il faut toujours se méfier des vieilles.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "De Marollen (Les Marolles). Vieux marché, place du Jeu de Balle. En bruxellois: « dAa mèt op t Vosseplaain » ! Il faut toujours se méfier des vieilles."— Transcription de la présentation:

1 De Marollen (Les Marolles)

2 Vieux marché, place du Jeu de Balle. En bruxellois: « dAa mèt op t Vosseplaain » ! Il faut toujours se méfier des vieilles croûtes qui traînent dans un coin sombre de la maison. Elles peuvent se révéler être dinestimable chef- doeuvre, voire réveiller de bien mystérieux secrets.

3 Jardin d'enfants, 40 rue Saint-Ghislain Victor Horta réaliisa ce jardin d'enfants pour la Ville de Bruxelles en La lumière y est omniprésente, en témoigne le préau vitré à la fine charpente métallique. Sa rénovation récente en fait un des hauts lieux de l'Art Nouveau dans le quartier des Marolles.

4 Au 18ème siècle, cette ruelle se nommait passage de l'Eglise, parce qu'elle menait à ce sanctuaire par un couloir extrêmement étroit entre deux profondes maisons de la rue Haute. En bruxellois: « d Huugstroet » ! En 1851, comme il y avait plusieurs rues de l'Eglise à Bruxelles, la ruelle devint rue du Temple. En 1856, on l'élargit, mais vraiment de très peu...

5 Il est bien connu qu'on ne prête qu'au riche. Et pourtant, blotti au coeur de Bruxelles, à deux pas du Sablon En bruxellois: « de Zoevel » ! et du Palais de Justice, un grand bâtiment abrite une institution publique qui s'évertue depuis 1618 à contredire ce célèbre dicton. En effet, au début du 17ème siècle la misère était partout, la bienfaisance publique quasi inexistante ou très mal organisée et les usuriers qui ont fui l'Italie où les Monts-de-Piété se sont développés, envahirent petit à petit nos régions.

6 La Rue Notre-Seigneur En bruxellois: « Ons Hierstroet » ! devrait son nom au fait qu'un habitant « Jan Ghuys » de la rue joua en 1442, un jour de vendredi saint, le rôle du Christ dans le cortège de la passion.

7 Le batiment avec le balcon c'était l'Institut Saint Vincent de Paul au 140 rue Haute. Dans les années 20 ma maman y allait à l'école primaire. L'entrée était rue des Minimes pour les externes.Du côté de la rue Haute il y avait un internat pour filles. Je me rappelle dans les années 60 que de ma fenêtre j'ai souvent vu passer ces jeunes filles en rang, en uniforme accompagnées des religeuses qui à l'époque avaient encore leurs longues robes bleues et leurs cornettes. A l'institut les gens du quartier pouvaient également y aller pour des soins. Personnellement j'y suis allée pour des piqures. La religieuse était très gentille mais quesqu'elle m'a fait mal.

8 Depuis le 26 juin 2002, le haut et le bas de la ville sont enfin reliés par un ascenseur (coût: 2 millions d'euros). Son utilisation est entièrement automatisée et gratuite pour tous les utilisateurs, sept jours sur sept, de 06:00 à 23:00 h. L'ascenseur possède deux cabines aux larges baies vitrées, d'une capacité maximale de 16 personnes qui sont également accessibles aux vélos et aux personnes à mobilité réduite. Des caméras de surveillance sont en communication avec le dispatching de la STIB qui assume la gestion de ce "bus vertical". Le dénivelé de 20 mètres est franchi en 30 secondes.

9 Au 139, subsiste la prestigieuse entrée des anciennes usines Jacqmotte. Le complexe a fait l'objet d'une vaste opération de réhabilitation à l'initiative de l'architecte Jaspers. De nos jours, l'immeuble est occupé notamment par la banque Triodos, la société Donaldson, GV/Company et par l'architecte M.Jaspers & Partners.

10 Un chapelier rue Haute, coin de la rue de lÉpée. En bruxellois « Sweertstroet » ! Le magasin Miggerode était un des plus vieux magasin de la rue Haute. On y vendait uniquement des casquettes et des chapeaux. Tout le quartier y achetait sa casquette. Dans ce magasin il y avait un choix énorme. Les rayons allaient presque jusqu'au plafond. Et je me souviens que le patron avait toujours un Borsalino sur la tête. Je crois qu'il est resté dans son commerce. Il n'avait pas loin de 80 ans. Comme la mode avait changé ce genre d'article ne se vendait plus trop.

11 Avant la construction du Palais de Justice, cette rue était plus longue d'environ 200 m. Ce tronçon, qui ne faisait partie de la rue des Minimes que depuis 1853 s'appelait auparavant rue des Marolles. En cette même année, le Conseil communal avait d'ailleurs incorporé un autre tronçon encore, la rue des Feuilles, traduction française saugrenue du nom d'un de ses premiers habitants, Messire Jean Blaers, d'où Blaerstraete. Quant à la rue des Minimes originelle, elle est plus ancienne que son nom, car ce n'est qu'en 1616 que les Frères Minimes d'Anderlecht s'établirent à Bruxelles. Avant d'être dédiée aux Minimes, la rue a sans doute eu plusieurs noms, dont un, cité dans un document de 1374, qui était Super Zabulum quo iter versus Obbruxellam (Par où on va du Sablon à Saint- Gilles...).

12 Palais de Justice Construit entre 1866 et 1883 par l'architecte Poelaert. « Schieve architect !», grande insulte Marolliènne à ladresse de Poelaert car pour la construction du Palais une grande partie des Marolles a été démolie. Linsulte persiste toujours. Majestueux symbole de la puissance de la justice, la plus gigantesque construction érigée au 19è s. en Occident. Superficie de m², 27 salles d'audience, 245 salles... Inspiration du style classique greco-romain.

13 Surplombée d'une coupole grandiose s'élevant à 100 m du sol, les galeries du premier étage, panorama (de la terrasse) sur la ville basse et sur le quartier des Marolles Palais de Justice

14 Autres insultes bruxelloises! A vous de traduire


Télécharger ppt "De Marollen (Les Marolles). Vieux marché, place du Jeu de Balle. En bruxellois: « dAa mèt op t Vosseplaain » ! Il faut toujours se méfier des vieilles."

Présentations similaires


Annonces Google