La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

2 La confluence dans les groupes de travail Groupe de recherche Document de travail Lille, le dimanche 17 mars 2013 « Au cœur des groupes » Pierre-Jacques.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "2 La confluence dans les groupes de travail Groupe de recherche Document de travail Lille, le dimanche 17 mars 2013 « Au cœur des groupes » Pierre-Jacques."— Transcription de la présentation:

1 2 La confluence dans les groupes de travail Groupe de recherche Document de travail Lille, le dimanche 17 mars 2013 « Au cœur des groupes » Pierre-Jacques Barthe Elisabetta Caldera Bernard Elyn Claudia Gaulé Jean-François Gravouil Anne-Lise Seltzer 0

2 2 Introduction Les différents types de groupe de travail dans lentreprise Choix dune problématique Définitions et repérage de la confluence Quelques levier à mobiliser Enjeux identifiés dans les groupes de travail Biographies Sommaire Dimanche 17 mars 2013Groupe de recherche époké1

3 Les types de groupes dans lentreprise (1/2) TypeDéfinition / spécificitésBut Equipe : Groupe hiérarchiqueGouvernance de lentreprise A chaque niveau dorganisation (Codir., établissement, usines, Directions, BE….) Fréquence : régulière rapprochée et pérenne Organiser lactivité, prise de décision, pilotage et mise en œuvre dactivité Groupe de travail / transverse / projet Inter-services, Inter-Directions, Groupes de Pairs Fréquence et modalités adaptables, temporaire Résoudre un problème, une crise (urgence), faire évoluer une situation, transformer une organisation Création dun nouveau produit, innovation Groupe professionnelPairs, experts, communauté métier, communauté managériale, filière professionnelle Fréquence : régulière, pérenne Montée en compétences, apprentissage, échanges bonnes pratiques, conférence, codéveloppement, mentoring,… Dimanche 17 mars 2013Groupe de recherche époké2

4 Les types de groupes dans lentreprise (2/2) TypeDéfinition / spécificitésBut Groupe institutionnel RHDans le cadre de la gestion des RH : formation, recrutement, intégration, promotion, gestion des potentiels, … Favoriser ladhésion à lentreprise, fidélisation, développer les compétences stratégiques Groupe institutionnel « hors métier » Reconnus par linstitution hors métier sur des thèmes divers : genre, défense des intérêts personnels, inter-culturels,… Reconnaissance Adhésion entreprise Lutte discrimination Entreprise « Responsable » RPS Groupe informel (réseau informel) Réunis en dehors de linstitution et à linitiative propre des personnes partageant un intérêt commun sans lien direct avec le métier exercé : sport, culture, religion, hobbies, … Développer lappartenance Répondre à un besoin identitaire Echange, partage Dimanche 17 mars 2013Groupe de recherche époké3

5 Le groupe de recherche époké Constitution du groupe : hétérogénéité des métiers (psy, consultants, acteurs internes de lentreprise) et cadres de référence multiples (sociologie des organisations, intervention systémique et gestalt) 6 réunions dune demi-journée dans lannée au service dépoké, du groupe de recherche et de ses membres la ligne qui a émergée lors de la première réunion : « quest-ce que cest un groupe de travail qui marche » ? Émergence de la problématique traitée par le groupe de recherche Notre groupe, aux vues des enjeux identifiés dans les groupes de différentes natures (groupes de travail, groupes de thérapie, groupes de résolution de problèmes, etc.) a privilégié les thèmes suivants : la confluence (au sens de la fusion des personnes) qui fait lobjet de cette présentation linterculturel, dont nous navons pas prévu de parler aujourdhui. Ces deux thèmes faisaient écho à nos intérêts à tous car ils étaient perçus comme au cœur des problématiques opérationnelles des organisations : la thématique de la reproduction vs linnovation, celle de linterculturel - dans toutes ses acceptions : âges, nationalités, cultures professionnelles, genre, diversité.... Deux thèmes qui sont également reliés directement à un questionnement sur lefficacité dun groupe : quest ce qui va favoriser ou non sa production, la création dune production, etc. Explicitation de la problématique retenue : Toute situation groupale est productrice dangoisse et dexcitation chez les individus, liées à des enjeux narcissiques et des pressions existentielles. Ce fonctionnement psychosociologique en groupe ne peut être ignoré si lon veut que celui-ci soit constructif pour les personnes et pour la production elle-même. Ces angoisses peuvent conduire aux modes de régulation que sont la confluence et légotisme, disparition ou rigidification de la frontière contact, et donc altérer la créativité du groupe. Lentreprise est légitime à soccuper de ces enjeux psycho-sociologiques ; cest à dire à chercher comment recréer des conditions de confluence saine, condition de la créativité en groupe. Dimanche 17 mars 2013Groupe de recherche époké4

6 Définitions de la confluence (1/2) « La confluence, cest létat de non-contact (absence de frontière du self), bien que dautres interactions importantes continuent à se produire : par exemple, le fonctionnement physiologique, la stimulation environnementale, etc. Nous avons vu que la séquelle du contact, lassimilation, se faisait avec une diminution de la présence du self et que toutes les habitudes et connaissances étaient confluentes. La distinction entre la confluence saine et la confluence névrotique, cest que la première est potentiellement sujette à contact (souvenir accessible), tandis que la seconde nest plus susceptible dêtre contactée à cause du refoulement. Il est évident, pourtant, que dimmenses aires de confluence relativement permanente sont indispensables pour servir de fond inconscient aux fonds conscients de lexpérience. Nous sommes confluents avec tout ce dont nous dépendons fondamentalement, irrémédiablement, et sans problème : lorsquil ny a pas de besoin ou de possibilité de changement. Lenfant est en confluence avec sa famille, un adulte avec sa communauté, un homme avec lunivers. Si lon est forcé de prendre conscience de ces bases ultimes de sécurité, tout sécroule et langoisse ressentie est métaphysique. » (PERLS, HEFFERLINE, GOODMAN, Gestalt thérapie, Vers une théorie du Self: nouveauté, excitation, croissance, 1951). Perls et Goodman, insistent sur la présence dimmenses aires de confluences indispensables : Lenfant avec sa famille, ladulte avec sa communauté, lhomme avec lunivers… Il est important de mettre laccent sur la nécessité de ces aires de confluence qui sont présentes dans tout processus de contact, car elle sont les arrières plans indispensables de la construction dune figure de contact. Ces arrières plans sont essentiels, car ces aires de confluence sont en quelque sorte la base contenante de lidentité du sujet. Perls et Goodman énoncent dailleurs que se sont des bases ultimes de sécurité. Dimanche 17 mars 2013Groupe de recherche époké5

7 Définitions de la confluence (2/2) Noël Salathé défini trois types de confluence qui entravent le bon déploiement du self : Confluence 1 : Celle qui consiste à refuser de sortir du retrait, de rester dans un état indifférencié où la frontière contact est peu perçue, où il ny a pas de représentation nette de ce qui est moi et non-moi. Confluence 2 : Celle qui consiste à la mise en conformité de son désir avec celui de lautre, il y a confusion des désirs. Confluence 3 : Celle qui amène à refuser la séparation, à refuser de lâcher prise, et à de clore après laccomplissement. (SALATHE N.K., Psychothérapie existentielle, IPGE, Genève, 1995) Pour Gilles Delisle, la confluence est un processus par lequel la frontière-contact est niée et qui se répercute sur le processus dintériorisation. Lexpérience de contact étant absente ou très affaiblie, la personne se trouve incapable de différencier le Self et lenvironnement. En outre, dans la fonction personnalité, la MRC est telle que les représentations de Soi et les représentations de lAutre se confondent. La fonction Je est dautant moins capable de bien jouer son rôle. (G. Delisle, La relation dobjet en Gestalt thérapie, Ottawa, 1998) Francis Vanoye évoque quant à lui la confluence comme une résistance au contact, faisant disparaître provisoirement la frontière-contact par un phénomène de fusion et empêche ainsi quil y ait rapprochement de deux éléments séparés. La confluence, selon lui est un état où je ne perçois plus la limite entre ce qui est moi et ce qui nest pas moi. Je suis en confluence avec mes introjects, puisque je néprouve pas de limite, en ce qui les concerne, entre ce qui mappartient et ce qui ne mappartient pas. Je suis en confluence avec ma langue, je parle le français avec fluidité dans la vie quotidienne, joublie que la langue est un acquis (…) La confluence est une étape, un moment, mais si jy demeure, si je my accroche, je perds mon identité et je ne vois plus lautre. Les grands phénomènes de foule sont des phénomènes de confluence, de transe collective (…) Les sectes cultivent la confluence (…) Lexpérience esthétique, lorsquelle est intense, est une expérience de confluence. Sthendal a si bien parlé de ces instants de vertige qui pouvaient le saisir devant un tableau… La confluence manifeste une résistance à se (re) différencier (de lautre, dun milieu), à revenir à soi, séparé, à retrouver sa solitude. (Vanoye F, La gestalt, thérapie du mouvement, Paris, 2005) Dimanche 17 mars 2013Groupe de recherche époké6

8 Leviers à mobiliser (1/2) Soccuper de lémergence du sujet dans le groupe Prendre le temps de faire connaissance « différemment» Résister à la pression de lopérationnel et ralentir des éventuels précipitations, « savoir perdre du temps » ( LEmile, J. J. Rousseau) Donner à voir de lêtre, par des exercices dinclusion, des changements de lieu, pas tant pour le changement que pour échanger de lintime (cest mon lieu, etc. ) Progresser en crescendo dans la construction de lintimité (progression des propositions de dévoilement) directement proportionnel à la consolidation de la sécurité dans le groupe Créer des moments ludiques afin de permettre des échanges créatifs, avec lobjectif de mettre en lumière le potentiel créatif des sujets et par conséquent du groupe Proposer des expériences qui associent sécurité ET prise de risque Proposer des temps de régulation au groupe et expliquer lintérêt de tels dispositifs Dimanche 17 mars 2013Groupe de recherche époké7

9 Leviers à mobiliser (2/2) Soccuper de lémergence du groupe comme organisme dans son environnement institutionnel Renforcer la légitimité du groupe par son inscription dans un cadre institutionnel Inscrire le groupe dans un temps institutionnel et qui a un terme Trouver une production attendue par linstitution, qui permette de tenir le groupe Soccuper des enjeux de reconnaissance institutionnelle Identifier les frontières contact actives entre le groupe et linstitution, notamment les enjeux de loyauté et de subversion à celle-ci, lœuvre dans le fonctionnement du groupe Lémergence du groupe en tant que tel dans lenvironnement organisationnel nest pas évident. La résolution des problèmes par le groupe remet naturellement en cause le fonctionnement de linstitution qui va produire des effets de confluence dans le fonctionnement de ce dernier (via des rappels vigoureux des règles de reporting, des objectifs fixés, des attentes en matière de performance déquipe, etc.) Deux stratégies de renoncement apparaissent au sein du groupe : excès de loyauté à linstitution, ou transgression des objectifs et subversion. Proposer des dispositifs de régulation des tensions au sein du groupe et entre le groupe et linstitution Par linvitation des responsables institutionnels au sein du groupe Par lexplicitation des phénomènes à lœuvre et lengagement dans un positionnement explicite Dimanche 17 mars 2013Groupe de recherche époké8

10 Cadre - Construire la sécurité - Mode de fonctionnement et moyens de fonctionnement - Partager la commande et/ou la finalité - Temporalité dun travail de groupe - Sens et objectif, clarté de la commande Produire du groupe - Soccuper de linterne ou soccuper de lexterne - Consience du groupe dêtre groupe - Cohésion du groupe - Oser se nommer groupe sans attendre la décision institutionnelle - Quel plaisir de produire en groupe ou de faire groupe Affect, intimité et corps - Quel dévoilement de soi-même Place - Place de lanimateur - inclusion ou exclusion du groupe - Place du commanditaire - Légitimité des participants : comment la traiter - La fixité des places dans la groupe, combats de place - Contour du groupe, qui est dedans, dehors ConfluenceMulticulturel - Le mélange des nationalités - La question des cultures dentreprise Créativité - Comment rendre un groupe créatif - Comment soutenir la créativité sans destructurer le groupe Pouvoir - Un leader qui prend les décisions - Une véritable co-construction à partir de désirs individuels - Faire ensemble ou navoir que des héros Langage - Partager un langage commun - Communication - Construire un langage commun Dimanche 17 mars 2013Groupe de recherche époké9

11 Biographies Pierre-Jacques Barthe : Développement RH et Coach Pierre-Jacques est en charge du développement RH dune entité du Groupe PSA Peugeot-Citroën et coach interne. Il accompagne des cadres confrontés à des phases critiques de leur carrière et des équipes, notamment dans des projets multi-culturels (Joint venture, coopération), en sappuyant sur une approche systémique. En 2010, il créé en parallèle sa propre activité Frames-Ressources. Membre titulaire de lEMCC-France, il contribue activement à des projets de coaching solidaire. Elisabetta Caldera : co-animatrice du groupe de recherche époké Elisabetta sest spécialisée dans les domaines du conseil, de l'accompagnement du changement et du coaching. Depuis 2004 à Paris, elle développe également une activité de psychothérapie. Elisabetta a suivi un 3 e cycle en psychothérapie (E. P. G.) et coaching (Centro Studi Terapia della Gestalt, Milan). Elle a un master en Analyse de Transformations Institutionnelles IFSI et University of Hull (UK) et en Formation au conseil. Comédienne, elle a collaboré avec le Centre de Recherche théâtrale à Milan de 1989 au Bernard Elyn : co-animateur du groupe de recherche et vice-président dépoké Bernard est consultant et gestalt-thérapeute. Il a créé un cabinet de conseil spécialisé dans le coaching déquipe et la dynamisation de communautés managériales. Il est également membre de léquipe de lEPG, du comité de lecture de la revue Gestalt et enseigne la conduite du changement en master 2 à luniversité Paris Descartes. Claudia Gaulé : membre fondateur dépoké Claudia est Gestalt-thérapeute titulaire du CEP, membre titulaire du SNPPsy, superviseure agréé, Claudia s est formée à plusieurs techniques psychocorporelles. Elle enseigne depuis plusieurs années à des thérapeutes, superviseurs et à des coach la posture gestaltiste, la psychopathologie et lapproche corporelle. Jean-François Gravouil : Psychothérapeute, formateur et superviseur de psychothérapeutes. Exerce aussi comme consultant, coach et formateur dans le domaine du management et des ressources humaines. Il est membre titulaire de la Société Française de Gestalt. Formé à la Gestalt à lEcole Parisienne de Gestalt puis à la psychothérapie du lien au CIG de Montréal. Anne-Lise Seltzer : Anne-Lise est consultante en accompagnement du changement et sappuie notamment sur la sociologie de lentreprise pour concevoir ses interventions. Elle a auparavant travaillé pendant 18 ans à La Poste où elle a conduit des projets dans le domaine de la communication, des Ressources Humaines et de lévolution du management. Dimanche 17 mars 2013Groupe de recherche époké10

12 2 Le groupe de recherche époké 2013/2014 aura pour thème La confrontation Pour toute information, prendre contact avec Daniel Cortesi Dimanche 17 mars Groupe de recherche époké


Télécharger ppt "2 La confluence dans les groupes de travail Groupe de recherche Document de travail Lille, le dimanche 17 mars 2013 « Au cœur des groupes » Pierre-Jacques."

Présentations similaires


Annonces Google