La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LA VENDEE « Si lon pressait la terre comme une éponge on verrait sourdre le sang des martyrs » R.P. VENTURA. Les lucs-sur-Boulogne. Un des villages massacrés,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LA VENDEE « Si lon pressait la terre comme une éponge on verrait sourdre le sang des martyrs » R.P. VENTURA. Les lucs-sur-Boulogne. Un des villages massacrés,"— Transcription de la présentation:

1

2 LA VENDEE « Si lon pressait la terre comme une éponge on verrait sourdre le sang des martyrs » R.P. VENTURA. Les lucs-sur-Boulogne. Un des villages massacrés, qui se souvient.

3 La Vendée, un département rayé de la carte La Vendée, un département rayé de la carte. De 1793 à en quatorze mois, morts! Alors, imaginez un département, tout entier vidé de son sang. Des cadavres partout, jusque sur le seuil des maisons, des villages calcinés, dans les étables des cadavres danimaux … partout, car lholocauste fut aussi animal. Alors, imaginez un département, tout entier vidé de son sang. Des cadavres partout, jusque sur le seuil des maisons, des villages calcinés, dans les étables des cadavres danimaux … partout, car lholocauste fut aussi animal. Au « CLIC »

4 La première République Française, voit le jour en septembre 1791 La première République Française, voit le jour en septembre Le décret : concernant la Vendée. Le décret : concernant la Vendée. « Les forêts seront abattues, les repaires des rebelles seront détruits. Les récoltes seront coupées et les bestiaux seront saisis. Les biens des rebelles seront déclarés appartenir à la République. » « Les forêts seront abattues, les repaires des rebelles seront détruits. Les récoltes seront coupées et les bestiaux seront saisis. Les biens des rebelles seront déclarés appartenir à la République. »

5 Turreau est nommé général de division le 22 du mois de novembre pour exécuter les deux décrets. Son premier souci sera, en décembre 1793, de rédiger des instructions tendant à, selon ses propres termes « Faire de la Vendée un désert. » Il écrit le 15 janvier 1794 au ministère de la guerre, » Mon intention est bien de tout incendier. »

6 Le général TURREAU met son plan dextermination en marche par la création de colonnes infernales, qui parcourent la Vendée dans tousles sens. Le général Grignon, qui commande une des colonnes qui part de Bressuire, donne son ordre du jour : Le général Grignon, qui commande une des colonnes qui part de Bressuire, donne son ordre du jour : « Je vous donne lordre de livrer aux flammes tout ce qui est susceptible dêtre brûlé, et de passer au fil de la baïonnette tout ce que vous rencontrerez sur votre passage. Je sais quil peut y avoir quelques patriotes dans ce pays, cest égal, nous devons tout sacrifier » « Je vous donne lordre de livrer aux flammes tout ce qui est susceptible dêtre brûlé, et de passer au fil de la baïonnette tout ce que vous rencontrerez sur votre passage. Je sais quil peut y avoir quelques patriotes dans ce pays, cest égal, nous devons tout sacrifier »

7 Suite au décret dextermination: 1 er août et 1 er octobre 1793 Suite au décret dextermination: 1 er août et 1 er octobre Le 23 décembre 1793 Le général républicain Westermann écrit au comité de salut public: Le général républicain Westermann écrit au comité de salut public: « il ny a plus de Vendée, citoyens républicains: elle est morte sous notre sabre libre, avec ses femmes et ses enfants. Je viens de lenterrer dans les marais et les bois de Savenay, suivant les ordres, que vous mavez donnés. Jai écrasé les enfants sous les pas de mes chevaux, massacré les femmes qui, au moins pour celles-là, nenfanteront plus de brigands. Je nai pas un prisonnier à me reprocher. Jai tout exterminé… Les routes sont semées de cadavres. Il y en a tant que sur plusieurs endroits, Ils font pyramides. On fusille sans cesse à Savenay, car à chaque instant il arrive des brigands qui prétendent se rendre prisonniers. Kléber et Marceau ne sont pas là : nous ne faisons pas de prisonniers, il faudrait leur donner le pain de la liberté et la pitié nest pas révolutionnaire » « il ny a plus de Vendée, citoyens républicains: elle est morte sous notre sabre libre, avec ses femmes et ses enfants. Je viens de lenterrer dans les marais et les bois de Savenay, suivant les ordres, que vous mavez donnés. Jai écrasé les enfants sous les pas de mes chevaux, massacré les femmes qui, au moins pour celles-là, nenfanteront plus de brigands. Je nai pas un prisonnier à me reprocher. Jai tout exterminé… Les routes sont semées de cadavres. Il y en a tant que sur plusieurs endroits, Ils font pyramides. On fusille sans cesse à Savenay, car à chaque instant il arrive des brigands qui prétendent se rendre prisonniers. Kléber et Marceau ne sont pas là : nous ne faisons pas de prisonniers, il faudrait leur donner le pain de la liberté et la pitié nest pas révolutionnaire »

8 Nous sommes le 26 février 1794, la colonne infernale de Grignon que lon peut suivre à la trace, par la fumée des villages incendiés, arrive après beaucoup dautres, dans la commune des Lucs-sur-Boulogne.

9

10 Ce lieu est consacré au souvenir de la Vendée

11 Ces pierres dressées, symbolisent les tombes.

12 Ces cloches rappellent celles de nos clochers détruits, qui sonnèrent le tocsin.

13 Léglise de la commune

14 Les vitraux de léglise: Ici le curé des Lucs célébrant la messe de minuit, caché dans les bois. Les vitraux de léglise: Ici le curé des Lucs célébrant la messe de minuit, caché dans les bois.

15 Le curé des Lucs devant les cadavres de ses paroissiens, après le massacre du 28 février 1794.

16

17 Le curé Voyneau, qui était allé au devant de la colonne infernale demander la grâce de ses paroissiens, est massacré, et on lui arrache la langue.

18 Le massacre des habitants de la commune par les soldats de la République.

19 Plaque commémorative à lintérieur de léglise, rappelant le massacre des 564 paroissiens, dont 110 enfants de moins de 7 ans. La plus jeune Louise MINAUD, navait que quinze jours, assassinée dans son berceau.

20 La chapelle élevée en souvenir des morts de la commune.

21 Plaque posée sur la chapelle de lassociation du Souvenir vendéen.

22 Autel de la chapelle.

23 Les tables de marbre où sont gravés les noms et lâge des martyrs de la paroisse.

24

25

26

27

28

29

30

31

32 Mémorial de lAbbé VOYNEAU Mémorial de lAbbé VOYNEAU.

33

34 Entrée du mémorial, inauguré par Soljenitsyne pour le bicentenaire du soulèvement. le25septembre 1993.

35

36

37

38

39

40

41

42

43

44

45

46

47

48

49

50

51

52

53

54 Si ce diaporama, vous incite à mieux connaître notre Vendée, notre but sera atteint. Photos de Dany, diaporama Hubert, le Chanson Catherine CARRET, le livre dimage.

55 FIN


Télécharger ppt "LA VENDEE « Si lon pressait la terre comme une éponge on verrait sourdre le sang des martyrs » R.P. VENTURA. Les lucs-sur-Boulogne. Un des villages massacrés,"

Présentations similaires


Annonces Google