La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Accompagnement social et éducatif spécialisé Module D : « Vie sociale » 27/11/2013 17:35 LInstitution "spécialisée" Approche sociologique 2013 / 2014 Mohamed.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Accompagnement social et éducatif spécialisé Module D : « Vie sociale » 27/11/2013 17:35 LInstitution "spécialisée" Approche sociologique 2013 / 2014 Mohamed."— Transcription de la présentation:

1 Accompagnement social et éducatif spécialisé Module D : « Vie sociale » 27/11/ :35 LInstitution "spécialisée" Approche sociologique 2013 / 2014 Mohamed DARDOUR

2 famille Etat Justice Église Entreprise TS / institutions sociales et médico-sociales Hôpital École Associations sportives Formations politiques Syndicats Régies de quartier Sous-systèmes / micro-systèmes sociaux Sous-systèmes / micro-systèmes sociaux et interactions et interactions PAIO / Missions locales

3 III – Institution Un construit social « Cest un ensemble de formes, de modèles, de moules de conduites, admis dans une société donnée, et destinées à exercer certaines fonctions » Jean Stoetzel, La morphologie sociale.1978 Les sociologues : « Les institutions sont un ensemble dactes ou (et) didées toutes instituées que les individus trouvent devant eux et qui simposent plus ou moins à eux ».

4 A - Institution et organisation Cest « la mise en ordre dun stock de ressources diverses pour en faire un instrument ou un outil au service dune volonté poursuivant la réalisation dun projet ». Raymond Boudon, Dictionnaire critique de sociologie. Ed. du seuil, Elle désigne une organisation sociale fonctionnant selon des règles établies. Linstitution est, donc, un système social organisé.

5 Organigramme Foyer dhébergement Personnes handicapées mentales

6 Directeur Comité de Gestion Conseil dEtablissment Association Gestionnaire Président de L association Conseil dAdministration Médecin psychiatre Secteur des soins Secteur social Sect. pédagogique Sect. Éducatif Services généraux Sect. administratif - Personnel Psychologique - - Pers. Para médical Infirmière chargée de relations avec familles Instituteurs ou profes. des écoles spécialisées - -Ed. Sp (6) Et - AMP - -Agents serv. intérieur - - Chauffeur - factotum - -Comptable - -Secrétaire - -Aide comptable Cycle 1 Cycle 2 Cycle 3 Groupe F Instituteur spécialisé1 Éducateur spécialisé Groupe EInstituteur spécialisé1 Éducateur spécialisé 1AMP Groupe D Instituteur spécialisé1 Éducateur spécialisé Groupe CInstituteur spécialisé1 Éducateur spécialisé Groupe B Instituteur spécialisé1 Éducateur spécialisé Groupe AInstituteur spécialisé1 Éducateur Technique spécialisé

7 Division du travail La DT est une répartition et une spécialisation de tâches nécessaire à la production de biens ou de services entre les individus ou les groupes sociaux dans une institution, dans une société donnée.

8 Stratification / différenciation / complémentarité Organigramme :

9 Commandement Dimension politique « Obéissance » Axe hiérarchique Axe coopératif Hiérarchie : Division sociale du travail Complémentarité : - Division technique du travail Dimension technique et fonctionnelle Schéma Pouvoir - Prestige - qualifications - Compétences Prestige + qualifications + Pouvoir + + / - + / - + / - + / - + / - + / -

10 Secteur spécialisé Dans la cadre du secteur de léducation spécialisée (social, socio-éducatif et médico-social), le terme institution est encadré par la définition de la Loi n°75 – 535 du Juin Il sagit : « des organismes publics ou privés qui, à titre principal et de manière permanente, prennent en charge des personnes qui requièrent une protection particulière »

11 Projet – valeurs fondamentales et fondatrice de laccompagnement éducatif et social de la personne et, donc, de la relation éducative Principes Le respect de la dignité Lintégrité La vie privée Lintimité et la sécurité le libre choix entre les prestations à domicile ou en établissement Moyens Un accompagnement individualisé et de qualité respectant un consentement éclairé de la personne ou son représentant légal La confidentialité des données concernant la personne Laccès à linformation Linformation de la personne sur ses droits fondamentaux et les voies de recours disponibles La participation directe au projet daccueil et daccompagnement

12 Principe juridique Lusager comme « sujet de droit »

13 Principales lois régissant le secteur social, médicosocial et sanitaire Loi rénovant laction sociale et médico-sociale Loi de cohésion sociale du 18 janvier 2005 Loi n° du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées Lois du 05 mars 2007 : « Enfance délinquante » Protection de lenfance Protection des majeurs (tutelles / curatelles) Loi n° du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé Loi « Hôpital, Patients, Santé et Territoires » du 21 juillet 2009 « Recommandations de bonnes pratiques » de lANESM (Agence nationale de l'évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux)

14 Règlement Intervenants sociaux /« usagers » Exemple : Maison denfants Le règlement doit être connu de tous, les personnels et les enfants accueillis Il fixe les droits et les devoirs de tous pour que chacun ait sa place au sein de linstitution. Sa mise en œuvre est de la responsabilité de tous Il repose sur le respect réciproque que nous nous nous devons : « ne fais pas à lautre ce que tu ne voudrais pas quil te fasse Il oppose à la loi de la jungle (du plus fort) lapplication des règles (droit à être écouté et justement sanctionné) Il est fondé sur la responsabilité particulière de ladulte vis-à- vis des jeunes :tout adulte de lInstitution se doit de protéger le mineurs. Cette mission lui attribue une autorité particulière que lenfant doit accepter.

15 Les droits Suite Droit au respect Droit à lintimité Droit davoir une vie sociale Droit à la sécurité

16 D – Activités

17 Centre de Jour Public et problématique "L'atelier Resto" est le support professionnel du Centre de Jour créé au Centre d'Action Éducative de la ville du L., à l'intention des jeunes sous protection judiciaire du département. Beaucoup de jeunes suivis dans le cadre du Centre de Jour se trouvent en échec scolaire ou professionnel Il accueille en permanence 5 jeunes faisant l'objet d'une mesure éducative ordonnée par un magistrat.

18 Objectif Réinscrire les publics accueillis dans une dynamique d'insertion sous entend de leur proposer des activités suffisamment motivantes et valorisantes pour permettre dans un premier temps de les "accrocher" et les maintenir dans une action de formation.

19 Le dispositif "Atelier Resto" Le jeune est orienté sur l'atelier selon son souhait ou lorsqu'il apparaît impossible de déterminer à l'avance des objectifs précis et lorsque aucune solution éducative d'un autre type n'est envisageable Chaque jeune a un emploi du temps personnalisé élaboré en concertation entre l'équipe du Centre de Jour et son référent éducatif. Il repose sur une pluralité de propositions qui peuvent varier selon les besoins: - remobilisation scolaire - atelier restaurant - activités sportives et culturelles - atelier thématique (découverte du chocolat)

20 Objectifs de latelier A partir du restaurant ouvert au public 2 jours par semaine,il s'agit de: - sensibiliser les jeunes ou de se former aux métiers de la restauration - leur apporter des notions d'hygiène alimentaire et d'élargir leur connaissance du goût - utiliser leurs motivations pour les faire progresser individuellement dans un cadre sans un étiquetage dévalorisant.

21 Activités sportives et culturelles

22 Centre de Jour -PJJ - Stage FSE

23 Action de formation Permis de conduire (16 jeunes) Objectif : Réinscription sociale Impliquer les jeunes dans une dynamique d'insertion en leur proposant des activités suffisamment motivantes et valorisantes pour permettre dans un premier temps de les "accrocher" et les maintenir dans une action de formation. Moyen : Construire une action de formation d'une durée de 7 mois, autour de ce support, en partant des besoins des jeunes. Les modules suivants composent le stage "Permis de se Conduire" CAE suite

24 Formation : permis de conduire

25 Les possibilités Le support permis de conduire offre de nombreuses possibilités : - actions sur la citoyenneté, - support à l'apprentissage de base (français), - meilleure "employabilité", - plus de mobilité durant les stages, - grand intérêt des jeunes... Suite

26 Activités Séjour parents-enfants CAE

27 Publics : 2 mères de familles et leurs enfants ( dont une a désisté). Ont participé: - une mère et ses trois jeunes enfants (7 mois, 5 et 8 ans) - un adolescent de 14 ans, - -deux adolescentes de 15 et 13 ans, - une pré adolescente de 10 ans Cadre et conditions : - calme de la campagne, la nature des habitations anciennes, la gentillesse des accueillants, autant d'éléments qui engendrent la détente. - dépaysement total qui surprend le petit groupe qui trouve rapidement son rythme et ébauche ses relations.. Poteries et Travail de la Terre

28 Le travail de la terre s'est déroulé chaque matin de neuf heures à treize heures, avec une étonnante attention et une bonne accroche avec les pédagogues ; différentes techniques ont été abordées : - Modelage, sculpture, moulage, tournage. Poteries et Travail de la Terre (Suite)

29 La mère de famille et les adolescents ont été, bien sûr, plus assidus que les petits, mais chacun, à la mesure de ses envies a produit ses oeuvres. Le bébé, ses empreintes de pieds, les petits des bonhommes, les adolescents des pots et des masques, la maman des pots. Le dernier jour, la découverte de la cuisson émaillée à 1300° représente surprises et fruits de l'imagination de chacun (valorisation compétences et restauration de lestime de soi). Poteries et Travail de la Terre (Suite 2)

30 Les repas ont été parfois agités entre l'inhabitude des adolescents à dialoguer à table et l'instabilité des plus petits. La diversité des âges n'a pas constitué un handicap, les adolescents ont assisté la maman...qui a joué comme une adolescente. Les petits recherchant la compagnie des grands. Notre rôle étant d'éviter les abus, les débordements afin que chacun profite du séjour (exemple: limiter le rôle d'une adolescente très « maternante » vis à vis du bébé). (Espace – cadre dobservation). Poteries et Travail de la Terre (Suite 3)

31 Activités et rythme quotidien de laccompagnement éducatif et social

32 ACTIVITES ET RYTHME QUOTIDIEN Exemple CHRS Post-cure Socialisation normative Planning des résidents

33 ACTIVITES ET RYTHME QUOTIDIEN CHRS Post-cure Socialisation normative Planning des résidents Horair e LundiMardiMercrediJeudiVendrediSamediDimanche 7h00 Lever 8h 30 Petit déjeuner 9h 00Ménage + accompagne ment méthadone Ménage + Méthadone sans accompagnement Ménage + Accompagnem ent méthadone Théâtre* * Les activités sont obligatoires car elles sinscrivent dans le contrat de séjour de « lusager » Ménage + Méthadone sans accompagnement Grand ménage 9h 30Démarches diverses dont retrait coffre et RDV Psychologue Démarches diverses dont RDV psychologue et psychiatre 10h15Démarches diverses Prévisions menus Groupe de parole de 10h30-11h45 11h 12h RDV médicaux : généraliste et psychiatre 12h30/ Repas tous les jours à 12h 30 à 13h 30 14h 30 à 16h3 Tai Chi ChuanRandonnée*Art thérapie* Musculati on* Atelier écriture* Sorties libres ou activités collectives 14h à 19h (établies en commun avec les résidents avec participation financière 17h Courses alimentairesCourses personnelles - cigarettes Courses vestimentaires ou RDV avec Psychologue Courses alimentair es cigarettes 18 hSorties libres après lactivité jusqu 19 h / Prévisions menus Mercredi 19h30 Repas tous les jours à 19hh30, sauf le Mercredi à 20h 20h30 à 22h Conseil de maison 23 hCoucher sauf le samedi (24 h )

34 Activités Service Accueil et dActivités de Jour (S.A.A.J.) Adultes en situation de handicap LundiMardiMercrediJeudiVendredi Matin - Groupes de parole - Pâte pizzas - Courses pizzas - Autonomie -Informatique - Bibliothèque - Courses SAAJ - Courses repas du Vendredi - Journal Synthèse et Réunion déquipe - Cuisine - Papier mâché - Jardin Après- midi - Chorale - Petite marche - Hygiène -Pizzas -Décoration et plâtre - Sport - Hygiène et relaxation - Arts plastiques - Contes - Décoration - Activités motrices - Bibliothèque

35 Activités éducatives et sociales Un quotidien ritualisé Un support à la relation et à laccompagnement Un soutien psychique

36 F - Environnement social partenariat et réseau

37 Environnement social et partenariat Depuis novembre …, date de l'ouverture de l'atelier, une vingtaine de jeunes ont participé à l'activité du restaurant. De plus nous avons réussi à fidéliser nos nos partenaires tels que: La Mission Locale, la Direction Départementale du Travail et de l'Emploi et de la Formation Professionnelle, l'Éducation Nationale, la Gendarmerie, la Police et les Magistrats...

38 Environnement social et partenariat Centre de Jour Stage Permis de conduire (16 jeunes) Exemple :le stage "Permis de se Conduire - modules de base (remise à niveau en français et mathématiques) - interventions de personnes ressources dans différents domaines économiques, sociaux, médicaux et législatifs, - sport, - ateliers culturels et artistiques, - code de la route et conduite, - atelier manuel code de la route où les jeunes travaillent à la construction d'un manuel version bande dessinée, - stages en entreprises Ce stage a mobilisé de nombreux partenaires financiers. Le Fond Social Européen co-finance cette action à hauteur de 45%. Les autres fonds proviennent de la municipalité de Dijon, de la Préfecture, de la Protection Judiciaire d

39 Environnement et partenariat ( Suite ) Le stage « permis de conduire » a mobilisé de nombreux partenaires : - Partenaires financiers. Le Fond Social Européen co- finance cette action à hauteur de 45%. Les autres fonds proviennent de la municipalité, de la Préfecture, de la Protection Judiciaire de la Jeunesse, du Contrat de Ville, la fondation MACIF. - Partenaires prenant en charge les jeunes sont l'Institut Régional de Formation pour Adultes, la Mission Locale, la Protection Judiciaire de la Jeunesse, la Sécurité sociale …, Associations et clubs sportifs..

40 V – Institution spéciale : une typologie pour analyser et comprendre le fonctionnement institutionnel

41 A notamment pour objectif de développer les droits des usagers accueillis dans les établissements et services sociaux et médico-sociaux. « INSTITUTION DÉMOCRATIQUE » Loi de 02 Janvier 2002 relative au secteur social et médico-social

42 Outils préconisés pour la mise en œuvre Le Livret daccueil : afin de garantir lexercice de ses droits et notamment prévenir tout risque de maltraitances, lors de son accueil dans un établissement ou un service social ou médico-social, il est remis à la personne ou à son représentant légal. La Charte des droits et des libertés de la personne accueillie. Elle est annexée au livret daccueil. Contrat de séjour et document individuel de prise en charge. Ces 2 documents définissent les objectifs et la nature de la prise en charge ou de laccompagnement dans le respect des principes déontologiques et éthiques des recommandations de bonnes pratiques professionnelles et du projet détablissement. Un conseil de vie sociale: (anciennement appelé conseil détablissement) Conciliateur. Cest une personne qualifiée à laquelle toute personne prise en charge par un établissement peut faire appel en vue de laider à faire valoir ses droits. Un règlement de fonctionnement : il définira les droits de la personne accueillie et les obligation et devoirs nécessaires au respect des règles de vie collective au sein de létablissement. Un projet détablissement

43 Droits des usagers La charte des droits et des libertés des personnes accueillies dans un établissement ou un service social ou médico-social Principes et valeurs – Arrêté du 08 Septembre 2003 La non discrimination liée aux caractéristiques physiques, génétiques, à lorientation sexuelle, au handicap, à lâge, aux opinions et convictions; Le droit à une prise en charge ou un accompagnement (individualisé et adapté Le libre choix, Droit à linformation Le consentement éclairé La participation Le droit au respect des liens familiaux Application Prévention et soutien (art. 9) prévenir les conséquences affectives et sociales qui peuvent résulter de la prise en charge ou de laccompagnement; Droit à la protection et à la sécurité, y compris le respect de la confidentialité des informations concernant la personne accueillie; Droit à lautonomie; droit à lexercice des droits civiques; Droit à la pratique religieuse; Le respect de la dignité et de lintimité de la personne accueillie.

44 Une instance qui opère à partir dun principe fondamental : le déni de lindividu en tant que personne et de sa singularité, alors quil est en situation de fragilité, de vulnérabilité, de marginalité, dexclusion. Cest la question de la dignité

45 Les principes de la dignité - Droit au respect - Droit à lintimité -Droit davoir une vie sociale -Droit à la sécurité (protection) -Respect des convictions religieuses ou philosophiques

46 C - Institution « totale »

47 Une synthèse Institution Ordres sociaux, rationalités - légitimités

48 Ordres / statuts sociaux Rationalités (Logiques) LégitimitésInstruments / conditions de légitimation Etat Pouvoirs publics, collectivités territoriales (catégories sociales au pouvoir ou en orbite du centre d décision) Institutionnelle / administrative politique -procédure/ initiative - détention / gestion / affectation des ressources - Monopole de la régulation réelle / symbolique -Politiques sociales Institutions / organismes spécialisés / associations (intervention sociale, éducative, médico- sociale) Instrumentale / technique Professionnelle Savoir et savoir-faire spécialisés – compétences socialement reconnues liées à la nature du métier / à la mission « Usagers- bénéficiaires » (individus, groupes déterminés par statuts, attributs, conditions, : sociales, ethniques, matérielles, physiques, âges, santé, comportements…) Individuelle / Sociale Relative (minorée) Absence de ressources ou leur insuffisance en vue dexercer le rôle dacteur: -matérielles, sociales, intellectuelles, culturelles; - participation politique(élaboration, évaluation, gestion, décision). Champ poli. Ch. Social Commande Publique Réponse éducative Spécialisée Demande sociale Institution : ordres sociaux - rationalités – légitimités Une synthèse

49 Références bibliographiques Linstitution : entre le pire et le meilleur. Approche compréhensive dun « espace potentiel institutionnel » dans un foyer pour personnes handicapées mentales. Forum. - Revue de recherche en travail social n°94 –Décembre La sexualité en institution. Revue Le journal du droit des jeune n°227, Septembre Loi n° du 2 janvier 2002 rénovant l'action sociale et médico-sociale Loi n° du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées Castel Robert, 2004, Linsécurité sociale. Quest ce quêtre protégé? Editions PUF Chapellier Jean-Louis, Zribi Gérard, Penser le handicap mental, Ed. Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique, 2005, 264 p. Chavaroche Philippe, Le projet individuel : Repères pour une pratique avec des personnes gravement handicapées mentales, Erès, 2006,134 p. Crozier M. et Friedberg E., 2000, Lacteur et le système. Ed. Seuil Dardour Mohamed, 2010, Corps de femme, regard d'homme. Une anthropologie des rapports sociaux. Du côté du corps. Revue Diversité. Ville, Ecole, Intégration N° 160, Mars, Centre national de documentation pédagogique. Dardour Mohamed, 2009, « Quand la société se démarque de sa jeunesse ». Sous la direction de J. Cassagnaud, Le passage à l'âge d'Homme. Cultures et sociétés-Sciences de l'Homme n° 9, janvier Dardour Mohamed, 2008, « Filles et garçons dans les territoires de relégation. De quelques propriétés du rapport de genre ». In Parité et différenciation : la question du genre? Forum, Revue de la recherche en travail social n°122, décembre,.

50 Références bibliographiques Dardour Mohamed, 2008, « Ange ou démon. Cosmogonie du handicap et de la personne handicapée ». In Monstres, chimères et handicapés. Sous la direction de Jean-François Gomez. Revue Cultures & Sociétés. Sciences de l'Homme n° 8, Octobre, Dardour Mohamed, 2005, Formation et professionnalisation. Quelle place pour le projet dans la formation des travailleurs sociaux? Forum, Revue de Recherche en travail social N°109, Juin Dardour M., 2005 : La notion de projet en travail social. Perspective socio-anthropologique. Centre de documentation, ERTS. Dardour Mohamed, 2005, La prévention spécialisée à lépreuve de la question sociale. Revue Sciences de lHomme & Sociétés N° 76, Avril. Dardour Mohamed, Le projet, enjeu pour lintervention sociale. Quatre perspectives. A paraître. Dubar Claude, 2010 : La socialisation. Construction des identité sociales et professionnelles. Ed. A. Colin Dubet François, 2002, Le déclin de linstitution. Ed. Le Seuil Durkheim E., 1985, Les règles de la méthode sociologique. Cf Chapitre 1 : « Le fait social ». Ed. PUF. Gaberan Ph., Cent mots pour être éducateur : Dictionnaire pratique du quotidien, Erès, 2007, 158 p Durkheim E.,2002, Le Suicide Ed. PUF Foucault, 1975, Surveiller et punir. Ed. Gallimard. Goffman Erwing, La mise en scène de la vie quotidienne. Ed. Le Seuil Goffman E., 1975, Asiles. Ed. Ed. Le Seuil Goffman E., 1975, Stigmates. Les usages sociaux du handicap. Ed. Minuit S., Pourquoi le travail social ? Définitions, figures, clinique. Ed. Dunod, Karsz S., Pourquoi le travail social ? Définitions, figures, clinique. Ed. Dunod, Gomez JF. 2005, Anthropologie des rites. Handicaps et handicapés. Ed. Desclée. Mucchielli Roger, Le travail en équipe : Clés pour une meilleure efficacité collective, ESF, 2009, 208 p. Reynaud J. Ph., 1997 : La règle du jeu. Laction collective et la régulation sociale. Edition A. Colin. Weber Max, 1968 : Economie et société. Chapitre 1 : « Sociologie comme activité sociale ». Ed. Plon.


Télécharger ppt "Accompagnement social et éducatif spécialisé Module D : « Vie sociale » 27/11/2013 17:35 LInstitution "spécialisée" Approche sociologique 2013 / 2014 Mohamed."

Présentations similaires


Annonces Google