La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

SIEML. LEFFET DE SERRE Origine de leffet de serre « naturel » Sans cet effet de serre, la Terre aurait une température moyenne de -18°C au lieu de.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "SIEML. LEFFET DE SERRE Origine de leffet de serre « naturel » Sans cet effet de serre, la Terre aurait une température moyenne de -18°C au lieu de."— Transcription de la présentation:

1 SIEML

2 LEFFET DE SERRE

3

4

5 Origine de leffet de serre « naturel » Sans cet effet de serre, la Terre aurait une température moyenne de -18°C au lieu de 15°C.

6 Les gaz « à effet de serre » Cela concerne essentiellement : Un gaz est dit « à effet de serre » si il est capable d absorber du rayonnement infrarouge émis par la Terre La vapeur deau H 2 O Le dioxyde de carbone ou « gaz carbonique » ; CO 2 Le méthane, ou gaz naturel ; CH 4 Le protoxyde dazote ; N 2 O Des molécules plus complexes telles les halocarbures ; C x H y F z Cl t Un gaz sans émissions directes : lozone

7 Bilan 2001 des changements climatiques : conséquences, adaptation et vulnérabilité Localisation Prélèvements Scientifiques

8 Sur ans la température et le Co2 ont toujours corrélés

9 Tout ce CO 2 se retrouve dans lair, et… une partie y reste Concentration sur les dernières années. Source :Climate Change 2001, the scientific Basis, GIEC Concentration atmosphérique de CO 2 sur les dernières années. Source : Petit & al, Nature, Début de la révolution industrielle

10 LES CAUSES

11 Pourquoi émettons nous du CO 2 ? Première cause : il y a de plus en plus démetteurs ! Évolution démographique depuis le néolithique (découverte de lagriculture). Source : Musée de lHomme

12

13 7 milliards de Terriens en 2011 Répartition par continent La population mondiale devrait atteindre 9 milliards en 2050 Asie 61% Europe 11% Amérique latine 9% Source : Congrès International de la population AFP Océanie moins de 1% Estimation des émissions de CO2 en 2010 en milliards de tonnes Afrique 14% Amérique du Nord 5% 1,6 Moyen Orient

14 Consommation dénergie commerciale par habitant en TEP (tonnes équivalent pétrole) - hors biomasse Sources diverses Pourquoi émettons nous du CO2 ? Deuxième cause : chaque individu consomme de plus en plus dénergie

15 Consommation totale dénergie commerciale de lhumanité en Mtep (millions de tonnes équivalent pétrole). Source Schilling & al + Observatoire énergie + AIE Depuis que lhomme a découvert les combustibles fossiles, la consommation de lhumanité na cessé daugmenter. Chaque nouvelle source dénergie est venue se surajouter aux autres et connaît sa propre évolution exponentielle : aucune substitution ne se constate au niveau mondial. Un Américain consomme 4 fois plus de charbon quun Chinois.

16 Le charbon continue à jouer un rôle majeur dans les émissions de CO 2 Source Agence Internationale de lénergie Répartition des émissions mondiales de CO2 en 2000 par énergie gaz 18% charbon 37% pétrole 42% autres énergies 3%

17 LES CONSEQUENCES

18

19

20

21 CARTE DU CLIMAT EN ANJOU LA DOUCEUR ANGEVINE, PAS UNE CHIMERE 16 ° 15.5 ° 15 ° 6.5 ° Températures Moyenne annuelle maxi Moyenne annuelle mini SOURCE CG49 Elévation des températures moyennes de 1°C sur 40 ans (selon Météo France)

22

23 Linclinaison de la terre explique un réchauffement plus rapide au Nord quau Sud Lhémisphère Nord plus exposé !

24 Avec une amplitude qui reste à déterminer : Impacts sur les écosystèmes (affaiblissements, disparitions, déplacements) : Augmentation du niveau des océans Impacts sur les courants marins et donc sur les climats régionaux Modification des phénomènes extrêmes (dont pics de chaleur, précipitations intenses, sécheresses, etc) Augmentation du « trou dans la couche dozone » Impacts directs sur la santé humaine (déplacement des zones endémiques pour les maladies, conséquences des phénomènes brusques, etc). Et nous ne ferons jamais le tour de toutes les mauvaises surprises possibles à lavance, puisque la situation est inédite Quels seront les impacts du changement climatique ?

25

26

27 Des échanges entre eaux de surface et eaux profondes ont lieu en permanence. Les eaux profondes remontent les éléments nutritifs (sels minéraux) indispensables à la faune marine de surface. Modification des courants marins Un ralentissement de cette circulation profonde : Modifie la répartition de la chaleur à la surface du globe avec un impactlocal ou régional qui peut être massif (lEurope en période glaciaire ?), Diminue les apports minéraux en surface et l oxygénation des fonds : pression sur la vie halieutique

28 ET LA FRANCE ?

29 Emissions de CO2 dues à lénergie (2004) (en millions de tonnes de carbone) Autres (branche énergie) Centrales électriques Industrie et agriculture Résidentiel et tertiaire Transports (hors soutes) % 24% 27% 21,5% 7,5% Année référence : KYOTO env 115env % 27% 20,5% 8,5% 5% 115 Seuil à respecter en 2010 (niveau 1990)

30 136 17,3 2,2 6,3 3,8 4,1 9, ,7 3,5 2,5 81,7 5 11,4 137,4 1,3 1,5 1, ,6 12,4 138,1 0,4 1,4 1,1 116,8 5,7 12,7 (en Mtep) Production et importation nationale dénergie primaire (2004) 179,6 229,8 274,3276,2

31 4,5 %

32 Consommation énergétique finale par activité et par énergie (2004) (en Mtep) Énergies Renouvelables Électricité Gaz Pétrole Charbon 133,6 142,6 160,3 161,2 Transports Agriculture Résidentiel et Tertiaire Industrie

33 COMMENT CONSOMMONS NOUS LENERGIE ?

34 Les émissions par kWh varient du tout au tout selon lénergie primaire

35 Quémettre au plus si nous voulons arrêter denrichir latmosphère en CO 2 ? Émissions de CO 2 par habitant en 1998 et « droits maximaux à émettre sans perturber le climat ». Source UNFCCC pour les émissions par habitant. Droit maximal à émettre si nous voulons diviser les émissions mondiales de CO 2 par 2, avec 6 milliards dhabitants Idem si nous voulons diviser les émissions mondiales de CO 2 par 3, avec 9 milliards dhabitants FRANCEFRANCE T CO 2 /habitant

36 LES ACTIONS

37 Le cadre International Le cadre National Le cadre Local Rappel du Contexte

38 1997 Protocole de Kyoto : le cadre 1992 Convention climat Rio : lobjectif 1995 Mandat de Berlin : comment faire ? 1988 Naissance du GIEC (Groupe dExperts Intergouvernemental sur lEvolution du Climat) : le problème 2001 à Accords de Marrakech, Delhi, Milan et Johannesburg : mise en place doutils - La Russie ratifie Le Cadre International

39 2000 Adoption du PLNCC 1998 Création du Programme National de lutte contre le changement climatique (PNLCC), Stabiliser les émissions de gaz à effet de serre en 2010 au niveau de 1990 et diminuer de 20% en Élaboration du Plan Climat 2005 Loi du 13 juillet dorientation sur lénergie Le Cadre National

40 2005 Élaboration dun Plan daction concerté : 2004 Modification des Statuts SIEML: - Favorise les programmes déconomies et de maîtrise de lénergie - Permet à létablissement de participer au développement des Énergies Naturelles Renouvelables Le Cadre SIEML « Energies 21 »

41 2002 Décret du 18 Avril 2002 : prescrit la mise en place de schémas de service collectif énergie 1999 Loi dOrientation pour lAménagement et le Développement Durable du Territoire (LOADDT) Agendas 21 locaux Plantagenêt 21 Conseil Général 2000 Loi du 10 février relative à la modernisation et au développement du service public de lélectricité Le Cadre Local

42 Actions du SIEML et de la Collectivité Problèmes Informer, Sensibiliser, Impliquer Bâtiments communaux Diagnostic et Audit énergétique sur le patrimoine communal Causes Solutions (Hypothèses locales) Éclairage public Eau, gaz, etc.

43 Dans les bâtiments communaux Analyse et suivi des consommations, état du patrimoine Remplacement de lampes à incandescence par des lampes basse consommation Installation de régulateur, délesteur, programmateur, thermostat Amélioration des performances thermiques des locaux anciens (Réglementation Thermique 2006), isolation horizontale et verticale, ventilation, etc. Renégociation des contrats avec le fournisseur Recours à lénergie solaire photovoltaïque et thermique Étude sur lopportunité de recourir à la biomasse (réseaux de chaleur par exemple) Actions du SIEML et de la Collectivité

44 PRINCIPE DUN RESEAU DE CHALEUR CHAUFFERIE BATIMENTS PUBLICS COMMERCES LOGEMENTS LOCATIFS BATIMENTS A DESSERVIR RESEAU DE CHALEUR MAIRIE ECOLE

45 Sur les opérations nouvelles Démarche HQE en amont (Haute Qualité Environnementale) Démarche AEU en urbanisme (Approche Environnementale de lUrbanisme) - Choix énergétiques (solaire, biomasse, etc.) - Gestion de leau, des déplacements, des déchets - Environnement climatique et sonore - Biodiversité et paysage Actions du SIEML et de la Collectivité

46 ARCHITECURE BIOCLIMATIQUE ET ENERGIE SOLAIRE PASSIVE Les techniques qui exploitent d'une manière passive l'énergie solaire le font grâce à des plans architecturaux qui misent sur l'emplacement des bâtiments et l'orientation des fenêtres. Elles sont dites passives parce qu'elles n'exigent pas d'appareils spéciaux. Espaces tampons Buanderie, garage Couloirs … WC Bain s WC Bain s Atelier Chambre Pièce à vivre Cuisine NORD SUD OUEST EST Un exemple de disposition des pièces dans une maison bioclimatique

47 Sur lEclairage Public Remplacement des ballons fluorescents par des lampes basse consommation ( sodium haute et basse pression, lampes fluo-compactes) Remplacement des ballasts magnétiques (classe D, C, B1, B2) par des ballasts électroniques (A1, A2, A3) Mise en place de régulateur et variateur de tension centralisé ou individuel Homogénéisation des conducteurs Mise en place de réflexions améliorant lefficacité lumineuse et participant à la lutte contre la pollution lumineuse Actions du SIEML et de la Collectivité

48 ENERGIES 21 Aides Financières E.N.R solaire Eclairage Public solaire Bâtiments Publics Bois Energie Cogénération Bio Gaz Méthanisation Par candélabre équipé dun programmateur 20% plafonnés à 400 Chauffe eau solaire De 20% à 30% plafonnés de 800 à Etude de faisabilité 20% plafonnés à 800 Etude de faisabilité 20% plafonnés à 800 Par équipement dédié à la signalisation routière, aux abri-bus, aux détecteurs de présence 25% plafonnés à 550 Etude de faisabilité chauffage solaire thermique 20% plafonnés à 800 Travaux, construction du réseau de chaleur, au ml de conduite posée 20% plafonnés à 25/ml Travaux, infrastructure,génie civil, matériel De 15% à 25% Installation champ photovoltaïque alimentant un réseau EP ou injectée dans le réseau DP De 15% à 25% plafonnés de à Solaire, thermique, chauffage central De 20% à 30% plafonnés de à Infrastructure, chaudière, équipement, génie civil, plateformes, rampes de convoyage De 15% à 25% plafonnés de à HYDRAULIQUEGEOTHERMIE Etude de faisabilité 20% plafonnés à 800 Etude de faisabilité 20% plafonnés à 500 Travaux, installation, matériel, raccordement au réseau 15% plafonnés à Travaux, matériel 15% plafonnés à 3 000

49 Aides Financières Maîtrise de lÉnergie (MDE) ENERGIES 21 EN ECLAIRAGE PUBLICPOUR LES BATIMENTS COMMUNAUX POUR LES AUDITS ET DIAGNOSTICS ENERGETIQUES Par variateur centralisé dans larmoire de commande pour des projets neufs ou dimportantes réhabilitations 25% plafonnés à Travaux disolation thermique faisant suite à un diagnostic énergétique communal De 15% à 25% plafonnés de à En complément des aides de lADEME De 15% à 25% plafonnés de à du coût de létude Par appareillage installé dans chaque candélabre 60 à 80 par unité Financement dappareillage facilitant lutilisation rationnelle de lénergie et les économies, lampes basse consommation, délesteurs, programmateurs sur opération globale De 20% à 30% plafonnés de 500 à 800 Acquisition ou financement dune caméra infra-rouge détectant les ponts thermiques, outil de sensibilisation et dorientation par équipement

50 DE LACTION COLLECTIVE… AU COMPORTEMENT INDIVIDUEL …

51 Syndicat Intercommunal dEnergies de Maine et Loire

52 Eau, énergie : la douche est source de vigueur et …déconomies. La douche rapide plutôt quun bain : efficacité et économies ! Pour éviter le gaspillage, utilisez un verre deau et ne laissez pas couler le robinet. Ouvert, il débite 12 litres à la minute. Leau potable est une ressource vitale et précieuse qui se raréfie. En France, nous en consommons environ 150 litres par jour et par habitant, principalement pour lhygiène. Or, moins de 50 % des eaux usées domestiques seront assainies avant leur retour à la nature : réduisons notre consommation et nos pollutions.

53 Économies dénergie réalisables : Douche rapide : 5 fois moins deau et dénergie consommées que pour un bain, C hauffage : 1 °C en moins = 7 % dénergie consommée en moins Le bois est une énergie économique, locale, renouvelable et non polluante. Un chauffe-eau solaire peut couvrir 70 % des besoins en eau chaude et peut être subventionné sous forme de crédit dimpôt ! Il est temps de changer. Maison vide, consommation réduite : baissez les radiateurs avant de partir. A votre retour, adaptez la température à chaque pièce ; et oui ! le chauffage représente jusquà 70 % de sa consommation dénergie : 16 °C pour la chambre 19 °C dans les autres pièces 21 °C pour la salle de bains Aération ? 10 minutes suffisent...chauffage éteint, bien sûr.

54 Puisque la cuisine devient un nouvel espace de vie en famille, c'est le lieu idéal pour faire de nouvelles économies ! Chaque Français produit en moyenne 440 kg d'ordures ménagères par an dont 40 % demballages… Choisissez les produits les moins emballés, suivez les instructions de votre mairie en matière de tri sélectif, et pensez toujours que le meilleur déchet est celui que lon na pas produit ! Le moment privilégié de la journée pour réunir la famille, ce sont les repas ! Une casserole à fond plat adaptée à la plaque pour éviter de perdre de la chaleur inutilement. Pour conserver la chaleur, mettre un couvercle sur sa casserole. Evitez douvrir le four pour vérifier la cuisson du rôti.

55 La voiture, ça coûte cher, ça pollue… Les transports en commun utilisent moins dénergie quune voiture individuelle. Par exemple, le tramway consomme 15 fois moins dénergie par km et par personne. Choisissez de préférence des produits locaux et de saison, cela permet de réduire le recours aux serres chauffées et aux transports aériens et routiers, qui génèrent pollution et gaz à effet de serre. Aujourdhui, le gros électroménager doit afficher une étiquette énergie, ce qui facilite les achats malins… A comme « ah quel bon choix » G comme « gourmand » Et il y a même des étiquettes A+ et A++ pour les appareils les plus économiques.

56 Pensez à utiliser le micro-ondes pour réchauffer rapidement les petits plats Evitez de placer le frigo à côté dune source de chaleur comme une fenêtre ensoleillée ou un four car, dans ce cas, il consomme beaucoup plus ! L'air doit circuler derrière le frigo ! ne le coller pas trop au mur et pensez aussi à nettoyer la grille arrière. La consommation de froid coûte cher. Surveillez vos congélateur et frigo pour ne pas dépenser plus quil nest nécessaire. Règlez correctement le thermostat du réfrigérateur : 4 °C cest largement suffisant. Vérifiez que la porte du congélateur soit bien fermée. Dégivrez régulièrement ces appareils de froid (tous les 6 mois) car 4 mm de givre peuvent déjà faire doubler la consommation. Profitez-en pour vérifier létanchéité des joints.

57 Triez le linge pour choisir le programme le plus économique : une lessive à basse température (30 °C ou 40 °C) consomme 3 fois moins dénergie quun cycle à 90 °C et préserve le linge. Programmez lessorage pour faciliter le séchage et utilisez le fil à linge qui est gratuit et ne consomme pas délectricité ! Plus de la moitié de ce qui passe par nos éviers, WC… retourne à la nature. Pensez à laction de vos détergents sur la faune et la flore, et choisissez de préférence des produits « verts », portant des écolabels officiels (NF Environnement…). Nhésitez pas à réduire les doses prescrites : cela marchera aussi bien. Qui consomme 3 à 5 fois moins quune ampoule normale tout en durant 6 à 8 fois plus longtemps ? Lampoule basse consommation ! Des ampoules bien nettoyées, cest 40 % de flux lumineux gagné ! Programmez lappareil pendant les heures creuses nous permet seulement de réduire la facture ! Une lampe halogène consomme autant quune vingtaine dampoules basse consommation !

58 Evitez les piles ! Le mercure dune seule pile peut intoxiquer jusquà 500 litres deau. Préférez des piles rechargeables, branchez vos appareils sur le secteur ou, mieux, choisissez des chargeurs solaires ou à dynamo. Avant daller se coucher, le dernier réflexe de la journée est déteindre les appareils en veille… Et oui tout le monde a le droit de dormir ! En veille, un magnétoscope consomme 80 % de son énergie. Avant de se coucher, fermez les volets et les rideaux dans chaque chambre pour sisoler de lextérieur. Baissez le chauffage pour la nuit… Protégez la forêt : évitez dacheter des produits en bois tropicaux non-certifiés ; ils peuvent être à lorigine de la déforestation. Il existe des labels comme le label FSC (Forest Stewardship Council), qui garantissent la traçabilité des produits et une gestion des forêts respectueuse de lhomme et de la nature. »

59 SOURCES ET SITES UTILES Syndicat Intercommunal dEnergies de Maine et Loire


Télécharger ppt "SIEML. LEFFET DE SERRE Origine de leffet de serre « naturel » Sans cet effet de serre, la Terre aurait une température moyenne de -18°C au lieu de."

Présentations similaires


Annonces Google