La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Workshop #4 La télémédecine, secteur davenir Vendredi 11 octobre 2013.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Workshop #4 La télémédecine, secteur davenir Vendredi 11 octobre 2013."— Transcription de la présentation:

1 Workshop #4 La télémédecine, secteur davenir Vendredi 11 octobre 2013

2 Le parcours de soins des patients est optimisé par la télémédecine, domaine en pleine expansion. Face à l'évolution des systèmes de santé, comment mettre en place de nouvelles organisations de soins et quel rôle jouent les nouvelles technologies dans le développement de la médecine de demain Professeur Pierre Simon, Président Fondateur de l'Association Nationale de Télémédecine Raphaël Mastier, Responsable Pôle Santé Microsoft 2

3 La télémédecine Etat des lieux- Perspectives Dr Pierre SIMON Président de lAssociation Nationale de Télémédecine (ANTEL) Publicis Care Paris 11 octobre 2013

4 La croissance de la demande de soins liée au vieillissement Proportion des personnes âgées de 65 ans au moins, par région, en 2000 et en 2050 Source : U.S. Bureau of the Census (2000). 4

5 La croissance de la demande de soins liée au vieillissement Espérance de vie après 65 ans en France

6 World m 300 m 55 m 72 m Developed Developing 99 m 228 m * In million subjects 47% 116% 25% 140% 150% 102% 64% THE GLOBAL BURDEN OF DIABETES ( )

7 R. Gansevoort; Kidney Int 2004; Suppl 92: 7-10 Progression de lIRT (dialyse) chez les personnes âgées de plus de 65 ans Adjusted incidence rate (pmp) GN DM 1 IN Adjusted incidence rate (pmp) RVD Unknown DM 2

8 Nombre de médecins / hab. en Europe de lOuest Finland France Germany Italy Netherlands Sweden United Kingdom EU members before May 2004 Denmark OMS 2011

9 La densité en médecins généralistes et spécialistes dans les pays développés Starfield 03/10 WF 7318 n CountryPrimary CareSpecialists Belgium France Germany US Australia Canada Sweden Denmark Finland Netherlands Spain UK Norway Switzerland New Zealand OECD average Source: OECD Health Data 2009

10 La mortalité prématurée (avant 65 ans) est plus importante dans les pays de lOCDE où lorganisation des soins primaires est insuffisante *Predicted PYLL (both genders) estimated by fixed effects, using pooled cross-sectional time series design. Analysis controlled for GDP, percent elderly, doctors/capita, average income (ppp), alcohol and tobacco use. R 2 (within)=0.77. Source: Macinko et al, Health Serv Res 2003; 38: Year High PC Countries* Low PC Countries* PYLL Starfield 11/06 IC 5903 n

11 Evolution des dépenses de santé par habitant en France France Europe de lOuest OMS 2011

12 Lexpérience canadienne 16 millions (sur 31) de Canadiens ont au moins une maladie chronique 80% des adultes ont plus de 65 ans 60% des hospitalisations sont la conséquence de maladies chroniques. 2/3 des admissions aux urgences de lhôpital sont des exacerbations des maladies chroniques 80% des visites chez le généraliste sont en lien avec une maladie chronique. 60 à 80% des coûts totaux sont la conséquence des maladies chroniques.

13 Maladie aiguë/maladie chronique Prise en charge dune maladie aiguë Des symptômes transitoires Intervention médicale unique ou limitée dans le temps, non programmée (au domicile) Un besoin rare dhospitalisation (complications rares) Des traitements limités dans le temps (guérison) Un financement à « lacte » Une qualité de vie et une autonomie conservées Prise en charge dune maladie chronique Des symptômes permanents Interventions médicale et soignante régulières (programmées et non programmées) Un besoin fréquent dhospitalisation (complications fréquentes) Des traitements et soins permanents (pas de guérison) Un financement par nbx actes Une qualité de vie et une autonomie altérées

14 Les signes dune évolution non encore assumée Disparition de la permanence de soins de 1 er recours pour la maladie aiguë (consultations programmées de « spécialiste en médecine générale » depuis 2001) : la maladie aiguë bénigne et les urgences ressenties des patients avec maladies chroniques vont aux urgences de lhôpital depuis la fin des années 90 (250 à 400/passage, rapport Cour des Comptes 2007) : 80% de passages, 20% dhospitalisations Un suivi de la maladie chronique non adapté à la demande de soins et non coordonné entre les différents professionnels de santé : fréquentes complications et hospitalisations. Un financement non adapté. Les passages aux urgences et les hospitalisations évitables représenteraient de 10 à 20% de lONDAM hospitalier (7 à 14 Mds selon les rapports)

15 Un changement de paradigme….. 15

16 Le cadre de la santé numérique E-Santé (E-Health) SI en santé Télésanté (telecare) Télésanté (telecare) Télémédecine (telehealth- telemedicine) Linformation en santé pour une meilleure coordination DMP - interopérabilité Hôpital numérique et les 5 domaines partagés SI et HAD SI et MSP, PS, CS E-learning Linformation en santé pour une meilleure coordination DMP - interopérabilité Hôpital numérique et les 5 domaines partagés SI et HAD SI et MSP, PS, CS E-learning Services à la personne pour son bien être. Télésurveillance sociale Télémentorat Domotique Téléconseil sur le web Réseaux sociaux etc. Services à la personne pour son bien être. Télésurveillance sociale Télémentorat Domotique Téléconseil sur le web Réseaux sociaux etc. Actes médicaux de TLM pour des soins à distance ( téléconsultation, télé- expertise, télésurveillance médicale, téléassistance médicale) Nouvelles organisations des soins (les 5 priorités nationales) Actes médicaux de TLM pour des soins à distance ( téléconsultation, télé- expertise, télésurveillance médicale, téléassistance médicale) Nouvelles organisations des soins (les 5 priorités nationales) M-Santé (Mobile Health )

17 Lassise réglementaire Loi HPST du 21 juillet 2009 (article 78) : – « Forme de pratique médicale à distance utilisant les TIC » … « Met en rapport entre eux ou avec un patient un ou plusieurs professionnels de santé, parmi lesquels figurent nécessairement un médecin » Décret du 18 mai 2010 : – le projet régional de santé (PRS) comporte un « programme régional de télémédecine » Décret TLM du 19 octobre 2010 : – Encadre lactivité de TLM à travers 5 actes – Inscrit la télémédecine dans le droit commun des activités médicales : organisation, conditions de mise en œuvre (consentement patient, échange de données …), financement

18 La définition de la télémédecine clinique dans la Loi HPST - Art. 78 Art. L du code de la santé publique (21 juillet 2009) La télémédecine est une forme de pratique médicale à distance utilisant les technologies de linformation et de la communication. Elle met en rapport, entre eux ou avec un patient, un ou plusieurs professionnels de santé, parmi lesquels figure nécessairement un professionnel médical et, le cas échéant, dautres professionnels apportant leurs soins au patient. Elle permet détablir un diagnostic, dassurer, pour un patient à risque, un suivi à visée préventive ou un suivi post-thérapeutique, de requérir un avis spécialisé, de préparer une décision thérapeutique, de prescrire des produits, de prescrire ou de réaliser des prestations ou des actes ou deffectuer une surveillance de létat des patients. La définition des actes de télémédecine ainsi que leurs conditions de mise en œuvre et de prise en charge financière sont fixées par décret, en tenant compte des déficiences de loffre de soins dues à linsularité et lenclavement géographique.

19 Une définition simplifiée des actes médicaux de télémédecine pour définir les responsabilités engagées. Décret du 19 octobre 2010 La téléconsultation en présence du patient qui peut être assisté dun professionnel de santé médical ou non La télé-expertise entre médecins avec le dossier médical en labsence du patient La télésurveillance : transmission et interprétation par un médecin dun indicateur clinique, biologique et radiologique dune maladie La téléassistance dun médecin à un autre médecin ou à un secouriste ou toute personne portant assistance dans un contexte durgence Le téléconseil auprès du Centre 15 dans le cadre de la PDS

20 5 priorités nationales de déploiement Permanence des soins en imagerie Prise en charge de lAVC Santé des personnes détenues Prise en charge des maladies chroniques Soins en structure médico-sociale ou en HAD Degré de maturité

21 331 projets de TLM recensés fin 2012

22 44 % des projets opérationnels fin 2011

23 Les ¾ des projets sur les priorités nationales fin 2011

24 PLAN La télémédecine pour améliorer légalité daccès aux soins La télémédecine pour assurer la coordination et la continuité des soins chez les patients atteints de maladies chroniques La télésurveillance médicale peut-elle devenir un « produit actif » dans une approche coût- efficacité et coût-utilité ?

25 Une nouvelle organisation des soins assurant la gradation des soins entre les établissements de santé « le juste soin au bon endroit » 25 ES Pivot Spécialistes Plateau technique ES Pivot Spécialistes Plateau technique ES de proximité SAU ES de proximité SAU ES de proximité SAU ES de proximité SAU ES de proximité SAU ES de proximité SAU ES de proximité SAU ES de proximité SAU Téléconsultation Télé expertise Téléconsultation Télé expertise Téléconsultation Télé expertise Téléconsultation Télé expertise Radiologie, Cardiologie; Neurologie (AVC ++) Néphrologie Cancérologie (RCP) etc. Urgence Programmé Télé assistance Télésurveillance Chirurgie Urgence radiologie SI

26 Le modèle dune continuité des soins entre la ville et lhôpital, entre le premier et le second recours, structuré par la télémédecine 26 Domicile EHPAD M.de retraites Domicile EHPAD M.de retraites MSP Centre de santé Pôles de santé MSP Centre de santé Pôles de santé Spécialistes Premier recours Deuxième recours Télésurveillance Téléconsultation Télésurveillance Téléconsultation Télé expertise Téléconsultation Télé expertise Téléconsultation CHU, CH, cliniques Cabinets privés Réseau de télémédecine Coopérations entre professionnels de santé médicaux et non-médicaux DMP SI DMP SI Pharmacien dOfficine Pharmacien dOfficine

27 PLAN La télémédecine pour améliorer légalité daccès aux soins La télémédecine pour assurer la coordination et la continuité des soins chez les patients atteints de maladies chroniques La télésurveillance médicale peut-elle devenir un « produit actif » dans une approche coût- efficacité et coût-utilité ?

28

29 The Health-HUB system

30 Lévaluation du HTM dans la littérature en 2013 HTM Service médical rendu Qualité de vie améliorée Consommation de services en santé Modèle économique Diabète 1 et 2 Insuffisance cardiaque Troubles du rythme cardiaque Asthme, MPCO, Apnée du sommeil Hypertension artérielle Insuffisance rénale Niveau des preuves suffisant encore insuffisant à démontrer

31 Projets français de télésurveillance en cours dévaluation 31 Présentation du livre blanc octobre 2013 Domaine thérapeutique Projet Diabète Diabète insulinotraité Diabeo Cardiologie Insuffisance cardiaque OSICAT / solution CORDIVA CardiAuvergne SCAD Télésuivi des défibrillateurs implantés Hypertension artérielle Vigisanté Respiratoire SAS (Syndrôme de lapnée du sommeil) OPTISAS Téléobservance de la PPC Insuffisance rénale Dialyse à domicile et en UMD Calydial Télédialyse St Brieuc Diatelic - eChronic eNephro Autres projets recensés: OncoChic (oncologie), DomoMédecine patients (pluripathologies), suivi des plaies chroniques à St Brieuc

32 PLAN La télémédecine pour améliorer légalité daccès aux soins La télémédecine pour assurer la coordination et la continuité des soins chez les patients atteints de maladies chroniques La télésurveillance médicale peut-elle devenir un « produit actif » dans une approche coût-efficacité et coût-utilité ?

33 lévaluation médico-économique de la TLM Le choix entre 4 méthodes dévaluation : – La méthode de minimisation des coûts lorsque la télémédecine clinique ne montre pas de supériorité, ni dinfériorité – La méthode coût-efficacité recommandée en France ( HAS 2011), mais les critères defficacité en matière de HTM peuvent être immédiats ou à plus long terme. – La méthode coût-utilité reposant sur la valeur du QALY variable selon les pays ( au RU, aux USA, aux Pays Bas). Elle aurait néanmoins lavantage dêtre une unité qui permettrait un benchmark entre des études ayant des critères cliniques hétérogènes. (selon la HAS) – La méthode coût-bénéfice correspondant à ce quun patient accepterait de payer pour avoir une prestation de soins qui lui conviendrait en matière de qualité de vie.

34 Le dispositif de télésurveillance médicale Patients au domicile Professionnels de santé Relation H-H Professionnels de santé Relation H-H Tiers technologiques « Produit actif de télémédecine» « Produit actif de télémédecine» Dossier médical partagé Soins coordonnés Dossier médical partagé Soins coordonnés Dispositif médical communicant avec indicateurs Systèmes experts Dispositif médical communicant avec indicateurs Systèmes experts Aidants Prestataires de santé Prestataires de santé Education thérapeutique par TLM ( self management) Education thérapeutique par TLM ( self management) IDE Mode de télésurveillance synchrone ou asynchrone Mode de télésurveillance synchrone ou asynchrone Coaching par call center Plateforme de télésurveillance Relation H-M Plateforme de télésurveillance Relation H-M

35 35

36 Lutilisation de DIABEO améliore lHbA1c à 6 mois p < 0,002 p = 0,022 p = 0,331 p = 0,093 p < 0,001

37 Plus de patients à lobjectif à 6 mois dans le groupe DIABEO + Suivi téléphonique % de patients avec HbA1c < 7,5% p=0.099 p=0.007 p=0.272

38 L éducation thérapeutique au domicile du patient (SCAD de Basse-Normandie)

39 Dans la télésurveillance au domicile des patients en insuffisance cardiaque (1) Lapplication du Home TeleMonitoring (HTM) est la plus étudiée (plus dune dizaine détudes avec > 300 patients, et une trentaine de petites études < 100 patients). Le point de la littérature internationale au 1 er juillet 2013 – Morbi-mortalité à 6 ou 12 mois : 3 méta-analyses montrent un effet favorable du HTM (Klersy C et al 2009, Inglis SC et al 2010, Polisena J et al 2010), 2 études RCT ne montrent pas deffet favorable (Chaudhry ST et al 2010, Koehler F et al 2011), 1 étude non RCT et comparative de 2 sous- groupes montre un effet favorable dans le groupe des « responders » ( + LVEF > 5%, + 6MWD > 30 m, réduction de > 24 pts du MLHF questionnaire) (Giordano A e al,2013), 1 étude RCT montre un effet favorable si associé aux admissions hospitalières (Boyne JJ et al, 2012), 1 méta-analyse comparant HTM et Call center montre un effet favorable de HTM (Pandor A et al, 2013). – Létude française SCAD montre un effet favorable du HTM + Education thérapeutique permanente, à 3 ans ( 0% de mortalité dans le groupe intervention vs 18% dans le groupe contrôle) ( Sabatier R et al, 2013, en cours de publication)

40 Dans la télésurveillance au domicile des patients en insuffisance cardiaque (2) La plupart des études montrent une diminution du nombre dhospitalisations et/ou de la durée de séjour en cas dhospitalisation au bénéfice de HTM, dont leffet serait également supérieur au Call Center. Toutes les études montrent une amélioration de la qualité de vie des patients, notamment en cas de « self-management » ou déducation thérapeutique. Lintérêt détudier des sous-groupes de patients avec Insuffisance cardiaque est souligné dans les dernières études publiées ((Giordano A e al,2013).

41 Dans la télésurveillance au domicile des patients avec HTA non contrôlée (1) Soutien téléphonique automatisée ou par infirmier dans lhypertension artérielle non contrôlée améliore lobservance (Friedman RH et al, Am J Hypertens. 1996, Pinto BM et al, Am J Prev Med, 2002, Bosworth HB et al, Patient Educ Couns, 2005, Artinian N et al, Nurs Res, 2007, Bosworth HB et al, Am Heart J, 2007, Madsen L et al, Blood Press. 2008, Shaw R et al, J Clin Nurs. 2012), lamélioration du contrôle tensionnel survenant chez ceux qui ont la meilleure observance. Le HTM convient mieux aux patients et favorise le « self management » (Friedman RH et al, J Med Syst.1998, Bosworth et al, Contemp Clin trials, 2007, Cottrell E et al, BMJ Open, 2012) La combinaison du HTM et du « self management » améliore le contrôle de lhypertension artérielle dans les soins primaires (Mc Manus RJ et all, TASMINH2 study, Lancet,2010, Bosworth HB et al, Arch Intern Med, 2011, Parati G et al, TELEBMET Study, 2013, McKinstry B et al, HITS study, BMJ, 2013) HTM conduit les patients et les professionnels de santé ( des soins primaire) à accepter loptimisation du traitement pharmacologique. ( Hanley J et al, HITS study, BMJ Open, 2013)

42 Dans la télésurveillance au domicile des patients avec HTA non contrôlée (2) Lintérêt de la coopération entre professionnels de santé (Infirmiers cliniciens, Pharmaciens, médecins de soins primaires) pour obtenir des résultats significatifs dans le contrôle tensionnel est démontré par plusieurs études. (Bosworth HB et al, Patient Educ Couns.2005, Chiu CW et al, Int J Nurs Stud. 2010, Kim MT et al, J Clin Hypertens. 2011, Hebert PL et al, J Gen Intern Med. 2012, Kerry SM et al, CMAJ. 2013, DeBusk RF et all Arch Intern Med. 1999, Burke JM et al, Pharmacotherapy. 2008, Green BB et al, JAMA.2009, Magid DJ et al, Am J Manag care.2011, Santschi V et al, Arch Intern med. 2011, Santschi V et al, Diabetes Care. 2012, Heisler M et al, Circulation,.2012, Margolis KL et all JAMA, 2013.) La plupart des études médico-économiques montrent un surcoût de HTM dans lhypertension non contrôlée, qui pourrait être couvert ou même bénéficiaire par une réduction des complications CV à moyen et long termes. (Omboni S et al, J Hypertens.2013, Stoddart A et al, BMJ Open.2013)

43 Cadre organisationnel de la télésurveillance Contrat de télémédecine Coordonnateur Projet médical Coordonnateur Projet médical Autorisation « Télémédecine » Hébergeur de données à caractère personnel Convention Autres Professionnels de Santé (infirmier(e)s) Protocole de coopération Médecin libéral ou Etablissement de santé ou Organisme de santé ou réseau de santé Médecin libéral ou Etablissement de santé ou Organisme de santé ou réseau de santé Convention télémédecine Prestataires Contrat de vente et de service (incluant les obligations liées à la convention télémédecine) IndustrielS Convention

44 Modalités financières de prise en charge La rémunération de la télésurveillance médicale doit passer par un financement par forfait En matière de télésurveillance il existe 4 axes de rémunération distincts : – Produit – Prestation de service technique – Prestation de Télésurveillance (paramédicaux, …) – Prestation médicale – +/- Lhôpital (en discussion) Larticle 29 du PLFSS 2014 : véritable opportunité pour tester les différentes modalités les plus à même de mobiliser lensemble des acteurs

45 ,000 1, % 100% Bonne santé indépendant Gestion de la pathologie chronique Généraliste Maison de santé Domicile assistance Rééducation Moyen séjour Hôpital Soins intensifs Clinique MCO Coût de la journée Qualité de vie La télémédecine contribue à la mise en place dun nouveau modèle de prise en charge des maladies chroniques Télésurveillance Teleconsultation Tele expertise

46

47 PROGRAMME PRÉLIMINAIRE APPEL À COMMUNICATION INSCRIPTION LES PARTENAIRES DU CONGRÈS Retrouvez toutes ces informations sur


Télécharger ppt "Workshop #4 La télémédecine, secteur davenir Vendredi 11 octobre 2013."

Présentations similaires


Annonces Google