La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Restitution de lEtude sur la culture commune développée au sein du Réseau FAR International Montpellier, le 27 novembre 2013.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Restitution de lEtude sur la culture commune développée au sein du Réseau FAR International Montpellier, le 27 novembre 2013."— Transcription de la présentation:

1 1 Restitution de lEtude sur la culture commune développée au sein du Réseau FAR International Montpellier, le 27 novembre 2013

2 2 Des objectifs sur 4 points essentiels: Formuler la position et létat des réflexions du réseau FAR sur la thématique centrale des DNFAR Identifier et faire le point sur les principaux sous- thèmes (de la thématique centrale des DNFAR) Faire émerger une culture commune à lensemble des membres du réseau FAR Fournir des éléments de langage transposables et diffusables par tous. Pour aboutir aux résultats ci après : La position et létat de la réflexion sur la thématique centrale des DNFAR constituant les éléments précurseurs dune culture RFAR commune émergeante Les principaux sous-thèmes (de la thématique centrale) que le réseau a mis en avant constituant les prémices de langage commun qui soit diffusable et transposable

3 3 Revue documentaire limitée essentiellement aux travaux récents (documents et actes des AG de Tunis (2008) et Yaoundé (2009 et 2012), les études au Cameroun, à Madagascar et au Maroc et le document portant sur lEvaluation à mi parcours du Projet Appui au Développement de lExpertise FAR (ADEXFAR) financé par lAgence Française de Développement). Entretiens téléphoniques avec les acteurs du CP, du SE, des représentants des OP et des partenaires techniques et financiers (Sur vingt huit (28) entretiens à réaliser seulement vingt (20) entretiens ont pu se dérouler normalement)

4 4 Une vision unique mais éclatée de la FAR pour : - Répondre aux besoins de lagriculture - Permettre aux personnes formées de sépanouir - Répondre aux nouvelles exigences de lagriculture

5 5 Plusieurs missions multiples pour la FAR : - Missions de formation initiale et continue pour faire face aux besoins de lagriculture en capital humain et en qualifications de ressources humaines - Missions dinsertion sociale et professionnelle pour permettre aux personnes formées de sépanouir - Missions de développement des capacités et du capital humain pour répondre aux nouvelles exigences de lagriculture

6 6 les enjeux à prendre en compte : - Former des citoyens responsables et organisés et en nombre - Former et insérer des jeunes en grand nombre - Former des techniciens pour accompagner, encadrer

7 7 Au niveau de la FAR plusieurs acteurs ou groupes dacteurs coexistent, travaillent et interagissent pour en faire un pion important de la politique économique et social. Mais les activités conduites par chaque acteur peuvent différer ; il en est de même pour les positions occupées et les rôles joués par les uns et les autres: - Les acteurs institutionnels étatiques - Les collectivités locales et territoriales - Les professionnels en amont et en aval de la production et leurs organisations - Les acteurs dans les dispositifs de FAR - Les partenaires techniques et financiers - La recherche, le conseil/vulgarisation et les organismes dappui

8 8 Une grande complexité et une grosse ambigüité Une organisation géographique du dispositif comme réponse aux défis des territoires Les types dagriculture et la professionnalisation : un débat polémique constant Formation initiale et continue : des ruptures à entreprendre La FAR dans les politiques publiques entre réalités et absences Des dispositifs gérés quasi exclusivement par les acteurs institutionnels Le financement de la FAR : une équation à deux inconnues à résoudre Les organisations professionnelles, la société civile rurale : une participation mitigée Des compétences en management pour participer Accompagner les jeunes formés La FAR, le rural à bien prendre en compte

9 9 La FAR un creuset de la réflexion sur la formation de masse La vision que nous avons de la FAR ……. est de voir la réflexion sur la formation de masse en milieu rural soutenue et renforcée dans le cadre de la politique nationale de développement agricole et rural ; en dautres termes, la formation des agriculteurs et des populations rurales en contribuant à la création et au développement de dispositifs de formations agricoles, techniques et professionnelles adaptés à leurs demandes.

10 10 La FAR pour accompagner le développement de lagriculture familiale Il faut assurer le développement de lagriculture familiale qui se professionnalise et qui souvre vers le marché, la gestion, la transformation, la commercialisation, etc..

11 11 La FAR : intégration dans les agendas et les grands débats La FAR doit favoriser le partage des expériences, la capitalisation, la communication, la concertation. Lexpertise cest bien, mais il faut travailler à amener beaucoup plus de gens capables de peser sur les choses qui se décident.

12 12 La FAR : plusieurs interrelations à créer ou à développer Le fait que dans les pays le dispositif FAR est dispersé dans plusieurs ministères entraîne forcément la prise de mesures qui vont au-delà de la simple coordination. Il sagit de formater des cadres viables pour harmoniser et mettre en commun afin de faire plus que ce que les Stratégies Nationales de Formation Agricole et Rurale (SNFAR) nont pu faire La relation recherche-formation-conseil/vulgarisation au service des producteurs (jeunes et agriculteurs) doit être développée et renforcée. Le Réseau Far sil est bien constitué constitue un bel outil pour réaliser les synergies, mettre les acteurs ensembles afin quils tirent dans la même direction.

13 13 La FAR : des expressions qui se constituent progressivement Acteurs de la FAR : ce sont lensemble des personnes physiques ou morales qui agissent et interagissent au nom de la formation agricole et rurale. Agriculture familiale : cest lensemble des travaux pour la production végétale et animale qui se déroulent au sein des familles. Dispositif de la FAR : cest lensemble des moyens et des manières dans un pays, une région ou une zone pour permettre à la formation agricole et rurale de se réaliser. Exploitation agricole familiale : cest lunité de production agricole de la famille. FAR : cest lensemble des moyens par lequel on donne à des personnes des connaissances théoriques et pratiques sur lagriculture et la ruralité. Gestion durable de lagriculture : cest lorganisation efficace et pérenne des productions végétale et animale. Insertion professionnelle : cest lensemble des moyens pour intégrer les personnes formées par la FAR dans un milieu de travail. Insertion sociale : cest lensemble des moyens pour intégrer les personnes formées par la FAR dans un milieu de vie. Modernisation de lagriculture : cest lensemble des moyens dorganisation et dactualisation de la production végétale et animale conformément aux innovations techniques et technologiques en cours. Professionnalisation des agriculteurs : cest le fait de donner aux agriculteurs un métier c'est-à-dire une occupation après un apprentissage ou une formation. Réseau FAR : cest lensemble des acteurs intervenant dans la FAR et qui acceptent de se mettre ensemble pour se coordonner, mettre en commun tout ce quils ont et le partager. Ruralité : cest tout ce qui est lié à la vie et aux activités dans les campagnes en dehors des villes (hors urbain).

14 14 1. La FAR, selon les pays plusieurs variantes de dispositifs, les DNFAR en 3 catégories de groupes Le dispositif de FAR selon les pays garde une certaine spécificité qui ne permet pas souvent de généraliser plusieurs conclusions

15 15 2. La FAR, selon les pays des amalgames entre Dispositif/ FAR et Réseau/FAR La confusion des positions au sein du dispositif FAR et du Réseau FAR est la base de lamalgame qui existe et qui risque de ne pas disparaître si des précisions ne sont pas apportées à temps sans remettre en cause la souveraineté des plateformes nationales

16 16 3. La FAR, selon les pays une présence mitigée et une participation marginale des collectivités locales et territoriales

17 17 4. La FAR, les enseignants/chercheurs et les chercheurs, des positions à conforter Selon les pays lenseignement et la formation supérieurs et la recherche agricoles et agro alimentaires ont une implication mitigée en tant quacteurs mais aussi en tant que fournisseurs de services.

18 18 5. La FAR, pour produire mieux et plus (moderniser et augmenter la productivité) Selon les pays, le besoin de modernisation de lagriculture et daugmentation de la productivité agricole est une donnée permanente que la FAR dans tous les pays doit prendre en compte en apportant sa contribution aux côtés des autres secteurs dactivités des Etats.

19 19 6. La FAR, pour un développement de lagriculture familiale Dans les pays des groupes 1 et 2, lagriculture familiale constitue le principal cadre dévolution des activités agricoles et le principal fournisseur de produits. Cependant, elle a du mal à couvrir tous les besoins en produits pour plusieurs raisons dont le manque dadaptation au nouvel environnement de production

20 20 8. La FAR, pour une gouvernance large et partagée Une gouvernance partagée et large impliquant et responsabilisant tous les acteurs permet à chacun de jouer sa partition

21 21 9. la FAR, un élément dun dispositif qui intègre linsertion La FAR au risque de disparaître parce ne nattirant plus du monde ou noffrant plus de perspectives doit avoir son propre dispositif pour insérer ses propres produits

22 22 9. la FAR, pour insérer là où il faut (développement des territoires) Les bassins de production sont de potentiels bassins demploi, cest pourquoi la FAR doit avoir des dispositifs adossés à ces bassins

23 la FAR, pour contribuer à la structuration de la profession agricole et du monde rural La FAR en augmentant le niveau de prise de conscience des producteurs et des ruraux favorise leur structuration dans des cadres plus élaborés et mieux organisés et conformes aux lois et aux normes mises en place à cet effet. En Afrique le syndicalisme agricole et rural est porté par des personnes formées et qui sont au diapason des évolutions de lenvironnement local, régional, national et international.

24 24 En définitif, on peut penser quil existe une certaine unanimité de pensées et dactions entre les différents membres du réseau FAR. Mais, on doit constater : Que selon les pays le jugement porté sur la FAR doit être nuancé car les dispositifs nont pas les mêmes niveaux de performance et la même envergure, Que les plateformes nationales (Réseau FAR dans les pays) nont pas la même structuration ni le même degré dorganisation ce fait quil existe des disparités énormes, Que les acteurs recensés nont pas toujours le même niveau dimplication et parfois ce sont les acteurs institutionnels (lEtat et ses démembrements, les formateurs) qui ont la main mise sur le dispositif de la FAR, Que selon les pays, les dispositifs de FAR ne sont pas gouvernés de la même manière et mieux des instruments de gouvernance partagée ne sont pas en place Que linsertion des formés des dispositifs de la Far constitue une préoccupation majeure dans presque la quasi-totalité des pays Ces différents constats sont valables pour tous les pays membres et le Réseau Far doit prendre en compte les recommandations ci après pour amener progressivement les plateformes nationales à se mettre à niveau.

25 25 1. Sur la formation au sein du réseau 2. sur louverture du réseau à linternational et aux organismes 3. sur lappui aux réseaux nationaux 4. sur la communication du Réseau FAR international

26 26 Je vous remercie de votre aimable attention


Télécharger ppt "1 Restitution de lEtude sur la culture commune développée au sein du Réseau FAR International Montpellier, le 27 novembre 2013."

Présentations similaires


Annonces Google