La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Durbuy, le 28 Mai 2011 Dr Albert Fox Interniste-Urgentiste(er) Collaborateur Scientifique au CIDES (FUNDP)

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Durbuy, le 28 Mai 2011 Dr Albert Fox Interniste-Urgentiste(er) Collaborateur Scientifique au CIDES (FUNDP)"— Transcription de la présentation:

1 Durbuy, le 28 Mai 2011 Dr Albert Fox Interniste-Urgentiste(er) Collaborateur Scientifique au CIDES (FUNDP)

2 Compatibilité : caractère de ce qui est compatible, doit être compris ici non comme une simple tolérance ou une simple coexistence indifférente mais comme une simultanéité impliquant le respect des deux notions en présence. Ethique : constitue une branche de la philosophie qui étudie les fondements des mœurs et de la morale

3 Léthique nest pas un livre de recettes à consulter comme un « guide du routard » dans une situation nouvelle ou imprévue Elle constitue un questionnement et une réflexion sur la morale et la moralité de nouvelles propositions ou situations engendrées par des avancées scientifiques, technologiques ou de nouvelles lois,… Le caractère évolutif de léthique la différencie de la morale qui est établie.

4 Elle a un caractère personnel même si elle rejoint des valeurs partagées ou sinterroge sur des règles ou des normes dune profession déterminée, Ce qui la rapproche et la différencie de la déontologie, Lévolution des mœurs et des lois questionne évidement léthique médicale dune façon particulière selon lépoque et lendroit. Avortement et euthanasie en Belgique Euthanasie et grossesses assistées Belgique et France

5 Décision : action de décider dont létymologie latine decidere signifie couper, trancher, décider cest choisir après réflexion, (point commun avec léthique). Décision individuelle (soignant/soigné) Décision de santé (organisation des soins pour la collectivité) Décision peut aussi signifier être à lorigine de en faisant suite elle-même à une décision préliminaire (ex : choix dexamen complémentaire, choix parmi des diagnostic différentiels va décider de la thérapeutique à proposer)

6 Elle a sérieusement évolué depuis 3-4 décennies. Lépoque dite post-moderne a vu le rejet du paternalisme médicale. La relation médecin-patient et passée dun axe vertical à un axe nettement plus horizontal. Le médecin qui sait et décide a fait place au médecin qui informe/explique et au patient qui décide du moins selon la loi sur « Le droit des patients ».

7 D'une relation particulière bienveillante et savante mais néanmoins autoritaire, on est passé à un rapport de type beaucoup plus contractuel respectant/(forçant) lautonomie. Succès des services durgence ?? Le médecin est responsable de linformation qui doit permettre au patient de choisir et décider en connaissance de cause, en toute autonomie…

8 Néanmoins persiste une asymétrie inévitable celui qui demande de l'aide et celui qui peut ou doit apporter cette aide, celui qui est couché et celui qui est debout, celui qui est nu et celui qui a la blouse blanche Celui qui sait et celui qui attend lexplication Même si le patient ne dit plus « Docteur cest vous qui savez…! Souvent, cest ce quil attend. Le degré de partage peut être inégal, inexistant ou parfois impossible,

9 Dans la décision un facteur fondamental dont il faut tenir compte est la vulnérabilité du patient (ou de son mandataire). Ne pas oublier la vulnérabilité propre du médecin (peur du risque et/ou de la responsabilité, pression de lenvironnement, solitude de la décision, dilemme du refus de soin, intérêt personnel, …)

10 Ethique de la vertu Ethique de la conviction Ethique du devoir Ethique de la responsabilité Ethique basée sur le principisme Ethique de la discussion Ethique de la sollicitude Ethique procédurale Ethique casuistique Ethique féministe Ethique narrative Ethique utilitariste Ethique de lurgence Ethique du consentement Ethique de la décision Ethique interculturelle Ethique de la confiance

11 1° Autonomie 2° Bienfaisance 3° Non-malfaisance 4° Justice (Justice distributive) 5 ° Précaution ? Ethique du devoir Respect dun ensemble de règles appliquées a priori et ayant le statut dobligations morales

12 Les décisions sont considérées comme acceptables dès lors que les conditions formelles de discussion ont été respectées. La procédure est plus importante que le résultat lui-même Les différents acteurs avancent chacun leurs meilleurs arguments au cours dune discussion rationnelle et horizontale en espérant que de cette confrontation naîtra un consensus « hic et nunc ». Ethique de la discussion

13 Ethique utilitariste La règle est de choisir laction/loption qui permet de réaliser le plus de bien au plus grand nombre. Lutilitarisme, retient « lutilité » comme unité de mesure et définit ce principe comme « le plus grand bien pour le plus grand nombre ».

14 Parmi les autres mesures utilisées dans la prise de décision relative aux soins de santé figurent le coût / efficacité et les systèmes de mesure de la qualité de la vie,

15 éthique hippocratique : la décision médicale répond à un devoir dassistance, quelque soit le résultat attendu, et quel qu'en soit le coût. éthique économique : Les décisions engageant les finances collectives doivent donc être justifiées auprès des organismes payeurs. La décision médicale est le fruit dune optimisation entre les finances et léthique hippocratique. Elle donne naissance à une éthique de responsabilité dans lutilisation des ressources

16 Léthique est la préoccupation première du volet humain de la décision médicale. Le but devrait être de faire du bien, en tout cas plus de bien que de mal. Il importe de tenir compte des motivations et souhaits du malade. Léquité ou la justice doit aussi tenir compte de la collectivité et de lusage des ressources. Cet aspect nest pas réservé au seul champ des décideurs.

17 Selon Pierre Le Coz en se basant essentiellement sur léthique du principisme : « la plupart des décisions médicales nappellent pas de réflexion éthique » Léthique intervient lorsque le praticien est confronté à des choix pour lesquels ses valeurs, ou des valeurs socialement partagées, entrent en conflit les unes avec les autres. »

18 Néanmoins, lobligation / le devoir dinformation au sujet de la décision médicale même mineure en apparence est un acte éthique en lui-même et par son contenu. Le malade ou son représentant est sensé donner son accord pour tout acte médical. Le médecin est tenu de proposer le meilleur traitement ou les meilleurs choix possibles.

19 Modèle paternaliste basé sur la bienfaisance Modèle post-moderne basé sur lautonomie Décision partagée En présence de deux ou plusieurs choix Analyse des faits avec les conséquences +/- des options et les probabilités de survenue, (Objectivité médicale mais subjectivité de lexpérience) Questionner les préférences du patients qui dépendent de ses valeurs personnelles (Subjectivité du patient) Information compréhensible suffisamment complète et réaliste (optimiste / pessimiste)

20 Délibération : permet dévaluer le degré de compréhension (situation, gravité, possibilité de choix) et discuter des avantages et risques. ->Décision consensuelle évidente ->Compromis qui paraît être le meilleur choix HIC ET NUNC ->Si Refus : nouvelle information complète sur les conséquences probables et possibles. Décision palliative ou décision de passer la main.

21 Information complète du patient Vérification de sa compréhension Respect de son autonomie Responsabilisation du médecin dans la décision Accompagnement de la décision Respect des souhaits/préférences du patient Implication du patient dans la décision doù meilleure compliance probable,

22 Interroger la personne de confiance (selon le patient) si elle existe, Informer le mandataire (selon la loi) sil est connu et accessible et tenir compte de son avis Si en labsence du représentant légal, il y a nécessité urgente dintervention médicale, le consentement du patient sera présumé, à moins que sur la base dune conviction ou ferme déclaration préalable, il ne soit évident et indéniable quil aurait, dans pareil cas, refusé lintervention

23 Léthique fait partie intégrante de la médecine or médecine = décision Le problème nest pas au niveau dune éventuelle incompatibilité, mais dune absence de réflexion éthique dans la décision médicale. Même si toute décision médicale ne comporte pas un dilemme éthique, il est sans doute prudent de se poser la question avant la prise de décision.

24 Nécessité (obligation morale), même en urgence, de prendre la bonne décision, Placer le patient en premier lieu dans la réflexion. Se méfier des a priori, des approximations (techniques, diagnostiques), Réfléchir à la pertinence des traitements agressifs (acharnement vs abandon thérapeutique) Intégrer plusieurs paramètres (les patient, la société, les deniers publics,…) Léthique fait partie de la décision médicale, il sagit dun tandem.

25 « Agis de telle sorte que tu traites lhumanité aussi bien dans ta personne que dans la personne de tout autre toujours en même temps comme une fin, et jamais seulement comme un moyen ». E. Kant, Impartialité Réciprocité Exemplarité (John Ralws)

26 Merci de votre attention


Télécharger ppt "Durbuy, le 28 Mai 2011 Dr Albert Fox Interniste-Urgentiste(er) Collaborateur Scientifique au CIDES (FUNDP)"

Présentations similaires


Annonces Google