La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Avec des illustrations afghanes EHESS, Exposé du 13 janvier 2009 Ruxandra Boro S.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Avec des illustrations afghanes EHESS, Exposé du 13 janvier 2009 Ruxandra Boro S."— Transcription de la présentation:

1 Avec des illustrations afghanes EHESS, Exposé du 13 janvier 2009 Ruxandra Boro S

2 Lentrepreneuriat : un enjeux mondial Définitions de lentrepreneur dans le temps Types dentrepreneur(e)s: illustrations afghanes Celles à qui on a enseigné lentrepreneuriat et qui le pratiquent avec succès : Kamela, Latifa, Katrin, Nasima, Ulus Bibi… Lentrepreneuriat féminin réflété dans les ouvrages universitaires

3 Quelques repaires Limportance socialement admise du phénomène de création d'entreprise redonne à la personne de l'entrepreneur un rôle primordial comme acteur de la vie du XXIe siècle… (Tounès, p. 14) Lntrepreneuriat est considéré comme un atout important pour le développent économique et la compétitivité : Le livre vert de lUnion Européenn (EU) Le rapport dOslo EU 2006 GEM 2007 Le nouveau programme dindicateurs pour lentrepreneuriat OCDE 2008 Maslow résume limportance de lentrepreneuriat sur fond de crise économique et sociale: les 100 personnes les plus importantes à faire venir dans une société en train de se détériorer ne seront pas des économistes, des politiciens, ou des ingénieures, mais plutôt 100 entrepreneurs (Nelson quoting Maslow, p. 880).

4 Des femmes entrepreneurs ont fait leur apparition à grande échelle dans les pays du nord dans les années 1970s; plus nombreuses encore dans les pays du sud, elles sont sorties de lombre et elles ont pris une place importante en tant que clientes de microfinance et des services déducation entrepreneuriale. Des politiques nationales et internationales promouent lentrepreneuriat tant pour les hommes que pour les femmes.

5 Quest-ce que lentrepreneur, lesprit dentreprise? Il existe un grand nombre de définitions: la confusion régne dans la façon dont on utilise les termes entrepreneuriat et entrepreneur; y compris au sein de la même institution (OECD, SWP; 2008/1, p. 5). « Il n'existe aucune théorie de l'entrepreneur qui fasse lunanimité au sein de la communauté scientifique » (Tounès citant Casson, p. 2). Lamalgame est souvent fait entre entrepreneur et manager, chef dentreprise, capitaliste, travailleur indépendant, voire artisan.

6 Les définitions de lentrepreneur peuvent être mises en perspective avec des mutations culturelles et/ou économiques qui ont traversé des pays et affecté le fonctionnement de leurs sociétés. Les changements politiques, technologiques et démographiques ont poussé les entrepreneurs à adopter de nouvelles attitudes et aptitudes, plus conformes à la nature et à lintensité des modifications et des évolutions apparues dans leur environnement (Tounès, p. 3). Vérin (1982) retrace lévolution du sens du mot depuis le XIIIe siècle. Il évoque toujours une combinaison de force et de ruse, de prise de risque et de calcul (Dictionnaire de sociologie Le Robert, Seuil, 1999). Entrepreneur et manager, des termes dorigine française Say Cantillon

7 Savary au XVIème siècle, assimile lentrepreneur au "parfait négociant" ; l'encyclopédie d'Alembert et de Diderot le définit en 1755, comme "celui qui se charge d'un ouvrage ; on dit un entrepreneur de manufactures, un entrepreneur en bâtiments (Tounès, p. 4) Lentrepreneur remplit une fonction spécifique en économie. Ce rôle est identifié par léconomie politique française (Cantillon, Say) et par lécole autrichienne (Schumpeter, Mises, Kirzner). Quil sagisse « dacheter à un prix certain et de vendre à un prix incertain » (Cantillon) ou dinnover par une « destruction créatrice » (Schumpeter), cela revient à constituer un réseau coordonné dacteurs dans un contexte incertain et donc risqué (Dictionnaire de sociologie Le Robert, Seuil, 1999, p. 188)

8 Lentrepreneur fait son entrée dans la théorie économique avec Cantillon pour qui il est est celui qui accepte professionnellement le risque » (Tounès, p. 7). Vers 1730 Cantillon définit lentrepreneuriat comme tout type dauto- emploi et les entrepreneurs comme des personnes qui prennent des risques (OECD, SWP; 2008/1, p. 6). Lentrepreneur de Say est l'agriculteur, le manufacturier, le commerçant, ou pour les désigner par une dénomination commune à tous les trois, cest lentrepreneur dindustrie, celui qui « entreprend de créer pour son compte, à son profit et à ses risques, un produit quelconque ». Dans la pensée de Say, diriger et organiser dune part, prendre des risques, dautre part, sont les deux traits les plus caractéristiques de lactivité de lentrepreneur … (Tounès, p. 7).

9 Des perspectives sur lentrepreneuriat qui exercent de linfluence : Pour Schumpeter lentrepreneur (1934) est un innovateur qui apporte/profite du changement sur le marché en différentes formes (nouveau produit; nouveau mode de production; nouveau marché; nouvelle source daprovisionnement ou matières nouvelles; nouvelle méthode organisationnelle); il crée un désequilibre sur le marché par son innovation qui est destructeur, mais pas dans une sens négatif. (OECD, SWP; 2008/1, p. 8). Pour Kirzner lentrepreneur est essentiellement un arbitrageur. (OECD, SWP; 2008/1, p. 7). Pour Drucker (1985, 1999) lentrepreneur crée une nouvelle organisation (correspond a la vision de Schumpeter, douvrir un nouveau marché et de Say, dêtre un organisateur). (OECD, SWP; 2008/1, p. 8).

10 Parmi les thèmes qui émergent, lentrepreneur prend des risques, innove, ou crée quelque chose de toutes pièces (produits, processus, marché ou firme); il fait une opération darbitrage, menant une activité différente de celle de gestion dune entreprise (OECD, SWP, 2008/1, p. 8).

11 Les entrepreneurs sont des personnes (chefs dentreprises) qui essayent de créer de la valeur, par la création ou lexpansion dune activité économique, qui identifient et exploitent de nouveaux produits, processus ou marchés. Lactivité entrepreneuriale est laction humaine dentreprendre qui cherche à générer de la valeur, par la création ou lexpansion dune activité économique, par lidentification et lexploitation de nouveaux produits, processus ou marchés. LEntrepreneuriat désigne les phénomènes associés à lactivité entrepreneuriale. (OECD, SWP, 2008/1, p. 14).

12

13 1. Entrepreneur ou manager? … Intrapreneur! Altaï Consulting, un exemple dentreprise qui a une approche intrapreneuriale en Afghanistan Trois partenaires français créent Altaï à Kaboul en 2003, avec E déconomies. Bureau détudes et denquêtes, CA 3 millions/an, 125 salariés; 24 expatriés plus une centaine de collaborateurs sur tout le territoire afghan. Deux métiers: télécom et média, aide humanitaire et développement. consulté le

14 2. Lentrepreneur social L entrepreneur social reconnaît un problème social et utilise des principes entrepreneuriaux pour organiser, créer et gérer une entreprise pour opérer un changement social, (Wikipedia : consulté le 10 déc 2008.entrepreneuriauxsocial Ne pas confondre entrepeneuriat social avec responsabilité sociale des entreprsies (RSE) qui se réfère au triple profit souhaité (et souhaitable) (http://www.som.cranfield.ac.uk/som/research/centres/ccrhttp://www.som.cranfield.ac.uk/som/research/centres/ccr /downloads/Small_is_%20Sustainable.pdf, consulté Le 10 dec 2008). social économique Entreprise environne ment

15 2. Lentrepreneur social PARWAZ, un exemple dentreprise qui a une vision sociale en Afghanistan Katrin Fakiri, une afghane qui revient dans son pays dorigine des Etats Unies, créé Parwaz de toutes pièces en 2002 à Kaboul. Parwaz est la seule institution de microfinance (IMF) afghane créé par des afghans. Premiers prêts : mars En oct 2008: clientes (100% femmes); sur 28 districts, prêts octroyés, 483 MM USD (cumulatif); 6 MM USD dépargne; 138 salariés. Récemment Katrin a été nommée directrice de MISFA (Microfinance Investment Facility for Afghanistan) qui surveille et alimente en fonds les principales IMF du pays. consulté le consulté le

16 2. Lentrepreneur social Gulestan, un exemple dentreprise qui a une vision sociale en Afghanistan Un français (Mathieu Beley (MB), anciennement avec Altaï) et un américain (Barnett Rubin) créent une entreprise de production dhuiles essentielles et de parfums naturels à Jelalabad en Elle encourage lagriculture biologique. Quatre investisseurs, E de capital initial. MB a une vision de son entreprise qui va au-delà des profits. file:///Users/ruxandraboros/Desktop/Gulestan%20ou%20«%20Le%20pays%20des%20fleurs%20».htmlfile:///Users/ruxandraboros/Desktop/Gulestan%20ou%20«%20Le%20pays%20des%20fleurs%20».html consulté le file:///Users/ruxandraboros/Desktop/Gulestan%20ou%20«%20Le%20pays%20des%20fleurs%20».htmlfile:///Users/ruxandraboros/Desktop/Gulestan%20ou%20«%20Le%20pays%20des%20fleurs%20».html consulté le

17 3. Femme entrepreneur Est-elle vraiment une catégorie à part? Les entreprneures sont devenues une force entrepreneureuriale importante dans le monde; des politiques existent pour promouvoir lentrepreneuriat féminin tant dans les pays du sud comme dans les pays du nord.

18 Nouveau métier, nouvelle catégorie socioprofessionnelle: Kaweyan BDS, un exemple de PME afghane créée par une femme. Kamela Sediqi a crée Kaweyan à Kaboul en 2004 (enregistrée auprès dAISA (agence gouvernementale). 15 salariés; bureaux ouverts récemment aussi à Mazar et Jelalabad. Formations à lentrepreneuriat – y compris des méthodes dapprentissage adaptées aux analphabètes - et services de conseil pour la création et le développement des entreprises. Clients: agences des NU et bilatérales ou multilatérales, ONGs, IMFs, ministères. Dans les plans la création dune nouvelle société de conseil (recherche, évaluations, formation) destinée aux services publics. (Interviewée par téléphone en jan 2009).

19 19 Types dentrepreneures ULUS BIBI, une entrepreneure Afghane active dans le secteur informel. Elle vit à Kaboul dans une quartier pauvre. Une ONG qui la soutient organise chez elle des formations pour enseigner aux femmes du voisinage des notions daviculture; elle a fait construire une maison sur son terrain pour la louer. Elle fait des voyages dans le sud-est (Nangarkhar) pour acheter du bois quelle revend à Kaboul à profit. Inhabituelle pour une afghane, cette activitié est possible car sa famille originaire de cette province y est aussi impliquée. Kabul Kaboul

20 EHESS, 11 décembre 2007R BOROS20 Types dentrepreneur(e)s Les plus démunis …survie Pré-entrepreneurs Entrepreneurs de subsistance Micro entreprises PME Aide humanitaire Catégories de populations Formations pour développer lentreprise Types de formations Appui technique pour démarrer des activités entrepreneuriales Préparation aux activités entrepreneuriales Assistance technique, accès aux services financiers et non-financiers Echantillonnage

21 Or, il existe même des définitions « dédiées » aux femmes: « Lentrepreneure, cest la femme qui, seule ou avec un (ou des partenaire(s) ; a fondé, acheté ou accepté en héritage une entreprise, qui assume tous les risques et responsabilités financières, administratives et sociales et qui participe quotidiennement à sa gestion courante ». LAVOIE, Dina, « Les entrepreneures : pour une économie canadienne renouvelée », Conseil consultatif canadien sur la situation de la femme, Ottawa, février 1988, 64 p., p.3 citée par CORNET, A, Rapport Wallonie, 2008). Il existe des différences entre les hommes et les femmes entrepreneurs: le choix du type dentreprise et de lindustrie, les stratégies financières; les modes de croissance, la gouvernance des entreprises. Aussi des différences dans leurs motivations et leurs objectifs, la préparation, l organisation, lorientation stratégique et laccès aux ressources (Greene et al, 2003, p. 1, 2).

22 Des différences des parcours entre les femmes et les hommes entrepreneurs…

23 Méthodologie utilisée par Greene et al., 2003, 47 p. : définir des unités danalyse pour passer en revue les publications universitaires sur lentrepreneuriat féminin: Lentrepreneur les attributs personnels les motivations Lunité de business les stratégies de création le capital initial les investissements (investment process) Le context les réseaux sociaux les barrières et les obstacles le contexte international les politiques publiques Perspective de recherche Théorie féministe, rôle de sexe

24 Quelques statistiques aux Etats Unis: Aux Etats Unis, en 1972, les femmes possédaient dentreprises, soit 4,6% du total; 41,5 USD millions de revenus. Les auto-employées représentaitent 1,5 million en 1972; 2,1 million en 1979 et 3,5 million en En 1999 les femmes possédaient 9,1 million dentreprises qui employaient 27,5 million de travailleurs; 3,6 trillion de revenus. Entre 1997 et 2002 le taux de création était 2x le taux national. En 2003 les femmes étaient reconnues comme étant une force de pointe de léconomie. Le premier article sur lentrepreneuriat féminin: Eleanor Schwartz, Entrepreneurship: A New Female Frontier 1976, publié dans le Journal of Contemporary Business (Greene et al, 2003, p.1).

25 Les premières études sur les entrepreneures ( : 31 articles) sont descriptives pour la plupart, car les entrepreneures nétaient pas comprises; elles sont centrées sur les charactéristiques de celles-ci. Le capital Humain : éducation, expérience des affaires, aptitudes; leurs profils psychologiques : motivations, acceptation du risque. (Greene et al, p. 5). Aussi des études comparatives entre les femmes entrepreneurs et les hommes entrepreneurs appartenant aux minorités (id. p. 7, voir aussi Pairault, 1996, p. 4). Les réseaux sociaux furent introduits comme un facteur important fin 1980; chez les femmes ils sont moins co-gender que ceux des hommes (id. p. 8). Barrières identifiées: accès au capital (prêts bancaires, prêts informels et capital-risque) (id. P. 9). Des études réalisées en GB et Suède identifièrent des différences genrées: les femmes donnent de la valeur à la satisfaction du client et à la flexibilité personnelle (id. p. 9).

26 La recherche (au niveau international) attira lattention sur la population importante de femmes entrepreneures et sur leffet de la segrégation horizontale (dans le choix des études et implicitement au travail) et verticale et le besoin daccéder au capital financier et à la formation (aux finances et à la création dentreprise). Des mesures pour promouvoir lentrepreneuriat féminin et celui des minorités furent prises aux Etats Unis: the Community Reinvestment Act (id. p. 10). En France le FGIF vit le jour. Une perspective féministe était à la base de la recherche sur les femmes entrepreneurs: les théories développées pour les hommes pouvaient- elles aussi sappliquer aux femmes? Mêmes styles de management? Une autre préoccupation introduite tant pour les femmes que pour les hommes entrepreneurs: la réconciliation de la vie privée avec la vie professionnelle; elle fut vite reléguée aux femmes. Aussi lusage du temps fait par les f/h; le surplus de responsabilité pour les femmes était suggéré comme une possible explication de la productivité réduite des entreprises des femmes par rapport à celles des hommes (id. p. 10).

27 Laccent mis sur létude des traits de lentrepreneure est mise en question (id. p. 10, citant Gartner, 1989); elle laisse la place à dautres problématiques. Les motivations de créer continuèrent dêtre étudiées, ainsi que la théorie relationnelle comme cadre possible pour identifier et expliquer le style intéractif des femmes entrepreneurs (id. p. 11). Les hommes utilisent davantage de prêts bancaires et les femmes préfèrent les sources internes de capital. Explications tant pour loffre (discriminations) que la demande (les femmes évitent les risques) (id. p. 12). Les entrepreneures qui prennent des prêts ont tendance à dévancer celles qui ne le font pas. La première étude sur les entrepreneures et le capital risque apparut en 2001, et montra que les entrepreneures ont utilisé sur 30 ans 2,4% du total du capital risque aux Etats Unis, avec une tendance à la hausse : en 1998, 4,1 %. Les explications proposées: barrières institutionnelles ou de réseaux, manque de capital humain, choix stratégiques de croissance, produits et marchés (id. p. 13).

28 « Pour des pays à plus faible revenu, un déclin dans le taux de lactivité entrepreneuriale de première phase peut suggérer un progrès économique ou lexistence de plus dopportunités de travail salarié ». Niels Bosma; GEM consulté le 4 janvier 2009.

29 Quelques statistiques en Europe des 27 pays: des objectifs de promouvoir lentrepreneuriat féminin En Europe des 27 (et en France) les femmes représentent en moyenne moins de 30% des entrepreneurs et ce depuis une dizaine dannées. Le taux dentrepreneuriat parmi les femmes na pas évolué alors quelles sont en situation de quasi parité dans la population active occupée. « Lentrepreneuriat féminin devrait devenir une des priorités en ce qui concerne le développement de lentrepreneuriat en Europe » (Rapport WES 2007, p. 3). NB Le programme des indicateurs pour lentrepreneuriat de lOCDE ne fait pas mention daucun indicateur génré…? (OECD, SWP, 2008/1, p. 8). Des politiques nationales prennent en compte le besoin de promouvoir lentrepreneuriat féminin: en France le ministre des PME Novelli lance en 2008 dix mesures dans ce but.

30


Télécharger ppt "Avec des illustrations afghanes EHESS, Exposé du 13 janvier 2009 Ruxandra Boro S."

Présentations similaires


Annonces Google