La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

MANAGEMENT INTERGENERATIONNEL. I.Regards croisés sur les comportements des jeunes I.Quels choix face aux difficultés ? MANAGEMENT INTERGENERATIONNEL.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "MANAGEMENT INTERGENERATIONNEL. I.Regards croisés sur les comportements des jeunes I.Quels choix face aux difficultés ? MANAGEMENT INTERGENERATIONNEL."— Transcription de la présentation:

1 MANAGEMENT INTERGENERATIONNEL

2 I.Regards croisés sur les comportements des jeunes I.Quels choix face aux difficultés ? MANAGEMENT INTERGENERATIONNEL

3 I.Regards croisés sur les comportements des jeunes 1. LES TROIS ANNEES A LIFSI 2. DANS LES SERVICES

4 1. LES TROIS ANNEES A lIFSI La découverte et létonnement La rébellion La coopération

5 1 ère année : La découverte et létonnement Découverte des difficultés du métier Méconnaissance des codes professionnels Besoin juvénile dune bulle protectrice

6 2ème année : La rébellion Critique de la formation et des enseignants Sentiment dun décalage avec le milieu professionnel Sentiment dinjustice lié aux évaluations Rancunes ponctuelles : « Certaines infirmières nous en font baver en stage »

7 3ème année : La coopération Conditions de la coopération La sécurité Le sens et lutilité Les bénéfices matériels et immatériels : salaire, lien social, réalisation de soi…

8 Le clivage des âges dès la 1 ère année Témoignages critiques sur les plus jeunes : « Manque de chaleur humaine » « Peu de respect des autres » « Individualistes » « Pas à lécoute » « Pas de sens de leffort » « Pas de ponctualité » « Accrochées à leur téléphone » « Absences injustifiées en stage » vilain petit canard « Veulent le beurre et largent du beurre » Etc.

9 Le clivage des âges dès la 1 ère année Les plus âgées sont les plus coopératives : Elles ont fait un choix mûri de reconversion Elles ont acquis une précédente expérience professionnelle Elles se mettent devant en cours et participent davantage

10 Mais ! Il sagit de tendances générales contredites ponctuellement en fonction des personnalités

11 Attaque du stress juste avant de quitter lIFSI : Langoisse de lincompétence

12 2. DANS LES SERVICES Le retrait La résistance active La coopération

13 1.Le retrait Les causes liées à la personne Immaturité Sentiment dinsécurité Malaise dû aux contraintes professionnelles Les causes sociologiques Le retrait est particulièrement marqué chez les moins qualifiés (Dominique Méda, Réinventer le travail)

14 2. La résistance active Les causes subjectives : Laffirmation de soi (sur le plan personnel et professionnel) Lévacuation du stress Les causes externes : Linfluence mimétique La dégradation des conditions de travail La contradiction entre deux exigences : Exigence dobéissance aux règles Exigence dautonomie et dinitiative

15 3. La coopération Le sentiment dinsécurité diminue La maturité sinstalle Les compétences saffirment Les vocations sactualisent : choix dêtre utile aux autres

16 II. Quels choix face aux difficultés ? Enoncé du problème : Vous avez des difficultés avec une infirmière indolente et immature, accrochée à son téléphone, très en retrait, qui manque dinitiative et travaille mal, qui na pas de conscience professionnelle…

17 Six pistes pour agir 1.Le management situationnel 2.Les critiques et la tolérance 1.La valorisation et lautorité 2.La persuasion 3.Les techniques paradoxales 4.Lentretien du lien social 5.Lorganisation du travail Comment exercer Une influence positive ?

18 1.Le management situationnel (Dominique Tissier) Adapter sa démarche dencadrement au profil de chaque jeune

19 Le management situationnel Evaluer la compétence, lautonomie et la motivation Compétence + Autonomie + Motivation + encadrement participatif ou délégatif => initiatives + responsabilités + Compétence -- Autonomie -- Motivation -- Contrôle + directif => consignes détaillées

20 2. Les critiques et la tolérance Les critiques des professionnels Sur les comportements négatifs des jeunes « Manque de chaleur humaine » « Peu de respect des autres » « Individualistes » « Pas à lécoute » « Pas de sens de leffort » « Pas de ponctualité » « Accrochées à leur téléphone » « Absences injustifiées en stage » vilain petit canard « Veulent le beurre et largent du beurre » Etc.

21 Sur leur formation (témoignages des jeunes) « Cest trop intellectuel, pas assez pratique. » « On nous dit quon sera nulles. » « Vous posez trop de questions. » « Il y a les médecins pour réfléchir. » « On veut faire de vous des mini-médecins. » Les critiques des professionnels 2. Les critiques et la tolérance

22 Critiques spontanées ou stratégiques ? Conséquences négatives : certaines jeunes se sentent dévalorisées et marginalisées Mais, à linverse… Les critiques des professionnels

23 Mais, à linverse… Dautres reçoivent les critiques comme des défis : Elles se considèrent plus motivées et compétentes que les aînées Leurs interprétations des critiques : « On a + de connaissances que les anciennes » ; « On remet en cause leur formation »

24 Les critiques des jeunes sur les plus anciennes Les gants : « je narrive pas à piquer avec » Les dosages dinsuline : « à vue de nez » Vérifications hasardeuses des prescriptions médicamenteuses « Moi, je fais comme ça, mais toi, tu ne dois pas ! » Leur démotivation : Discussions interminables et « chipotage » sur les horaires Récriminations sur les salaires « Change de métier ! » Leur manque de rigueur technique

25 Une grande passion partagée par tous : la critique Les risques : Le découragement Lhumiliation La dégradation des relations Remarque sur la franchise : Belle qualité Qui fait des dégâts Difficulté : trouver un équilibre entre spontanéité et stratégie

26 il arrive que les jeunes ne le restent pas éternellement La tolérance Constat : Les jeunes énervent ! Objectif : laisser du temps aux jeunes Pour mûrir et devenir adulte Pour trouver leur place Pour accepter les contraintes du système Pour celles et ceux qui ne grandissent pas : lautorité Méthode : modérer la réactivité impulsive

27 3. La valorisation et lautorité La valorisation Outil unanimement loué et pas très utilisé: il existe un gouffre entre la théorie et la pratique Divergence des visions entre subordonnés et cadres : les subordonnés en attente de reconnaissance les cadres en attente de résultats Difficulté 1 : La dimension affective de la relation crispe certaines personnes

28 Objectif : gérer Langoisse de lincompétence Méthode : envisager la valorisation comme une stratégie Difficulté 2 : la spontanéité et la franchise («Moi, je dis ce que je pense !») La valorisation

29 Incontournable Haute potentialité dérapante Leviers légitimes ou pervers Les leviers de lautorité Leviers contraignants : rappel à la règle ; récrimination ; sanction; force ; chantage ; culpabilisation ; humiliation Lautorité hiérarchique Leviers non-contraignants : Séduction ; exemplarité (les jeunes recherchent des modèles : comportement avec les malades et les médecins ; modèles professionnels et relationnels ; codes éthiques) ; ruse (pervers : but poursuivi non bienveillant)

30 Objectif: obtenir ladhésion Trois écueils : On ne convainc jamais une personne en lui disant quelle a tort Régler ses comptes ne règle pas les problèmes (mais ça sert à se faire du bien… temporairement) La volonté davoir raison est une « maladie du cerveau » Or… 4. La persuasion

31 La persuasion : deux outils Largument : outil compliqué, souvent inefficace ; il provoque le retrait ou le contre-argument La relation : élément essentiel pour obtenir ladhésion … dans un contexte donné

32 5 km Difficulté : Le contexte contredit souvent largument Décalage entre le discours et la réalité Impression de manipulation

33 « Il faut parler le langage du patient. » Milton Erickson « L'art de persuader consiste autant en celui d'agréer qu'en celui de convaincre. » Pascal « Lorsque l'on veut convaincre, la bonne foi et l'imposture vont parfois ensemble. » Eric-Emmanuel Schmitt Les techniques découte et de questionnement sont centrales La persuasion : principes tactiques

34 5. Les techniques paradoxales Ecole de Palo Alto, Californie. Figure importante : Paul Watzlawick Problématique : Comment enrayer les mécaniques daffrontement ? Méthode : sinfiltrer dans la logique de ladversaire Outil : la subtilité

35 Les techniques paradoxales La prédiction du comportement Cible : comportements oppositionnels, répétitifs, prévisibles Objectif : obtenir une changement comportemental Méthode : dévoiler par effet miroir Deux types de prédictions : - La prédiction empêchement (je te connais par cœur) : « Je suis sûr que tu vas… râler, faire une crise, bouder… » - La prédiction désamorçage : « Jai fait une bêtise, tu vas pas être content. »

36 La prescription du symptôme Cible : comportements oppositionnels objectif : obtenir une changement Méthode : poser un dilemme (choix dobéir ou non à linjonction) Impératifs : détourner lattention faire avec pour aller contre Difficulté : risques deffets boomerang Les techniques paradoxales

37 Les conditions dutilisation Les impératifs éthiques Relation non-malveillante Utilisation marginale Les impératifs tactiques Liberté de décision Invisibilité tactique (ne pas paraître habile)

38 6. Lentretien du lien social Témoignages : IFSI « Ça se passe plutôt bien au niveau relationnel, même quand cest difficile. » « Elles sont attentionnées, elles ont peur quon fasse mal ; mais aussi elles nous laissent rien faire. » « Elles aiment bien nous expliquer, ça les valorise. » Jeunes professionnelles « Ma collègue est géniale » « jai limpression que je fais partie dune équipe » « Je naime pas la psychiatrie, mais je ne veux pas quitter léquipe »

39 Lentretien du lien social : désirs exprimés Désir de relations de proximité Désir de bien-être au travail Désir de sentiment dappartenance à un milieu professionnel, à un service Désir de modèles positifs qui permettent lidentification

40 Lentretien du lien social : outils Le domaine professionnel Le quotidien professionnel : organisation et décisions collectives, entraides, gestion des erreurs… Nécessité de donner du sens à laction Les actions des structures associées (comités dentreprise) Journées thématiques (secourisme, mobilité…) 24 septembre : journée portes ouvertes à lhôpital St-Joseph à Marseille : initiation à la chirurgie robotique en urologie

41 Le domaine professionnel Lentretien professionnel (formel ou informel) Objectifs : Prendre en considération les personnes Communiquer pour amorcer ou renforcer la coopération Contenu (exemple sur demande) : Les tâches Lorganisation du travail Le climat du service Méthode Confidentialité et neutralité Suivi nécessaire : décisions concertées

42 Le domaine extraprofessionnel Les événements conviviaux : sorties, anniversaires mariages, naissances… La communication informelle : Pause café, confidences, humour, amitiés, compliments… Difficultés : il est difficile dêtre admis dans un groupe constitué les jeunes en retrait

43 Lénigme philosophique du jour (connivence intellectuelle): 1.Ce nest pas parce que cest difficile que nous nosons pas. Cest parce que nous ………. que cest difficile. Sénèque Le domaine extraprofessionnel 2. On parle peu quand la v…..…. ne fait pas parler. La Rochefoucault 3. L é…….., cest long. Surtout vers la fin. Woody Allen 4. Jai le cœur chewing-gum Tu me goûtes, je te c……. Les Brigitte

44 Conclusion : les colonnes de Maslow Réalisation de soi Sécurité Reconnaissance Appartenance

45 Bibliographie sur linfluence Dominique Tissier, Le management situationnel, INSEP Consulting, Paul Watzlawick, J. Weakland, R. Fisch, Changements, paradoxes et psychothérapie, Seuil, Joule et Beauvois : Petit traité de manipulation à lusage des honnêtes gens, Presse Universitaire Grenoble, Yves Guégan, Gérer les conflits avec les élèves : lapproche paradoxale, Delagrave, 2013.


Télécharger ppt "MANAGEMENT INTERGENERATIONNEL. I.Regards croisés sur les comportements des jeunes I.Quels choix face aux difficultés ? MANAGEMENT INTERGENERATIONNEL."

Présentations similaires


Annonces Google