La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le vaccin VHB en France Où en est-on ? Daniel Lévy-Bruhl Institut de Veille Sanitaire Séminaire de recherche ANRS Prévention du VIH, VHB et VHC 05/05/

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le vaccin VHB en France Où en est-on ? Daniel Lévy-Bruhl Institut de Veille Sanitaire Séminaire de recherche ANRS Prévention du VIH, VHB et VHC 05/05/"— Transcription de la présentation:

1 Le vaccin VHB en France Où en est-on ? Daniel Lévy-Bruhl Institut de Veille Sanitaire Séminaire de recherche ANRS Prévention du VIH, VHB et VHC 05/05/ 2011

2 Histoire de la vaccination hépatite B en France

3 Vaccination Hépatite B en France Couverture vaccinale par tranches dâge Source SOFRES medical/GSK

4 Association entre vaccination hépatite B et atteintes neurologiques démyélinisantes ? Plusieurs centaines de notifications datteintes neurologiques dans les suites de la vaccination (250 en mars 1998) Simple reflet de la couverture vaccinale élevée chez ladulte jeune ou conséquence dun risque vaccinal ? Études françaises ont conclu à un estimation du risque relatif datteintes neurologiques centrales entre 1,2 et 2,2 (3 études) Aucune de ces études ne permettait daffirmer lexistence dune association (test statistique non significatif + biais enquêtes K/T) Les études menées à létranger jusquen 2004 ont conclu à une estimation du risque relatif entre 0,7 et 1,3 (3 études) Etude de Hernan (2004) concluait à une association significative mais nombreux problèmes méthodologiques

5 Position des groupes dexperts, des agences et des autorités de santé Létude de Hernan « apporte des éléments en faveur de lexistence dune association... La prise en compte de lensemble des données disponibles ne permet pas de conclure à cette association. Cependant un risque faible ne peut pas être exclu chez ladulte », AFSSAPS 21/09/04 Le CTV et le CSHPF ont invariablement réaffirmé la pertinence de la stratégie triple nourrissons / pré-adolescents / adultes à risque Conclusion concernant le nourrisson basée sur labsence de notifications à lAFSSAPS datteintes démyélinisantes < 2 ans Conclusions concernant ladolescent ou ladulte à risque basée sur les résultats très favorables à la vaccination danalyses bénéfice/risques [Lévy-Bruhl, 2002] Conclusions très proches de la Commission « Dartigues », 2002, de la conférence de consensus ANAES/INSERM (septembre 2003), de laudition publique AFSSAPS/ ANAES/INSERM (novembre 2004) Maintien dans le calendrier des 3 groupes-cible de la vaccination

6 Source: Certificats de santé du 24ème mois, Drees-InVS

7 Couverture hépatite B « 3 doses » chez lenfant de 6 à 15 ans Source: Drees, DGSCO, InVS Année denquêteCouverture vaccinale hépatite B « 3 doses » GSM (6 ans)CM2 (11 ans)3 ème (15 ans) % % ,5% % % %

8 Données de couverture vaccinale : exemples de populations à risque Professionnels de santé 87% généralistes vaccinés en 1999 contre 81% en 1995 (Inpes, Baromètre santé 1999) Professionnels hospitaliers: CV mal connue Contexte AES: CV à 99% en 2000 à lAP-HP (Caillard, Hygiènes 2003, 11) Usagers de drogue 43 % des usagers auraient reçu au moins une dose de vaccin (Coquelicot 2004) (Jauffret-Roustide :, BMC ID 2009) Enquêtes ponctuelles (centre Marmottan), couverture 3 doses cohorte 1999 : 45,3% cohorte 2001 : 21,7% (Sclafer, BEH 2003)

9 Morbidité-Mortalité en France Infection chronique (Meffre et al. J Med Virol. 2010; 82: ) Prévalence de lAgHBs : 0,65% [IC 95%: 0,45 - 0,93], soit porteurs de lAgHBs (dont 55% lignorent) Mortalité (Marcellin et al, J Hepatol 2008; 48: 200-7) 1327 décès attribués au VHB/an [IC95%: ] soit un taux de décès de 2,2 pour [IC95%: 0,8-3,7] Incidence de linfection (Réseau Sentinelles (Inserm U707) ) Environ 8500 hépatites B aigues / an, soit environ infections / an

10 Nombre de cas dhepatites B diagnostiqués par les médecins Sentinelles Source: Réseau Sentinelles- INSERM U707 Promotion de la vaccination

11 Impact de la vaccination sur les hépatites B professionnelles à lAssistance Publique de Paris de 1984 à 2004 Source: Service central de médecine du travail AP-HP, Dr Benketira

12 Nombre de transplantations pour hépatites B fulminantes - France, Source: Registre Européen des greffes hépatiques (ELTR), Pr D Samuel

13 894 hépatites aiguës notifiées (140 à 150 par an) Médiane dâge : 37 ans pour les hommes, 36 ans pour les femmes 47% des cas étaient hospitalisés 32 hépatites fulminantes (12 décès, 13 greffes) Enquête nationale exhaustivité auprès des laboratoires 2005 : Exhaustivité estimée à 23 % (Antona, BEH 2007) Nombre moyen dinfections par le VHB en 2005 : à partir de 147 cas déclarés, 2500 infections dont 180 passeront à la chronicité (modèle de Hyams, Clin Infect Dis 1995) Notification des hépatites B aiguës Déclarations obligatoires

14 867 cas avec information sur exposition (97%) – Sexuelle % Partenaire HBsAg % Plusieurs facteurs % Homo/ bisexualité % Multi partenaires % Aucun facteur % – Voyage en pays haute endémicité % – Soins invasifs % – Familial % – Tatouage, piercing % – Séjour en institutions % – Usager de drogues % – Périnatal 3 0.3% 503/ 867 patients (58%) : auraient du être vaccinés Source : InVS, DO Hépatites aigües B : expositions à risque (potentielles, dans les 6 mois antérieurs)

15 Estimation de limpact de la vaccination des adolescents de ans vaccinés entre 1994 et 2007 La vaccination des ans depuis 1994 évite chaque année plus de 1000 hépatites aigues, près de 3000 infections, plus de 100 infections chroniques et environ 5 hépatites fulminantes En cumulatif, elle a évité depuis 1994 environ 8000 hépatites aigues, infections, 800 à 1600 infections chroniques et 40 hépatites fulminantes Potentiel de doublement de limpact de la vaccination par une augmentation de la couverture En labsence daugmentation de la couverture, en 2015, 460 hépatites B aigues évitées eu lieu de 1164 ( 60 %)

16 Et maintenant… Nourrisson Lente mais régulière progression de la CV entre 2004 et 2007 Impact très important du remboursement du vaccin hexavalent en mars 2008

17 Source: Certificats de santé du 24ème mois, Drees-InVS

18 Estimation de la CV à partir de lEchantillon généraliste des bénéficiaires Source: CNAM-TS, InVS Mars 2008: remboursement du vaccin hexavalent

19 Estimation de la CV à partir de lEchantillon généraliste des bénéficiaires Année de naissance 2004 (n=5182) 2005 (n=5465) 2006 (n=5490) 2007 (n=5464) 2008 (n=5681) A 24 mois26,6%28,8%30,7%35,1%50,4% Entre 24 et 35 mois 30,7%33,6%36,5%40%- Couverture vaccinale hépatite B 3 doses selon lannée de naissance Source: CNAM-TS, InVS * Données provisoires

20 Et maintenant… Nourrissons Lente mais régulière progression de la CV entre 2004 et 2007 Impact très important du remboursement du vaccin hexavalent en mars 2008 Adolescents Pas de données sur une amélioration récente de la couverture Elargissement en 2009 de lâge du rattrapage jusquà 15 ans avec 2 doses Adultes à risque Promotion de la vaccination des sujets à risque depuis 2005 (Repère pour votre pratique Prévention de lhépatite B, INPES) Intégration dans le plan Hépatite de lobjectif daugmenter la couverture vaccinale contre le VHB

21 Plan national de lutte contre les hépatites I-2 Action 1 : Information des médecins relative à la vaccination contre lhépatite B des nourrissons et des enfants I-2 Action 2 :Relance de lincitation à la sérovaccination des nouveau- nés dont la mère est infectée par le VHB I-2 Action 3 :Information et communication en direction des hommes ayant des relations homosexuelles ou bisexuelles exposés à la transmission sexuelle du VHB I-2 Action 4 :Proposition de la vaccination contre lhépatite B de manière systématique et gratuite aux usagers de drogues consultant dans les CSAPA I-2 Action 5 :Proposition de la vaccination aux personnes originaires de zones de moyenne et forte endémie I-2 Action 6 :Amélioration de la connaissance de la couverture vaccinale des professionnels de santé

22 Avec le temps… Les effets de la polémique semblent sestomper, en particulier pour les jeunes parents Manque de données sur le niveau dinformation des parents quant à la composition du vaccin hexavalent ! A terme, si la tendance actuelle se confirme, couverture élevée de la population Urgence épidémiologique daugmenter la couverture des sujets à risque, les cohortes denfants moins vaccinés rentrant dans la période à risque Persistance dune certaine réticence envers les stratégies de vaccination « universelle »

23 1993 (n=494) 1994 (n=1013) 1998 (n=2073) 2003 (n=2057) 2009 (n=2083) Pour les nourrissons Très favorable / plutôt favorable Plutôt pas et pas du tout favorable Nsp Pour les adolescents Très favorable / plutôt favorable Plutôt pas et pas du tout favorable Nsp Pour les adultes à risque Très favorable / plutôt favorable Plutôt pas et pas du tout favorable Nsp Résultats du baromètres santé médecins 2009 Évolution des opinions sur la vaccination contre lhépatite B (%)

24 Nourrissons Pré- adolescents Sujets à risque Tout à fait justifiée31,437,8 94,7 Plutôt justifiée23,335,4 Plutôt pas justifiée22,013,7 Pas du tout justifiée14,6 7,2 Ne se prononce pas 8,7 5,9 Résultats de lenquête Nicolle 2006 « Grand public » - Inpes / InVS Opinion concernant la vaccination hépatite B des différentes cibles

25 Avec le temps… Les effets de la polémique semblent sestomper, en particulier pour les jeunes parents Manque de données sur le niveau dinformation des parents quant à la composition du vaccin hexavalent A terme, si la tendance actuelle se confirme, couverture élevée de la population Urgence épidémiologique daugmenter la couverture des sujets à risque, dautant que les cohortes denfants moins vaccinés rentrent dans la période à risque Persistance dune certaine réticence envers les stratégies de vaccination « universelle » Pour les sujets à risque, les données de lenquête FORMVAC en faveur de contraintes dopportunité plus que de réelle opposition

26 Avec le temps… Les effets de la polémique semblent sestomper, en particulier pour les jeunes parents Manque de données sur le niveau dinformation des parents quant à la composition du vaccin hexavalent A terme, si la tendance actuelle se confirme, couverture élevée de la population Urgence épidémiologique daugmenter la couverture des sujets à risque, dautant que les cohortes denfants moins vaccinés rentrent dans la période à risque Persistance dune certaine réticence envers les stratégies de vaccination « universelle » Pour les sujets à risque, les données de lenquête FORMVAC en faveur de contraintes dopportunité plus que de réelle opposition 2 priorités ? –Lamélioration de laccessibilité à la vaccination –Un discours plus fort des autorités de santé en faveur de cette vaccination


Télécharger ppt "Le vaccin VHB en France Où en est-on ? Daniel Lévy-Bruhl Institut de Veille Sanitaire Séminaire de recherche ANRS Prévention du VIH, VHB et VHC 05/05/"

Présentations similaires


Annonces Google