La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 AGENDA 21 MARTINIQUE CONSEIL GENERAL Rapport détape n°1 10 juin 2006 Synthèse des travaux des Ateliers 21.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 AGENDA 21 MARTINIQUE CONSEIL GENERAL Rapport détape n°1 10 juin 2006 Synthèse des travaux des Ateliers 21."— Transcription de la présentation:

1 1 AGENDA 21 MARTINIQUE CONSEIL GENERAL Rapport détape n°1 10 juin 2006 Synthèse des travaux des Ateliers 21

2 2 DIAGNOSTIC PARTAGE PREMIERS ELEMENTS………p.3 à 13 CONCLUSION PISTES DE TRANSVERSALITÉ………p.29 PROPOSITIONS PREMIERES PISTES………...p. 14 à 27 SOMMAIRE

3 3 DIAGNOSTIC PARTAGE PREMIERS ELEMENTS

4 4 Les politiques sportives ne sont pas encore abordées sous langle du développement durable La gestion et lorganisation actuelle du sport ne sont pas respectueuses de lenvironnement Léducation ne doit pas être assurée uniquement par léducation nationale Affaiblissement de la cellule familiale dans la fonction éducative Lentraide tend de plus en plus à disparaître dans les pratiques quotidiennes La situation du chômage reste préoccupante Le nombre de bénéficiaire du RMI est constante augmentation Diagnostic – Premiers éléments

5 5 Les contrats aidés représentent une part très importante dans les contrats de travail : plus de précarité et de fragilité des populations La notion de citoyenneté sexprime de moins en moins chez les individus : désengagement dans la vie de la cité et renvoi de ses responsabilités à autrui La formation ne répond pas toujours aux besoins de léconomie locale La notion de « formation développement » est absente dans les stratégies politiques La fonction de « développeur territorial » nexiste pas au sein des collectivités Il y a peu de rapprochement entre le milieu de linsertion, de la formation et de léconomie Diagnostic – Premiers éléments

6 6 Les terres sont menacées par une urbanisation galopante et une pollution avérée Lidéologie de lagriculteur est abordé : perçu comme un producteur mettant en avant le profit Répartition sol sain/sol contaminé Agriculture intensive qui menace la qualité (fertilité, stabilité structurale) des sols Redéfinition dun agriculteur entraînée par lévolution de la profession Affaiblissement des marchés communaux qui permettaient à lagriculture de vivre Changement des pratiques agricoles telles que les jardins créoles alors quils pourraient servir de base au développement dune agriculture durable Lactivité artisanale est riche de perspectives Vieillissement de la population des dirigeants des entreprises artisanales Diagnostic – Premiers éléments

7 7 Augmentation de la consommation délectricité Utilisation croissante dénergie fossile émettrice de gaz à effet de serre Pollution et dégradation des milieux marins Dysfonctionnement chronique des transports Cadre réglementaire inadapté Labsence de consensus politique Lintransigeance des organisations syndicales Difficultés pour instaurer la mixité et léquilibre social en matière de logement : exclusion et marginalisation La politique locale du logement nécessite un financement local lourd Politique locale du logement marquée par des politiques dinsertion en voie dépuisement Le logement est pensé en terme quantitatif en lieu et place du qualitatif Diagnostic – Premiers éléments

8 8 Risque de tsunami & Risque de mouvement de terrain : absence dhistorique de mouvements de terrain Disparités matérielles parmi les acteurs de la prévention Reconstruction de lobservatoire du Morne des cadets Une préparation insuffisante de la population aux catastrophes naturelles La prévention nest pas la priorité dune majorité délus La Martinique, lieu de linter culturalité mais Cohabitation et non suivie interprétation des cultures Confusion entre politique culturelle et animation cultuelle Démocratisation des biens et services culturels insuffisante Sortir de la logique de subventions pour les activités culturelles pour sancrer dans linvestissement Diagnostic – Premiers éléments

9 9 En matière de fonction publique « Selon qui vous êtes, vous êtes reçus » : Conditions naturelles daccueil inégales Méconnaissance de beaucoup dagents des missions du service public Accumulation dinformations mal digérés par les agents État desprit qui porte les usagers à tout attendre du service public Diagnostic – Premiers éléments

10 10 En matière de sécurité publique Mauvais fonctionnement des relations verticales entre services Mauvaise coordination des objectifs prioritaires de la lutte contre les stupéfiants Jacobinisme des directions Culture spécifique à chaque service Décisions non domiciliées Insuffisance de commissariats et lourdeur des procédures Saturation du système judiciaire Manque de suivi des contrats locaux de sécurité Développement de la drogue et de linsécurité Importance du trafic darmes mais… Brigade de rapprochement judiciaire BRJ Centre opérationnel de police et centre opérationnel de gendarmerie travaillant par relation téléphonique permanente Bureau de liaison qui signale les personnes mises sous surveillance Fichier des objets volés Diagnostic – Premiers éléments

11 11 La fonction publique hospitalière Le CHU a des difficultés financières avec des moyens minorés comparés à un établissement de même nature en France Disparité des hôpitaux Coopération insuffisante entre les hôpitaux Surcoûts structurels Précarité du personnel contractuel Manque dinstitution de prise en charge des personnes âgées Infrastructures insuffisantes en psychiatrie Modernisation difficile et conditions daccueil non satisfaisantes Absence de politique de prévention Diagnostic – Premiers éléments

12 12 En matière justice Insécurité routière Saturation du système judiciaire Saturation du système carcéral Consommation de stupéfiants, trafics de drogues, darmes, Montée de la violence. Litiges entre particuliers Mise en liquidation judiciaire dentreprises Augmentation de la délinquance et en particulier celle des très jeunes Diagnostic – Premiers éléments

13 13 Les transports Manque dattractivité des transports Besoins élémentaires de déplacement non satisfaits entre les différentes communes et la capitale Absence de liaisons régulières entre communes Liaisons inter quartiers souvent difficiles ou inexistantes Saturation du réseau routier par lutilisation quasi obligatoire de voitures particulières Difficultés à se rendre à des manifestations culturelles ou sportives à quelque endroit du territoire quelles se tiennent Diagnostic – Premiers éléments

14 14 Le traitement des déchets Existence dun plan départemental délimination des déchets Existence dune usine dincinération au Robert Stations dépuration des eaux de déchetteries et dun centre de valorisation des déchets organiques. Diagnostic – Premiers éléments

15 15 PROPOSITIONS PREMIERES PISTES

16 16 En matière sportive, recenser, inciter et valoriser les initiatives « développement durable » par des labellisations (cahier des charges, commission spécifique, Chartes, calendrier de manifestations…) Restauration du lien social à travers la pratique des activités sportives (parents - enfants - encadrants) Promotion des activités sportives traditionnelles et des champions Lutte contre les déviances dans la pratique sportive Modélisation des expériences en sport santé et application de terrain Propositions – Premières pistes

17 17 Développer le comportement éco citoyen par des activités ludiques Développer le commerce équitable pour les équipements sportifs Décliner une charte générale applicable à toutes les disciplines Créer une maison du Développement Durable (DD) à visée pédagogique Respecter lenvironnement par le bâti et associer systématiquement la démarche A.E.U. à tout projet daménagement Propositions – Premières pistes

18 18 Promouvoir les économies dénergie par lutilisation des énergies renouvelables Encourager les acteurs à élaborer un schéma de développement économique autour du sport Développer la filière sportive avec une option formation à la création entreprise Dans le retour à lemploi passer par une phase dintégration sociale pour les publics exclus tels les handicapés physique, intellectuel et social Créer un accompagnement dans linformation sur les droits des personnes et sur les réglementations sociales ( pour les employeurs associatifs Propositions – Premières pistes

19 19 Coopération dans la caraïbe et sport Intégration sociale des publics exclus Éducation parentale et activités physiques Propositions – Premières pistes

20 20 Rédaction dune grille dappréciation des projets liés à léducation, la solidarité, lien social, accès à lemploi Réfléchir à de nouvelles formes de travail, notamment en temps partagé Optimisation du titre de travail simplifié Développement des réseaux déchanges et de savoirs Utiliser le tissu associatif comme maillon de diffusion de comportement de développement durable Élaboration pour le grand public dun livret sur léducation et le développement durable, le lien social et le développement durable, solidarité et développement durable, citoyenneté et développement durable, accès à lemploi et développement durable Propositions – Premières pistes

21 21 Encourager lagriculture durable en sinspirant par exemple des pratiques de rotation Inciter à la consommation de produits locaux et de produits bio/ organiques Encourager la diversification Distribution des produits issus du jardin créole et valoriser davantage les produits par la transformation agro-alimentaire Encourager les exploitants à vendre pour les écoles : outre limpact culturel positif on éviterait de consommer nimporte quoi. Définir une politique agricole pour la Martinique comprenant entre autre des programmes de recherche Revaloriser les métiers de la Terre et de la Mer. Propositions – Premières pistes

22 22 Développer les énergies renouvelables Promotion de la maîtrise de la demande en électricité Mettre en place une planification énergétique et des modes de communication La Martinique ne se limite pas au bassin hydrographique Propositions – Premières pistes

23 23 Ouvrir la presse martiniquaise à des campagnes dinformation grand public, permanente et aux heures de grande écoute (à limage de ce qui se fait en Guadeloupe) Ouvrir des lignes de crédits pour permettre la mise aux normes de tous les bâtiments de la classe D Faire évoluer la classification des bâtiments D vers le risque spécial par la création dune classe intermédiaire D2 Actionner un dispositif performant en matière de médecine de catastrophe chez tous les professionnels de santé Travailler à une synergie Caribéenne de prévention partagée et de solidarité post crise Propositions – Premières pistes

24 24 Favoriser le développement de la recherche sur les dispositifs de prévention et singulièrement chez les opérateurs de téléphonie mobile pour lalerte TSUNAMI, les tables scolaires parasismiques, les cellules modulaires de survie et la vulgarisation des kits de survie dans chaque logement Conforter financièrement le travail des associations de terrain pour une meilleure politique de prévention directe auprès des populations vulnérables entre autre Orienter le financement de la politique de subvention via le prochain DOCUP Développer un parc immobilier privé et public monté sur isolateurs parasismiques Propositions – Premières pistes

25 25 Développer les simulations et exercices dévacuation au plus proche des citoyens Éduquer les élèves et les jeunes générations de Martiniquais à la prévention Modifier les programmes scolaires pour évoluer vers une discipline à part entière de prévention des risques majeurs dans les établissements scolaires. Propositions – Premières pistes

26 26 Favoriser la création dun organisme fédérateur tel un institut du danger pour que les actions de prévention convergent vers lefficacité maximale Obtenir un autre regard des pouvoirs publics parisiens sur notre problématique des risques. Faire de la prévention des risques une priorité à léchelle du territoire Centrer les actions de prévention sur les enfants/ les communautés scolaires Prévoir une ligne budgétaire spécifique pour la ligne Prévention dans les financements Européens État des lieux de lindustrie de la musique en Martinique Propositions – Premières pistes

27 27 Formation continue et renouvelée des agents Information des usagers sur les missions du service public Culture de laccueil à développer Développer le sentiment dappartenance à une administration ou à une collectivité Favoriser la notion de gestion partagée des dossiers à instruire ou en cours Antillanisation des cadres Indicateurs de suivi et outils de mesure de satisfaction des citoyens face aux services publics Développement de la justice de proximité, des conciliateurs de justice Plus grande maîtrise du recrutement des personnels grâce à la prise en charge des écoles paramédicales par la collectivité martiniquaise en charge de ce domaine Propositions – Premières pistes

28 28 Aménagement de liaisons intercommunales régulières Développement du transport maritime Généralisation à lensemble du territoire des réseaux inter quartiers à limage de ceux réalisés au Gros-Morne, à Ducos et à Rivière- Salée. Pérennisation des filières de recyclage des déchets Coordination des intervenants en matière de collecte des déchets Lutter contre la pollution engendrée par la navigation de plaisance Propositions – Premières pistes

29 29 Conclusion Pistes de transversalité

30 30 Regroupements autour des thèmes : –Coopération caribéenne en matière de risque –Risques écologiques des polluants et prévention du territoire. –Identité et patrimoine culturels et culture du risque –Éducation et prévention –Collecte de propositions auprès du grand public sur les pistes pour lemploi Proposition de transversalités


Télécharger ppt "1 AGENDA 21 MARTINIQUE CONSEIL GENERAL Rapport détape n°1 10 juin 2006 Synthèse des travaux des Ateliers 21."

Présentations similaires


Annonces Google