La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Lévaluation, dimension de lintervention Par Michel Vial, MCF, HdR Université de Provence Président de RéseauEval.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Lévaluation, dimension de lintervention Par Michel Vial, MCF, HdR Université de Provence Président de RéseauEval."— Transcription de la présentation:

1 Lévaluation, dimension de lintervention Par Michel Vial, MCF, HdR Université de Provence Président de RéseauEval

2 Construire un problème pour en débattre Vous avez dit se professionnaliser ?

3 I Deux ou trois choses que lon sait

4 Intervenant un tiers venant dailleurs, survient par rapport à un état préexistant

5 Sens 1 Vocabulaire médical et de la guerre : Faire une opération pour arrêter le procès qui avait démarré ; arrêter la maladie, arrêter le conflit ; trancher, décider, prendre le commandement, prendre les affaires en main. expertise Intervenant

6 Sens 2 Vocabulaire du Droit et de la Justice: Arriver, être appelé, se produire au cours d'un procès Prendre part à une action, à une affaire en cours, dans l'intention d'influer sur son déroulement, d'infléchir le déroulement consultance Intervenant

7 Le Spécialiste nest pas lexpert Un champ et une attitude

8 Contrôler nest pas évaluer mais Le contrôle fait partie de lévaluation Ardoino,J. Berger, G.

9 Lagir professionnel, cest larticulation entre Des actions et Les activités des sujets Clot, Y. Schwartz, Y.

10 Lautoévaluation, cest de Lautocontrôle et de Lautoquestionnement

11 Le sens se construit dans le social, il némerge pas lienplaisir « Il faut donc voir à un premier degré, la lancinante question du sens comme le progrès dune conscience individuelle qui sautorise à penser, à chercher et donc à assumer son état dhumain inachevé, qui nen finit pas de perdre les illusions du Moi, partant de conquérir sa moindre dépendance. Plus profondément, la question du sens est celle du lien, et donc du plaisir que procure la possibilité de relier, de nouer des faits, des idées, dans une interprétation personnelle. » Beillerot, J. (1998) Léducation en débats : la fin des certitudes.

12 Nous portons une Vision du monde Une épistémologie ordinaire Deux paradigmes profanes Du mécanique : utilisation de lois ou / et Du biologique : invention de règle Berbaum,J., Morin, E.

13 4 types de positionnements caricaturaux Les repus, les contents deux-mêmes Les rationalistes droits dans leurs bottes Et les séducteurs relationnels gluants Les mal assis : le dilemme Les polymorphes : la double compétence

14 Dans les métiers de lhumain, nous devons assumer Limprévisible La surprise Le PFH Cifali, M. Giust-Desprairie, Enriquez, E.

15 « Lautonomie est un processus sans fin et une conquête. Les conduites individuelles noffrent quune cohérence partielle et sont, le plus souvent, affectées dune incohérence profonde. Soutenir le contraire serait nier linconscient et le travail du négatif auquel il se livre … » Enriquez, E. (2003) Lorganisation en analyse.

16 La cartographie nest pas le repérage Les balises et les étoiles deux sortes de critères

17 On tient une position On joue une posture Un travail sur soi

18 Deux postures de lintervenant Ou Application de normes contrôle - prendre en compte – - rendre des comptes - Faire des bilans – - conformer - régulariser expertise consultance Ou Débat de valeurs questionnement sur le sens de ce quon – - fait Prendre en considération – - dynamiser - promouvoir - faire diverger - faire réguler

19 Donc, lévaluation est au cœur du métier En permanence, en continu Travail de ses références Travail des critères Rapport aux valeurs

20 une dimension de lagir professionnel, un ensemble de « directions mouvantes » (Deleuze, G. & Guattari, F. (1980) hétérogènes et connectées entre elles, antagonistes et complémentaires Lévaluation est …

21 Son apparition est non planifiable. Son apparition nest pas nécessairement unique (peut réapparaître plusieurs fois, sans quon puisse prévoir le nombre dapparitions). Sa durée est non programmable. Elle ne sinscrit dans aucun circuit pré- programmé. Une apparition nest pas une réplique de la précédente. Elle est toujours présente en soubassement Elle est en ré-élaboration permanente. Elle est dépendante des autres dimensions (Thèse Mencacci, p. 429)

22 Lévaluation, deux logiques daction Le contrôle et laccompagnement De la vérification à linterprétation, De la certitude au doute, De limposition au débat, De la solution à la mise en travail

23 II A partir de ce quon sait Mélanger ? Confondre ? Choisir ? Exclure ? ou Hiérarchiser ?

24 Le projet dévaluation de lintervenant Trouver des faisables ou promouvoir les possibles ?

25 Le projet dévaluation de lintervenant Stabiliser ou Dynamiser ?

26 Le projet dévaluation de lintervenant Maîtriser, gérer ou Être avec ?

27 Le projet dévaluation de lintervenant Privilégier les procédures ou les processus ?

28 Le projet dévaluation de lintervenant Résoudre des problèmes ou les (faire) construire pour les rendre habitables ?

29 Le projet dévaluation de lintervenant Privilégier Lexplication ou Lintelligence des situations ?

30 Le projet dévaluation de lintervenant Aider les gens à ne pas se tromper ou Faire que les gens comprennent ?

31 Le projet dévaluation de lintervenant Voir ou écouter ?

32 Le projet dévaluation de lintervenant Utiliser les rapports de forces ou les ruses du sens ?

33 IIIConcrètement… Comment je sais que ce que je suis en train de faire…

34 Cest de lexpertise ou de la consultance ?

35 Cest du pilotage pour installer le changement Ou De laccompagnement pour amplifier le changement ?

36 De la résolution de problèmes ou De la problématisation ?

37 Cest de laide à la prise de décision rationnelle ou De lorientation ?

38 Cest la recherche dun équilibre ou La promotion de dynamiques ?

39 Cest du combat ou Du conflit ?

40 Cest de linstrumentation ou de louverture ?

41 Cest du nécessaire ou De lessentiel ?

42 Où sont mes étayages ?

43 Cest une pratique pour laquelle lexigence est forte dune méthodologie, dun dispositif et dun cadre de travail garantissant les acteurs sociaux dintrusions destructrices, où la nécessité de la théorisation, de lexplicitation et de linterrogation des concepts doit être constante. » Barus-Michel, J., Giust-Desprairies, F., Ridel, L. (1996)

44 Lévaluation, dimension de lintervention Par Michel Vial, MCF, HdR Université de Provence Président de RéseauEval MERCI Cétait…


Télécharger ppt "Lévaluation, dimension de lintervention Par Michel Vial, MCF, HdR Université de Provence Président de RéseauEval."

Présentations similaires


Annonces Google