La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Académie de Caen Lycée Marguerite De Navarre Janvier 2009

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Académie de Caen Lycée Marguerite De Navarre Janvier 2009"— Transcription de la présentation:

1 Académie de Caen Lycée Marguerite De Navarre Janvier 2009
Les 7 Chansons Académie de Caen Lycée Marguerite De Navarre Janvier 2009

2 3 thèmes: Entre tradition et modernité: le bourdon
La pluie tombe sur nous – Evelyne Girardon Le fil – Camille Le timbre ou la mémoire de l’air Les 5 étages – Pierre Jean de Béranger La liberté des nègres – Antoine Pierre Augustin de Piis Un auteur, compositeur, interprète: Léo ferré Avec le temps Green Requiem

3 Un genre à l’épreuve du temps…
La Chanson Un genre à l’épreuve du temps…

4 Aperçus historiques Moyen-Age XVII ème siècle XVIII ème siècle
Le chant courtois, esthétique de la ressemblance Le canon esthétique consiste plus à se calquer sur le préexistant et non dans son dépassement ou sa négation. De l’organum au bourdon Le rôle de pivot harmonique et mélodique de l’organum se trouve ultérieurement tenu par le bourdon (harmonique à l’instar de celui de La pluie tombe sur nous ou mélodique comme pour Camille). XVII ème siècle La fronde ( ) et ses mazarinades Les textes – parfois sur des airs de cantiques – étaient des pamphlets à caractère politique contre Mazarin et intégraient parfois des textes obscènes. XVIII ème siècle Les cabarets et les caveaux Il s’agissait de réunions bourgeoises réservées aux hommes, les femmes ayant les rencontres littéraires comme lieux d’expression. Théâtres de foire et théâtres subventionnés Une lutte acharnée est menée entre les 2 théâtres de foires (Saint Martin et Saint Laurent qui date de 1183) face aux 3 théâtres subventionnés ( Comédie française, comédie italienne et Opéra). CF lithographie p.5. 1791: liberté des théâtres, naissance du vaudeville Conséquence de la révolution, la liberté des théâtres voit apparaître le théâtre de Vaudeville sous l’impulsion de De Piis et Barret qui louent une salle pour y introduire le Vaudeville (salle qui sera fermée en 1795 pour débauche) et en 1807 Napoléon désireux de réduire le nombre de théâtres laissera subsister le vaudeville.

5 La foire Saint Laurent Dans le combat qui les opposent aux théâtres subventionnés, les chansonniers de ces foires se trouvent interdits de chanter les textes. Ceci amènera naturellement le développement du timbre à structure répétitive dont le public peut s’emparer pour interpréter le texte en substitution des artistes réduits au silence. En parallèle, vont apparaître les partitions de formats de poche vendues dans la rue.

6 Aperçus historiques XIX ème siècle fin XIX ème siècle XX ème siècle
1851 naissance de la SACEM La conséquence est directe sur le timbre qui utilisait des airs préexistant, pratique compliquée par le respect du droit d’auteur. Professionnalisation de la pratique Les chansonniers sont de moins en moins nombreux. fin XIX ème siècle Cafés concerts Dans ces lieux (avec maisons de passes intégrées), l’entrée gratuite assure un brassage social nouveau. On y trouve l’alternance de 2 ou 3 chansons avec des numéros visuels. A cette période apparaît la chanson sociale qui a pour but de galvaniser les foules et porter un discours subversif. XX ème siècle Les revues de music-hall dans l’après-guerre On distingue 2 groupes. Un groupe pense le music-hall comme un art de la chanson, l’autre le conçoit plus comme la combinaison d’arts visuels (danseurs, acrobates, clowns, ballets) et de chanson pour former une revue à grand spectacle. Parallèlement, l’émergence du disque favorisera la revue à grand spectacle qui s’apprécie en direct, l’autre forme pouvant se prolonger en écoute différée. Saint-Germain des Prés après la seconde guerre A l’issue de la seconde guerre mondiale, le besoin est grand d’oublier et faire la fête. la presse se fait le relais de ce qui se passe à Saint germain mais présente ces rencontres poétiques et musicales comme une réunion de noirs qui jouent et de gens qui fument et boivent. Il ne pas, pour cela, oublier l’aire de création inspirée en début de siècle par la colonisation et le racisme (la fille du bédouin de Miton, Ma créole de Fernandel, la petite tonkinoise de Paulin). La chanson rive gauche enfin, privilégie le texte sur la musique et se diffuse dans des lieux de concerts plus intimes (moins de 300 personnes) et considérés comme des « laboratoires » pour les jeunes artistes.

7 Entre tradition et modernité : le bourdon
Le bourdon : «  son continu à hauteur constante, en général grave » Caractéristique d’instruments traditionnels ( vielle à roue, cornemuse) cf photographie p. 8 Terme apparu au XIIIème siècle qui désigne par extension les tuyaux graves de l’orgue ou des cornemuses ou encore les cordes graves des luths et violes. Exemples dans l’histoire de la musique: Moyen-Age : Chants de la période Byzantine des VIIème –VIIIème siècles ( Alleluia epi si Kyrie) dans lequel le soliste est soutenu par un chœur en bourdon discret. Période baroque : dans les vergers fleuris ( IIIème livre de pièces pour clavecin) de François Couperin dans lequel le clavecin imite la musette et son bourdon dans une ambiance pastorale. Période classique : Dans la Symphonie n°9 de L V Beethoven, il fait intervenir – dans le premier mouvement- un bourdon sur la quinte Ré-La ( mes 1-16) . Période post-romantique : L’ouverture de L’Or du Rhin de Richard Wagner est fondée sur un bourdon de Mib. Cf incipit de la partition p. 9

8 Entre tradition et modernité : le bourdon
Belà Bartok Jouant de La vielle à roue

9 Entre tradition et modernité : le bourdon
Bourdon de l’ouverture de L’Or du Rhin

10 La pluie tombe sur nous Evelyne Girardon
L’interprète : chanteuse, musicienne, comédienne qui est l’une des figures de proue de la « vague » des musiques traditionnelles apparue dans les années qui ont effectué un gigantesque travail de collectage auprès des anciens de textes et musiques de notre patrimoine. Groupes Kinkerne, La Bamboche, Beau temps sur la province, La compagnie du beau temps… 1999, fonde la compagnie Beline avec laquelle elle interprète La pluie tombe sur nous

11 La pluie tombe sur nous Evelyne Girardon
La chanson: Chant de collectage ( Ardèche, février 1976) par Sylvette bérault Williams auprès de monsieur Sales. Version a capella : 1 mélodie, 1 bourdon, 1 refrain polyphonique Mélodie simple construite sur le mode dorien développée entre la tonique et la septième mineure. Rôle harmonique du bourdon : « la place du bourdon dans cet arrangement était ici inévitable, comme témoin de la densité sonore et de l’émotion ressentie » (Evelyne Girardon) Le briolage ( chant de travail collecté par Pauline Viardot) accolé: mode de communication entre l’homme et les bœufs lors des travaux agraires qui vient du Berri. Les paroles sont des jeux de voyelles, mélismes et ports de voix.

12 La pluie tombe sur nous Evelyne Girardon

13 La pluie tombe sur nous Evelyne Girardon

14 La pluie tombe sur nous Evelyne Girardon
Structure générale: Bourdon de sib 2 vers de phrasé libre 2 vers mesurés Refrain avec polyphonie en contrepoint 3 couplets Briolage de même ambitus conclusion: Le principe du bourdon est ici fidèle à la pensée d’Evelyne Girardon: « j’ai l’impression de chanter toutes les notes que j’entends », ce qui pourrait la rapprocher de Miles Davis interrogeant: « pourquoi jouer tant de notes alors qu’il suffit de jouer les plus belles? »

15 Quand je marche Camille
L’interprète: Camille Dalmais: Chanteuse, Auteur, Compositeur

16 Quand je marche Camille
Quand je marche, je marche quand je dors, je dors quand je chante, je chante je m'abandonne Quand je marche, je marche droit quand je chante, je chante nue et quand j'aime, je n'aime que toi quand j'y pense, je ne dors plus Je suis ici, je suis dedans je suis debout je ne me moquerai plus de tout

17 Quand je marche Camille
"Entends tu, m'as-tu dis, le chant du monde », alors depuis quand l'aube se lève, je la suis quand la nuit tombe je tombe aussi Je suis ici, je suis dedans je suis debout je ne me moquerai plus de tout Quand j'ai faim, tout me nourrit le cri des chiens, et puis la pluie, quand tu pars, je reste ici, je m'abandonne et je t'oublie.

18 Quand je marche Camille
L’album: Concept-album sur bourdon de SI ( tonalités stables) qui ouvre l’album et dure les 15 chansons qui le composent. Bourdon linéaire et non harmonique (son axe horizontal le rapproche de la technique italienne du Segue) Le texte: Forme couplet / refrain se concluant sur un couplet. Construction par ajouts «  quand je marche, je marche seule »

19 Quand je marche Camille
Mélodie : Registre medium Structure antécédent / conséquent Refrain dans un registre plus aigu sur les propositions « je suis ici », « je suis debout » Orchestration: Voix en beat box Bourdon : voix de la chanteuse samplée Trombone en re-recording Chanteuse pour le texte

20 Quand je marche Camille
Structure: Intro : beat box + trombone + bourdon Couplet 1 : idem + voix Couplet 2 : idem Refrain : idem Couplet 3 : idem Pont : improvisation sur bourdon Couplet 4 : idem couplet 1

21 Quand je marche Camille
Camille indique avoir choisi une note et l’avoir tendue comme une élastique. Cette fragilité du fil semble révélée par la conclusion de la chanson qui est aussi celle de l’album:  « je m’abandonne et je t’oublie » Elle l’explique en exergue de l’album: « j’ai coupé le fil et je me suis enfuie…je cours après mon rêve; la ligne d’horizon ». Ceci explique sa conception horizontale du bourdon qui unifie l’album. Cet exercice d’agilité n’est pas sans faire penser aux funambules; ceux-là mêmes qui étaient les seuls à rester sur les théâtres de foires lorsque les chansonniers en avaient été chassé après leur lutte avec les théâtres subventionnés… Blondin aux chutes du Niagara

22 La mémoire de l’air Le procédé du timbre
« Il s’agit de l’emprunt à un air existant, on parle aussi de fredon » Notion apparue au XVIIIème siècle Pratique liée aux chansonniers, leur manque de rigueur à l’original leur laisse une grande part d’interprétation et de réinterprétation. Le timbre est dans l’oralité ce qu’est la partition à l’écrit; une trace subsistante de l’air original. XIXème siècle;syndicats, SCI , Sacem: des pratiques changées par la professionnalisation du métier. Les corpus anthologiques: Les anthologies de chansonniers commencent à apparaître en 1717. La clé du caveau 1811; les 8 éditions de Capelle catalogueront jusqu »à 2390 airs. Le Caveau étant une société épicurienne initiée en 1720 par les piliers de la foire.

23 Le procédé du timbre Les 5 étages
compositeur: Pierre Jean de Béranger ( ) Interprète: Germaine Montéro

24 Les 5 étages Dans la soupente du portier, Je naquis au rez-de-chaussée. Par tous les laquais du quartier, A quinze ans, je fus pourchassée ; Mais bientôt un jeune seigneur M'enlève à leurs doux caquetages : Ma vertu me vaut cet honneur, Ma vertu me vaut cet honneur, Et je monte au premier étage, Et je monte au premier étage. Là, dans un riche appartement, Mes mains deviennent des plus blanches. Grâce à l'or de mon jeune amant, Là, tous mes jours sont des dimanches. Mais, par trop d'amour emporté, Il meurt. Ah ! pour moi, quel veuvage ! Mes pleurs respectent ma beauté, Mes pleurs respectent ma beauté, Et je monte au deuxième étage, Et je monte au deuxième étage.

25 Les 5 étages Là, je trompe un vieux duc et pair, Dont le neveu touche mon âme. Ils ont d'un feu payé bien cher, L'un la cendre et l'autre la flamme, Vient un danseur nouveaux amours ; La noblesse alors déménage. Mon miroir me sourit toujours, Mon miroir me sourit toujours, Et je monte au troisième étage, Et je monte au troisième étage Là, je plume un bon gros Anglais, Qui me croit veuve et baronne, Puis deux financier vieux et laids, Même un prélat : Dieu me pardonne ! Mais un escroc, que je chéris, Me vole en parlant mariage… Je perds tout, j'ai des cheveux gris, Je perds tout, j'ai des cheveux gris, Et je monte encore un étage, Et je monte encore un étage.

26 Les 5 étages Au quatrième, autre métier : Des nièces me sont nécessaires ! Nous scandalisons le quartier, Nous nous moquons des commissaires. Mangeant mon pain à la vapeur, Des plaisirs je fais le ménage. Trop vieille, enfin, je leur fais peur, Trop vieille, enfin, je leur fais peur, Et je monte au cinquième étage, Et je monte au cinquième étage. Dans la mansarde, me voilà : Me voilà pauvre balayeuse ! Seule et sans feu, je finis là Ma vie au printemps si joyeuse. Je conte à mes voisins surpris Ma fortune à différents âges ; Et j'en trouve encore des débris, Et j'en trouve encore des débris, En balayant les cinq étages, En balayant les cinq étages.

27 Les 5 étages Le texte: Forme strophique en vers de 8 pieds
Refrain: « Et je monte au […] étage »qui apparaît comme un refrain en dernier vers de chaque strophe. Chanson de 1830 qui figure dans les œuvres complètes de Béranger parues en 1836. Timbre de référence : «  dans cette maison à 15 ans » auquel la référence est faite au vers 4 par « à 15 ans je fus chassée » La chanson raconte l’ascension d’un immeuble par étages d’une grisette; chaque étage représente une couche sociale différente. Les niveaux sociaux cités sont ceux que l’on pouvait rencontrer dans les immeubles Hossmaniens de l’époque

28 Les 5 étages

29 Les 5 étages Timbre utilisé: Mélodie :
« Dans cette maison à 15 ans » Mélodie : Identique au timbre en Do m Structure : A A’ B C C’ D D’, la répétitivité de l’air était caractéristique, permettant l’acquisition plus facile par le public (celui-ci chantant les textes lorsque les chansonniers étaient réduits au mutisme par leur querelle avec les théâtres subventionnés) Accompagnement au piano harmonique qui assure un pont figuraliste (par mouvement ascendant) de la montée dans les étages entre les strophes. Interprétation: Germaine Montéro 1955 Diction proche du parlé expliquée par son parcours de comédienne. Tempo :   Si on y retrouve le rubato de « La liberté des nègres » le tempo est ici plus allant, donnant à cette chanson un caractère plus léger.

30 Le procédé du timbre la liberté des nègres
compositeur: Antoine Pierre Augustin De Piis ( ) Interprète: Marc Orgeret

31 la liberté des nègres Qu'ont dit les députés des noirs A notre Sénat respectable, Quand ils ont eu de leurs pouvoirs Donné la preuve indubitable : Nous n'avons plus de poudre, hélas ! Mais nous brûlons d'un feu céleste, Aidez nos trois cent mille bras, A conserver dans nos climats Un bien plus cher que tout le reste. (bis) Quand dans votre sol échauffé, Il leur a semblé bon de naître, La canne à sucre et le café N'ont choisi ni gérant, ni maître. Cette mine est dans votre champ, Nul aujourd'hui ne le conteste, Plus vous peinez en l'exploitant, Plus il est juste, assurément, Que le produit net vous en reste. (bis) Le savez-vous, Républicains, Quel sort était le sort du nègre ? Qu'à son rang, parmi les humains Un sage décret réintègre ; Il était esclave en naissant, Puni de mort, pour un seul geste... On vendait jusqu'à son enfant. Le sucre était teint de son sang, Daignez m'épargner tout le reste...(bis) De vrais bourreaux, altérés d'or, Promettant d'alléger ses chaînes, Faisaient, pour les serrer encor, Des tentatives inhumaines. Mais, contre leurs complots pervers, C'est la nature qui proteste Et deux peuples, brisant leurs fers, Ont, malgré la distance des mers, Fini par s'entendre de reste. (bis)

32 la liberté des nègres Américains, l'égalité Vous proclame aujourd'hui nos frères Vous aviez à la liberté Les mêmes droits héréditaires. Vous êtes noirs, mais le bon sens Repousse un préjugé funeste... Seriez-vous moins intéressants, Aux yeux des républicains blancs ? La couleur tombe, et l'homme reste ! (bis)

33 Le procédé du timbre la liberté des nègres
compositeur: Antoine Pierre Augustin De Piis ( ), fils de Saint Domingue, qui soutint la révolution, qui remplit des fonctions administratives ( secrétaire général de la préfecture de police de 1800 à 1815). Il est plus connu comme auteur dramatique dès 1776 et pour avoir participé à la fondation du vaudeville en 1792. Contexte: L’esclavage fut aboli pour la première fois le 4 février 1794, avant d’être rétabli par le consul Bonaparte en 1802 et aboli définitivement sous la IIème république. Ce vaudeville de 1794 est un des premier du genre créé en1792 et apparaît comme un hommage immédiat à l’abolition de l’esclavege par un fils des colonies.

34 la liberté des nègres Accompagnement de piano continu.
Le texte : Extrait de la pièce La liberté de nos colonies, vaudeville républicain Strophique, rimes croisées Version Orgeret sans les strophes d’origine Harmonie : do# m, le timbre d’origine est indiqué en mi m. Pas de modulation mais affirmation de la sensible sur les temps forts, ceci renforce la dramaturgie de cette mise en musique. Le timbre utilisé: « Daignez m’épargner le reste » issu de la pièce de théâtre les Visitandines de Devienne. La référence y est faite par le dernier vers de la strophe 1. Orchestration : Accompagnement de piano continu. Introduction très dramatique par le violon contrechants par le violon en strophe 2, par les violoncelle en strophe3, par le violon et le violoncelle en strophes 4 et 5. Ajout d’un roulement de timbales sur les 2 derniers vers de chaque strophe.

35 Auteur Compositeur Interprète : Léo Ferré
Carrière de chanteur après 1945 dans différents cabarets de la Rive Gauche Premier album en 1953 Dirigea lui-même certains grands orchestres l’accompagnant Auteur Compositeur Interprète (le premier ACI étant Charles Trenet),statut qui apporte à tout créateur la totale maîtrise de la mise en œuvre de ses créations. Compositeur éclectique: Avec le temps : chanson populaire Green: sur un poème de Verlaine Requiem: en partie déclamé sur une composition orchestrale

36 Léo Ferré Green Green: Dès 1961 au Vieux Colombier, avec un quintette (Piano, accordéon, saxophone,contrebasse et guitare) . 1964 paraît dans un 33 tours Barclay; Verlaine et Rimbaud chantés par Léo Ferré. Double album enregistré en 4 jours avec l’orchestre de jean Michel Defaye.

37 Léo Ferré Green Voici des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches Et puis voici mon cœur qui ne bat que pour vous. Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches Et qu'à vos yeux si beaux l'humble présent soit doux. J'arrive tout couvert encore de rosée Que le vent du matin vient glacer à mon front. Souffrez que ma fatigue à vos pieds reposée Rêve des chers instants qui la délasseront. Sur votre jeune sein laissez rouler ma tête Toute sonore encor de vos derniers baisers ; Laissez-la s'apaiser de la bonne tempête. Et que je dorme un peu puisque vous reposez.

38 Green Texte: Autres adaptations de ce texte:
Poème emprunté à Romances sans paroles de Verlaine (fin 1872) 3 quatrains d’alexandrins Rimes finales croisées et rimes à l’hémistiche Nombreuses allitérations et assonances. Nombreux monosyllabes en début de vers qui induisent un rythme marqué. Autres adaptations de ce texte: Claude Debussy ( 1888) Gabriel Fauré ( 1891) Reynaldo Hahn (1891) qui rebaptise le poème Offrande.

39 Green Mélodie et structures: Harmonie: Orchestration:
Fidèles au poème à l’exception du dernier hémistiche qu’il répète. La mélodie suit la morphologie du texte et son énonciation de manière très aérée avec une pause entre chaque hémistiche. Dessin mélodique en arche Le rythme de croches favorise l’accentuation traditionnelle d’une syllabe sur 2. Harmonie: Rythme harmonique lent Chaque strophe se termine sur la neuvième majeure de l’accord de ré b ( tonalité chère à Gabriel Fauré) Anatole à la fin Orchestration: Arrangement impressionniste à partir d’un orchestre à cordes, bois, harpe, piano.

40 Avec le temps Contexte: 1969
La chanson, non destinée à devenir un tube , figure sur un 45 tours en 1970. D’abord écartée par Barclay de l’album solitude. Intégrée dans un 33 tours en 1972 grâce à l’interprétation de Catherine Sauvage qui connut un vif succès.

41 Avec le temps Avec le temps... Avec le temps va tout s'en va On oublie le visage et l'on oublie la voix Le coeur quand ça bat plus s'est pas la peine d'aller Chercher plus loin faut laisser faire et c'est très bien Avec le temps... Avec le temps va tout s'en va L'autre qu'on adorait qu'on cherchait sous la pluie L'autre qu'on devinait au détour d'un regard Entre les mots entre les lignes et sous le fard D'un serment maquillé qui s'en va faire sa nuit Avec le temps tout s'évanouit

42 Avec le temps Avec le temps... Avec le temps va tout s'en va Même les plus chouettes souvenirs ça t'as une de ces gueules A la Galerie Farfouille dans les rayons de la mort Le samedi soir quand la tendresse s'en va toute seule Avec le temps... Avec le temps va tout s'en va L'autre à qui l'on croyait pour un rhume pour un rien L'autre à qui l'on donnait du vent et des bijoux Pour qui l'on eût vendu son âme pour quelques sous Devant quoi l'on se traînait comme traînent les chiens Avec le temps va tout va bien

43 Avec le temps Avec le temps... Avec le temps va tout s'en va On oublie les passions et l'on oublie les voix Qui vous disaient tout bas les mots des pauvres gens Ne rentre pas trop tard surtout ne prends pas froid Avec le temps... Avec le temps va tout s'en va Et l'on se sent blanchi comme un cheval fourbu Et l'on se sent glacé dans un lit de hasard Et l'on se sent tout seul peut-être mais peinard Et l'on se sent floué par les années perdues Alors vraiment Avec le temps on n'aime plus...

44 Avec le temps Texte: Poème en alexandrins ( bien que la mise en forme du texte laisse à penser à un premier vers de 4 syllabes et un deuxième de 8 syllabes). Poème sombre qui évoque sa rupture avec Madeleine en 1968.  «  Avec le temps, musique et paroles, je l’ai fait en 2 heures. Avec le temps c’est l’histoire de ma vie pendant plusieurs années. » précise-t-il. 3 strophes à refrains en début de strophes Formule anaphorique; « Avec le temps…. » Contraste des niveaux de langage.

45 Avec le temps Mélodie: 3 cycles identiques
Absence de sensible et de tierce dans les accords finaux, d’inspiration modale (mode éolien de la). Chaque strophe a 2 séquences de 5 et 7 vers avec repos central avant le retour de « avec le temps » qui forme un rebondissement par le seul intervalle important, une octave. Ecriture syllabique suivant les inflections de la voix; mais la première syllabe est le premier temps de la mesure suivante, ce qui renforce l’aspect de déroulement ininterrompu du temps.

46 Avec le temps orchestration: Conclusion:
Piano, cordes, basse, trombone Piano en ostinato d’arpèges descendants s’opposant au rythme de double-croches de la mélodie chantée. Ligne de basse en mouvement conjoint descendant. Conclusion: Entre le mouvement en ostinato descendant du piano et le dessin mélodique final, tout semble entraîner vers le bas comme une descente infernale inéluctable.

47 Requiem Contexte: Automne 1975, avec orchestre de 60 musiciens.
Eclatement de la forme ; 7’04 Enregistrement CBS sous le titre « Ferré muet dirige » suite à des problèmes avec Barclay. Démarche compositionnelle originale; ferré a enregistré la musique à son piano de travail avant de penser au texte, celui-ci étant d’ailleurs déjà écrit par ailleurs.. Premier enregistrement chanté chez Barclay en automne 1976. Requiem fait ici référence à la messe des morts si souvent mise en musique.

48 Requiem Pour ce rythme inférieur dont t'informe la Mort Pour ce chagrin du temps en six cent vingt-cinq lignes Pour le bateau tranquille et qui se meurt de Port Pour ce mouchoir à qui tes larmes font des signes. Pour le cheval enfant qui n'ira pas bien loin Pour le mouton gracieux le couteau dans le rouge Pour l'oiseau descendu qui te tient par la main Pour l'homme désarmé devant l'arme qui bouge

49 Requiem Pour tes jeunes années à mourir chaque jour Pour tes vieilles années à compter chaque année Pour les feux de la nuit qui enflamment l'amour Pour l'orgue de ta voix dans ta voix en allée Pour la perforation qui fait l'ordinateur Et pour l'ordinateur qui ordonne ton âme Pour le percussionniste attentif à ton coeur Pour son inattention au bout du cardiogramme

50 Requiem Pour l'enfant que tu portes au fond de l'autobus Pour la nuit adultère où tu mets à la voile Pour cet amant passeur qui ne passera plus Pour la passion des araignées au fond des toiles Pour l'aigle que tu couds sur le dos de ton jeans Pour le loup qui se croit sur les yeux de quelqu'un Pour le présent passé à l'imparfait du spleen Pour le lièvre qui passe à la formule Un Pour le chic d'une courbe où tu crois t'évader Pour le chiffre évadé de la calculatrice Pour le regard du chien qui veut te pardonner Pour la Légion d'Honneur qui sort de ta matrice Pour le salaire obscène qu'on ne peut pas montrer Pour la haine montant du fond de l'habitude Pour ce siècle imprudent aux trois quarts éventé Pour ces milliards de cons qui font la solitude

51 Requiem  Pour tout ça le silence.

52 Requiem Texte: Structure et mélodie:
8 quatrains d’alexandrins, rimes croisées Accumulation anaphorique de dédicaces comme dans la forme liturgique des litanies. Différents registres de langue ( « pour tes jeunes années à mourir chaque jour » / « pour ces milliards de cons qui font la solitude ») Structure et mélodie: 2 parties de tempi différents; les 5 premières strophes sont chantées sur une mélodie, les 3 dernières sur une autre de tempo plus rapide. 2 premières strophes reprises déclamées. Crescendo expressif doublé d’un mouvement mélodique ascendant sur la strophe. Deuxième partie plus recto-tono de caractère incantatoire.

53 Requiem Harmonie et orchestration:
Rôle de l’orchestre autant mélodique que d’accompagnement. Nombreux contre-chants (flûte, violoncelle, hautbois, chœur, cordes, voix de soprani et clarinette). Figuralisme de la percussion présente et accompagnant le texte « le percussionniste attentif à ton cœur ». Univers harmonique très stable de Ré Majeur. Deuxième partie plus ambiguë harmoniquement.

54 Rapports aux thématiques du Programme limitatif
L’ouvre et son organisation interne Cf analyses ci-avant des structures, mélodies et textes. L’œuvre et son contexte Contexte de l’abolition de l’esclavage pour « La liberté des nègres » 4 décennies après la révolution et la libération des mœurs qu ’elle apporte pour « les 5 étages » « La pluie tombe sur nous » intervient en pleine vogue du renouveau traditionnaliste dans les années 70, à une période où l’émergence des supports d’enregistrement peuvent faire oublier ce répertoire au profit d’autres plus distribués. Ferré s’inscrit dans l’esprit rive gauche privilégiant le texte. On trouve aussi dans ce courant esthétique la mise en musique des poètes surréalistes, rapprochant d’autant Ferré par ses orchestrations impressionnistes. L’œuvre et sa diffusion Pour le timbre, sa diffusion l’inscrit dans la mémoire populaire, remplaçant la partition comme témoin dans le temps. Pour Ferré on voit combien ses divergences avec Barclay ont pu interférer sur la distribution et aussi sur la diffusion des ses œuvres.

55 Rapports aux thématiques du Programme limitatif
L’œuvre et son codage Les différentes chansons suivent un codage traditionnel, y compris les chansons à bourdon issues de traditions orales. L’œuvre et ses références au passé Le bourdon est en soi une référence aux musiques traditionnelles et ainsi à l’organum du Moyen-Age. La pratique du timbre est – par définition- un emprunt au passé. Ferré utilise un poème du passé puisqu’il l’emprunte à Verlaine. L’œuvre et ses prolongements La liberté des nègres a été reprise de nombreuses fois depuis l’interprétation de Marc Orgeret. Le Fil de Camille voit son prolongement immédiat par le bourdon présent dans tout l’album et qui le conclue quelques minutes après cette chanson. Le prolongement des chansons de Léo ferré est évident du fait des nombreuses réinterprétations qu’elles ont connu ( par exemple Avec le temps interprétée par Catherine sauvage mais aussi Richard Galliano et Eddy Louis). l’œuvre et son interprétation L’interprétation est – par définition- au centre des chansons de Léo Ferré; Auteur-compositeur-interprète. Elle est également au centre de l’analyse de la chanson d’Evelyne Girardon et du choix opéré d’accolage du briolage à la chanson de collectage existante. Pour Le fil, le dispositif de voix samplée et de trombone en re-recording imposent une conception particulière de l’interprétation.

56 Bibliographie Actes de l’université d’automne à Marseille – octobre 2008 Analyses des œuvres du programme limitatif de la médiathèque de la cité de la musique. site , téléchargement des chansons du bac 2009 site du Hall de la chanson; Site Internet National du Patrimoine de La Chanson. Camille: Site internet officiel Léo Ferré: site internet officiel Compagnie Beline site internet. Numéro spécial de L’Education Musicale n°543/544 consacré à la présentation des œuvres de bac 2009


Télécharger ppt "Académie de Caen Lycée Marguerite De Navarre Janvier 2009"

Présentations similaires


Annonces Google