La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Deloitte Consulting Enquête qualitative auprès des stakeholders de lAFSCA Rapport de synthèse intermédiaire – Présentation pour le Comité de Concertation.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Deloitte Consulting Enquête qualitative auprès des stakeholders de lAFSCA Rapport de synthèse intermédiaire – Présentation pour le Comité de Concertation."— Transcription de la présentation:

1 Deloitte Consulting Enquête qualitative auprès des stakeholders de lAFSCA Rapport de synthèse intermédiaire – Présentation pour le Comité de Concertation Bruxelles, 25 juin 2008

2 Location/Filename/Unit/Author/Assistant (Change via 'View - Header and Footer') Introduction 1.1. Objectif de lenquête 1.2. Organisation de lenquête 2. Aperçu des résultats 2.1. Tableau de sensibilité 2.2. Questions de prioritisation 2.3. Approfondissement par thème 3. Conclusions

3 Location/Filename/Unit/Author/Assistant (Change via 'View - Header and Footer') Introduction 1.1. Objectif de lenquête Ce rapport reprend la synthèse des résultats de lenquête qualitative des stakeholders de lAFSCA. Cette enquête a été réalisée par Deloitte, pour le compte de lAgence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire en juin Cette enquête qualitative a pour but de tracer les évolutions en perceptions et les expériences des stakeholders afin dadapter et dapprofondir la vision stratégique de lAFSCA en fonction du business plan Cette enquête a pour but dactualiser lenquête qualitative ayant été réalisée en 2006 auprès des stakeholders de lAFSCA; 17 des 35 répondants ont déjà participé à lenquête de Lenquête a été réalisée auprès de 35 répondants, à savoir 29 répondants provenant des entreprises administrées par lAFSCA et 6 répondants provenant dinstances publiques avec lesquelles lAFSCA a des interactions. Les répondants ont été sélectionnés par lAdministrateur délégué de lAFSCA. Lenquête a été réalisée sur base dentretiens face-à-face.

4 Location/Filename/Unit/Author/Assistant (Change via 'View - Header and Footer') Introduction 1.2. Organisation de lenquête Toutes les interviews ont été réalisées durant la période courant du 9 au 24 juin Les interviews se sont déroulées sur place, chez les répondants. Les interviews étaient menées par des collaborateurs de Deloitte et ont duré en moyenne 2,5 heures. Indépendamment du court laps de temps, Deloitte a interrogé un nombre représentatif de stakeholders provenant de différents secteurs (secteur primaire, fabrication, transformation et distribution). Sur les 31 stakeholders qui seront interrogés au total, 29 ont déjà été interviewés. Chaque interview a fait lobjet dun compte-rendu condensé. Ces compte-rendu ont été traités de manière anonyme par Deloitte. LAdministrateur délégué de lAFSCA dispose des compte-rendu individuels. Deloitte a traité les résultats des interviews, comme suit, dans un rapport global: –1. Tableau de sensibilité: quels thèmes sont considérés comme sensibles dans le sens négatif par le répondant (mesure de commentaires); –2. Aperçu des questions prioritaires: quels thèmes sont considérés comme prioritaires par le répondant; –3. Aperçu des questions fermées: quelles appréciations qualitative ont été données par les répondants à un certain nombre daffirmations; –4. Aperçu des questions ouvertes: quels sont, pour chaque thème, les points dattention, les points forts et les points damélioration identifiés par le répondants. Aucun rapport nest prévu par secteur ou activité étant donné le faible nombre de répondants. Tous les répondants ont montré une attitude ouverte et ont estimé que linitiative de lenquête prise par lAFSCA est positive

5 Location/Filename/Unit/Author/Assistant (Change via 'View - Header and Footer') Le questionnaire a été développé par lAFSCA et est repris en Annexe 2. Les thèmes suivants y sont repris de manière structurée: LAFSCA, une organisation en mouvement Organisation et structure Responsabilité de la sécurité alimentaire Politique de contrôle et programme Certificats, autorisations, … Contrôle/ inspection/ expertise Analyses Réalisation des audits relatifs aux systèmes dautocontrôle Financement Prévention et gestion des crises Communication LAFSCA et autres instances officielles LAFSCA et les charges administratives Politique, réglementation et relations internationales AFSCA: Personnel et système 1.Introduction 1.2. Organisation de lenquête

6 Location/Filename/Unit/Author/Assistant (Change via 'View - Header and Footer') Aperçu des résultats 2.1. Tableau de sensibilité Le tableau ci-dessous montre un aperçu de lévaluation des interviews mesurant la sensibilité des différents thèmes abordés auprès des répondants en fonction de leurs secteurs. Ce tableau est basé sur une évaluation intuitive des interviewers sur base des réponses données et de la manière dont elles ont été formulées. PrimaireFabrication et transformationDistribution AgricultureAbattoirsLait Ventes publiquesAnimalVégétal Alimentation animal Boissons/ AlimentsDistributionHoreca Grandes cuisines LAFSCA, une organisation en mouvement Organisation et structure Responsabilité de la sécurité alimentaire Politique de contrôle et programme Certificats, autorisations, … Contrôle/ inspection/ expertise Analyses Réalisation des audits relatifs aux systèmes dautocontrôle Financement Prévention et gestion des crises Communication LAFSCA et autres instances officielles LAFSCA et les charges administratives Politique, réglementation et relations internationales AFSCA: Personnel et système

7 Location/Filename/Unit/Author/Assistant (Change via 'View - Header and Footer') Aperçu des résultats 2.1. Tableau de sensibilité Tableau de sensibilité: baselining –La sensibilité a sensiblement diminué pour certains thèmes: AFSCA, une organisation en mouvement; Politique de contrôle et programme; Communication; Prévention et gestion de crise; Financement; FAVV: Personnel et système. –La sensibilité a augmenté pour certains thèmes: Charges administratives; Certificats, autorisations, …; –Pour certains thèmes, la mesure de sensibilité resté égale: Organisation et structure; Responsabilité de la sécurité alimentaire; Contrôle/inspection/expertise; Analyses; Politique, réglementation; LAFSCA et autres instances officielles. –

8 Location/Filename/Unit/Author/Assistant (Change via 'View - Header and Footer') Aperçu des résultats 2.2. Questions de prioritisation A. Les points forts les plus fréquemment mentionnés devant être abordés au sein de lAFSCA: B. Les points dattentions prioritaires devant être abordés les plus soivent mentionnés sont: Charges administratives lourdes Uniformité des contrôles Harmonisation interne (Central vs. Décentral) Communication et concertation avec les secteurs Uniformité des contrôles Communication interne envers les collaborateurs de lAFSCA sur le terrain Communication vers le secteur et le citoyen Organisation professionnelle / compétente / forte structure Approche intégrée / point de contact unique / neutralité Cet élément nétait pas repris dans le rapportage

9 Location/Filename/Unit/Author/Assistant (Change via 'View - Header and Footer') Aperçu des résultats 2.2. Questions de prioritisation C. Les opportunités damélioration réalisables à court terme le plus fréquemment citées sont: D. Objectifs stratégiques devant absolument être réalisés. Les Eléments revenant le plus dans lordre dimportance sont: Harmonisation des normes et coûts au niveau européen LAFSCA en tant que facilitateur et partenaire Introduction et opérationnalisation dautocontrôle Harmonisation des normes et coûts au niveau européen Intégrer les différents audits et contrôles Uniformité de traitement Plus dinformation concernant les résultats des analyses réalisées Plus de formation et de relai dinformation vers les collaborateurs de lAFSCA sur le terrain Information plus orientées au sujet des réglementations Uniformité des contrôles

10 Location/Filename/Unit/Author/Assistant (Change via 'View - Header and Footer') Approche intégrée de lAFSCA unanime comme expérience positive. Mission, objectifs et tâches claires pour la plupart des opérateurs. LAFSCA perçue par la plupart des acteurs comme une organisation puissante. Focus de lAFSCA plus sur le contrôle et linspection que sur le rôle de partenaire (selon certain s partenaires). Certains opérateurs considèrent lAFSCA plus comme une organisation répressive que comme un partenaire accompagnateur. Les opérateurs sont unanimement positifs au sujet de la mise en place dune agence pour la surveillance de la sécurité alimentaire (à la place dun paysage fragmenté). Evaluation du fonctionnement et impact Communication proactive de lAFSCA concernant les objectifs et le trajet de changement. Expliquer le modèle dinteraction avec les secteurs et entreprises – plus de concertation souhaitée. Opportunités et possibilités daméliorations Première démonstration dapproche intégrale. Impact faible à cause de la nouvelle structure. Une majorité souhaite encore plus de concertation avec les secteurs. La plupart des répondants sont positifs concernant lapport des PCEs. LAFSCA perçus comme une institutions répressive par la plupart des opérateurs. Certaine inquiétude que la structure sera trop lourde A. LAFSCA, une organisation en mouvement 2. Aperçu des résultats 2.3. Approfondissement par thème 2004

11 Location/Filename/Unit/Author/Assistant (Change via 'View - Header and Footer') Structure, tâches et responsabilités claires pour la plupart des opérateurs. Perception dune structure stable. Les PCEs sont parvenu à rapprocher lAFSCA des acteurs selon la majorité. Lattention aux différences provinciales est un points important. Répartition des tâches entre le SPF Santé Publique et lAFSCA pas entièrement rationnalisés (tous deux actifs dans la réglementation et le contrôle). Différence dapproche entre les PCEs selon certains opérateurs, surtout en matière de contrôles. Questions concernant la structure organisationnelle par certains acteurs concernant le partage des rôles entre le Comité Scientifique et le Comité de Concertation. Sructure actuelle pas claire pour la majorité/points de contact encore trop inconnus. Incertitude concernant la structure auprès de certains opérateurs et les collaborateurs de lAFSCA.. La plupart des répondants sont positifs quant à appotr des PCEs. La plupart des répondants nont aucune problème avec la séparation primaire-transformation-distribution, mis à part le maintien de certaines spécialités Flexibilité exigée, avec laugmentation de lintégration/diffluence entre les secteurs. Communication claire des points de contact nécessaires aux opérateurs. Plus dinformatoon aux propres collaborateurs B. Organisation en structure 2. Aperçu des résultats 2.3. Approfondissement par thème Evaluation du fonctionnement Opportunités et possibilités daméliorations Structure actuelle pas claire pour la majorité / points de contacts encore inconnus. Incertitude quant à la structure pour certain opérateurs et auprès des collaborateurs de lAFSCA. La plupart des répondants sont positifs quant à lapport des PCEs. La plupart des répondants nont pas de problèmes avec la division primaire-transformation-distribution, mis à part le maintien de certaines spécialités.

12 Location/Filename/Unit/Author/Assistant (Change via 'View - Header and Footer') Principe dautocontrôle largement soutenu par les opérateurs. Encore des confusions quant aux division de tâches selon certain acteurs. Certains opérateurs remettent le rôle de lAFSCA en question en terme daudit et de certification Certains opérateurs ce savent pas toujours où se rendre en cas de besoins dassistance. Lien entre lautocontrôle, le financement et la certification à expliquer et spécifier. Concrétisation des dispositions concernant lautocontrôle (lien avec dautres systèmes, division des tâches en matière de certification et daudit). C. Responsabilité de la sécurité alimentaire Principe dautocontrôle perçu positivement par la plupart des opérateurs. Inquiétude de certains concernant la responsabilité partagée et limplémentation du système dautocontrôle (dans certains secteurs). Les systèmes dautocontrôles sont bien réglés selon les spécificités des secteurs selon la majorité. La majorité des opérateurs reconnaît le rôle des organisations sectorielles lors de limplémentation des systèmes dautocontrôles. Motiver le secteur pour les autocontrôles: quels incentives sont possibles (sensibilisation, financement)? Priorité à la réduction des charges administratives dans la phase dimplémentation des systèmes dautocontrôle. Selon certains opérateurs, laudit et la validation des systèmes de contrôles peuvent également être faits par les OCI dans le secteur de la viande. Division entre la réalisation des audits et linspection comme point dattention selon certains opérateurs. 2. Aperçu des résultats 2.3. Approfondissement par thème Evaluation du fonctionnement Opportunités et possibilités daméliorations

13 Location/Filename/Unit/Author/Assistant (Change via 'View - Header and Footer') Plus de transparence concernant le programme de contrôle et la construction du programme de contrôle. Concrétiser les procédures de concertation et de communication concernant la réalisation dun programme de contrôle (concertation avec les organisations sectorielles). LAFSCA na pas assez dautonomie pour dresser un programme scientifique selon certains opérateurs. Le programme de contrôle est inconnu. Questions concernant lapplication de lévaluation des risques sur des parties de chaîne alimentaire par lAFSCA. Questions concernant la méthode en matière de division des contrôles au sujet des points de contrôle. D. Politique de contrôle et programme Le renforcement de linformation concernant la politique de contrôle et programme peut encore saméliorer selon les réponses des opérateurs. Le programme de contrôles est totalement inconnu par certains opérateurs. Plus de transparence concernant le programme de contrôle et de sa rédaction. 2. Aperçu des résultats 2.3. Approfondissement par thème Evaluation du fonctionnement Opportunités et possibilités daméliorations

14 Location/Filename/Unit/Author/Assistant (Change via 'View - Header and Footer') Plusieurs acteurs préviennent des (possibles négatifs) impacts des exigences de certificats sur la force concurrentielle de la Belgique. La majorité des répondants a limpression que les opérateurs doivent remplir certaines obligations à travers plusieurs frontières. Lutilisation de certificats est considéré comme positif en général, sûrement pour les activités vers et en collaboration avec létranger. La réduction des charges administratives concernant la certification et les agréments offre, selon certain opérateurs, une solution. Accords concernant une réglementation uniforme avec les membres EU et les non-membres EU (lAFSCA jouerait un rôle facilitateur). Mieux expliquer le lien entre les agréments – certificats – autocontrôle. Automatisation du processus export – certificats (via internet). Selon certains opérateurs, la base de facturation nest pas toujours claire. Optimalisation des processus peut selon certain opérateurs être améliorée (délai moins longs et standardisation). Lien entre les agréments et les autorisations avec les autocontrôle s à clarifier selon certains opérateurs. E. Certificats, agréments pour l'exportation, autorisations, enregistrements Aperçu des résultats 2.3. Approfondissement par thème Evaluation du fonctionnement Opportunités et possibilités daméliorations

15 Location/Filename/Unit/Author/Assistant (Change via 'View - Header and Footer') Question: Estimez-vous que les différents certificats et agréments étant maintenant exigés sont justifiés dun points de vue économique et sécurité alimentaire? Répondants: 22/35 2. Aperçu des résultats 2.3. Approfondissement par thème E. Certificats, agréments pour l'exportation, autorisations, enregistrements... pas daccordMilieu plutôt pas daccord daccord plutôt daccord sans opinion

16 Location/Filename/Unit/Author/Assistant (Change via 'View - Header and Footer') Certains réflexion concernant la réalisation et le suivi des contrôles (expertise des collaborateurs, courtoisie). La plupart des répondants mentionnent un problème en matière duniformité des contrôles (entre les contrôleurs et entre les PCEs). Insuffisamment de transparence concernant lopérationnalisation des normes selon la plupart des opérateurs. Plus duniformité pour les contrôles réalisés. Expliquer la standardisation des obligations dinformation des contrôles dans le cadre des contrôles. Repenser les compétences des contrôleurs dans le cadre de la nouvelle approche de contrôle. Rôle de régie pour lAFSCA selon certains acteurs concernant les contrôles (accords avec dautres institutions). Automatiser les procédures de contrôle, par exemple des checklists à traiter électroniquement. Lévaluation du risque des secteurs est selon certains opérateurs sujet à amélioration. La confiance dans linspection est grande et unanime (intégrité) Selon la plupart des opérateurs, beaucoup de travail a été réalisé pour luniformité des procédures de contrôles. Perception auprès de certains opérateurs que la lourdeur des contrôles nest pas toujours en relation avec le risque du secteur. Plus dintégration entre les contrôles (différentes institutions, certificats, …) est possible selon certains opérateurs. F. Contrôle, inspection, expertise Aperçu des résultats 2.3. Approfondissement par thème Evaluation du fonctionnement Opportunités et possibilités daméliorations

17 Location/Filename/Unit/Author/Assistant (Change via 'View - Header and Footer') Feedback rapide et accru suite à un contrôle réalisé, souhaité par certains opérateurs (délais). Certains opérateurs ont limpression que la capacité limitée du labo influence les délais. La confiance dans les analyses de lAFSCA est généralement grande. Certains opérateurs perçoivent une différence entre les PCEs en matière de feedback des analyses. Standardiser les analyses labo. Certains répondants voient une solution en sous- traitance à des externes, ayant pour but de presser lanalyse des coûts et de diminuer les délais. Augmenter la transparence concernant les résultats des analyses. Feedback rapide et accru pour tous les PCEs. Feedback rapide et accru suite à un contrôle réalisé, souhaité par certains opérateurs (délais). Certains opérateurs attachent beaucoup dimportance à une capacité suffisante du labo pour des raisons de coûts et de possibilités de contre- analyses. Selon certains opérateurs, mes procédures sont insuffisamment développées. Certains opérateurs émettent une réserve concernant les coûts élevés des analyses. G. Analyses Aperçu des résultats 2.3. Approfondissement par thème Evaluation du fonctionnement Opportunités et possibilités daméliorations

18 Location/Filename/Unit/Author/Assistant (Change via 'View - Header and Footer') H. Réalisation des audits relatifs aux systèmes dautocontrôle 2008 Principe dautocontrôle accepté unanimement. Rôle et participation des organisations sectorielles jugés généralement positifs par les opérateurs. Les guides sectoriels coupés sur mesure du secteur selon la plupart des opérateurs. Audit des autocontrôles: sous-traiter ou tâches de lAFSCA? Distinction, en théorie, entre réaliser les audits sur des autocontrôles et les contrôles est un point fort. Les guides sectoriels volumineux et complexes selon la majorité. Capacité à implémenter les systèmes dautocontrôles diffère selon la grandeur et le type dopérateur. Focus groupes-cibles / développer des incentives. Optimalisation des audits sur les systèmes dautocontrôle selon certains opérateurs au moyen de la sous-traitance. Coordination entre différentes normes – certificats (par exemple IFS/BRC) Marge de croissance pour le rôle daudit de lAFSCA. Pas dapplication Aperçu des résultats 2.3. Approfondissement par thème Evaluation du fonctionnement Opportunités et possibilités daméliorations

19 Location/Filename/Unit/Author/Assistant (Change via 'View - Header and Footer') Système de financement considéré comme inadéquat/ contributions vues comme inégales et insuffisamment responsables du point de vue des risques dun secteur. Le lien entre les services fournis et la facturation (rétribution) nest pas clair pour plusieurs répondants. Lopinion concernant le système de financement mis sur pieds pour lAFSCA divergent. Responsabilité des prestations délivrées par lAFSCA plus claires (globale). I. Financement Les secteurs suggèrent doptimaliser le système de bonus-malus, le bonus comme instrument de sensibilisation efficace. Obliger lachat des guides sectoriels. Redevance sur base de la production plutôt que sur base du chiffre daffaires. La perception existe chez certains acteurs que le système de bonus est inadéquat pour sensibiliser mes acteurs. Il est souvent plus intéressant de payer une redevance entièrement plutôt que de recevoir un bonus. Les acteurs demandent plus dinventives, spécialement pour les plus petites entreprises, et ce comme condition pour maintenir la solidarité entre les petites et grandes entreprises. Sentiment auprès de certains acteurs que les coûts indirects augmentent (par exemple les secteurs souffrent dune perte à la vente des guides sectoriels). Coût dachat des certificats dexportation considéré par quelques opérateurs comme u n impôt supplémentaire. 2. Aperçu des résultats 2.3. Approfondissement par thème Evaluation du fonctionnement Opportunités et possibilités daméliorations

20 Location/Filename/Unit/Author/Assistant (Change via 'View - Header and Footer') Question: Etes-vous au courant de la vision stratégique en matière de financement? Répondants: 22/35 I. Financement 2. Aperçu des résultats 2.3. Approfondissement par thème pas daccordMilieu plutôt pas daccord daccord plutôt daccord sans opinion

21 Location/Filename/Unit/Author/Assistant (Change via 'View - Header and Footer') Les scénarios de crise de lAFSCA ne sont pas assez connus. Confiance dans la capacité de lAFSCA à gérer une crise a augmenté auprès des répondants, mais la confiance nest certainement pas encore entière. Obligation de mentionner est pas claire et insuffisamment nommée. La communication avec les entreprises doit rester ouverte en cas dincidents. Les scénarios de crise doivent être clairement communiqués auprès des secteurs et des entreprises. Plus dassistance a prévoir pour les opérateurs individuels confrontés a une crise. Communication interne entre le siège social et les PCEs provinciaux pas optimale selon certains acteurs. Qualité des scénarios de crises développés reconnue par la majorité des répondants. Les secteurs ont confiance que quune éventuelle crise soit traitée de manière professionnelle. Forte implication du secteur lors du développement des scénarios de crise ressentie positivement par une majorité des répondants. Communication externe vers la presse et les secteurs bien construite selon les répondants (website est un instrument fort). J. Prévention et gestion des crises Aperçu des résultats 2.3. Approfondissement par thème Evaluation du fonctionnement Opportunités et possibilités daméliorations

22 Location/Filename/Unit/Author/Assistant (Change via 'View - Header and Footer') La communication est perçue par certain acteurs comme trop ouverte et trop rapide, certainement en ce qui concerne les incidents. La communication envers les médias et le publique est professionnalisée. Les points de contact ne sont pas connus par certains répondants. Plus de transfert dinformation vers les secteurs – source dinformation importante pour les entreprises. Fournir des informations spécifiques pour les secteurs. LAFSCA réagit rapidement. Certains opérateurs se demandent même si dans certains cas elle ne réagit même pas trop vite? Très bonne communication, aussi bien envers les secteurs que vers le citoyen selon la plupart des acteurs. Continuer dans le sens actuel est le message central de la plupart des répondants. Attention accrue pour continuer à développer le website, augmenter louverture de linformation spécifique aux secteurs. K. Communication Aperçu des résultats 2.3. Approfondissement par thème Evaluation du fonctionnement Opportunités et possibilités daméliorations

23 Location/Filename/Unit/Author/Assistant (Change via 'View - Header and Footer') Principalement inquiétude concernant lharmonisation avec le SPF santé publique. Bonnes relations de travail avec les autres instances est considéré comme importantes par les répondants. Collaboration structurée dans le cadre de la lutte contre la fraude. Opportunités concernant la simplification administrative (avec EZ, Douane, les régions, …). Poursuivre et renforcer les relations avec le SPF Santé publique. L. LAFSCA et autres instances officielles Communication et collaboration avec dautres instances (nationales et internationales) reste un défi pour le futur. La perception existe que les accords mutuels entre différentes instances peuvent encore être optimalisés. Certains opérateurs ont uniquement contact avec lagence alimentaire, pas avec dautres opérateurs. Une appréciation est dès lors délicate. Reconnaissance importante des programmes de contrôle pour la plupart des acteurs (inquiétude quand à la compétitivité internationale). Suggestion des secteurs de saisir la chance concernant la simplification administrative en renforçant la collaboration (par exemple avec le SPF Economie, les Douanes, les Régions, …) Différents contrôles doivent encore plus être intégrés entre les différentes instances. 2. Aperçu des résultats 2.3. Approfondissement par thème Evaluation du fonctionnement Opportunités et possibilités daméliorations

24 Location/Filename/Unit/Author/Assistant (Change via 'View - Header and Footer') En 2006, les autorisations ont été changées par des permissions de durée indéterminées. Cette évolution a été perçue comme positive par la plupart des répondants. Crainte dobligations administratives supplémentaires suite aux systèmes dautocontrôles (par exemple le maintien de registres, …). La majorité des répondants sentent encore un grand potentiel en matière de simplification administrative (guides dautoévaluation, contrôles, obligations denregistrement et dinformation, …). M. LAFSCA et les charges administratives 2008 Niet van toepassing Aperçu des résultats 2.3. Approfondissement par thème Evaluation du fonctionnement Opportunités et possibilités daméliorations

25 Location/Filename/Unit/Author/Assistant (Change via 'View - Header and Footer') Question: Estimez-vous que lAFSCA prend en compte le besoin de limiter les charges administratives pour les entreprises? Répondants: 22/35 Respondenten: 18/36 M. LAFSCA et les charges administratives 2. Aperçu des résultats 2.3. Approfondissement par thème pas daccordMilieu plutôt pas daccord daccord plutôt daccord sans opinion

26 Location/Filename/Unit/Author/Assistant (Change via 'View - Header and Footer') Certains opérateurs trouvent les normes très différentes par rapport aux pays voisins (per exemple en matière de temps dattente). Lagence devient perçue par les secteurs comme une autorité internationale remplissant notamment une fonction dexemple. Certains opérateurs se demandent si la Belgique doit effectivement être first in class. La référence à létranger doit rester, sans créer un impact négatif pour la compétitivité belge. Questions auprès de certains acteurs concernant la valeur ajoutée du comité scientifique en le comité de concertation au sein de lagence. Il a donc été suggéré danalyser ce rôle et de lexpliciter. Sentiment auprès de certains répondants que les normes sont plus strictes en Belgique. Ceci est ressenti comme injuste et faussant la concurrence. Harmonisation des normes et des programmes de contrôle et de lexécution des contrôles au niveau européen. Plus de concertation avec les secteurs concernant les réglementations et les normes – gestion de convenants. N. Politique, réglementation et relations internationales Aperçu des résultats 2.3. Approfondissement par thème Evaluation du fonctionnement Opportunités et possibilités daméliorations

27 Location/Filename/Unit/Author/Assistant (Change via 'View - Header and Footer') Consistance de fonctionnement améliorée par lintroduction de certains outils, checklists, … Demande de consistance entre les différents PCEs. Intégrité des collaborateurs de lAFSCA sentie comme grand point fort. Concernant les compétences, la plupart est positif. Les collaborateurs individuels sont considérés comme compétents. La multidisciplinarité reste un point dattention. Exemple quune acteur a formulé à ce sujet: les vétérinaires ne doivent pas contrôler les commerçants de fruits. Quelles tâches peuvent être sous-traités et quels éléments lAFSAC continue-t-elle a réaliser (labos, audit, …)? O. AFSCA: Personnel et système 2008 Pas dapplication Aperçu des résultats 2.3. Approfondissement par thème Evaluation du fonctionnement Opportunités et possibilités daméliorations

28 Location/Filename/Unit/Author/Assistant (Change via 'View - Header and Footer') Conclusions La mission de lagence –LAFSCA avec un double rôle en tant que contrôleur dune part et en tant que facilitateur dautre part devient pour la majorité des acteurs reconnue. Image –Limage est considérée comme très positive. La perception générale est que lAFSCA a un grand impact. –LAFSCA a le challenge de rester une autorité sans pour autant atteindre la compétitivité des entreprises. Responsabilités –Le principe de responsabilité partagée est reconnue par la plupart des répondants. –Responsabilité partagée reconnue avec lAFSCA en deuxième ligne. Certificats –Ceux-ci sont en général considérés comme importants pour lexport par les secteurs. Cependant, lAFSCA doit prêter attention aux charges administratives. Contrôle/inspection/expertise –La majorité des répondants a confiance en lintégrité et la compétence des services de contrôle. –Un point dattention, décrit par les différents secteurs, reste la relation entre le poids du risque et le contrôle. Systèmes dautocontrôle –Tout le monde est daccord concernant le principe. Lautocontrôle va apporter une grande plus-value. –Un point dattention et une inquiétude des différents répondants reste le taux de couverture: LAFSCA peut évaluer le système dincentives et limiter les charges administratives. Encore plus travailler sur base des groupes-cibles, éventuellement au sein dun secteur avec lattention suffisante pour les grande et petites entreprises.

29 Location/Filename/Unit/Author/Assistant (Change via 'View - Header and Footer') Financement –La majorité des acteurs a limpression que les bonus/malus actuels doivent être évalués. –Les acteurs demandent également de faire attention à la proportion entre les rétributions et les services livrés. –Un point dattention ayant été soulevé par plusieurs répondants est le financement de lAFSCA. Organisation –LAFSCA connaît une structure stable répondant aux besoins rencontrés par les secteurs. –Selon de nombreux répondants, les PCEs restent un point dattention, plus particulièrement la perception dinconsistances –Certains répondants mentionnent également que le rôle des comités scientifiques et de concertation au sein de lAFSCA ne sont pas clairs. Fonctionnement participatif –Les organisations sectorielles sont étroitement impliquées dans le développement de guides dautocontrôle, de scénarios de crise, … Collaboration avec dautres institutions –La majorité des secteurs mentionne quau niveau national, le développement de plus de contrôle intégré reste un point dattention. –Au niveau international, ils précisent que tendre vers une approche plus consistance à travers les frontières et de parvenir à une harmonisation est une point dattention qui reste. Contrôles –Lintégrité est considérée comme très positive par une grande majorité des répondants. –En général, il est constaté quune zone de tension persiste entre: multidisciplinaire et spécialiste; La proportion entre contrôles et risques. –La majorité des répondants mentionne que les différences entre les PCEs nécessitent plus dattention dans le futur. 3. Conclusions

30 Location/Filename/Unit/Author/Assistant (Change via 'View - Header and Footer') Communication –La communication est un point fort, elle est rapide et complète. –Les répondants mentionnent cependant quils ont limpression que cela brûle trop vite. Gestion de crise –La plupart sont davis que les scénarios de crise sont en ordre; les comités sectoriels sont étroitement impliqués dans cette problématique. –La confiance en la capacité de lagence en matière de gestion de crise est grande auprès de la plupart des acteurs. Charges administratives –La majorité des répondants sinquiète concernant de nouvelles charges administratives. La perception est que les potentialités daméliorations sont encore importantes. 3. Conclusions


Télécharger ppt "Deloitte Consulting Enquête qualitative auprès des stakeholders de lAFSCA Rapport de synthèse intermédiaire – Présentation pour le Comité de Concertation."

Présentations similaires


Annonces Google