La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Surveillance des maladies infectieuses chez les Utilisateurs de Drogues par Injection Épidémiologie du VIH 1995 - 2010 Épidémiologie du VHC 2003 - 2010.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Surveillance des maladies infectieuses chez les Utilisateurs de Drogues par Injection Épidémiologie du VIH 1995 - 2010 Épidémiologie du VHC 2003 - 2010."— Transcription de la présentation:

1 Surveillance des maladies infectieuses chez les Utilisateurs de Drogues par Injection Épidémiologie du VIH Épidémiologie du VHC Chercheurs : Michel Alary Carole Morissette Élise Roy Pascale Leclerc Le groupe détude SurvUDI Coordination : Raymond Parent Karine Blouin Août 2012 Le réseau SurvUDI :

2 La présentation qui suit illustre les faits saillants des plus récentes observations du réseau de surveillance épidémiologique SurvUDI. Nous vous invitons à consulter le rapport annuel pour des analyses plus détaillées. Les observations sont tirées de lanalyse des données au 30 juin Certains résultats sont aussi présentés pour lannée complète Le cas échéant, vous trouverez la mention « 31 décembre 2010 ». Le lecteur intéressé notera quun texte complémentaire (fonction commentaires) accompagne les diapositives. Nous invitons ceux qui veulent se servir de cette présentation à le faire en mentionnant la source. 2

3 Faits saillants - Épidémies de VIH et dhépatite C : des données inquiétantes Les épidémies de VIH et dhépatite C chez les personnes qui utilisent des drogues par injection (UDI) préoccupent les intervenants du réseau de la santé et des services sociaux et les organismes communautaires. Les données de surveillance les plus récentes démontrent en effet quau Québec, la vitesse de propagation de ces deux virus chez cette population vulnérable est parmi les plus élevées des pays développés. Depuis près de dix ans, on observe, en moyenne, que parmi les personnes UDI nayant pas ces infections au début dune année, 25 % dentre elles auront contracté le VHC et 3 % le VIH au cours des douze mois qui suivront. Ce rapport montre également que 63 % des personnes UDI ayant participé à létude sont infectées par le virus de lhépatite C - ou lont déjà été - et que 15 % sont infectées par le VIH. Dans la très forte majorité des cas, la transmission se fait lors de lutilisation de seringues déjà utilisées par quelquun dautre. 3

4 Faits saillants – Prévenir par le dépistage et le suivi médical Les épidémies de VIH et de VHC chez les personnes UDI sont encore loin dêtre bien contrôlées, dautant plus quenviron 25 % des personnes infectées ignorent quelles le sont. Il est, en ce sens, important de poursuivre les efforts de dépistage et doffrir un suivi médical à cette clientèle. Élément positif sil en est un, les personnes UDI utilisent de plus en plus des seringues stériles pour limiter les risques dinfection. En 1995, 43 % des utilisateurs rapportaient avoir emprunté leurs seringues alors que cette proportion nétait plus que de 19 % en Le rapport mentionne aussi que si la cocaïne demeure la drogue la plus populaire parmi ceux qui sinjectent, la consommation de médicaments opioïdes, comme le Dilaudid et loxycodone, est de plus en plus présente. La proportion de personnes disant sêtre injectée ces médicaments a presque doublé entre 2003 (34 %) et 2010 (64 %). 4

5 Faits saillants – Le traitement de lhépatite C chronique La majorité des infections liées à lhépatite C nécessiteront un suivi médical. La prise en charge des personnes UDI qui en sont atteintes est un enjeu de santé publique important : parmi les participants à létude qui se savaient séropositifs au VHC, 87 % nont pas été traités pour cette infection et sont ainsi à risque de développer des complications à long terme, comme la cirrhose ou le cancer du foie. 5

6 6 Montréal Regina Sudbury Winnipeg Québec Outaouais Ottawa Abitibi-Témiscamingue Saguenay-Lac-St- - Jean Montérégie Estrie Mauricie et Centre-du- Québec Le réseau SurvUDI I-Track Edmon ton Kingston Prince George Thunder Bay Réseau SurvUDI : Implanté en 1995 En 2010 : 8 régions du Québec + ville dOttawa Réseau canadien I-Track : Implanté en 2003 En 2010 : Colombie- Britannique, Alberta, Saskatchewan, Manitoba, Ontario et Québec Vancouver Island Toronto Quest-ce que SurvUDI?

7 77 Méthodologie Où se fait le recrutement? Principalement dans des centres daccès au matériel dinjection stérile: Sites fixes, unités mobiles, travailleurs de rue (ex. : Cactus- Montréal, Point de Repères, Spectre de rue, Le BRAS, Arrimage Jeunesse) Centres de réadaptation, prisons, SIDEP, … Origine des données Analyses déchantillons de salive pour la recherche danticorps anti-VIH et anti-VHC Questionnaire administré par un interviewer (30 min.)

8 88 Caractéristiques sociodémographiques Répartition des participants au 30 juin individus ont répondu à questionnaires 75,5 % dhommes dont lâge moyen est de 34,8 ans 24,5 % de femmes dont lâge moyen est de 29,8 ans Durée médiane de consommation par injection Hommes : 10 ans Femmes : 6 ans Études secondaires complétées : 49,6 % Lieux de résidence (6 derniers mois) Appartement/maison : 81,3 % Rue, squat, refuge : 40,5 % Chambre (hôtel, motel, pension) : 24,0 % Centre de détention : 14,4 %

9 Principales drogues injectées Cocaïne : 83,8 % Crack : 13,9 % Dilaudid : 39,0 % Héroïne : 29,8 % Morphine : 26,6 % Oxycodone : 16,8 % Drogues injectées au moins une fois dans les 6 derniers mois Dernier questionnaire complété

10 10 Principales drogues injectées Tendances (31 décembre 2010) derniers mois Dernier questionnaire complété

11 11 Drogue la plus souvent injectée derniers mois Dernier questionnaire complété Principaux opioïdes médicamenteux: Dilaudid : 10,4 % Morphine : 9,5 % Oxycodone : 2,8 %

12 Utilisation de seringues déjà utilisées par quelquun dautre (31 décembre 2010) 12 6 derniers mois Première visite annuelle conservée Test par bootstrap (1 000 itérations) sur lensemble de la période

13 13 Infection par le VIH et le VHC Infection par le VIH : Prévalence : 15,1 %, IC 95 % : [14,1-16,1] Prévalence 2010 : 17,7 % Incidence : 2,6 par 100 PA, IC 95 % : [2,3-2,9] Anticorps contre le VHC : Prévalence : 62,3 %, IC 95 % : [61,5-64,2] Prévalence 2010 : 70,5 % Incidence : 24,9 par 100 PA, IC 95 % : [22,6-27,1] Co infection par le VIH et le VHC (anticorps) : 13,0 % 35,2 % ne sont infectés ni par le VIH ni par le VHC PA : personnes-années Données au 31 décembre 2010 pour le taux dincidence

14 Prévalence du VIH, variations régionales ( ) 14 SiteN% posIC 95 % Montréal ,418,7-22,1 Québec91314,412,1-16,8 Ottawa ,18,4-12,0 Outaouais10110,95,6-18,7 Montérégie6113,15,8-24,2 Saguenay-Lac-Saint-Jean745,41,5-13,3 Abitibi-Témiscamingue1553,90,1-8,2 Estrie32511,48,1-15,4 Mauricie et Centre-du- Québec 2077,34,1-11,7

15 Prévalence des anticorps contre le VHC variations régionales ( ) 15 SiteN% posIC 95 % Montréal ,566,4-70,4 Québec 92067,764,6-70,7 Ottawa ,055,0-60,9 Outaouais 10252,942,8-62,9 Montérégie 6159,045,7-71,5 Saguenay-Lac-Saint-Jean 7418,910,8-29,7 Abitibi-Témiscamingue 15749,741,6-57,8 Estrie 32753,848,3-59,3 Mauricie et Centre-du- Québec 20862,055,1-68,6

16 16 Incidence VIH et VHC (par 100 PA) Variations régionales (31 décembre 2010) VIH ( ) VHC ( ) Réseau2,624,9 Montréal3,125,5 Québec2,127,8 Ottawa/Outaouais2,926,1 Semi-urbains*1,516,1 * Abitibi-Témiscamingue, Montérégie, Saguenay-Lac-Saint-Jean, Estrie, Mauricie et Centre-du-Québec

17 Tendance de lincidence du VIH (31 décembre 2010) Test par bootstrap (1 000 itérations). Les valeurs-p sont celles des tests faits sur lensemble de la période.

18 18 Dépistage et prise en charge VIH/VHC Dépistage : Jamais testés à vieVIH : 9,5 %VHC : 11,4 % Testés dans les 6 derniers moisVIH : 55,9 %VHC : 53,5 % Ignorent quils sont séropositifs VIH : 23,0 %VHC : 22,2 % Prise en charge : Chez ceux qui se savent infectés par le VIH : 84,7 % avaient vu un médecin dans les 6 derniers mois 56,9 % prenaient des médicaments anti-VIH (prise actuelle) Chez ceux qui savent quils ont des anticorps contre le VHC : 43,9 % avaient vu un médecin dans les 6 derniers mois 3,2 % prenaient des médicaments anti-VHC (prise actuelle)

19 19 Impact sur les interventions Hausse dinjection dopioïdes médicamenteux Très inquiétante pour plusieurs raisons : Risque de dépendance très important Proportion élevée de consommateurs qui se les injectent Consommation dune dose peut nécessiter jusquà 3 ou 4 injections, ce qui augmente le nombre de manipulations et donc le risque dinfection par le VIH et le VHC Revoir le matériel distribué et les messages de prévention (promotion de la dilution et de la filtration adéquate de la substance)

20 Impact sur les interventions (2) Trop grande utilisation de matériel non stérile Le taux dincidence du VIH demeure élevé et le taux dincidence du VHC très élevé, bien que l'injection avec des seringues déjà utilisées soit en constante diminution et à son plus bas en 2010 Diversifier les stratégies de distribution du matériel et renforcer les messages de prévention Dépistage trop peu fréquent du VIH et du VHC Faire la promotion du dépistage régulier Suivi médical et traitement à améliorer pour le VHC Faire la promotion du suivi et du traitement 20

21 21 Remerciements Les participants à létude Le personnel des centres de recrutement Lise Leblanc du LSPQ Céline Valin, Isabelle Petillot et Virginie Boué Rapports disponibles : Financé par :

22 22 Léquipe SurvUDI Responsables provinciaux : Michel Alary, Élise Roy, Carole Morissette et Pascale Leclerc Responsables régionaux : Abitibi-Témiscamingue : Danielle Gélinas Estrie : Christine Giguère, Gaby Tremblay et Louis Voyer Mauricie et Centre-du-Québec : Andrée Côté et Johanne Milette Montérégie : Andrée Perreault Ottawa : Lynne Leonard et Andrée Germain Montréal : Pascale Leclerc, Carole Morissette et Élise Roy Outaouais : Julie Lévesque Québec : Lina Noël Saguenay-Lac-Saint-Jean : Jocelyne Daigneault et Marcel Gauthier Équipe « centrale » : Coordination : Karine Blouin et Raymond Parent Analyses statistiques : Caty Blanchette et Éric Demers Analyses de laboratoire : Bouchra Serhir et Lise Leblanc Tous les recruteurs


Télécharger ppt "Surveillance des maladies infectieuses chez les Utilisateurs de Drogues par Injection Épidémiologie du VIH 1995 - 2010 Épidémiologie du VHC 2003 - 2010."

Présentations similaires


Annonces Google