La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Auteur: Joel Delgado Lagunez. LA POLITIQUE DINVESTISSEMENT SITUATION DU PROBLÈME Dans lavenir dune entreprise nous devons prévoir certains investissements,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Auteur: Joel Delgado Lagunez. LA POLITIQUE DINVESTISSEMENT SITUATION DU PROBLÈME Dans lavenir dune entreprise nous devons prévoir certains investissements,"— Transcription de la présentation:

1 Auteur: Joel Delgado Lagunez

2 LA POLITIQUE DINVESTISSEMENT SITUATION DU PROBLÈME Dans lavenir dune entreprise nous devons prévoir certains investissements, il vaut mieux que ces investissements soient envisagés avec beaucoup de rigueur quant à la définition des choix. Nous devons nous intéresser plutôt aux investissements de remplacement déquipements vieux ou obsolètes qui permettent de maintenir un niveau de production défini à lavant. Afin de déterminer la date de remplacement, le technicien de maintenance doit se poser plusieurs questions : - quelle est la durabilité prévisionnelle de cet équipement ? - à quel moment ce matériel approvisionne-t-il un gain dexploitation maximal ? - à quel moment doit-on arrêter les actions de maintenance ? - à quel moment faut-il déconsidérer ce matériel ? - faut-il le rénover, le reconstruire ? le remplacer à « lidentique » ? le remplacer par un matériel « nouvelle génération » ? -a-t-il une valeur de revente ? Décider le remplacement dun équipement est directement lié à un problème dinvestissement. Un certain audace est toujours nécessaire, la démarche de lexploitation avec le vieux matériel étant la solution de facilité à court term

3 ÉLÉMENTS DE VOCABULAIRE : Les normes AFNOR établissent quelques notions économiques relatives à ce problème : -Durabilité (NF X ), « durée de vie potentielle dun bien pour la fonction qui lui a été assignée dans des conditions dutilisation et de maintenance données ». -Coût global de référence (NF X ), « ensemble des dépenses induites pour lutilisateur par lacquisition dun bien, pour un usage de référence et une durabilité donnée ». Dun point de vue pratique on utilisera le coût global de possession appelé aussi LCC afin de caractériser les résultats dexploitation. - Coût moyen dunité dusage (NF X ), « rapport entre le coût global de référence et la durabilité estimée en nombre dunité dusage ».

4 LE COÛT GLOBAL DE POSSESSION DUN MATÉRIEL (LCC) : Le coût global de possession dun équipement est la somme de lensemble des coûts quil occasionne, pendant toute sa durée de vie. REPRÉSENTATION GRAPHIQUE DU COÛT GLOBAL DE POSSESSION Cette représentation graphique tient compte des hypothèses suivantes : - le taux dutilisation de léquipement est constant. - les coûts de fonctionnement et les recettes restent stables dans le temps. LCC = (Ca + Cu + CM + Cp\) CaCoût dacquisition de léquipement CuCoûts cumulés de fonctionnement (matière, fourniture, personnel, …) CMCoûts cumulés de maintenance Cp\Coûts cumulés dindisponibilité

5 Les hypothèses précédemment citées permettent de mettre en évidence deux droites : V pour le cumul des recettes et F pour la somme de Ca + Cu. Les coûts de maintenance et dindisponibilité augmentent dans le temps du fait de la diminution de la fiabilité de léquipement. Cette somme CM + Cp\ se traduit par la courbe C.

6 INTÉRÊT DU LCC Le LCC visualise le développement de tous les événements économiques qui arrivent au long des heures cumulées de service du matériel. Cest un bon outil de gestion, à condition davoir un système de saisie « analytique » des coûts et de les actualiser. LES COÛTS MOYENS ANNUELS DE MAINTENANCE (dun matériel) : Généralement on le rencontre noté Cmu : coûts moyens par unité dusage. dans certaines application on le rencontre sous la forme de Cmf : coût moyen annuel de fonctionnement car il prend en compte dans son calcul les frais dexploitation. Ils permettent de révéler de façon simple la durée optimale dexploitation dun matériel. En effet, la courbe Cmu = f(t) passe par un minimum correspondant à la « durée de vie économique ». t(années) Cmu Durée de vie économique

7 A tout instant un équipement possède : - une valeur dinvestissement, notée VA (ou Ca) (étude, achat, installation) ; - un cumul de ses coûts de défaillances, notée CD ; - un cumul des coûts de fonctionnement, notée DF (ou Cu) ; - une éventuelle valeur de revente, notée RV. Le moyen annuel, la nième année, est donnée par : remarque : - Lexpression du Cmf peut sadapter en fonction de lhistorique de léquipement, si une rénovation est faite à ce matériel on peut rajouter le coût lié à la rénovation. Si le matériel nécessite pour sa mise au rebut une dépense dargent, la valeur de revente doit alors sajouter aux autres coûts. - Lunité dusage la plus utilisée est lannée, mais on peut avoir aussi des kilomètres, une consommation, etc.

8 LE PROBLÈME DE LACTUALISATION DES COÛTS : MISE EN SITUATION DU PROBLÈME : Toute lapproche sur la politique dinvestissement est faite à partir des coûts cumulés et non des coûts par période donnée. Pour effectuer les cumuls, nous devons analyser des valeurs homogènes, il faut donc calculer les frais de fonctionnement en « euros courants » année par année et les transformer en « euros constants », cest ce quon appelle lactualisation. Le taux dactualisation est analogue aux taux dintérêt des placements financiers. Il peut donc varier dune entreprise à une autre mais aussi pour une même entreprise dun matériel à un autre, selon les taux dintérêt des placements au moment de lachat. TAUX DACTUALISATION DE LARGENT CONSTANT : (noté i) Lactualisation est (1+i)n, en effet 1 euro maintenant vaudra : (exemple, si le taux dactualisation est de 8%, i=0.08) (1+i) Euros dans 1 an (1+i) x (1+i) x … x (1+i) (1+i) 2 Euros dans 2 ans (1+i) n Euros dans n années Valeur actuelle de 1 Euro à recevoir dans n années Valeur actuelle de 1 Euro à recevoir dans 2 an Valeur actuelle de 1 Euro à recevoir dans 1 an Inversement nous avons : (1+i) n 1 (1+i) (1+i) 1 (1+i) x 1 (1+i) x … x 1 (1+i)

9 QUAND REMPLACER UN ÉQUIPEMENT LA DURABILITÉ, ANALYSE PRÉVISIONNELLE DUN MATÉRIEL. Nous allons différencier trois périodes commerciales : de commercialisation, de garantie, hors garantie. Et deux périodes de maintenance : à durabilité économique, à durabilité consentie. Durabilité consentie Durabilité économique tztz t0t0 Temps tBtB tGtG tAtA garantie Hors Garantie Période de commercialisation tx est le terme de la période optimale économique dutilisation du matériel. tz est la date de la décision du déclassement de léquipement (rebut, revente, ou reconstruction). Remarques : - La durabilité admise (tx,tz) peut être intéressante sil est possible de réduire les coûts de défaillance en fin de durée de vie. - Attention à la fourniture des pièces détachées après tb, date de fin de commercialisation du matériel. txtx

10 LE LCC ET SON UTILISATION : Le LCC est un outil daide à la décision, figurant utilement au tableau de bord de gestion économique. Il visualise et cumule toutes les données économiques saisies (mois/mois, puis an/an) au long du cycle de vie dun équipement. Ne pas oublier que le cumul des coûts implique leur actualisation. mini, pente OM, tangente à la courbe LCC menée depuis le mise en service t0, permet de déterminer tM, date optimisée de remplacement de léquipement (et non tN, comme il semblerait). Ce résultat se justifie expérimentalement par des calculs de recherche opérationnelle qui permettent de déterminer le modèle mathématique de la courbe LCC.

11 EXPLOITATION DU COÛT MOYEN ANNUEL : Représentation Soit un équipement mis en service à t0. nous allons envisager la sixième année, trois hypothèses de choix : 1 – nous prolongeons la vie de léquipement ; 2 – nous le rénovons ; 3 – nous le remplaçons à lidentique. Cmf

12 Exploitation : - Le premier résultat exploitable est la détermination de la période économique de remplacement. Il est à remarquer que la constitution du Cmf est semblable à celle du LCC. Ces deux outils, différents par leur représentation, sont donc « de la même famille », le mini du Cmf correspond au point N du LCC. - Lorsque le taux dutilisation du matériel est variable, il peut savérer plus descriptif dutiliser un coût moyen ramené à lheure dutilisation, et noté Cmh, actualisé ou non. Ou Cmh = Cmf/h, h est le nombre dheures de service dans lannée. -Le troisième résultat touche à la politique de renouvellement des matériels. Reprenons le graphique précédent, à la sixième année : Option 1 : nous prolongeons lutilisation de la machine. A court terme (années 7 et 8), cest la solution économique. A long terme, au-delà de lannée 10, cest la plus onéreuse. Option 2 : une rénovation permet de limiter linvestissement, ce qui, à lhorizon 10 ans, est plus intéressant. Par contre, la dévalorisation est importante (revente : faible ou nulle). Option 3 : remplacement à lidentique par une machine neuve. Linvestissement est important, mais ce nest la meilleure solution qu´à partir de la douzième année.

13 LES INDICATEURS ÉCONOMIQUES : (les ratios) Antérieurement nous avons mis en évidence deux ratios économiques qui sont le LCC et le Cmf. Ils permettent de relever la durée de vie dun équipement. Dautres Ratios normalisés (norme NF X60-020) permettent une visualisation rapide des performances du service maintenance ou de lentreprise. LES RATIOS ÉCONOMIQUES : Un ratio établi un rapport de deux données, il sert : - à mesurer avec clarté une réalité. - à contrôler des objectifs. - à se comparer entre unités distinctes, entreprises ou secteurs dactivité. - à prendre des décisions adaptées (politique dinvestissement, politique de maintenance, gestion du personnel). Le tableau suivant propose quelques-uns des ratios qui sont définis dans la norme NF X : Ratio complémentaire : Temps actif de maintenance préventive/temps actif de maintenance Importance de la maintenance corrective dans les interventions actives de la maintenance R5 = temps actif de maintenance corrective / temps actif de maintenance Possibilité danalyser aussi : Nombre de défaillances/quantité de production Définition du taux de défaillance R4 = nombre de défaillances / temps de fonctionnement A suivre avec le taux dactivité (par exemple : période de grande activité et recours à la sous- traitance) R3 = coûts des travaux de sous-traitance / coûts de maintenance Indicateur dévolution de lefficacité technique de la maintenance R2 = coûts de défaillance / coûts de maintenance + coûts de défaillance Valeur ajoutée : valeur de la transformation dune matière dœuvre en produit fini À priori le plus judicieux pour les comparaisons inter-entreprises dans des secteurs identiques R1 = coûts de maintenance / valeur ajoutée produite OBSERVATIONSINTÉRÊTRATIOS


Télécharger ppt "Auteur: Joel Delgado Lagunez. LA POLITIQUE DINVESTISSEMENT SITUATION DU PROBLÈME Dans lavenir dune entreprise nous devons prévoir certains investissements,"

Présentations similaires


Annonces Google