La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

COMMENT DÉVELOPPER LOFFRE BIO EN RESTAURATION COMMERCIALE? CONGRÈS UMIH 28 NOVEMBRE 2012 Présentation de Cécile Lepers,Déléguée Générale du Synabio.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "COMMENT DÉVELOPPER LOFFRE BIO EN RESTAURATION COMMERCIALE? CONGRÈS UMIH 28 NOVEMBRE 2012 Présentation de Cécile Lepers,Déléguée Générale du Synabio."— Transcription de la présentation:

1 COMMENT DÉVELOPPER LOFFRE BIO EN RESTAURATION COMMERCIALE? CONGRÈS UMIH 28 NOVEMBRE 2012 Présentation de Cécile Lepers,Déléguée Générale du Synabio

2 Le Synabio Le Synabio : Syndicat National des entreprises Bio = laval de la filière Agriculture Biologique, Plus de 250 marques de produits bio Chiffre daffaires denviron 1,5 milliard deuros 120 adhérents (regroupant transformateurs et réseaux de distribution), majoritairement des PME Représentativité du Syndicat : plus de 60% du secteur 27/11/2012 2

3 Les bases réglementaires En 2007, publication dun nouveau règlement européen pour la filière Biologique : CE 834/2007 – Article 1 er « …Néanmoins, la restauration collective n'est pas soumise au présent règlement. Les États membres peuvent appliquer des règles nationales ou, en l'absence de telles règles, les normes privées relatives à l'étiquetage et au contrôle des produits issus de la restauration collective, dans la mesure où ces règles sont conformes au droit communautaire. » Grenelle de lenvironnement : circulaire Etat-Exemplaire du 2 mai 2008 « L'objectif, pour l'année 2010, est d'introduire 15 % de denrées issues de l'agriculture biologique dans les menus et d'atteindre 20 % en » Article 120 de la loi Grenelle II : « Le suivi de l'approvisionnement de la restauration collective en produits biologiques et de l'évolution des surfaces en agriculture biologique fait l'objet d'un rapport annuel du Gouvernement à l'Assemblée nationale et au Sénat. Ce rapport est rendu public. » 27/11/2012 3

4 Le choix de lEtat Français Travailler sur lélaboration dun cahier des charges français relatif à la restauration hors foyer à caractère commercial en agriculture biologique. Contacts avec le SNARR, le SNRC et le SNRTC. Invitations de lINAO à lUMIH pour participer aux travaux. Des attentes pour des enjeux très différents selmon les acteurs : Un produit bio pour développer la démarche Développement Durable / Marketing Un concept dalimentation alternative (Chaines EXKKI, Cojean…) Des restaurateurs indépendants avec une volonté plus ou moins affirmée de promouvoir la bio (100% Bio, plats bio, produits bio dans recettes…) 27/11/2012 4

5 Le développement dun cahier des charges… …en cohérence avec le règlement CE 834/2008 et suiv. concernant la Bio. « Article 27.3 : En tout état de cause, chaque opérateur, à l'exception des grossistes qui ne s'occupent que des produits préemballés et des opérateurs vendant au consommateur ou à l'utilisateur final visés à l'article 28, paragraphe 2, fait l'objet d'une vérification de la conformité au moins une fois par an. » …loyal vis-à-vis du consommateur final : « Article 23.1 : L'utilisation de termes faisant référence au mode de production biologique dans l'étiquetage et la publicité des produits agricoles vivants ou non transformés n'est possible que si par ailleurs tous les ingrédients de ce produit ont également été obtenus en accord avec les exigences énoncées dans le présent règlement. » 27/11/2012 5

6 Mais les efforts des opérateurs vont au-delà des exigences déjà fortes du règlement européen… En plus des principes tels que : Lagriculture biologique privilégie les cycles fermés et lusage de ressources internes, contrairement aux cycles ouverts qui font appel à des ressources externes. Idéalement, en cas de ressources externes, ces dernières doivent être limitées aux intrants provenant dautres productions biologiques, aux substances naturelles ou dérivées de substances naturelles, ou aux engrais minéraux faiblement solubles. Lusage dorganismes génétiquement modifiés (OGM) et de produits fabriqués à partir dOGM demeure interdit dans la production biologique. Lusage dadditifs et dauxiliaires technologiques de synthèse est interdit. Les opérateurs font des efforts sur des thèmes tels que : Lapprovisionnement le plus local possible ou en produits bio et équitables Lemballage, la logistique, les économies dintrants (eau, energie) Notamment dans le cadre de la démarche Bioentreprisedurable® 27/11/2012 6

7 Un cahier des charges français pour la restauration commerciale pour sengager dans la filière 27/11/ TRACABILITE Producteur: notification et certification obligatoires Transformateur: notification et certification obligatoires Distributeur: notification et certification obligatoires Restaurateur: notification et certification obligatoires

8 Champ dapplication du cahier des charges 8 L e cahier des charges concerne les opérateurs: - Qui préparent et/ou distribuent directement aux consommateurs des denrées prêtes à être consommées sur place ou à emporter. Les automates réalisant une transformation ou une préparation sont concernés. - Qui souhaitent faire référence à lagriculture bio pour tout ou partie de ces denrées alimentaires. Il ne concerne pas: - La restauration collective à caractère social (restaurants scolaires, dentreprises, dhôpitaux, etc.). - Les opérateurs ne proposant que des produits préemballés ou du café portant les mentions bio. Synabio,

9 Le cahier des charges distingue 3 cas - Cas 1: Un ou plusieurs ingrédients bio ou des denrées bio non transformées ni assemblées sur place à dautres denrées (sauf réchauffage). - Cas 2: Un plat ou un menu bio - Cas 3: Toute la carte est bio 9 Synabio,

10 Règles pour le cas 1 Ne pas détenir dingrédients similaires en bio et non bio sur une même période sil nest pas possible de les distinguer facilement du stock à la consommation finale. Sassurer que les denrées ou ingrédients achetés bénéficient: - dun certificat bio valide; - dune référence au mode de production bio et à son contrôle sur les documents commerciaux (y compris pour les fournisseurs non soumis à contrôle). 10 Synabio,

11 Règles communes aux cas 2 et 3 Principes généraux applicables aux plats bio Reprise de lArticle 6 du RCE N° 834/2007: - utiliser des ingrédients biologiques - réduire les additifs, auxiliaires technologiques, etc. - exclure les substances et procédés de transformation susceptibles dinduire en erreur sur la véritable nature du produit - privilégier les méthodes de transformation biologiques, mécaniques et physiques. 11 Synabio,

12 Règles communes aux cas 2 et 3 (suite) Règles spécifiques de production applicables aux plats bio Reprise de lArticle 27 du RCE N° 889/ plat composé principalement dingrédients dorigine agricole - 95% dingrédients bio minimum - ingrédients bio et non bio non présents simultanément - additifs et auxiliaires technologiques listés à lannexe VIII - arômes naturels uniquement - interdiction du rayonnement ionisant Synabio,

13 Règles spécifiques au cas 2 Les menus valorisés en bio doivent être constitués uniquement de plats ou de denrées biologiques. Ne pas détenir dingrédients similaires en bio et non bio sur une même période sil nest pas possible de les distinguer facilement du stock à la consommation finale. 13 Synabio,

14 Règles spécifiques au cas 3 Lensemble des ingrédients et des denrées alimentaires doivent être bio, y compris les boissons Tolérances: - Ingrédients non disponibles en bio sur le marché dans une limite de 5% du poids du plat bio. Liste des ingrédients non bio avec poids et dates nécessaires. - Boissons spiritueuses et sodas non disponibles en bio avec indication claire du caractère non bio sur la carte. - Ingrédients et denrées non couverts par la règlementation communautaire ou nationale (ex: produits de la pêche et de la chasse). 14 Synabio,

15 Communication, Cas 1et 2 - Sur les cartes, menus, signalétiques; - Sur dautres supports à lintérieur ou en vitrine du restaurant; - Toujours en lien direct avec les ingrédients/denrées (cas 1) ou plats/menus (cas 2) concernés; - Termes bio/biologique dans les mêmes couleur, format et style que le produit concerné; - Marque AB de taille proportionnée; - Dans le cas 2, lopérateur doit être en mesure de présenter le document justificatif fournit par lOC. 15 Synabio,

16 Communication, Cas 3 Sur les cartes, menus ainsi que sur tout support et dans la présentation générale du restaurant. Le caractère non biologique de certaines boissons nexistant pas en bio doit être porté à la connaissance du consommateur. Lopérateur doit présenter systématiquement le document justificatif fournit par lOC. 16 Synabio,

17 Notification auprès de lAgence bio Tous les opérateurs dans le champ dapplication du cahier des charges doivent notifier leur activité à lAgence bio; Lors de la notification, lopérateur indique sil relève des cas 1, 2 ou 3; Les opérateurs des cas 2 et 3 doivent indiquer les coordonnées de lOC choisi; Sont exemptées de notification: les activités ponctuelles de restauration (ex: salons) limitées dans le temps (maxi 15 jours cumulés/an). 17 Synabio,

18 Documents obligatoires pour tous les opérateurs Lensemble des documents justificatifs du caractère biologique des denrées et ingrédients doit être conservé au minimum 3 ans. Un registre des denrées et ingrédients bio achetés et mis en œuvre (nature, fournisseurs, quantité achetée, date dachat…) avec le cas échéant les cas de non disponibilité = REGISTRE DES ENTREES. Enregistrements de caisse avec distinction des denrées bio = REGISTRE DES SORTIES. Cartes et menus pour 2 ans minimum. 18 Synabio,

19 Responsabilité du contrôle des informations Dans le cas 1, le contrôle de ces données est effectué par les services de la répression des fraudes. Dans les cas 2 et 3, le contrôle des données sont effectué par un Organisme de Contrôles accrédité par le COFRAC et agréé par lINAO. Par ailleurs: Le contrôle de lutilisation de la marque AB à des fins de communication relève de lAgence BIO. 19 Synabio,

20 Enjeux de la filière bio Proposer un ou plusieurs plats bio, cest devenir un maillon de la filière biologique Attente forte des consommateurs dans tous leurs lieux dachats: loffre en produits bio doit sinscrire dans une véritable démarche globale de développement durable => Pertinence dactions complémentaires à la règlementation bio (approvisionnements locaux, bien-être des salariés, équilibre alimentaire, emballages respectueux de lenvironnement, gestion des déchets…) 20 Synabio,

21 MERCI DE VOTRE ATTENTION. RETROUVEZ PLUS DINFORMATIONS SUR LE SITE DE LAGENCE BIO SUR LE SITE DU SYNABIOLAGENCE BIOSYNABIO 21


Télécharger ppt "COMMENT DÉVELOPPER LOFFRE BIO EN RESTAURATION COMMERCIALE? CONGRÈS UMIH 28 NOVEMBRE 2012 Présentation de Cécile Lepers,Déléguée Générale du Synabio."

Présentations similaires


Annonces Google