La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les politiques économiques et sociales. INTRODUCTION ET PROBLEMATIQUES : Augmentation de lintervention de lEtat Faible croissance et chômage élevé Inefficacité

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les politiques économiques et sociales. INTRODUCTION ET PROBLEMATIQUES : Augmentation de lintervention de lEtat Faible croissance et chômage élevé Inefficacité"— Transcription de la présentation:

1 Les politiques économiques et sociales

2 INTRODUCTION ET PROBLEMATIQUES : Augmentation de lintervention de lEtat Faible croissance et chômage élevé Inefficacité des politiques éco et sociales ? Quels outils ? Quelles politiques ?

3 Limites de lintervention de lEtat LEtat doit il et peut-il toujours intervenir ? Changement de politique éco et soc Redéfinition du rôle de l Etat Crise du système Réduction des marges de manoeuvre Critiques idéologiques

4 Section I : LINTERVENTION ECONOMIQUE ET SOCIALE DE LETAT Section II : LES LIMITES DE LINTERVENTION DE LETAT I) La régulation conjoncturelle II) La politique structurelle I) Des marges de manoeuvre réduites II) L Etat providence en question CONCLUSION : Redéfinir le rôle de l Etat

5 Politique économique Politique structurelle Politique conjoncturelle Politique monétaire Politique de change Politique budgétaire Protection sociale Secteur public Politique industrielle Réglementation

6 Section I : LINTERVENTION ECONOMIQUE ET SOCIALE DE LETAT I) La régulation conjoncturelle A)La politique budgétaire B) La politique monétaire II) La politique structurelle A) La protection sociale B) Le service public

7 Les objectifs de la politique conjoncturelle (Doc. 8 p 318) Faible taux de chômage Forte croissance Equilibre extérieur Faible inflation Carré magique

8 Doc. 8 : Des choix sous contraintes Contradictions manifestes entre les objectifs Ex : Croissance entraîne inflation et déficit extérieur ; Faible inflation entraîne chômage La définition des objectifs nest pas une question technique mais politique

9 I) La régulation conjoncturelle A)La politique budgétaire 1)Loutil budgétaire La procédure budgétaire

10 Ministère des finances Experts Min Budget Min dépensiers Premier ministre Parlement Assemblée nationale Sénat Loi de fi initiale Loi de fi rectificative Loi de règlement

11 Les recettes et dépenses (Doc. 3 p 315) Les recettes Des impôts directs (IRPP, ISF, IS) et des impôts indirects (TIPP et TVA) Les dépenses : Peuvent être présentées par ministère (Cf. Doc. 4 p 316) ou par fonction (fonctionnement et équipement) Déficit et dette publique ( Doc. 21 et 22 p 327) Le déficit est la différence entre les recettes et les dépenses de l Etat (cest un flux) La dette publique est laccumulation des déficits publics (cest un stock)

12 2) Un budget pour quoi faire ? :rigueur ou relance Doc. 9 p exercice : Distinction Rigueur/relance Doc 1 p 322 : La problématique keynésienne de la relance Contexte de l analyse keynesienne : la crise de 1929 Chute de la production Chômage massif Déflation Propagation au niveau mondial La cause : insuffisance de la demande effective (surproduction et sous emploi)

13 b) Le budget comme outil de relance Doc 1 p 322 : La problématique keynesienne de la relance Contexte de l analyse keynesienne : la crise de 1929 Chute de la production Chômage massif Déflation Propagation au niveau mondial La cause : insuffisance de la demande effective (surproduction et sous emploi)

14 D Y chômage revenu Reprise pas automatique : crise durable cercle vicieux de la dépression Il faut donc augmenter la demande globale à partir du budget

15 Relance budgétaire Baisse des recettesHausse des dépenses Baisse des impôts Prestations soc Traitements Aides à l investissement Investissements publics Effet multiplicateur Retour à léquilibre budgétaire

16 La stabilisation automatique de l économie par le budget Récession recettes dépenses Déficit Demande Recettes Dépenses Retour à léquilibre budgétaire

17 Limites et inconvénients des politiques de relance budgétaire : Fuites dans le circuit (M° et S) Contrainte extérieure ; dégradation du co ext Inflation Dette de l Etat Contraintes dues à la construction européenne Condition de réussite : politique budgétaire coordonnée

18 B) La politique monétaire 1) Les Instruments de la politique monétaire

19 Action indirecte Action directe Agents économiques banques Banque centrale Encadrement du crédit Offre de crédit Demande de crédit Taux dintérêt Demande de liquidités Offre de liquidités Réserves obligatoires Interventions sur le marché monétaire

20 B) La politique monétaire 1)Les Instruments de la politique monétaire… 2)…au service de quel objectif ?

21 La monnaie dans la théorie économique Cf. Doc 17 à 19 p 70 Réguler la masse monétaire en fonction de l activité économique LibérauxKeynésiens Croissance monétaire : stimulant de lactivité économique Maintien du pouvoir dachat de la monnaie : M3 = P. I. B.

22 Maintien du pouvoir d achat de la monnaie : croissance M3 = croissance P. I. B. Inflation : Symptôme dun déséquilibre éco Lutter contre linflation POLITIQUE MONETAIRE RESTRICTIVE M V = P Q

23 Croissance monétaire : stimulant de lactivité économique Inflation préférable au sous-emploi POLITIQUE MONETAIRE EXPANSIVE Niveau de Y détermine niveau de l emploi M3 Y emploi

24 B) Les politiques structurelles 1) La protection sociale Mise en place en France par ord 4 oct 1945 Budget social de la nation : 2200 milliards, 27 % du PIB Prestations réparties en 4 branches : Vieillesse (45%), santé (25%), Famille (10%) et chômage (20 %) Les ressources proviennent : des cotisations salariales (20%), des cotisations patronales (50%) et de contributions publiques (30%).

25 La gestion des 4 caisses de sécu est assurée par les « partenaires sociaux) c est à dire les représentant des syndicats des salariés et employeurs.

26 Riches Pauvres ActifsInactifs Biens portants Malades Célibataires Familles nombreuses Deux sortes de redistribution : Horizontale Verticale

27 Doc 10 p 327: Le « trou de la sécu » RP + prest° soc - impôts - cot° soc = RD

28 2) Le rôle du secteur public Importance de la production marchande de lEtat (entreprises publiques) Les raisons de la nationalisation 3) La réglementation des activités économiques Ex 1 : Le salaire minimum Ex 2 : La durée de travail

29 Conclusion : Les politiques économiques menées en France Etude de larticle de M. Cabannes : « France, 15 ans de politique économique » ; Sciences Humaines H S n° 22 : Oct 1998

30 Section II : LES LIMITES DE LINTERVENTION DE LETAT I) Des marges de manoeuvre réduites II) LEtat providence en question

31 I) Des marges de manoeuvre réduites A) Léchec des politiques conjoncturelles 1) Une stabilité de léconomie (Doc 9) 2) Limportance des déficits (Doc 5 et 7) B) De nouvelles contraintes 1) Louverture croissante de léconomie 2) La contrainte européenne ( Doc 8 )

32 1) Une stabilité de léconomie (Doc 9) Un faible dynamisme : (investissement, consommation) Une faible croissance Un fort taux de chômage Le dilemme des politiques publiques

33 2) Limportance des déficits (doc. 5 et 7) Doc. 5 : des déficits récurrents (Cf. exo n° 2) Doc 10 : Le trou de la sécu Doc 7 : les contraintes du financement de la dette : Leffet boule de neige

34 Dépenses ordinaires Recettes Charge dette Déficit Dépenses ordinaires Recettes Charge dette Déficit SP SP* = D 0 (i - g)

35 B) De nouvelles contraintes 1) Louverture croissante de léconomie cf. module sur Statis 2) La contrainte européenne ( Doc 8 ) Objectif de la politique monétaire : Défense du taux de change pression supplémentaire des marchés financiers Nécessaire rigueur budgétaire (critères de Maastricht)

36 II) LEtat providence en question A) Une crise de financement (Doc 10 à 12) B) Une crise defficacité (Doc 13 à 15) C) Une crise de légitimité ( Doc 16 à 18)

37 A) Une crise de financement (Doc 10 à 12) Doc 10 : Le trou de la sécu Exo n° 3 : Évolution des prestations par risque Doc 11 : Face aux dépenses : Les recettes : Leffet de ciseau Doc 12 : La réforme du financement de la sécu

38 B) Une crise defficacité (Doc 13 à 15) Doc 13 : Le retour de linsécurité sociale Extension de la protection sociale Réapparition de la pauvreté Processus dexclusion La sécu outil de cohésion sociale

39 Doc 14 : Les inégalités devant le système Inégalités devant les retraites Inégal accès aux soins Doc 15 : Une redistribution limitée Faible redistributivité Faible justice sociale

40 C) Une crise de légitimité ( Doc 16 à 18) Doc 16 : Le poids du social sur l éco Les cotisations sociales renchérissent le coût du travail Perte de compétitivité prix au niveau international Pression inflationniste Facteur de chômage Pèse sur les profits des entreprises Désincitation à lépargne

41 Doc 17 : Une légitimité contestée « Dégradation du mythe étatique » Présence de lEtat perçue comme une gène Doc 18 : Le déficit de solidarité Lavènement dune nouvelle question sociale Redéfinition de laction publique

42 CONCLUSION : Redéfinir le rôle de lEtat A) Une relance conjoncturelle ? 1) Des marges de manœuvre restaurées (doc 19 p 322) 2) Lexigence de coordination (doc 20 ) B) La redécouverte dun interventionnisme structurel 1) Une nouvelle approche de la croissance et de la politique structurelle ( Doc 21) 2) Repenser lEtat providence (doc 22)

43 Intervention de la Banque de France par lOpen Market Si elle cherche à limiter la création monétaire, elle vendra des titres qui seront payés en monnaie centrale, absorbant ainsi une partie des liquidités disponibles sur le marché.

44 Action directe: l encadrement du créditl encadrement du crédit « L'encadrement du crédit est une procédure qui consiste, pour la Banque centrale, à fixer une norme de progression des crédits bancaires sans augmenter les taux d'intérêt. L'encadrement du crédit n'est plus utilisé depuis 1986 au profit d'une régulation par les taux d'intérêt. » ALTER ECO 1993

45 Laction sur les réserves obligatoires : Cet instrument est utilisé de façon souple et non systématique. Le taux de réserves obligatoires fixe le pourcentage de monnaie centrale que les banques doivent conserver sur leur compte (non rémunéré) à la BDF, en proportion de leurs dépôts. Une élévation de ce taux pénalise les banques, car elles doivent se procurer davantage de cette monnaie quelles ne créent pas, et renoncer à offrir davantage de crédits.


Télécharger ppt "Les politiques économiques et sociales. INTRODUCTION ET PROBLEMATIQUES : Augmentation de lintervention de lEtat Faible croissance et chômage élevé Inefficacité"

Présentations similaires


Annonces Google