La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Etude préliminaire à la création dun dispensaire solidaire dans la banlieue dAbidjan Auteurs: MERIAU Stéphane SENAD Maxime TC04 TC02 Sujet proposé par.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Etude préliminaire à la création dun dispensaire solidaire dans la banlieue dAbidjan Auteurs: MERIAU Stéphane SENAD Maxime TC04 TC02 Sujet proposé par."— Transcription de la présentation:

1 Etude préliminaire à la création dun dispensaire solidaire dans la banlieue dAbidjan Auteurs: MERIAU Stéphane SENAD Maxime TC04 TC02 Sujet proposé par M. Aboubacar SYLLA Projet GE23 – P09

2 Plan de lexposé Introduction Cahier des charges Focus Group: un outil daide à la décision Présentation de la méthode COMBI SAC et RTE AMDEC de létude Conclusion Introduction Cahier des charges Focus Group SAC et RTE AMDEC Méthode COMBI Conclusion

3 Une initiative originale Introduction M Sylla est à lorigine du projet : « Dispensaire de Santé Solidaire et Durable » en Côte-dIvoire dans les environs dAbidjan. On nous a demandé de faire une étude préalable de faisabilité du projet dans les limites du cadre des UVs GE23 et FQ01 et de nos compétences délèves ingénieurs à lUTC.

4 Le projet envisagé par M. SYLLA est né de plusieurs constats : Introduction Les inégalités daccès aux soins sont alarmantes : d'après le rapport mondial du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), 2,5 milliards de personnes n'ont pas accès à des structures sanitaires de base. Les dépenses publiques de santé par an et par personne s'élèvent à environ euros dans les pays développés, et 2,5 euros dans les pays les plus pauvres. Les mesures de prévention restent largement insuffisantes. La recherche sur le paludisme a continué d'être négligée, les grands laboratoires manquant de financement.

5 Contexte du projet Introduction Côte-dIvoire: Cest une république qui retrouve peu à peu une stabilité politique et une amélioration de la sécurité. Superficie : km² Population : hab. Les eaux, qui recouvrent environ km 2, soit 1,38 % de la superficie totale du pays, sont constituées de lagunes, de fleuves et de plusieurs étendues marécageuses

6 Les maladies subsahariennes Introduction Le paludisme: est la première raison de consultation et dhospitalisation en Côte dIvoire. Le paludisme est une des premières causes de mortalité parmi les enfants en Côte dIvoire. Le VIH et la tuberculose: LOMS estime que cest en Afrique subsaharienne quil y a le plus de cas, avec près de 400 cas pour habitants (2004). Le VIH a fait rapidement progresser lépidémie de tuberculose et accroît le risque de mourir de cette maladie.

7 Cahier des Charges Cahier des charges

8 Cahier des Charges Cahier des charges

9 Cahier des Charges Cahier des charges

10 Cahier des Charges Cahier des charges

11 Cahier des Charges Cahier des charges En quoi le projet réduit-il les dépendances génératrices dinégalités, en particulier vis à vis du Nord ? Dans quelle mesure la démarche employée est-elle cohérente avec un développement durable ?

12 La méthode « Focus Group » Focus Group Qu'est-ce qu'un « focus group » ? Intérêts de la méthode Quand les mener? Limites de la méthode

13 La méthode « Focus Group » Focus Group Questions démographiques Etablissement de la carte de santé de la zone Etat des lieux du CHU de Yopougon Questions socio-économiques : ménages Perception du CHU de Yopougon : ménages

14 La méthode « Focus Group » Focus Group Etat des lieux du CHU de Yopougon Quelles sont les capacités daccueil réelles du centre existant ? Quels services offre-t-il ? Quels cas (maladies) permet-il de traiter ? Pour quelles maladies les gens viennent le plus consulter le CHU ? Quels sont les coûts des différents traitements à ces maladies ? Que manque-t-il pour pouvoir traiter les autres maladies les plus courantes ? Quels sont les coûts de gestion du centre ? Comment les réduire ? (ou les garder constant en améliorant loffre ?) Les gens qui utilisent le centre de santé ont-ils tendance à y revenir ? Si non pourquoi ? Combien de consultations par an ? Les usagers viennent-ils consulter trop tard (dans lavancement des maladies) ? Des usagers font-ils des visites préventives ? Des points de sensibilisations sont-ils en place ? (malnutrition, hygiène, palu, sida…) Les usagers sy renseignent-ils ? Quelles sont les possibilités de paiement ? Quels sont les problèmes de gestion constatés ? (par le gestionnaire, le médecin et le personnel soignant) Un exemple:

15 La méthode « Focus Group » Focus Group Il est nécessaire dobtenir un consensus! Interventions des ONG? Faire appel à des spécialistes de la pharmacopée, comme Jean-Marie PELT Conclusion de la méthode: Une solution possible pour mobiliser la population locale: La Méthode COMBI

16 OMS et la Méthode COMBI Présentation de lOMS: Méthode COMBI jouer le rôle de chef de file dans les domaines essentiels pour la santé et créer des partenariats lorsquune action conjointe est nécessaire fixer les priorités de la recherche et inciter à acquérir, appliquer et diffuser des connaissances utiles fixer des normes et des critères et en encourager et suivre lapplication définir des politiques conformes à léthique et fondées sur des données probantes fournir un appui technique, se faire lagent du changement et renforcer durablement les capacités institutionnelles surveiller la situation sanitaire et évaluer les tendances en matière de santé

17 OMS et la Méthode COMBI Principe de la méthode COMBI: Méthode COMBI Approche de mobilisation sociale orientée vers la mobilisation de toutes les forces influentes au niveau de la société et de la personne. Réaliser un impact comportemental dans la prévention, le contrôle et lélimination des maladies transmissibles. OBJECTIFS: élimination de la lèpre en Inde et au Mozambique, la prévention de la filariose lymphatique en Inde et au Zanzibar, la prévention et la maîtrise de la tuberculose au Bangladesh et au Kenya, la prévention et la maîtrise de la dengue en Malaisie la prévention et la maîtrise du paludisme en Afghanistan et au Soudan.

18 OMS et la Méthode COMBI Une méthode en dix phases: Méthode COMBI Le but global Les objectifs comportementaux Lanalyse de situation du marché vis à vis du but comportemental précis La stratégie globale pour atteindre le résultat escompté Le plan daction COMBI Gestion et mise en œuvre du COMBI Suivi de la mise en œuvre Evaluation de limpact comportemental Calendrier/chronogramme/plan de mise en œuvre Le budget

19 Exemple de document de la méthode COMBI

20 OMS et la Méthode COMBI Méthode COMBI Planification du projet et du comportement à implanter Exécution du projet Observation de limpact comportemental Amélioration de la méthode Expérience Acquise Démarche damélioration continue Cet outil peut être assimilé à une roue de Deming.

21 OMS et la Méthode COMBI Pourquoi lappliquer dans notre cas? Méthode COMBI Des résultats positifs dans tous les pays concernés par la méthode COMBI Faible coût de mise en œuvre

22 Fournisseurs étrangers : antibiotiques européens ; plantes médicinales dAmérique du Sud, Asie ; matériel médical… M. SYLLA Elèves de GE23 CHU Yopougon Autorités locales/ Ministère de la santé Autorités locales/ Ministère de la santé Chefs de quartier Dispensaire Médecins locaux à pratique moderne Médecins locaux: guérisseurs Section traitementSection prévention Intervenants « nutrition » et « culture bio » Infirmiers hygiénistes Population nécessitant des soins Agriculteurs locaux Population des environs dAbidjan Fournisseurs locaux : plantes médicinales poussant sur place originaires de région africaines et non- africaines ; matériel médical … Questionnaire + focus groupe Initiateur du projet Rapport de faisabilité Diagnostic du patient et soins modernes pour les pathologies graves Soutiennent linitiative collaboration Transfert du diagnostic pour les pathologies bénignes Soin à base de plantes médicinales Collaboration entre les 2 sections Alimentation complétant le traitement Prévention sanitaire pour les maladies bénignes Influencent la population Production de plantes médicinales

23 Dispensaire CHU Yopougon Centre de recherche médicale, pharmaceutique et odontologique Médecins locaux : guérisseurs Médecins locaux à pratique moderne Infirmiers hygiénistes Intervenants « nutrition » et « culture bio » Population des environs dAbidjan Fournisseurs étrangers Fournisseurs locaux Demande de soins Partage dinformations Soins modernes Soins à base de plantes Diagnostic Prévention sanitaire Alimentation complétant le traitement Côte-dIvoire

24 AMDEC Présentation de loutil: AMDEC Selon la Norme AFNOR X , lAMDEC (Analyse des Modes de Défaillance, de leurs Effets et de leurs Criticité) est « une méthode inductive danalyse de système utilisée pour létude systématique des causes et la maîtrise des effets des défaillances susceptibles daffecter les composants de ce système. LAMDEC est réalisée pour chaque phase de fonctionnement du système et attribue une note de criticité aux effets identifiés. » AMDEC Opérationnelle Prévisionnelle

25 AMDEC Criticité et classes de gravité: AMDEC Echelle de gravité Echelle de probabilité 1peu ou pas d'influence sur la fonction1très peu fréquent 2dégradation de la fonction2peu fréquent 3indisponibilité de la fonction3fréquent 4indisponibilité de la fonction et dommages humains4très fréquent

26 AMDEC FonctionMode de défaillanceCauses Moyens de détection ConséquencesCriticité avant traitement Barrières / Solutions Remarques PGC Etablir un diagnostic (0211) Diagnostic faux Erreur du médecin Suivi du patient mise en danger du patient 144 Manque de matériel pour l'analyse Médecin248 Envoi du patient sur CHU mieux équipé Manque de formation du personnel Pas de détection 3412Fonction Informations cachées par le patient Médecin4416 Appui des guérisseurs et des chefs de quartier Erreurs administratives Médecin3412 Mise en place d'un système administratives plus robuste Pas de diagnostic 40 Diagnostic incomplet 40 Diagnostic retardé 40

27 Conclusion Conclusion Nous avons pu mettre en relation des connaissances acquises dans plusieurs UVs afin détudier un projet en cours délaboration. Nous avons ici débuté un travail de conception quentamerons maintenant MM. SYLLA et BATAILLER.


Télécharger ppt "Etude préliminaire à la création dun dispensaire solidaire dans la banlieue dAbidjan Auteurs: MERIAU Stéphane SENAD Maxime TC04 TC02 Sujet proposé par."

Présentations similaires


Annonces Google