La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Evaluation Participative des Vulnérabilités et des Capacités.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Evaluation Participative des Vulnérabilités et des Capacités."— Transcription de la présentation:

1

2 Evaluation Participative des Vulnérabilités et des Capacités

3 « En Afrique sahélienne, on assiste depuis les années 1970 à des épisodes récurrents de sécheresse et dinondations avec pour conséquences, des crises alimentaires cycliques et persistantes ainsi que des pénuries deau potable et dirrigation. Ainsi, les populations déjà pauvres de cette zone se trouvent davantage plongées dans une situation permanente de risques. » Contexte général

4

5 Orientations « La réduction de la vulnérabilité apparaît comme un enjeu central des actions de développement. Il est question dagir de concert avec les communautés vulnérables pour les aider à mieux connaître les risques, mieux se préparer aux chocs et mieux gérer les crises. »

6

7 Structure de la formation Section I : Cadre général – La Réduction des Risques de Catastrophes Section II : Lapproche participative Section III: Les informations à collecter Section IV: Les outils pour mener une EPVC Section V : Le plan communautaire de gestion des risques

8 7 Quest-ce quune crise? Cest une situation qui: - affecte les gens et leurs moyens dexistence (agriculture, élevage..) - est généralement déclenchée par un événement ou une menace. Mais cest aussi une situation qui: - est directement liée à la vulnérabilité; - dépasse les capacités dune communauté pour y faire face. Lorsquune crise survient, on parle généralement de situation durgence.

9 8 Les urgences : apparition lente et soudaine Apparition soudaine – sont celles ou une situation durgence peut se manifester immédiatement après lapparition dune menace. Limpact négatif se manifeste subitement. Ex: éruptions volcanique, tremblements de terre,… Apparitions lente – sont celles qui se passent dans un laps de temps entre la manifestation dune menace et le développement dune urgence Limpact négatif se réalise quelques temps après la menace. Ex: sécheresse, famine, crise économique,…

10 LENTESSOUDAINES Sécheresse causant la famine Crise économique Eruption volcanique Guerre Glissement de terrain Inondation Insécurité Dégradation denvironnement

11 10 La Réduction des Risques de Catastrophes: une priorité pour le développement La démarche de réduction des risques utilise trois mécanismes : Prévention ; Preparation; Protection. mesures de Prévention + mesures de Preparation + mesures de Protection = niveau de Sécurité obtenu Il est capital de maîtriser la différence entre les notions de risque, de choc et de catastrophe…

12 11 choc CATASTROPHE Progression de vulnérabilité Vulnérabilité - capacité X risque de choc = Catastrophe Causes premières Pauvreté Économie Politique Structures Pression externes Démographie Évolution de lenvironnemen t Mauvais développement Manque de savoir-faire, de marchés Conditions précaires Location ou structure dangereuse Économies ou marchés fragiles Problème de santé publique Moyens dexistence limités Inondation Cyclone Tremblement de terre Guerre Sécheresse

13 12 Choc Vulnerability Gestion de risque – mitigation, préparation, développement des capacités, alerte précoce Choc CATASTROPHE

14 Les Changements Climatiques Les Changements Climatiques perturbent les schémas ci-dessus en apportant plus de variabilité et dincertitudes, ce qui complique toute planification et mesures préventives. Laugmentation des températures, lirrégularité et la mauvaise répartition des pluies ainsi que les fortes inondation de plus en plus nombreuses, les cyclones et sécheresses sont tous des facteurs qui compromettent sérieusement la sécurité des moyens dexistence des personnes vulnérables. En combinant des connaissances locales et des données scientifiques, nous pouvons expliquer aux populations les risques climatiques ainsi que les stratégies dadaptation. Les exercices participatifs et les débats qui en résultent offrent la possibilité de relier les connaissances communautaires aux informations scientifiques disponibles en matière de changement climatique. Ainsi les acteurs locaux seront en mesure de comprendre limpact du changement climatique sur leurs moyens de subsistance, pour mieux analyser les risques et planifier les adaptations nécessaires.

15 14 Capacités de faire face et de sadapter La capacité de faire face aux crises implique la capacité dutiliser les ressources existantes pour réduire les effets négatifs de la crise. Les modifications apportées pour faire face à une crise devraient être relativement petites et il devrait être possible de revenir à la normale sans dommages permanents. Parfois ce n'est pas possible de faire face aux crises avec les ressources disponibles. Dans ce cas, lorsquun désastre frappe, les communautés enregistrent souvent de lourdes pertes les entraînant dans une spirale vicieuse qui exacerbe leur pauvreté. Pour éviter cela, les communautés et les institutions doivent apporter les modifications appropriées à leur organisation ou à leurs manières de vie et acquérir les ressources requises pour mieux faire face aux risques existants. Ceci s'appelle l'adaptation.

16 Quelle est la différence entre « adaptation » et « ajustement » ?

17 Une approche participative peut se définir comme un processus dapprentissage du milieu qui sappui sur le savoir local en vue de faciliter une meilleure connaissance des conditions de vie et des problèmes des populations locales Le processus dadaptation à base communautaire implique quatre stratégies interdépendantes : - Promotion de stratégies de moyens dexistence résilientes face au changement climatique, accompagnées dune diversification des revenus, et du renforcement des capacités de planification et de lamélioration de la gestion des risques ; - Stratégies de Réduction des Risques de Catastrophes pour réduire limpact des aléas, particulièrement sur les ménages et les individus vulnérables ; - Renforcement des capacités de la société civile locale et des institutions gouvernementales afin quelles puissent apporter un meilleur soutien aux communautés, ménages et individus dans leurs efforts dadaptation ; - Plaidoyer et mobilisation sociale afin dappréhender les causes sous-jacentes de la vulnérabilité, comme une mauvaise gouvernance, un manque de contrôle de laccès aux ressources, ou un accès limité aux services de base Ladaptation à base communautaire

18 Les différentes dimensions de la capacité dadaptation: Afin de réduire la vulnérabilité au changement climatique, nous devons nous focaliser sur le développement de la capacité dadaptation, particulièrement celui des personnes les plus vulnérables.

19 LEvaluation Participative des Vulnérabilités et des Capacités DEFINITION : LEPVC est un outil de réduction des risques de catastrophes. lEPVC se veut une approche de diagnostic et de planification participatives appliquée à lanalyse des risques de la vulnérabilité et de réduction des moyens dexistence. OBJECTFS PRINCIPAUX : - Identifier et comprendre les risques naturels auxquels les communautés locales sont exposées ; - Analyser les ressources, les capacités endogènes et les stratégies à la disposition des communautés pour faire face à ces risques ou les réduire; - Etablir les priorités locales ; - Aider la population à développer un plan daction pour réduire les vulnérabilités et les risques identifiés; - Susciter un leadership et une autonomie de la communauté pour la mise en œuvre de leur plan daction - Elaborer et exécuter des programmes qui se complètent et répondent aux besoins définis par la population; - Impliquer, dès le début, les communautés, autorités locales ainsi que les organisations humanitaires et de développement dans lévaluation. LEPVC peut servir de catalyseur au dialogue au sein des communautés au sujet de la vulnérabilité. Lapproche a été conçue pour aider les gens à exprimer leurs expériences et à en tirer les conclusions pouvant aider aux prises de décisions futures

20 Déroulement de lexercice sur le terrain Préparation de la communauté Mise en œuvre Plan daction Restitution aux communautés

21 Avant de rencontrer la communauté, planifiez attentivement : Soyez sensibles à lhistoire de la communauté ou du groupe, des conflits passés ou présents et des dynamiques de pouvoir pouvant avoir de limportance lors de la sélection des groupes cibles ou pour faciliter les dialogues. Préparez le planning des visites des communautés. Le planning doit permettre aux participants davancer à leur propre rythme tout en assurant que le champ dinvestigation concerné soit couvert pendant la période de temps donnée. Renseignez-vous sur les niveaux dalphabétisation afin de planifier les exercices en conséquence. Gardez en mémoire que les membres des communautés sont très occupés et que les visites doivent être aussi brèves que possible et réparties dans le temps de sorte à ne pas trop empiéter sur les activités quotidiennes. Prévoyez des rafraîchissements si opportun. Harmoniser la compréhension des concepts/terminologie entre facilitateurs et leur traduction dans la langue locale Etre disposé à expliquer clairement aux membres de la communauté la finalité de ce travail (surtout la manière dont la démarche sera bénéfique à la communauté). Organiser une rencontre avec les représentants de la communauté pour expliquer les objectifs de la démarche et son bien fait pour la communauté, le calendrier prévisionnel du travail. Décider du nombre de participants (hommes, femmes, jeunes, etc.). Préparation de la communauté (1)

22 Préparation de la communauté (2) Obtenez le soutien des leaders de la communauté Etablir des contacts préalables avec les leaders/représentants de la communauté en vue de : partager avec eux les objectifs et les enjeux de lEVC donner des informations sur les activités et les conditions déterminer les membres de la communauté qui devront participer au processus négocier leur adhésion au processus ainsi que la disponibilité des différentes composantes de population à participer au processus dapprentissage saccorder sur la traduction en langue(s) locale(s) des concepts qui seront utilisés. Soyez prêts à gérer des conflits. Répartition des tâches au sein de léquipe de facilitateurs. Le processus peut soulever des questions en matière dinégalité, quil sera nécessaire de traiter afin de réduire la vulnérabilité. Les facilitateurs doivent gérer ces questions avec beaucoup de précautions car elles se réfèrent bien souvent à des enjeux de pouvoir et dinfluence établis au sein des communautés, ou entre les communautés et dautres groupes.

23 Assurez-vous de disposer du matériel nécessaire Papier pour tableau Marqueurs à pointe épaisse de différentes couleurs Papier de couleur (post-it) Adhésif de masquage Appareil photo pour documenter le processus (sassurer que ceci est culturellement acceptable) Bloc-notes et panneau daffichage Snacks/déjeuner/eau (selon la durée et le lieu de la réunion) Se présenter à lensemble des participants (noms, provenance, fonction, etc.) Présenter le travail et ses objectifs ainsi que le calendrier Accorder quelques minutes à la communauté pour déventuelles questions de compréhension Mise en oeuvre

24 Après une explication des objectifs de lEPVC et une présentation du programme d'activité aux participants, une bonne façon de commencer la première journée de travail est dintroduire un exercice brise-glace intitulé : « qu ya t-il dans la boîte ? » Mettre différentes objets dans une boîte. Inviter trois (03) personnes membres de la communauté à jouer des rôles donnés. Une dentre elles doit secouer la boîte, écouter le bruit que ça produit afin de pouvoir imaginer quel type de bruit cest ; la seconde personne a les yeux voilés, mais peut palper les objets de la boîte pour en imaginer le contenu ; La troisième personne, quant à elle, est autorisée à ouvrir la boîte pour y voir le contenu. Demander à lassistance de deviner le rôle de chacun des acteurs suivant et dexpliquer pourquoi : qui joue le rôle dACF, qui représente lUnion Européenne (bailleur) ; qui joue le rôle des membres de la communauté. Conclusion doit être que tous les trois souhaitent connaitre les problèmes rencontrés par la communauté, mais seule cette dernière connaît exactement ses problèmes. Cette conclusion permettra à la communauté de mesurer limportance de leur participation.

25

26

27

28 Mise en œuvre (2) Une fois la glace brisée, léquipe organise les membres de la communauté présents en sous groupes équilibré (selon lâge, le genre,…) pour analyser la situation. Idéalement, 3 groupes : Un groupe de personnes âgées : chef du village, notables et autres personnes âgées. Commencer par leur demander détablir le profil historique de leur village Un groupe de jeunes hommes. Un groupe de femmes. Pendant lexercice de groupe, encourager la participation de tous. Le rôle des facilitateurs est de fournir lassistance technique utile aux membres de la communauté pour conduire la réflexion

29 LANALYSE DE LA COMMUNAUTE : Le Profile de la Communauté LAnalyse des Aléas LAnalyse des Vulnérabilités et des Impacts LAnalyse des Capacités (en précisant les lacunes de la communauté, les acteurs locaux existants/ les systèmes, les abris, les systèmes verticaux existants, etc.) Lanalyse des risques et conclusions sur les principaux groupes à risque Les Objectifs et Les Stratégies (les objectifs à cours, moyen et long termes) Sur la base des informations à collecter, il sagit de choisir les outils les mieux appropriés (efficacité, qualité et rapidité) pour mener lEPVC. Les informations à collecter

30 Exemple de quelques outils Interview semi structuré Profil historique Cartographie des ressources et des risques Calendrier saisonnier Priorisation des hypothèses de solutions Transect (marche dans le village)

31 1- Contexte de vulnérabilité (1) (ce quil faut chercher à comprendre/connaitre) Aléas auxquels la communauté fait face. Capacités, potentialités et ressources de la communauté. Moyens dexistence de la population. Effets/impacts/conséquences des chocs sur la communauté entière et les groupes particuliers (ethnie marginalisée, femmes, enfants, personnes âgées, etc.) Raisons pour lesquelles ces aléas ont tant deffets négatifs sur la communauté entière et les groupes particuliers (ethnie marginalisée, femmes, enfants, personnes âgées, etc.) Connaissances des communautés en matière de prévisions météorologiques (sur le plan scientifique et traditionnel). Capacités des communautés en matière de plaidoyer et de système dalerte précoce Outils à utiliser: carte communautaire du terroir représentant les ressources

32

33 1- Contexte de vulnérabilité (2) (exemple de guide dentretien) Quels sont les principaux aléas ou menaces? Lequel est le plus grave? Comment chacun des principaux aléas affectent-il les membres de la communauté? Comment les secteurs de production sont-ils touchés par les aléas? Comment les familles sont-elles touchées par les principaux aléas? Quelles personnes dans le village souffrent le plus des effets des catastrophes (hommes/femmes, jeunes/vieux, handicapés, enfants, etc.? Et pourquoi? Quelle est la sévérité et la fréquence actuelle de ces aléas? Quelles sont les ressources naturelles les plus affectées? Y a-t-il des gens qui tirent profit des désastres? Comment en profitent- ils? Quelles sont vos connaissances en matière de prévisions météorologiques sur le plan scientifique, en particulier de cette année? Quelles sont vos expériences en plaidoyer et dans le système dalerte précoce? Outil à utiliser : Profil historique

34 Faits marquantsPériodeEffets Stratégies de survie mise en œuvre par la communauté

35 2- Moyens dexistence et capacités (1) (ce quil faut chercher à comprendre/connaitre) LIENS ENTRE LES MOYENS DEXISTENCE ET LES ALEAS : Identifier les divers groupes de moyens dexistence ou les secteurs économiques vulnérables. Identifier les ressources importantes pour les moyens dexistence et pour ladaptation. Décrire les impacts des aléas climatiques actuels et futurs (y compris les conditions variables) sur les ressources et les moyens dexistence. Identifier les stratégies dadaptation actuelles et évaluer leur efficacité et leur durabilité. LES RESSOURCES : naturelles : retenues deaux, terres cultivables et pastorales, forêts, faune, minerais, etc. physiques : infrastructures de toute sorte (eau potable, réseau dassainissement, bâtiments administratifs et/ou communautaires, écoles, centre de santé, routes, réseau de communication, logement, etc.), financières : revenus, économies, accès au crédit, etc. sociales : relations sociales et familiales, la croyance, affinité, confiance, échanges, etc. humaines : savoir, éducation, compétences, santé, capacité physique.

36 2- Moyens dexistence et capacités (2) (exemple de guide dentretien) Quelles sont vos principales ressources naturelles disponibles (plans deau, forêts, terres cultivables, etc.)? Quelles sont vos principales activités et sources de revenus de la communauté? Quels sont les signaux dalerte de la survenue des aléas? Quels sont les systèmes dalerte précoce traditionnels qui existent? Comment les membres de la communauté sentraident en temps de crise? Quelles sont vos connaissances/savoirs traditionnels sur les signes précurseurs de survenue des principaux aléas? Quel est le niveau dorganisation et de structuration de votre communauté? Outil pouvant être utilisé : Calendrier saisonnier

37 Calendrier saisonnier

38 3- Structures et processus (ce quil faut chercher à comprendre/connaitre) Structures ou organisations qui existent au sein ou en dehors de la communauté et qui influencent positivement ou négativement leurs moyens dexistence ( services de protection sociale, services techniques de lEtat, réseaux de commerçants, comités, groupements ou associations, etc.) Processus de fonctionnement de ces structures ou organisations : par exemple comment lon peut avoir accès aux services de la protection civile, Remarque : la plus part de ces structures seront déjà mentionnées comme ressources, ce qui est logique. Outil à utiliser : Diagramme de Venn

39 Diagramme de Venn

40

41 4- Vision de la communauté (ce quil faut chercher à comprendre/connaitre) Les ambitions des habitants pour leur communauté ou les résultats auxquels ils aspirent. Les types de changements quils souhaitent pour leur communauté. Demander aux habitants de décrire un avenir idéal pour leur communauté.

42 5- Stratégies de moyens dexistence (ce quil faut chercher à comprendre/connaitre) Niveau dengagement de la communauté pour lamélioration de leurs conditions de vie. Pistes de solutions ou perspectives pour réduire les risques de catastrophes et leurs vulnérabilités (cela permettra de passer à lélaboration du plan daction). Que faites vous actuellement pour atteindre cet idéal? Est – il possible dagir autrement? Quels sont vos points forts ? Que pouvez-vous accomplir pour améliorer moyens dexistence? Remarques : A la fin des activités, lensemble des groupes se réunit et chaque groupe doit présenter les résultats de ses travaux et lensemble va amender. Outils à utiliser: Priorisation des hypothèses de solutions

43 Etape 1 : Identifier les hypothèses de solutions ou les rappeler si elles avaient préalablement été identifiées. Risques/vulnérabilitésHypothèses de solutions Priorisation des hypothèses de solution (1)

44 Etape 2 : Trouver des symboles pour chaque hypothèse ou les inscrire sur des feuilles (lorsque le taux d'alphabétisation du groupe de travail est acceptable) et, désigner un paysan pour la manipulation. Etape 3 : Tracer au sol ou sur un tableau une ligne de démarcation horizontale ou tout simplement disposer une tige. Ce trait horizontal doit permettre de séparer les hypothèses de solutions selon le critère de priorité. Les hypothèses jugées plus prioritaires seront disposées vers le haut et celles jugées moins prioritaires vers le bas. Etape 4 : Rediscuter avec les participants la disposition pour s'assurer qu'ils n'ont pas de modifications à proposer. Etape 5 : Evacuer les objets disposés en haut de la ligne de démarcation horizontale et tracer une ligne verticale perpendiculaire à la ligne horizontale. Cette ligne verticale doit permettre de discuter parmi les hypothèses jugés prioritaires, quelles sont celles qui sont plus faisables et celles qui sont moins faisables. Les hypothèses les plus faisables seront disposées à droite et les moins faisables à gauche. Priorisation des hypothèses de solution (2)

45 44 Hypothèses de solutions plus prioritaires et moins faisables Hypothèses de solutions plus prioritaires et plus faisables Hypothèses de solutions moins prioritaires et moins faisables Hypothèses de solutions moins prioritaires et plus faisables Priorités Faisabilité Priorisation des hypothèses de solution (3)

46 Choisir un groupe restreint pour lélaboration du plan daction selon le tableau ci-dessous par ordre importance 45 VULNERABILITES A REDUIRE Activités à réaliser Personnes responsables Calendrier des activités Ressources disponibles Ressources extérieures Vulnérabilité 1 Activité 1.1 Activité 1.2 Activité 1.3 Vulnérabilité 2 Activité 2 Vulnérabilité 3 Activité 3 Etc.

47 Exemple du plan daction du village de Kargono VULNERABILITES A RESOUDRE Activités à réaliser Personnes responsables Calendrier des activités Ressources disponiblesRessources extérieures DEGRADATION DU COUVERT VEGETAL Réaliser les reboisementsPopulation, ONGMai–AoûtMain dœuvre Appui en production de plants Formation sur les techniques de reboisement Traiter les ravines et pratiquer les techniques de CES/DRS Population, ONGJan–Mai Ressources humaines, charrette, moellon, fumier Appui en matériel et en renforcement de capacités Former des producteurs semenciers capables de produire des semences améliorées à cycle court Producteurs, ONGJuin–Nov. Producteurs engagés pour la production semencière Appui en formation et en semences de base COMPETENCES ET MOYENS ENDOGENES TRES LIMITES EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LES RAVAGEURS DES CULTURES Renforcer les capacités de la population sur des techniques modernes de lutte contre les différents types de ravageurs des cultures Etat, ONG et population Mars –juin Ressources humaines, connaissances traditionnelles de lutte Formations, équipements, produits phytosanitaires, appui-conseil sur lutilisation des produits FAIBLE COUVERTURE DES SERVICES DE SANTE (faible taux de vaccination, etc.) Construire un CSPS Sensibiliser la population à fréquenter le CSPS Etat, ONG et population Nov. – Fév. Ressources humaines, agrégat, main dœuvre non qualifiée, comité de santé. Financement Main dœuvre qualifiée Formation, matériel de sonorisation, didactique, TV, filtres, moustiquaires. Formation 46

48 Plan de gestion des risques (1) Après avoir procédé à lanalyse préliminaire des données, les observations devraient être présentées pour approbation aux représentants de la communauté. A la fin de lexercice de planification avec le groupe de travail, il est très important de se retrouver à nouveau en Assemblé communautaire pour restituer les résultats de la réflexion afin de les mettre en cohérence avec les objectifs initiaux de lEPVC, et recueillir le feedback de lensemble de la communauté. décider de comment l'information sur le contenu du plan daction sera partagée et mise à jour ; réfléchir à un mécanisme de feedback permanent autour de la mise en œuvre du plan de riposte ; interroger les participants/participantes sur ce quils/elles ont appris de létude ainsi que les enseignements quils/elles en tirent. Léquipe de facilitation devrait également expliquer les prochaines étapes du processus à la communauté, et arbitrer la mise en place dun organe endogène de suivi et dauto-évaluation de la mise en œuvre du plan daction. La population doit parvenir à un consensus autour des problèmes, questions ou dangers révélés par lEPVC. Elle peut le faire par la méthode du classement selon le degré durgence, de gravité ou dimmédiateté des problèmes et la fréquence à laquelle ils sont évoqués par les habitants.

49 Plan de gestion des risques (2) Les participants sont maintenant prêts à définir des solutions réalistes et à dresser des plans dexécution. Ils devraient se concentrer sur les mesures que la population peut prendre avec un faible soutien extérieur à court ou à moyen terme. Pour chaque action, les participants doivent se poser les questions suivantes : Peut-on lentreprendre immédiatement ? Faut-il pour cela des ressources ? Pouvons-nous trouver nous-mêmes les ressources nécessaires ? Si oui, comment ? Avons-nous besoin dun soutien technique ? Si oui, où le trouver ? Rédaction des recommandations et dun rapport. Ce rapport devra rendre compte de tout le processus, tout en restant concis et clair pour être accessible et facile à lire.

50 A la fin de l'exercice, rediscuter de façon générale la grille pour s'assurer que l'ensemble des participants ont la même vision. Revenir sur les objectifs du plan daction et vos intentions derrière le plan afin de dissiper tout malentendu ou toute attente erronée. Elaboration de projet ou programme qui prend en compte le plan daction communautaire. Restitution du projet ou programme à la communauté et obtenir lapprobation des autorités locales. Etablissement dun accord de partenariat entre le partenaire et la communauté. Mise en œuvre du projet/programme. Rendre compte dans des rapports de suivi selon laccord convenu avec la communauté Restitution générale de lEPVC à la communauté

51 Cartographie des ressources et des risques (1) OBJECTIFS : - Identifier les ressources importantes au sein de la communauté, qui y accède, et qui les contrôle - Identifier les zones et les ressources exposées aux aléas climatiques - Analyser les modifications des aléas et planifier un système de réduction des risques COMMENT FACILITER LE PROCESSUS : Cette activité devrait prendre environ 1 heure ½, débat inclus : 45 minutes pour la carte et 45 minutes pour le débat. 1. Expliquez aux participants que vous souhaitez établir une carte de leur communauté. 2. Choisissez un support (terre, sol, papier) et des outils (brindilles, pierres, graines, crayons, craies) pour réaliser la carte. Si la carte est réalisée sur la terre ou le sol, la personne chargée de la prise de notes devra alors copier la carte sur un tableau ou dans son ordinateur portable. Une photo peut également être utile. 3. Demandez aux membres de la communauté de tracer les frontières de la communauté. NOTE : le facilitateur doit aider les participants à commencer la carte, mais doit les laisser établir leur propre plan. 4. Demandez aux membres de représenter les zones habitées ainsi que les équipements et les ressources cruciaux pour la communauté (lieux de culte, pistes/routes, centres de santé, écoles et ressources telles que zones boisées ou zones deau). Lorsque les membres de la communauté sont daccord sur le fait que la carte est bien représentative de leur communauté, passez à la deuxième étape, didentification des risques. 5. Demandez aux membres de la communauté didentifier les zones à risques de différents aléas tels que : - Les catastrophes naturelles - Les crises sanitaires comme le VIH/SIDA ou la malaria - Les questions sociopolitiques comme les conflits ou la redistribution des terres

52 Lorsque la carte est terminée, demandez aux membres du groupe de répondre aux questions suivantes : Qui a accès aux ressources présentées sur la carte ? Qui contrôle cet accès ? Quels sont les impacts des aléas identifiés et sur quelles ressources ? Comment ces ressources sont-elles affectées ? Les aléas actuels différent-ils de ceux dil y a 10/20/30 ans (selon lâge des participants) ? En quoi ? Certains endroits de la communauté sont-ils protégés des aléas ? Ces endroits sûrs sont-ils utilisés pour se protéger des aléas (par exemple pour y stocker de la nourriture ou des intrants ou pour y abriter du bétail) ? Quels sont les membres de la communauté les plus exposés aux différents aléas (en fonction du type dactivité, de la situation socio- économique ou de lâge ou du sexe ?) ? Pourquoi ? Comment les personnes de la communauté font-ils actuellement face aux impacts des différents aléas identifiés ? Les stratégies dadaptation actuelles fonctionnent-elles ? Sont-elles durables ? Cartographie des ressources et des risques (2)

53 Calendrier saisonnier (1) OBJECTIFS : - Identifier les périodes de tensions, daléas, de maladies, de disette, de dettes, de vulnérabilité, etc. - Comprendre les moyens dexistence et les stratégies dadaptation - Analyser la variabilité saisonnière - Evaluer lutilisation des informations climatiques pour la planification COMMENT FACILITER LE PROCESSUS : Cette activité devrait prendre environ 1 heure ¼, débat inclus : 30 minutes pour le calendrier et 45 minutes pour le débat. 1. Utilisez le sol ou de grandes feuilles de papier. Notez les mois de lannée sur un axe horizontal. 2. Expliquez aux participants que vous souhaitez réaliser un calendrier des événements et activités clés au cours de lannée. 3. Demandez aux gens de citer les saisons, les événements, les états, etc. et noter ces derniers sur laxe vertical. Cette liste devrait inclure : - Les vacances et les festivals - Les périodes de plantation et de récolte - Les périodes de pénurie de nourriture - Les périodes de migration - Les périodes daléas/de catastrophes tels que cyclones, sécheresses, et inondations - Les périodes de maladies saisonnières

54 Calendrier saisonnier (2) Lorsque le calendrier est terminé, demandez aux membres du groupe de répondre aux questions suivantes : Quelles sont les principales activités dexistence aux différentes périodes de lannée ? Quelles sont les stratégies dadaptation appliquées actuellement pendant les périodes difficiles ? Fonctionnent- elles ? Y -a-t-il une différence entre le moment dapparition des saisons et des événements climatiques actuels et celui dil y a 10/20/30 ans ? Les stratégies relatives aux moyens dexistence ou dadaptation ont-elles été modifiées par les changements de saisons ou dévénements climatiques ? Comment les décisions relatives aux stratégies des moyens dexistence sont-elles prises ?

55 Profil historique (1) OBJECTIFS : - Examiner les aléas antérieurs, les changements de leur nature, dintensité, et daction - Sensibiliser les personnes à ces tendances et changements dans le temps - Evaluer létendue de lanalyse des risques, de la planification et des investissements futurs COMMENT FACILITER LE PROCESSUS : Cette activité devrait prendre environ 1 heure ¼, débat inclus : 45 minutes pour le chronogramme et 30 minutes pour le débat. 1. Consultez le groupe pour décider de lutilisation dun format tableau ou dune ligne temporelle. 2. Demandez aux gens sils se rappellent dévénements majeurs au sein de la communauté tels que : - Aléas majeurs et leurs effets - Modification de lutilisation du territoire (cultures, forêts, maisons, etc.) - Modifications de la propriété/occupation des terres - Modifications de la sécurité alimentaire et de la nutrition - Modifications de ladministration et de lorganisation - Evénements politiques majeurs C'est un outil qui permet de remonter les mémoires d'une communauté afin dappréhender les principaux faits ayant marqué l'histoire de cette communauté.

56 Profil historique (2) Lorsque le chronogramme est terminé, demandez aux membres du groupe de répondre aux questions suivantes Avez-vous noté certaines tendances ou modifications concernant la fréquence des événements au cours du temps ? Quelles ont été les stratégies dadaptation pendant les événements difficiles passés ? Ont-elles fonctionné correctement ? Quelles sont les stratégies dadaptation actuelles pendant les événements difficiles ? Fonctionnent-elles correctement ? Les stratégies dadaptation ont-elles évolué du fait de la fréquence changeante des événements climatiques ? Quels événements vous attendez-vous à rencontrer dans le futur ? Quand ? Cette perception des événements futurs affecte-elle vos plans pour le futur ?

57 Diagramme de Venn (1) OBJECTIFS : - Comprendre quelles institutions sont les plus importantes pour les communautés - Analyser lengagement des différents groupes dans les processus de planification locaux - Evaluer laccès aux services et la disponibilité de filets de sécurité - Demandez aux participants quels sont les groupes/organisations/institutions présents dans le village, ou quels sont ceux extérieurs au village avec lesquels ils travaillent. Encouragez-les à penser également aux groupes informels et aux organisations à base communautaire. COMMENT FACILITER LE PROCESSUS : 1. Notez les institutions mentionnées et assignez un symbole compréhensible par tous à chaque organisation. 2. Demandez aux participants de tracer un grand cercle les représentant, au centre du papier ou sur le sol. Demandez-leur de définir limportance quà pour eux chaque organisation. Les organisations les plus importantes sont alors représentées par de grands cercles et les organisations les moins importantes par de petits cercles. Demandez aux participants de comparer la taille des cercles et de les ajuster afin que cette taille représente limportance relative de linstitution, de lorganisation ou du groupe. 3. Chaque organisation/groupe doit être désigné par un nom ou un symbole.

58 Diagramme de Venn (2) 4. Demandez aux participants de discuter des avantages procurés par les différentes organisations. 5. Demandez ensuite aux participants dévaluer le degré de contact/de coopération qui existe entre eux et ces institutions en ajustant la distance entre les cercles. Les institutions avec lesquelles ils nont pratiquement pas de contact doivent être placées loin du grand cercle qui les représente. Les institutions avec lesquelles ils sont en contact étroit et avec lesquelles ils collaborent le plus doivent être placées à lintérieur du cercle qui les représente. Lorsque le diagramme est terminé, demander aux membres du groupe de répondre aux questions suivantes : - Certaines des organisations représentées sont-elles uniquement ouvertes à des membres masculins ou féminins ? Certaines offrent-elles uniquement des services aux hommes ou aux femmes ? - Y-a-t-il des groupes exclus de ladhésion ou des services proposés par les organisations identifiées ? - Certaines de ces organisations offrent-elles une aide en période de crise ? - Par quel biais recevez-vous des informations de ces différentes organisations ?

59 La Réduction des Risques de Catastrophes TERMINOLOGIE Aléa Risque Catastrophe Réduction de Risque de Catastrophes Vulnérabilité Capacité Préparation Mitigation

60 Glossaire Approche participative: Développement dune analyse de la situation en impliquant les populations elles-mêmes. En mettant ainsi laccent sur la population locale, nous cherchons à promouvoir le travail avec la population. Cest de cette manière que les problèmes prioritaires sont identifiés et des solutions appropriées auxquelles tout le monde adhère sont proposées. Baseline (Base de référence): Résultat de la collecte et de lanalyse des informations qui offre une vision précise de la situation de la population et de la zone avant de commencer à travailler. Par la suite, on peut comparer ces niveaux initiaux à ceux réalisés pendant et à la fin de lintervention pour pouvoir évaluer les changements qui ont eu lieu. Capacité : Combinaison de toutes les forces et ressources disponibles au sein dun ménage, dune communauté, dune société ou dune organisation permettant de réduire le niveau du risque, ou les effets dun désastre. Capacité à faire face / Stratégie de survie : capacité des personnes, des organisations et des systèmes à sappuyer sur les compétences et les ressources disponibles pour faire face et gérer des situations défavorables, d'urgence ou de catastrophes Catastrophe / Désastre : Perturbation grave du fonctionnement d'une communauté ou dune société subissant des dommages humains, matériels, économiques ou environnementaux et qui dépassent la capacité de la communauté ou de la société pour y faire face. Évaluation dimpact: Etude qui mesure la réalisation dobjectifs qualitatifs et quantitatifs fixés et détermine les effets positifs et négatifs des activités. Gestion de cycle de Projet: Il comprend les différentes étapes dun projet: programmation, identification, formulation, financement, mise en œuvre, suivi, et évaluation. Le cycle de projet est une approche qui vise à améliorer sa gestion en utilisant différents outils (tels que les analyses causales du cadre logique ou les techniques de suivi et dévaluation, etc.).

61 Glossaire Préparation: mesures spécifiques prises avant lapparition de catastrophes et visant le plus souvent à prévoir ou à mettre en garde contre les catastrophes ; à prendre des précautions quand les dangers menacent et à organiser la réponse appropriée (comme l'organisation de l'évacuation et le stockage des vivres). Renforcement des capacités : processus par lequel les personnes, les organisations et la société stimulent et développent méthodiquement ; au fil du temps ; leurs capacités pour atteindre des objectifs sociaux et économiques, notamment via lamélioration des connaissances, des compétences, des systèmes ; et des institutions. Sécurité alimentaire: La sécurité alimentaire est assurée lorsque toutes les personnes ont, à tout moment, accès économiquement, socialement et physiquement à une nourriture en quantité et qualité suffisante, qui satisfait leurs besoins nutritionnels et leurs régimes alimentaires leur permettant de mener une vie active et saine. Stratégie dadaptation: procédés que les ménages mettent en place pour minimiser les risques menaçant leur survie à court, moyen ou long terme. Ces stratégies permettent aux ménages de maintenir leur régime alimentaire, de préserver leur capital et les ressources nécessaires à leur existence et celle des générations futures. Suivi (monitoring): Le suivi est un processus continu de collecte de données et de leur analyse qui prend place dès lors que le projet est mis en œuvre. Il se base sur des indicateurs qui sont relevés régulièrement. Le progrès observé est comparé aux résultats et activités attendus afin didentifier les actions dajustement nécessaires. Vulnérabilité: exposition aux facteurs de risques et par sa capacité à affronter des situations de crises et à leur survivre.


Télécharger ppt "Evaluation Participative des Vulnérabilités et des Capacités."

Présentations similaires


Annonces Google