La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Quels enjeux pour le développement durable? Denis Grison Colloque IUT Départements Génie Civil, Béthune, 8 juillet 2008.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Quels enjeux pour le développement durable? Denis Grison Colloque IUT Départements Génie Civil, Béthune, 8 juillet 2008."— Transcription de la présentation:

1 1 Quels enjeux pour le développement durable? Denis Grison Colloque IUT Départements Génie Civil, Béthune, 8 juillet 2008

2 2 Sommaire A. Pourquoi le développement durable? B. Focus sur le climat et les gaz à effet de serre C. Approche historique, problématique D. Les enjeux pour le BTP E. Quelles réponses apporter? F. Quel esprit pour le développement durable? G. Quel impact sur les métiers de technicien ? H. Quelle évolution de notre enseignement ?

3 3 A. Pourquoi le développement durable? Parce que notre monde est en crise !

4 4 Lexplosion démographique Source: daprès INED

5 5 La crise énergétique Doù vient notre énergie? Source Areva

6 6 Quelle évolution de la consommation mondiale dénergie? (en mtep) Source IEA, observatoire de lénergie

7 7 De quelles réserves disposons-nous? Source: J.M. Jancovici

8 8 Combien de temps pour nos réserves? Source J.M. Jancovici

9 9 Source: ASPO Quelle évolution de la production? La « courbe de Hubbert » Nous devons nous préparer à la fin des énergies fossiles!

10 10 La crise climatique Source: GIEC 2001

11 11 Les menaces sur la nature Menace sur les cycles naturels (cycle du carbone) Menace sur les cycles naturels (cycle du carbone) Menace sur la suffisance des ressources: exemple de leau Menace sur la suffisance des ressources: exemple de leau Menace sur la qualité des ressources (eau, air, qualité des sols) Menace sur la qualité des ressources (eau, air, qualité des sols) Menace sur les services écologiques Menace sur les services écologiques Menace sur la biodiversité Menace sur la biodiversité

12 12 La fin des services écologiques? Les services de régulation Les services de régulation - La pollinisation: ce que signifierait la mort des abeilles… - Lépuration de l eau, de lair Les services de fourniture Les services de fourniture - La fertilité des sols - Les molécules végétales Les services culturels Les services culturels - Services esthétiques - Services « récréatifs »

13 13 La biodiversité en péril Un rythme dérosion de la biodiversité multiplié par 100 par rapport à celui des temps géologiques Un rythme dérosion de la biodiversité multiplié par 100 par rapport à celui des temps géologiques Ce rythme pourrait être encore multiplié par 100 dici 2050 Ce rythme pourrait être encore multiplié par 100 dici 2050

14 14 Une empreinte écologique qui explose

15 15

16 16 La crise sociale: la fracture du monde Source: la documentation française 20% de lhumanité consomme 80% de lénergie mondiale disponible Un rapport de richesse entre les pays les plus riches et les pays les plus pauvres de 1/75 Ce rapport ne cesse de croître (PNUD)

17 17 La redécouverte des limites Les énergies fossiles seront un jour épuisées Les énergies fossiles seront un jour épuisées Les équilibres de la biosphère sont fragiles Les équilibres de la biosphère sont fragiles La nature peut se « retourner » contre lhomme La nature peut se « retourner » contre lhomme

18 18 Sommaire A. Pourquoi le développement durable? B. Focus sur le climat et les gaz à effet de serre C. Approche historique, problématique D. Les enjeux pour le BTP E. Quelles réponses apporter? F. Quel esprit pour le développement durable? G. Quel impact sur les métiers de technicien ? H. Quel enseignement ?

19 19 Leffet de serre Source:

20 20 « Autres gaz »: - CO 2 (gaz carbonique) - CH 4 (méthane) - N 2 O (oxyde nitreux) - O 3 (ozone) Les Ges à cycle naturel Source J.M. Jancovici

21 21 Les créations de lhomme - Les halocarbures: CFC, HFC, PFC (chloro-, hydro- et per-fluorocarbures) - Lhexafluorure de soufre : SF 6 - Leur production est liée à celle des gaz réfrigérants et propulsants et à certains procédés industriels (en particulier les doubles vitrages pour SF 6 )

22 22 Forçage radiatif au cours du temps Source: GIEC 2007 (en W/m2, pour une tonne de gaz)

23 23 PRG des gaz retenus par le protocole de Kyoto gazformule Prg relatif/CO2 Gaz carbonique CO 2 1 MéthaneCH425 Protoxyde dazote N20N20N20N20298 Perfluorocarbure (PFC) CnF 2n à Hydrofluorocarbure (HFC) CnHmFpCnHmFpCnHmFpCnHmFp 120 à Hexafluorure de soufre SF Source : GIEC, 4è rapport d'évaluation, 2007GIEC

24 24 Part des différents gaz à effet de serre dans le réchauffement de la terre Daprès GIEC 2001

25 25 Production de CO 2 dans le monde par secteur dactivité Source: J.M. Jancovici

26 26 Comparaison USA-Chine (émissions de CO 2 ) Source: J.M. Jancovici USAChine Remarque: électricité imputée au secteur qui la consomme; déforestation exclue

27 27 Emissions CO 2 par habitant par pays (en tec) Source: J.M. Jancovici

28 28 Evolution des émissions mondiales de CO2 (Mtec) Source: J.M. Jancovici

29 29 Emissions de CO 2, évolution tendancielle (Mtec) Source: Mission interministérielle sur leffet de serre Annexe 1: pays signataires du protocole de Kyoto Annexe 2: autres pays - Chine, Inde, Afrique, Brésil, etc.

30 30 Evolution des concentrations dans latmosphère Source: J.M. Jancovici Courbe de Keeling

31 31 Et le climat dans tout cela? Source:

32 32 Théorie astronomique du climat Responsabilité humaine

33 33 Source: GIEC 2001

34 34 Les différents scénarios Source: GIEC 2001

35 35 Sommaire A. Pourquoi le développement durable? B. Focus sur le climat et les gaz à effet de serre C. Approche historique, problématique D. Les enjeux pour le BTP E. Quelles réponses apporter? F. Quel esprit pour le développement durable? G. Quel impact sur les métiers de technicien ? H. Quel enseignement ?

36 36 Approche historique 1972, « Halte à la croissance », rapport du club de Rome (rapport Meadow) 1972, « Halte à la croissance », rapport du club de Rome (rapport Meadow) 1980, UICN, Stratégie mondiale de la conservation de la nature 1980, UICN, Stratégie mondiale de la conservation de la nature 1987, Rapport Brundtland 1987, Rapport Brundtland 1992, Sommet de la terre, à Rio 1992, Sommet de la terre, à Rio 2002, Sommet mondial de Johannesburg 2002, Sommet mondial de Johannesburg 2005, Charte de lenvironnement en France 2005, Charte de lenvironnement en France

37 37 Définition: Définition: « Un développement qui répond aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs » Rapport Brundtland (1987)

38 38 Durable Viable Vivable Equitable Social Economique Environnement Les trois piliers

39 39 Une idée-force: lobligation de la prise en compte des externalités Que sont les externalités? Que sont les externalités? - Ce sont les effets extérieurs de laction, les effets qui « débordent » par rapport à lobjectif recherché Exemple dexternalités négatives: la voiture individuelle Exemple dexternalités négatives: la voiture individuelle - La pollution de lair, le bruit, lencombrement Exemple dexternalités positives: le tram Exemple dexternalités positives: le tram - Laménagement de lespace public, lesthétique de la ville

40 40 Le problème: quel sens à « développement durable »? Version faible Version faible Version forte Version forte La décroissance La décroissance

41 41 La version faible Elle pose la substituabilité du capital technique au capital naturel(règle de Hartwick, 1977) Elle pose la substituabilité du capital technique au capital naturel(règle de Hartwick, 1977) On peut donc diminuer le capital naturel à mesure que lon augmente le capital technique On peut donc diminuer le capital naturel à mesure que lon augmente le capital technique Cette approche pose un problème déquité intergénérationnelle Cette approche pose un problème déquité intergénérationnelle

42 42 La version forte La nature doit être préservée, cest une priorité La nature doit être préservée, cest une priorité Nous navons droit quà une substitution limitée Nous navons droit quà une substitution limitée Notion de « capital naturel critique » Notion de « capital naturel critique »

43 43 La décroissance Le développement durable: un oxymore! Le développement durable: un oxymore! Une critique très politique: il faut rompre avec le mode de développement occidental Une critique très politique: il faut rompre avec le mode de développement occidental Décroissance soutenable et simplicité volontaire Décroissance soutenable et simplicité volontaire

44 44 Sommaire A. Pourquoi le développement durable? B. Focus sur le climat et les gaz à effet de serre C. Approche historique, problématique D. Les enjeux pour le BTP E. Quelles réponses apporter? F. Quel esprit pour le développement durable? G. Quel impact sur les métiers de technicien ? H. Quel enseignement ?

45 45 Et le BTP dans tout cela? Prélèvements sur la nature Prélèvements sur la nature Déchets Déchets Biodiversité Biodiversité Energie Energie Gaz à effet de serre Gaz à effet de serre

46 46 Une activité gourmande en matériaux et énergie Les granulats, le ciment, lacier: des matériaux de plus en plus rares et chers Les granulats, le ciment, lacier: des matériaux de plus en plus rares et chers Le ciment: un gros consommateur dénergie (et producteur de CO 2) Le ciment: un gros consommateur dénergie (et producteur de CO 2)

47 47 Catégorie de déchets IndustrieBTPTotal InertesO,6333,4334 Non dangereux, non inertes 21,67,233,2 Dangereux4,62,99,1 Total26,8343,5376,3 Déchets en millions de tonnes – déchets agricoles exclus – (en France) Une activité très grosse productrice de déchets

48 48 Une activité agressive pour la biodiversité Le « bétonnage » des sols Le « bétonnage » des sols Le « zonage » du territoire Le « zonage » du territoire - La multiplication des fractures dans le patrimoine naturel (autoroutes, TGV)

49 49 Energie + CO2 Source: CITEPA 2001 (France 2006)

50 50 Deux responsables principaux Les transports Les transports Le bâtiment Le bâtiment

51 51 Energie: le laxisme français! Source: AIE

52 52 Consommation d'énergie totale dans les bâtiments En dépit dune baisse importante de la « consommation unitaire », la consommation totale a augmenté de 30% en 30 ans (France, ) En dépit dune baisse importante de la « consommation unitaire », la consommation totale a augmenté de 30% en 30 ans (France, ) En cause: En cause: - Laugmentation du parc, laugmentation de la superficie des logements, laugmentation du niveau de confort Se méfier de l « effet rebond »! Se méfier de l « effet rebond »!

53 53 Emissions de CO 2 : une stabilisation à un niveau très élevé Source CITEPA Unité: millions de tonnes de carbone

54 54 Evolution des émissions de CO 2 en France par secteur dactivité Source: J.M. Jancovici

55 55 n Surface artificialisée Population Entre 1994 et 2004, les surfaces artificialisées ont progressé de 15% (un département français) – soit 600 km2 par an. Source IFEN Limportance de l approche globale: le le problème de létalement urbain Laménagement du territoire, un enjeu essentiel!

56 56 Dans quel monde voulons-nous vivre?

57 57 Sommaire A. Pourquoi le développement durable? B. Focus sur le climat et les gaz à effet de serre C. Approche historique, problématique D. Les enjeux pour le BTP E. Quelles réponses apporter? F. Quel esprit pour le développement durable? G. Quel impact sur les métiers de technicien ? H. Quel enseignement ?

58 58 Et si tout sarrangeait tout seul? Courbe environnementale de Kuznets

59 59 Et si nous étions sauvés par une révolution technologique? Des exemples de révolution technologique : La fusion nucléaire, le stockage intégral du CO2, la civilisation de lhydrogène, les satellites solaires, la manipulation du climat, etc. Des exemples de révolution technologique : La fusion nucléaire, le stockage intégral du CO2, la civilisation de lhydrogène, les satellites solaires, la manipulation du climat, etc. Un trait commun à ces révolutions: elles prétendent offrir une solution radicale et définitive à nos problèmes Un trait commun à ces révolutions: elles prétendent offrir une solution radicale et définitive à nos problèmes Mais attention à ne pas se tromper déchelle du temps… Mais attention à ne pas se tromper déchelle du temps… … et à ne pas prendre ses désirs pour des réalités!

60 60 Face à lavenir incertain, prendre les rênes Se référer aux objectifs du développement durable Se référer aux objectifs du développement durable - Développement respectueux de la nature - Equité intra- et intergénérationnelle - Liberté laissée aux générations futures, et plus généralement possibilité de faire évoluer les projets (concept de « valeur doption ») Choisir des moyens appropriés Choisir des moyens appropriés Nous tenir le plus près possible de lexigence réaliste

61 61 Un objectif prioritaire: limiter les émissions de CO2 Source J.M. JancoviciUnité: tonne (de carbone)

62 62 A quoi avons-nous droit par an? (Rejets de C02) Un aller-retour de Paris à New York en avion Un aller-retour de Paris à New York en avionou Acheter 50 à 500 kg de produits manufacturés Acheter 50 à 500 kg de produits manufacturésou Consommer kWh de gaz naturel (soit quelques mois de chauffage d'un logement) Consommer kWh de gaz naturel (soit quelques mois de chauffage d'un logement) Source: J.M. Jancovici

63 63 A quoi avons-nous droit par an? (Rejets de C02) ou Acheter 1,5 ordinateur portable Acheter 1,5 ordinateur portableou Utiliser 2 tonnes de ciment (une maison de 100 m2 en nécessite 10) Utiliser 2 tonnes de ciment (une maison de 100 m2 en nécessite 10)ou Faire un peu plus de km en zone urbaine en Twingo Faire un peu plus de km en zone urbaine en Twingo Source: J.M. Jancovici

64 64 Une approche réaliste et modérément exigeante: le rapport Stern Dommages attendus en cas de « business as usual »: Dommages attendus en cas de « business as usual »: - Entre 5 et 15% du PIB en 2200 Quels objectifs? Quel coût? Quels objectifs? Quel coût? - Stabiliser à 550 ppm - Coût pour stabiliser à 550 ppm : 1% du PIB chaque année Source: Rapport Stern

65 65 Mais cela suffit-il? Viser une stabilisation à 450 ppm (380 aujourdhui) Source: GIEC

66 66 Les différentes trajectoires possibles Source: GIEC Mais comment parvenir à cette réduction?

67 67 Utiliser au mieux les techniques existantes Utiliser au mieux les techniques existantes Inventer de nouvelles techniques Inventer de nouvelles techniques Développer les énergies renouvelables Développer les énergies renouvelables Premier niveau de réponse: la réponse technique Un vaste programme de R&D est nécessaire!

68 68 Optimiser la consommation dénergie avec les techniques existantesFranceKep/habitant Moyenne 1995 kep/habitant meilleure techno disponible Habitat Dont confort thermique Tertiaire Alimentation Industrie Transports Dont personnes Dont marchandises Total Source: J.M. Jancovici

69 69 Inventer, développer de nouvelles techniques… Des isolants minces Des isolants minces Des pompes à chaleur géothermales pour la rénovation Des pompes à chaleur géothermales pour la rénovation La cogénération solaire La cogénération solaire Le rafraîchissement solaire Le rafraîchissement solaire Des modes de stockage de lénergie plus performants (matériaux à changement de phase) Des modes de stockage de lénergie plus performants (matériaux à changement de phase)

70 70 Développer les énergies renouvelables Quelles EnR? Biomasse; hydraulique; géothermie; éolien; solaire Quelles EnR? Biomasse; hydraulique; géothermie; éolien; solaire Un potentiel important et non encore exploité Un potentiel important et non encore exploité Une énergie décentralisée Une énergie décentralisée Dimportants progrès techniques sont encore attendus Dimportants progrès techniques sont encore attendus

71 71 Les énergies renouvelables: 10% de lénergie mondiale 10% de lénergie mondiale Source J.M. Jancovici (en mtep, 2005)

72 72 Pour conclure sur la réponse technologique… Des possibilités importantes et réelles quil est indispensable dexplorer Mais ne pas croire aux mirages technologiques!!! Il faut, à la dimension technique, ajouter les dimensions économique, politique et culturelle!

73 73 Deuxième niveau de réponse: la réponse économique Au-delà de la réponse technique, nécessité de réorienter léconomie Au-delà de la réponse technique, nécessité de réorienter léconomie Vers une « économie circulaire » Vers une « économie circulaire » Léconomie de fonctionnalité Léconomie de fonctionnalité

74 74 Economie circulaire: les 3 « R » Réutiliser et réparer Réutiliser et réparer Remanufacturer Remanufacturer Recycler Recycler (Plan du PNUE – Programme des Nations-Unies pour lEnvironnement de 2002)

75 75 Objectif: réduire lutilisation de matières premières et lémission de polluants Objectif: réduire lutilisation de matières premières et lémission de polluants Moyen: Substituer la vente de lusage dun bien à la vente du bien lui-même Moyen: Substituer la vente de lusage dun bien à la vente du bien lui-même Exemples: Michelin, Xerox, Electrolux Exemples: Michelin, Xerox, Electrolux Economie de fonctionnalité

76 76 Donner limpulsion nécessaire Donner limpulsion nécessaire Redessiner le cadre général de nos activités par le biais de la législation Redessiner le cadre général de nos activités par le biais de la législation Apporter les bons outils: normes, taxes et subventions, permis démission Apporter les bons outils: normes, taxes et subventions, permis démission Une réponse qui se décline à différents niveaux Troisième niveau de réponse: la réponse politique Taxes et subventions: internaliser les externalités, les introduire dans le circuit économique en leur donnant un prix Normes ou taxes? Les permissions démission sont-ils immoraux?

77 77 Niveau international Kyoto, un premier pas

78 78 Engagement à une diminution des émissions mondiales des gaz à effet de serre de 5,2% entre 1990 et 2012 Engagement à une diminution des émissions mondiales des gaz à effet de serre de 5,2% entre 1990 et 2012 Engagement modulé en fonction des pays Engagement modulé en fonction des pays Mise en place dun marché de permis démissions Mise en place dun marché de permis démissions Entré en vigueur en 2005 Entré en vigueur en 2005 Le protocole de Kyoto

79 79 Niveau européen 1992: Mise en place dune politique de label énergétique 1992: Mise en place dune politique de label énergétique 2002: Directive sur lefficacité énergétique des bâtiments (EPBD) 2002: Directive sur lefficacité énergétique des bâtiments (EPBD) 2005: « Livre vert » sur lefficacité énergétique (les 3*20) 2005: « Livre vert » sur lefficacité énergétique (les 3*20) 2008: Discussion sur le paquet climat-énergie 2008: Discussion sur le paquet climat-énergie

80 80 Au niveau national La loi NRE (2001) La loi NRE (2001) Le plan climat (2004) Le plan climat (2004) La RT 2005 La RT 2005 Le Grenelle de lenvironnement … à suivre… Le Grenelle de lenvironnement … à suivre…

81 81 Quatrième niveau de réponse: réponse éthique Sans un engagement personnel, résolu et durable, les objectifs du développement durable seront bien difficiles à atteindre…

82 82 Le scénario Négawatt: une réponse complète 1/3 de sobriété 1/3 de sobriété 1/3 doptimisation 1/3 doptimisationtechnique 1/3 dénergie 1/3 dénergierenouvelable

83 83 Sommaire A. Pourquoi le développement durable? B. Focus sur le climat et les gaz à effet de serre C. Approche historique, problématique D. Les enjeux pour le BTP E. Quelles réponses apporter? F. Quel esprit pour le développement durable? G. Quel impact sur les métiers de technicien ? H. Quel enseignement ?

84 84 Lesprit du développement durable Une nouvelle manière de penser Lapproche globale Lapproche globale Une nouvelle manière dagir Une nouvelle manière dagir Les ressources de laction bien comprise Les ressources de laction bien comprise Rééquilibrer laction : action réfléchie, action liée Rééquilibrer laction : action réfléchie, action liée Une mutation culturelle et éthique Lengagement personnel est nécessaire: vers une démocratie participative Lengagement personnel est nécessaire: vers une démocratie participative

85 85 Une nouvelle manière de penser: lapproche globale Penser large dans lespace, loin dans le temps Penser large dans lespace, loin dans le temps Envisager systématiquement les conséquences pour la nature Envisager systématiquement les conséquences pour la nature Prendre en compte les externalités (négatives et positives) Prendre en compte les externalités (négatives et positives) Pratiquer lACV (Analyse en Cycle de Vie) Pratiquer lACV (Analyse en Cycle de Vie) Raisonner en termes de coût global Raisonner en termes de coût global « Pour les bâtiments, il est indispensable de raisonner désormais en terme de coût global, ce qui correspond au coût dinvestissement majoré des coûts de fonctionnement (charges, entretien, maintenance), des coûts de déconstruction et de lélimination des déchets en fin de vie, sans oublier le coût social » Dominique Gauzin-Müller, architecte « Aujourd'hui nous nous interrogeons davantage sur le site, sur la faune locale par exemple. Il y a dix ans, cela faisait rire tout le monde. Aujourd'hui, cela fait encore sourire mais nous croyons à la richesse de la biodiversité » François-Xavier Amblard, président du CICF

86 86 Réflexion ConcertationProduction Une nouvelle manière dagir: les ressources de laction

87 87 Nous devons rééquilibrer laction Un déséquilibre historique Un déséquilibre historique - La production (léconomie) en est venue à occuper toute la place Les limites de léconomie de marché Les limites de léconomie de marché - La non prise en compte des externalités - La recherche assujettie aux intérêts économiques - Un pilotage insuffisant de laction Les transformations attendues Les transformations attendues - Une action plus réfléchie, une recherche plus innovante - Beaucoup plus de place à la délibération, à la concertation « On trouve sur le marché trop peu de produits (thermostats notamment) suffisamment simples pour être utilisés par un large public. Les professionnels rechignent à se déplacer pour des produits pas chers. Ils poussent au sophistiqué » Didier Cherel, ingénieur Ademe

88 88 ACTION REFLECHIE ACTION LIEE Réflexion ConcertationProduction Action réfléchie, action liée

89 89 Action réfléchie Avoir l « intelligence des fins », toujours se replacer dans un cadre général Avoir l « intelligence des fins », toujours se replacer dans un cadre général Avoir l « intelligence des moyens », toujours être très attentif à la singularité de la situation, au contexte Avoir l « intelligence des moyens », toujours être très attentif à la singularité de la situation, au contexte

90 90 Action liée Liaison entre les acteurs de la production Liaison entre les acteurs de la production Liaison entre les concepteurs, les fabricants et les utilisateurs Liaison entre les concepteurs, les fabricants et les utilisateurs Approche « holistique »: optimisation du tout Σ optimisation des parties! Approche « holistique »: optimisation du tout Σ optimisation des parties! Vivre, penser et travailler en réseau: laction cloisonnée nest plus possible Un enjeu décisif: la qualité des relations entre les acteurs

91 91 Vers une « démocratie participative » Panels dexpert Focus groupes Ateliers de scénario Evaluation technologique et interactive Jurys de citoyens CLI, CLIS Conférences de consensus Conférences délibératives

92 92 Sommaire A. Pourquoi le développement durable? B. Focus sur le climat et les gaz à effet de serre C. Approche historique, problématique D. Les enjeux pour le BTP E. Quelles réponses apporter? F. Quel esprit pour le développement durable? G. Quel impact sur les métiers de technicien ? H. Quel enseignement ?

93 93 Le technicien, manageur du développement durable Le technicien, plus que jamais manageur! Il doit en particulier: - Motiver son groupe sur les enjeux du développement durable - Expliquer les objectifs, donner du sens, apporter de la transparence - Associer toute son équipe à la recherche et à la mise en œuvre des moyens - Responsabiliser chacun

94 94 La communication, une fonction essentielle Communication interne Communication interne - Une des clés de la réussite du management Communication externe Communication externe - Le technicien, maître dœuvre de l « acceptabilité » des chantiers (relation- public) - Le technicien, passeur de culture technique - Le technicien, pièce maîtresse du « bon usage » des objets techniques « Pour la première fois, des riverains sont devenus des acteurs à part entière dun chantier » Sytcom, Issy les Moulineaux Une GTB na rien à voir avec une isolation thermique : cest une fois que le dispositif est mis en place que le véritable travail commence. Pour cela il faut des gens bien formés. Dans les faits trop dinstallations sont sous-utilisées » Didier Cherel, ingénieur Ademe « Laspect technique est le plus simple. Lusage est beaucoup plus complexe. Il faut éviter la régulation par les fenêtres ( …) Une nouvelle mission des sociétés de service énergétique: la sensibilisation aux bonnes pratiques » Pascal Roger, Directeur du développement de Elyo (groupe Suez)

95 95 Le technicien, un praticien de l interdisciplinarité Entre les techniciens de différentes spécialités (le technicien du gros œuvre et le thermicien) Entre les techniciens de différentes spécialités (le technicien du gros œuvre et le thermicien) Entre le technicien et le sociologue (le représentant de la société) Entre le technicien et le sociologue (le représentant de la société) Entre le technicien et le paysagiste (le représentant de la nature) Entre le technicien et le paysagiste (le représentant de la nature) Entre le technicien et le responsable administratif ou politique Entre le technicien et le responsable administratif ou politique « Nos techniciens penseraient quon ny arriverait pas. Ces gens nont pas lhabitude de travailler ensemble » Eric Mazoyer, Directeur général délégué de Bouygues Immobilier

96 96 Pour conclure: un métier complet, aux multiples facettes Le technicien est un acteur central pour la mise en pratique du développement durable « Commencer par appliquer toutes les mesures bioclimatiques dictées par le bon sens avant de se tourner vers les solutions technique optimisées; le travail est fondé sur des échanges constructifs avec les clients, les entreprises et les artisans » Dominique Gauzin-Müller, architecte

97 97 Sommaire A. Pourquoi le développement durable? B. Focus sur le climat et les gaz à effet de serre C. Approche historique, problématique D. Les enjeux pour le BTP E. Quelles réponses apporter? F. Quel esprit pour le développement durable? G. Quel impact sur les métiers de technicien ? H. Quel enseignement ?

98 98 Limportance de la formation « Un des facteurs limitant : la compétence trop rare pour répondre aux défis actuels » ( D. Bidou, un des créateurs de lassociation HQE ) « Un des facteurs limitant : la compétence trop rare pour répondre aux défis actuels » ( D. Bidou, un des créateurs de lassociation HQE ) « Il va falloir créer de nouveaux métiers du bâtiment » ( Eric Mazoyer, Directeur général délégué de Bouygues Immobilier ) « Il va falloir créer de nouveaux métiers du bâtiment » ( Eric Mazoyer, Directeur général délégué de Bouygues Immobilier ) « Une fois construite cette F1, il faut y installer un bon pilote » (Eric Mazoyer) « Une fois construite cette F1, il faut y installer un bon pilote » (Eric Mazoyer)

99 99 Un enseignement rénové De nouveaux savoir-faire De nouveaux savoir-faire De nouveaux savoirs De nouveaux savoirs De nouveaux savoir-être De nouveaux savoir-être Des pistes de mise en œuvre Des pistes de mise en œuvre

100 100 De nouveaux savoir-faire Travailler avec de multiples contraintes et dans une « forêt de normes » Travailler avec de multiples contraintes et dans une « forêt de normes » Suivre lévolution des nouvelles normes Suivre lévolution des nouvelles normes Réglementation en faveur des personnes handicapées RT 2005 Normes de sécurité HQE

101 101 De nouveaux savoirs Des éléments de culture générale Des éléments de culture générale - Les enjeux énergétiques, climatiques, de préservation de la nature: connaissance du cadre dapplication des normes Une culture professionnelle étendue Une culture professionnelle étendue - Il faut savoir détecter les singularités du lieu où lon construit, et y adapter son action - Seule une bonne culture professionnelle permet doptimiser les solutions retenues lorsquon les applique – en particulier à la recherche de la « performance environnementale »

102 102 De nouveaux savoir-être Les savoir-être du communicant Les savoir-être du communicant - Savoir expliquer - Savoir argumenter, convaincre Les savoir-être du manageur Les savoir-être du manageur - Savoir motiver - Savoir conduire une concertation

103 103 Des pistes de mise en oeuvre Intégrer au programme un module dintroduction générale au développement durable Intégrer au programme un module dintroduction générale au développement durable Mieux former aux pratiques de concertation et au management Mieux former aux pratiques de concertation et au management Du côté des enseignants : créer du collectif autour du développement durable! Du côté des enseignants : créer du collectif autour du développement durable! Mettre en place des cours à plusieurs voix Mettre en place des cours à plusieurs voix Réfléchir aussi à une ouverture « inter- départements » Réfléchir aussi à une ouverture « inter- départements » Un point idéal dapplication : les Projets tutorés Un point idéal dapplication : les Projets tutorés Approche globale! Approche décloisonnée!

104 104 Cest fini!!! Découragés ou motivés pour agir? Motivés! On verra… Rendez-vous dans deux ans!!!

105 105 Pour prolonger la réflexion A lire D. Bourg et G.L. Rayssac, Le développement durable, maintenant ou jamais, Gallimard découverte, 2006 D. Bourg et G.L. Rayssac, Le développement durable, maintenant ou jamais, Gallimard découverte, 2006 Jean-Marc Jancovici, Lavenir climatique, Seuil, 2002 Jean-Marc Jancovici, Lavenir climatique, Seuil, 2002 M.C.Smouts (sous la direction de), Le développement durable, les termes du débat, Armand Colin, 2005 M.C.Smouts (sous la direction de), Le développement durable, les termes du débat, Armand Colin, 2005 Développement et environnement, La documentation française, mars-avril 2007 Développement et environnement, La documentation française, mars-avril 2007 Sites à consulter - Ademe - Negawatt - Manicore

106 106 Les décisions politiques déjà prises Loi sur lorientation de lénergie (2005): le facteur 4 Loi sur lorientation de lénergie (2005): le facteur 4 Décision du Conseil européen (2006): les « 3 fois 20 » à lhorizon 2020 Décision du Conseil européen (2006): les « 3 fois 20 » à lhorizon % dénergie en moins - 20% dénergie renouvelable - 20% de CO2 en moins A suivre: les applications du Grenelle… A suivre: les applications du Grenelle…

107 107 Bibliographie D. Bourg et G.L. Rayssac, Le développement durable, maintenant ou jamais, Gallimard découverte, 2006 D. Bourg et G.L. Rayssac, Le développement durable, maintenant ou jamais, Gallimard découverte, 2006 Jean-Marc Jancovici, Lavenir climatique, Seuil, 2002 Jean-Marc Jancovici, Lavenir climatique, Seuil, 2002 Développement et environnement, La doc française, mars-avril 2007 Développement et environnement, La doc française, mars-avril 2007

108 108 Les scénarios de dommages climatiques Source: Rapport Stern *

109 109 Programme de rupture dans le neuf : vers des solutions à énergie positive Nouvelles constructions de logements privés : Nouvelles constructions de logements privés : : 1/3 des constructions en basse consommation ou à énergie passive ou positive : généralisation des logements neufs à basse consommation (50 KWh/m²) : généralisation des logements neufs à énergie passive ou positive. Tous les bâtiments et équipements publics : Tous les bâtiments et équipements publics : - dès 2010 en basse consommation (50 KWh/m²) ou à énergie passive ou positive.

110 110 Lancement dun chantier sans précédent de rénovation thermique des bâtiments existants Bâtiments publics Bâtiments publics - Bilan carbone / énergie dans tous les bâtiments publics. - LEtat sengage à effectuer la rénovation de ses bâtiments dans les 5 ans. Parc HLM et bâtiments ANRU Parc HLM et bâtiments ANRU - Mise aux normes accélérée de lintégralité du parc Bâtiments privés Bâtiments privés - Mise en place de mécanismes incitatifs puissants Logement privé et tertiaire : Logement privé et tertiaire : - Diagnostic de performance énergétique (amélioré), à chaque cession, et mise à létude dune obligation de rénovation

111 111 Efficacité énergétique et carbone Contribuer de manière ambitieuse et déterminée à lobjectif européen des « 3x20 en 2020 » Contribuer de manière ambitieuse et déterminée à lobjectif européen des « 3x20 en 2020 » Inscrire la France dans le « facteur 4 » – division par quatre de nos émissions dici à 2050 Inscrire la France dans le « facteur 4 » – division par quatre de nos émissions dici à 2050 Economies dénergie : ouverture de chantiers sectoriels ; bâtiment – 38% dici 12 ans et transport / mobilité – 20% dici 12 ans Economies dénergie : ouverture de chantiers sectoriels ; bâtiment – 38% dici 12 ans et transport / mobilité – 20% dici 12 ans

112 112 Des moyens pour révolutionner les transports Doubler les réseaux de lignes à grande vitesse (LGV) Doubler les réseaux de lignes à grande vitesse (LGV) Augmentation de 25 % de la part du fret ferroviaire dici 2012 Augmentation de 25 % de la part du fret ferroviaire dici 2012 Promotion du transport combiné. Promotion du transport combiné. Création dautoroutes ferroviaires Création dautoroutes ferroviaires 1500 kilomètres de lignes nouvelles de tramways ou de bus protégées venant sajouter aux 329 existantes dans les 10 ans pour 18 milliards dEuros kilomètres de lignes nouvelles de tramways ou de bus protégées venant sajouter aux 329 existantes dans les 10 ans pour 18 milliards dEuros. *

113 113 Le soutien à un objectif international d'une division par 2 des émissions mondiales de gaz à effet de serre d'ici 2050, ce qui nécessite une division par 4 ou 5 des émissions pour les pays développés ; La réduction en moyenne de 2% par an d'ici à 2015 de l'intensité énergétique finale (rapport entre la consommation d'énergie et la croissance économique) et de 2,5% d'ici à 2030 ; La production de 10% des besoins énergétiques français à partir de sources d'énergie renouvelables à l'horizon 2010 ; - une production intérieure d'électricité d'origine renouvelable à hauteur de 21% de la consommation en 2010 contre 14% actuellement, soit + 50% ; - le développement des énergies renouvelables thermiques pour permettre d'ici 2010 une hausse de 50% de la production de chaleur d'origine renouvelable ; - l'incorporation de biocarburants et autres carburants renouvelables à hauteur de 2% d'ici au 31 décembre 2005 et de 5,75% d'ici au 31 décembre La mise en œuvre de trois plans mobilisateurs pour les économies d'énergie et le développement des énergies renouvelables : - Le plan "L'énergie pour le développement " pour étendre l'accès aux services énergétiques des populations des pays en développement ; - Le plan "Face sud " dans le bâtiment doit permettre l'installation de chauffe-eau solaires et de toits solaires par an en 2010 ; - Le plan "Terre Énergie " pour atteindre une économie d'importations d'au moins 10 millions de tonnes équivalent pétrole en 2010 grâce à l'apport de la biomasse pour la production de chaleur et de biocarburants. Loi sur lénergie, juillet 2005

114 114

115 115 Source: direction générale de lurbanisme, de lhabitat et de la construction

116 116 * Source: direction générale de lurbanisme, de lhabitat et de la construction

117 117

118 118 *

119 119 Vers des guerres de leau? * Source:

120 120 Rayonnement solaire: fois notre consommation énergétique! Source: galileo cyberscol *


Télécharger ppt "1 Quels enjeux pour le développement durable? Denis Grison Colloque IUT Départements Génie Civil, Béthune, 8 juillet 2008."

Présentations similaires


Annonces Google