La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

« Réfléchir » le lien dans loffre et le parcours de soin Une nécessité ? Dr Lang Jean-Philippe Psychiatre / Addictologue CH Erstein /CHU de Strasbourg.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "« Réfléchir » le lien dans loffre et le parcours de soin Une nécessité ? Dr Lang Jean-Philippe Psychiatre / Addictologue CH Erstein /CHU de Strasbourg."— Transcription de la présentation:

1 « Réfléchir » le lien dans loffre et le parcours de soin Une nécessité ? Dr Lang Jean-Philippe Psychiatre / Addictologue CH Erstein /CHU de Strasbourg Journée du COPAAH Novembre 2013

2 Une pathologie du/des liens ? Usagers SPA ont des difficultés daccès aux soins, sont des patients avec une moindre observance et alliance thérapeutique…: - Patient difficile ou complexe ? - Patient à risque ou ayant des besoins spécifiques ? Pourtant pas plus « attachant » quun patient « addict » si réponse apportée à ses manques et besoins Quelle évaluation de nos pratiques ?

3 Une pathologie du/des liens ? Une pathologie du lien Aux autres : attaches «humaines » insécures Aux comportement et SPA: objets de « transition » et non transitionnel A soi : capacité à maintenir une pensée et une conduite structurantes dans le temps avec acceptation de la patience et de la souffrance (intolérance à frustration, immédiateté, respect parole donnée…) Mais peut être aussi dans le « soin » apportée à cette problématique Une pathologie du lien avec loffre de soin ? Une pathologie du lien entres professionnels et disciplines ? Une pathologie du lien entre structures de soins, médicosociales ?

4 Naturellement Dépendant Lhomme est naturellement « fabriqué » pour être dépendant de lautre Dépendance affective et corporelle : « Un bébé (seul) ça nexiste pas » Winnicot D.W. Confronté à labsence et au manque dés les premiers jours de vie et à une sinusoïde « Manque / Désir /Plaisir / Apaisement » Devant acquérir une capacité à être bien seul / une autonomie Devant apprendre à se construire: - Interpellé inévitablement dans sa globalité ( corporelle et psychique ),ses liens avec les autres et la société : Manque / Besoin vital de lamour et du regard de lautre/ solitude sereine/ interdépendance - Interpellé dans sa capacité à se les « représenter » et à sen accompagner pour se sécuriser, sa « Capacité dêtre seul » C. Audibert 2008 et les « théories de lattachement » Les conduites addictives sont … aussi une stratégie adaptative

5 Théories de lAttachement Milieu du XXème siècle: John Bowlby ( ) Importance des relations interpersonnelles et du monde extérieur Expériences relationnelles favorisent le développement de Modèles Internes Opérants (Internal working models Bowlby) qui une fois intériorisés facilitent lexploration du monde extérieur, la régulation des émotions et le développement cognitif. Attachement sécure/ insécure évitant/ insécure ambivalent Mary Salter Ainsworth Attachement est un besoin primaire « Pulsion de lattachement » Denis Anzieu 1979 « Attachement sécure » vitale à la survie et à lévolution de lespèce - Continuité du concept chez lenfant et ladulte Berkeley Adult Attachement Interview / Mary Main Attachment History Questionnaire/Pottharst 1990 Adult Attachment Projective/George et West Transmission intergénérationnelle des types dattachements - Compétences évolutives ++ / « état desprit » face à lattachement et connaissance de soi

6 Attachement et addictions Corrélation entre trouble de lattachement et les conduites addictives chez les jeunes femmes Burge 1997 ou chez les adolescents « détachés » ou « craintifs » Allen 1996, Schindler 2005 Sur-représentation des attachements insécures chez les alcooliques adultes De Rick Van Heule 2009 Linsécurité dattachement est corrélée à un degrés dalexythymie supérieure et à un plus grand nombre de comorbidités psychiatriques De Rick Van Heule 2007

7 Capacité dêtre seul « Aire dillusion » domnipotence du bébé qui jouit dune « solitude sereine » non menacée durant la grossesse Bonne gestion des présence et des absences par la mère après la naissance: désillusionne progressivement le bébé et louvre vers ses capacités ( jeu,créativité, curiosité..) Freud S. Traumatisme de solitude avec une inscription corporelle précoce: crainte,timidité, sidération.. Solitude en présence puis en absence est nécessaire à lacquisition de la capacité à être seul (CES) et dun « vide psychique serein » Dépendance absolue (néoténie ) Dépendance relative CES en présence: attachements sécures CES en absence Indépendance ( relative ): Interdépendance + +/- Relation addictive Mc Dougall : Structure ? +/- Conduites addictives= pansement psychiques Jeammet

8 Conduites addictives ? Dans la crainte de manquer et de labandon il est parfois nécessaire de saccrocher à une conduite ou à un produit pour déjà avoir une solution à ce manque éventuel = leurre psychique et pharmacologique au traumatisme de la solitude Remplissage « avide » (à vide) pour rechercher un vide psychique serein mais plus… « anesthésié » = leurre de complétude et de sérénité Conduite autocratique: « je fais ce que je veux comme je veux quand je veux.. » Avec le produit et non avec soi et son expérience = Leurre dautonomie

9 Conduites addictives ? Une exacerbation des passions et des émotions à laide de « manies artificielles » qui aboutissent dans leur pathologie à ce que la souffrance lié à lobjet de passion dépasse le plaisir quil procure tout en restant moins douloureux que ce qui terrorise = leurre de joie/bonheur = relation humanisée avec un comportement ou une substance Ce peut être un choix « au delà du principe de plaisir ». On ne « tombe » peut être pas « dedans »… sauf peut être dans ses pièges… Des « conduites autosensuelles » qui apaisent la douleur, « limitent » les souffrances et « délimitent » corporellement les éprouvés

10 implications cliniques ? La CA comme figure dattachement substitutive ? Essayer de remplacer le produit par du lien humain, les sensations sans lendemain par des sentiments/émotions constructifs et structurants Le thérapeute comme figure dattachement ? - Accepter cette dépendance voir la créer…aux conditions de travailler lautonomisation en retour - Contrat de soin individualisé…par individu - Etre un peu plus quempathique et disponible - Evaluer les besoins et choisir conjointement la hiérarchisation de leur modalités de réponse Le réseau/parcours de soin comme figure dattachement ? Discours intégratif non excluant, commun, informé et cohérent pour que le parcours devienne en lui même psychothérapique et structurant Une « prise en charge » ou une « prise en soin » pour aider à se prendre en charge ?

11 Des pratiques de soins intégrés ? Soins conjoints, articulés et hiérarchisés en Psychiatrie générale, Addictologie, Réhabilitation psychosociale et en soins Somatiques Soins ni séquentiels, ni parallèles: leviers réciproques + Elaboration dun projet de « prise soin » en fonction dune évaluation « systématisée » des besoins et d'un « projet de vie » Limitent la co-errance et favorisent la cohérence dun soin « transdisciplinaire »

12 Observations cliniques pluridisciplinaires Tests biologiques, psychologiques, neuropsychologiques et évaluations addictologiques Auto évaluation (ELADEB) Bilan social Évaluation qualitative Évaluation quantitative Confrontation interdisciplinaire des données Projet de vie BILAN BIO- PSYCHO- SOCIAL PROJET DE SOINS INTEGRES QUALITE DE VIE OPTIMALE DE LA PERSONNE

13 Intégrées à… une filière de soins spécifique CSAPA, ELA, ELSA, UF addictologie niveau 2 et 3… Service Expert de lutte contre les hépatites, service de médecine… Service de psychiatrie: unité spécifique intersectorielle, équipe de liaison de psychiatrie spécialisée en addictologie ( ELPA) Les services durgences Les CSSRA Les futurs ex réseaux… Filières plus spécifiques ? Maternité, troubles cognitifs, Hépatites et VIH, rehabilitation psycho sociale, lien ville hôpital…

14 Intégrées… à un parcours de soin Développer un parcours de soin cohérent avec partenaires MCO/Psychiatrique/médico-sociaux… Favoriser ladhésion durable dans un parcours de soin structurant pouvant en lui même être psychothérapique Règle du CQFD: Coherent Qualité Fiable Durable En sinterrogeant toujours sur lamont/aval, lavant /après En sinterrogeant sur le respect dune ligne de conduite constructive et le respect des partenaires Quelles modalités de coordination ?

15 Intégrés… à des pratiques de soin au quotidien.. EXAMEN DADMISSION… Recherche systématisée des conduites à risques et des CA à ladmission… Proposition systématisée de dépistage du VIH et autres IST.. EVALUATION IINFIRMIERE SYSTEMATISEE… Utilisation des toxiques urinaires ( admission; suivi, NAP…) Autoquestionnaires ( AUDIT, CAST, Fagerstrom, ECAB…) Screening bilan neuropsychologique: MOCA Echelle ELADEB: projet de vie BILAN BIOLOGIQUE DADMISSION SYSTEMATISE… COURRIERS DE SORTIE et ECHANGES TELEPHONIQUES… …

16 Quelles soins psychothérapiques? Pas une thérapie supérieure aux autres Multiplier les attaches possibles Attaches reste imprévisibles Plus efficients à plusieurs que seul aux conditions dindividualiser le « soin » et de communiquer en cohérence - Psychothérapies individuelles: psychanalyse, TCC, affirmation de soi, relaxation, psychoéducation,thérapies par médiations ( art, sport,…) -Psychothérapies groupales: Systémie familiale Thérapie par médiations -Psychoéducation/ éducation thérapeutique - Ateliers de réductions des risques Une offre de soin large à proposer sans préjugés à des usagers qui par définition sont plus « attachants » si on répond à leur manque/ besoin

17 Intégrées… à lEvaluation de nos Pratiques Professionnelles Etude un jour donné: 237 patients de ans >80 % de participation des patients présents le jour « J » Hospitalisation à temps complet et Hospitalisation de jour de 3 secteurs de psychiatrie adulte Recherche des conduites à risque, statuts sérologiques connus et proposition dun bilan biologique sérologique le jour « J » le cas échéant Benassi S. Lang JPh. Thèse de médecine. Université de Strasbourg 2009

18 Résultats Quelles populations ? Schizophrénie et troubles délirants: 51,5% Trouble de lhumeur :16% Trouble névrotiques: 6,3% Quelles conduites à risques ? 72,3 % des patients ont au moins 1 facteur de risque ! Usage vie entière de SPA IV (5,8%), nasal (10,7%) Rapports non protégés(55,8%),Piercing/tatouage(30%) CMU (11,3%), Incarcération (10,4%), proche atteint (7,8%)….

19 Résultats Quelles prévalences virales ? AC anti VHC= 2,9 % =3-4 x pop. générale (dont 1/6 en soin pour hépatite C) Ag HBs 0,92% = pop. générale AC anti HBc 7,37% = pop. générale Pas de VIH Quel état vaccinal/VHB ? 31 % de couverture vaccinale le jour J 44 % chez usagers SPA IV et sniff 50 % des VHC+ non vaccinés

20 Quels bilans dadmission à ajuster … ?

21 Merci pour votre attention !


Télécharger ppt "« Réfléchir » le lien dans loffre et le parcours de soin Une nécessité ? Dr Lang Jean-Philippe Psychiatre / Addictologue CH Erstein /CHU de Strasbourg."

Présentations similaires


Annonces Google