La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

SEMIOLOGIE DE L’APPAREIL RESPIRATOIRE Dr k,BENHARRATS medecine interne

Présentations similaires


Présentation au sujet: "SEMIOLOGIE DE L’APPAREIL RESPIRATOIRE Dr k,BENHARRATS medecine interne"— Transcription de la présentation:

1 SEMIOLOGIE DE L’APPAREIL RESPIRATOIRE Dr k,BENHARRATS medecine interne
EHU ORAN 21 octobre 2013

2 LES SYMPTÔMES FONCTIONNELS DES MALADIES BRONCHO-PULMONAIRES
Parmi les signes fonctionnels qui orientent vers l’appareil respiratoire il y a :  La dyspnée  La toux  L’expectoration  L’hémoptysie  La douleur  Les sifflements  Les troubles de la voix

3 I. La dyspnée 1. Définition :
c’est la difficulté ou gène à respirer : la respiration devient consciente, volontaire, et pénible.

4 2. Analyse sémiologique de la dyspnée
 La dyspnée doit être analysée par un interrogatoire soigneux comportant : a/ Le mode de début : Dyspnée aigue : à début brutal, la dyspnée est d’emblée à son maximum Dyspnée chronique : à début progressif

5 b/ Les circonstances d’apparition : Dyspnée d’effort :
dyspnée chronique - provoquée par des efforts courants et, - qui se prolonge après arrêt de l’effort et - qui va en augmentant dans le temps pour des efforts de plus en plus restreints.

6 Il faut faire préciser au malade le type d’effort qui la fait apparaître (sévérité de la dyspnée) :+++  nombre d’étages,  nombre de marches,  nombre de mètres parcourus… - C’est la première manifestation de l’insuffisance ventilatoire.

7 c/ Le mode d’évolution :
Dyspnée paroxystique : crises de dyspnée - durant de quelques minutes à quelques heures - séparées par des intervalles de respiration normale ; exemple : la crise d’asthme. Dyspnée permanente : ou dyspnée de repos, apparaît au terme d’une période plus ou moins longue de dyspnée d’effort, se définit par un essoufflement en décubitus dorsal strict, amélioré par la position assise : c’est l’orthopnée.

8 d/ Selon la fréquence respiratoire :
 Polypnée : lorsque la fréquence respiratoire augmente et devient supérieure à 22 mouvements/minute chez l’adulte et à 30 mouvements/minute chez l’enfant.  Bradypnée : lorsque la fréquence respiratoire diminue respectivement au dessous de 14 chez l’adulte et 22 chez l’enfant.

9 e/ Selon le temps respiratoire :
 Bradypnée inspiratoire : se voit lorsqu’il y a un obstacle à la pénétration de l’air : obstruction laryngée par une inflammation du larynx (laryngite), par des fausses membranes (diphtérie laryngée ou croup) ou par un corps étranger.  La bradypnée inspiratoire qui est une dyspnée aiguë, s’accompagne souvent d’un tirage (dépression inspiratoire sus-sternale et intercostale).

10  Bradypnée expiratoire : se voit lorsqu’il y a un obstacle à la sortie de l’air par atteinte des bronches de tous calibres, ce qui est réalisé dans la crise d’asthme.  Cette bradypnée expiratoire est une dyspnée paroxystique qui s’accompagne de sifflements expiratoires (râles sibilants )

11 3. Les fausses dyspnées : Ce sont des dyspnées sans substratum anatomique, ne s’accompagnent pas de gène respiratoire. La respiration de Kusmaul : c’est une hyperventilation réalisant une respiration régulière et profonde, égale aux deux temps qui sont séparés par une pause (respiration en créneau). Elle s’observe dans les états d’acidose métabolique.

12 La respiration périodique de cheyne-stokes :
elle est le témoin d’un désordre nerveux central. C’est une irrégularité du rythme respiratoire qui se caractérise par des cycles respiratoires d’amplitude croissante devenant bruyants, puis d’amplitude décroissante aboutissant à une pause complète de quelques secondes (apnée).

13  La respiration périodique du syndrome de pickwick :
c’est également une irrégularité du rythme respiratoire, elle se voit chez certains obèses, elle est alors associée à une somnolence diurne. Cette respiration périodique s’observe la nuit, elle est faite de la succession de cycles caractérisés par une inspiration lente profonde, suivie de mouvement respiratoires courts et rapides et d’une apnée expiratoire complète.

14 II. La toux Définition: La toux est une brusque, bruyante et
brève expiration à travers la glotte rétrécie. - La toux peut être volontaire, -le plus souvent elle est involontaire. c’est un acte réflexe de défense destiné :

15 à empêcher la pénétration de corps
étrangers dans les voies respiratoires, à expulser les mucosités qui s’y trouvent accumulées (exemple : hypersécrétion bronchique).

16 2. Les différents types de toux :
a / selon le degré de sécheresse ou d’humidité :  La toux sèche   La toux humide ou grasse 

17  La toux sèche : bruit sonore plus ou moins éclatant : elle est soit brève, soit quinteuse (plusieurs secousses de toux), elle n’est pas suivie d’expectoration.  La toux humide ou grasse : c’est une toux dite productive, elle peut être accompagnée d’une expectoration. Cette toux doit être respectée contrairement à la toux sèche.

18 b / Selon le timbre de la toux :
 La toux bitonale : présente un double timbre aigu et grave lié à la paralysie d’une corde vocale par compression d’un nerf récurrent.  La toux rauque : à tonalité étouffée en cas d’inflammation du larynx.

19 c / Selon le rythme de la toux :
 La toux moniliforme : 1 à 2 secousses de toux irrégulièrement espacés de temps à autre. La toux quinteuse ou spasmodique : survient par accès ou quintes constituées par une série de secousses expiratoires entrecoupées d’une inspiration profonde. d / La toux émétisante :  est une toux responsable de vomissement.

20 III. L’EXPECTORATION 1. Définition : L’expectoration est composée de :
 mucus bronchique,  déchets alvéolaires,  protéines (exsudation capillaire)  d’éléments cellulaires. Elle peut être mélangée à des sécrétions bucco-pharyngées.

21  L’expectoration pathologique
 C’est le satellite de la toux sauf chez les femmes et les enfants au dessous de 12 ans qui toussent sans cracher.  L’expectoration pathologique est la conséquence : soit de l’augmentation d’une des composantes normales ex : expectoration muqueuse de la crise d’asthme ou : expectoration séreuse au cours de l’œdème aigu du poumon,  soit d’une suppuration bronchique ou pulmonaire.

22 2. La valeur sémiologique de l’expectoration est fondamentale
 d’où l’importance de la recueillir dans un verre gradué. On notera :  l’abondance,  la couleur,  l’odeur,  la transparence,  la consistance,  l’aération  l’horaire.

23 3. Les différents types d’expectorations
 L’expectoration muqueuse : est formée de mucus. Les crachats sont : - transparents, - visqueux, - aérés.  Cette expectoration traduit l’hypersécrétion de mucus bronchique non accompagnée d’infection. (fin de la crise d’asthme).

24  L’expectoration purulente :
faite de pus franc qui provient d’un foyer de suppuration pulmonaire (abcès du poumon), elle est inodore ou putride (abcès à anaérobies).

25 L’expectoration mucopurulente: fréquente
c’est une expectoration muqueuse mêlée d’îlots de pus jaune verdâtre. suivant son abondance on distingue :  l’expectoration mucopurulente de petite abondance,   l’expectoration mucopurulente de grande abondance : 150 à 200 cm³ par 24/h;  c’est la bronchorrhée. Elle est caractéristique de la dilatation des bronches et de la bronchite chronique.

26  L’expectoration séreuse :
c’est une expectoration liquide, très fluide, homogène (OAP).  L’expectoration hémoptoïque : c’est une hémoptysie de petite abondance.

27 IV. LA VOMIQUE 1.Définition C’est le rejet par la bouche d’une
collection purulente ayant pénétré par effraction dans les voies respiratoires.  La vomique est d’installation brutale ce qui la distingue de l’expectoration qui apparaît progressivement.

28 a/ Suivant la qualité du liquide rejeté 
La vomique purulente : c’est le rejet de pus.  La vomique eau de roche : c’est le rejet d’un liquide clair, eau de roche, se voit lors de rupture d’un kyste hydatique interparenchymateux dans les bronches

29 b/ Suivant la quantité de liquide rejeté
La vomique massive  La vomique fractionnée : c’est le rejet de liquide le plus souvent de pus par petites quantités mais de manière répétée.  La vomique nummulaire ou masquée : elle est réduite à de simple crachats purulents répétés et rapprochés.

30 V. L’HEMOPTYSIE Définition C’est le rejet par la bouche, dans un
effort de toux de sang provenant des voies aériennes sous glottiques.

31 2. Les différents types d’hémoptysie.
Suivant l’abondance on distingue : a / L’hémoptysie de grande abondance (plus de 300cc) : elle est rare. Elle survient brutalement sans avertissement, une brusque quinte de toux est suivie du rejet d’une grande quantité de sang qui coule à flots.

32 b / L’hémoptysie de moyenne abondance 
c’est la plus fréquente. Elle est précédée de signes annonciateurs ou prodromes (sensation de chaleur rétrosternale, saveur métallique dans la bouche, angoisse), puis l’hémoptysie survient accompagnée de dyspnée.

33 c / L’hémoptysie de petite abondance :
 elle peut revêtir plusieurs aspects :  Crachats sanglants, isolés, expectorés en petit nombre entre expectorations mucopurulentes.  Parfois un seul crachat homogène, rouge entièrement teinté de sang. a la même valeur sémiologique que les hémoptysies de grande abondance.

34 Deux aspects particuliers peuvent être
rencontrés :  le crachat hémoptoïque de Laennec : expectoration faite de crachats muco sanglants, noirâtres, s’observe 24 à 36 h après une embolie pulmonaire, lorsqu’il y a constitution d’un infarctus pulmonaire.  le crachat rouillé : expectoration faite de crachat visqueux de couleur orangée apparaissant au troisième jour de la pneumonie franche lobaire aigue.

35 3. Le diagnostic différentiel
Il repose sur un interrogatoire minutieux qui permettra d’éliminer ce qui n’est pas une hémoptysie :  Hémorragie d’origine buccale ou pharyngée s’évacue par simple expulsion sans qu’il y ait toux.  L’épistaxis postérieure : où le sang coulant sur le larynx peut provoquer un réflexe de toux, il existe en général une épistaxis antérieure associée.

36 4.Les étiologies de l’hémoptysie :
L’hématémèse : est précédée de troubles digestifs et nausées et s’accompagne d’effort de vomissements, le sang rejeté contient des débris alimentaires. 4.Les étiologies de l’hémoptysie : - Tuberculose pulmonaire (la plus fréquente) - Rétrécissement mitral - Cancer bronchique - Dilatation des bronches

37 VI. LES DOULEURS THORACIQUES
Elles s’observent au cours des affections :  de la plèvre pariétale, du parenchyme pulmonaire juxta-corticale de la paroi thoracique et du du médiastin

38 1. Analyse sémiologique de la douleur
Elle repose sur l’interrogatoire qui précisera :  La topographie de la douleur,  Le siège superficiel ou profond et les irradiations,  Le mode de début brutal ou progressif,  Les signes accompagnateurs en particulier la dyspnée.

39 A / Les douleurs thoraciques ayant pour
origine l’appareil respiratoire : ce sont des douleurs profondes qui ont en commun 2 caractéres :  Elles sont aggravées par l’inspiration profonde , la toux et les changements de position  Elles réalisent une douleur unilatérale à type « de point de côté »

40 Douleur d’origine pleurale :
siége à la base du thorax Épanchement pleural aérien ( pneumothorax): irruption brutale de l’air dans l’espace pleural après rupture de la plèvre viscérale avec collapsus pulmonaire. Accident aigue entraînant une douleur déchirante avec angoisse, dyspnée et parfois perte de connaissance.

41

42 Épanchement pleural liquidien (pleurésie)
 Liquide inflammatoire ou exsudat (pleurésie séro-fibrineuse; PSF): douleur modérée à début progressif + fébricule  Liquide purulent (pleurésie purulente): douleur variable + fièvre élevée et AEG  Épanchement sanglant (hémothorax): début brutal souvent post- traumatique

43

44 Douleur d’origine parenchymateuse : essentiellement dans
 la pneumonie franche lobaire aigue (PFLA) douleur vive , brutale de siége sous- mamelonnaire et qui s’accompagne de fièvre élevée, toux, expectoration (crachats rouillés). Douleur de l’embolie pulmonaire: migration d’un caillot dans une artère pulmonaire qui peut être suivie -inconstamment- d’un infarctus pulmonaire. La douleur est vive brutale basithoracique, ou parasternale avec irradiation en demi-ceinture.

45 B/ Les douleurs thoraciques d’origine pariétale:
Ce sont des douleurs superficielles Douleur thoracique post-traumatique Névralgie intercostale Névralgie phrénique: douleur thoracique basse, irradiant le long du bord externe du sternum vers l’épaule. Zona : maladie virale qui se manifeste par une éruption érythémato-vésiculeuse de trajet radiculaire. La douleur est à type de cuisson.  Syndrome de Tietze: douleur localisée au niveau d’une articulation chondro-sternale ou chondro-costale

46 VII. LES SIFFLEMENTS Les sibilants: Le stridor:
son aigu, ils sont plus perceptibles en expiration. Ils impliquent un rétrécissement des voies aériennes (asthme et bronchopathie chronique obstructive) Le stridor: bruit rude inspiratoire, conséquence d’un obstacle sur les voies aériennes hautes

47 L’EXAMEN CLINIQUE DE L’APPAREIL RESPIRATOIRE

48  Techniques d’Examen  Démarche générale
1. Le sujet doit être dévêtu jusqu’à la ceinture et examiné avec un bon éclairage.

49 a.  L’inspection 2. Procéder méthodiquement aux quatre temps :
 La palpation  La percussion  L’auscultation

50 Comparer un côté avec l’autre.
- Les variations individuelles sont grandes et la comparaison d’un côté avec l’autre permet à chaque sujet d’être son propre témoin. c. Examiner la partie postérieure du thorax - le sujet doit être assis. - Ses bras doivent être pliés sur sa poitrine, de sorte que ses omoplates dégagent en partie le thorax d. Ensuite on demande au sujet de se coucher, pour examiner la partie antérieure du thorax e. Examiner de haut en bas.

51 3. Pendant l’examen, essayer de se représenter les organes sous-jacents, y compris les lobes pulmonaires.

52

53

54

55

56

57 L’INSPECTION 1. Le revêtement cutanée et les parties molles :
1er temps de l’examen,donne des renseignements sur : 1. Le revêtement cutanée et les parties molles :  une cicatrice (thoracotomie, traumatismes)  des angiomes stellaires (petites dilatations veineuses) évoquant une cirrhose.

58  Un œdème localisé : - discret, limité aux creux sus-claviculaires - important, intéressant toute la ceinture scapulaire ; c’est l’œdème dit en pèlerine (syndrome de compression de la veine cave supérieur). Une gynécomastie : (hypertrophie de la glande mammaire chez l’homme)

59 2. La morphologie thoracique

60

61

62

63

64 3. Les mouvements respiratoires.
On observera : L’ampliation thoracique Une dépression anormale des espaces intercostaux pendant l’inspiration (asthme grave, emphysème, obstruction trachéale ou laryngée). Un bombement anormal des espaces intercostaux pendant l’expiration (asthme, emphysème).

65  Un retard ou une altération localisée
des mouvements respiratoires.  La fréquence et le rythme respiratoire.  Le type respiratoire : - costal (chez l’homme), - abdominal (chez la femme).

66

67

68

69

70

71

72 4.Les signes anormaux extra thoraciques
Ils peuvent être le témoin d’une anomalie respiratoire : La cyanose : coloration bleu violacé des téguments et des muqueuses, témoin d’une hypoxie capillaire. L’hippocratisme digital : déformation de l’extrémité des doigts qui associe, une hypertrophie de la pulpe des dernières phalanges qui sont élargies en « baguettes de tambour », et une incurvation unguéale longitudinale et transversale d’où l’aspect des ongles en « verre de montre ». Il est due à l’hypoxie chronique.

73 Herpès labial  « bouton de fièvre ».
 Le syndrome de Claude Bernard Horner qui associe: - un rétrécissement de la fente palpébrale par ptose de la paupière supérieure, - une énophtalmie, - un myosis (diminution du diamètre pupillaire) Ce syndrome est en rapport avec une compression du sympathique cervical qui peut être due à une tumeur du sommet du poumon

74 II. LA PALPATION 2e temps de l’examen clinique, renseigne sur :
1. Les zones douloureuses Il faut palper soigneusement toute zone signalée comme douloureuse par le malade ou présentant des lésions évidentes à l’inspection. 2. Le revêtement cutané

75 La palpation du thorax permet de:
préciser les caractères d’une tuméfaction localisée superficielle, - mettre en évidence un emphysème cutané : présence de fines bulles d’air dans le tissu sous cutané qui se manifeste par une sensation de crépitation neigeuse (trauma thoracique, thoracotomie).

76 3. Le rythme respiratoire :
Il est apprécie en posant la main à plat sur le sternum du patient, à chaque inspiration la main est soulevée ce qui permet d’évaluer la fréquence respiratoire qui est normalement de :  14 à 22 inspirations / min chez l’adulte  22 à 30 inspirations / min chez l’enfant.

77 4. La transmission des vibrations vocales:
Les vibrations vocales produites par le larynx sont transmises à la paroi à travers l’appareil broncho-pulmonaire sous forme d’un frémissement. Ces frémissements sont perçus par les mains posées à plat sur chaque hémithorax en faisant répéter par le malade à voix haute le chiffre: - 44 (en arabe) ou - 33 (en français).

78

79

80

81

82 Les variations pathologiques :
 Les vibrations vocales peuvent être diminuées ou abolies : dans les syndromes pleuraux liquidiens ou aériens. augmentées lors des pneumonies ou l’infarctus pulmonaire. La palpation sera complétée par  l’étude des creux sus-claviculaires et axillaires à la recherche d’adénopathies.

83 III. LA PERCUSSION Il existe 2 techniques de percussion :  médiate et
 immédiate.  La percussion permet de recueillir 2 types de sensations :  Une sensation tactile : c’est une sensation d’élasticité.  Une sensation auditive : c’est une sensation de sonorité. Le but de la percussion est de détecter une résonnance ou une matité de l’hémithorax

84

85

86

87 a / A l’état normal : la sonorité est normalement variable d’un sujet à l’autre en fonction de l’épaisseur de la paroi thoracique. Il faut comparer la sonorité d’un hémithorax par rapport à l’autre. Suivant la région du thorax percuté:

88

89

90 La submatité hépatique: face antéro-inférieure de l’hémithorax droit du 5e EICD sur la ligne médio-claviculaire jusqu’au rebord costal. La matité splénique: face antéro-externe et inférieur de l’hémithorax gauche entre la 9e et la 11e côte entre la ligne axillaire moyenne et postérieure. La matité cardiaque: 5e EIC à gauche du sternum sur 2 cm en dedans de la ligne médio-claviculaire. Le tympanisme (poche à air gastrique): partie antéro-inférieure de l’hémithorax gauche aux environ de la 6e côte sur la ligne médio-claviculaire  La sonorité thoracique normale: face postérieure des deux hémithorax.

91 b / En pathologie, La matité : La submatité : on distingue :
c’est une diminution de la sonorité normale, se voit au cours de l’épanchement pleural liquidien. La submatité : c’est une diminution moins nette et moins franche de la sonorité que de la matité (syndrome de condensation pulmonaire).

92 Le tympanisme : Skodisme :
c’est une augmentation de la sonorité du thorax, il traduit un épanchement pleural aérien ou un emphysème pulmonaire sous jacent. Skodisme : bruit sec et vibrant (se recherche au sommet du poumon situé au dessus d’un épanchement pleural liquidien).

93 IV. L’AUSCULTATION Consiste à écouter les sons produits par un
organe et transmis à l’oreille de l’examinateur à travers la paroi. Se fait à l’aide d’un stéthoscope biauriculaire de manière comparative au niveau des deux hémithorax. Le sujet doit respirer par la bouche un peu plus profondément que la normale.

94 Les zones de projection stéthacoustiques des différents lobes sont :
1. Pour les lobes inférieurs :  les zones dorso-basales 2. Pour le lobe moyen :  zone sous mamelonnaire 3. Pour les lobes supérieurs :  en avant les zones sus et sous claviculaires  en arrière la fosse sus épineuse.

95 A / Chez le sujet normal :
l’auscultation pulmonaire permet d’entendre les bruits respiratoires normaux appelés  murmure vésiculaire. Le murmure vésiculaire est produit par le mouvement de l’air dans l’arbre respiratoire : trachée, bronches, alvéoles.

96 B / A l’état pathologique
on peut retrouver : 1.Des modifications du murmure vésiculaire   Diminution du murmure vésiculaire se voit dans l’emphysème pulmonaire.  Une abolition du murmure vésiculaire traduit un épanchement pleural liquidien ou aérien ou une atélectasie (arrêt complet de la ventilation)

97 a / Les souffles : 2. Bruits surajoutés (adventices): on distingue:
A l’état normal le souffle glottique ou laryngo-trachéal produit par le passage de l’air dans l’orifice glottique est entendu à l’auscultation sur la ligne médio sternale. Les souffles représentent la transmission anormale du souffle glottique dans les zones du thorax où il n’est habituellement entendu, en raison d’une anomalie du poumon ou de la plèvre.

98

99 b / Les râles Ce sont des bruits surajoutés, intermittents
en rapport avec la mobilisation des sécrétions pathologiques dans les bronches ou dans les conduits broncho alvéolaires.  Les râles bronchiques peuvent être des râles ronflants ou sibilants.  Les râles parenchymateux sont crépitants ou sous crépitants.

100

101 c / Les frottements pleuraux
Ils sont dus au frottement des deux feuillets de la plèvre lorsqu’ils sont enflammés. C’est un bruit superficiel, entendu aux deux temps de la respiration, non modifié par la toux, disparaissant en apnée. Ils sont entendus à la phase de début de la pleurésie, ils disparaissent lorsque l’épanchement est de moyenne abondance.

102 d / Les autres bruits surajoutés
Le wheezing : bruit qui ressemble au sifflement du vent à travers un orifice étroit ; essentiellement inspiratoire, il est perçu en un point fixe du thorax; il traduit l’existence d’une sténose trachéale ou d’une bronche de gros calibre.

103 3. La résonance vocale C’est l’équivalent auscultatoire des vibrations
vocales lorsque le sujet prononce le chiffre 33. Sa voix est perçue au travers du stéthoscope comme un bourdonnement lointain.

104 La bronchophonie :  L’égophonie :
c’est une augmentation de la résonance vocale mais souvent confuse (elle traduit une condensation pulmonaire).  L’égophonie : C’est une diminution de la résonance vocale (elle traduit un épanchement pleural liquidien).

105  La pectoriloquie aphone :
est la transmission nettement articulée de la voix haute (caverne tuberculeuse).  La pectoriloquie aphone : Voix chuchotée (épanchement pleural liquidien).


Télécharger ppt "SEMIOLOGIE DE L’APPAREIL RESPIRATOIRE Dr k,BENHARRATS medecine interne"

Présentations similaires


Annonces Google