La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

GESTION DES PATHOLOGIES ET BLESSURES MUSCULAIRES Entraîneurs de collectifs évoluant avec les règlements CD et AB 1Santé et Sécurité; Saison 2011/2012.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "GESTION DES PATHOLOGIES ET BLESSURES MUSCULAIRES Entraîneurs de collectifs évoluant avec les règlements CD et AB 1Santé et Sécurité; Saison 2011/2012."— Transcription de la présentation:

1 GESTION DES PATHOLOGIES ET BLESSURES MUSCULAIRES Entraîneurs de collectifs évoluant avec les règlements CD et AB 1Santé et Sécurité; Saison 2011/2012

2 RAPPELS ANATOMIQUES RAPPELS ANATOMIQUES STRUCTURE FIBREUSE CONTRACTILE ET ELASTIQUE POUR CE QUI CONCERNE LE MUSCLE STRIE SQUELETTIQUE SATTACHE SUR LES OS PAR LINTERMEDIAIRE DES TENDONS. LEUR CONTRACTION PERMET LE MOUVEMENT ET ASSURE LA RESISTANCE. LA CELLULE MUSCULAIRE EST COMPOSEE DUN NOYAU, DE MYOFIBRILLES CONTRACTILES, DE MITOCHONDRIES. ELLES SONT REGOUPEES EN FIBRES MUSCULAIRES CLASSEES EN FIBRES LENTES ET RAPIDES AU SEIN DU TISSU CONJONCTIF. LENSEMBLE DES FIBRES CONSTITUE LE MUSCLE QUI EST ENSERRE DANS UNE ENVELOPPE FIBREUSE: LAPONEVROSE. 2Santé et Sécurité; Saison 2011/2012

3 RAPPELS PHYSIOLOGIQUES POUR FONCTIONNER LE MUSCLE TIRE LENERGIE DE TROIS SOURCES : - LA CREATINE PHOSPHATE - LE GLYCOGENE MUSCULAIRE - LES TRIGLYCERIDES EN FONCTION DE LA PRESENCE OU NON DOXYGENE, LUTILISATION DE SES SUBSTRATS SERA DIFFERENTE ET DETERMINERA LES DIFFERENTES FILIERES. LE RESEAU VASCULAIRE QUI SE DEVELOPPE AVEC LENTRAINEMENT PERMET DACHEMINER A LA CELLULE SUBSTRATS ET OXYGENE NECESSAIRE AU TRAVAIL MUSCULAIRE ET A LEPURATION ET LA REGENERATION APRES EFFORT LE CALCIUM JOUE UN RÔLE PRIMORDIAL DANS LA CONTRACTION. 3Santé et Sécurité; Saison 2011/2012

4 PATHOLOGIES ET TRAUMATOLOGIE DU MUSCLE LESIONS DES FIBRES MUSCULAIRES LESIONS DES FIBRES MUSCULAIRES -STADE 0: ATTEINTE DE LA FIBRE MUSCULAIRE ET DU METABOLISME SANS ATTEINTE DU TISSU CONJONCTIF. RECUPERATION TOTALE EN QUELQUES HEURES. - LELONGATION, STADE I: ATTEINTE IRREVERSIBLE DUN NOMBRE RESTREINT DE FIBRES ET ATTEINTE MINEURE DU TISSU CONJONCTIF, SANS DESORGANISATION NI HEMATOME - LE CLAQUAGE, STADE II: ATTEINTE IRREVERSIBLE- LA DECHIRURE STADE SUPERIEUR AU CLAQUAGE TOUCHANT UN OU PLUSIEURS FAISCEAUX DE FIBRES. - STADE III: MULTIPLES ATTEINTES DE FIBRES, DESORGANISATION MAJEUR DEU TISSU CONJONCTIF, HEMATOME. - STADE IV: RUPTURES TOTALES OU DESINSERTION COMPLETE. 4Santé et Sécurité; Saison 2011/2012

5 TRAITEMENTS IL COMPORTE: GLACAGE, COMPRESSION, PHYSIOTHERAPIE, PUIS REEDUCATION. BUTS: DIMINUER LE SAIGNEMENT, LOEDEME ET LA FIBROSE. LE TRAITEMENT DES LESIONS MUSCULAIRE : COMPORTE 4 PHASES SUCCESSIVES. - PHASE 1: REPOS ET ANTALGIQUES. - PHASE 2: ANTI-INFLAMMATOIRE. - PHASE 3 ET 4: SOLLICITATIONS MUSCULAIRES ET REENTRAINEMENT LES MEDICAMENTS: - STADE 0: MYORELAXANT, ANTALGIQUES DE CLASSE 1 - STADE 1: IDEM PLUS ANTIOEDEMATEUX. - STADE 2: IDEM PLUS PHLEBOTONIQUES ET ANTI-INFLAMMATOIRE (SAUF EN 1 ière PHASE) - STADE 3 ET 4: IDEM MAIS DUREE DE PHASE DE REPOS PLUS LONGUE (10 A 15 JOURS) ET ANTALGIQUES DE CLASSE 2. PARFOIS CHIRUGIE (S IV). 5Santé et Sécurité; Saison 2011/2012

6 LES CONTUSIONS: LES CONTUSIONS: - HEMATOME SITUE DANS LE CORPS DU MUSCLE SUITE A UN TRAUMATIME DIRECT (BEQUILLE) - LHEMATOME PEUT SE COLLECTER ENTRE LE MUSCLE ET LE PERIOSTE OSSEUX SUR LEQUEL IL EST INSERRE REALISANT UN DECOLLEMENT PERIOSTE.TRAITEMENT LA BEQUILLE. IMMEDIAT: COMPRESSION ET GLACAGE. LES JOURS SUIVANTS: MASSAGES DOUX ET DRAINANTS, ALTERNANCE BAINS CHAUDS ET FROIDS POUR FACILITE LE DRAINAGE. REPRISE PLUS OU MOINS RAPIDE SELON IMPORTANCE DU FOOTING. PAS DE CONTACT AVANT DISPARITION TOTAL. LES DECOLLEMENTS PERIOSTES BILAN IRM RAPIDE POUR DECISION THERAPEUTIQUE: SOIT IDEM BEQUILLE MAIS TEMPS DE REPOS TRES LONG, PONCTION SOUS SCANNER, CHIRURGIE DE DRAINAGE. RISQUE: SURINFECTION DE LHEMATOME. 6Santé et Sécurité; Saison 2011/2012

7 PATHOLOGIES APONEVROTIQUES PATHOLOGIES APONEVROTIQUES IL SAGIT DUNE MISE A LETROIT DUN OU PLUSIEURS GROUPES MUSCULAIRES DANS UNE « LOGE OSTEO-APONEVROTIQUE INEXTENSIBLE » IL SEN SUIT UNE AUMENTATION DE PRESSION A LORIGINE DUNE GENE AU RETOUR VEINEUX GENERANT LUI-MÊME UNE AUGMENTATION DE PRESSION. CAUSES: -CAL OSSEUX HYPERTROPHIQUE - CICATRICE FIBREUSE VOLUMINEUSE, CHIRURGIE DUNE HERNIE MUSCULAIRE - HYPERTROPHIE MUSCULAIRE DENTRAINEMENT -RALENTISSEMENT DE LA CIRCULATION ARTERIO-VEINEUSE OU ARTERIO-VEINO-LYMPHATIQUE -UTILISATION DE PRODUITS DOPANTS.TRAITEMENT LE PLUS SOUVENT CHIRURGICAL. 7Santé et Sécurité; Saison 2011/2012

8 LA RECUPERATION ELLE SE COMPOSE DAU MOINS 4 VOLETS: LELIMINATION DES TOXINES: MASSAGES, DRAINAGES, BALNEO, FOOTING, BOISSONS RICHES EN BICARBONATES (VICHY) LA RECONTITUTION DES STOCKS, ENERGETIQUES: SURTOUT LE GLYCOGENE, HYDRATATION, RECUPERATION DU SODIUM ET DU POTASSIUM PEU DE PROTEINES LE REPAS SUIVANT LEFFORT, PAS DE GRAISSE ANIMALES. RESPECT DES TEMPS DE REPOS, DE RECUPERATION, DE GUERISON DES LESIONS. RESPECT DE LHYGIENE DE VIE: ALIMENTATION EQUILIBREE, REPOS SUFFISANT, PAS DUTILISATION DE PRODUITS INTERDITS. LE RESPECT DES PRINCIPES DE RECUPERATION CONCOURENT LARGEMENT A LA PREVENTION DUN GRAND NOMBRE DE PATHOLOGIES MUSCULAIRES. 8Santé et Sécurité; Saison 2011/2012

9 ETIREMENTS ET STRETCHING MODE DE REALISATION ETIREMENTS PASSIFS = EFFICACITE LIMITEE. PREFERER LES EXOS DE 30 S; ETIRER-CONTRACTER-RELACHER-ETIRER APPELES STRETCHING. LES EFFETS IMMEDIATS SUR LECHAUFFEMENT MUSCULAIRE: STRETCHING OUI ETIREMENT NON SUR LA PRODUCTION FORCE/VITESSE : NEFASTE LES 2. SUR LA PREVENTION DES LESIONS MUSCULAIRES: ETIREMENTS AVANT LEFFORT EFFETS NULS OU MICOLESIONS. STRETCHING FAVORISERAIT LES LESIONS MUSCULAIRES PAR ELEVATION DU SEUIL DOULOUREUX. SUR LA PREVENTION DES LESIONS TENDINEUSES:DIMINUERAIT LEFFICACITE TENDINEUSE PAR DIMINUTION DE LA CAPACITE A EMMAGASINER DE LENERGIE. 9Santé et Sécurité; Saison 2011/2012

10 SUR LE GAIN DAMPLITUDE ARTICULAIRE: BENEFIQUE++ SURTOUT LORS DE LECHAUFFEMENT DES ACTIVITES NECESSITANT DES AMPLITUDES ARTICULAIRES EXTREMES DANS LE CADRE DE LA RECUPERATION APRES ACTIVITE: ETIREMENTS PLUTOT NUISIBLES (COMPRESSION VASCULAIRE) POUR LA RECUPERATION MAIS LUTTE CONTRE LES RAIDEURS MUSCULAIRES. CONTRACTES- RELACHES A FAIBLE FORCE ET SUCCESSIFS BENEFIQUES (EFFET DRAINANT). EFFETS DIFFERES POUR LA REEDUCATION APRES LESION MUSCULAIRE: GUIDE LA CICATRISATION. LES AMPLITUDES ARTICULAIRES: ELLES SONT AMELIOREES. LA PREVENTION DES LESIONS MUSCULAIRES:LA REALISATION DETIREMENTS AU LONG COURS ET REPETITIFS PERMET UN ALLONGEMENT MUSCULO-TENDINEUX AUTORISANT LA REALISATION DE GESTES DE PLUS GRANDES AMPLITUDES 10Santé et Sécurité; Saison 2011/2012

11 CONCLUSIONS LES ETIREMENTS NE DEVRAIENT PAS ÊTRE UTILISES DANS LE CADRE DE LECHAUFFEMENT DES ACTIVITES EXPLOSIVES. LES ETIREMENTS NE DEVRAIENT PAS ÊTRE UTILISES DANS LE CADRE DE LECHAUFFEMENT DES ACTIVITES EXPLOSIVES. ILS NONT PAS DE VERTUS « CHAUFFANTES », PAS DEFFETS PROTECTEURS IMMEDIATS DES MUSCLES ET TENDONS, ILS DIMINUERAIENT LA FORCE MUSCULAIRE. ILS NONT PAS DE VERTUS « CHAUFFANTES », PAS DEFFETS PROTECTEURS IMMEDIATS DES MUSCLES ET TENDONS, ILS DIMINUERAIENT LA FORCE MUSCULAIRE. LES ETIREMENTS SONT PLUTOT NUISIBLES EN PHASE DE RECUPERATION, PREFERER LES EXOS DE CONTRACTES-RELACHES REPETES. LES ETIREMENTS SONT PLUTOT NUISIBLES EN PHASE DE RECUPERATION, PREFERER LES EXOS DE CONTRACTES-RELACHES REPETES. LES ETIREMENTS GARDENT TOUT LEUR INTERET AU LONG COURS POUR LA SOUPLESSE, LE RECUL DU « POINT DE RUPTURE MUSCULAIRE » LES ETIREMENTS GARDENT TOUT LEUR INTERET AU LONG COURS POUR LA SOUPLESSE, LE RECUL DU « POINT DE RUPTURE MUSCULAIRE » ILS ONT UN RÔLE PREVENTIF SUR LA SURVENUE DES LESIONS MUSCULAIRES ET TENDINEUSES DE SUMENAGE. ILS ONT UN RÔLE PREVENTIF SUR LA SURVENUE DES LESIONS MUSCULAIRES ET TENDINEUSES DE SUMENAGE. 11Santé et Sécurité; Saison 2011/2012


Télécharger ppt "GESTION DES PATHOLOGIES ET BLESSURES MUSCULAIRES Entraîneurs de collectifs évoluant avec les règlements CD et AB 1Santé et Sécurité; Saison 2011/2012."

Présentations similaires


Annonces Google