La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

PRODUITS DE LA MER ET AQUACULTURE Source : IR/rapport 2006.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "PRODUITS DE LA MER ET AQUACULTURE Source : IR/rapport 2006."— Transcription de la présentation:

1 PRODUITS DE LA MER ET AQUACULTURE Source : IR/rapport 2006

2 1- Problématiques et tendances Source : IR/rapport 2006

3 La région de Ziguinchor offre dimportantes possibilités de développement de la Grappe Produits de la Mer et Aquaculture de la Stratégie de Croissance Accélérée(SCA). En effet, la pêche est une composante essentielle du développement économique et social de la région qui contribue déjà de manière significative aux objectifs de réduction de la pauvreté et croissance économie régionale. Elle participe à la création de revenu, la résorption du chômage, la satisfaction des besoins alimentaires des populations locales et à laccroissement des revenus des communautés à la base. La région dispose de près de 86km de côtes, avec des plans deau caractérisés par une importante diversité biologique. La façade maritime, marquée par un vaste plateau continental, regorge dimportants stocks de poissons, crustacés et mollusques. Les activités de pêche, dans la région de Ziguinchor, essentiellement artisanales (près de 71% du parc piroguier de la région est constitué de pirogue à pagaies : 631 Pirogues motorisées contre 1565 Pirogue à rame), se déroulent aussi bien dans le domaine maritime que fluvio –lagunaire. Les ressources halieutiques du domaine maritime sont exploitées par des pêcheurs représentatifs de toutes les communautés de pêche du Sénégal mais également par des étrangers, notamment les ghanéens. Le milieu de la pêche compte un effectif denviron acteurs artisanaux toutes activités confondues (pêcheurs, mareyeurs, écailleurs, charpentiers, transformateurs, micro-mareyeurs, forgerons, manutentionnaires etc.). Source : IR/rapport 2006

4 Les captures débarquées ont atteint tonnes en 2006 correspondant à une valeur commerciale estimée à FCFA, contre , 755 tonnes pour une valeur estimée à FCFA en On y trouve différentes espèces de poissons (Ethmalose, Carangue, Carpe blanche, Machoirons, brochet, Capitaine, Sole, Tilapie, Requin etc.) de crustacés (Crevette rose, Crabe bleu, Langouste etc.) et de mollusques (Seiche, Volute, Huître etc.). En 2007, la ventilation des apports a été la suivante : i) une Consommation locale (région) de kg ; ii) un Mareyage (hors région) kg ; iii) une Réserve pour la transformation industrielle de kg ; et iv) une Réserve à la transformation artisanale de kg. La région renferme également des potentialités évidentes pour lépanouissement dactivités aquacoles et dostréiculture. En somme, en plus des possibilités disposées à lagriculture et au touristique, la richesse régionale se traduit également en potentialités considérables favorables à une contribution décisive dans la direction des objectifs de la grappe Produits de la Mer et Aquaculture. Cependant, différents obstacles existent aujourdhui pour une exploitation profitable et rationnelle des potentialités de pêche. Ainsi, lactivité de pêche est en baisse, laquaculture est peu développée, la pisciculture traditionnelle qui existe dans la région depuis plusieurs décennies est en déclin. Il en est de même de lostréiculture. Source : IR/rapport 2006

5 Entre autres problèmes, on peut noter : - Raréfaction de la ressource du fait de plusieurs facteurs combinés (pression de pêche exercée, conditions hydro biologiques défavorables ; Règlementation parfois non adaptée, non respectée et dont lapplicabilité pose problème (problème interne) - Enclavement de certains sites de débarquement et de transformation des produits rend difficile, voire impossible le transport et la commercialisation de la production, notamment en période dhivernage -Insuffisance dune chaîne de froid pour la conservation des produits -Absence dune information fiable sur le stock actuel et sur le marché (les derniers depuis 15 ans) - Faible accès au financement des activités de la pêche maritime (lenteur des procédures doctroi de crédit) -Insuffisance du personnel administratif pour la gestion des pêches est très (problème interne) - Insuffisance de moyens de contrôle et de surveillance Malgré ces contraintes, la pêche constitue un des secteurs qui a résisté aux conséquences du conflit. En effet, depuis linstallation de la crise, linaccessibilité des terres de cultures, des pâturages et des vergers, du fait de linsécurité, a engendré la reconversion dagriculteurs et déleveurs en pécheurs, augmentant significativement la pression de pêche sur la ressource halieutique devenue rare aujourdhui. La pisciculture, lostréiculture et la crevetticulture, Les trois types dactivités aquacoles, se sont retrouvés dans la région comme essentielles à développer. Cest sous le rapport de ce rôle que le secteur joue dans léconomie régionale, quil urge de trouver des remèdes aux contraintes ci-dessus déclinées. Actuellement, des tentatives sont faites avec lencadrement technique sénégalais, les populations en partenariat avec le secteur privé, les ONG et lassistance technique étrangère pour relancer cette activité. Source : IR/rapport 2006

6 2- Analyse AFOM/SWOT Source : IR/rapport 2006

7 ATOUTS - 85 KM de côte avec un large plateau continental - Dense réseau hydrographique - Présence dun écosystème très riche (forêt de mangrove) - Importante diversité biologique (poissons, crevettes, huitres etc) - Création dAires Marines Protégées - Présence de toutes les communautés de pêche ( Lébou, Niominka, Geth Ndarien, Tioubolo etc.) - Professionnalisme des acteurs. - Importante flotte de pirogues artisanales. - Importants tonnages débarqués. - Présence dindustries de transformation des produits halieutiques, agrées pour lexportation - Présence de transformatrices artisanales des produits halieutiques - Existant dinfrastructure (quai de débarquement, complexe frigorifique etc.) - Organisations socioprofessionnelles dynamiques - Possibilité daquaculture marine et continentale - Présence despèces indigènes intéressantes pour laquaculture (Tilapia, Cobia, crevette, huître etc.) - Existence dune tradition délevage de poisson - Installation dune antenne régionale de lAgence Nationale de lAquaculture. - Présence dune station dalevinage Source : IR/rapport 2006

8 FAIBLESSES - Diminution de la ressource - Absence de plan daménagement de la pêcherie - Insuffisance dinfrastructure de conservation des produits halieutiques - Difficulté daccès au crédit - Enclavement de la région - Situation de conflit - Absence de fret aérien - Manque de navire de transport adéquat pour les produits halieutiques. - Etat défectueux des routes menant vers les sites de productions - Faible implication des populations et des promoteurs dans laquaculture - Faible implication des professionnels de la pêche dans la préservation et la gestion des ressources. - Augmentation de leffort de pêche (nombre de pirogues et de pêcheurs) Source : IR/rapport 2006

9 Opportunités - SCA /grappe de création de richesse - Proximité des zones de pêche des pays voisins - Existants daccord de pêche avec les pays limitrophes - Acquisition dun financement pour le dragage du fleuve /programme ORIO (possibilité de navigation pour les navires de gros tonnage) - Mise en œuvre du PRAO (Kafountine doit être érigé en pôle intégré de développement) - Construction du port de Carabane - Acquisition dun futur navire de fret par le COSAMA - Installation future de ferme aquacole par lANA - Présence dinnombrables infrastructures hydrauliques pouvant être mises à profits pour laquaculture. - Présence de sous produits de lagriculture et de la pêche pour servir daliment de qualité et à faible coût - Présence dinstituts universitaires et denseignements techniques pouvant former les futurs aquaculteurs Source : IR/rapport 2006

10 Menaces - Raréfaction de la ressource - Coût élevé du carburant - Forte reconversion des agriculteurs vers la pêche - Dépendance trop forte des zones de pêche des pays limitrophes - Fourniture non régulière de lélectricité par le réseau SENELEC - Coût du transport très élevé - Risque de délocalisation de certaines industries. - Conséquences du changement climatiques Source : IR/rapport 2006

11 3- Enjeux et défis Source : IR/rapport 2006

12 Les enjeux de la situation actuelle de la Grappe PMA dans la région sont : Le maintien de la position de la pêche dans la régulation du développement économique de la région ; La valorisation du potentiel régional ; La contribution à la satisfaction des besoins alimentaires régionaux et nationaux En termes de défis, on peut citer : A léchelle régionale : Une professionnalisation du secteur, à travers notamment la promotion des entreprises de pêche améliorée ; Une meilleure gestion des ressources, en vue de favoriser leur régénération ; Une intégration des différentes activités de pêche A léchelle nationale : Une meilleure orientation des ressources mobilisées dans le cadre de la mise en œuvre des stratégies nationales (notamment dans le cadre de la grappe PMA) ; Une accélération de al mise en œuvre des dispositions prévues pour la création dun Environnement dAffaires de Classe International (EACI), avec notamment lachèvement des programmes dinfrastructures en cours et la réalisation dautres, la mise en œuvre des mesures de facilités fiscales, juridiques, financières, etc. ; Une accélération des programmes de renforcement des logistiques maritime, terrestre voire aérienne, en vue dune mobilité plus fluide des personnes et des biens Source : IR/rapport 2006


Télécharger ppt "PRODUITS DE LA MER ET AQUACULTURE Source : IR/rapport 2006."

Présentations similaires


Annonces Google