La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

SOMMAIRE Partie I : Pourquoi ne pas confondre Bénéfice et Trésorerie La notion de flux financiers Partie II : Les opérations financières sans variation.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "SOMMAIRE Partie I : Pourquoi ne pas confondre Bénéfice et Trésorerie La notion de flux financiers Partie II : Les opérations financières sans variation."— Transcription de la présentation:

1

2 SOMMAIRE Partie I : Pourquoi ne pas confondre Bénéfice et Trésorerie La notion de flux financiers Partie II : Les opérations financières sans variation sur le bénéfice et les exceptions Les prélèvements et apports personnels – les emprunts et leurs remboursements – les investissements Partie III : Les situations les plus courantes de difficultés de trésorerie Les causes – les conséquences – les solutions Partie IV : Le tableau de financement basé sur un exemple concret

3 Votre activité dégage un bénéfice de mais votre trésorerie diminue de Vous vous posez les questions suivantes : -Ai-je gagné ? - Ou ai-je perdu ? Une chose à retenir: Le bénéfice, ce nest pas de la trésorerie Oui, mais pourquoi ? Partie I : Pourquoi ne pas confondre Bénéfice et Trésorerie La notion de flux financiers

4 Parce que le BÉNÉFICE mesure la différence finale entre lensemble des charges supportées et les produits réalisés, au cours dune période, que ces charges ou ces produits aient ou non une incidence sur la trésorerie. Partie I : Pourquoi ne pas confondre Bénéfice et Trésorerie (suite)

5 Prenons un exemple concret : Vous avez vendu une paire de chaussures 100, vous laviez achetée 50, vous avez 20 de frais généraux, vous avez réalisé un bénéfice de : Vente chaussures100 Achat chaussures- 50 Frais généraux- 20 Bénéfice= 30 Le bénéfice tient compte des flux de marchandises (les chaussures) et de services (les frais généraux). Mais de quoi ne tient pas compte ce bénéfice ? Partie I : Pourquoi ne pas confondre Bénéfice et Trésorerie (suite)

6 Lexemple ne dit pas si votre client vous a payé les chaussures. Il a peut-être oublié son portefeuille à la maison et comme vous le connaissez bien, vous lui avez fait crédit. Lexemple ne dit pas non plus si vous avez déjà payé vos chaussures à votre fournisseur. Comme vous êtes un bon client, il vous a certainement accordé un crédit quand vous avez commandé votre collection. Ce bénéfice de 30 ne tient pas compte… des FLUX FINANCIERS(mouvements dargent). En effet : Partie I : Pourquoi ne pas confondre Bénéfice et Trésorerie (suite)

7 Donc, imaginons la situation la moins favorable pour vous : Vous avez DÉJÀ payé à votre fournisseur les 50 des chaussures Vous avez DÉJÀ payé les 20 de frais généraux (loyers, électricité, frais de personnel, honoraires etc…) Votre client ne vous a PAS ENCORE PAYÉ les chaussures, il revient demain. Quen est-il de la situation de votre trésorerie ? Partie I : Pourquoi ne pas confondre Bénéfice et Trésorerie (suite)

8 Vous avez réalisé un bénéfice de 30 mais votre trésorerie est de – 70 ! Ce nest déjà pas très drôle, mais imaginons quil ne sagisse plus dune paire de chaussures mais que vous soyez artisan et quil sagisse de la maison que vous avez construite pour un client !!!!!!!!!! Les mouvements dargent ou flux financiers : Sortie dargent pour le fournisseur- 50 Sortie dargent pour les frais généraux- 20 Entrée dargent du client+ 00 Situation de trésorerie- 70 Partie I : Pourquoi ne pas confondre Bénéfice et Trésorerie (suite)

9 A RETENIR ! : Une entreprise peut afficher une rentabilité respectable et rencontrer simultanément des difficultés de trésorerie. Le bénéfice tient compte des mouvements de biens et de services. La trésorerie tient compte des flux financiers. Le bénéfice, ce nest pas de la trésorerie et inversement. Partie I : Pourquoi ne pas confondre Bénéfice et Trésorerie (suite)

10 Nous lavons vu précédemment, le bénéfice nintègre pas la notion de flux financiers donc il ne peut pas correspondre à la trésorerie. Prudence avec les crédits clients ! avec les crédits fournisseurs ! avec des stocks trop lourds ! Partie I : Pourquoi ne pas confondre Bénéfice et Trésorerie (suite)

11 Il existe des opérations courantes qui ont une incidence sur la trésorerie sans faire diminuer ou augmenter le bénéfice. Des exceptions existent qui font varier le bénéfice. Mais ces variations ne sont pas aussi importantes que celles sur la trésorerie Partie II : Les opérations financières sans variation sur le bénéfice et les exceptions

12 - les prélèvements personnels financiers - les apports personnels financiers - les emprunts souscrits Les opérations financières Partie II : Les opérations financières sans variation sur le bénéfice et les exceptions (suite)

13 Les prélèvements personnels financiers Le chef dentreprise prélève sur la trésorerie de lentreprise les sommes qui lui sont nécessaires pour ses besoins personnels et pour rémunérer son travail. Reprenons lexemple de la vente de chaussures et imaginons que vous prélevez pour vous 10. Quel sera le bénéfice ? La situation de trésorerie ? Partie II : Les opérations financières sans variation sur le bénéfice et les exceptions (suite)

14 Vous avez réalisé un bénéfice de : Vente chaussures100 Achat chaussures- 50 Frais généraux- 20 Bénéfice= 30 Votre trésorerie présente un solde de : Sortie dargent pour le fournisseur- 50 Sortie dargent pour les frais généraux- 20 Entrée dargent du client+ 00 Sortie dargent pour vous- 10 Situation de trésorerie- 80 Partie II : Les opérations financières sans variation sur le bénéfice et les exceptions (suite)

15 Lexemple montre bien que les prélèvements personnels de 10 nont pas fait modifier le bénéfice (toujours de 30 ) mais ont fait diminuer la trésorerie de – 10. Prudence avec les prélèvements personnels ! Partie II : Les opérations financières sans variation sur le bénéfice et les exceptions (suite)

16 Les apports personnels financiers Cest une opération qui consiste à mettre à disposition de lentreprise des ressources financières (placements financiers, autres revenus etc…). Le plus souvent, les apports financiers sont destinés à équilibrer la trésorerie de l entreprise. Reprenons lexemple de la vente de chaussures et imaginons que vous apportez 20. Quel sera le bénéfice ? La situation de trésorerie ? Partie II : Les opérations financières sans variation sur le bénéfice et les exceptions (suite)

17 Vous avez réalisé un bénéfice de : Vente chaussures100 Achat chaussures- 50 Frais généraux- 20 Bénéfice= 30 Votre trésorerie présente un solde de : Sortie dargent pour le fournisseur- 50 Sortie dargent pour les frais généraux- 20 Entrée dargent du client+ 00 Entrée dargent des apports+ 20 Situation de trésorerie- 50 Partie II : Les opérations financières sans variation sur le bénéfice et es exceptions (suite)

18 Lexemple montre bien que les apports personnels financiers de 20 nont pas fait modifier le bénéfice (toujours 30 ) mais ont permis daméliorer la trésorerie de Partie II : Les opérations financières sans variation sur le bénéfice et les exceptions (suite)

19 Les emprunts souscrits Dans le cas où lentreprise ne dispose pas suffisamment de sommes nécessaires pour financer lactivité ou des investissements, elle peut avoir recours à un emprunt. Cette opération entraîne une augmentation dargent dans la trésorerie. Reprenons lexemple de la vente de chaussures et imaginons que vous empruntez 30. Quel sera le bénéfice ? La situation de trésorerie ? Partie II : Les opérations financières sans variation sur le bénéfice et les exceptions (suite)

20 Vous avez réalisé un bénéfice de : Vente chaussures100 Achat chaussures- 50 Frais généraux- 20 Bénéfice= 30 Votre trésorerie présente un solde de : Sortie dargent pour le fournisseur- 50 Sortie dargent pour les frais généraux- 20 Entrée dargent du client+ 00 Entrée dargent de lemprunt+ 30 Situation de trésorerie- 40 Partie II : Les opérations financières sans variation sur le bénéfice et les exceptions (suite)

21 Lexemple montre bien que les emprunts souscrits de 30 nont pas fait modifier le bénéfice (toujours 30 ) mais ont permis daméliorer la trésorerie de Mais attention, cette ressource financière nest pas définitivement acquise puisque lentreprise devra rembourser lemprunt. Prudence avec les emprunts ! Partie II : Les opérations financières sans variation sur le bénéfice et les exceptions (suite)

22 Il y a quelques exceptions où certaines opérations financières entraînent des variations de bénéfice. Mais ces variations sont moins importantes que celles de la trésorerie. Je vous citais lexemple des remboursements demprunt qui entraînaient des intérêts demprunts. Autre exception : les investissements. Ils font modifier le bénéfice par lintermédiaire des amortissements. LES EXCEPTIONS Partie II : Les opérations financières sans variation sur le bénéfice et les exceptions (suite)

23 Les remboursements demprunt Chaque mois, chaque trimestre ou chaque année, lentreprise devra faire face aux échéances de remboursement des emprunts. Les échéances demprunt comprennent le capital et les intérêts (connaissez-vous un banquier qui prête gratuitement !) Reprenons lexemple de la vente de chaussures et imaginons que vous remboursez une échéance demprunt 20 (10 de capital et 10 euros dintérêts). Quel sera le bénéfice ? La situation de trésorerie ? Partie II : Les opérations financières sans variation sur le bénéfice et les exceptions (suite)

24 Vous avez réalisé un bénéfice de : Vente chaussures100 Achat chaussures- 50 Frais généraux- 20 Intérêts demprunt-10 Bénéfice= 20 Votre trésorerie présente un solde de : Sortie dargent pour le fournisseur- 50 Sortie dargent pour les frais généraux- 20 Entrée dargent du client+ 00 Sortie dargent rembt emprunt- 20 Situation de trésorerie= - 90 Partie II : Les opérations financières sans variation sur le bénéfice et les exceptions (suite)

25 Lexemple montre bien que les remboursements demprunts de 20 ont fait modifier le bénéfice à hauteur des intérêts demprunt (- 10 ) et ont fait diminuer la trésorerie de Prudence avec les remboursements demprunt ! Partie II : Les opérations financières sans variation sur le bénéfice et les exceptions (suite)

26 Les investissements Les investissements sopposent aux charges. Contrairement aux charges, les dépenses dinvestissements ne viennent pas en diminution du bénéfice de lannée où elles sont engagées. Les investissements (construction, matériel outillage, véhicule, mobilier etc…) sont destinés à être utilisées plusieurs années dans lentreprise. Ce qui suppose quau fil des années ces investissements subissent les aléas du temps. Partie II : Les opérations financières sans variation sur le bénéfice et les exceptions (suite)

27 Les investissements Chaque exercice, un pourcentage du prix de revient de limmobilisation est pris en charge au titre des amortissements qui sont la constatation comptable de la dépréciation dune immobilisation (détérioration, usure, obsolescence). Ces amortissements vont faire diminuer le bénéfice. Partie II : Les opérations financières sans variation sur le bénéfice et les exceptions (suite)

28 Les investissements Voyons lincidence de ces investissements sur le bénéfice et la trésorerie. Pour cela, reprenons lexemple de la vente de chaussures. Vous investissez dans un nouvel agencement de 50 en fin dannée. Vous avez DÉJÀ payé les 50 avec de la trésorerie cest-à- dire que vous navez pas fait demprunt. Lamortissement de lagencement sélève à 2. Quel sera le bénéfice ? La situation de trésorerie ? Partie II : Les opérations financières sans variation sur le bénéfice et les exceptions (suite)

29 Vous avez réalisé un bénéfice de : Vente chaussures100 Achat chaussures- 50 Frais généraux- 20 Amortissement- 2 Bénéfice= 28 Votre trésorerie présente un solde de : Sortie dargent pour le fournisseur- 50 Sortie dargent pour les frais généraux- 20 Entrée dargent du client+ 00 Sortie dargent pour lagencement- 50 Situation de trésorerie= Partie II : Les opérations financières sans variation sur le bénéfice et les exceptions (suite)

30 Lexemple montre bien que les investissements de 50 ont fait modifier le bénéfice à hauteur des amortissements (2 ) mais la diminution de la trésorerie est plus importante (50 ) Prudence avec le financement des investissements ! Partie II : Les opérations financières sans variation sur le bénéfice et les exceptions (suite)

31 Au fil des diapositives, vous avez remarqué le panneau « danger ». Répertorions tous les avertissements : Partie III : Les situations les plus courantes de difficultés de trésorerie Les causes – les conséquences – les solutions

32 Prudence avec les prélèvements personnels ! avec les emprunts avec les remboursements demprunt ! avec le financement des investissements ! Prudence avec les crédits clients ! avec les crédits fournisseurs ! avec des stocks trop lourds ! Partie III : Les situations les plus courantes de difficultés de trésorerie (suite)

33 Crédit client trop important Causes : problèmes dorganisation qui retardent la facturation, les relances, les encaissements. Ou transactions avec des clients particuliers (marchés publics). Des conséquences : plus une créance tarde à rentrer, moins elle a de chance dêtre récupérée, plus elle risque dêtre perdue. Des remèdes : facturer à temps, mettre en place des relances efficaces, réclamer des acomptes. Partie III : Les situations les plus courantes de difficultés de trésorerie (suite)

34 Crédit fournisseur trop faible Causes fréquentes : perte de confiance du fournisseurs, pluralité de fournisseurs, commandes non groupées ou cadence irrégulière Des conséquences : nécessité de disposer de plus de ressources de trésorerie Attention : il est dangereux de retarder au-delà du raisonnable le paiement de vos fournisseurs au risque davoir une restriction brutale voire une suppression des facilités de paiements. Partie III : Les situations les plus courantes de difficultés de trésorerie (suite)

35 Stock trop lourd Causes fréquentes : assortiment inadapté des marchandises, achats importants pour bénéficier de conditions financières avantageuses. Des conséquences : risque de vieillissement du stock par dégradation ou par obsolescence et donc difficilement vendable à un prix correct ou au pire perdu. Des remèdes : éliminer les marchandises qui noffrent pas satisfaction à votre clientèle, connaître les tendances pour bien composer son stock. Partie III : Les situations les plus courantes de difficultés de trésorerie (suite)

36 Les prélèvements personnels supérieurs au bénéfice Conséquences : diminution du capital de lentreprise et diminution de la trésorerie, celle qui est nécessaire pour financer lactivité de lentreprise, méfiance du banquier pour loctroi demprunt ou de découvert. Des remèdes : limiter, si possible, les prélèvements et les adapter au bénéfice et à vos besoins personnels. En cas de découvert bancaire permanent significatif, essayer de négocier un emprunt de restructuration. Partie III : Les situations les plus courantes de difficultés de trésorerie (suite)

37 Les emprunts trop importants dont leurs remboursements sont supérieurs au bénéfice Conséquences : diminution de la trésorerie Que faire ? : essayer de négocier avec son banquier un étalement des emprunts pour réduire les échéances. Partie III : Les situations les plus courantes de difficultés de trésorerie (suite)

38 Le financement mal adapté des investissements Recours insuffisant à lemprunt ou financement par le biais dun crédit à court terme (découvert bancaire) ou par de la trésorerie courante. Conséquences : diminution de la trésorerie utile pour financer lactivité normale de lentreprise, utilisation du découvert bancaire coûteuse. Que faire ? : essayer de négocier avec son banquier un emprunt qui compensera linsuffisance de ressources à long terme voire labsence. Partie III : Les situations les plus courantes de difficultés de trésorerie (suite)

39 Outil de gestion financière qui répond à la question que se pose tout chef dentreprise : QUEST DEVENU LE BÉNÉFICE QUE JAI RÉALISÉ ? Il décrit la manière dont au cours dun exercice les ressources dont a disposé lentreprise ont permis de faire face aux besoins. La différence entre les ressources et les emplois donne au bout dun an, une variation de trésorerie. Partie IV : Le tableau de financement basé sur un exemple concret

40 Le tableau de financement est toujours un instrument danalyse important mais il lest particulièrement quand la trésorerie de lentreprise devient négative ou que ce découvert saggrave. Il faut impérativement, dans ces cas, rechercher dans le tableau les facteurs responsables de cette situation afin de corriger la tendance sur lannée suivante. LIMPORTANCE DU TABLEAU DE FINANCEMENT Partie IV :Le tableau de financement (suite)

41 Reprenons lexemple du vendeur de chaussures avec les conditions suivantes -Bénéfice30 - Prélèvements personnels10 - Apports personnels20 -Emprunt souscrit30 -Emprunt remboursé (sans intérêt)10 -Investissements50 -Client dû100 -Solde du compte banque- 90 Partie IV :Le tableau de financement (suite)

42 Etat des ressources et de leur utilisation EMPLOIS Prélts personnels 10 Rbt Emprunt 10 Investissements50 TOTAL70 RESSOURCES Bénéfice30 Apports personnels 20 Emprunt souscrit30 TOTAL80 EXCEDENT RESSOURCES = 10 Partie IV :Le tableau de financement (suite)

43 Dans notre exemple, lentreprise a disposé suffisamment de ressources (bénéfice, apports, emprunts) pour faire face : -aux besoins privés du chef dentreprise -aux remboursements demprunt -aux investissements Lentreprise a dégagé un excédent de 10 qui doit normalement couvrir les besoins de lactivité. Partie IV :Le tableau de financement (suite)

44 Stock0 Fournisseurs0 Clients 100 TOTAL100 TOTAL0 DIFFERENCE = 100 Parce que votre client ne règle pas tout de suite, vous avez besoin de 100 pour le règlement des fournisseurs qui, eux ne vous accordent pas de crédit Examinons les besoins financiers de lentreprise. Quelle est la somme dargent qui doit être nécessaire pour lentreprise pour permettre son fonctionnement avec une trésorerie équilibrée ? Partie IV :Le tableau de financement (suite)

45 Mon compte banque ENTREESSORTIES Apports personnels20 Prélts personnels10 Clients 0 Investissements50 Emprunt souscrit30 Rbt emprunt10 Chaussures50 Frais généraux20 TOTAL50 TOTAL140 SOLDE = - 90 Partie IV :Le tableau de financement (suite)

46 EXCEDENT RESSOURCES10 BESOIN DE LACTIVITE- 100 Variation de la trésorerie= - 90 Solde du compte banque- 90 Schématisation du tableau de financement Partie IV :Le tableau de financement (suite)

47 Dans notre exemple, lentreprise a dégagé un excédent de 10. Mais elle a besoin de 100 pour fonctionner normalement. Donc, il lui manque 90, ce qui explique que le solde de trésorerie soit négatif de 90. Comment améliorer la situation de la trésorerie ? - soit dégager plus dexcédents - soit réduire les besoins de lactivité Partie IV :Le tableau de financement (suite)

48 Soit en dégageant plus dexcédents EMPLOIS Prélts personnels 10 Rbt Emprunt 10 Investissements50 TOTAL70 RESSOURCES Bénéfice30 Apports personnels 20 Emprunt souscrit30 TOTAL80 Partie IV :Le tableau de financement (suite)

49 Comment dégager plus dexcédents ? EN AUGMENTANT LES RESSOURCES ? Améliorer le bénéfice. Mais attention car si vous gardez les mêmes conditions dexploitation en matière de crédit clients, le besoin de lactivité sera plus important Faire des apports personnels. Encore faut-il avoir dautres sources de revenus ! Augmenter les emprunts. Attention il va falloir les rembourser tôt ou tard ! Lentreprise a-t-elle la capacité de faire face à ces remboursements ? Partie IV :Le tableau de financement (suite)

50 Comment dégager plus dexcédents ? EN REDUISANT LES EMPLOIS ? Réduire les prélèvements personnels Diminuer les remboursements demprunts en renégociant avec le banquier les échéances. Mais attention plus lemprunt séternise, plus il coûte. Investir quand la capacité de lentreprise le permet et choisir le mode de financement le mieux adapté Partie IV :Le tableau de financement (suite)

51 Stock0 Fournisseurs0 Clients 100 TOTAL100 TOTAL0 BESOIN LIE A LACTIVITE = 100 Soit en réduisant les besoins de lactivité Partie IV :Le tableau de financement (suite)

52 Comment réduire les besoins de lactivité ? Sur les stocks et les crédits Accélérer la vitesse de rotation du stock. Marchandise vite déstockée, marchandise vendue et argent encaissé. A condition que le client paie rapidement ! Réduire le crédit client pour faire rentrer largent plus rapidement Obtenir des délais de règlement de la part des fournisseurs Partie IV :Le tableau de financement (suite)

53 Quelle serait la situation de trésorerie si vous aviez réussi à obtenir un versement de 60 de la part du client et à obtenir un crédit du fournisseur de chaussures pour les 50 ? MON COMPTE BANQUE ENTREESSORTIES Apports personnels20 Prélts personnels10 Clients 60 Investissements50 Emprunt souscrit30 Rbt emprunt10 Chaussures0 Frais généraux20 TOTAL110 TOTAL90 SOLDE = + 20 Partie IV :Le tableau de financement (suite)

54 Stock0 Fournisseurs (crédit)50 Clients (crédit) 40 TOTAL40 TOTAL50 DIFFERENCE = - 10 Parce que vous retardez le règlement de votre fournisseur et que votre client paie une partie des chaussures, il y a un équilibre entre le décalage des règlements et encaissements. On ne parle plus de besoin mais dexcédent liée à lactivité. Examinons les besoins de lactivité avec ces nouvelles conditions dexploitation. Partie IV :Le tableau de financement (suite)

55 EXCEDENT RESSOURCES10 EXCEDENT DE LACTIVITE+ 10 Variation de la trésorerie= 20 Solde du compte banque+ 20 Schématisation du tableau de financement La trésorerie est ainsi équilibrée par un excédent de 10 et une activité qui na pas de besoin mais qui réalise un excédent de 10 Partie IV :Le tableau de financement (suite)

56 Il est toujours souhaitable dessayer de diminuer le plus possible les besoins liés à lactivité de lentreprise (stock – clients – fournisseurs). Examinez le poids des stocks et des créances clients, véritable trésorerie immobilisée. Quand je surstocke, je malourdis ! Quand je laisse grossir le crédit client, je métrangle ! Partie IV :Le tableau de financement (suite)

57 Des entreprises disparaissent à la suite de situation de trésorerie fragile due à des erreurs de gestion financière. Une activité rentable ne suffit pas et vous savez aujourdhui pourquoi : le bénéfice, ce nest pas de la trésorerie ! Vous connaissez désormais les pièges à éviter et vous regarderez votre tableau de financement dun œil différent, celui dun chef dentreprise averti ! CONCLUSION


Télécharger ppt "SOMMAIRE Partie I : Pourquoi ne pas confondre Bénéfice et Trésorerie La notion de flux financiers Partie II : Les opérations financières sans variation."

Présentations similaires


Annonces Google