La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Réseaux dentreprises et stratégies industrielles dans les forêts tropicales Jean-Marc Roda 16 décembre 2005 Dynamique Comparée des Sociétés en Développement.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Réseaux dentreprises et stratégies industrielles dans les forêts tropicales Jean-Marc Roda 16 décembre 2005 Dynamique Comparée des Sociétés en Développement."— Transcription de la présentation:

1 Réseaux dentreprises et stratégies industrielles dans les forêts tropicales Jean-Marc Roda 16 décembre 2005 Dynamique Comparée des Sociétés en Développement Directeur de thèse : Pr Philippe Cadène Jury : Pr Jean-Paul Charvet Pr Noëlle Demyk Pr Micheline Hotyat Dr Christian Sales

2 Un objet : les systèmes de production de bois des forêts tropicales humides

3 Les enjeux n Une profonde réorganisation des systèmes de production et de commercialisation des bois tropicaux est en cours n La signature en est le développement sans précédent de réseaux dentreprises flexibles, porteurs de développement économique dans les situations même les plus instables, mais potentiellement prédateurs n la complexité des facteurs positifs et négatifs que représentent cette évolution industrielle pour le « développement durable » est mal connue jusquà présent

4 Les questions posées n Quelle est cette évolution industrielle ? 1.Comment sorganise le système de production dominant ? 2.Comment sorganisent les nouveaux systèmes de production et ses réseaux dentreprises? n Peut on mieux cerner la complexité des systèmes de production en réseau dans les forêts tropicales ? 3.Peut on théoriser et généraliser les nouveaux systèmes de production flexibles ? 4.Si oui, peut on valider un tel modèle théorique ?

5 Observations sur le système de production dominant jusquaux années 1990 Vision macroéconomique Echanges de grumes tropicales Echanges de sciages tropicaux Echanges de contreplaqués tropicaux 1

6 Observations sur le système de production dominant jusquaux années 1990 Lamont de la filière 1

7 Observations sur le système de production dominant jusquaux années 1990 Laval de la filière 1

8 Coût annuel, pour m3/anCoût au m3 EBR Coûts d'aménagement Coûts d'exploitation Coûts d'infrastructure Coûts de transport Coûts de 1 ère transformation non applicable 1ère zone forestière 2ème zone forestière 3ème zone forestière Industries dexportation Industries intérieures 1ère zone forestière 2ème zone forestière 3ème zone forestière Industries dexportation 1ère zone forestière 2ème zone forestière 3ème zone forestière Observations sur le système de production dominant jusquaux années 1990 Léconomie de la filière 1

9 Entreprises des 4 grands réseaux des bois tropicaux Entreprises classiques La réalité du développement de nouveaux systèmes de production flexibles Lessor sans précédent des réseaux chinois, indiens, libanais, et italiens Réseau chinoisRéseau indienRéseau libanaisRéseau italienSources de ce schéma : enquêtes systématiques2

10 La réalité du développement de nouveaux systèmes de production flexibles 2

11 La réalité du développement de nouveaux systèmes de production flexibles Vision synthétique n Organisation des réseaux dentreprises l Flexibilité, compétitivité (multi-sectorialisme, coopérations calculées et résilientes, compétition et opportunisme, sous- traitance et décentralisation de la production et de la décision, « darwinisme entrepreuneurial ») l Coûts dinformation et de transaction (circulation des informations, négociations facilitées) l Organisation amibienne l Continuum entre SPL et clusters non localisés (emboîtements des réseaux et des échelles)2

12 La réalité du développement de nouveaux systèmes de production flexibles Vision synthétique n Confiance et réputation l Confiance innée et acquise, à partir de valeurs culturelles communes l Confiance inconditionnelle et limites de la confiance l La réputation comme support de la confiance l La réputation comme capital intergénérationnel et entrepreneurial2

13 La réalité du développement de nouveaux systèmes de production flexibles Vision synthétique n Facteurs opérationnels des réseaux l Rôle clé des intermédiaires spécialisés et non spécialisés l Importance des intermédiaires allogènes l La communauté comme institution permettant la résilience des relations, la régulation (relative) des réseaux, et la redistribution/réciprocité des profits et services l Dimension de transaction et hiérarchie des relations2

14 Un modèle théorique pour une généralisation des nouveaux systèmes Mise en rapport des outils conceptuels disponibles Approches spatiales Economie Classique et marginaliste Economie néoclassique Micro-économie Economie dentreprise Sciences de gestion Extensions de léconomie néoclassique Géographie économique et urbaine Sociologie et capitalisme ethnique Boîte à outils conceptuelle Approches non spatiales Approches mixtes3

15 Un modèle théorique pour une généralisation des nouveux systèmes Revue de la réorganisation industrielle et des réseaux dentreprises dans les économies en développement A B C3

16 Entrepreneur Un modèle théorique pour une généralisation des nouveaux systèmes Revue de la réorganisation industrielle et des réseaux dentreprises dans les économies en développement Famille Communauté Extérieur3

17 Un modèle théorique pour une généralisation des nouveaux systèmes La dimension de transaction Distance de transaction Inconnus Relations électives Communauté Famille Intermédiaire3

18 Local Global Entreprises du réseau communautariste Entreprises classiques Un modèle théorique pour une généralisation des nouveaux systèmes Lemboîtement des échelles 3

19 Un modèle théorique pour une généralisation des nouveaux systèmes Formulation du modèle généralisé n La confiance est un contrat social à durée indéterminée et informel, qui permet de réduire les coûts de transaction n La réputation un capital de production, caution garantissant la confiance, et pouvant être diminuée en cas de rupture de laccord n La réciprocité est un contrat supplémentaire, fonctionnant dans le cadre dune communauté, pour faciliter/accélerer les transactions en échange dune garantie de retour « sur investissement », à terme n La transférabilité des fonctions précédentes permet des relations multilatérales, et fluidifie le fonctionnement des réseaux. Cest toujours la réputation qui sécurise le processus n La résilience des fonctions est un facteur de cohésion du réseau dans le temps. Elle transforme la réputation en capital intergénérationnel3

20 Lexpérimentation par les systèmes muti- agents pour valider le modèle théorique Reformulation du modèle généralisé n Traduction des 5 règles élémentaires en langage purement logique : expression mathématique ou algorithme informatique n Simulations pour diverses conditions environnementales, pour différentes configurations des agents, et pour différentes caractéristiques de ceux-ci n Validation du modèle si ces règles simples reproduisent, à un niveau dorganisation supérieur, les observations n Explorations supplémentaires4

21 Temps Coûts de transaction Avec intermédiaires Sans intermédiaires Lexpérimentation par les systèmes muti- agents pour valider le modèle théorique l A partir de règles simples de comportement, les simulations reproduisent, à un niveau dorganisation supérieur, les propriétés des réseaux4

22 Populations déséquilibréesPopulations déséquilibrées, offres et demandes déséquilibrées entre les communautés Populations équilibrées, offres et demandes déséquilibrées entre les communautés et les familles, existence dintermédiaires spécialisés en A, communautarisme absolu Populations équilibrées, offres et demandes déséquilibrées entre les communautés et les familles, existence dintermédiaires spécialisés en A, communautarisme relatif Lexpérimentation par les systèmes muti- agents pour valider le modèle théorique 4

23 Conclusion n Lévolution industrielle en cours est analysée l Le système anciennement dominant était basé sur les économies déchelle, des stratégies peu différenciées et un manque de flexibilité certain l Les nouveaux systèmes appuie leur réactivité et leur mobilité sur léchange dinformation et la minimisation des coûts de transaction n Un modèle théorique généralisé peut expliquer la complexité de lorganisation et des dynamiques des nouveaux systèmes l Confiance et réputation sont institutionnalisées, Lintermédiation entre les acteurs est essentielle. Le modèle rend compte de la dynamique de réseaux et de leur structuration du local et global l Les SMA permettent de valider expérimentalement le modèle

24 Perspectives n Evolution du modèle muti-agents vers un modèle global du commerce de léconomie des bois tropicaux, pour un outil daide à la décision en politique forestière n Poursuite des travaux de recherche sur lévolution industrielle en cours, directement en Malaisie n Classes moyennes et consommation urbaine, CSR, Normes, spécialisations marketing, relocalisations etc. n Recherches sur les conditions de la production flexible, dans des contextes sans capital social

25 Merci

26 n Rapports logiques entre les concepts de léconomie

27 n Le « diamand » de Porter, pour une théorie de lavantage comparatif des industries (en réseau, et cluster)

28 n Rapports logiques des concepts rassemblés par la « science r égionale » Concurrence Rentes de localisation (Von Thünen) Concurrence monopolistique organisée (Hotelling) Localisation et économies externes (Weber) Origines Facteurs néoclassiques Nouvelle économie Externalités de communication Rendements croissants dans la production Externalités De réseau Processus de localisation en cascade Externalités de croissance de la connaissance Rendements croissants dadoption Science réginale Boîte àoutils

29 n Rapports logiques entre les concepts de la géographie Rentes de localisation (Von Thünen) Localisation Industrielle (Weber) Lieux centraux (Christaller, Lösch) Urbanisation et modèles de gravité (Reilly, Converse) Potentialités de contacts (Tornqvist) Districts industriels (Bagnasco, Beccatini, Brusco) Postfordisme spécialisation flexible (Piore,Sabel) Economies glocalisées (Rallet) Systèmes de production localisés Nouvelles géographies et complexité Distance et structuration de lespace de production Concentration, économies dagglomération et spécialisation Boîte àoutils Organisation industrielle (Veltz) Réseaux Sociologie et paradigme technologique (Castells) Histoire et économie monde (Braudel) Nouvelle économie géographique et institutionnelle (Krugman, Storper) Economie classique (Smith, Ricardo) et marginaliste (Marrshall)

30 Encore Merci


Télécharger ppt "Réseaux dentreprises et stratégies industrielles dans les forêts tropicales Jean-Marc Roda 16 décembre 2005 Dynamique Comparée des Sociétés en Développement."

Présentations similaires


Annonces Google