La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Lhygiène hospitalière en endoscopie Marie-Chantal Meeus.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Lhygiène hospitalière en endoscopie Marie-Chantal Meeus."— Transcription de la présentation:

1 Lhygiène hospitalière en endoscopie Marie-Chantal Meeus

2 Précautions générales et additionnelles

3 « Il est indispensable de considérer tout patient comme à risque et de considérer tout contact avec du sang ou des liquides biologiques comme potentiellement contaminant » = Principe des précautions générales!

4 Précautions générales = Hygiène des mains Port de gants à usage unique si risque de contact avec des liquides biologiques Port de lunettes et de masque si risques déclaboussures, si toux

5 Précaution générale n°1

6 Comment faire?

7 Des zones peu ou pas humectées par l alcool lors de la désinfection des mains par friction

8 Avantage de la solution hydroalcoolique par rapport au lavage à leau et au savon

9 Précautions « générales » Equipement de protection individuelle Port de gants contact prévisible avec sang ou liquides biologiques ou avec une peau lésée ou de muqueuses. Eliminer immédiatement les gants après emploi Port du masque pour se protéger des projections de secrétions respiratoires (<1m). Placé sur le nez et la bouche Port de lunettes risque déclaboussures de sang ou de liquide biologique sur le visage Port dune blouse de protection risque de souillure des vêtements de travail avec du sang ou un liquide biologique Porter des protège-chaussures est sans objet

10 Tenue de travail Absence totale de bijoux aux mains et aux avant-bras (pas de montres, pas de bagues!) Absence de vernis et de faux ongles Manches courtes (pas de T-shirt à longue manche sous la blouse, pas de gilets) lors de soins aux patients Cheveux longs attachés

11 Divers aux piqures et coupures : jeter imm é diatement les lames et ne pas recapuchonner les aiguilles Evitez de surcharger les containers à aiguilles Hygi è ne des mains apr è s avoir ôt é les gants Ne pas manger ou boire sur le lieu des activit é s en relation avec les patients

12 Que faire pratiquement en cas de blessure accidentelle avec un objet souillé par du sang? Mesures immédiates rincer abondamment pour éliminer les souillures faire saigner quelques minutes sous l eau courante désinfecter avec une solution antiseptique à base d alcool ou eau de javel diluée à 1/10 en cas de projection dans les yeux, rinçage abondant à l eau courante déclarer l accident en courant aux urgences

13 Déclaration « piqure, coupure and cie » 1)Urgence Document déclaration daccident Prise de sang temps 0 2)CESI Vérification statut virologique patient « source » Si nég : stop procédure Si hépatite B ou C pos : programme planifié de prise de sang Si HIV pos : prise en charge par les virologues

14 Précautions Générales en résumé À adopter quelque soit le statut virologique ou bactériologique du patient Il est préférable de considérer tout patient comme à risque et de considérer tout contact avec du sang ou des liquides biologiques comme potentiellement contaminant.

15 Vos mains sont vos outils, prenez en soin… particulièrement en hiver!

16 Mode de transmission des micro-organismes

17 Contact Germes MR Diarrhée à Clostridium Dif Abcès purulent Gale RSV Gouttelettes Germes MR voies aériennes RSV Méningite Grippe Rubéole Air Tuberculose Varicelle Rougeole Microorganismes nécessitant des « précautions additionnelles » Blouse + Gants Masque si contact < 1 m Masque FFP2 Porte fermée Dépression

18 Les techniques de désinfection « classiques » sont actifs contre la plupart des germes sauf… en cas de Clostridium Difficile, si surfaces souillées par les selles, entretien à leau de Javel 5000PPM (1litre dans 8 litres deau) après nettoyage avec un détergent simple Entretien des surfaces

19 La prévention des infections sur cathéters intra-veineux

20 Pathogenèse de linfection/bactériémie sur cathéter La bact é rie peut gagner le torrent sanguin par 2 voies soit elle migre de la surface de la peau sur surface externe du KT soit elle descend le long de la lumi è re du KT via une colonisation exog è ne à partir de diff é rentes portes d entr é e (robinet, perfusion.... … )

21 Microbiologie des infections et bactériémies sur cathéter Germes les plus fréquemment responsables par ordre : Staphylococcus epidermitis Staphylococcus aureus Enterococcus sp Pseudomonas aeruginosa Candida sp Enterobacter sp Acinetobacter sp

22 Définitions Infection locale: = CAI Du point de ponction : pus localisé Phlébite purulente superficielle: idem + cordon inflammatoire Cellulite ou abcès Bactériémie sur cathéter = CAB Certaine : sepsis (fièvre,frissons,…) + hémoculture périph. positives pour le même germe que hémoc KT ou que culture KT + pas dautre foyer Probable : sepsis (fièvre,frissons,…) + hémoculture périph. Positives + réponse clinique au retrait du KT + pas dautre foyer

23 Source de linfection 65% des bactériémies sur KT : peau 30% des bactériémies sur KT : bouchons 5% des bactériémies sur KT : autre La répartition varie en fonction de la durée du cathétérisme. des précautions prises lors de la mise en place du type de cathéter (matériaux) des protocoles de soins du robinet

24 Lentretien du matériel

25 Quelques rappels Bactéries Organisme vivant qui se reproduit par division cellulaire Si conditions extérieures défavorables, peuvent former des spores ( résistance à la T°, désinfectant,…) en attendant que le milieu redevienne favorable Les + fréquents ont une forme sphérique coque ou une forme de bâtonnet bacilles Selon le résultat de la coloration au microscope : Gram + (Staphilocoques, Streptocoques, Clostridium,… ) Gram – (E Coli, Pseudomonas,…) Mycobactéries (mycobactérium tuberculosis, lèpre,…)

26 Quelques rappels Virus Entité biologique qui nécessite une cellule hôte pour se multiplier Très petite taille par rapport aux bactéries Enveloppés = entouré dune enveloppe ( - résistant) ou nu = sans enveloppe

27 Sensibilité des micro-organismes Les bactéries gram- sont généralement plus résistantes aux désinfectants que les gram+ (la parois des gram- étant plus complexe, la pénétration du désinfectant est plus difficile) Les spores, en raison de leur structure, sont de façon générale, très résistantes aux désinfectants Les virus enveloppés (ex HIV, herpès, influenza, rage) sont inactivés par la plupart des désinfectants Les virus non enveloppés (ex hépatite A et B, poliovirus) sont plus résistants Les champignons posent un problème pour la désinfection car il faut atteindre les spores et les formes végétatives

28 PRIONS BACTÉRIES SPORULÉES (Bacillus subtilis, Clostridium tetani, C. difficile) PROTOZOAIRES AVEC KYSTES (Giardia lamblia, Cryptosporidium parvum) MYCOBACTÉRIE VIRUS SANS ENVELOPPE (Myc. tuberculosis (virus Coxsackie, HAV, M. avium intracellulare) rhinovirus, rotavirus) BACTÉRIES VÉGÉTATIVES(Staphylococcus aureus, Salmonella typhi, Pseudomonas aeruginosa, coliformes) VIRUS À ENVELOPPE (HSV, HZV, CMV, EBV, Influenza, RSV, HBV, HCV, HIV...) CHAMPIGNONS sous forme végétative(Candida, Cryptococcus, Aspergillus …) Les plus sensibles Les moins sensibles

29 Désinfection et Stérilisation La désinfection vise les germes indésirables diminue le nombre de germes de 5 log dans des conditions bien standardisées La stérilisation vise toutes les formes vivantes de micro-organismes diminue le nombre de germes de 6 log dans des conditions biens standardisées les germes mêmes les plus résistants doivent être détruits

30 Antisepsie et Désinfection Ancienne définition Antisepsie: tissu vivant Désinfection: objets et surfaces inanimées. Nouvelle définition Antisepsie : tissu vivant lésé et muqueuses Désinfection : peau saine (main) et objets et surfaces inanimées Exemples antisepsie des plaies désinfection des mains, du champ opératoire désinfection des surfaces

31 Comment choisir un produit? Principe de base = évaluation du risque pour le patient Le risque résulte de 2 composantes Nature de l acte de soin Fragilité intrinsèque du patient

32 Classement des dispositifs médicaux et niveau de traitement requis

33 33 Niveau de risque et classe des DM Endoscopie/instrumentRigide/souple Lame de laryngoscope Surface,pompe,prise, Pied à perfusion,saturomètre,table dexamen, tensiomètre,pèse-personne.

34 Facteurs influençant lefficacité des antiseptiques et désinfectants La destruction dun micro-organisme par un désinfectant nest pas immédiate Pour chaque produit, il faut respecter un temps de contact bien défini Lefficacité dépend du nombre et la localisation des micro-organismes de la résistance naturelle des micro-organismes Cfr dia suivante de la présence de matières organiques de facteurs physiques et chimiques (T°, pH, humidité, dureté de leau) de la concentration du principe actif de la présence dun biofilm

35

36 Objectif des recommandations « Mettre à disposition des praticiens des recommandations pour le nettoyage, la désinfection et le stockage des endoscopes flexibles afin doptimaliser lassurance de qualité en pratique médicale et finalement de tendre vers le risque dinfection zéro pour les patients et le personnel »

37 Particularité de lendoscopie La majorité des endoscopes rigides sont thermorésistants doivent subir un cycle complet dautoclavage (stérilisation à la vapeur) Les endoscopes flexibles (ou souples) sont thermosensibles et ne supportent pas des températures supérieures à 60°C

38 Règles minimales Pour obtenir une sécurité optimale, chaque établissement ou chaque praticien doit rédiger de sa propre procédure disposer de personnel compétant en nombre suffisant disposer de matériel de qualité en suffisance

39 Le pré-nettoyage Objectif Hormis lélimination de toutes les salissures organiques, le but est dobtenir une charge en germes la plus basse possible. Procédure A effectuer immédiatement après lexamen (si possible dans le local dexamen) - la face externe de lendoscope est essuyée avec un chiffon humide (pour faciliter leffet mécanique), doux, non plucheux et à usage unique - le canal à air/à eau (si présence) est insufflé deau de distribution et dair pendant 10 secondes via le flacon laveur; - les canaux à biopsie (si présence) et daspiration sont rincés à leau de distribution afin déviter les incrustations et les obstructions; - le canal auxiliaire de lavage (si présence) doit être rincé; - les connexions électroniques doivent être protégées par des capuchons détanchéité.

40 La phase préparatoire Test détanchéité Nettoyage

41 Tenue du travailleur Port de gants à usage unique (longue manchette) Tablier de protection Lunettes de protection Masque à envisager

42 Le nettoyage manuel Objectif Eliminer toutes les souillures et débris organiques par des actions chimiques et mécaniques en vue de réduire la charge de micro-organismes A réaliser le plus rapidement possible pour éviter le séchage des souillures Cette étape est recommandée que la désinfection soit manuelle ou automatisée

43 Le nettoyage manuel Matériel Produit de nettoyage solution enzymatique compatible avec lendoscope (ainsi quavec les produits de désinfection utilisés ultérieurement) Gants « longues manchettes » à usage unique et non altérables par les produits utilisés, tablier de protection et lunettes. Brosses de nettoyage de préférence à usage unique ou contrôlée après chaque utilisation (diamètre et longueur adaptés aux canaux de lendoscope) Eponge ou un chiffon doux, non plucheux et à usage unique. Deux bacs suffisamment grands pour permettre limmersion complète de lappareil. Seringue(s) de 50 ml ou un système daspiration afin de faire circuler les produits dans les différents canaux. Eau de distribution exempte de micro-organismes mésophiles (Legionella, mycobactéries…) et à température inférieure à 30°C.

44 Méthode de travail Immerger lendoscope dans la solution enzymatique détergente fraîchement préparée Enlever tous les pistons et les soupapes (à ouvrir). Les nettoyer manuellement avec la solution enzymatique. Ils doivent préférentiellement subir un traitement aux ultrasons ainsi quau laveur-désinfecteur. Eliminer des canaux daspiration et à biopsie tous les tissus qui adhèrent au moyen dune brosse. La brosse doit passer au moins 3 fois dans les canaux. Le brossage peut être remplacé par une technique de nettoyage mécanisée équivalente permettant au minimum datteindre un résultat identique. Aspirer ou injecter la solution enzymatique dans les différents canaux. Veiller au nettoyage méticuleux de la partie distale de lendoscope: optique et onglet dAlbarran (si présence). Nettoyer la gaine externe et la tête de lendoscope avec une éponge ou un chiffon doux. Lendoscope (face externe et canaux) et les accessoires sont soigneusement rincés à leau de distribution. Leau doit être injectée ou aspirée dans les différents canaux. Leau de rinçage est évacuée et le bac de rinçage est nettoyé. Entre chaque utilisation dun endoscope: la solution utilisée pour le nettoyage est renouvelée. le bac est nettoyé avec le même produit (solution enzymatique) puis est rincé. Le nettoyage manuel

45 La désinfection en machine ou automatisée La désinfection automatisée ou en machine est vivement recommandée pour ses divers avantages - la traçabilité de toutes les étapes; - un temps de désinfection et une concentration des produits standardisés; - la reproductibilité; - une exposition minimale du personnel aux substances toxiques; - aucune réutilisation de liquides de nettoyage ou de désinfection; - le signalement dinterruption de cycle

46 Matériel La machine à désinfecter doit répondre aux normes européennes existantes (EN ISO de février 2008). Il est impératif de respecter les cycles dauto- désinfection de la machine selon les recommandations du fabricant. Il faut privilégier des contrats de maintenance avec celui-ci. La désinfection en machine ou automatisée Matériel La machine à désinfecter doit répondre aux normes européennes existantes (EN ISO de février 2008). Il est impératif de respecter les cycles dauto- désinfection de la machine selon les recommandations du fabricant. Il faut privilégier des contrats de maintenance avec celui-ci.

47

48 La désinfection en machine ou automatisée Cette phase automatisée comprend les étapes suivantes: - test détanchéité; - nettoyage; - désinfection; - rinçage; - séchage si lappareil le permet. Il faut veiller à ce que lendoscope soit placé de manière adéquate dans lappareil et que tous les canaux soient correctement raccordés, conformément aux instructions des fournisseurs

49 La désinfection manuelle La désinfection manuelle ne sera utilisée quen cas de défectuosité temporaire de lappareil de désinfection La désinfection manuelle comporte un certain nombre dinconvénients: Risques dirritation respiratoire et cutanée pour le personnel en contact avec les produits. La traçabilité doit être réalisée manuellement. La maîtrise du processus est plus difficile. Risque derreurs lors de la préparation des solutions et de la durée de trempage. Risque de non-respect de la durée de conservation des produits et des solutions préparées ainsi que le rythme de renouvellement des solutions.

50 La désinfection manuelle Méthode de travail En raison de leur toxicité et de leur mutagénicité potentielle, les solutions doivent être utilisées dans des bacs dimmersion fermés et dans des locaux bien ventilées (6 vol/h): la présence dune hotte pour une bonne évacuation des vapeurs est très importante. Le personnel en charge de la désinfection du matériel doit être équipé dune tenue visant à le protéger du contact et des projections de produits contaminés ou toxiques: gants en nitrile à longues manchettes, de tablier imperméable, de masque de soins, de lunette de protection. En cas de trempage, il est très important que tous les canaux internes entrent en contact avec la solution désinfectante durant le temps requis. Aucune bulle dair ne peut être présente. La solution est aspirée dans le canal au moyen dune seringue. La seringue est laissée connectée à lorifice du canal. Bacs et couvercles doivent être nettoyés et séchés après élimination de la solution désinfectante. Il est recommandé de mentionner sur les bacs la date et lheure dexpiration de la solution désinfectante ainsi que le nombre dutilisations de celle-ci.

51 La désinfection manuelle Phase de rinçage Vu la toxicité du désinfectant utilisé, il est nécessaire de rincer soigneusement les endoscopes après désinfection. Il en va de même des accessoires sils ne sont pas stérilisés. On utilise à cet effet de leau stérile ou bactériologiquement maîtrisée. Il faut laisser sécouler tout le liquide désinfectant des canaux internes de lendoscope avant de placer ce dernier dans leau. Il faut utiliser une seringue pour irriguer manuellement les canaux. Placez lendoscope dans leau. Rincez abondamment lintérieur et lextérieur de lendoscope à laide dune seringue. Après chaque usage, le bac de rinçage est vidé, séché et désinfecté à lalcool à 70%, sil ne peut être stérilisé.

52 La désinfection manuelle Phase de séchage Cette phase est très importante afin déviter tout risque de recontamination. Cette procédure empêche la croissance de micro-organismes potentiellement encore présents dans un environnement humide. Méthode de travail: Un séchage complet de lendoscope est obtenu en injectant de lalcool à 70% dans les canaux suivi dune insufflation dair comprimé médical à une pression maximale de 0,5 bars, et dun essuyage de lextérieur de lendoscope au moyen dun chiffon propre voire stérile. Si le matériel dendoscopie est réutilisé immédiatement, linjection de lalcool à 70% nest pas nécessaire.

53 La stérilisation En cas dutilisation dendoscopes critiques thermosensibles, une stérilisation doit être envisagée de manière anticipative afin dêtre prêt pour lintervention. Seules deux méthodes sont actuellement envisageables La stérilisation par trempage dans une solution dagents chimiques stérilisants La stérilisation au gaz (oxyde déthylène ou gaz plasma)

54 Cette méthode doit être réalisée juste avant lutilisation de lendoscope quelle que soit la durée de son stockage. - Les manipulations de désinfection et de rinçage doivent être réalisées de manière aseptique. - Le personnel doit porter un tablier et des gants stériles, une coiffe recouvrant toute la chevelure, et un masque. - Le bac de rinçage et leau doivent être stériles. - Le temps de trempage doit être adapté et respecté. Il faut veiller à ce que tous les canaux, quel que soit leur diamètre, soient bien irrigués par le désinfectant et ensuite par leau stérile. - Les chiffons utilisés pour sécher lendoscope seront stériles. - En fin de procédure, lendoscope doit être parfaitement sec et posé dans un contenant stérile. Il doit être utilisé immédiatement sous peine de devoir recommencer la procédure. La stérilisation par trempage

55 Cette méthode est utilisée pour la stérilisation dinstruments thermosensibles avec une lumière ouverte aux deux extrémités. La préférence va actuellement aux stérilisateurs à plasma. La stérilisation au gaz

56 Le stockage Après séchage, les endoscopes sont stockés en suspension dans une armoire fermée réservée à cet effet. Les faces internes de larmoire doivent être propres et désinfectées au moins une fois par semaine avec un désinfectant de surface. Les accessoires (valves, soupapes, etc.) ne sont pas montés sur lendoscope. Ces pièces désinfectées sont conservées dans ces mêmes armoires. Selon la littérature, le délai entre le traitement de lendoscope et son utilisation est très variable (allant de linstantané jusquà atteindre 3 jours). Ces délais ne sont pas basés sur des enquêtes cliniques ou sur des données bactériologiques mais sur le fait que, après un temps de latence, la croissance bactérienne reprend. Les enceintes spéciales de séchage et de stockage des endoscopes améliorent la qualité et augmentent la durée du stockage des endoscopes (selon les recommandations du fabricant).

57 Le transport Le transport dun endoscope (après utilisation) dun point à un autre doit être sécurisé et doit être réalisé dans des bacs suffisamment grands (nettoyés après chaque usage). Lutilisation dun chariot roulant de transport diminue le risque dendommagement des appareillages.

58 Entretien des pièces et accessoires Accessoires pour lendothérapie (càd matériel introduit à travers lendoscope) - Lutilisation de dispositifs à usage unique a ici la préférence. - Les dispositifs réutilisables doivent être stérilisés après chaque utilisation. - Pour lirrigation durant lacte dendoscopie, de leau stérile est utilisée. - Les tubulures qui raccordent les canaux accessoires doivent suivre la même procédure que lendoscope.

59 Accessoires attachés à lendoscope Ce groupe de dispositifs (touches et soupapes, canules et récipients daspiration) nentre pas en contact direct avec le patient lui-même mais il existe un risque important de contamination par le canal de lendoscope. - Le flacon de rinçage stérile doit être rempli deau stérile. - La tubulure daspiration est changée entre chaque patient. - Si la poche daspiration nest pas jetable, elle doit être décontaminée au moins une fois par jour en fin de programme. - Tous les pistons et les soupapes (à ouvrir) sont enlevés et nettoyés manuellement avec la solution enzymatique. Ils doivent préférentiellement subir un traitement aux ultrasons ainsi quau laveur-désinfecteur. Entretien des pièces et accessoires

60 Dispositifs pour le processus de nettoyage - Ces instruments nentrent pas en contact direct avec le patient durant lendoscopie. - Des dispositifs à usage unique sont préférentiellement utilisés. - Les brosses réutilisables doivent être nettoyées et rincées immédiatement après utilisation; ensuite, elles peuvent être nettoyées et désinfectées avec lendoscope dans le désinfecteur dendoscope. Entretien des pièces et accessoires

61 Infrastructure et locaux Dans le local dexamen, la ventilation est suffisante (en cas de bronchoscopie : 6-12 renouvellements dair par heure). Dans le local dexamen, léquipement nécessaire à un premier nettoyage immédiat et adéquat de lendoscope est présent. Le local dans lequel le processus de désinfection sera réalisé est distinct des locaux dexamen tout en restant facilement accessible. Une séparation entre les zones propre et sale est garantie.

62 Léquipement pour lhygiène des mains (lavage, friction, désinfection, gants) doit être prévu. Des informations concernant la qualité de leau sont disponibles (dureté, microbiologie ) Les produits utilisés sont stockés en toute sécurité. Un bac adéquat est présent pour le nettoyage manuel. Des fiches reprenant les instructions pour le nettoyage sont présentes (produit, opérateur, fréquence). Tous les endoscopes, accessoires, appareils de désinfection et le cas échéant séchoirs sont identifiés (afin de pouvoir faire le lien avec les résultats des contrôles de qualité). Lendoscope de même que ses soupapes et boutons doivent toujours être nettoyés, désinfectés et conservés ensemble. Infrastructure et locaux

63 Contrôles microbiologiques Actuellement, il nexiste pas de preuves et darguments scientifiques établis (evidence-based) justifiant la fréquence des contrôles microbiologiques comme indicateur lié aux résultats. Néanmoins, des contrôles microbiologiques peuvent être recommandés: Comme élément de la validation lors de lacquisition, après réparations et après une modification majeure de la procédure. En routine pour contrôler les résultats de lensemble du processus. En cas de suspicion de transmission dinfections, un échantillonnage est réalisé à plusieurs endroits.

64 Les différents produits utilisés

65 Pour nettoyer le matériel Des détergents à action enzymatique (ex Aniosyme ® DD1) sont, de préférence, utilisés. Lutilisation de poudre et de produits colorés doit être évitée. L'usage de détergents sans savon est recommandé. La mousse de savon peut empêcher un bon contact des fluides avec les surfaces du matériel et réduire la qualité d'ensemble du processus de nettoyage. Le détergent sélectionné doit pouvoir éliminer les débris organiques et/ou inorganiques.

66 Qualités du désinfectant Le désinfectant idéal est efficace contre un grand nombre d'organismes y compris les virus véhiculés par le sang et les prions. Il est compatible avec les endoscopes, les accessoires et les unités de nettoyage d'endoscopes. Il est non-irritant et sans danger pour l'utilisateur et pour l'environnement. Il est important de souligner que l'alcool ne peut dans ce cas être utilisé comme une alternative à la désinfection car il fixe les protéines.

67 Le glutaraldéhyde (GA) Ex Cidex ®, Stéranios ® le + fréquent Avantages peu coûteux, large spectre dactivité, excellente compatibilité avec les matériaux Inconvénients: impact sur la santé du personnel (absorption cutanée: port de gants nitrile), sécurité patient en cas de rinçage insuffisant, favorise la coagulation des protéines avec risque de formation de biofilm, temps de contact à en cas de mycobactérie atypique

68 L'orthophtalaldéhyde (OPA) Ex Cidex® OPA Avantages: désinfection + rapide (h aut niveau de désinfection en 12 minutes) activité mycobactéricide supérieure à GA mais ! moins dodeur (- démanation), plus stable que GA, ne fixe pas les protéines Inconvénients: coût, tâches (peau, vêtements, appareils, surfaces), Irritation de l'appareil respiratoire et des yeux (bonne ventilation recommandée) ! cancer vessie

69 L'acide peracétique (APA) Ex Nu Cidex ®, Anios ®, Sékusept ®, Dialox ® Avantages: large spectre dactivité, moindre charge pour lenvironnement, ne fixe pas les protéines Inconvénients: (in)stabilité, préparation du produit (mélange de 2 produits puis délai de maturation), corrosif (risque de fuites au niveau des canaux), compatibilité moins bonne avec matériaux, odeur, irritant, coût

70 Dioxyde de chlore Avantages: nombreuses présentations (lingettes, liquide) facile demploi peu toxique temps de contact très court Inconvénients: peu stable (solution doit être « fraîche » pour être efficace) nécessite le mélange de 2 composants risque de dommage aux endoscopes (agent oxydant) vérifier compatibilité entre endoscope et produit avant de lutiliser coût ? attention aux concentrations en chlore libérées dont dépend lactivité microbiologique

71 Leau électrolysée nouveau procédé semble avoir de nombreux avantages pas encore déléments scientifiques pour se positionner

72 Le produit idéal Spectre large Action rapide Non toxique Non corrosif Facile à doser Incolore Inodore Activité résiduelle Économique Stable Soluble Action nettoyante

73 73 Règles dutilisation Désinfectant approprié à lusage Respect des instructions Ne pas mélanger Mettre des gants Respecter les règles de sécurité Respecter les règles de conservation du produit (péremption, dilution, délai dutilisation,…)

74 Niveau de la qualité de leau à utiliser selon le niveau de traitement requis

75 On ne peut désinfecter ou stériliser quaprès un nettoyage minutieux!

76 Merci de votre attention…


Télécharger ppt "Lhygiène hospitalière en endoscopie Marie-Chantal Meeus."

Présentations similaires


Annonces Google