La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Problèmes liés au vieillissement chez les femmes infectées par le VIH

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Problèmes liés au vieillissement chez les femmes infectées par le VIH"— Transcription de la présentation:

1 Problèmes liés au vieillissement chez les femmes infectées par le VIH

2 Table des matières Introduction
Problèmes physiques liés au vieillissement chez les femmes infectées par le VIH Problèmes émotionnels, psychologiques et psychiatriques liés au vieillissement chez les femmes infectées par le VIH Soutien Études de cas Résumé 2

3 Introduction

4 Population globale vieillissante
D'ici 2050, ~ 25 % de la population globale sera âgée de ≥ 60 ans Estimation de la population globale Population (millions) Âge (années) Base de données internationale du Bureau de recencement des É.-U.

5 Modification de la distribution des personnes infectées par le VIH dans les différentes plages d'âge
L'espérance de vie des personnes ayant accès à un traitement antirétroviral est prolongée et s'approche de celle de la population générale Pourcentage de patients actifs Année Antiretroviral Therapy Cohort Collaboration (2008) Lancet 2. Swiss HIV Cohort Study (mai 2009)

6 Proportion des nouveaux cas d'infection par le VIH/SIDA chez les personnes âgées
L'efficacité des traitements antirétroviraux n'est toutefois pas la seule raison expliquant le vieillissement de la population de patients infectés par le VIH Le taux d'infection par le VIH et de nouveaux diagnostics chez les personnes âgées est à la hausse1-3 En Europe, la proportion de femmes âgées de ≥ 50 ans constituant les nouveaux cas d'infection par le VIH/SIDA est passée d'environ 6 % en 2002 à près de 10 % en 20061 Au Royaume-Uni, les femmes représentent le quart de tous les diagnostics chez les personnes de plus de 50 ans4 Les taux réels d'infection chez les sujets âgés de ≥ 50 ans sont inconnus à l'heure actuelle en raison des faibles taux de dépistage5,6 1. EuroHIV End-year Report (2006) 2. Simone MJ et al. (2008) Geriatrics 3. Dougan S et al. (2004) Epidemiol Infect 4. Smith R et al. (2010) HIV Medicine 5. Pratt G et al. (2010) Age and Ageing

7 Conséquences de l'âge au moment du diagnostic
Le dépistage du VIH est souvent retardé chez les sujets plus âgés1 Les personnes âgées peuvent se considérer comme n'étant pas à risque d'infection par le VIH Les professionnels de la santé omettent parfois de considérer le VIH comme une cause possible de maladie Un diagnostic et un traitement tardifs peuvent avoir davantage de conséquences défavorables chez les sujets plus âgés que chez les plus jeunes2,3 Toutefois, les patients âgés tirent des bienfaits comparables du traitement antirétroviral que les sujets plus jeunes4 Rotily M et al. (2000) Int J STD AIDS Kirk (2006) J Am Geriatr Soc 3. COHERE Study Group (2008) AIDS 4. Perez JL et al. (2003) Clin Infect Dis

8 Conséquences du vieillissement chez les femmes infectées par le VIH
Troubles dont l'incidence est accrue chez les femmes infectées par le VIH : Changements hormonaux Événements cardiovasculaires Infections non liées au SIDA Maladie rénale Cancers/tumeurs non liés au SIDA Changements musculaires et squelettiques Troubles du SNC, troubles de l'humeur, changements neurocognitifs ou démence non liés au SIDA Les femmes infectées par le VIH rencontrent les mêmes problèmes liés au vieillissement que la population générale, PLUS : les conséquences de vivre pluis longtemps en étant infecté par le VIH les conséquences d'une exposition prolongée aux traitements contre le VIH 

9 Problèmes physiques liés au vieillissement chez les femmes infectées par le VIH

10 Ménopause

11 Ménopause La ménopause est caractérisée par la fin des menstruations et de l'ovulation Chute des taux d'œstrogène, une hormone sexuelle féminine Le début de la ménopause est associé à un risque accru : de maladie cardiovasculaire (MCV) de diabète d'ostéopénie/ostéoporose Une ménopause précoce (avant l'âge de 46 ans) : augmente le risque de ces maladies peut être liée à une augmentation de la mortalité

12 Ménopause précoce chez les femmes infectées par le VIH
% de femmes ménopausées précocement (< 40 ans) Infectées par le VIH Non infectées par le VIH n = 303 n = 268 Les femmes infectées par le VIH sont 73 % plus susceptibles d'être ménopausées précocement, comparativement aux femmes non infectées par le VIH (p = 0,024) Schoenbaum et al. (2005) Clin Infect Dis

13 Statut socio-économique
Facteurs potentiels contribuant à une ménopause précoce chez les femmes infectées par le VIH Un faible nombre de cellules CD4+ a été associé à une ménopause précoce Immunosuppression Tabagisme Statut socio-économique La ménopause peut survenir jusqu'à 1 à 2 ans plus tôt chez les fumeuses, comparativement aux non-fumeuses Les marqueurs d'un statut socio-économique faible (p. ex., niveau d'éducation inférieur, chômage et pauvreté) sont associés à une ménopause précoce

14 Les symptômes de ménopause peuvent s'apparenter à ceux liés au VIH
Bouffées de chaleur nocturnes Fonte musculaire Sécheresse vaginale Sautes d'humeur Cycles menstruels irréguliers Il est important que les femmes surveillent leur cycle menstruel afin que ces symptômes ne soient pas attribués au VIH ou au traitement antirétroviral

15 Hormonothérapie substitutive chez les femmes infectées par le VIH
L'hormonothérapie est utile chez certaines femmes infectées par le VIH Les risques peuvent l'emporter sur les bienfaits si la patiente : est fumeuse est obèse a déjà présenté des caillots sanguins, un cancer du sein, des troubles hépatiques, si son taux de cholestérol est élevé, si elle est diabétique ou si elle présente des antécédents familiaux de maladie cardiaque Il a été démontré que l'œstrogène et la progestérone interagissent avec de nombreux antirétroviraux

16 Prise en charge de la ménopause chez les femmes infectées par le VIH
Stratégies pour retarder les effets associés à la ménopause : Mode de vie sain Abandon du tabac Observance d'un traitement antirétroviral efficace Hormonothérapie substitutive Prise en charge des symptômes Traitements de remplacement

17 Prise en charge de la ménopause chez les femmes infectées par le VIH
Le professionnel de la santé devrait discuter avec la patiente : des symptômes de la ménopause afin qu'elle les reconnaisse des tests médicaux requis en lien avec la ménopause des mesures qu'elle peut prendre pour mieux vivre sa ménopause des interactions possibles entre le traitement antirétroviral et l'hormonothérapie substitutive des groupes de soutien pour les femmes ménopausées des autres sources d'information

18 Ostéoporose

19 Risque accru d'ostéoporose chez les femmes infectées par le VIH
Une diminution de la densité minérale osseuse (DMO) peut être attribuable au VIH ou aux antirétroviraux Une carence en vitamine D est relativement courante chez les sujets infectés par le VIH Dans une étude, la DMO de la hanche et de la colonne vertébrale était significativement inférieure chez les femmes infectées par le VIH que chez les sujets du groupe témoin non infectés par le VIH Un âge plus avancé a également été associé à une DMO inférieure Arnsten JH et al. (2006) Clin Infect Dis

20 Conséquences de l'ostéoporose
L'ostéoporose est un facteur de risque majeur de fractures de la hanche Les femmes infectées par le VIH sont plus à risque de chutes, ce qui augmente la probabilité de fractures chez les patientes atteintes d'ostéoporose p = 0,002 (comparaison globale) Prévalence des fractures/100 sujets Infectées par le VIH Non infectées par le VIH Triant VA et al. (2008) J Clin Endocrinol Metab 20

21 Prise en charge de l'ostéoporose chez les femmes infectées par le VIH
Ostéodensitométrie pour dépister l'ostéoporose Stratégies pour aider à réduire le risque de développement de l'ostéoporose chez les femmes : Exercices de mise en charge Apport nutritionnel adéquat en calcium/suppléments de vitamine D Abandon du tabac et consommation modérée d'alcool Évitement des antirétroviraux liés à une augmentation de la perte de DMO Les médicaments traditionnels approuvés pour le traitement et la prévention de l'ostéoporose peuvent être appropriés chez les femmes infectées par le VIH

22 Les femmes infectées par le VIH devraient poser des questions lors des consultations médicales
Suis-je à risque d'ostéoporose à mon âge? Serai-je à risque en vieillissant? Quels sont les symptômes que je devrais surveiller? Comment faire pour réduire mon risque d'ostéoporose? Est-ce que je prends des médicaments qui pourraient augmenter mon risque d'ostéoporose? Y a-t-il des tests ou des examens de dépistage de l'ostéoporose que je devrais subir?

23 Les femmes infectées par le VIH devraient poser des questions lors des consultations médicales
Quels sont les médicaments disponibles contre l'ostéoporose? Quels sont leurs bienfaits et leurs effets indésirables? Y a-t-il un risque d'interaction entre ces médicaments et d'autres médicaments que je prends, comme mes antirétroviraux? Y a-t-il d'autres mesures que je peux prendre, mis à part le traitement médicamenteux, pour réduire mon risque d'ostéoporose et de fracture? Mode de vie, activités, alimentation? Quelle doit être la teneur en calcium et en vitamine D de mon alimentation? Devrais-je prendre des suppléments? Comment m'assurer que mon apport en vitamine D et en produits laitiers est suffisant? Où pourrais-je obtenir davantage d'information?

24 Maladie cardiovasculaire

25 Maladie cardiovasculaire chez les femmes infectées par le VIH
Les femmes infectées par le VIH présentent un risque accru de maladie cardiovasculaire (MCV) Plusieurs autres facteurs majeurs augmentent le risque de MCV Tabagisme Tension artérielle et taux de cholestérol Activité physique Obésité et embonpoint Diabète Facteurs qui PEUVENT être modifiés ou maîtrisés par le traitement ou la modification du mode de vie Âge avancé Sexe masculin quoique le risque chez la femme augmente après la ménopause Hérédité incluant l’éthnicité Facteurs NON modifiables

26 Risque de MCV et exposition au traitement antirétroviral
Il a été démontré que l'incidence d'infarctus du myocarde (IM) augmente parallèlement à l'exposition à un traitement antirétroviral d'association Étude DAD : incidence des IM chez les patients infectés par le VIH, comparativement aux patients non exposés aux antirétroviraux Exposure (yr) None <1 1-2 2-3 3-4 >4 8 7 6 5 4 3 2 1 Incidence per 1000 Person-Yr Incidence par 1000 personnes-années p < 0,001, tendance Nulle Exposition (années) The DAD Study Group (2003) N Engl J Med

27 N. de patients ayant subi un événement Risque de complications
SMART : incidence accrue de MCV avec un traitement HAART intermittent vs continu  Une stratégie d’épargne thérapeutique guidée par le nombre de cellules CD4 a été associée à une progression significativement plus importante de la maladie et à une augmentation des décès, comparativement à une suppression virale continue; RR : 2,5 (IC à 95 % : 1,8-3,6; p < 0,001) N. de patients ayant subi un événement Paramètre RR (IC à 95 %) 1,5 Complications graves 114 1,4 MCV, mortalité rénale/hépatique 31 1,5 Risque de complications Évén. CV non fatals 63 1,4 Évén. hépatiques non fatals 14 2,5 Évén. rénaux non fatals 7 0,1 1,0 10,0 El-Sadr W et al. CROI Abstract 106 LB.

28 Prise en charge du risque de MCV chez les femmes infectées par le VIH
Stratégies pour aider à réduire le risque de MCV chez les femmes : Abandon du tabac Maîtrise de l'hypertension Alimentation et prise en charge de l'hypercholestérolémie Maîtrise du diabète Activité physique/exercice Traitement de la dépression Les médicaments traditionnels approuvés pour le traitement et la prévention de la MCV peuvent être appropriés chez les femmes infectées par le VIH

29 Prise en charge du risque de MCV chez les femmes infectées par le VIH
Le professionnel de la santé devrait discuter avec la patiente : des facteurs de risque personnels de MCV et des traitements/interventions pour aider à les maîtriser des signes et des symptômes de MCV des programmes de dépistage des modifications au mode de vie et des suppléments/médicaments qui pourraient aider à neutraliser le risque de MCV ou les conséquences de la MCV des autres sources d'information

30 Cancer

31 Cancer et VIH De nombreux cancers sont désormais traitables, surtout s'ils sont diagnostiqués tôt Un diagnostic tardif et un âge avancé au moment du diagnostic peuvent se traduire par un pronostic moins favorable et un fardeau accru associé à la maladie et au traitement Les cancers peuvent être classés comme liés ou non au SIDA Les cancers liés au SIDA chez les femmes comprennent : Sarcome de Kaposi Lymphomes Cancer invasif du col de l'utérus

32 Risque accru de cancer chez les femmes infectées par le VIH
Rapport entre les cas de cancer observés/prévusa Cancers liés au SIDA Sarcome de Kaposi 178,49 Lymphome non hodgkinien 48,97 Cancer invasif du col de l'utérus 9,20 Cancers non liés au SIDA Cancer du poumon 7,95 Cancer de l'œsophage 7,69 Myélome multiple 7,37 Cancer de la cavité buccale et du pharynx 6,55 Maladie de Hodgkin 5,65 Leucémies 4,52 Cancers rectal/anal 3,23 aRapport d'incidence standardisé (RIS) Fordyce EJ et al. (2000) AIDS Public Policy

33 Virus du papillome humain et cancer du col de l'utérus
Le virus du papillome humain (VPH) regroupe plus de 100 virus différents Le VPH se transmet par le contact de peau à peau lors d'une relation sexuelle Certaines souches du VPH peuvent causer le cancer du col de l'utérus chez la femme Les personnes infectées par le VIH sont plus susceptibles d'être infectées par le VPH que les personnes qui ne sont pas infectées par le VIH 33

34 Cancer du col de l'utérus
L'un des types de cancer les plus courants chez les femmes dans le monde Les femmes infectées par le VIH présentent un risque significativement plus élevé de cancer du col de l'utérus que les femmes qui ne sont pas infectées par le VIH Les femmes infectées par le VIH sont particulièrement vulnérables aux infections par des types de VPH à risque élevé qui peuvent entraîner le cancer1,2 Le traitement HAART est associé à la régression de la néoplasie cervicale intraépithéliale (CIN) L'effet du traitement HAART sur l'incidence du cancer invasif du col de l'utérus n'a pas été clairement établi Frisch M et al. (2000) J Natl Cancer Inst Palefsky J (2009) Curr Opin HIV AIDS

35 Cancer du sein Le type de cancer le plus répandu chez les femmes dans le monde; son incidence ne semble pas plus élevée chez les femmes infectées par le VIH Les femmes infectées par le VIH sont moins susceptibles de subir une mammographie de dépistage systématique Il peut en résulter un diagnostic plus tardif et une maladie à un stade plus avancé au moment du diagnostic Une bosse au sein chez une femme infectée par le VIH peut être associée au diagnostic différentiel de troubles moins courants

36 Prise en charge du cancer chez les femmes infectées par le VIH
Un traitement antirétroviral très efficace réduit significativement le risque de cancers liés au SIDA Il est important de surveiller l'état de santé et de procéder à des tests de dépistage afin d'assurer un diagnostic et une intervention précoces Les interactions médicamenteuses entre les antinéoplasiques et les antirétroviraux peuvent être prévues et prises en charge Le professionnel de la santé devrait discuter avec la patiente : des programmes de dépistage du cancer, particulièrement du cancer du col de l'utérus de la vaccination contre le VPH des autres sources d'information

37 Maladie rénale

38 Maladie rénale et âge L'âge est l'un des facteurs de risque majeurs de maladie rénale Un suivi étroit du taux de filtration glomérulaire doit être considéré chez les femmes âgées de ≥ 45 ans, particulièrement si elles reçoivent un antirétroviral qui peut accroître le risque de néphropathie chronique et/ou si elles présentent des facteurs de risque concomitants : Dyslipidémie Hypertension Diabète Obésité

39 Maladie rénale chez les femmes infectées par le VIH
Les femmes infectées par le VIH peuvent présenter un risque accru d'insuffisance rénale aiguë ou de néphropathie chronique Risque de néphropathie liée au VIH et/ou de dysfonctionnement rénal induit par les antirétroviraux Les complications rénales peuvent augmenter la mortalité chez les femmes infectées par le VIH p < 0,0001 certificat de décès mentionnait Proportion de sujets dont le une complication rénale (%) Femmes infectées par le VIH Femmes non infectées par le VIH Gardner LI et al. (2003) J Acquir Immune Defic Syndr

40 Prise en charge de la maladie rénale chez les femmes infectées par le VIH
Suivi régulier de la fonction rénale Traitement des facteurs de risque concomitants de maladie rénale diabète hypertension dyslipidémie Chez les patientes présentant des lésions rénales : ajuster le traitement antirétroviral et les autres médicaments au besoin éviter les traitements néphrotoxiques à moins qu'aucune autre option ne soit disponible porter une attention particulière aux interactions médicamenteuses

41 Affaiblissement

42 Définition d'affaiblissement
Pour que l'affaiblissement soit considéré comme un syndrome indépendant (ou phénotype), trois des critères suivants doivent être observés : Perte de poids involontaire Épuisement signalé par le patient Faible niveau d'activité physique Lenteur – mesurée par le temps requis pour parcourir 3 m à pied Faiblesse – force de préhension Fugate Woods N et al. (2005) J Am Geri Soc

43 VIH et affaiblissement précoce
Un patient de 55 ans infecté par le VIH depuis 0 à 4 ans est aussi affaibli qu'un patient de 65 ans non infecté par le VIH Prévalence de l'affaiblissement 6 % 4 % 2 % 0 % 35 40 45 50 55 Âge (années) Années écoulées depuis l'infection par le VIH : 0–4 4–8 8–12 Desquilbet L et al. (2007)J Gerontol A Biol Sci Med Sci

44 Affaiblissement chez les femmes infectées par le VIH
Une réduction importante du nombre de cellules CD4+ est un facteur prédictif indépendant de lenteur, de faiblesse et d'affaiblissement La prévalence de l'affaiblissement est de 2,7 fois plus élevée chez les femmes dont le nombre de cellules CD4+ est < 100 cellules/mm3 Facteurs prédictifs indépendants de l'affaiblissement : chômage nombre élevé de troubles concomitants et antécédents de maladies opportunistes score plus élevé à l'échelle d'évaluation de la dépression traitement antidépresseur faible taux sérique d'albumine Les taux d'hospitalisation sont plus élevés chez les personnes affaiblies, et la durée du séjour à l'hôpital est de cinq fois supérieure

45 Problèmes émotionnels, psychologiques et psychiatriques liés au vieillissement chez les femmes infectées par le VIH

46 Troubles neurocognitifs

47 Troubles neurocognitifs associés au VIH
Les femmes infectées par le VIH qui présentent des troubles neurocognitifs peuvent avoir de la difficulté à accomplir leurs tâches quotidiennes, des difficultés d'apprentissage, ainsi que des troubles d'équilibre et du mouvement Les changements neurocognitifs associés au VIH comprennent les troubles moteurs, cognitifs et comportementaux Les effets neurocognitifs et les effets sur la fonction motrice augmentent avec l'âge chez les patients infectés par le VIH Les principaux changements neurocognitifs comprennent le trouble dépressif majeur et les troubles neurocognitifs liés au VIH

48 Fonction neurologique chez les femmes infectées par le VIH
Une atteinte neurologie est présente chez ≥ 50 % des personnes infectées par le VIH Il a été démontré que les troubles neurologiques, incluant des troubles de la mémoire et de la fonction psychomotrice, sont plus fréquents chez les femmes infectées par le VIH Le risque augmente avec l'âge % de patients présentant une atteinte CDC : Centers for Disease Control and Prevention; A = asymptomatique; B = symptomatique; C = troubles liés au SIDA Clifford DB (2008) Top HIV Med

49 Démence et Alzheimer chez les personnes infectées par le VIH
Il règne une grande controverse concernant le lien entre le VIH et l'incidence accrue de démence précoce et le risque accru de la maladie d'Alzheimer L'incidence de la démence liée au VIH augmente avec l'âge Pourcentage de patients avec démence associée au VIH Âge au moment du diagnostic du SIDA Valcour V et al. (2004) Neurology 49

50 Fonction neurologique et observance du traitement antirétroviral
Cercle vicieux d'une mauvaise observance Atteinte neurocognitive chez les patients âgés augmentant le manque d'observance du traitement Observance sous-optimale du traitement antirétroviral rendant les patients vulnérables à une atteinte neurocognitive L'observance d'un traitement antirétroviral efficace pénétrant le SNC peut être importante pour maintenir la santé neurocognitive Ettenhofer ML et al. (2009) Am J Geriatr Psychiatry

51 Prise en charge des changements neurocognitifs chez les femmes infectées par le VIH
Un mode de vie sain peut aider à préserver la fonction cognitive : Alimentation : fruits, légumes, haricots, soya, poissons, grains entiers, pas d'ajout de matières grasses ou de sel, peu ou pas de café et d'alcool Supplément de vitamine D3 Exercice Gestion du stress : méditation, yoga Abandon du tabac Heures de sommeil suffisamment nombreuses

52 Prise en charge des changements neurocognitifs chez les femmes infectées par le VIH
Le professionnel de la santé devrait discuter avec la patiente : des programmes de dépistage/de l'évaluation des troubles neurologiques des modifications au mode de vie et des suppléments/médicaments pouvant aider des autres sources d'information

53 Dépression et anxiété

54 Dépression et anxiété chez les femmes infectées par le VIH
La dépression et l'anxiété sont courantes chez les femmes infectées par le VIH1 Les taux de dépression chez les personnes infectées par le VIH et atteintes du SIDA sont de 5 à 10 fois plus élevés que dans la population générale Les personnes âgées infectées par le VIH peuvent présenter des symptômes de dépression plus faibles et une utilisation moins grande des services de santé mentaux, comparativement aux sujets plus jeunes, possiblement en raison d'un meilleur soutien

55 La dépression peut entraîner une mauvaise observance du traitement antirétroviral et une augmentation de la mortalité Durée du traitement antirétroviral et symptômes de dépression1 Mortalité liée au VIH et symptômes de dépression 2 IDB < 15 IDB ≥ 15 Survie cumulative Survie cumulative p = 0,0001 Dépression légère Dépression intermittente Dépression chronique Durée du traitement HAART (mois) Durée totale de la participation à l'étude (années) IDB : inventaire de dépression de Beck 1. Bangsberg DR et al. (2001) ICAAC, Chicago, USA 2. Ickovics JR et al. (2001) JAMA

56 Prise en charge de la dépression et de l'anxiété chez les femmes infectées par le VIH
Les femmes infectées par le VIH doivent être évaluées pour dépister la dépression et l'anxiété et assurer qu'une intervention adéquate est offerte Stratégies de prise en charge de la dépression et de l'anxiété ayant démontré des effets positifs chez les personnes infectées par le VIH : Thérapie interpersonnelle Exercice Massage Traitement médicamenteux Thérapie cognitivo-comportementale

57 Prise en charge de la dépression et de l'anxiété chez les femmes infectées par le VIH
Le professionnel de la santé devrait discuter avec la patiente : des signes et des symptômes de la dépression/de l'anxiété des programmes de dépistage/de l'évaluation de la dépression/de l'anxiété des groupes de soutien pour les personnes atteintes de dépression/d'anxiété des modifications du mode de vie et des suppléments/médicaments qui pourraient aider à neutraliser le risque de dépression/d'anxiété ou les conséquences de la dépression/de l'anxiété des autres sources d'information

58 Insomnie

59 Causes et conséquences d'un sommeil de mauvaise qualité
L'insomnie et les troubles du sommeil sont des affections médicales pouvant nécessiter un traitement S'ils ne sont pas traités, les troubles du sommeil peuvent aggraver les autres affections, telles que la dépression L'insomnie est plus fréquente chez les femmes que chez les hommes et augmente avec l'âge Humeur, dépression, anxiété Qualité du sommeil, insomnie

60 Prise en charge des troubles du sommeil chez les femmes infectées par le VIH
Stratégies pour aider à atténuer les troubles du sommeil chez les femmes infectées par le VIH : Identification des facteurs étiologiques possibles Traitement médicamenteux Amélioration de l'hygiène de sommeil, y compris en réduisant les siestes et en augmentant le niveau d'activité durant la journée Traitement de la dépression et de l'anxiété Techniques de relaxation

61 Prise en charge des troubles du sommeil chez les femmes infectées par le VIH
Le professionnel de la santé devrait discuter avec la patiente : des signes et des symptômes de l'insomnie des modifications du mode de vie et des suppléments/médicaments des autres sources d'information

62 Problèmes de nature familiale et parentale

63 Problèmes de nature parentale et familiale chez les femmes infectées par le VIH
Les femmes mûres endossent souvent un double rôle : celui de prendre soin de leur propre santé en plus de prendre soin de leurs enfants, petits-enfants ou parents âgés Les femmes âgées sont plus susceptibles de s'opposer à ce que leur état de santé soit révélé à leurs enfants En plus de retarder chez certaines femmes le moment de commencer à avoir des enfants, le VIH peut déclencher une ménopause précoce, ce qui nuit à la possibilité d'avoir des enfants

64 Soutien

65 Soutien aux femmes vieillissantes infectées par le VIH
Les femmes âgées infectées par le VIH peuvent nécessiter davantage de soins de santé et de soutien émotionnel que les femmes qui ne sont pas infectées par le VIH Atténuer les inquiétudes/les craintes concernant leur état de santé Les femmes âgées infectées par le VIH peuvent être rassurées par un suivi plus régulier La situation financière et le soutien d'un partenaire peuvent être moins adéquats chez les femmes âgées infectées par le VIH Soutien additionnel de la communauté ou du système de soins de santé Information et soutien concernant les soins aux aînés et le deuil Le double rôle de prendre soin de parents dont la santé décline ou de gérer la perte d'un parent

66 Soutien aux femmes vieillissantes infectées par le VIH
Les professionnels de la santé doivent comprendre les problèmes auxquels se heurtent les femmes vieillissantes infectées par le VIH afin de mieux les soutenir et d'offrir des réponses à cette population Les groupes communautaires et le partage d'expériences avec d'autres personnes vieillissantes infectées par le VIH peuvent offrir un soutien essentiel et inciter les femmes à accomplir des tâches enrichissantes Les inquiétudes liées aux stigmates et l'isolement sont encore courants chez les femmes âgées infectées par le VIH L'information sur le veillissement offerte aux femmes infectées par le VIH est limitée ce qui est attribuable à la maladie, et ce qui est attribuable au vieillissement normal Enriquez M et al. (2008) J Assoc Nurses AIDS Care

67 Études de cas

68 Étude de cas 1 – caractéristiques
Femme de 54 ans Propriétaire d'un restaurant Horaire chargé Diagnostic d'infection par le VIH en 2005; la patiente a été atterrée Elle a souffert épisodiquement de dépression depuis le diagnostic et se sent plus anxieuse récemment; elle a des sautes d'humeur et des troubles du sommeil La patiente veut savoir quand elle recommencera à se sentir comme elle-même A besoin de se concentrer pour bien accomplir son travail Désire mieux maîtriser son humeur et son bien-être émotionnel

69 Études de cas 1 – mesures à prendre
Évaluer la dépression/l'anxiété et l'insomnie Revoir le traitement antirétroviral pour déterminer si certains médicaments peuvent influencer l'humeur Envisager de modifier le traitement antirétroviral afin d'exclure les médicaments susceptibles d'occasionner de la dépression/de l'anxiété? Discuter des interventions pharmacologiques/comportementales pour traiter la dépression/l'anxiété et l'insomnie Amélioration du programme d'exercice Thérapies de relaxation, p. ex., massage Antidépresseur et/ou régulateur de l'humeur? Sédatifs? Amélioration de l'hygiène de sommeil?

70 Étude de cas 2 – caractéristiques
Femme de 42 ans Diagnostic d'infection par le VIH il y a plus de 15 ans Instauration du traitement il y a 7 ans Antécédents familiaux de mortalité CV Antécédents médicaux de taux de cholestérol modérément élevé et d'hypertension modérée Grande fumeuse depuis le début de l'adolescence Consommation d'alcool significative et usage de cannabis Troubles du sommeil et anxiété

71 Études de cas 2 – mesures à prendre
Discuter des modifications du comportement visant à réduire le risque de MCV et de ménopause précoce Abandon du tabac et du cannabis Consommation modérée d'alcool Amélioration de l'alimentation et du programme d'exercice Évaluer la dépression/l'anxiété et l'insomnie Revoir le traitement antirétroviral pour déterminer si certains médicaments peuvent influencer l'humeur Envisager de modifier le traitement antirétroviral afin d'exclure les médicaments susceptibles d'occasionner de la dépression/de l'anxiété? Discuter des interventions pharmacologiques/comportementales pour traiter la dépression/l'anxiété et l'insomnie

72 Étude de cas 3 – caractéristiques
Femme de 65 ans Elle vit seule Elle joint à peine les deux bouts avec sa rente du gouvernement Diagnostic d'infection par le VIH en 1991 Traitement antirétroviral à long terme Elle se sent isolée socialement et seule, et souffre d'épisodes de dépression grave Elle est de plus en plus affaiblie et souffre de perte de mémoire à court terme Elle devra probablement emménager dans un centre de soins au cours des prochains mois Elle s'inquiète de l'accueil qui lui sera réservé, en raison de son infection par le VIH

73 Études de cas 3 – mesures à prendre
Évaluer la dépression/l'anxiété et l'insomnie Revoir le traitement antirétroviral pour déterminer si certains médicaments peuvent influencer l'humeur Envisager de modifier le traitement antirétroviral afin d'exclure les médicaments susceptibles d'occasionner de la dépression/de l'anxiété? Discuter des interventions pharmacologiques/comportementales pour traiter la dépression/l'anxiété et l'insomnie Thérapies de relaxation, p. ex., massage Amélioration du programme d'exercice Antidépresseur et/ou régulateur de l'humeur? Discuter du soutien social Groupes communautaires Centres de soins habitués à accueillir des personnes infectées par le VIH

74 Résumé

75 Vieillissement chez les femmes infectées par le VIH
Les femmes infectées par le VIH se heurtent à de nombreux problèmes de santé physique et émotionnelle lorsqu'elles vieillissent Grâce à des interventions appropriées, des choix sains quant au mode de vie et un soutien intégré des professionnels de la santé et des groupes communautaires, les répercussions de ces problèmes peuvent être prises en charge efficacement Les femmes infectées par le VIH peuvent nécessiter un soutien émotionnel et médical accru lorsqu'elles vieillissent

76 Merci de votre attention
Des questions?


Télécharger ppt "Problèmes liés au vieillissement chez les femmes infectées par le VIH"

Présentations similaires


Annonces Google